Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

Antecedents historiques du "chavisme"

Ou: quels antécédents historiques pour ce qu'il est convenu d'appeler désormais le "chavisme"?
[14/02/2005]

Texte intégral

  • Je tiens à remercier ici, pour leur complicité historiographique ou leurs commentaires critiques, I (...)

1Le phénomène Chávez, désormais promu au rang d'idée si ce n'est de doctrine, est atypique, en tout état de cause déconcertant : tels sont les premiers jugements formulés — en particulier dans les media internationaux, nord-américains et jusque dans un journal d'habitude plus nuancé, El País — par la plupart des commentateurs, aussi bien des précédents de la victoire d'Hugo Chávez (tentative de coup d'Etat de février 92, modalités de la campagne électorale) que de la première année de gouvernement du nouveau mandataire. Telle est d'ailleurs l'appréciation la moins inexacte que l'on peut porter, compte tenu de l'immédiateté de l'événement, sur le personnage, et son mode de gouvernement.

2Il ne s'agit pas ici de juger (ce n'est pas le rôle de l'historien, même dans le cas d'épisodes trouvant des prolongements actuels), encore moins d'interpréter. Pas davantage d'examiner les causes de cette mutation politique que connaît de toute évidence le Venezuela d'aujourd'hui (défiance de l'opinion publique face aux partis traditionnels, corruption généralisée etc.), certains analystes les ayant retracées dans le détail. Mais en un moment où le seul horizon historique du passé semble se ramener au défunt pacte de Punto Fijo, autrement dit à 1958, date initiatrice de "trente années de démocratie" qui prennent fin avec les événements — caracazo — de février 89), il ne me semble pas inutile d'effectuer quelques retours en arrière, afin d'éclairer certaines des prises de position de part et d'autre, en tenant compte cependant du fait suivant : la "culture politique", telle que l'on entend en France, n'a pas véritablement d'équivalent au Venezuela ou du moins n'a pas le même sens (d'où les "facilités" d'argumentation des populismes locaux), rarissimes sont donc les analystes qui se sont penchés sur le passé national (ainsi l'expérience de la constituante de 1946, mais antérieure à … 1958) afin de trouver des réponses aux inconnues d'aujourd'hui.

3L'une des raisons essentielles de ce phénomène réside (et nous avons là un lien de cause à effet) dans les modalités d'écriture de l'histoire nationale, qui depuis les premières décennies de la vie républicaine et indépendante du pays, tend à fonctionner par occultation (voir les travaux de l'historien et diplomate Germán Carrera Damas sur ce point), privilégie les "cultes populaires" et les "mythes nationaux" (Bolívar …). Rappelons à cet égard que l'école d'histoire de l'Université centrale (Escuela de Historia) ne remonte qu'à une trentaine d'années, et le département d'histoire à une cinquantaine.

  • 1 Publications de la fondation Betancourt, ouvrages également sur Medina Angarita, Pérez Jiménez. Sur (...)
  • 2 Un exposé des raisons qui président à la "diabolisation" de Chávez par les acteurs principaux de la (...)

4Autres raisons, sur lesquelles je n'insisterai guère puisque tel n'est pas le propos de cette présentation : le problème de l'accès aux archives récentes (depuis Medina Angarita), l'entrée tardive dans le XXe siècle (qui se serait faite, comme le soulignent de nombreux historiens, avec Gómez, "tyran libéral"), le rôle des dictatures (Pérez Jiménez, l'exil de l'intelligentsia etc.). L'histoire officielle est donc une réalité qui n'est rompue que depuis quelques années, et encore, par certaines initiatives et publications émanant d'historiens, de sociologues, de spécialistes de science politique et d'anciens responsables gouvernementaux1. D'où les incertitudes qui président à l'interprétation, à la compréhension du "chavisme", maillon faible de la chaîne sécuritaire continentale qui interpelle de ce fait les puissances politiques et financières2.

La "culture du despotisme" et les "crises" successives : des racines "historiques"?

  • 3 Analítica, semanal, 3/10/99, Ysrrael Alberto Camero Guevara : "El largo andar de la democracia: con (...)

