Navigation – Plan du site
Bibliothèque des Auteurs du Centre | Guerra, François-Xavier
François-Xavier Guerra

Préface à Annick Lempérière, Intellectuels, Etat et société au Mexique. XXe siècle. Les clercs de la Nation. (1910-1968)

[14/02/2005]

Notes de la rédaction

Annick Lempérière, Intellectuels, Etat et société au Mexique. XXe siècle. Les clercs de la Nation. (1910-1968), Paris, L’Harmattan, 1992, pp. 11-17

Texte intégral

1Dans le vaste champ de recherche sur les différents groupes sociaux, l’étude des intellectuels occupe une place toute particulière, et, pour tout dire, tardive. Non pas que ce monde nous soit resté inconnu: l’histoire des idées et l’histoire littéraire se sont penchées depuis longtemps sur une partie de ces hommes. Mais elles l’ont souvent fait par le biais de la biographie, de l’analyse des courants idéologiques ou artistiques ou bien encore par l’étude des générations culturelles. Approches, certes, pertinentes, mais que l’historien avait tendance à négliger et qui le laissaient partiellement sur sa faim. Sa relative réticence envers ce type de problématiques était autant le résultat des modes dans la recherche que de la difficulté à faire de son propre milieu un objet de recherche.

2Modes, car après s’être consacré à des récits qui faisaient la part belle aux avatars de la politique et de la pensée des élites, l’historien s’est ensuite résolument tourné vers l’étude de catégories et de mouvements sociaux plus populaires. Il évoluait alors dans un milieu qui n’était que par exception le sien et qui avait pour lui tout le piment de l’inconnu; il lui donnait de plus la satisfaction morale de s’occuper du “peuple”. D’autre part, difficulté d’étudier son propre milieu au-delà des goûts des idées; difficulté aussi d’identifier les acteurs, leur cadre de vie et leurs contraintes, de mettre au jour des comportements et des stratégies qui, étant bien connues dans la pratique, étaient sans doute, de ce fait, plus difficilement formalisables; difficulté, enfin, de situer un groupe aux contours flous dans l’ensemble de la société et d’en saisir les fonctions.

3Mais, peu à peu, et sans abandonner pour autant l’étude des autres groupes sociaux, les historiens sont revenus, pour des raisons multiples, à l’étude des élites et d’abord des élites politiques. Car, les nouvelles approches, applicables à tous les groupes sociaux, étaient particulièrement adaptées à ce thème. La prosopographie - informatisée ou non - s’avérait bien adaptée à l’étude des élites: corpus relativement restreints, données plus faciles à trouver par la notoriété des personnes, résultats plus gratifiants puisqu’ils portaient sur des groupes dirigeants, compensant ainsi la lourdeur de la collecte de données… Sans oublier le développement de la politologie et la renaissance de l’histoire politique, favorisées par l’incapacité de l’approche classique des groupes sociaux à expliquer le politique. Dès lors il était inévitable que l’on en vienne à étudier les autres composantes des élites et, parmi elles, les intellectuels: les résultats de ces premières études l’exigeaient en montrant à quel point les éléments culturels étaient essentiels dans l’univers de la politique. On était alors en mesure d’intégrer dans une vision plus large les approches traditionnelles que les historiens avaient jusque là quelque peu négligées.

4C’est dans cette perspective que se place le remarquable ouvrage d’Annick Lempérière: au carrefour d’une histoire sociale de la culture, de la prosopographie, des analyses des discours et de l’étude du système politique. Projet, évidemment extrêmement ambitieux puisqu'il porte sur un grand pays, le Mexique, et sur une longue période, allant des débuts de la Révolution, en 1910, aux événements de 1968. Ambition considérable mais tout à fait justifiée, dans la mesure où il est peu des pays de l’aire culturelle européenne où la multiplicité et l’ambiguïté des rôles de l’intellectuel soient plus évidentes.

5Le Mexique représente à cet égard un véritable cas d’école, car les intellectuels y ont toujours entretenu avec l’Etat des rapports d’une  complexité telle qu’elle frise parfois l’énigme historique. Depuis l’Indépendance, les intellectuels mexicains ont été en quelque sorte obsédés par l’Etat. Tour a tour idéologues,  serviteurs de l’Etat et parfois virulents critiques, c’est par rapport à lui et à ce qu’il prétendait incarner, la Nation, qu’ils se sont toujours situés. Par rapport à leurs homologues européens, leur autonomie, même si elle a varié dans le temps, a toujours été limitée, l’Etat exerçant sur la plupart d’entre eux un attrait qui ne s’est jamais démenti. Et tout cela, dans le cadre d’un système politique qui n’a jamais été totalitaire, même si son pluralisme reste d’un type très particulier.

