Navigation – Plan du site
Bibliothèque des Auteurs du Centre | Guerra, François-Xavier
François-Xavier Guerra

L’etat et les communautes : comment inventer un empire?

[14/02/2005]

Notes de la rédaction

Le Nouveau Monde. Mondes Nouveaux L’expérience américaine, sous la dir. de Serge Gruzinski et Nathan Wachtel, Paris, ERC et Ed. EHESS, 1996, pp. 351-364.

Texte intégral

1Lorsque, il y a quelques années, nous donnions à ce Colloque le titre : “Le Nouveau Monde-Mondes Nouveaux. L’expérience américaine”, ces termes contenaient une problématique qui  s’appliquait aussi — et l’on serait tenté de dire d’abord — aux questions politiques. En effet, la conquête — ou la colonisation —, l’organisation et le contrôle par les Européens de terres et de peuples jusqu’alors inconnus sont des phénomènes qui relèvent par excellence du domaine du politique. Du politique, au sens le plus commun du mot, celui de l’exercice du pouvoir, mais, également, au sens le plus large d’organisation d’une communauté humaine. Dans ce domaine, comme dans les autres, les problèmes que l’Amérique posait aux Européens étaient entièrement nouveaux. Les solutions qui leur ont été données furent dès lors à la fois inédites et diverses. Inédites parce que, malgré le réflexe logique de transplanter dans le nouveau continent les modèles d’organisation sociale et politique de leur pays d’origine, les Européens devaient les greffer sur une géographie et une réalité humaine toute autres. Diverses, parce que leurs cultures et pratiques politiques étaient variées et, plus encore, les sociétés indigènes du nouveau continent. L’Amérique fut un champ d’expérimentation politique où s’affrontèrent des modèles d’organisation sociale différents et où apparurent des sociétés dont la construction a été dominée par l’improvisation, l’invention et les combinaisons inattendues d’éléments hétérogènes.

2 Telles sont les raisons pour lesquelles nous avons utilisé dans le titre de cette Table Ronde des termes volontairement vagues afin qu’ils puissent s’appliquer à des réalités variées : aux diverses Amériques et à des époques différentes. Nous voulions par ce moyen attirer l’attention sur les problèmes d’analyse que pose la structure politique des Amériques avant les indépendances.

3Dans ces sociétés d’Ancien Régime, l’expression “Etat et communautés” renvoie aux relations que l’Etat moderne en formation — avec ses idéaux, ses justifications théoriques, ses institutions, son appareil administratif — entretient avec les formes d’organisation de la société, qu’elles aient un caractère territorial (royaumes, provinces, cités) ou personnel (ordres, statuts divers). Les problèmes posés par ces relations ne sont certes pas spécifiques à l’Amérique; ils sont, au contraire, l’une des grilles de lecture les plus opérationnelles pour comprendre l’évolution de l’Europe moderne. La spécificité américaine réside dans la complexité accrue qu’apporte la création de sociétés lointaines, greffées qui plus est en Amérique espagnole sur de sociétés indigènes diverses par leur niveau d’organisation sociale ou politique et hétérogènes par rapport aux européennes.

4L’Etat est d’abord un absent, puis il s’affirme comme une projection lointaine et souvent inachevée de ce qu’il est en Europe. Parler de l’Etat en Amérique équivaut à s’interroger sur la densité et les pouvoirs des agents du roi dans les différentes régions du Nouveau Monde et sur le degré de construction étatique que celles-ci ont atteint — les proto-Etats de Pietschmann. Parler de sa relation avec les communautés revient à aborder un large  éventail de questions : quel type de société ont bâti les Européens établis en Amérique? Quelle place a-t-on réservé aux peuples autochtones et à leurs systèmes d’organisation sociale et politique? Quelle était la structure politique de ces ensembles politiques répartis sur deux continents et quel était en leur sein le statut des territoires américains?

5Le mot empire dont nous nous sommes servi pour nommer ces ensembles n’est qu’un terme commode du langage commun pour désigner des Etats de grande extension territoriale, composés de peuples multiples assemblés sous un gouvernement commun. Mais il ne nous dit rien sur la façon dont ces peuples sont assemblés, ni sur leur statut politique, ni sur les principes qui régissent ces constructions. Plus encore, dans le cas américain, ce terme prête à confusion si on l’applique d’une façon indiscriminée à toute la période considérée. De même, le terme “colonies” qui lui est étroitement associé; nous avons évité de l’utiliser dans le titre, car son emploi de plus de plus fréquent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle est loin d’être neutre. Concevoir les ensembles espagnol et britannique sous la forme de vastes Etats constitués par la métropole et ses possessions d’outremer, n’est pas alors un fait établi, mais un projet profondément novateur qui n’est pas étranger au déclenchement des processus d’Indépendance.

6S’il fallait résumer dans quelle optique a été abordé cet ensemble de questions, nous oserions dire qu’elles l’ont été à partir de deux approches complémentaires: l’analyse des systèmes politiques et celle des problèmes d’identité.