5Le point de départ de cette interprétation réside dans "l'orgie verbale", la logorrhée qu'affecte le nouveau président, qui contraste avec le silence de la période calderiste. Citations de Nietzsche, Gramsci, Withman, Bolívar, Neruda (le "Canto a Bolívar"), Jésus-Christ, Guacaipuro, Ezequiel Zamora, références à la Révolution française, à Tony Blair et à une troisième voie, ou au Précurseur Miranda à l'appui. Mais cette critique acerbe du discours présidentiel se fondent pour l'essentiel sur les affirmations formulées à l'endroit du pouvoir constituant, lesquelles auraient de profondes racines historiques, compte tenu du laps de temps somme toute assez court dévolu au régime "démocratique", avec toutes les ambiguïtés et glissements que l'on sait. D'où la crainte que cette élection ne débouche, de fait, sur "l'exercice arbitraire du pouvoir" : pourquoi tant de hâte à mettre sur pied la constituante, dans un contexte social et économique préoccupant, pourquoi rechercher une légitimité à tout prix (par le biais du référendum), et enfin, quelles conséquences pourrait avoir une constituante soumise "à l'hégémonie exclusive du Pôle Patriotique" voire de forces armées, qui parce qu'elles détiennent le monopole de la force, ne peuvent être considérées comme une institution parmi d'autre, et doivent par conséquent être subordonnées au pouvoir civil, dans le cadre d'un système démocratique? Telle est la question que pose notre commentateur, qui rappelle les conséquences "néfastes" de l'expérience de 1946. D'autres analystes s'interrogent dans une perspective quelque peu voisine : à côté des changements qui s'annoncent dans ce que l'on a appelé la "paradoxale vie républicaine" faut-il y voir une tentative de retour à un passé perdu3?

6Plus de que du rappel de la longue suite de guerres civiles, et du phénomène caudilliste qui caractérise le XIXe siècle depuis le règne pourrait-on dire, de Páez au gocho, (voir sur ce point Inés Quintero : El ocaso de una estirpe, à propos des caudillos andins, dont le dernier en date serait … CAP), il convient à cet égard de se reporter à une période plus récente, postérieure à l'entrée du Venezuela dans le XXe siècle et la modernité (ce n'est pas une redondance puisque ce fait coïnciderait avec le gouvernement de Gómez, "tyran libéral" …). Les variations sur le thème de la démocratie participative et la réforme de la constitution renvoient cependant à un autre moment-clef de l'histoire des institutions et de la vie politique vénézuélienne : le 23 janvier 1958, que l'on tend à expliquer de la même façon en remontant au 18 octobre 1945, date fondatrice de la démocratie, ou encore à l'explosion populaire du 14 février 1936. Ce sont ces dates-clefs qui marqueraient véritablement la naissance de la démocratie, la fin non des dictatures mais de la peur qu'elles engendrent, et en tout état de cause d'une guerre civile rémanente et inscrite dans l'imaginaire politique national (populaire y compris).

  • 4 Manuel Caballero, Las crisis de la Venezuela contemporánea, Caracas, Monte Avila Editores/Contralor (...)

7Tels sont les marqueurs chronologiques des "crises du Venezuela contemporain", comme l'a souligné Manuel Caballero. Dans cette perspective, 1903 serait l'"explosion de la paix", 1928 le temps des reconsidérations idéologiques, 1936, la "libération de la peur", et surtout, 1945 verrait l'apparition de "deux nouveaux acteurs" (AD, COPEI), 1958 la "crise de la démocratie et du modèle culturel" (les principaux acteurs du système devenant les partis politique : AD, COPEI, URD, voire le PCV, malgré son exclusion de fait de la vie politique, et, dans les premières années, l'armée, en tant que corps non délibérant, en marge de la vie politique et gardienne des institutions : les acteurs de 1958 tentent en fait de ne pas répéter les erreurs de 1945-48, en d'autres termes de fonder une démocratie où les adversaires politiques se respecteraient) ; quant à l'année 1983, elle est celle de la "crise du modèle économique", et 1992 renvoie sans ambiguïté aucune à la "crise des institutions"4.

  • 5 Voir l'interview de Laurence Debray en janvier 1998, dans L'Ordinaire Latinoaméricain, n°173-174, j (...)

