Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Phillip John Usher

Le Nouveau Monde selon Du Bartras et Lescarbot : pour une étude des circuits d’imprimés “seconds”

[15/10/2013]

Résumés

Cet article étudie comment la matérialité des livres participe à la convergence d’un genre littéraire (l’épopée) et d’une matière nouvelle (l’Amérique). Il s’agit de comprendre comment la diffusion des savoirs issus d’Amérique, dans des ouvrages à prétention scientifique a pu donner lieu à une diffusion seconde sous une forme littéraire. Dans un premier temps, l’auteur s’intéresse à la Seconde Semaine (1584) de Du Bartas pour étudier la relation qu’elle entretient avec la bibliothèque viatique et avec la cartographie ; dans un deuxième temps, il étudie le rapport entre deux textes de Marc Lescarbot : son épyllion, La Défaite des Sauvages Armouchiquois (1607) et son Histoire de la Nouvelle France (1609). De ces lectures, il s’avère que la possibilité qu’un texte épique puisse évoquer la réalité américaine et diffuser ainsi des savoirs sur ce continent récemment découvert aurait partie liée avec la possibilité, de la part de l’auteur, de se constituer une bibliothèque de livres comme avec certaines pratiques de la lecture et de l’écriture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Autre exemple éloquent (et également non français) : l’anonyme De rebus gestis Mendi sa Saa (1563), (...)
  • 2 Voir Phillip John Usher, « Non haec litora suasit Apollo : la Crète dans la Franciade de Ronsard », (...)
  • 3 La présente réflexion prolonge notre récent article consacré au cas Lescarbot : Phillip John Usher, (...)
  • 4 Roger Chartier, « Avant-propos », Les usages de l’imprimé : XVe-XIXe siècle, dir. Roger Chartier, P (...)

1En vain cherchera-t-on une épopée française ayant pour héros Verrazano, Cartier, Villegaignon ou Roberval. Inutile, par ailleurs, de rechercher un équivalent français des Lusiades (1572) de Luís Vaz de Camões ou de la Araucana (1569-89) d’Alonso de Ercilla1. Comment s’étonner dès lors que Voltaire, dans son Essai sur l’art épique, parle d’une « nouvelle espèce d’épopée » par rapport aux Lusiades plutôt que pour qualifier les quatre premiers livres de la Franciade de Ronsard publiés la même année ? Si l’épopée de Ronsard se rapproche à quelques rares moments des écrits d’un Pierre Belon, la Franciade préfère et privilégie plutôt les repères géographiques mythiques (l’Épire, la Crète, etc2) que les espaces (américains ou autres) dont nous parlent les voyageurs du XVIe siècle. L’épopée de Camões est en revanche—Voltaire fut l’un des premiers à le constater—le lieu d’une redéfinition radicale du rapport entre poesis et géographie. En France, il faudra attendre la publication de la Seconde Semaine (1584) de Du Bartas et celle de la La Défaite des Sauvages Armouchiquois (1607) de Marc Lescarbot pour que la poésie épique s’intéresse pour de vrai à l’Amérique3. Ce sont ces deux ouvrages que nous nous proposons de relire dans le présent article pour étudier ce qu’ils doivent à la culture de l’imprimé, c’est-à-dire à ces « gestes neufs sécrétés par une production de l’écrit et de l’image sous une forme nouvelle4 ». Il s’agira de voir comment la matérialité des livres participe à la convergence d’un genre littéraire (l’épopée) et d’une matière nouvelle (l’Amérique). Comment la diffusion des savoirs issus d’Amérique, dans des ouvrages à prétention scientifique, a-t-elle pu donner lieu à une diffusion seconde sous une forme littéraire ? Comment cette diffusion seconde, littéraire, est-elle influencée par la possibilité des rééditions et des réimpressions ? Quelle est l’importance de la mise en page et des différents outils proposés aux liseurs (e.x. les manchettes, les cartes, etc.) ? Telles seront quelques-unes des grandes questions qui nous guideront ici. Pour respecter la spécificité de chacun des deux textes et pour mieux apprécier le rôle différent joué par la culture de l’imprimé dans chaque cas, nous évoquerons dans un premier temps la Seconde Semaine de Du Bartas avant de traiter ensuite de la Défaite de Lescarbot.

I – Du Bartras “dans” la bibliothèque viatique

  • 5 Il n’est pas inutile de résumer l’organisation de ce grand texte : au premier jour, Dieu créa la ma (...)
  • 6 Nous empruntons cette expression à Victor Bol, « Avant-Propos », Guillaume du Bartas, La Semaine ou (...)
  • 7 Yvonne Bellenger, « Introduction », p. LII.
  • 8 Yvonne Bellenger, « Introduction », p. LII.
  • 9 Klára Csürös, Variétés et vicissitudes du genre épique, Paris, Champion, 1999, p. 147. Voir aussi J (...)

2La publication de la Seconde Semaine de Du Bartas en 1584 constitue un moment clé pour ce qui est du traitement épique de la matière américaine. Rappelons d’abord que Du Bartas avait déjà publié une première Semaine en 1578, divisée en sept jours, qui relate en suivant l’ordre biblique et comme l’indique son sous-titre la « Création du Monde5 » depuis le Chaos originel. Il s’agit d’une « vision cosmographique » de grande envergure et qui donne à voir le « surgissement des êtres, œuvres d’un Ouvrier suprême6 ». Du Bartas y énumère tout ce qui constitue la Création, forgeant ainsi un poème qui est « une sorte d’inventaire où le foisonnement apparaît comme le signe de l’excellence et de la perfection [de Dieu]7 ». Nul besoin d’expliquer pourquoi un tel projet devait à un moment donné compter avec la réalité des grandes découvertes, laquelle réalité appartient forcément à cet univers voulu par Dieu. Or, on a pu dire que le monde ainsi décrit dans le poème de 1578 est à certains égards moins excellent ou parfait (et que l’inventaire est moins exhaustif) que « pré-scientifique », « fabuleux » voire « illogique8 ». On a notamment souligné que Du Bartas y refuse la vision copernicienne de l’univers9. Surtout, le poème de 1578 ne mentionne aucunement l’Amérique. L’univers est celui d’avant les voyages de Colomb et des autres explorateurs. En revanche, la nouvelle édition de la première Semaine publiée en 1581 ainsi que la Seconde Semaine, parue en 1584, font entrer pour la première fois l’Amérique dans la poésie épique française.

  • 10 Nous ne sommes pas, loin de là, le premier à étudier le poème de Du Bartas sous cet angle. Voir sur (...)
  • 11 Yvonne Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, Paris, Sedes, 1993, p. 313.
  • 12 Du Bartas, La Seconde Semaine, dir. Yvonne Bellenger, Paris, STFM, 1991-92, p. 363. (Le texte des « (...)
  • 13 Du Bartas, La Seconde Semaine, 7: 419-26 : « Qui doute que jadis de Quinsay les vaisseaux / N’ayent (...)
  • 14 Du Bartas, Colonies, éd. 1616, n. 49, p. 588, cité par Yvonne Bellenger, « Sur Les colonies de Du B (...)