7L’expression “système politique” peut paraître trop moderne pour être appliquée à des sociétés d’Ancien Régime, où le politique n’est pas encore devenu un domaine autonome, nettement séparé du social. Mais, précisément parce que chez elles la politique est partout présente, il est nécessaire de formaliser dans un système d’ensemble les principaux éléments qui expliquent l’organisation de la société, le type d’autorités qui la gouvernent et les principes, formels ou informels, qui en régissent le fonctionnement.

8Il est certain que, pour ce faire, il faut analyser les institutions et les lois. Mais les unes et les autres sont à la fois les enjeux et le résultat des relations entre les principaux acteurs et, partant, variables dans le temps. Il faut donc commencer par une connaissance approfondie de ces acteurs. Cela veut dire qu’il faut d’abord les identifier (car nous ignorons souvent quels sont les lieux du pouvoir les plus importants et les groupes qui y sont en concurrence). Il faut ensuite étudier les bases de leur pouvoir et leurs moyens d’action. Enfin, et peut-être surtout, il convient de reconstruire les modèles culturels qui sont les leurs, ce qui suppose l’appréhension de leurs façons d’imaginer la société et ses hiérarchies, le lien social et les fondements de l’obligation politique; leurs conceptions sur l’étendue du pouvoir royal et le but que celui-ci doit poursuivre, les droits et les devoirs réciproques entre gouvernants et gouvernés et, plus généralement, leurs valeurs et les comportements qu’ils estiment légitimes.

9Ces derniers aspects nous semblent particulièrement importants puisque, toute création de sociétés nouvelles, qu’elles soient issues d’une entreprise de conquête ou de l’installation graduelle d’habitants dans un nouveau territoire, dépend pour une large part des modèles d’organisation sociale et politique que les nouveaux arrivants apportent avec eux. Le phénomène s’accentue davantage dans cette Amérique que les Européens ont tendance à considérer comme un continent nouveau, plus malléable que les pays connus jusqu’alors.

10C’est à partir de ces éléments que l’on peut saisir les systèmes politiques dans leur ensemble et leur fonctionnement réel, sans nous limiter à ce que prévoient les seules règles formelles — institutions, lois, dispositions légales diverses —, car à côté de celles-ci il peut exister — cela est patent en Amérique espagnole — une multitude de coutumes et de pratiques qui interprètent, modifient ou annulent les règles formelles. La compréhension de cette “constitution” réelle, au double sens d’organisation sociale et de règles politiques, tel est l’objectif à atteindre.

11Il est normal que, dans cette optique, on se penche en premier lieu sur l’Amérique espagnole, car non seulement elle précède de plus d’un siècle la formation des colonies britanniques de l’Amérique du Nord, mais elle présente aussi une moindre lisibilité, conséquence d’une complexité extrême. Cette complexité résulte, certes, de l’immensité de l’espace sur lequel elle s’étend et des niveaux très différents d’organisation politique des peuples indigènes, mais aussi, et peut-être surtout, du moment politique où elle s’est constituée, à cette époque charnière où se bâtissait en Castille une monarchie moderne.   

12Nous disons bien Castille, puisque depuis leurs origines il a été clair que les nouvelles terres conquises au-delà de l’océan étaient le prolongement de celle-ci et non celui d’une Espagne qui n’existait pas encore. Le nom par lequel elles ont été désignées, les Indes de Castille, est, à cet égard, on ne peut plus significatif. Il faut donc se tourner vers la Castille de la fin du Moyen-Age pour comprendre les modèles concurrents d’organisation sociale et politique qui vont s’affronter en Amérique.

13Quel est le système social et politique castillan de l’époque (les deux aspects sont inséparables)? Il est d’une grande complexité et se trouve de surcroît, en pleine mutation. En effet, la structure politique de la Castille du début du XVI siècle, peut être considérée dans une double perspective. D’un côté, puisque nous sommes dans une société d’ordres —d’“états”— le rapport politique relève de l’individu, du statut personnel de chaque homme avec les droits et devoirs particuliers qui en découlent; certains de ces statuts sont communs aux autres sociétés européennes de l’époque: la noblesse (avec ses différents degrés: grands, nobles titrés et hidalgos), le clergé (séculier ou régulier) et le commun (el estado llano); d’autres lui sont propres: ceux de Juifs ou des Musulmans, avant leur expulsion. D’un autre côté, le rapport politique relève du collectif : de la relation entre le pouvoir royal et les différents ensembles territoriaux dotés d’un statut politique reconnu. De ce point de vue, le pouvoir était partagé entre le roi — et ses agents —, une puissante aristocratie territoriale et des cités principales, véritables seigneuries collectives, exerçant leur autorité sur de villes secondaires, bourgs et villages “sujets” — sur un vaste espace que l’on appellera plus tard provinces.

