Navigation – Plan du site
Un siècle de peinture murale - Fonctions et dynamiques comparées – Coord. Francesca Cozzolino et Ariela Epstein
Francesca Cozzolino et Ariela Epstein

Un siècle de peinture murale
Fonctions et dynamiques comparées 

[30/01/2014]

Texte intégral

  • 1 Fraenkel, Béatrice, « Les écritures exposées », Linx, n° 31, 1994, p. 99-110.
  • 2 Nous ne prendrons pas en compte les graffitis ni les formes plus récentes du street art (collages, (...)

1Ce dossier a pour objet un genre spécifique de peinture murale, celui qui émerge au XXe siècle et construit la tradition des grandes fresques narratives, à caractère historique et politique, réalisées dans des lieux publics (ouverts ou fermés) et offertes au regard de tous. Ces peintures présentent fréquemment des écritures exposées1, elles peuvent être signées par un auteur, un collectif, ou au contraire ne pas être paraphées. Dans tous les cas, la pratique du muralisme mobilise une grande variété d’acteurs : artistes, militants, associations ou collectifs de différentes natures, commanditaires publics ou privés et, enfin, les « spectateurs » ou les communautés à qui les peintures s'adressent. En tant que forme d’expression tout à la fois artistique et politique, la pratique du mural persiste bien que de nouveaux genres et techniques d’inscription dans l’espace public se soient développés dans la seconde moitié du XXe siècle2. L'intention de ce dossier est d'envisager ce genre dans une perspective comparée, confrontant quelques cas latino-américains à d’autres exemples de muralisme réalisés en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 3 C’est la raison pour laquelle nous utilisons le terme espagnol mural (pl. : murales) pour définir n (...)
  • 4 Voir la bibliographie proposée dans le dossier.
  • 5 On trouve des cas de peinture murale aussi bien en Afrique de l’ouest (plus précisément au Sénégal, (...)
  • 6 Le réalisme socialiste, ou l'art communiste, a été inspiré d'autres courants artistiques, notamment (...)

2Le Mexique post-révolutionnaire, considéré pendant longtemps comme le berceau des murales, a rayonné dans tout l’espace américain. Les œuvres de Diego Rivera, David Alfaro Siqueiros et José Clemente Orozco ont été des références pour la plupart des artistes américains qui se sont mesurés à la question du muralisme3, mais aussi pour ceux qui, dans le reste du monde, se sont emparés de ce mode d’expression. À ce titre, il est possible de parler d’une pratique universelle4 qui s'étend à toute l'Amérique latine - du Chili, au Nicaraguaen passant parl'Argentine, Cuba ou Haïti - et trouve de nouveaux « foyers » en Amérique du nord - de la côte est à la côte ouest des États-Unis (notamment Philadelphie et la Californie). Il existe également des phénomènes de peintures murales dans différentes régions du monde –en Afrique5, en Inde, au Moyen Orient, dans l'ex-URSS6– et dans de nombreux pays ou régions d'Europe –nous pensons, entre autres, au Portugal, à la Sardaigne, l'Irlande, la France, au Pays Basque–. Enfin, il existe sans doute d'autres cas, en Asie ou en Océanie mais qui n'ont pas été, à notre connaissance, couverts par des études scientifiques.

3Il est alors nécessaire de penser dans toute sa diversité cet objet polysémique. Notre propos est de nous interroger sur l’idée d’une seule tradition muraliste, et de mettre en avant la complexité d’une pratique qui a trouvé des développements singuliers dans les différents terrains où elle se manifeste. Si le modèle mexicain constitue un héritage commun qui a influencé la plupart des autres expériences, celles-ci la renouvellent et mobilisent d'autres traditions, spécifiques aux contextes culturels où cette pratique s’est développée.

Une démarche comparative

  • 7 C’est le cas de ces travaux traitant des murales mexicains (Lee, Antony, W., Painting on the left. (...)
  • 8 A titre d'exemples : Espagnol, Laetitia, Le Chicago Murals Group, Art et société, Paris, L’Harmatta (...)
  • 9 Ceci est souvent l’approche de politistes se donnant pour objectif d’étudier l’iconographie contest (...)
  • 10 Il s’agit, pour la plupart, de catalogues d’expositions ou bien de recueils d’images. Nous citerons (...)
  • 11 Suite à la soutenance de deux thèses (Epstein, Ariela, « ¡Arriba los que luchan ! Cultures politiqu (...)