3Un certain nombre d’ajouts dans l’édition de 1581 (mais que nous ne discuterons pas ici) montrent un poète réagissant à un lectorat trop au courant de l’existence du Nouveau Monde pour accepter que celui-ci soit exclu d’un poème biblico-encylopédique. Surtout, dans le septième livre de la Seconde Semaine, intitulé « Les Colonies », Du Bartas diffuse sous une forme épique des savoirs sur l’Amérique et sur l’ensemble de l’œkoumène puisés de manière directe dans des cartes et des livres récemment publiés. Or, cette mise à jour du poème de 1578 est réalisée grâce à la bibliothèque de Du Bartas : l’entrée de l’Amérique dans la littérature épique est d’abord et surtout un événement intertextuel, rendu possible par la diffusion sous forme de livres imprimés des savoirs issus d’Amérique10. Concentrons-nous ici sur le cas des « Colonies ». Dans ce septième livre, Du Bartas décrit les phases successives du peuplement du monde, à savoir « la dispersion des hommes sur la terre, jadis et naguère, mais aussi […] la prise de possession par les Européens de territoires lointains (avec la conquête de l’Amérique en particulier), aujourd’hui11 ». Pour Du Bartas, il s’agit d’inscrire les grands voyages de ses contemporains et l’arrivée des Européens dans cette quatrième partie du monde dans un continuum de déplacements humains qui remonte au déluge, à l’arche de Noé et à l’ordre divin originel, à l’impératif de la Genèse : « benedixitque Deus Noe et filiis eius et dixit ad eos crescite et multiplicamini et implete terram » (Dieu bénit Noé et ses fils et leur dit : ‘Soyez féconds, multipliez-vous et remplissez la terre’) (Genèse 9 : 1). Ce faisant, le livre aborde deux questions de taille : celle de la division tripartite du globe terraqué (l’Amérique est une quatrième partie du monde, ce qui implique un départ depuis le modèle biblique) et celle de l’origine monogénétique de l’humanité (d’où surgissent les Amérindiens ? Sont-ils les descendants de Noé ou non ?). A ces deux questions nécessairement connexes, Du Bartas propose une réponse étonnamment moderne, résumée ainsi dans l’argument du livre VII : « Indiens et Ameriquains ne sont pas tombez des nues, ni sorties de la terre comme des potirons, leurs pays ont este peuplez par succession de temps12 ». C’est-à-dire que pour tenir compte des découvertes des XVe et XVIe siècles, il faut remonter beaucoup plus loin. L’hypothèse avancée est celle (qui n’a rien perdu de sa justesse au XXIe siècle) d’un peuplement de l’Amérique à partir de l’Asie et par le détroit de Béring et l’Alaska13. Le commentaire fourni par l’érudit genevois Simon Goulart confirme ainsi les enjeux14.

  • 15 Yvonne Bellenger, « Sur Les colonies de Du Bartas », p. 454.
  • 16 Philippe de Mornay, sieur du Plessis Marly, De la vérité de la religion chrestienne, contre les ath (...)
  • 17 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 113.
  • 18 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 113.
  • 19 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 115.
  • 20 « Or que diroit donc maintenant Pline auec ses hommes à teste de chien, & a vn œil, & à longues aur (...)
  • 21 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 117.

4L’explication fournie par Du Bartas ne naît pas ex nihilo ; elle se rattache à différents débats contemporains qui circulent sous forme d’imprimés de types divers. La possibilité toute concrète de posséder un certain nombre de livres, de les lire et de les feuilleter et de les avoir à portée de main au moment même où le poète protestant rédige son épopée est, comme nous le verrons, capitale. Pour ce qui est de la thèse monogénétique, telle que la défend Du Bartas, celui-ci a recours à un traité intitulé De veritate religionis christianae (1575) de Philippe Duplessis-Mornay, texte traduit peu après sous le titre De la vérité de la religion chrestienne, contre les athées, épicuriens, payens, juifs, mahumédistes et autres infidèles. Selon ce texte, les partisans du polygénisme seraient non seulement « infidèles à l’enseignement de la Bible », mais leur point de vue ne serait pas « le plus rationnel15 ». A Duplessis-Mornay donc Du Bartas reprend l’idée selon laquelle les êtres humains, y compris ceux du Nouveau Monde, doivent tous descendre des fils de Noé. Il n’est pas difficile, en relisant Du Bartas et Duplessis-Mornay, de se rendre compte de la nature et de la quantité des emprunts. Le huitième chapitre du livre de Duplessis-Mornay s’intitule « De quand le Monde a eu son commencement » et prend comme point de départ l’idée que « comme vn enfant, [le monde] a eu ses aages, muances & periodes16 », à savoir que la description du monde doit forcément se concevoir de manière diachronique et tenir compte du passage du temps comme du mouvement des humains. Le chapitre évoque inter alia l’origine des sciences, des arts, des lois, des dieux, l’histoire du commerce et de la nourriture et jusqu’à l’histoire de l’histoire. En ce qui concerne le peuplement du Nouveau Monde et la thèse monogénetique, Duplessis-Mornay commence par rappeler à quel point la découverte du Nouveau Monde est récente : « Il n’y a que cent ans que nous ne cognoissons rien en plus de la moitié du monde17 ». L’auteur reconnaît que les grandes découvertes ont eu pour conséquence l’expansion du monde connu : « Nous n’estions qu’à l’entree de la terre, & pensions estre à la perfection de la Geographie, nous pensions auoir cognu les bouts du Monde, & n’auions encor passé le cercle Meridionel qui mypartit le Monde » et quiconque soutenait le contraire « estoit par les plus entendus reputé comme vn fol18 ». L’ignorance des Anciens s’oppose chez Duplessis-Mornay à l’esprit à la fois aventureux et empirique des modernes. Alors que les pilotes d’Alexandre « qui alloyent cercher de nouueaux Mondes, ne passerent point l’isle de Sumatra, lors appelée Taprobane » ou encore alors que les Romains « ne passoyent [ordinairement] les Colomnes de Gibralthar », les navigateurs modernes franchissent toutes les limites, ce qui implique de confronter l’autorité des Anciens. Les plus grands philosophes de l’Antiquité, dit Duplessis-Mornay, « sçauoyent moins de la nature & du cours des marées, que les moindres matelots de nostre temps19 ». Pline, en particulier, est fustigé20. Or, c’est précisément dans ce contexte d’un monde qui se découvre plus grand et plus varié que s’inscrit la réflexion de Duplessis-Mornay sur la théorie monogénétique : si parfois les mers empêchent que les peuples se déplacent pour peupler de nouvelles terres, tel n’est pas le cas en ce qui concerne le Nouveau Monde « à cause de la longue estendue du pays, qui descharge l’Indie Orientale en l’Occidentale, l’Occidentale en la nouuelle Espagne, & celle cy au Bresil, & le Bresil en la terre Australe, dont encores on ne cognoist par le riuage21 ». Surtout, et comme Du Bartas, Duplessis-Mornay préconise toujours une division tripartite du globe :

  • 22 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 220.

…venez à Moyse, & il vous dira l’origine des premiers peuples, & la généalogie de l’Vniuers : & les noms qui leur en sont demeurez iusques à nous rendront à tout homme d’entendemêt la chose hors de doute. Car de Noë, par son fils aisné Iaphet sont partis les Gomeriens ou Cymmeriens, les Medes, les Ions qui premiers habiterent la Grece, les Tuiscons ou Allemans, les Italiens les Dodoneens, à sçauoir de Gomer, de Madai, de Iauan, d’Aschenez, de Elisa, & de Dodanim. Par Cham, les Chananeens, Egyptiens, Lybiens, Sabeens, &c. qui ont retenu leur nom de ses enfans, Chanaâ, Misraim, Lud, Saba, &cc. car Misraim en Hebrieu signifie Egypte. Par Sem les Elamires & Persiens, Assyriens, Chasdeens ou Chaldeens, Lydiens, Arameens ou Syriens, ceux d’Orphir, &c., Et ces noms ont este escrits & tesmoignez par Moyse auant que ces nations fussent en aucune reputation, & demeurent encores au iourd’huy entre les Hebrieux. Or à mesure que ces peres de famille se sont accreus, ils ont espandu chacun ses branches plus loing, tant que cest estoc a couuert & enombré toute la terre, & l’Arche de Noé, par maniere de dire nauigué par tout le monde22.

  • 23 Cité par Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde, p. 269.
  • 24 Du Bartas, La Seconde Semaine, 7 : 383-94, p. 396-97.
  • 25 Du Bartas, La Seconde Semaine, p. 364.
  • 26 Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde : la naissance de l’anthropologie comme idéologie coloni (...)
  • 27 Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde, p. 33.