8La crise du système politique dans son ensemble se trouvait en germe depuis le 18 février 1983, le fameux "vendredi noir", l'incapacité à mener des réformes conduisant à cette autre crise — sociale celle-là — du 27 février 1989. Vint ensuite le déclin, la perte de légitimité des institutions de gouvernement, et les tentatives de coup d'Etat des 4 février (dont Chávez fut l'un des protagonistes majeurs) et 27 novembre 1992. Le Président se plaît d'ailleurs à souligner que sa candidature s'est inscrite dans le droit fil du 4 février 1992, rappelant au passage que le Président en exercice, alors Rafael Caldera, avait ce jour-là déclaré devant le Congrès que le peuple ne pouvait défendre cette démocratie5. De sorte que la victoire de Hugo Chávez le 6 décembre 1998 vient non de ce qu'il représente, ou de ce qu'il propose à ce moment précis, mais de son opposition marquée à un système de représentation perverti, et à un système de partis corrompu. Face aux épouvantails du caudillisme et du militarisme, et aux lieux communs qu'ils engendrent (il n'existe que peu d'études conséquentes sur le caudillisme en tant que phénomène politique, comme en témoignent les confusions permanentes, réitérées, parfois volontaires, entre leadership politique et caudillisme, ou encore entre caudillisme et autoritarisme, toujours dans le cas vénézuélien bien entendu), c'est en fait le discours démocratique qui a perdu sa légitimité, et tout particulièrement celui issu du modèle octubrista, qui a cessé de rassembler, ou du moins perdu sa vocation à réunir. Il reste que le Venezuela n'est pas le Chili de Pinochet ou le Nicaragua de Somoza, contrairement qui en a été donnée dans certains media.

9D'où l'une des définitions significatives proposées à l'endroit du chavisme :

  • 6 William Izarra, "El nuevo sistema político", Venezuela Analítica, octubre de 1999.

10"Position idéologique, sentimentale ou fortement émotionnelle assumée par un individu ou des groupes d'individus, en liaison avec le projet de changement et de reconstruction de la Patria, porté par le leader charismatique Hugo Chávez. Ce leadership symbolise et synthétise l'ensemble du processus de lutte politique qui surgit avec l'apparition du système de démocratie représentative dans les années 60. Le chavisme n'est pas un bloc de pensée compact et homogène chez ceux qui le revendiquent. Il ne se fonde pas davantage sur une conception idéologique unique. Le chavisme va bien au-delà de Hugo Chávez. Il s'agit de l'action spontanée d'un collectif qui s'appuie sur une position irréductible de changement du système de vie. Dans le chavisme peuvent donc coïncider diverses visions du monde et de la politique"6.

Le "chavisme", avatar ou négation du 18 octobre?

  • 7 Une synthèse de cette période dans notre ouvrage Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, (...)
  • 8 Voir l'interview de Laurence Debray, op. cit.

11Gouvernement "national-révolutionnaire" ou régime "national-réformiste"? La question que l'on se posait à l'endroit du triennat de 1945-48 (el trienio adeco) trouve par conséquent d'étranges échos sous le gouvernemement chavista 7. De fait, Hugo Chávez lui-même fait remonter l'origine des problèmes et incertitudes d'aujourd'hui à une trentaine d'années, en d'autres termes au "pacte fondateur" de la démocratie vénézuélienne, et, avant lui, au coup d'Etat du 18 octobre 1945 (contre le régime de Isaías Medina Angarita), qui aurait ouvert la voie au "modèle adeco8"? Ce que ses détracteurs ou opposants ne contestent guère, pas plus que les historiens qui se sont penchés sur cette période agitée de l'histoire nationale. Manuel Caballero décrit en ces termes ce moment-clef :

  • 9 Manuel Caballero, Las crisis …, p. 77. Le texte de Rómulo Betancourt évoqué par l'auteur est Venezu (...)

"Le 18 octobre 1945, une révolte militaire éclata au Venezuela. Ce ne fut pas, et contrairement à ce que prétendirent sur le moment les protagonistes, un mouvement civico-militaire, mais, comme Betancourt l'a reconnu des années plus tard, un pronunciamiento militaire de facture classique, avec l'appui d'un petit groupe de civils, appui qui s'étendit de manière considérable lorsque l'on sut que ce groupe était formé de quatre principaux dirigeants du parti "Acción Democrática", et qu'ensuite le verdict des urnes le confirma sans conteste"9.

