Navigation – Plan du site
Colloques | 2012
L'Invention d'Edmundo O'Gorman – Colloque EHESS - 3 et 4 novembre 2011
Adrien Delmas, Pablo Avilés Flores et Alejandro Cheirif Wolosky

L’Invention d’Edmundo O’Gorman

3 et 4 novembre 2011, EHESS, Paris
[26/06/2012]

Texte intégral

1Il y a certainement quelque chose d’ironique à organiser un colloque sur Edmundo O’Gorman à Paris, Paris qu’il qualifiait volontiers de temple de l’orthodoxie de l’histoire pour mieux se déclarer lui-même hétérodoxe. Non que nous ayons senti le besoin de rendre Don Edmundo plus fréquentable, lui qui (et les éminents historiens mexicains réunis à cette occasion qui ont eu le privilège de le connaître l’ont confirmé) était un personnage haut en couleur, mais notre objectif était bien de faire connaître ses travaux, d’inviter à la lecture ou la relecture de ses écrits, de donner ou de redonner une visibilité à une œuvre qui n’a peut-être pas toujours reçu la place qu’elle mérite. À côté d’une admiration certaine, le point de départ de nos discussions autour des écrits de l’historien-philosophe fut le constat, presque paradoxal, de sa présence à la fois forte et empruntée dans de nombreux travaux contemporains d’histoire et d’historiographie. La invención de América est déjà devenu un classique mais comme tout bon classique, beaucoup le connaissent mais peu l’ont lu. Que dire de la Breve historia de las divisiones territoriales (1937), de Crisis y porvenir (1947), de La idea del descubrimiento (1951), du México, el trauma de su historia (1977) ou du Destierro de sombras (1986),  des ouvrages qui sur plus de quatre décennies ont démontré la fidélité de leur auteur à une méthode historico-philosophique capable d’ouvrir, les uns après les autres, des chantiers historiographiques qui restent nos terrains de jeu encore aujourd’hui ? Que dire des innombrables articles, notes ou autres aphorismes de celui qui fut le directeur de l’Archivo General de la Nación pendant douze ans et qui avait un talent indéniable pour repérer les perles documentaires de l’immense répertoire mexicain ?

2Incontournable au Mexique mais pas moins infréquentable ; inspirateur à l’extérieur mais pas toujours reconnu comme tel. Le meilleur moyen pour redonner à l’œuvre d’O’Gorman une certaine visibilité n’est pas de lui rendre un simple hommage hagiographique, mais de soumettre son œuvre à un travail critique – une œuvre qui se prête d’autant plus à cela qu’elle est exigeante, dense, opaque parfois. Trois pistes nous ont guidés, trois pistes que ce colloque a commencé à explorer et que les promesses de nouvelles rencontres autour de l’œuvre du maître mexicain dans les années à venir, de part et d’autre de l’Atlantique, devraient mener plus loin encore. La première consiste à reprendre les chantiers ouverts par l’historien. Ses travaux sur les chroniques du Nouveau Monde, sur la lecture européenne de la découverte, sur le phénomène de Notre Dame de Guadeloupe, sur le sens de l’histoire mexicaine et américaine jusqu’à des dates plus récentes, sur la distinction des deux Amériques, sur la créolité, etc., continuent d’étonner par leur pertinence, par leur actualité. Dans ce dossier, José Rabasa, Federico Navarrete et Adrien Delmas nous montrent par exemple comment l’œuvre d’O’Gorman propose encore des clefs de lecture fécondes pour la réécriture de l’histoire coloniale exempte de tout eurocentrisme. Une deuxième piste voudrait être attentive à la réception de ses travaux qui, comme nous le disions, est certainement un problème majeur pour un historien que l’on connaît trop bien au Mexique et pas suffisamment ailleurs, à qui l’on dresse des statues d’un côté mais à qui l’on ne fait pas toujours toute sa place dans les travaux qu’il a pourtant inspiré – un historien parfois trop vite relégué à des notes de bas de page. Bien que dresser le panorama exhaustif de sa réception semble chimérique, nous nous sommes posés la question des utilisations qui ont été faites de ses écrits à travers des témoignages directs (les fameuses anecdotes qui ont rythmé les discussions de ce colloque), à travers le repérage de lecteurs, plus ou moins connus, plus ou moins explicites quant à leur utilisation d’O’Gorman, à travers les controverses, nombreuses, dans lesquelles il s’est engagé sans concessions – avec Lewis Hanke, avec Silvio Zavala, avec Marcel Bataillon, pour ne prendre que les plus connues. Les paradoxes sur ces utilisations ne manquent pas et l’ambigüité de la récupération politique de son œuvre par des bords opposés, incompatibles parfois, nous semble l’illustrer parfaitement.

3Enfin, nous avons essayé d’affronter – et là, il nous faudrait tout le courage qui était le sien –  les questions épistémologiques traitées par l’historien mexicain. Non seulement parce qu’O’Gorman a toujours appelé de ses vœux un tel questionnement mais aussi et surtout parce que ces questions permettent de tisser des liens inattendus, des généalogies intellectuelles avec des champs entiers de la recherche historique ou philosophique de ces dernières années. Dans un O’Gorman qui pose le problème fondamental du sens de l’histoire extra-européenne et de l’imposition de ce sens par l’Europe, comment ne pas voir une préfiguration des postcolonial studies, avec tous les malentendus que cela a pu susciter ? Avec un O’Gorman qui unit l’histoire et la philosophie, comment ne pas penser à d’autres mariages réussis entre les deux disciplines ? Comment ne pas voir dans les « préoccupations à caractère philosophique dans le traitement de matériaux historiques » de l’historien mexicain des échos aux « questions philosophiques dans des chantiers historiques » de Michel Foucault ; comment ne pas remarquer que le fameux terme d’« invention » qu’O’Gorman utilise à propos de l’Amérique est l’équivalent méthodologique de la « naissance » ou  l’ « apparition » dont parle Foucault à propos de la clinique ou de la prison ? Dans un O’Gorman historien de l’histoire, comme il se déclare dans la préface de La idea del descubrimiento,  comment ne pas voir un précurseur des questions complexes et prometteuses d’historicité ? À ces labyrinthes des généalogies intellectuelles, Pablo Avilés Flores, Alejandro Cheirif, Andrés Lira, Alfonso Mendiola, et Ricardo Nava proposent des voies de sortie. Pour finir, qu’il nous soit permis de reprendre les termes de Marcel Bataillon, l’un des innombrables lecteurs et contradicteurs d’O’Gorman, qui, par la conversation scientifique qu’il avait engagé avec lui, avait déjà fait planer l’ombre de Don Edmundo sur l’orthodoxie universitaire française. « J’espère que cette controverse pourra inciter nos compatriotes à vous lire et à faire émerger une conception féconde de l’histoire des idées. » Il n’en va pas autrement du dossier que nous présentons ici.  

4Avril 2012

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/63388/img-1.png
Fichier image/png, 527k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Delmas, Pablo Avilés Flores et Alejandro Cheirif Wolosky, « L’Invention d’Edmundo O’Gorman », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/63388 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.63388

Haut de page

Auteurs

Adrien Delmas

Articles du même auteur

Pablo Avilés Flores

Articles du même auteur

Alejandro Cheirif Wolosky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page