14Dernier aspect de cette structure complexe qu’il convient d’examiner : le degré de formalisation des rapports politiques, et plus particulièrement le problème de la représentation. Contrairement à d’autres royaumes européens de l’époque, dont la Grande Bretagne ou les royaumes de la Couronne d’Aragon, l’institution qui, en Castille, représente le royaume, c’est-à-dire les Cortès, n’a jamais réussi à bâtir une représentation qui reflète au moins symboliquement la diversité sociale, ni à vraiment institutionnaliser ses relations avec le monarque. En premier lieu, parce que, de fait, les Cortès castillanes, ne rassemblent pas les représentants des trois ordres, mais seulement les procureurs des cités principales. Comme, par ailleurs, de nombreux nobles font partie des gouvernements municipaux, elles ne peuvent même pas s’arroger la représentation du “commun”. Cette singularité a comme conséquence que les relations entre les ordres privilégiés et le roi restent le plus souvent informelles, oscillant entre la négociation individuelle et des actions qui s’apparentent à celles d’un groupe de pression lorsque leurs privilèges leur semblent collectivement menacés. En deuxième lieu, parce que les Cortès, même si leur rôle est plus important qu’on ne le dit habituellement, n’ont jamais réussi à rendre périodiques leurs réunions ni à fixer clairement leurs prérogatives face au roi. C’est la raison par laquelle dans ce domaine aussi on assiste à la mise en place de mécanismes informels de négociation entre le roi et chacune des villes principales; ce qui affaiblit la représentation collective du royaume et renforce parallèlement le rôle de ces cités comme lieu central de l’espace politique, phénomène dont les répercussions auront une importance considérable en Amérique.

15 Par ailleurs, comme nous le signalions précédemment, le système politique castillan est en pleine mutation à l’époque où se constitue l’Amérique espagnole. Le modèle que nous venons de décrire sommairement est alors en concurrence avec un autre : celui d’une monarchie nouvelle que l’on pourra appeler plus tard, à juste titre, une monarchie administrative. Le roi, en effet,  multiplie le nombre de ses agents, les choisissant de préférence parmi les diplômés des universités (les letrados), il construit un appareil administratif de plus en plus complexe et autonome, et il essaye d’étendre sans cesse ses fonctions en diminuant d’autant les pouvoirs de l’aristocratie et des villes. Commencé sous les Rois Catholiques, il s’agit d’un long processus qui est loin d’être linéaire : ni par les alliances que la Couronne  recherche pour le mener à bien en  s’appuyant tour à tour sur les cités et les Cortès ou sur l’aristocratie; ni dans la réussite de ce projet, puisque, à des phases de pouvoir royal fort, en succèdent d’autres, où le balancier retourne vers les pouvoirs sociaux. De ce point de vue, mais sur des bases doctrinales différentes, l’absolutisme bourbonien portera à son terme un processus que les difficultés de la Couronne du milieu au XVIIe siècle avaient momentanément interrompu.

16C’est durant la première phase d’expansion du pouvoir royal que se constituent les Indes de Castille. Il est dès lors normal que l’on retrouve de l’autre côté de l’océan le choc entre ces deux modèles qui s’opposent en Castille. Un choc qui a, cependant, des caractéristiques propres dans la mesure où la conquête de l’Amérique est d’abord une entreprise privée à laquelle la Couronne ne donne, dans l’immense majorité des cas, qu’une caution légale. Le modèle que les conquistadors apportent avec eux dans le Nouveau Monde est très logiquement celui de la société d’avant la grande offensive du pouvoir royal, avec sa division en ordres et ses formes seigneuriales et municipales d’organisation de la société. On pourrait penser que ces formes relèvent de valeurs ou d’idéaux contradictoires. Il n’en rien, car on trouve d’un côté, l’imaginaire méditerranéen de la cité comme cadre idéal de la sociabilité humaine : une cité, avec un gouvernement élu par tous les vecinos , qui était en train de disparaître en Castille; de l’autre, l’idéal nobiliaire d’hommes qui aspirent à devenir “seigneurs de vassaux”. Mais ces aspirations ne sont opposées qu’en apparence, puisque la cité était pour une bonne partie de la noblesse castillane, surtout pour celle du Sud d’où étaient originaires bien des conquistadors, le cadre privilégié de la vie sociale. L’aspiration au gouvernement municipal n’était pas contradictoire avec la recherche de la noblesse et avec la prétention à devenir“seigneurs de vassaux”.

17C’est pourquoi pendant les premières décennies, la fondation de villes et la constitution d’encomiendas  allèrent de pair, manifestant clairement la vision que les conquistadors avaient de la société et de leurs rapports avec la Couronne. Ils apparaissaient à leurs propres yeux comme des vassaux exemplaires du roi œuvrant à la fois pour l’agrandissement de son domaine et pour l’expansion de la foi, devant, par conséquent, jouir de la plénitude des droits politiques. Ce sont ces droits qu’ils mettent en œuvre en fondant, en Amérique, ces villes qui en Castille sont le lieu par excellence de l’exercice des droits politiques, et en participant à leur gouvernement. C’est aussi la conception castillane du lien réciproque entre le roi et ses vassaux qui leur fait demander comme récompense à leurs hauts faits l’attribution d’Indiens en encomienda.

