Navigation – Plan du site
Bibliothèque des Auteurs du Centre | Guerra, François-Xavier
François-Xavier Guerra

Préface à Véronique Hébrard, Le Venezuela indépendant. Une nation par le discours. 1808-1830

[09/02/2005]

Notes de la rédaction

Véronique Hébrard, Le Venezuela indépendant. Une nation par le discours. 1808-1830, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 7 ss.

Texte intégral

1La nation est au centre de l’indépendance de l’Amérique Latine. L’affirmation est à la fois banale et problématique. Banale, puisque le caractère “national”de l’indépendance est un lieu commun de l’historiographie du XIXe siècle, repris souvent par ces études générales sur la nation qui fleurissent de nos jours. Problématique, puisque depuis plusieurs années déjà, l’existence de nations en Amérique espagnole à l’époque de l’indépendance est de plus en plus mise en doute par une majorité de spécialistes.

2Les raisons de ce décalage sont multiples. Certaines sont spécifiques à l’Amérique hispanique. La prégnance de l’historiographie “nationale” est une conséquence paradoxale de l’incertitude de la nation. La postuler et l’exalter depuis les origines permet à la fois d’affirmer sa présence à l’extérieur et l’utiliser comme un moyen d’intégration intérieure. Seules les nations que l’histoire a rendu indiscutables peuvent se permettre d’étudier les mythes qui ont présidé à leur naissance. D’autres raisons sont d’ordre général et résultent de la part de mystère que garde encore cette figure centrale des identités collectives contemporaines.

3De ce point de vue, l’Amérique hispanique est un extraordinaire laboratoire pour comprendre la nature et la genèse de la nation moderne, dans la mesure où l’apparition de celle-ci au début du XIXe, siècle est aussi précoce qu’ambiguë. En effet, les pays hispano-américains sont parmi les tout premiers dans le monde occidental — avant même la plupart des pays européens — à faire appel à la nation pour justifier leur existence indépendante. Cependant, à la différence de l’Europe des XIXe et XXe siècles, cette indépendance n’apparaît nullement comme l’aboutissement de mouvements nationaux ou nationalistes, mais comme la conséquence de la désintégration d’une Monarchie d’Ancien Régime. Plus encore, la relation que les États issus de cette dissolution entretiennent avec les communautés qui les ont précédées ou avec les nations que nous connaissons aujourd’hui est loin d’être évidente.

4En Amérique hispanique, plus qu’ailleurs sans doute, il est nécessaire de distinguer entre la nation comme idéal et la nation en tant que communauté réellement existante. C’est à l’explication de cet écart, et à ses conséquences, qu’est consacré l’ouvrage de Véronique Hébrard. Et puisque la nation apparaît d’abord comme une référence dans le discours des acteurs, c’est tout naturellement à l’analyse du discours que s’attache cet ouvrage pionnier. Pour la première fois dans un travail de cette importance, la nation cesse d’être un postulat pour devenir un problème et partant un objet de recherche. Objet d’autant plus pertinent que le Venezuela, premier pays à se proclamer indépendant, est l’un de ceux où les mythes, les héros et le culte nationaux sont les plus accusés, tout en ayant connu une nation à éclipses, puisqu’il a fait partie pendant dix ans de cette nation éphémère qu’a été la Grande Colombie.

5Étudier la nation à cette époque des origines, ne peut être ni une hagiographie d’une nation éternelle, ni un procédé rhétorique destiné à donner une cohérence à la période qui a précédé l’indépendance. La nation de ces premiers temps n’est pas un aboutissement mais un commencement. Elle est un projet plus qu’un bilan : la mise en oeuvre difficile d’un nouveau modèle de communauté politique apparu dans le monde occidental à la fin du XVIIIe siècle. La polysémie du mot nation que l’auteur analyse sans cesse, exprime les dimensions multiples de la communauté nouvelle que tentent de bâtir les hommes de l’indépendance.

6La nouveauté porte avant tout sur le caractère souverain de la communauté dans le double registre de la légitimité et de l’indépendance. Etre nation c’est affirmer que de tout pouvoir procède du peuple; ce qui suppose, en même temps que le rejet de l’absolutisme sinon de la monarchie, la construction d’une société tendentiellement égalitaire puisqu’elle est fondée sur une association des volontés. Elle suppose aussi pour les hommes de l’époque la création des mécanismes de transfert de la souveraineté : du peuple aux autorités; des mécanismes qui, à l’instar des précédents français et nord-américains, ne peuvent être qu’électoraux. Mais, parce que souveraine, la nation doit être aussi maîtresse de son destin, ce qui sans impliquer pour autant l’indépendance, la rend possible.

7De là proviennent les deux problématiques centrales de cet ouvrage : d’un côté, l’instauration de la politique moderne, de l’autre, la définition de l’identité nationale. Deux problématiques particulièrement complexes, puisque, au-delà de quelques rares précédents — que l’on a ensuite montés en épingle — rien ne laisse présager, en 1808, ni une forte aspiration à la modernité politique ni, encore moins, une revendication identitaire si forte qu’elle exige l’indépendance.

