Navigation – Plan du site
Guillaume Boccara

Patricia Richards, Race and the Chilean Miracle. Neoliberalism, Democracy, and Indigenous Rights, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2013, 261 p.

[14/10/2013]

Texte intégral

  • 1 C. Hale, « Does Multiculturalism Menace ? Governance, Cultural Rights, and the Politics of Identity (...)

1Les deux articles désormais classiques de Charles Hale1 sur les articulations entre néolibéralisme et multiculturalisme dans lesquels l’anthropologue nord-américain émettait des doutes quant au caractère réellement progressiste des politiques multiculturelles mises en place par les gouvernements latino-américains auront eu un impact certain sur les recherches américanistes relatives aux politiques de reconnaissance à l’ère post-assimilationniste et postfordiste. Le livre de Patricia Richards en est une fois de plus la preuve concrète puisque l’auteure tente, à la suite d’une multitude de chercheurs, de rendre compte de la nature du multiculturalisme néolibéral dans le Chili de la postdictature en insistant sur les limites d’un modèle qui tend à perpétuer les inégalités de classe, ethnique et de genre et à ne pas rompre avec la racialisation qui se situe au fondement de la construction de l’imaginaire national chilien. Les hypothèses et analyses développées dans l’ouvrage de cette sociologue étatsunienne spécialiste de la question de la discrimination de genre et des luttes des femmes dans le Chili contemporain n’étonnera donc pas les spécialistes du multiculturalisme en général et de la question mapuche en particulier. Il a cependant le grand mérite de poser clairement le problème des limites et contradictions internes du projet de reconnaissance et de promotion de la diversité des cultures dans un contexte structurellement marqué par la hiérarchie socio-raciale et l’hégémonie des politiques néolibérales de dérégulation, de privatisation, de restructuration de l’Etat et de responsabilisation de la société civile. Bien que ne s’alimentant pas toujours de la bibliographie disponible sur le sujet, le travail de terrain et les nombreuses interviews réalisés permettent à Patricia Richards de rendre compte avec finesse de la nature du multiculturalisme mis en place au Chili par les gouvernements de la Concertación et surtout, de la perception qu’en ont les différents acteurs locaux, régionaux et nationaux. Il s’agit par conséquent d’un ouvrage qui, par la clarté de son propos et l’efficacité de sa démonstration, permet aux non spécialistes du Chili de se former une idée assez complète des mécanismes et conflits liés à la mise en place d’un projet politico-idéologique original dans un pays qui, jusqu’au début des années 1990, se pensait comme étant fondamentalement « non-indien ».