18Dans les deux domaines la Couronne ne raisonne pas d’abord différemment que les conquistadors. Mais, il était inévitable qu’elle tente d‘empêcher que ne s’affermissent en Amérique les formes d’organisation sociale et politique qu’elle essayait alors de contenir en Castille. Il est, à cet égard, significatif que 1521 soit a fois l’année de la conquête de México par Cortès et celle de la bataille de Villalar, qui consacre la victoire du roi sur les “Comunidades”, les villes castillanes révoltées. A cette logique d’affirmation du pouvoir royal, commune aux deux continents, s’ajoutaient en Amérique des acteurs et des mobiles supplémentaires qui allaient dans le même sens. Comme Elliot le fait justement remarquer, l’action de l’Eglise pour la protection et l’évangélisation des Indiens et le désir de la Couronne d’assurer sa part de bénéfices dans l’exploitation des métaux précieux, contribuaient au renforcement du pouvoir royal.

19C’est ainsi que des deux formes connues d’organisation sociale et politique — seigneuries et municipes — que les conquistadors avaient tenté d’implanter en Amérique, l’une échoua et l’autre subsista diminuée. La première finit par disparaître après la promulgation des Lois Nouvelles de 1542 et la victoire de la Couronne sur les conquistadors révoltés du Pérou qui tentaient de  transformer leurs encomiendas  en véritables fiefs héréditaires. La monarchie moderne en formation évita en Amérique les seigneuries qu’elle dut tolérer dans l’Espagne péninsulaire jusqu’à la révolution du début du XIXe siècle. Seules subsistèrent longtemps dans les régions périphériques au contrôle difficile des encomiendas, des pratiques seigneuriales reconnues ou des grands domaines dotés de privilèges juridictionnels. Quant à la seconde, les municipes, même si ni leur existence ni leur domination sur de vastes territoires ne furent pas mises en cause, ils furent soumis, comme en Castille, à un contrôle étroit par les agents du roi. Et, surtout, tout en reconnaissant que les cités principales pourraient être convoquées aux Cortès, on évita soigneusement la réunion en Amérique de cette institution, la seule qui pouvait être un contre-poids institutionnel au pouvoir royal.

20De ce point de vue institutionnel l’Amérique apparaît donc comme plus moderne que la Péninsule, et comme un lieu d’expérimentation de l’Etat moderne. Cela ne veut pas dire que la modernité ait réussi à s’imposer dans les pratiques sociales, car les aspirations seigneuriales se sont cristallisées dans ces formes sociales hybrides, quasi-seigneuriales, que sont les “haciendas”, où la condition juridiquement libre des péons est modifiée par des coutumes et usages divers qui les attachent au maître de l’hacienda. La mentalité et les pratiques seigneuriales qui subsistent, sans fondement juridique, dans l’hacienda ont fait que les membres des oligarchies urbaines soient des “patriciens” dans leur cité et des “seigneurs de vassaux” dans la campagne.

21Seules ont subsisté comme unités politiques juridiquement reconnues — mais privées de Cortès qui auraient assumé la représentation du royaume — les villages (pueblos), les villes (villas) et les cités (ciudades), selon une hiérarchie de dignité et de pouvoirs qui, comme en Castille a structuré l’espace autour des cités principales; davantage même qu’en Castille à cause de l’absence de seigneuries et de la plus faible, parce que lointaine, autorité royale.

22C’est cette victoire de la monarchie moderne en Amérique, définitivement acquise sous le règne de Philippe II, qui est à l’origine des griefs et des plaintes des créoles rêvant à des royaumes des Indes structurés par une forte aristocratie régissant ses vassaux indiens

23Il y a cependant un domaine où, paradoxalement, le modèle de la société du Bas Moyen-Age castillan a réussi à s’implanter durablement en Amérique: le monde indigène. On sait que, à l’inverse de ce qui arrivera dans les colonies britanniques de l’Amérique du Nord, les peuples indigènes n’ont jamais été considérés comme extérieurs à la cité. Les buts mêmes de la conquête — l’évangélisation, l’acquisition de vassaux, l’utilisation du travail indien, etc.— interdisaient depuis le départ cette conception. Le problème était de trouver selon quelles modalités les indigènes y seraient intégrés. La solution retenue fut, on le sait, de considérer les sociétés indigènes comme formant une “république” à part, avec ses propres autorités et ses propres lois, juxtaposée à la “république des Espagnols”. Cette solution cumulait l’apparition d’un nouveau statut personnel et la création d’une autre communauté politique, d’une cité différente, parallèle à l’espagnole, mais imaginée selon le modèle que l’on refusait à ce moment même aux conquistadors.