5Il ne faut pas passer sous silence la spécificité protestante de l’apologie monogénétique de Duplessis-Mornay et de Du Bartas. Les deux auteurs s’opposent à l’idée d’une génération spontanée. Duplessis-Mornay affirme qu’il n’y a rien de plus puéril que de penser que les hommes aient germé de la terre « à la façon des bettes et des champignons23 », prise de position (mais aussi ton moqueur) repris directement par Du Bartas : « Hé, quoy ? tu penses donc que ces hommes icy / Cheurent, ja tous formez, des nues tout ainsi / Que ces petits Crapaux, que quelque tiede oree / Dans les fentes des prez verse sur la seree / Apres un jour ardent » ; et comment penser que ces hommes « sortirent parmy les grasses motelettes / Comme des Potirons, des Naveaux, et des Bletes24 », idée également résumée dans le sommaire des « Colonies » publié dans l’édition de 1589 : « les Indiens et Ameriquains ne sont pas trombez des nues, ni sortis de la terre comme des potirons, leurs pays ont esté peuplez par succession de temps25 ». Duplessis-Mornay et Du Bartas réfutent donc les théories naturalistes d’une génération spontanée. Or, ainsi que l’a démontré Giuliano Gliozzi, les hypothèses de Duplessis-Mornay « ne sont pas seulement une confirmation dogmatique du monogénisme biblique » ; elles constituent plutôt « la première tentative sérieuse de soustraire celui-ci à la critique des incrédules en effectuant un choix avisé du trajet qui aurait permis le peuplement du nouveau continent par les habitants de l’ancien26 ». Par ailleurs, les deux auteurs supposent un peuplement de l’Amérique par les peuples du Nord, ce qui enlève aux Espagnols « tant les droits de première occupation que les droits héréditaires sur les privilèges de Japhet, pour les attribuer au contraire aux puissances nordiques, c’est-à-dire celles qui constituaient désormais la région protestante27 »

  • 28 Girolamo Benzoni, Histoire nouvelle du nouveau monde : contenant en somme ce que les hespagnols ont (...)
  • 29 Voir Alain Dufour, « Quand les Genevois commencèrent-ils à s’intéresser à l’ethnographie ? », Mélan (...)
  • 30 Girolamo Benzoni, Histoire nouvelle du nouveau monde, sig. **ijr

6Autre chose à signaler à cette étape : les idées développées par Duplessis-Mornay et reprises sous une forme épique par Du Bartas appartiennent à un véritable circuit. On peut en effet mesurer l’importance de la diffusion des savoirs issus d’Amérique par le nombre et la nature des relations intertextuelles. Dans les « Colonies », Du Bartas est proche aussi par exemple d’un texte d’Urbain Chauveton, l’éditeur et glossateur de Benzoni, Histoire nouvelle du Nouveau Monde (157928). La traduction par le pasteur genevois est un texte dont on reconnaît depuis longtemps l’importance29. En ce qui nous concerne, faisons remarquer que, après avoir réfuté différentes théories quant au peuplement du Nouveau Monde, Chauveton en arrive à sa propre opinion : « ces peuples-là sôt partis de l’Indie orientale, que ie suppose estre contigüe & ionte d’un tenant auec l’Indie Occidentale : ou si elle en est retrenchee, c’est d’vn si petit Estroit, qu’il n’y ha pas grande distance entre deux30 ». La terre n’a pas, dit-il, été « peuplee ny habitée tout d’un coup ny deuant le Deluge, ny depuis » ; plutôt, « à mesure que le Monde est allé croissant & multipliant, les peuples se sont poussez & auancez peu à peu, iusqu’à ce que toute la face de la terre ha este couuerte d’hommes ». Il y a eu une colonisation du monde entier à partir de l’Europe jusqu’à ce que « tout ha este habité iusqu’aux dernieres extremitez de la terre ».

  • 31 Pour Mercator, voir Valerie Scott, éd., Tooley’s Dictionary of Mapmakers, Riverside, Early World Pr (...)
  • 32 Robert Melançon, « Du Bartas et l’Amérique », p. 217.

7On voit donc que le poème épique de Du Bartas participe à ce circuit de diffusion. Autant que le traité de Duplessis-Mornay ou que la traduction de Benzoni réalisée par Chauveton, la nouvelle édition de la Semaine en 1581 ainsi que la publication des « Colonies » en 1584 constituent des moments importants pour ce qui est de la connaissance que pouvait avoir le lectorat européen du Nouveau Monde. Cette diffusion seconde est doublement tributaire des progrès de l’imprimerie puisque celle-ci encourage et facilite une dissémination plurielle. Or, il n’y a pas que les mots que véhiculent les imprimés. Du Bartas décrit les merveilles de ce Nouveau Monde, énumérant des noms de lieux dans un itinéraire qu’on peut suivre sur la mappemonde de Mercator (1569)31 ou sur la carte de la « quatriesme partie de l’univers » dans la Cosmographie universelle (1575) de Thevet32. Contentons-nous de quelques commentaires.

Figure 1

Figure 1

La mappemonde (1569) de Mercator (BnF)

  • 33 La BnF possède un exemplaire de cette carte très rare : Gerard Mercator, Nova et aucta orbis terrae (...)
  • 34 Le cartographe Gérard Mercator, 1512-1594, Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Musée Plantin (...)
  • 35 Nous reprenons l’analyse de Numa Broc, La géographie de la Renaissance : 1420-1620, Paris, CTHS, 19 (...)
  • 36 Cet avis est partagé par Jerry Brotton, Trading Territories. Mapping the Early Modern World, Londre (...)
  • 37 Voir Jerry Brotton, Trading Territories, p. 163-66 : « The care which Mercator took over the rights (...)
  • 38 « L’originalité de la formule ne semble avoir été comprise ni par les amis de Mercator, ni par les (...)
  • 39 « Anno D. 1492, 11 Octobris Christophorus Columbus novam Indian nomine regis Castellae detexit, pri (...)
  • 40 « Anno Domini 1497 primus Vasco de Gama superato 20 Novembris capite Bonae spei, et Africa circumna (...)
  • 41 « Ferdinandus Magellanus anno Domini 1519 20 Septembris solvens ex Hispania, sequenti anno 21 Octob (...)