2Composé de 7 chapitres qui explorent, depuis des angles divers, la nature et les effets des politiques multiculturelles, ce livre s’ouvre sur une première section introductive intitulée « Race and the Chilean Miracle » dans lequel l’auteure expose la grille de lecture théorique qui sera la sienne tout au long de son essai. La tâche n’est pas simple puisqu’il s’agit d’appréhender dans un même mouvement théorique et interprétatif les processus de restructuration de l’Etat, de racialisation et de promotion de la diversité à l’ère néolibérale. D’inspiration foucaldienne et se fondant aussi sur les études décoloniales, les analyses de Patricia Richards posent le problème de la continuité de la colonialité du pouvoir (en fait de la domination socio-raciale) tout en s’interrogeant sur les processus de subjectivation et de construction d’identités politiques et de mémoires historiques contestataires ou subversives. Le deuxième chapitre est dédié aux représentations historiques différentielles et aux luttes de mémoires relatives à l’histoire de l’Araucanie et aux relations entre l’Etat chilien et le peuple mapuche. En plus de s’interroger sur les mémoires de luttes et de dépossession des habitants mapuche d’une région définitivement conquise par les forces armées chiliennes à la fin du XIXème siècle, Patricia Richards examine les représentations que les « colons » ou propriétaires fonciers non-mapuche ont de cette histoire. Alors que les comuneros insistent sur les spoliations et la violence qui présida à l’entreprise de conquête territoriale, les colonos mettent en exergue le caractère civilisateur de la mission de leurs ancêtres. Si les récits mapuches font référence aux spoliations territoriales et à la violence combinée (physique et symbolique) à laquelle eux et leurs ancêtres furent et sont toujours soumis, les descendants des pionniers racontent une histoire de progrès, de mise en valeur d’un territoire vide et inexploité (terra nullius) et de cohabitation pacifique avec les habitants originaires. Dans le chapitre trois, l’auteure analyse la mise en place du néolibéralisme sous la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1988) et les continuités perceptibles durant la période de transition à la démocratie et sous les différents gouvernements de la Concertación (1989-2010). Synthétisant les recherches menées par de nombreux historiens et sociologues, elle conclut que le modèle extractiviste et néolibéral a tendu à se perpétuer et que la nouvelle politique multiculturelle mise en place dans un Chili redevenu démocratique n’a en cas aucun répondu aux revendications et aux attentes des leaders et organisations mapuche qui avaient pourtant mobilisés toute leur énergie pour faire sortir le pays de la dictature. De sorte que devant les espoirs frustrés et la consolidation d’un modèle de développement qui ne laisse que peu d’autonomie de décision aux communautés mapuche et menace directement leurs ressources naturelles, les organisations indiennes en vinrent à se détourner des voies étatiques de la négociation. Un certain nombre d’organisations commencèrent à formuler leurs revendications en termes de droits politiques et territoriaux, d’autonomie et d’autodétermination. Pour un grand nombre d’entre elles, il convenait dès lors de récupérer le contrôle territorial par des actions directes immédiatement réprimées par un Etat qui n’hésita pas à appliquer les lois antiterroriste et de sécurité intérieure forgées durant la dictature. Les conflits avec les compagnies forestières tendirent à s’intensifier et la violence à s’installer. Les pages que l’auteure consacre à la présentation détaillée de certains conflits territoriaux sont des plus intéressantes dans la mesure où elles nous permettent d’appréhender la complexité d’une histoire longue faite de spoliations, de violences et d’usurpations qui implique les comuneros mapuche, les compagnies forestières, les agents de l’Etat et les petits colons. Dans les chapitres 4, 5 et 6, Patricia Richards aborde de plain-pied l’axe thématique central de son ouvrage, à savoir : la nature du multiculturalisme néolibéral et les perceptions qu’en ont les différents acteurs. Elle montre que le multiculturalisme « has become an important means of generating consent for neoliberalism » (p. 101) et que les gouvernements démocratiques n’hésitèrent pas à combiner ce que j’appellerais la démocratie dialogique avec les dispositifs de sécurité et de répression. Produit comme des « neoliberal citizens » et non pas reconnu comme un « sovereign people » (p. 111) les Mapuche se virent rapidement classés dans l’une des deux catégories forgées par les agents dominants (médias, hommes politiques) : celle d’indio permitido (ou, comme je l’ai appelé ailleurs, d’indien-projet) d’un côté et celle d’indien paléo-terroriste de l’autre. Après avoir analysé le rôle des municipalités dans la mise en place du multiculturalisme néolibéral et les effets des dispositifs institutionnels du multiculturalisme en termes de formation de nouvelles subjectivités, Patricia Richards se concentre sur les réactions négatives des élites locales à l’encontre des politiques publiques à caractère multiculturel. Son analyse du discours anti-mapuche des élites de la neuvième région du Chili prouve que le racisme et le paternalisme sont encore fortement enracinés dans les esprits de ceux qui voient les Indiens comme des fainéants alcooliques ayant de surcroit perdus toute authenticité culturelle. Au-delà de la diversité des interprétations relatives aux causes et raisons du « problème indien » (manque de culture, fainéantise, manque d’intégration, pauvreté, effets négatifs des lois indigènes qui empêchent les comuneros de vendre ou d’hypothéquer leurs terres), l’auteure perçoit une certaine unanimité chez les élites locales : celle qui consiste à ne jamais considérer les Mapuche en tant que peuple doté d’une culture, d’une vision du monde et de droits collectifs spécifiques. Pour les élites locales, les politiques interculturelles non seulement se fondent sur une perception erronée de la différence culturelle mais contribue à mettre en péril l’idéal républicain de l’égalité de tous les citoyens devant la loi. Côté indigène, Patricia Richards perçoit la volonté de créer une société réellement interculturelle. Non pas une nation où les « autres » seraient folklorisés, exotisés, assistés et soumis aux désidératas des élites au pouvoir. Mais une société où les groupes subalternes pourraient décider eux-mêmes du modèle de développement à mettre en place et où leurs savoirs ne seraient pas disqualifiés ou occultés comme c’est actuellement le cas dans les salles de classe du Chili. Un monde où l’autonomie de décision des communautés indiennes serait respectée et où l’éducation interculturelle bilingue ne serait pas uniquement destinée aux enfants indiens des campagnes mais à toutes les chiliennes et à tous les chiliens, mapuche et non-mapuche. De ce point de vue-là, l’interculturalité n’est plus perçue comme un phénomène culturel mais avant tout comme un problème politique. Les organisations indiennes se rapprochent ici sensiblement de la définition que l’anthropologue mexicain Guillermo Bonfil Batalla avait donnée de l’ethnodéveloppement et de ce que le colombien Alfredo Fals-Borda nomma la investigación acción. Dans le septième et dernier chapitre de l’ouvrage Patricia Richards énonce sans ambages la principale conclusion à laquelle elle aboutit au terme de son enquête : « In this book I have sought to trouble the association between neoliberalism and the strength of democracy by addressing the consequences of the Chilean Miracle for Mapuche people. The Mapuche case shows that the Chilean transition has not involved an improvement in the substantive experience of democracy for many indigenous people. Instead, despite the establishment of some multicultural policies and the promotion of diversity, for many Mapuche, Chile’s neoliberal democracy has represented the perpetuation of colonial dispossession and structural racism» (p. 208). Elle signale enfin deux routes à suivre qui devraient permettre de remettre en cause les hiérarchies socioraciales et culturelles qui continuent à structurer la société chilienne. Tout d’abord, l’extension du domaine des luttes pour les droits collectifs des peuples amérindiens à l’arène internationale. Ensuite, la mise en place d’une coalition politique interculturelle et antiraciste, une sorte d’alliance transculturelle, entre tous les groupes subalternes qui subissent les effets mortifères des politiques néolibérales et extractivistes, ou de ce que j’ai nommé ailleurs la nouvelle conquête matérielle et spirituelle des Amériques.