24La Couronne assimila, en effet, les hiérarchies indigènes à la noblesse castillane, elle leur reconnut de droits de gouvernement sur les Indiens du commun et s’efforça, par ailleurs, de créer partout des villes et villages indiens dotés d’un gouvernement autonome. C’est ainsi que, curieusement, à l’inverse de la “république” des Espagnols, la “république” des Indiens connut jusqu’à l’époque de l’Indépendance, d’une part, des autorités seigneuriales, les caciques indiens, et, de l’autre, des autorités élues par le commun selon des pratiques venues de la tradition communale castillane. Même si, aussi bien les unes que les autres sont le résultat d’une hybridation avec les anciens systèmes d’autorité indigènes, il n’en reste pas moins que nous y trouvons tout à fait légalement des formes seigneuriales et municipales beaucoup plus pures que celles de la “république des Espagnols”. Ajoutons, cependant, pour compléter ces propos, que la “république” indienne était une république sous tutelle, non seulement parce que, comme l’espagnole, elle était sous le contrôle des représentants du roi, mais parce qu’elle l’était aussi sous celle des hommes d’Eglise, érigés en protecteurs et tuteurs d’une communauté considérée comme n’ayant pas encore atteint sa majorité.

25Au-delà de cette “constitution” des Indes que l’on pourrait appeler interne, il convient de réfléchir sur leur statut politique au sein de la Monarchie. Ce statut a été vite fixé et, formellement, il n’a jamais varié jusqu’à l’Indépendance : on se trouve face à des royaumes et à des provinces de la Couronne de Castille. Cette appellation et ce qu’elle comporte s’impose depuis les premiers temps de la conquête aussi bien pour les conquistadors que pour la Couronne, habitués  à désigner sous ces noms les unités politiques distinctes qui, ensemble, constituaient la Castille. Et cela d’autant plus facilement qu’au Mexique et dans les Andes ils avaient trouvé des ensembles politiques indigènes qu’ils ont assimilés à des royaumes ou des empires incorporés par conquête à la Couronne de Castille.

26Puisqu’il s’agissait de territoires acquis par conquête, semblables en cela aux royaumes musulmans conquis quelques décennies auparavant dans la dernière étape de la Reconquête, on y transféra toute la gamme des institutions publiques et des lois de Castille. Mais grâce a cette première appartenance, les Indes se retrouvent faisant partie de cet ensemble politique très vaste et original que Brading appelle la Monarchie catholique et Elliot la Monarchie espagnole. Originale par l’imaginaire qui est le sien, celui d’être une “monarchie catholique”, au double sens de choisie par Dieu pour défendre et répandre la foi, et d’avoir une vocation universelle. Originale aussi par sa structure plurielle,  car elle est conçue comme étant formée par une diversité de royaumes ou provinces qui sont comme des entités politiques séparées unies, seulement dans la personne du roi et gouvernées selon leurs propres lois et institutions. Cette double conception de la monarchie a été partagée par les habitants des Indes, aussi bien par les habitants d’origine européenne que par les Indiens, au fur et à mesure qu’avançait leur acculturation : la première sans difficulté majeure puisque l’évangélisation restait le titre le plus communément accepté pour légitimer la conquête; la seconde d’une manière plus complexe et en partie paradoxale.

27En effet, la conception d’une monarchie plurielle, d’origine aragonaise, supposait le particularisme institutionnel des Etats et leur auto-gouvernement sauf dans certains domaines — comme celui de la politique extérieure — qui revenaient au roi et aux organismes centraux de la monarchie. Elle supposait également que chaque communauté soit gouvernée par ses propres membres sauf, là aussi, pour quelques représentants du roi — vice-rois ou gouverneurs. Les royaumes des Indes, étant des royaumes de la Couronne de Castille, ne jouissant au départ, par rapport aux autres royaumes de cette Couronne, ni d’une spécificité institutionnelle particulière, ni d’auto-gouvernement, ni de gouvernants originaires du pays. Mais, bientôt en raison des circonstances particulières qui étaient les leurs (éloignement du centre de la Monarchie; spécificité, évangélisation et protection des populations autochtones; nécessité de protéger les relations commerciales, etc.) ils commencèrent, du point de vue politique, à se distinguer de plus en plus des royaumes castillans et à être gouvernés, et à se penser, comme s’ils constituaient une catégorie spéciale de royaumes. Est-ce à dire qu’ils étaient devenus des “colonies”, au sens moderne du mot? La réponse, nous semble-t-il, ne peut faire appel à ce que nous pensons être une colonie, mais aux conceptions et à l’imaginaire de l’époque.

