Navigation – Plan du site
Guillaume Boccara

Joanna Crow, The Mapuche in Modern Chile. A Cultural History, Gainesville, University Press of Florida, 2013, 288 p.

[14/10/2013]

Texte intégral

1Composé de six chapitres qui abordent l’histoire des relations entre les populations mapuche du Chili et l’Etat chilien depuis la seconde moitié du XIXème siècle jusqu’à nos jours, l’ouvrage de Joanne Crow constitue une excellente introduction à l’étude de la place qu’occupe le peuple mapuche dans l’imaginaire national de la société chilienne ainsi qu’aux modalités très diverses de l’action politique des leaders, représentants et intellectuels mapuche. L’objectif premier de ce travail est de restituer aux indiens leur historical agency en allant au-delà du mythe de l’indien guerrier du passé colonial et du vanishing indian de l’époque républicaine. L’apport de cet essai ne réside pas tant dans les hypothèses et analyses qui y sont développées et qui reprennent en grande partie ce qui a déjà été démontré par bien des spécialistes des politiques de l’identité et des identités politiques dans le Chili contemporain. C’est surtout le type de sources utilisé par cette lecturer de l’Université de Bristol qui fait l’originalité et l’intérêt de l’ouvrage. Joanne Crow pose dès l’abord son ambition d’écrire une histoire culturelle de la question indienne puisqu’elle vise à « investigate the mutliple, contesting ways in which Mapuche and Chilean artists, writers, and intellectuals have grappled with the country’s history of internal colonialism » (p. 4). C’est ainsi qu’elle examine les productions littéraires, théâtrales, poétiques, picturales, musicales ou encore photographiques qui permettent de rendre compte des manières dont “l’indien” et le “problème indien” ont été produits, construits ou représentés dans le pays suite à la conquête des territoires mapuche indépendants dans la seconde moitié du XIXème siècle. Il s’agit donc d’embrasser dans un même mouvement interprétatif et théorique le rôle historique des populations mapuche et la production culturel du problème indien par différents agents sociaux collectifs et individuels (essentiellement les intellectuels, artistes et les agents de l’Etat) à travers l’histoire. L’histoire culturelle que propose Joanne Crow est une d’histoire compréhensive qui cherche à appréhender le sens que les différents protagonistes ont donné à leurs actes et à leurs paroles, ainsi qu’aux actes et paroles de ceux qui se sont construits comme Autres et qui les ont construits comme « Autre » dans un espace relationnel où « l’être indien » ne peut être pensé sans et en dehors de « l’être chilien ». D’inspiration foucaldienne, cet ouvrage a ainsi pour ambition de saisir les articulations entre la production d’un certain type de savoir et l’exercice d’un certain type de pouvoir à travers l’histoire. Il ne tombe donc pas dans les travers d’une certaine histoire culturelle pour laquelle « tout est discours » et évite les écueils des approches anthropologiques archaïsantes qui ne considèrent jamais les articulations entre culture, pouvoir et histoire. Le premier chapitre aborde les représentations et histoires multiples de ladite « conquête de l’Araucanie ». Le deuxième chapitre examine la production du statut de l’indien Mapuche au moment de la célébration du premier centenaire de l’indépendance en 1910 et le rôle joué par certains leaders mapuche de la première moitié du XXème siècle dans la contestation du contenu de la citoyenneté telle qu’envisagé par le élites nationales. Poursuivant sa remontée historique, elle s’interroge sur la transformation de la représentation de l’indigénéité au cours des années 1940 et 1950 puis dénoue les fils de la contradiction entre « mobilisation de classe » et « mobilisation ethnique » située au cœur des politiques sociales et de la réforme agraire des années 1960 et 1970. D’intéressantes pistes sont ouvertes au travers de l’analyse des productions littéraires, artistiques et politiques de Pablo Neruda, Gabriela Mistral, Violeta Parra, Victor Jara, Alejandro Lipschutz et Salvador Allende. Les deux derniers chapitres se concentrent sur le traitement de la question indienne durant les années de dictature (1973-1989) et l’émergence du nouveau cadre idéologique multiculturel et néolibéral des années de transition à la démocratie. Une fois encore, l’auteure ne se contente pas d’une analyse du ou des discours dominants puisqu’elle tient compte des productions jusqu’alors occultés des poètes mapuche et des tentatives récentes d’historiens et sociologues mapuche pour décoloniser leur histoire nationale et faire affleurer les mémoires subalternes. Ouvrage bien documenté et doté d’une bibliographie relativement complète, The Mapuche in Modern Chile reconstruit l’histoire complexe de la production sociohistorique de la différence et de ce qu’a signifié et signifie « être indien ». Seul bémol : l’auteure ne prend que partiellement en compte les nombreux travaux réalisés par les anthropologues et historiens français et argentins, faisant la part un peu trop belle aux récentes études de ses collègues nord-américains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Boccara, « Joanna Crow, The Mapuche in Modern Chile. A Cultural History, Gainesville, University Press of Florida, 2013, 288 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/65907

Haut de page

Auteur

Guillaume Boccara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page