Navigation – Plan du site
Guillaume Boccara

Boris Petric (sous la direction de), La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action, Paris, Editons de la Maison des sciences de l’homme, 2012, 310 p.

[10/04/2013]

Texte intégral

1L’objet de cet ouvrage collectif est de rendre compte de la reconfiguration du politique à l’ère de la gouvernementalité néolibérale et transnationale. C’est sous la direction de l’anthropologue Boris Petric (CNRS, IIAC/EHESS) et depuis une perspective résolument transdisciplinaire que dix spécialistes s’interrogent sur le rôle joué par un nombre sans cesse croissant d’agents sociaux collectifs et individuels dans la fabrication de la démocratie ou de la « bonne gouvernance » suite à la fin de la confrontation Est/Ouest. S’inscrivant dans la lignée du courant en anthropologie critique de l’Etat, du développement et de la transnationalisation, les auteurs se proposent – à partir d’études de cas concrets qui nous mènent du Sénégal à la Bolivie en passant par l’Afghanistan, l’Azerbaïdjan, la Serbie, le Kirghizstan, la Bulgarie, le Pakistan, l’Indonésie, le Nigéria et Cuba – d’appréhender la transformation des rapports politiques « par le bas » et à travers les pratiques des différents acteurs locaux, nationaux, transnationaux et globaux. Dans son excellente introduction, Boris Petric montre qu’en dépit de la diversité des pays soumis à l’analyse, il existe une grande homogénéité dans les phénomènes étudiés. Car que ce soit dans les pays de l’ancien bloc communiste ou dans ceux de l’Amérique latine et des Caraïbes, on observe que les mêmes dynamiques de reconfiguration de l’Etat et de redéfinition du politique sont à l’œuvre. En effet, si la « généralisation d’une assistance à la bonne gouvernance et à la démocratie depuis deux décennies » (p. 10) a été promue par les USA dès avant la fin de la guerre froide, on s’aperçoit que la free market democracy est rapidement devenue l’horizon politique mondial indépassable et que ses effets sur les manières de faire de la politique et de construire le politique ont été tout à fait considérables.

2Signalons que la grande force de cet ouvrage est de ne pas tomber dans les simplifications. Car s’il est certain que les agences internationales et multilatérales de développement, les fondations ainsi que les Etats-puissances occidentaux qui dominent la scène politique et économique mondiale ont fortement contribué à redéfinir le paysage politique contemporain et à façonner un dispositif de pouvoir transnational, on aurait tort de croire que les agents politiques locaux ont reçu la Bonne Nouvelle du salut par le marché, la société civile et la bonne gouvernance les bras croisés. C’est à rendre compte des « logiques locales de réappropriation et de traduction des acteurs locaux dans un processus globalisé » (p. 17) que s’intéressent les différentes contributions de cet ouvrage. Mais c’est aussi à travers une critique de ces nouveaux fétiches de la pensée globalisée que constituent les notions de « bonne gouvernance », « société civile » et « free market democracy », que les auteurs se proposent de dépasser une lecture centrée sur l’Etat pour s’interroger sur le rôle des acteurs et institutions infra, para ou supra-étatiques dans le restructuration des relations politiques locales, nationales et transnationales. C’est ainsi qu’ils s’interrogent sur le statut et le rôle des agents sociaux individuels tels que les experts (parmi lesquels on compte un nombre croissant de nos collègues), les development brokers, les globalizers, les transactors et autres élites transnationales et intermédiaires dans la diffusion des nouvelles normes de développement et du politique au niveau local. C’est aussi à partir d’une approche ancrée dans la réalité des pratiques et représentations politiques sur le terrain – seule manière de ne pas penser la globalisation et l’Etat depuis les discours et catégories forgées par les agents dominants de la globalisation et de l’Etat - que les différents contributeurs se proposent de prendre la mesure du rôle désormais central joué par les ONG (Petric parle « d’ongénisation »), think tanks, fondations et autres agents sociaux collectifs de la transnationalisation. Il s’agit donc de penser les effets de la transnationalisation sur le politique et la politique comme circulation des personnes, idées et marchandises, sans la limiter à la domination de l’Occident sur le reste du monde mais tout en rendant visibles les nouvelles formes d’exercice de la domination et du pouvoir. Car loin d’être les objets passifs des politiques conçues par les pays du Nord, les acteurs nationaux s’approprient les ressources globales et mobilisent la promotion de la démocratie dans le jeu politique local. Partant d’une approche foucaldienne de l’exercice du pouvoir, les auteurs montrent que la « transnationalisation des dispositifs normatifs » n’a pas tant produit l’universalisation du modèle démocratique  dit occidental que  la banalisation d’un dispositif transnational de pouvoir  et d’universalisation d’assistance à la démocratie dont il s’agit de restituer la constitution et le mode de structuration.

3Et c’est en combinant les logiques d’agents et les logiques d’échelles ainsi que les méthodes et les perspectives de l’anthropologie et des sciences politiques que les auteurs s’attaquent à ce nouvel art du gouvernement transnational d’extension planétaire. Ainsi, ces onze études des dispositifs normatifs globaux de la « bonne gouvernance » visent-elles à éclairer les dynamiques locales d’adaptation et de réinterprétation que ces mêmes dispositifs déclenchent. Bref, c’est à une complexification de notre approche de ce que Pierre Bourdieu appelait le champ de pouvoir que s’attèlent avec réussite les contributeurs d’un ouvrage tout à fait novateur dans le champ de l’anthropologie politique française. Car jusqu’à tout récemment, et en dépit des appels répétés de certaines figures centrales de l’anthropologie hexagonale (Georges Balandier, Marc Abélès, Jonathan Friedman, en autres), rares étaient ceux qui s’intéressaient aux nouveaux objets de l’anthropologie tels que l’« Etat », le « néolibéralisme », le « transnationalisme », la « globalisation » et la « démocratie ».

4Notons qu’en plus de l’intérêt que susciteront chez les latino-américanistes les articles de David Recondo sur la Bolivie et de Dejan Dimitrijevic sur Cuba, les réflexions contenues dans cet ouvrage ne manqueront pas de nous conduire à relire les dynamiques sociopolitiques latino-américaines sous un nouveau jour. Enfin, observons pour finir que ce livre tend à prouver qu’à l’heure de la globalisation néolibérale, de l’extension du domaine de compétences des agences de développement et institutions sociales paraétatiques (ONG, consultoras, fondations, think tanks) à tous les domaines de la vie (culture, éducation, santé, politique, patrimoine, organisation sociale, etc.) et de la transnationalisation, seules des études pluridisciplinaires et comparatives à l’échelle de la planète permettront aux sciences sociales de ne pas sombrer dans l’archaïsme et l’inutilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Boccara, « Boris Petric (sous la direction de), La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action, Paris, Editons de la Maison des sciences de l’homme, 2012, 310 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/65263

Haut de page

Auteur

Guillaume Boccara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page