28En ce sens, l’évolution que connaissent les Indes après l’affirmation  chez elles de l’Etat moderne, est moins une évolution “coloniale” qu’un processus de différentiation par rapport aux autres royaumes de la Couronne de Castille qui les rapproche des royaumes non-castillans de la Monarchie. En effet, des phénomènes tels que l’instauration de vice-rois en Amérique, la création d’un Conseil des Indes — semblable au Conseil d’Aragon ou d’Italie —, la progressive constitution d’un corpus législatif propre, quoique bâti sur le socle commun de la législation castillane, allaient dans ce sens. D’où l’apparition en Amérique de réflexes et de revendications qui s’apparentent à ceux des royaumes non-castillans, mais qui n’en restent pas moins paradoxaux. C’est le cas, par exemple, de la demande constante des créoles réclamant que les charges civiles et ecclésiastiques soient occupées par les natifs des Indes; exigence tout à fait compréhensible et, en général, satisfaite dans les Etats non-castillans jusqu’à la fin de la dynastie des Habsbourg,  mais extravagante à l’intérieur de la Couronne de Castille. En ce sens, les Indes, tout en restant légalement castillanes, évoluent dans la conscience de leurs habitants vers un statut, de plus en plus particulier au sein de la Monarchie, les rendant assimilables du point de vue des rapports qu’ils doivent entretenir avec le roi, à celui des anciens royaumes de la Couronne d’Aragon. Et cela même, lorsque, au XVIIIe siècle la dynastie des Bourbons met fin aux institutions publiques des royaumes de la Couronne d’Aragon. De ce point de vue, les Indes resteront jusqu’à la fin le bastion d’une vision plurielle de la Monarchie et des anciennes conceptions “pactistes”  — contractuelles — entre le roi et des Etats qui sont, ou qui se veulent, différents.

29C’est pourquoi, lorsqu’on se place à la veille de la guerre des Sept Ans — que tous nos auteurs s’accordent à considérer comme le grand tournant tant pour l’Amérique britannique que pour l’Amérique espagnole — la “constitution” politique de cette dernière présente un caractère si particulier et, pour tout dire, si ambigu. Car aux ambiguïtés, déjà signalées, venues de l’époque de sa fondation, sont venues s’en ajouter d’autres apparues pendant la période de faiblesse du pouvoir royal qui commence vers le milieu de XVIIe siècle. Parmi elles, l’une des plus importantes est sans conteste l’expansion de la vénalité des offices provoquée par les besoins financiers de la Couronne. Vénalité qui touche aussi bien les Indes que les royaumes européens, les charges qui sont juridiquement vendables et celles qui ne le sont pas…

30Les conséquences politiques en sont en maints domaines considérables. A l’échelle municipale et pour les cités les plus importantes, aussi bien en Espagne qu’en Amérique, cette pratique éloigna encore plus le fonctionnement des gouvernements municipaux de l’idéal d’un gouvernement local représentatif. Elle contribua de ce chef à rendre moins légitimes les Cortès en Espagne et moins sensible leur absence en Amérique. La vénalité des charges venait renforcer ce qui était déjà un trait caractéristique du système politique castillan: le remplacement des libertés collectives institutionnelles par les libertés-privilèges des individus et des corps. Car, comme le signale à juste titre Annino, les possesseurs d’offices considérèrent ceux-ci comme leur donnant droit à une relation contractuelle avec le roi fondée sur le respect de ces privilèges personnels, ce qui renvoie à la justice et non à la représentation.

31Cette conception, que l’on retrouve comme trait distinctif d’une “monarchie modérée” aussi bien dans la Monarchie espagnole que dans la France de la même époque, prenait une coloration particulière en Amérique puisque moultes charges vendues — celles de juges des audiencias, par exemple — ne pouvaient pas l’être légalement. Même si les acheteurs les ont considéré de la sorte, il n’en reste pas moins que, comme le dit Pietschmann, ces privilèges — ainsi que les pouvoirs quasi-seigneuriaux des hacendados — n’ont pas de fondement légal et ils sont même contra legem, renforçant de la sorte la corruption.

32C’est par tous ces traits qu’au milieu du XVIIIe siècle la “constitution historique” de l’Amérique espagnole, diffère  profondément de celle des colonies britanniques de l’Amérique du Nord. Dans la première, nous avons une Monarchie administrative au sein de laquelle la liberté est pensée comme relevant du respect d’une multitude de privilèges, formels ou informels, d’acteurs individuels et corporatifs, sans toutefois que fasse partie de cette liberté l’existence d’institutions représentatives bien établies. Celles-ci existent, quoique déformées au niveau local, mais elles sont inexistantes à l’échelon de la “province” ou du royaume. Dans la seconde, nous trouvons des communautés où les agents du pouvoir central sont peu nombreux et dotés de pouvoirs relativement faibles; des colonies héritières des libertés britanniques, où autant les libertés individuelles que la liberté collective de chaque communauté — son auto-gouvernement — sont garanties par l’existence, aussi bien au niveau local que provincial, d’institutions représentatives solidement implantées.

33C’est pourquoi, lorsque la Guerre des Sept oblige les deux monarchies, en vue d’accroître leur effort de défense et partant leurs ressources à repenser leurs relations avec l’Amérique, les ressemblances entre elles sont aussi claires que leurs différences. Dans les deux cas, il s’agit bien d’un projet nouveau, c’est-à-dire l’édification d’un véritable empire; ce qui suppose rendre plus étroitement solidaires ses différentes parties, renforcer le gouvernement central et faire prévaloir dans ces nouveaux ensembles les intérêts des “métropoles”. Dans les deux cas, cela entraînait une modification profonde des rapports traditionnels entre les deux continents et de l’égalité politique de leurs habitants. Cependant, les réactions des deux Amériques furent aussi différentes que l’étaient leurs “constitutions” respectives. Dans le cas britannique, la tentative de bâtir cette nouvelle solidarité impériale était une offensive évidente contre les droits des colonies puisque ces droits étaient formalisés et soutenus par des institutions représentatives. L’offensive était donc claire et parfaitement lisible pour tous; c’est pourquoi elle mènera tout droit à l’Indépendance.

