Navigation – Plan du site
Babel
Boris Jeanne

Que reste-t-il de Babel ?

Retour sur une œuvre filmique incarnant des formes de mondialisation culturelle et économique.
[15/06/2007]

Entrées d’index

Géographique :

Mexique, Etats-Unis, Maroc, Japon

Chronologique :

XXI siècle

Palabras claves :

Iñaritu
Haut de page

Texte intégral

1Présenté au dernier festival de Cannes, le film du Mexicain Alejandro Gonzáles Iñáritu (Amores perros, 21 grams), propulsé par la présence de Brad Pitt au générique et plébiscité par la critique internationale (prix de la mise en scène à Cannes, Oscar de la meilleure musique), nous fut donné à voir il y a maintenant un an. Trois intrigues entremêlées en déchronologie et à des milliers de kilomètres d’écart : quelle postérité pour un film à l’esthétique très aboutie mais dont le contenu scénaristique (dû à l’inévitable Guillermo Arriaga) et la portée ne se laissaient pas pénétrer immédiatement ? La revue Nuevo Mundo est d’autant plus autorisée à se poser la question que ce film semble particulièrement cadrer avec ses objectifs de mise en regard de l’analyse des sociétés à partir d’un point de vue américaniste.

2Iñáritu est un malin qui avait décrit son film, titre à l’appui, comme un essai de démonstration de ce que les difficultés, voire les impossibilités de communication entre les hommes peuvent entraîner. Au fin fond du désert marocain, une touriste américaine essuie une balle perdue, son mari éprouve toutes les peines à expliquer son cas afin de trouver un médecin ; une jeune Japonaise sourde et muette vit les excès de son adolescence pour compenser le suicide de sa mère, que son père a peut-être tuée ; une nourrice mexicaine et son neveu (Gael García Bernal) qui a trop bu ramènent les enfants étatsuniens dont ils ont la charge, mais sont pris en chasse par la police des frontières qui les soupçonnent de kidnapping. Aucun des protagonistes ne réussit à expliquer ses motivations à ceux qui l’entourent, et se heurtent à l’essentielle barrière des langues héritée des trop grandes ambitions des hommes quand ils ont voulu atteindre le ciel et Dieu – pour contempler la Terre d’un seul regard, comme il nous est maintenant permis par la mondialisation de ce XXIe siècle ?

3La tour de Babel a donc continué d’être érigée par les hommes, n’en déplaise aux textes sacrés. Voilà bien la motivation réelle d’Arriaga et Iñáritu : montrer le monde dans son état actuel d’union des continents, économique et culturelle – mais une Pangée qui a oublié d’unir les hommes entre eux. Il y a des laissés pour compte, à commencer par la Vieille Europe, pourtant à l’origine de ces rapprochements d’espace à partir de la Renaissance. Babel se déroule en Asie, en Afrique, et en Amérique (à cheval sur le Nord et le Sud économiques puisqu’à la frontière mexico-étatsunienne), mais aucune scène n’a trait à l’Europe. Dans Babel, l’Europe c’est un vieux Belge qui s’étouffe au fond d’un bus sans climatisation.

4La mondialisation est au cœur du film, d’une manière transparente, et définie comme la mise en connexion intime de destins complètement séparés par les cultures et les océans. Iñaritu retrouve la tradition du film-chorale, en multipliant les personnages dont on ne s’aperçoit des liens qu’au fur et à mesure. Mais alors qu’essentiellement réduit à l’échelle d’une ville (fut-elle gigantesque comme Los Angeles : Short Cuts, Magnolia), voilà le film-chorale brutalement élargie à la surface de la planète entière, et dans une chronologie qu’Arriaga ne nous permet d’atteindre qu’à l’extrême fin.

5Et finalement c’est un des grands problèmes historiques qui revient sur le devant de la scène à son amplitude maximale : l’individu. L’extension planétaire de la circulation des biens et des personnes, et donc des éléments culturels, exponentiellement accrue par les réseaux d’information, ne change rien à une donnée fondamentale de l’histoire contemporaine (dont le 11 septembre ne nous a certainement pas fait sortir). La fin des Anciens Régimes a amené une dissolution des liens de personnes qui faisaient des mondes médiévaux et modernes des sociétés de corps, où l’individu par naissance se trouvait compris dans une multitude de liens aux autres, aux institutions et au monde. La période contemporaine promouvant les droits individuels, l’habeas corpus et les dynamiques d’ascension sociale, a ainsi produit une société d’hommes égaux devant le droit mais seuls pour le défendre. Au cœur de la mondialisation mettant en rapport potentiel plus de six milliards d’êtres, chaque individu se retrouve seul devant ses difficultés, qu’il s’agisse de sauver la vie de sa femme (tout le bus de touristes occidentaux veut repartir et laisser Pitt et Blanchett là où elle se vide de son sang), des enfants des autres (la nourrice erre dans le désert comme une mère cherchant ses petits, et se trouve reconduite à la frontière pour récompense de son dévouement), ou de trouver un sens à sa propre vie (la Japonaise malentendante en vient à se jeter nue dans les bras du policier enquêtant sur le suicide de sa mère).

6D’incroyables images viennent alors incarner ces pistes : boîte de nuit japonaise en caméra subjective et claustrophobe ; silence du désert marocain déchiré par la déflagration d’une balle de fusil ; fête de mariage au Mexique rythmée par l’alcool et les mariachis ; désespoir du mari devant sa femme mourante dans une pièce obscure d’un village marocain, de la nourrice cherchant les enfants dans le désert mexicain, d’une jeune fille au bord d’un balcon au-dessus de la ville illuminée. D’où la troublante beauté de Babel, dans la tension qu’il installe entre le monde entier et les affres du moi intérieur, nourri de toutes les cultures du monde mais incapable de reconstruire sa propre trajectoire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/6591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Que reste-t-il de Babel ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2007, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/6591

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page