8D’abord, la carte de 1569 (Figure 1)—Nova et aucta orbis terrae descriptio (Nouvelle description détaillée du monde)—est une carte dite « monumentale » et marque un moment charnière33. Ni cordiforme, ni bi-hémisphérique, ni stéréographique, projections auxquelles Mecator eut recours dans des cartes publiées respectivement en 1538, 1587 et 1595, cette descriptio fonctionnera selon un système nouveau : la projection de Mercator. C’est d’ailleurs la seule carte de Mercator à être réalisée selon la projection qui porte son nom34. Celle-ci est une « projection cylindrique conforme » et constitue « une version améliorée de la vieille projection ‘plate-carrée’ chère aux constructeurs de portulans35 ». Ainsi, les méridiens (ou longitudes) sont des « droites équidistantes et perpendiculaires à l’équateur » et les parallèles des « droites dont l’espacement augmente progressivement de l’équateur vers les pôles », ce qui permet d’amoindrir la déformations les terres les plus éloignées de l’équateur. Autrement dit, les longitudes et les latitudes se coupent à angle droit. Aussi les formes et les contours sont-ils respectés tandis que l’échelle des surfaces change en fonction de la latitude. Or, il est important de souligner que si Mercator cherchait une meilleure manière de représenter sur une carte (une surface plane) une portion de surface courbe en réduisant au strict minimum les déformations, son but immédiat n’était pas de donner une image plus précise de la terre. Dans la projection de Mercator, des déformations sont présentes et deviennent de plus en plus importantes au fur et à mesure que l’on s’approche des régions polaires. La carte de 1569 est nouvelle parce qu’elle est destinée en principe aux marins (…ad usum navigantium emendata). C’est à cela que sert la projection. Mercator souhaitait « faciliter le travail des pilotes », ce qu’il réussit dans la carte de 1569 parce que celle-ci permet de suivre une route dite loxodromique, à savoir que l’itinéraire y étant toujours une ligne droite le pilote peut fixer son cap de manière définitive. C’est, au sens propre, la quadrature du cercle. Il n’est pas besoin de rappeler le succès que rencontrera cette projection. On a dit que la mappemonde de 1569 était le « chef d’œuvre » du maître flamand et qu’elle reste, jusqu’à l’époque contemporaine, la base de (presque ?) toutes les cartes de navigation36. Pourtant, ce succès—il faut bien le reconnaître—n’était pas immédiat. Certes, Mercator lui-même n’ignorait peut-être pas l’importance de sa nouvelle projection surtout dans le contexte des voyages commerciaux. Le cartographe veilla soigneusement à contrôler la production et la distribution de sa carte37. On devait attendre le XVIIe, voire le XVIIIe siècle pour que l’importance de la projection de Mercator soit comprise38. Malgré le peu de succès de cette projection au XVIe siècle, on peut retenir l’intention du cartographe : créer une mappemonde à l’utilisation des navigateurs et ce grâce à une projection nouvelle.La carte de 1569 n’est pas que pratique. En raison des nombreuses informations inscrites à même les espaces représentés ou dans des cartouches, la carte est aussi une carte-mémoire. La carte est, par exemple, un monument élevé à la mémoire des explorateurs : des cartouches rappellent notamment les exploits de Colomb39, Vasco de Gama40 et Magellan41. En même temps que la carte produit la mémoire de ces voyages, elle rappelle en même temps sa propre dette vis-à-vis des récits et des cartes réalisés par les voyageurs.

  • 42 La carte de Thevet aurait pour autre source le Theatrum Mundi d’Ortelius, d’après Thomas Suárez, Sh (...)
  • 43 Frank Lestringant, « L’île des démons dans la cosmographie de la Renaissance », Grégoire Holtz et T (...)
  • 44 Frank Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 23. (...)
  • 45 André Thevet, La cosmographie universelle, Paris, G. Chaudière, 1575 [BnF G-451 et MICROFILM M-1719 (...)
  • 46 Du Bartas, La Seconde semaine, 7 : 430-31, p. 400.

9S’il ne s’est pas fondé directement sur la mappemonde de Mercator, Du Bartas s’est peut-être inspiré d’une carte légèrement plus tardive et qui découle de la précédente42, à savoir la « Quarte Partie du Monde » que l’on trouve en 1575 au début du quatrième volet de la Cosmographie universelle d’André Thevet (Figure 2)43. L’une des singularités des pages de descriptio textuelle qui suivent la carte, on le sait, est l’absence de toute référence à Colomb44. Cette carte, comme celle de Mercator, représente un espace américain tout bonnement criblé de toponymes45. Il n’est pas difficile de localiser les toponymes cités par Du Bartas sur la carte. A titre d’exemple, on voit sur le détail de la carte (Figure 3) les toponymes « Calicuas » et « Auacal », que Du Bartas cite sous la forme « Calicuza » et « Avacal46 » dans sa choronymie.

Figure 2

Figure 2

André Thevet, la « Quarte Partie du Monde », La Cosmographie universelle (1575)

Figure 3

Figure 3

André Thevet, la « Quarte Partie du Monde », La Cosmographie universelle (1575)

Détail : Calicuas, Avacal, etc.

10Du Bartas n’écrit pas uniquement sous la dictée des Muses. Son écriture, au sens le plus concret du terme, est rendu possible par les imprimés mis à sa disposition : le texte des livres, mais aussi leurs cartes.

II – Lescarbot et l’autoréférentialité

  • 47 Nous reprenons en partie une réflexion menée dans notre article, « Du viatique à l’épique : L’épyll (...)
  • 48 Marie-Christine Pioffet, « Introduction », in : Marc Lescarbot, Voyages en Acadie (1604-1607), dir. (...)
  • 49 Les trois premiers livres de l’Histoire, on le sait, ne relatent pas le voyage de Lescarbot, mais c (...)
  • 50 Eric Thierry, Marc Lescarbot (vers 1570-1641) : un homme de plume au service de la Nouvelle-France, (...)
  • 51 Paolo Carile, « Tradition classique et exotisme ethnographique dans La Defaite des sauvages armouch (...)

11Si nous avons parlé de Du Bartas, c’est aussi pour le comparer à Marc Lescarbot qui, au début du XVIIe siècle, est l’auteur d’une petite épopée (ou épyllion) dans lequel l’imprimé joue un rôle à la fois similaire et différent47. Pour bien appréhender comment fonctionne le texte (ou, mieux, le livre / les livres) de Lescarbot, il faut d’abord rappeler quelques éléments de base. En 1606, Lescarbot s’embarque pour l’Acadie sur le Jonas. Après treize mois à Port-Royal, Lescarbot continuera à s’intéresser à la colonie et ses nombreux écrits font constamment « la promotion d’un exode migratoire vers l’Amérique48 ». Pour faire connaître son voyage et pour encourager la colonisation de l’Acadie, Lescarbot ne se contente pas d’écrire un récit de voyage. Certes, Lescarbot est le mieux connu pour sa grande Histoire de la Nouvelle France, publiée chez Jean Millot en 160949. Cette Histoire inscrit le voyage de Lescarbot dans un continuum de découvertes et fait de Lescarbot, comme l’indique le titre de l’ouvrage d’Eric Thierry, « un homme de plume au service de la Nouvelle-France50 ». Mais le surpenant c’est que dès 1607, soit deux ans auparavant, Lescarbot publiait un autre texte, La Défaite des Sauvages Armouchiquois, chez Jérémie Périer. Lescarbot venait tout juste de rentrer en France et le premier texte qu’il publie n’est donc ni un récit de voyage, ni un ouvrage ethnographique, mais un petit poème épique. Selon Paolo Carile, la parution précipitée de cette plaquette est due au désir de « rallumer l’intérêt pour cette partie du Nouveau Monde [et] attirer l’attente favorable chez un public cultivé, susceptible d’orienter les choix politiques », allant dans le sens de la « politique coloniale » que certains notables souhaitaient réaliser51. Quel serait donc le lien entre la Défaite et l’Histoire ? Et quelle est l’importance de l’imprimé dans cette relation ?