34Tout autre était la situation en Amérique espagnole, où les grandes réformes de l’époque de Charles III — même si elles comportaient une mutation profonde dans la façon de concevoir et de gouverner les Indes — ne trouvaient devant elles qu’une “constitution” faite davantage de pratiques et de comportements coutumiers que d’institutions précises. Les textes légaux qui définissaient le statut des Indes n’étant pas changés, les mesures prises, même si elles répondaient à une nouvelle logique, étaient comme diluées par leur diversité même et par une application étalée dans le temps et dans l’espace. C’est pourquoi, les réactions aux plus impopulaires de ces mesures furent elles aussi, éparses: révoltes mexicaines contre l’expulsion de jésuites en 1767, “grande rébellion” du Bas et du Haut Pérou entre 1780 et 1783, révolte des Comuneros de la Nouvelle Grenade en 1781. Elles se firent, pour l’essentiel, dans l'ancienne  logique “pactiste” d’une protestation faite en appelant au roi contre le mauvais gouvernement de ses ministres.

35Par ailleurs, une chose est le rétablissement du contrôle royal — en Amérique espagnole —  et une autre l’instauration d’un contrôle qui n’existait pas auparavant — dans l’Amérique britannique. Les réformes bourboniennes pouvaient, en effet, être présentées comme la reconquête par la Couronne de prérogatives qu’elle avait dû abandonner dans des temps de faiblesse. En outre, ces mesures ne s’appliquaient pas seulement à l’Amérique puisqu’elles avaient déjà été mises en pratique dans l’Espagne péninsulaire. Les deux continents se voyaient soumis à un identique absolutisme. Enfin, le caractère très peu formalisé du système politique hispanique empêchait que les réformes fussent ressenties comme une offensive globale contre les droits des Américains et permettait aussi de multiples possibilités de négociation locale et de compromis. C’est pourquoi, le nouveau projet de monarchie ne mena pas alors à  l’Indépendance ni même à des tentatives véritables pour l’obtenir. L’Amérique espagnole restera massivement loyaliste jusqu’à l’abdication forcée de Ferdinand VII en 1808. C’est cet événement exceptionnel qui ouvre la grande crise de la Monarchie et va provoquer à terme son implosion. A terme, car le loyalisme des Indes et leur solidarité avec les patriotes espagnols en lutte contre Napoléon sont totales dans les premières phases de la guerre.

36Il faudra, pour rompre cette communauté de sentiments, que se pose d’une manière explicite et globale le problème de l‘égalité politique entre l’Espagne et l’Amérique. Elle se posera cependant inéluctablement, car la disparition du roi a mis fin aussi bien dans la pratique que dans la théorie à l’absolutisme. Celui-ci se révélait en effet impuissant à fournir une légitimité à la résistance espagnole et au loyalisme américain. Il fallut avoir recours à des théories contractualiste ou pactistes, plus ou moins modernes, et affirmer la réversion de la souveraineté à la nation, ou aux peuples, ce qui à son tour amenait à parler d’auto-gouvernement et de représentation. D’auto-gouvernement, car l’autorité centrale de la Monarchie ayant disparue, ce sont d’abord les peuples — les royaumes et les provinces — qui assumèrent cette souveraineté en formant des juntes de gouvernement. De représentation, puisque c’est par elle seulement que tous les pouvoirs provisoires, locaux ou central, pouvaient être légitimés.

37Dans les deux cas, il fallait définir d’une façon immédiate, urgente et institutionnelle, les droits politiques respectifs des deux parties de la Monarchie. C’est alors qu’apparurent au grand jour deux façons opposées de la concevoir qui n’avaient pas cessé de progresser dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. On trouve chez les élites gouvernantes ou intellectuelles espagnoles, la vision nouvelle d’une monarchie unitaire et homogène dont la construction est déjà bien avancée dans la péninsule ibérique. Il s’agit d’une monarchie pensée d’une façon presque moderne comme un empire colonial, formé par une métropole jouissant de la plénitude des droits et de colonies dépendantes de cette dernière, existant pour son profit et dotées de droits politiques inférieures à ceux de la métropole. La vision la plus répandue en Amérique espagnole est beaucoup plus traditionnelle, pré-bourbonienne pourrait-on dire, dans la mesure où les Américains conçoivent toujours la Monarchie (de plus en plus peut-être) comme plurielle, formée par des royaumes et des provinces unis seulement dans la personne du roi et égaux en droits à ceux de l’Espagne péninsulaire.