6C’est à l’explication de cette énigme que s’est attaché l’auteur. Sa perspective est, comme nous l’avons dit, celle d’un historien qui tente d’accéder à la totalité, malgré l’ampleur du sujet. La recherche de l’exhaustivité demanderait ici un très long travail d’équipe pour cerner les différents groupes de cette catégorie sociale, pour étudier leurs relais dans les provinces, dans les villes et les villages… Tâche évidemment souhaitable, mais, d’un certain côté, seconde pour comprendre la place que les intellectuels ont joué dans la société mexicaine. Le choix a été, pour l’essentiel,  d’en étudier le niveau supérieur dans toute la complexité de ses  multiples groupes: écrivains et artistes, professeurs et chercheurs en sciences humaines, idéologues et technocrates… Il s’est agi aussi d’étudier les établissements où ils ont été formés et le type de formation reçue; leur origine sociale et leurs moyens de vie; les conditions matérielles de leur production intellectuelle et artistique; et enfin leur discours: les thèmes, les courants idéologiques… Une place tout particulière a été faite aux revues culturelles, car c’est bien à travers elles que l’on peut le mieux cerner l’identité et l’extension de l’élite culturelle. Mais on n’a pas négligé pour autant l’analyse de quelques ouvrages clés qui ont marqué leur époque, par le débat qu’ils ont suscité et par le sillage idéologique qu’ils ont tracé. Il faut lire dans cette optique les deux forts beaux chapitres consacrés au prix Nobel de Littérature, Octavio Paz. Ils sont l’étude d’un cas exemplaire sur le parcours, le rôle et la signification de celui qui est, sans conteste, l’exemple le plus marquant de l’intellectuel mexicain contemporain.

7Il n’est guère possible de résumer ici une étude d’une grande richesse qui bouscule bien des certitudes et apporte nombre d’éclairages nouveaux sur l’ensemble de l’histoire sociale et politique du Mexique. Mais nous voudrions attirer l’attention sur quelques problématiques continuellement présentes dans cet ouvrage, car elles ouvrent la voie à des analyses analogues pour d’autres époques de l’histoire, du Mexique et d’autres pays.  

8La première porte sur l’identification de ces intellectuels, non pas tant par des conceptualisations théoriques a priori qui ne font que compliquer le sujet, mais par un recensement le plus large possible de tous ceux qui  - par l’écrit ou par l’image - tentent de dire ce que le pays a été, est, ou devrait être, non seulement du point de vue social mais aussi culturel. On saisit alors aussi bien la multiplicité de fonctions qu’exercent les élites culturelles que la véritable extension de ce groupe humain. Même si l’on peut distinguer parmi elles les écrivains et artistes, les politiciens, les experts et les technocrates, les professeurs et les chercheurs…, les passages de l’une à l’autre de ces catégories sont constants. Ces élites culturelles sont à la fois et polyvalentes et étroites, du moins jusqu’au tournant de la Seconde Guerre mondiale - et encore! En effet, le milieu étudiant de Mexico, dont elles sont pour la plupart issues, ne compte jusqu’alors que quelques milliers de personnes. Il était inévitable que l’on trouve les mêmes hommes dans les ministères et les organismes d’Etat, dans les revues et dans l’édition et dans les établissements culturels, qu’ils soient ou non d’enseignement.

9On perçoit alors les liens variés qui unissent ce milieu finalement assez restreint et les clivages qui périodiquement le divisent. Le régime politique post-révolutionnaire étant fondé, malgré une légitimité qui se veut populaire, sur des réseaux de liens personnels et de clientèles multiples, il était inévitable qu’une bonne partie des courants et des factions intellectuelles demandent à être lus non seulement comme le reflet d’options idéologiques différentes, mais aussi comme le résultat de patronages politiques divers, correspondant à des clientèles politiques rivales. L’étroitesse des élites explique également l’attention qu’on a toujours portée au Mexique à l’expression culturelle ou politique des étudiants, telle qu’elle s’exprime souvent dans des revues minuscules. Il s’agit là de l’attention, tout à fait justifiée par une très longue expérience, que portent les élites au pouvoir aux jeunes générations, appelées à leur succéder et au sein desquelles elles s’emploient à recruter les membres de leurs clientèles.