8Les deux processus sont la conséquence de cette crise inédite qui secoue l’ensemble de la Monarchie à la suite de l’invasion de l’Espagne par Napoléon et de l’abdication forcée de Ferdinand VII. C’est cette crise inattendue qui explique au même temps le recours à la nation comme une suppléance à la légitimité royale et la difficulté de la définir. La difficulté est double puisqu’elle concerne aussi bien composition élémentaire de la nation — la citoyenneté — que sa relation avec les unités politiques dont était composée la Monarchie. Les deux problèmes deviennent brûlants à partir du printemps 1810 lorsque des juntes autonomes se forment en Amérique au nom de la réversion de la souveraineté au peuple. Car ce peuple qui précède la nation est encore plus ambigu qu’elle, oscillant sans cesse entre l’abstrait et le concret; abstrait, en tant que principe de légitimité, concret dans une constellation de sens dont la cité est le centre. Le peuple qui assume la souveraineté ce sont, avant tout, les cités — les pueblos en espagnol; le pluriel dont on se sert à l’époque révèle clairement à quel point ils sont des pièces incontournables dans la future architecture de la nation.

9La tension entre le caractère unique du peuple légitimant et la réalité plurielle des cités — têtes ou chefs des provinces — est l’une des clés essentielles pour comprendre la construction de la nation. Véronique Hébrard l’utilise à bon escient tout au long de son ouvrage. On voit ainsi dans le premier congrès constituant les députés, modernes représentants du peuple souverain, parler et agir également en mandataires de leurs cités et négocier en cette qualité la place que les cités devront occuper dans la nation. A la fin de la période, on voit toujours les pueblos jouer un rôle de premier plan dans la dissolution de la Grande Colombie. Jusqu’en 1830, et sans doute au-delà, les pueblos sont à la fois et les principaux artisans de la construction de la nation et le principal obstacle à sa définition moderne comme une communauté d’individus.

10D’ailleurs, ils ne sont pas les seuls, car même si la cité reste pendant longtemps le lieu par excellence du politique, d’autres acteurs et d’autres problèmes font également leur apparition sur la scène. Le peuple ce sont certes les cités, mais qui est peuple à l’intérieur de chaque cité? la sanior pars, le patriciat, conformément à l’imaginaire ancien? l’ensemble de la population libre, y compris le bas peuple des petits blancs, des mulâtres et des noirs libres? La question de la citoyenneté traverse toute la période; elle est un indicateur précieux des acteurs qui interviennent dans le jeu politique, des enjeux de chaque époque et des modèles politiques qui inspirent les bâtisseurs de la nation.

11De ce point de vue, la grande nouveauté de cette période est l’apparition d’une nouvelle catégorie d’acteurs, promise à un très long avenir : les hommes en armes. Les analyses de l’auteur sur les rapports entre civils et militaires éclairent la complexité d’un problème qui, au-delà du simple rapport des forces, renvoie aux modèles politiques mis successivement en oeuvre. L’idéal du citoyen-soldat révèle autant le caractère urbain de la politique de la première république vénézuélienne, que l’attachement à la polis comme la forme la plus achevée de la nature sociale de l’homme. Mais la guerre — une guerre nouvelle d’une extraordinaire violence — va faire passer au deuxième plan cet idéal patricien en mobilisant une masse d’hommes de basse condition. Le citoyen-soldat cède sa place au soldat et la défense de la patrie en danger transforme le soldat, quelle que soit son origine, en citoyen. Il devient même son incarnation dans ces périodes critiques où les armées bolivariennes transportent avec elles la patrie.

12La compatibilité entre ce soldat-citoyen et le régime représentatif que les élites s’efforcent de construire, ne cessera d’occuper une place centrale dans la réflexion politique. L’époque de l’indépendance lègue aux nouveaux États un problème longtemps insoluble : la façon de concilier ce que l’auteur, à juste titre, appelle la nécessaire “civilisation de la politique” avec la très enracinée “militarisation de la mémoire”. La “liberté des Anciens” menace, à l’ombre des héros, la “liberté des Modernes”.

13A tous ces problèmes d’ingénierie sociale et politique, s’ajoutent ceux qui découlent de l’indéfinition identitaire de la nation. Comment “une partie intégrante” de la Monarchie hispanique devient-elle une nation indépendante? Faute d’une identité culturelle bien établie, la séparation d’avec l’ancienne métropole ne peut être justifiée que par la revendication d’une identité essentiellement politique — être une communauté souveraine et libre à laquelle s’ajoute un patriotisme de guerre fondé sur l’opposition ami-ennemi. Ce sont ces éléments qui rendent possible la constitution de la Grande Colombie, mais leur caractère général les rend incapables de surmonter l’immensité des espaces et la diversité régionale des acteurs et des intérêts. Aussi le débat constitutionnel oscille-t-il sans cesse entre deux pôles opposés. D’un côté, une conception universaliste de la constitution et des lois, afin de hisser la nouvelle nation au rang des “nations civilisées”. De l’autre, l’aspiration d’adapter le plus possible les lois à des réalités concrètes bien éloignées de cet idéal. Dans les faits, la première conception l’emporte provoquant ainsi une observation surprenante qui éclaire la réalité rhétorique de la nation; il suffit de changer le sujet de la phrase pour que le même discours serve tour à tour à la Grande Colombie ou l’“ancienne Venezuela” redevenue nation en 1830.

14C’est à cette date charnière qui semble, à tort, un retour à la case de départ que s’arrête un ouvrage dont nous n’avons pas la prétention d’épuiser ici la richesse. La “nation par le discours” est à la fois une démarche et les résultats de cette démarche. Dans ce temps des origines, la nation ne peut être saisie que par le discours, mais elle aussi est construite par le discours. Elle est en même temps une figure discursive, sujette à toutes les variations qu’induisent des contextes et des époques diverses, et un modèle idéal doté d’un extraordinaire pouvoir transformant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Guerra, « Préface à Véronique Hébrard, Le Venezuela indépendant. Une nation par le discours. 1808-1830 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Guerra, François-Xavier, mis en ligne le 09 février 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/623

Haut de page

Auteur

François-Xavier Guerra

Université de Paris I

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page