12Les événements du 18 octobre suscitèrent d'entrée un certain nombre de rejets, voire l'incompréhension : aussi bien chez les anciens compagnons de Gómez, ceux-là même qui avaient rompu avec le dictateur et partageaient le pouvoir avec López Contreras et Medina Angarita, personnages issus d'une élite économique et sociale jusqu'alors privilégiée, et qui aspiraient à des changements politiques pacifiques. Crainte du communisme, de la présence de "ceux-den bas", d'un discours aux principes parfois "révolutionnaires". Malgré les réserves formulées par les élites, la dynamique de changement s'imposa, le coup d'Etat de 1945 symbolisant désormais la rupture avec le passé, et la volonté d'éloigner de ses espaces de pouvoir l'ancienne classe politique, tout en érigeant sur des bases nouvelles le système politique du Venezuela.

  • 10 Inés Quintero, "El chavismo: ¿Resurrección o muerte del 18 de octubre?", inédit.

13De cet événement surgit une nouvelle élite politique (celle-là même qui allait gouverner le pays pendant plus de quatre décennies), formée, non d'anciens collaborateurs déçus des gouvernements précédents, mais de ses détracteurs et de ses plus implacables critiques d'où la signification historique qui lui est attribuée. La Junta Revolucionaria de Gobierno prit des mesures hautement symboliques, approuvant la création des Tribunaux dits de responsabilité civile et administrative, et décrétant que nul recours ne serait admis à l'encontre de ses décisions, pas plus qu'à l'endroit de la junte elle-même (ce qui motiva la démission de Rafael Pisani, membre de la Haute Cour Fédérale et de Cassation). Afin de rendre effective cette volonté de changement, une Assemblée Nationale Constituante fut convoquée, et ses membres élus au suffrage universel, direct et secret. Les candidats de AD obtinrent 65.6% des sièges. Aucun représentant de l'"Ancien Régime" n'y figurait. L'Assemblée prit ses fonctions le 17 décembre 1946. Six mois plus tard, le 5 juillet 1947, elle promulguait la nouvelle charte constitutionnelle. Malgré le revers du 24 novembre 1948 et le renversement politique du nouveau régime, il n'y eu pas de retour en arrière politiquement parlant, dans la mesure où l'on n'assista pas à un retour des élites traditionnelles et pas davantage à une remise en question des principes de modernisation avancés à cette occasion10.

  • 11 Luis Castro, El dilema octubrista …, p. 10-B.

14Mais ni l'action des partis, ni la majorité obtenue lors des élections ne purent empêcher le renversement du Président élu, Rómulo Gallegos, en 1948, et l'installation de la dictature. Ou plutôt, comme le souligna Luis Castro Leiva, le "développement de l'idée morale de dictature", instrument conceptuel inhérent à la théorie républicaine du pouvoir, mais aussi solution du dernier recours, d'après le républicanisme libéral, afin de préserver la liberté et avec elle, la possibilité d'une vie publique morale. Cet auteur mentionne à titre d'exemple de ces "dictatures morales" : le trienio adeco ou dictature du "parti du peuple" ; celle, implicite, du renversement de Rómulo Gallegos, ou dictature républicaine "classique", qui dura jusqu'au "magnicide" ; et enfin celle de Pérez Jiménez, dictature de la force pure et simple (mais il faudrait rappeler là encore l'un des qualificatifs communément appliqués à cette période, tout du moins avant l'institutionnalisation de la répression, celui de dictablanda). Les trois présidences issues de l'"esprit du 23 janvier" (Betancourt, Leoni et Caldera, de 1959 à 1974) seront liées au triomphe du libéralisme et se situeront en rupture relative avec les principes marxistes présents dans le "dilemme d'octobre" (entre liberté, démocratie et marxisme) dont l'auteur ne serait autre que Betancourt11.

  • 12 Maria Sol Pérez Schael, El excremento del diablo …, p. 69.