12La Défaite des Sauvages Armouchiquois est donc un épyllion, genre dont l’exemple est donné inter alia par l’Idylle 24 de Théocrite ou encore, pour citer un exemple presque contemporain, par la Fable de Polyphème et Galatée (Fábula de Polifemo y Galatea) de Luis de Góngora. L’épyllion de Lescarbot compte 483 vers et aussi bref qu’il soit, il reste néanmoins plus long, par exemple, que la Monomachie de David et de Goliath (1552) de Du Bellay (232 vers). La Défaite, à l’éloge du courage des Français, raconte surtout une vengeance : Panoniac, un Souriquois (Indien micmac), ami des Français, essayant de « troquer […] plusieurs marchandises qu’il avoit receu desdits François » avec les Armouchiquois fut assassiné par ces derniers (Lescarbot, La Défaite, « préface »). Pour se venger, le chef Henri Membertou se rend à son tour chez les Armouchiquois pour « troquer avec eux ». Ceux-ci le pensent sans armes. Pourtant, les marchandises qu’il souhaite troquer, ce sont justement… des armes et une trompette. Membertou s’empare de l’instrument et appelle ses gens qui arrivent, puis il se saisit des armes et une bataille s’ensuit. Les péri-textes nous expliquent à quoi doit servir ce poème : « faire sçavoir aux François les particularitez du dernier voyage fait sous la charge du Sieur de Poutrincourt en la Nouvelle France », afin d’ « inviter les François à [cultiver ladite province] » afin, « par ce moyen [d’]amener à la bergerie de Jesus Christ tant de peuples qui restent encore au monde sans police ni religion » (Lescarbot, La Défaite des sauvages armouchiquois, « Au lecteur »). Soulignons donc que le texte épique a à faire connaître un « voyage », tout comme un récit. Mais en même temps, la préface s’attarde sur le caractère épique de la Défaite en tant que texte : Lescarbot écrit qu’il s’agit d’une « histoire Martiale » et précise son intérêt, à savoir comment ce texte donnera à voir certaines qualités d’Henri Membertou, surtout sa finesse et sa maîtrise des artifices : « surtout est subtil le stratageme duquel usa Membertou pour surprendre et decevoir les Armouchiquois » ; « Membertou usa d’une contre-finesse, se doutant bien de leurs ruses (Lescarbot, La Défaite des sauvages armouchiquois, « préface »). Il ne s’agit pas seulement de faire connaître mais aussi de dresser un portrait proprement épique. Membertou, plus qu’un Achille, serait un héros à l’image d’Ulysse, qualifié d’ « homme subtil » au premier vers de l’Odyssée. Mais les premiers vers du poème suggèrent encore d’autres modèles. Le premier vers en annonce au moins deux : « Je ne chante l’orgueil du géant Briarée » (v.1) allusion à l’Iliade (1.404) et à l’Enéide (6.287 et 10.565). Virgile décrit Briarée, connu également sous le nom d’Egéon, comme le « monstre aux cent bras, aux cent mains, vomissant de ses cinquante bouches le feu d’autant de poitrines, et contre les foudres de Jupiter entrechoquant autant de boucliers, tirant cinquante épées » (Virgile, L’Enéide : 10.565 ?). Le deuxième vers—« Ni du fier Rodomont la fureur enivrée »—ajoute aux auteurs antiques l’Arioste.

13Ce qui m’intéresse ici, c’est la manière dont la Défaite anticipe sur l’Histoire de la Nouvelle France et surtout comment, grâce à une certaine culture de l’imprimé, les deux textes finiront par se compléter voire par se confondre. En 1607, la Défaite est donc le premier texte que Lescarbot imprime après son retour d’Acadie. C’est au genre épique qu’il confie le soin de diffuser des savoirs sur cette région du monde. En 1609, soit deux ans plus tard, Lescarbot publiera l’Histoire. Egalement en 1609, Lescarbot republiera la Défaite, dans un recueil de textes intitulé les Muses de la Nouvelle France. Tout d’abord, une remarque sur les titres : leur parallélisme—L’Histoire de la Nouvelle France ; Muses de la Nouvelle France—est éloquent et appréhende leur complémentarité. D’une part, il y aura l’Histoire qui reprend les récits de Cartier (et d’autres) et dans laquelle Lescarbot raconte aussi son propre voyage en Acadie ; d’autre part, il y aura les Muses, texte littéraire à part entière et qui signale à de nombreuses reprises sa relation aux grands genres. Or, la republication de la Défaite s’accompagne d’un changement important qu’on peut voir en comparant les figures no. 2 et 3. Dans l’édition de 1607, les vers de la Défaite ne sont accompagnés d’aucune note marginale. Dans l’édition de 1609, à l’intérieur des Muses, ces mêmes vers sont accompagnés d’une note qui renvoie le lecteur à l’autre ouvrage de Lescarbot : « Voy l’Histoire de la Nouvelle France. Livre 4, Chapitre 15 ». En 1609, donc, le texte épique s’accompagne, dans les Muses, de notes marginales qui servent à établir très concrètement un rapport intertextuel entre le poème et le récit de voyage, à marquer une mise en circulation et une diffusion de savoirs issues d’Amérique qui, chez Du Bartas, était présente mais invisible. Du Bartas reprenait Chauveton et Thevet ; Lescarbot reprend Lescarbot lui-même et le signale dans les notes. De manière très concrète alors, Lescarbot rattache son épyllion au récit de voyage, en donnant au lecteur les informations nécessaires pour passer de l’un à l’autre. Les textes épique et viatique n’entretiennent pas un rapport de supplémentarité, ils sont l’un pour l’autre de véritables « prières à insérer ».

Figure 1

Figure 1

Lescarbot, La Défaite, éd. 1607, sig. 5v.

Figure 2

Figure 2

Lescarbot, « La Défaite » dans Les Muses, éd. 1612, p. 45.

14Sans pour autant explorer tous les renvois de ce type—l’exercice prendrait des heures—il est important d’en comprendre le fonctionnement en en considérant quelques-uns. C’est-à-dire qu’il est important ici de se demander comment le lecteur lit ces deux textes qui s’appellent. Certes, le lecteur n’est pas un être « asservi » ; il s’agira donc d’explorer une lecture possible parmi d’autres. C’est d’ailleurs ce que nous propose Lescarbot. Commençons par un renvoi marginal qui concerne les rites funéraires. Le cadavre de Panoniac, lit-on dans la Défaite, n’est pas mis « en depost à la terre, / N’en coffre de bois, ni en creux d’une pierre » (Lescarbot, La Défaite, vv. 44-45) ; il est plutôt « embaumé à la forme des Rois / Que l’Aegypte pieuse embaumoit autrefois » (vv. 46-47). Une note marginale explique ainsi : «  Les Sauvages c[on]servent les corps morts », puis cette même note renvoie le lecteur à l’autre ouvrage : « Voy ci-dessus pa. 862. 863. Dueil des Sauvages ». En effet, le chapitre 26 du dernier livre de l’Histoire de Nouvelle-France s’intitule « Des Funerailles ». Le lecteur est donc libre de confronter deux descriptions des événements qui suivirent le décès de Pononiac, l’une dans l’Histoire, l’autre dans la Défaite. Dans le chapitre sur les funérailles dans l’Histoire, Lescarbot fait un constat d’universalité dans lequel il accorde pourtant—on s’en étonne peu—la primauté aux Chrétiens, citant la Bible (Ecclésiastique 38.16-17) et puis suggérant comment cette tradition peut se retrouver au Nouveau Monde : la leçon y serait « parvenuë, soit par quelque traditive, soit par l’instinct de nature » (Lescarbot, L’Histoire de la Nouvelle-France : 3.834). Or, l’intéressant pour nous, c’est que le décès et les « funérailles » de Panoniac ont dans l’Histoire statut d’exemplum. Les « sauvages », écrit Lescarbot, pleurent les morts tout comme les Chrétiens, mais « ils font des clameurs étrangers par plusieurs jours » (3.835). Et Lescarbot d’ajouter : « …ainsi que nous vîmes au Port-Royal, quelques mois apres nôtre arrivée en ce pais là […] là où ils firent les actes funèbres d’vn des leurs nommé Panoniac ». La Défaite, elle, évoque à propos de ce même événement un « deuil si rempli de douleurs / Que le Firmament en ouït les clameurs » (vv. 50-51). Le mot-clé serait alors : clameurs, car il permet de rattacher le texte historique et sa translation épique. L’Histoire fournit d’autres détails : le corps est « rapporté és cabanes de la rivière Saincte-Croix, où les Sauvages le pleurerent et embaumerent » ; les « [sauvages] detaillent les corps morts, et les font secher » pour les conserver « contre la pourriture ». Puis Lescarbot revient pour la renforcer à la notion de clameur (voir extraits 1 et 2 sur l’exemplier) :

(1) « De la rivière Saincte-Croix ledict defunct Panoniac fut apporté au Port Royal, là où derechef il fut pleuré. Mais pour ce qu’ils ont coutume de faire leurs lamentations par une longue trainée de jours, comme d’un mois, craignans de nous offenser par leurs clameurs (d’autant que leurs cabanes n’estoient qu’environ à cinq cens pas loin de nôtre Fort), Membertou vint prier le Sieur de Poutrincourt et trouver bon qu’ils fissent leur deuil à leur mode accoutumée, et qu’ils ne demeureroient que huit jours. Ce qu’il luy accorda facilement : et de là en avant commencerent dés le lendemain au point du jour les pleurs et criaillemens que nous oyions de nôtre dict Fort, se donnans quelque intervalle sur le jour. Et font ce deuil alternativement chacune cabane à son jour, et chacune personne à son tour. » (Lescarbot, l’Histoire de la Nouvelle-France : 3.836).