38Ces divergences de vues sur les droits respectifs des deux parties de la Monarchie, restées jusqu’alors confinées dans le domaine des idées et des imaginaires (du point de vue légal le statut des Indes n’avait jamais été modifié), deviennent maintenant un problème très pratique et urgent. Il s’agit en premier lieu, en effet, de savoir si les tentatives des Américains visant à former des juntes analogues aux juntes espagnoles sont ou non légitimes; et, en second lieu, de décider quelle sera la représentation américaine dans les institutions nouvelles qu’il faut alors constituer dans le centre de la Monarchie : la Junte Centrale de gouvernement en 1808-1809 et les Cortès en 1810. Dans les deux domaines, l’attitude des Espagnols péninsulaires va être la cause essentielle d’une rupture que le loyalisme américain de 1808 ne laissait pas prévoir si proche. En effet, leurs déclarations répétées d’égalité politique entre les deux continents vont de pair avec une négation pratique de cette égalité. Celle-ci se manifeste dans la non-acceptation de juntes autonomes américaines, dans l’attribution à l’Amérique d’un nombre de représentants bien inférieur à celui de la péninsule, malgré une population supérieure…

39Ce refus pratique de l’égalité va entraîner à la fois la rupture politique et ce qu’on pourrait appeler un retournement identitaire. La rupture politique passe d’abord par la formation de juntes américaines autonomes dans certaines régions d’Amérique, puis par la non reconnaissance réciproque des pouvoirs provisoires espagnols et américains, enfin par une guerre en Amérique qui est à la fois une guerre extérieure contre les Espagnols de la “métropole” et une guerre civile contre les Américains loyalistes.

40Au cours de cette guerre les insurgés effectuent une relecture de leur histoire qui servira à légitimer l’Indépendance. Le refus tout à fait actuel de l’égalité politique moderne, est englobé dans les anciennes revendications créoles d’accéder en priorité aux charges dans leurs royaumes. Le passé devient une longue période d'oppression provoquée par la rupture du pacte qui intégrait les Indes dans la Monarchie. Les loyalistes américains eux-mêmes, qui maintiendront pendant plus de dix ans encore leur attachement à l’unité de l’ensemble hispanique, ne diffèrent pas profondément des insurgés dans cette aspiration à l’égalité politique des deux continents. Ils participeront aux Cortès de Cadix et arracheront, au terme d’une longue bataille politique, la quasi-égalité de la représentation aux Cortès. Mais ils échoueront dans leur tentative de formuler et de faire accepter par les Espagnols de la péninsule un nouveau modèle politique qui aurait donné une expression constitutionnelle moderne à l’ancienne aspiration de royaumes et des provinces américains : jouir d’une existence politique autonome au sein de la Monarchie. La conception unitaire de la Nation était alors un paradigme incontestable en  Espagne.

41La comparaison avec l’Indépendance des colonies britanniques de l’Amérique du Nord est ainsi à la fois trompeuse, pertinente et éclairante. Trompeuse, car l’origine de la crise qui aboutira à terme à la désintégration politique de la Monarchie hispanique est extérieure à cette dernière et ne résulte pas d’une tentative de redéfinition des relations entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Pertinente, cependant, dans une seconde phase, lorsque à la faveur de la renaissance de la représentation, les Américains espagnols se battent pour la reconnaissance de l’égalité de leurs droits avec les Espagnols péninsulaires et pour ce qu’ils estiment être la constitution — “historique” — des Indes; pertinente aussi car, comme en Amérique du Nord, la guerre contre la métropole fait surgir chez les insurgés une identité “américaine” nécessaire pour se différencier de leurs adversaires européens. Eclairante, enfin, parce que cette identité globale hispano-américaine est très faible; elle ne sera vraiment opérationnelle que pendant la guerre, mais elle se montrera incapable de servir à la construction d’une nouvelle nation unifiée.

42Les raisons en sont multiples et parfois même paradoxales. D’une part, parce que les différents royaumes et provinces de l’Amérique espagnole son dispersés sur un très vaste espace occupé, en outre, de façon discontinue. D’autre part, parce que la construction d’identités culturelles en quelques royaumes de l’Amérique espagnole, comme le Mexique ou le Chili, était beaucoup plus avancée que celle des colonies britanniques, à tel point qu’on peut les considérer dès cette époque comme des proto-nations. Enfin, parce que, à la différence de l’Amérique du Nord où les identités provinciales avaient un contenu politique certain concrétisé dans des institutions représentatives, en Amérique espagnole, sauf dans les deux cas déjà cités, les unités politiques régionales sont des divisions administratives de l’Etat et non de la société. Les seules entités sociales qui aient une dimension politique certaine, ce sont les cités principales, sans qu’il existe au-dessus d’elles des institutions représentatives pouvant servir de base à la construction d’une nation fondée sur les nouveaux principes de la souveraineté du peuple. C’est pourquoi, une fois disparu l’ancien principe d’unité de la Monarchie, à savoir le lien personnel des individus et des communautés avec le roi, rien ne put enrayer la désintégration. Celle-ci l’emporta, ce qui explique la lenteur et le caractère conflictuel du processus de formation des “nations” en Amérique espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Guerra, « L’etat et les communautes : comment inventer un empire? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Guerra, François-Xavier, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/625

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page