15Rappelons qu'au nombre des conjurés d'octobre 1945 figuraient le major Marcos Pérez Jiménez, les lieutenants Martín Márquez Añez, Francisco Gutiérrez, Horacio López Conde, Carlos Morales, et les civils (de la première heure, si l'on en croit le témoignage de R. Betancourt lui-même), Rómulo Betancourt et Raúl Leoni, rejoints plus tard par d'autres hommes de confiance de Betancourt : Luis Beltrán Prieto Figueroa et Gonzalo Barrios. Revenant sur l'expérience de l'Assemblée constituante de 1946, Maria Sol Pérez Schael rappelle ainsi que cette "première expérience démocratique" qui connut l'apothéose lors des élections d'octobre 1946, se caractérisa lors de la consultation présidentielle de décembre 1947 par une augmentation du taux d'abstention (38.97% dans le District fédéral, plus de 40% dans les Etats d'Aragua, Sucre et Lara), le parti Acción democrática passant dans le même temps de 1.099.000 à 870.000 électeurs : "L'euphorie était née alliée à la déception"12.

16Le 23 janvier 1958 (chute de Pérez Jiménez), les alliés militaires de 1945 se trouvent défaits alors qu'émerge à nouveau le système des partis. La signature du Pacte de Punto Fijo consolide le processus démocratique et confère une légitimité aux partis, en tant que véhicules de participation politique, et facteurs de stabilité démocratique. On peut donc considérer que les héritiers du 18 octobre ont "capitalisé" (l'expression est d'Inés Quintero) la direction du processus sans introduire de changements substantiels dans le modèle en vigueur depuis 1958. 1998 signifia leur évincement du pouvoir, non par un acte de force mené par une camarilla agissant en marge de la société vénézuélienne, mais en vertu de la décision exprimée par la majorité du corps social (au suffrage universel direct et secret) d'écarter du pouvoir les bénéficiaires et perpétuateurs du système instauré quelques décennies auparavant.

  • 13 Ysrael Alberto Camero Guevara, "El largo andar de la democracia : continuidad y cambio a finales de (...)

17Les nouveaux vainqueurs défendent ostensiblement cette rupture avec le passé, symbolisée bien évidemment par le projet de constitution, la non-allégeance à l'ancienne classe politique même si l'on retrouve certains représentants de précédents cabinets ministériels dans l'équipe ou l'entourage chaviste, et même l'un des participants au processus de Punto Fijo : Luis Miquilena, président de l'Assemblée, fut secrétaire général de l'Union Républicaine démocratique lors de la signature du pacte, et jouerait maintenant un rôle de modérateur. Le ministre de la planification, l'ancien universitaire (professeur de la UCV) Jorge Giordani, a côtoyé Carlos Andrés Pérez. Arcaya est le fils du dirigeant de l'URD, et a été ambassadeur ou consul dans diverses parties du monde. José Vicente Rangel n'est pas non plus un nouveau venu des luttes politiques. Quant à Manuel Quijada, il a été ministre de l'économie (Fomento) de Luis Herrera : la rupture revendiquée au niveau des idées - ou des idéaux, bien que les détracteurs du chavisme lui reprochent désormais son conservatisme même "de gauche" - ne l'est donc pas toujours au niveau des hommes13. Cela étant, le "chavisme" et les changements qu'il revendique ou augure, s'explique cependant et peut-être davantage par l'aspect générationnel que par des fondements idéologiques. La relève a été prise, d'un certain nombre de "générations" : celle de 28, du "betancurisme", dont le projet politique positif sur bien des points mais qui a souffert quelques réajustements ; celle de 58, placée d'entrée sous l'égide des vétérans de 28, et qui mit en pratique véritablement un modèle politique auquel l'or noir apporta une solidité certaine. Là encore, cette génération touche à sa fin, malgré la présence de certains de se représentants dans les cercles chavistes ou les cabinets ministériels (Miquilena, Rangel). De fait, la majeure partie des dirigeants chavistes appartiennent à une génération beaucoup plus jeune (trente, quarante ans), influencée par les idées de gauche, et par conséquent, beaucoup moins expérimentée sur le plan politique, en tout état de cause sans expérience gouvernementale.

18Autre nuance qu'il conviendrait d'apporter à la compréhension du "chavisme" : le fait que la gauche vénézuélienne se trouve séduite, et engagée dans sa presque totalité aux côtés du nouveau leader (rappelons que Rangel fut le candidat historique de la gauche, et les partisans d'Aristóbulo Isturiz occupent cabinets ministériels et postes de responsabilité). A l'exception de quelques groupes (ou groupuscules), tels que les partisans de Teodoro Petkoff.

En guise de conclusion : un ensemble de contre-références entre construction mythique et rejet du système des partis

  • 14 "La revolución sectaria", Venezuela Analítica, n°45, novembre 1999. Inés Quintero, "Del sectarismo (...)