15Ces mêmes événements reviennent, dans le poème épique, sous la forme suivante :

(2) …quand ce pauvre corps fut dans le Port Royal

Aux siens representé, Dieu sçait combien de plaintes,

De cris, de hurlemens, de funebres complaintes.

Le ciel en gemissoit, et les prochains côtaux

Sembloient par leurs echoz endurer tous ces maux :

Les épesses foréts, et la rivière méme

Tèmoignoient en avoir une douleur extrême.

Huit jours tant seulement se passerent ainsi

Pour respect du François qui se rit de ceci. (Lescarbot, La Défaite : vv. 55-63).

16Les vers de la Défaite, au lieu de raconter un événement, traduisent celui-ci en visa et en audita : les mots « lamentations » et « clameurs » se déclinent en s’amplifiant en « hurlements » et « complaintes », dans un ciel qui « gémit » et dans une nature (collines, forêts, rivière) qui fait sien ce deuil. Là où l’Histoire décrit un rite que les indigènes eux-mêmes, suggère Lescarbot, mettent comme entre parenthèses (ils « craignent » offenser les François), la Défaite cite la nature elle-même comme « témoin ». Certes, la mise entre parenthèses est présente aussi dans la Défaite, quand Lescarbot écrit que le Français « se rit » du rite. Parmi les autres cas où la Défaite renvoie son lecteur directement à tel chapitre de l’Histoire, l’on relève par exemple celui-ci où il s’agit des rapports entre les Français, les Souriquois et les Amourichiquois. Membertou, pour exhorter ses troupes, dit ceci : « Nous avons prés de nous des François le support / A qui ces chiens ici ont fait un méme tort » (Lescarbot, La Défaite : vv. 78-79) ; la note marginale demande au lecteur de se reporter à l’ « Histoire de la Nouv. France liv. 4 chap. 15. ». Là, en effet, ce mot de « chien » est développé : « ils sont cauteleux, larrons et traitres, et quoy qu’ils soient nuds, on ne se peut garder de leurs mains ; car si on detournoit tant soit peu l’œil, et voyent l’occasion de derober quelque couteau, hache ou autre chose, ils n’y manqueront point, et mettront le larrecin entre leurs fesses » ; c’est un « peuple pauvre et nud [et] larron » et qui a « la malice au cœur », un peuple « tel qu’il le faut traiter avec terreur, car par amitié si on leur donne trop d’accés ils machineront quelque surprise » (Lescarbot, L’Histoire : 2.537). D’où la conclusion tirée par la Défaite : « Cela est résolu, il faut que la campagne / Au sang de ces meurtiers dans peu de t[em]ps se baigne » (Lescarbot, La Défaite : vv. 80-81). L’Histoire, encore une fois, donne plus d’informations et dresse un portrait plus général ; la Défaite insiste sur l’action.

17On pourrait énumérer d’autres renvois directs et il serait possible, en relisant La Défaite et l’Histoire de dénicher de nombreux échos indirects, où les deux textes se complètent sans qu’aucune note marginale ne rende le lien explicite. On pourrait également montrer que le lien est bidirectionnel, car autant la Défaite renvoie à l’Histoire, autant celle-ci se réfère à la Défaite (et plus généralement aux Muses). Ainsi, par exemple, dans l’Histoire Lescarbot fait allusion à Membertou mais il renvoie son lecteur aux Muses : « …la conduite du Sagamos Membertou, laquelle j’ay décrit en vers rapportez és Muses de la Nouvelle-France » (Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France : 2.532). Pourtant, même sans poursuivre plus loin nos recherches dans ce sens, déjà le rôle de l’intertextualité est ici évident : celle-ci sert à faire entrer l’histoire dans la poésie—et vice-versa. Aussi simple qu’un tel procédé puisse paraître, il faut reconnaître qu’il ne va pas de soi. D’une certaine façon, il s’agit d’une mise en question d’Aristote, car Lescarbot nous offre dans la Défaite un petit poème épique qui ne relève pas du vraisemblable mais de l’historique. On apprécie mieux à présent tout le poids des premiers vers de la Défaite : « Je ne chante […] du fier Rodomont la fureur enivrée » (Lescarbot, La Défaite : vv. 1-2) ainsi que la note marginale qui les avoisine : « L’Autheur veut dire que cette histoire n’est point fabuleuse ». Justement, au fabuleux se substitue l’historiquement et le géographiquement vrai/vérifiable. De telles conclusions trouvent leur confirmation dans le fait que la Défaite renvoie non seulement au texte de l’Histoire mais aussi à ses cartes. A côté des vers décrivant comment « Membertou […] approche son vaisseau / Du port de Choüacoet, où la troupe adversaire / L’attendoit de pié-quoy », mais où également Membertou avait « laissé / Ses gens derrière un roc, et s’estoit avané, Afin de reconoitre et le port et la terre / Qu’il vouloit ruiner par l’effort de la guerre » (vv. 170-76), l’on trouve la note suivante : « Voy l’endroit de ce Port en la Charte géographique ». L’histoire de la littérature épique rejoint ici celle de la cartographie dans la mesure où la carte à laquelle la Défaite renvoie son lecteur (Figure 3) est bien une carte des plus modernes, fondée sur l’observation, sur un certain principe de coïncidence entre la réalité du terrain et sa représentation cartographique.

III – Conclusions

18« Tout comme l’ancien œkoumène grec s’arrêtait au pied des Colonnes d’Hercule, le savoir humain avait toujours été délimité par des données manuscrites elles-mêmes limitées ». La comparaison est juste et même réversible : l’invention de l’imprimerie et la diffusion des données géographiques, ethnographiques et cartographiques qu’elle a permise a fait entrer le nouveau continent dans la littérature épique laquelle, à son tour, contribue à une sorte de diffusion seconde. Nous avons vu ici que la possibilité qu’un texte épique puisse parler de l’Amérique et diffuser des savoirs sur ce continent récemment découvert semblerait avoir partie liée avec la possibilité, de la part de l’auteur, de se constituer une bibliothèque de livres comme avec certaines pratiques de la lecture et de l’écriture. Les nombreuses relations ainsi créées se révèlent, dans leur nature concrète, d’une grande importance. D’une part, Du Bartas participe à un circuit de diffusion auquel appartiennent aussi Duplessis-Mornay, Benzoni, Mercator et Thevet ; d’autre part, Lescarbot se présente comme une sorte de self-made-library dans la mesure où la Défaite et l’Histoire, œuvres d’un seul et même auteur, se citent et s’entre-appellent d’une manière explicite. Sans doute est-ce la coïncidence auctorielle du cas Lescarbot qui entraîne une exploitation maximale des ressources mise en jeu par l’imprimerie. Malgré les différences des deux cas étudiés ici, il ressort de ces pages non seulement que l’imprimerie joue un rôle majeur dans la diffusion des savoirs issus d’Amérique, mais aussi que cette diffusion est à la fois multiple et auto-génératrice.