10La seconde problématique, très liée à celle-ci, concerne les rapport des intellectuels avec l’Etat; l’étroitesse du milieu culturel ne suffisant pas à expliquer, à elle seule, l’intensité de leurs rapports mutuels. Elle renvoie, au Mexique et ailleurs, à la politique moderne et à ses exigences. Elle résulte d’un brusque passage à la Modernité politique qui date de l’époque de l’Indépendance. Passage certain et irréversible pour les élites culturelles, beaucoup plus lent et difficile pour l’ensemble d’une société restée profondément traditionnelle dans ses structures et ses valeurs. D’où la tâche que poursuivent infatigablement les élites politiques et intellectuelles du XIXe et XXe siècles: transformer le Mexique en une nation moderne. Cette tâche était pour une bonne partie culturelle, car elle consistait à créer un peuple et à modeler une nation. Certes, il fallait s’attaquer aux acteurs corporatifs de l’Ancien Régime pour créer des agents économiques individuels mais il fallait aussi, par une pédagogie constante, former des citoyens qui adhèrent aux valeurs de la modernité; il fallait enfin, constituer la nation par la création d’un imaginaire commun.

11Dans tous ces domaines les intellectuels étaient irremplaçables: pour détruire par la loi la société d’Ancien Régime, pour diriger la pédagogie du citoyen, pour élaborer le nouvel imaginaire national. L’originalité du Mexique par rapport aux autres pays qui ont connu un brusque passage à la modernité, tient a ce que  ce dessein a été poursuivi sous des régimes politiques qui, la plupart du temps, ont ignoré la démocratie politique. Des régimes, donc, de minorités modernes installées au pouvoir qui tentent de transformer à partir de l’Etat une société largement rétive. L’absence de mécanismes démocratiques d’accès au pouvoir - les élections sont fictives et ne servent qu’à légitimer le gouvernement en place - a contribué à faire de l’Etat l’acteur politique suprême. Les intellectuels ont sans cesse cherché à lui offrir leurs idées, proposer leurs compétences, obtenir ses faveurs… A un Etat abstrait, incarnation et guide en même temps de la société mais, d’une façon plus prosaïque, aux hommes qui gouvernent l’Etat.  

12Les intellectuels mexicains offrent ainsi cet étrange spectacle d’être à la fois hantés par le politique (par l’organisation et le gouvernement de la société) et silencieux devant la politique (la compétition ouverte devant l’opinion et les électeurs). Il y a dans l’univers politique mexicain comme un parfum persistant de politique d’Ancien Régime, celle où des clans et des factions s’affrontent dans l’ombre, selon des règles par eux seuls connues, pour obtenir la faveur du prince et l’honneur de se mettre à son service. Le pluralisme - car il a toujours existé - trouve son origine non seulement dans l’existence d’exclus du système politique, mais aussi dans la compétition entre les clans et les factions au pouvoir, dans la pluralité des patronages et des clientèles.

13Troisième problématique, le discours des intellectuels sur la société et leur rôle dans cette construction culturelle qu’est la création de la nation. Ils ont toujours participé à cette entreprise, mais celle-ci acquiert dans la période de l’entre-deux guerres des caractéristiques nouvelles. Nous touchons ici à la variabilité des contenus culturels de la nation, aux différents moments de sa construction. A une nation conçue, surtout au XIXe siècle, comme une communauté humaine régie par des relations politiques de type nouveau et partant au contenu très universel, va succéder une nation au contenu beaucoup plus particulariste. Il s’agit désormais d’intégrer des groupes sociaux et culturels réfractaires jusque là à leur réduction dans l’homogénéité du peuple moderne; de ces groupes les Indiens sont l’exemple le plus extrême. L’auteur nous montre ici, avec une grande diversité d’approches et de nuances, les acteurs, les moyens utilisés et les étapes de la formation de l’“idéologie de la Révolution mexicaine”, de cette construction syncrétiste très complète qu’est le nationalisme mexicain. Sa prégnance est telle qu’elle contribue à expliquer des phénomènes apparemment si éloignés que le rythme de développement des différentes sciences humaines ou le faible écho qu’ont rencontré dans la pratique les marxismes révolutionnaires des années 1960.