19Davantage peut-être que l'"esprit du 4 février" (selon son auteur) malgré l'incontestable résonnance de l'événement dans l'opinion publique, c'est la "honteuse dictature des partis" (AD, COPEI) a eu pour vertu de fédérer un électorat électorat chaviste profondément disparate, dans un contexte qui n'est plus, depuis longtemps, celui de la Venezuela saudita, lorsque les revenus tirés de la manne pétrolière pansaient les maux de la nation. Dans un climat radicalisé, volontiers anti-politique, ce ciment de contre-références, mêlant l'invocation de mythes nationaux (re)constitués à un discours nationaliste rédempteur et fortement personnalisé, comporterait un risque majeur : celui de déboucher sur une pratique récurrente que Trino Márquez a appelé la "révolution sectaire" : d'une part en raison de l'appui majoritairement populaire au projet de Chávez, motivé par le rejet des partis traditionnels (l'"Ancien Régime"), d'autre part compte tenu du "sectarisme" qui caractériserait d'une manière similaire la "révolution démocratique bolivarienne"14.

  • 15 Ysrael Alberto Camero Guevara, "El largo andar de la democracia : continuidad y cambio a finales de (...)

20Sans compter cet invariant essentiel (cet autre mythe) de l'histoire du Venezuela, et qui semble se répéter ici : la lutte entre leadership civil, politique (défendu par toute la génération fondatrice de la démocratie, qui s'est élevée d'abord contre les dictatures de Gómez puis de Pérez Jiménez) et leadership armé, militaire. A cet égard, l'une des manières d'interpréter le score électoral flatteur de Chávez serait la négation populaire à toute une génération qui s'est opposée à la thèse de Vallenilla Lanz du "gendarme nécessaire", opposition entre deux traditions qui, depuis la conversation entre Vargas et Carujo, conduisent à opposer liderazgo civil et liderazgo militaire15.

  • 16 Voir le forum organisé avec Manuel Caballero par Analítica Research : "Venezuela: un nuevo ciclo hi (...)

21La multiplicité des référence historiques (p.ex : Bolívar et Ezequiel Zamora, que l'on peut opposer tant en ce qui concerne les modalités de leur lutte politique qu'en ce qui concerne leurs options gouvernementales : centralisme contre fédéralisme), leur diversité parfois extrême, expliquent par conséquent la difficulté qu'il y a à définir une "idéologie" chaviste et à en reconstituer les antécédents historiques. Et plus encore si l'on considère non plus le "chavisme" mais son dynamique porte-parole, représentant d'une société ethniquement et socialement métissée d'une part (mais pas nécessairement représentée aux échelons les plus élevés du pouvoir politique), et d'une institution désormais partie prenante dans le gouvernement du pays, les forces armées. Sommes-nous devant la "fatale répétition d'un épisode déjà vécu", une "régression" voire une "réaction" — aux fondements populaires — dans le cadre de la "guerre civile" amorcée le 4 février 92 et perpétuée jusque dans le discours présidentiel (Manuel Caballero) ou, au contraire, devant une occasion exceptionnelle de comprendre les changements — ou réajustements — auxquels aspire la société vénézuélienne (en termes de gouvernants, sans nécessairement déboucher sur une dictature mais peut-être une "fusion" politico-militaire), forte d'un capital politique indiscutable: sa "culture démocratique" (Inés Quintero)? Tel demeure le principal défi auquel se trouve confronté, en terme de projets et dans le long terme, le "chavisme" qui, dans l'immédiat, semble donc nous renvoyer davantage à une étape qu'à un mouvement politique structuré ou à une idéologie précise16.

L'Ordinaire latino-américain, n°177, juillet-septembre 1999, pp. 103-109.

Haut de page

Notes

Je tiens à remercier ici, pour leur complicité historiographique ou leurs commentaires critiques, Inés Quintero, et Pedro Calzadilla, lecteur on ne peut plus attentif de ces lignes.

1 Publications de la fondation Betancourt, ouvrages également sur Medina Angarita, Pérez Jiménez. Sur la "culture démocratique" du Vénézuélien, voir l'étude de la politologue María Teresa Romero, "El impacto de la globalizacióñ en la cultura democrática venezolana", Venezuela Analítica, août 1999 (documents).