Haut de page

Notes

1 Autre exemple éloquent (et également non français) : l’anonyme De rebus gestis Mendi sa Saa (1563), parfois attribué au jésuite José de Anchieta, est un poème épique latin qui « fait le récit apologétique des trois premières années du gouvernorat de Mem de Sá, depuis son arrivée à Bahia en 1557 jusqu’à la prise du Fort des Français (alias Coligny, alias Villegagnon) le 16 mars 1560 » (Frank Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde (XVIe siècle), Genève, Droz, p. 162). Relevant de la propagande jésuite, le poème dresse de Calvin un portrait monstrueux et chante la gloire de la présence catholique au Nouveau Monde en prenant pour modèle l’Enéide de Virgile : le moment où Mercure rappelle à Enée sa mission de fonder un empire en Italie (Enéide 4 : 569) est repris, par exemple, dans le contexte d’une prière que fait Mem de Sá à l’Eternel « pour lui demander un secours devenu nécessaire après l’échec des assauts répétés contre le Fort Coligny » (Lestringant, L’Expérience huguenote, p. 171). (Cet épisode est, comme l’on sait, parmi les plus empruntés. On pense encore une fois aux Lusiades : là, Mercure descend s’entretenir avec Da Gama à Mombassa tout comme il était descendu voir Enée à Carthage (2.63)).

2 Voir Phillip John Usher, « Non haec litora suasit Apollo : la Crète dans la Franciade de Ronsard », La Revue des Amis de Ronsard, no 22, mai 2009, p. 65-89.

3 La présente réflexion prolonge notre récent article consacré au cas Lescarbot : Phillip John Usher, « Du viatique à l’épique : L’épyllion américain de Marc Lescarbot », Arborescences, no 2, mai 2012.

4 Roger Chartier, « Avant-propos », Les usages de l’imprimé : XVe-XIXe siècle, dir. Roger Chartier, Paris, Fayard, 1987, p. 9. 

5 Il n’est pas inutile de résumer l’organisation de ce grand texte : au premier jour, Dieu créa la matière et la lumière ; au second jour, il sépara les eaux et le firmament ; au troisième, la terre et les eaux ; au quatrième, il créa les luminaires célestes ; au cinquième, les poissons et les oiseaux ; au sixième les animaux terriens et l’homme ; au septième, Dieu se reposa et contempla son œuvre (d’après Yvonne Bellenger, « Introduction », Guillaume de Saluste du Bartas, éd. Yvonne Bellenger, La Sepmaine (texte de 1581), Paris, STFM, 1992, p. LI).

6 Nous empruntons cette expression à Victor Bol, « Avant-Propos », Guillaume du Bartas, La Semaine ou Création du Monde, éd. Victor Bol, Paris, Actes Sud, 1988, p. 8.

7 Yvonne Bellenger, « Introduction », p. LII.

8 Yvonne Bellenger, « Introduction », p. LII.

9 Klára Csürös, Variétés et vicissitudes du genre épique, Paris, Champion, 1999, p. 147. Voir aussi Jean Plattard, « Le système de Copernic dans la littérature française du XVIe siècle », Revue du Seizième siècle, 1, 1913, p. 220-37 ; James Dauphiné, « L’argument Copernic dans la querelle de la Sepmaine de Du Bartas », Bulletin de l’Association des Professeurs de Lettres, décembre 1979, p. 6-14 ; James Dauphiné, « Palingenius, Du Bartas, De Gamon : De Rivière et le système de Copernic », Acta Conventus neo-latini bononiensis, éd. Richard J. Schoeck, Binghampton, New York University Press, 1985, p. 27-33 ; Isabelle Pantin, « Du Bartas ‘armé de raisons’ », La Poésie du ciel en France dans la seconde moitié du XVIe siècle, Genève, Droz, 1995, p. 387-92, 413-16, et passim.

10 Nous ne sommes pas, loin de là, le premier à étudier le poème de Du Bartas sous cet angle. Voir surtout Robert Melançon, « Du Bartas et l’Amérique », in Du Bartas, poète encyclopédique, Colloque international, faculté des lettres et sciences humaines de Pau et des pays de l’Adour, 7, 8, et 9 mars, 1986, éd. James Dauphiné, Lyon, La Manufacture, p. 211-226.

11 Yvonne Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, Paris, Sedes, 1993, p. 313.

12 Du Bartas, La Seconde Semaine, dir. Yvonne Bellenger, Paris, STFM, 1991-92, p. 363. (Le texte des « Colonies » sur lequel nous nous concentrons ici a été édité par Frank Lestringant.)

13 Du Bartas, La Seconde Semaine, 7: 419-26 : « Qui doute que jadis de Quinsay les vaisseaux / N’ayent, aventureux, peu traverser les eaux / Du destroit Anien, et trouver un passage / Des Indes d’Orient au pays de Tolguage, / Par un chemin si court, que les flottes s’en vont / D’Asie au port Gregeois à travers l’Hellespont : / Singlent d’Hespaigne en Fez par le destroit d’Abile, / Et par le Phar Messin d’Italie en Sicile ? ».

14 Du Bartas, Colonies, éd. 1616, n. 49, p. 588, cité par Yvonne Bellenger, « Sur Les colonies de Du Bartas », éd. M. Balard, Lyon, La Manufacture, 1989, p. 445-62 (p. 455) : « C’est une autre conjecture du Poëte, à sçavoir que l’Inde Occidentale a esté peuplée du costé du Septentrion par les descendans de Japhet, qui y sont entrez par le destroit de Grotlande. Et de tous temps car pays Septentrionaux ont este merveilleusement peuplez : tellement qu’il s’est peu faire que les uns contrains par les autres ou poussez de leur curiosité, ou de la nécessité, ont cherché de s’avancer en autres lieux plus commodes, et qu’ainsi peu à peu ces pays ont esté peuplez, Dieu ayant voulu faire reluire sa gloire en couvrant ainsi toute la terre. »

15 Yvonne Bellenger, « Sur Les colonies de Du Bartas », p. 454.

16 Philippe de Mornay, sieur du Plessis Marly, De la vérité de la religion chrestienne, contre les athées, épicuriens, payens, juifs, mahumédistes et autres infidèles, Paris, Micard, 1585, p. 101.

17 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 113.

18 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 113.

19 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 115.

20 « Or que diroit donc maintenant Pline auec ses hommes à teste de chien, & a vn œil, & à longues aureilles, auec ses Centaures, ses Pygmees, & ses Cyclopes, quand en tous les pays où il les loge, nous trouuons des hommes, des villes, & des Empires, non guerres moins florissans que celuy sous lesquel il estoit, & n’y trouuons aucune apparence de ce qu’il en escrit ? » (p. 115).

21 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 117.

22 Duplessis-Mornay, De la vérité de la religion chrestienne, p. 220.

23 Cité par Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde, p. 269.

24 Du Bartas, La Seconde Semaine, 7 : 383-94, p. 396-97.

25 Du Bartas, La Seconde Semaine, p. 364.

26 Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde : la naissance de l’anthropologie comme idéologie coloniale : des généalogies bibliques aux théories raciales, 1500-1700, trad. de l’italien par Arlette Estève et Pascal Gabellone, Lecques, Théétète, 2000, p. 269.

27 Giuliano Gliozzi, Adam et le nouveau monde, p. 33.

28 Girolamo Benzoni, Histoire nouvelle du nouveau monde : contenant en somme ce que les hespagnols ont fait jusqu'à présent aux Indes occidentales, & le rude traitement qu'ils font à ces poures peuples là : ensemble, une petite histoire d'un massacre commis par les hespagnols sur quelques françois en la Floride, avec un indice des choses les plus remarquables, extraite de l'italien de M. Hierosme Benzoni par M. Urbain Chauveton, Genève, Eustace Vignon, 1579. [BnF 8-OL-1662 et MICROFILM M-7196].

29 Voir Alain Dufour, « Quand les Genevois commencèrent-ils à s’intéresser à l’ethnographie ? », Mélanges Eugène Pittard, p. 141-49 ; Benjamin Keen, « The Vision of America in the Writings of Urbain Chauveton », First Images of America. The Impact of the New World on the Old, Berkeley, University of California Press, 1976, p. 107-22 ; Frank Lestringant, Le Huguenot et le sauvage, p. 162-68.