14Nous voudrions, enfin, souligner une dernière problématique constituant la toile de fond de tous ces développements, celle de la relation entre les intellectuels mexicains et le monde extérieur: les autres pays hispano-américains, l’ensemble de l’aire culturelle européenne, le reste du monde. Nous sommes ici dans un vaste domaine de recherche qui touche, au-delà de l’étude des imitations, des influences et des images réciproques entre l’Europe et l’Amérique, au problème des modèles culturels, au sens le plus large du terme, et au débat sur la nature des sociétés hispano-américaines: ce qu’elles sont et ce qu’elles voudraient être.

15Nous parlons ici de modèles au sens que donnent à ce mot les sciences physiques et naturelles: la formalisation conceptuelle d’un processus ou d’un système, l’explication d’un ensemble par un agencement cohérent de variables. Modèle de civilisation est en l’occurrence un certain type de société, c’est-à-dire des structures sociales, des références idéelles, des valeurs, des comportements, agencés selon une logique déterminée. Dans ce sens, il est certain qu’il existe un modèle européen de civilisation avec, évidement, de multiples variantes. Certaines d’entre elles trouvent leur origine dans l’excentricité géographique ce qui a supposé à certaines époques une distance autant temporelle que spatiale par rapport aux centres moteurs de l’aire de civilisation. C’est précisément le cas de l’Amérique en général et de l’Amérique latine en particulier. Cette dernière, prolongement outre-atlantique de l’Europe méditerranéenne appartient de plein droit, malgré sa greffe sur des populations et des cultures indigènes, au monde européen. C’est parce qu’elle appartient au même modèle de civilisation, au même univers culturel, qu’elle connaît des conjonctures culturelles et politiques semblables à celle des autres pays de l’aire européenne.

16Cette affirmation n’eût jamais été contesté par aucun latino-américain du XIXe siècle, même s’il se fût plaint du retard de son pays par rapport à ceux qu’il considérait comme le centre de sa civilisation. A présent elle soulève cependant des réticences, voir des passions, dans bien des pays, non pas parce que la réalité soit autre, mais parce que le discours sur l’identité latino-américaine a changé.

17Ce n’est pas l’un des moindres mérites de ce livre que de placer ces débats dans le contexte qui est le leur, et par là même de les relativiser et de les rendre, de ce fait, intelligibles. Le contexte national est, rappelons-le,  celui de l’élaboration d’un imaginaire national syncrétiste faisant appel à des éléments de la culture populaire indienne et surtout métisse, afin d’intégrer dans la nation des groupes jusqu’alors étrangers à elle. Comme le disait Manuel Gamio, cité par l’auteur: “pour intégrer l’Indien ne prétendons pas l’“européiser” d’un seul coup; au contraire, “indianisons”-nous un peu, pour lui présenter notre civilisation, diluée avec la sienne, pour qu’il ne la trouve pas exotique, cruelle, amère et incompréhensible”. Il ne faut donc pas perdre de vue, lorsque ce projet a atteint son but et qu’il est devenu un mythe, qu’il s’agit d’un discours volontariste et instrumental, construit par des élites qui se sentent, et sont, européennes: “lui présenter notre civilisation”. Il convient d’ajouter aussi que le contexte international, celui de la deuxième après guerre,  voit la mise en cause par les Européens eux-mêmes de l’universalité de leur propre modèle de civilisation; à cette mise en cause  participent, comme de droit, les intellectuels latino-américains.

18N’oublions pas enfin, le contexte psychologique de ces élites périphériques de l’aire européenne, soumises à la fois à l’attrait permanent de leur métropoles culturelles et au désir de s’en émanciper en revendiquant non seulement leur différence - certaine - mais en niant même leur commune appartenance, ce qui est évidemment beaucoup plus discutable. L’étude qu’Annick Lempérière fait du rôle de médiation d’Octavio Paz et de ses réflexions sur ce sujet essentiel pour l’identité latino-américaine, constitue un remarquable apport à la compréhension d’un thème complexe. En fait, cette étude porte déjà en elle la solution du débat. Les tensions entre un “centre” et une “périphérie” culturels tendent à disparaître quand les productions intellectuelles de la “périphérie” sont devenues des éléments incontournables de toute l’aire culturelle : ce processus a déjà eu lieu, du moins, pour la littérature latino-américaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Guerra, « Préface à Annick Lempérière, Intellectuels, Etat et société au Mexique. XXe siècle. Les clercs de la Nation. (1910-1968) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Guerra, François-Xavier, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/621

Haut de page

Auteur

François-Xavier Guerra

Université de Paris I

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page