2 Un exposé des raisons qui président à la "diabolisation" de Chávez par les acteurs principaux de la mondialisation dans Ignacio Ramonet, "Chávez", Le Monde diplomatique, n°547, octobre 1999. Voir également l'entrevue de Chávez dans El País, 25 octobre 1999.

3 Analítica, semanal, 3/10/99, Ysrrael Alberto Camero Guevara : "El largo andar de la democracia: continuidad y cambio a finales del siglo XX venezolano". Le texte polémique d'Aníbal Romero, "La cultura del despotismo", publié initialement dans El Universal (19/1/1999) a été repris dans la Bitbiblioteca (http://www.analitica.com/bitbiblio/aromero/despotismo.htm). Voir également, du même auteur, "La gran farsa constituyente", Venezuela Analitica, n°44, octobre 99. Sur l'évolution des nouvelles relations entre pouvoir civil et forces armées (tutelle des militaires, militarisation du pouvoir civil ou symbiose civco-militaire) dans le ocntexte de l'hémisphère, voir Carlos A. Romero, "Notas para entender a mi país" (III parte), Venezuela Analítica, Août 1999 (documents).

4 Manuel Caballero, Las crisis de la Venezuela contemporánea, Caracas, Monte Avila Editores/Contraloría General de la República de Venezuela, 1998. L'ouvrage d'Inés Quintero a été publié à Caracas par Alfadil en 1989.

5 Voir l'interview de Laurence Debray en janvier 1998, dans L'Ordinaire Latinoaméricain, n°173-174, juillet-décembre 1998. Pour une analyse du 4 février 1992 : Heinz R. Sonntag, Thaís Maingón, Venezuela: 4F-1992. Un análisis sociopolítico, Caracas, Editorial Nueva Sociedad, 1992. Et de Angela Zago, La rebelión de los ángeles. Reportaje. Los documentos del movimiento, Caracas, Warp Ediciones, 1998 ; plus méconnu, iconoclaste car remettant en question le mythe de la démocratie vénézuélienne, l'essai de Jon Lacasa Astigarraga, "¿Fue legítimo el golpe del 4 de febrero de 1992?", Venezuela Analítica, février 1999.

6 William Izarra, "El nuevo sistema político", Venezuela Analítica, octubre de 1999.

7 Une synthèse de cette période dans notre ouvrage Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L'Harmattan, 1998 et une excellente approche dans Luis Castro Leiva, El dilema otubrista: 1945-1987, Caracas, Cuadernos Lagoven, Serie Cuatro Repúblicas, 1988. Du même auteur, Este octubre nuestro de todos los días, Caracas, Fundación CELARG/Cátedra Rómulo Gallegos, 1997. Autre réflexion sur le "pragmatisme inutile" (de 1945 à 1992), dans la ligne des questions posées par L. Castro : Maria Sol Pérez Schael, El excremento del diablo. La democracia venezolana y sus protagonistas: Betancourt, Caldera y Pérez, Caracas, Alfadil Ediciones, 1997

8 Voir l'interview de Laurence Debray, op. cit.

9 Manuel Caballero, Las crisis …, p. 77. Le texte de Rómulo Betancourt évoqué par l'auteur est Venezuela: polticia y petróleo, México, FCE, 1956.

10 Inés Quintero, "El chavismo: ¿Resurrección o muerte del 18 de octubre?", inédit.

11 Luis Castro, El dilema octubrista …, p. 10-B.

12 Maria Sol Pérez Schael, El excremento del diablo …, p. 69.

13 Ysrael Alberto Camero Guevara, "El largo andar de la democracia : continuidad y cambio a finales del siglo XX venezolano", Idem.

14 "La revolución sectaria", Venezuela Analítica, n°45, novembre 1999. Inés Quintero, "Del sectarismo como práctica política", El Nacional, 24 de febrero de 1999.

15 Ysrael Alberto Camero Guevara, "El largo andar de la democracia : continuidad y cambio a finales del siglo XX venezolano", Idem.

16 Voir le forum organisé avec Manuel Caballero par Analítica Research : "Venezuela: un nuevo ciclo histórico ¿Revolución democrática o militarismo?", Venezuela Analítica, n°45, novembre 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Antecedents historiques du "chavisme" », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Langue, Frédérique, mis en ligne le 14 février 2005, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/628

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page