30 Girolamo Benzoni, Histoire nouvelle du nouveau monde, sig. **ijr

31 Pour Mercator, voir Valerie Scott, éd., Tooley’s Dictionary of Mapmakers, Riverside, Early World Press, 2003, vol. K-P, p. 238 ; Nicholas Crane, Mercator : the man who mapped the planet, New York, Henry Holt, 2003 ; Robert W. Karrow, Mapmakers of the sixteenth century and their maps, Chicago, Speculum Orbis Press, 1993, p. 376-406 ; Arthur Sidney Osley, Mercator : a monograph on the lettering of maps, Londres, Faber and Faber, 1969.

32 Robert Melançon, « Du Bartas et l’Amérique », p. 217.

33 La BnF possède un exemplaire de cette carte très rare : Gerard Mercator, Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata, Duysburgin, mense Augusto 1569. [Richelieu Cartes et plans - GE A-1064(Rés.)]

34 Le cartographe Gérard Mercator, 1512-1594, Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Musée Plantin-Moretus, Anvers, Musée Mercator, Saint-Nicolas (Waes), Bruxelles, Crédit communal, 1994, p. 146.

35 Nous reprenons l’analyse de Numa Broc, La géographie de la Renaissance : 1420-1620, Paris, CTHS, 1986, p. 173-77. Voir aussi J. Keuning, « The history of geographical map projections until 1600 », Imago Mundi, 1955, p. 1-50.

36 Cet avis est partagé par Jerry Brotton, Trading Territories. Mapping the Early Modern World, Londres, Reaktion Books, 1997, p. 152 : « Mercator’s famous method […] remains the most widely used technique of representing the earth’s surface ».

37 Voir Jerry Brotton, Trading Territories, p. 163-66 : « The care which Mercator took over the rights to its production and distribution was indicative of the importance he attached to a map which was to revolutionize not only sixteenth-century geography, but ultimately the future development of modern western cartography ».

38 « L’originalité de la formule ne semble avoir été comprise ni par les amis de Mercator, ni par les marins à qui elle était pourtant destinée. Il faut noter aussi que Mercator a construit sa mappemonde empiriquement, par approximations successives, et qu’il ne la jugera pas digne de figurer dans son atlas. Aussi, la nouvelle projection ne sera pratiquement par utilisée même après qu’Edward Wright eut publié en 1599 les tables trigonométriques nécessaires pour la construction exacte des coordonnées […] Il faudra attendre le XVIIIe siècle et la reprise des grandes circumnavigations pour que la supériorité de la solution mercatorienne soit reconnue » (Numa Broc, La géographie de la Renaissance, p. 177). On a pu suggérer que la projection remporta déjà un certain succès au XVIIe siècle : « Ce ne fut qu’ [au XVIIe siècle], avec la publication par l’Anglais Robert Dudley d’une série de cartes marines à moyenne échelle fondées sur les principes de la mappemonde de Mercator, que cette carte, jugée d’abord révolutionnaire, fut acceptée par les navigateurs » (p. 46). (Citation du livre dont le 10ième chapitre s’intitule : « Les maîtres cartographes flamands et… » (retrouver dans la salle M).)

39 « Anno D. 1492, 11 Octobris Christophorus Columbus novam Indian nomine regis Castellae detexit, prima terra quam conquisivit fuit Haiti » (In the year of Our Lord 1492 on 11th October Christopher Columbus, in the name of the King of Castille, discovered the New Indies. The first land conquered by him was Haiti.)

40 « Anno Domini 1497 primus Vasco de Gama superato 20 Novembris capite Bonae spei, et Africa circumnavigata Callicutium pervenit mandante Emanuele I rege Portogalliae 13. » (In the year of Grace 1497 Vasco da Gama, for the first time, having doubled the Cape of Good Hope on 20th. November and circumnavigated Africa, arrived at Callicut, sent by Emmanuel I, the 13th. King of Portugal.)

41 « Ferdinandus Magellanus anno Domini 1519 20 Septembris solvens ex Hispania, sequenti anno 21 Octobris ad fretum a se Magellanicum appellatum pervenit ac primus illud penetravit, inde Moluccas petiit, in Barussis insulis cum 8 Hispanis occisus est, reliqua classis lacera et mutila orbe deinceps circumnavigatio post triennium prope exactum in Hispaniam reversa est » (Ferdinand Magellan, sailing from Spain on 20th. September of the year of Grace 1519, arrived on 21st. October of the following year at the straits called after him the "Straits of Magellan" and was the first to enter them; thence he reached the Moluccas and was killed, with 8 Spaniards, in the Barusse Isles. The remainder of the fleet scattered and damaged, then returned to Spain.)

42 La carte de Thevet aurait pour autre source le Theatrum Mundi d’Ortelius, d’après Thomas Suárez, Shedding the veil : Mapipng the european discovery of American and the world, River Edge, NJ, World Scientific Publishing, p. 32.

43 Frank Lestringant, « L’île des démons dans la cosmographie de la Renaissance », Grégoire Holtz et Thibaut Maus de Rolley, éd., Voyager avec le diable, Paris, PUPS, 2008, p. 99-117 (p. 105).

44 Frank Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 23. Comme le rappelle Lestringant, dans les Singularitez de la France Antarctique (1557), Thevet faisait de Vespucci (et non de Colomb) le découvreur du Nouveau Monde.

45 André Thevet, La cosmographie universelle, Paris, G. Chaudière, 1575 [BnF G-451 et MICROFILM M-17192] (Image temporaire tirée directement du site bnf.fr)

46 Du Bartas, La Seconde semaine, 7 : 430-31, p. 400.

47 Nous reprenons en partie une réflexion menée dans notre article, « Du viatique à l’épique : L’épyllion américain de Marc Lescarbot », Arborescences, no 2, mai 2012

48 Marie-Christine Pioffet, « Introduction », in : Marc Lescarbot, Voyages en Acadie (1604-1607), dir. Marie-Christine Pioffet, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 13.

49 Les trois premiers livres de l’Histoire, on le sait, ne relatent pas le voyage de Lescarbot, mais ceux plutôt de ses prédécesseurs. Cet inventaire est suivi par des chapitres autobiographies (le récit de voyage au sens propre) et enfin par une dernière partie qui détaille les « mœurs et façons de vivre des peuples de la Nouvelle-France ». On y trouve des chapitres ayant pour titre : « De la Naissance » « De l’Imposition des Noms », « De la Nourriture des enfants & amour des pères & mères envers eux », « De la Religion », « Du Langage », « Des Lettres », et ainsi de suite. De nombreux aspects de la culture acadienne sont donc énumérés et commentés.

50 Eric Thierry, Marc Lescarbot (vers 1570-1641) : un homme de plume au service de la Nouvelle-France, Paris, Champion, 2001.

51 Paolo Carile, « Tradition classique et exotisme ethnographique dans La Defaite des sauvages armouchiquois de Marc Lescarbot », in La France-Amérique (XVIe-XVIIIe siècles), éd. Frank Lestringant, Paris, Champion, 1998, p. 393-408 (p. 398).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La mappemonde (1569) de Mercator (BnF)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/65949/img-1.png
Fichier image/png, 548k
Titre Figure 2
Légende André Thevet, la « Quarte Partie du Monde », La Cosmographie universelle (1575)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/65949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3
Légende André Thevet, la « Quarte Partie du Monde », La Cosmographie universelle (1575)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/65949/img-3.png
Fichier image/png, 154k
Titre Figure 1
Légende Lescarbot, La Défaite, éd. 1607, sig. 5v.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/65949/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2
Légende Lescarbot, « La Défaite » dans Les Muses, éd. 1612, p. 45.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/65949/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Phillip John Usher, « Le Nouveau Monde selon Du Bartras et Lescarbot : pour une étude des circuits d’imprimés “seconds” », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/65949 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65949

Haut de page

Auteur

Phillip John Usher

Barnard College, Columbia University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page