  • 2 Je fais notamment référence aux travaux de Paola Bolados, Patricia Ayala, Fernando Leiva et Guillau (...)

3En bref, l’ouvrage de Patricia Richards, bien documenté et rédigé dans un style agréable et peu jargonneux, contribue à enrichir la littérature socio-anthropologique relative aux applications concrètes du multiculturalisme néolibéral. Certains thèmes auraient mérité d’être abordés, comme ceux de l’émergence d’une nouvelle classe d’ethno-bureaucrates (l’un des principaux effets du multiculturalisme), de la structuration du nouveau champ interculturel ou encore du glissement subtil mais tout de même significatif du néolibéralisme de l’ère Pinochet au néo-structuralisme Cepalien de la période démocratique. Un dernier bémol, qui n’enlève toutefois rien à la qualité de ce livre : on s’étonne du fait que l’auteure ne mentionne pas ou que très succinctement les travaux réalisés depuis la seconde moitié des années 2000 sur le multiculturalisme néolibéral ou le néolibéralisme multiculturel au Chili. Ces travaux ont pourtant été publiés dans des revues scientifiques telles que Chungara, Estudios Atacameños et Cuadernos Interculturales au Chili, Revista de Indias en Espagne, Memoria Americana et Cuadernos de Antropología Social en Argentine ou encore Nuevo Mundo/Mundos Nuevos en France2. Il eut été intéressant que Patricia Richards alimente le débat interne aux spécialistes du Chili de la même manière qu’elle le fait avec des auteurs tels que Charles Hale, Nancy Grey-Postero ou Deborah Yashar. Il eut été par ailleurs appréciable que l’auteure ne tombe pas dans le travers qui consiste à laisser penser que les avancées théoriques et interprétatives proviendraient essentiellement des chercheurs étatsuniens. Tout ceci tend à prouver, comme le dit si bien l’auteur en introduction, que tout travail de recherche est à resituer dans l’univers des relations de pouvoir dans lequel il s’inscrit … nécessairement.

Haut de page

Notes

1 C. Hale, « Does Multiculturalism Menace ? Governance, Cultural Rights, and the Politics of Identity in Guatemala », Journal of Latin American Studies, n° 34-3, 2002, pp. 485-524; « Rethinking Indigenous Politics in the Era of the ‘Indio Permitido’ », NACLA Report on the Americas, n° 38-2, 2004, pp. 16-21.

2 Je fais notamment référence aux travaux de Paola Bolados, Patricia Ayala, Fernando Leiva et Guillaume Boccara.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Boccara, « Patricia Richards, Race and the Chilean Miracle. Neoliberalism, Democracy, and Indigenous Rights, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2013, 261 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/65914

Haut de page

Auteur

Guillaume Boccara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page