4La plupart des tentatives de compréhension du muralisme viennent de l’esthétique et de l’histoire de l’art, en particulier celles sur le cas mexicain. Certains travaux, publiés dans les années 1980 et 1990 montrent que la peinture murale constitue un objet d’étude pertinent et toujours de mise7. Mais depuis, à de rares exceptions près8, la littérature en sciences sociales s’est peu intéressée aux expériences qui se sont développées dans la seconde moitié du XXe siècle, si ce n’est pour illustrer les processus sociaux ou conflits politiques dont elles sont l’expression plastique9. Il n’existe, sur le sujet, que très peu de tentatives d'études comparatives –la plupart prenant la forme de recueil d’images10–, analysant aussi bien l'esthétique de ces objets que les pratiques sociales qu'elles engendrent, et proposant des analyses théoriques d’ensemble. Sur un tel objet, il importe pourtant de mobiliser une perspective pluridisciplinaire, qui croise l’anthropologie, l’histoire, l’esthétique et les sciences politiques, non seulement parce que la peinture murale, en tant que forme d’expression, doit être abordée dans toutes ces dimensions, mais surtout, comme c’est l’ambition des coordinatrices de ce dossier11, parce qu’il s’agit d'appréhender le muralisme comme un objet susceptible de révéler la complexité des processus sociaux et politiques qui l’ont produit. Une telle approche inclut une dimension dynamique car les usages et la valeur des murales se transforment à travers le temps. Elle est également anthropologique, s’attachant par exemple aux appropriations auxquelles ces œuvres publiques donnent lieu : cérémonies et ritualisation (festivals des murs peints, campagnes électorales, hommages), restaurations et patrimonialisation, amplifications ou au contraire abandons.

Pour une histoire complexe et multiple

5Ce dossier entend s'interroger sur une histoire complexe du mural contemporain, faite d’échanges et de circulations, entre l’Amérique latine et l’Europe notamment, mais pas uniquement. Dans une perspective d’anthropologie historique, il s’agira d’observer les modes d’émergence de ces pratiques, pour évaluer l’hypothèse d’une généalogie multiple et multisituée du mural politique. Nous postulons, en effet, que si le cas mexicain constitue une référence commune, une sorte de « mythe fondateur », les expériences postérieures s’inspirent également d’autres traditions murales, iconographiques ou discursives, spécifiques aux contextes culturels où elles se développent.

6Ainsi, le muralisme mexicain, et plus généralement celui des avant-gardes artistiques et politiques latino-américaines, est animé par des biographies d’artistes s’étant, au moins en partie, formés en Europe et dans un dialogue transatlantique constant. Ce modèle migre d’abord aux États-Unis, dans les années 1930 et 40, où Rivera, Siqueiros, Orozco et les artistes incarnant les idéaux du New Deal réalisent de grandes fresques dans les édifices publics. Le mural trouve ensuite un nouvel usage aux mains des Chicanos qui, à partir de la fin des années 1960, investissent les murs de la rue pour afficher non plus une propagande nationaliste mais des revendications pour leurs droits civiques.

  • 12 Voir : Araya Pedro, « “C’était féroce, c’était délicieux” (Santiago de Chile, 1967) », in Alvar (...)
  • 13 Toujours actuelle sur le sous-continent cette pratique a plus récemment saturée les villes du Venez (...)
  • 14 Voir à ce sujet Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, Murs rebelles. Iconographie nationaliste contes (...)
  • 15 Un autre exemple d'influence et de circulations transatlantique serait l'article d'Anny Bloch qui r (...)
  • 16 A plus long terme, notre perspective serait un prolongement contemporain des processus de métissage (...)
  • 17 Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence, L'invention de la tradition, première édition 1983, Paris, Editi (...)

7Pendant les années 1930 et 40, le phénomène s’étend également au sud des Amériques et produit des formes d’expressions forts différentes, en se conjuguant à des mouvements comme le réalisme social en Argentine ou le constructivisme en Uruguay, qui voient dans le mural la possibilité de réalisation concrète d’un « art pour tous ». D’autre part, à la fin des années 1960, le mural cesse, là aussi, d’être uniquement affaire d’artistes ; une nouvelle typologie d’acteurs (militants, associations, société civile), se le réapproprie et l’impose dans la rue. Émerge ainsi au Chili le muralisme « de brigades »12, aux fonctions politiques et électorales évidentes13. Celui-ci se diffuse, notamment en Argentine et en Uruguay, et influence à son tour une grande part de l’art graphique engagé des années 1960 et 70. Les expériences américaines inspirent sans doute les nouveaux phénomènes qui émergent en Europe à cette même époque, mais les discours iconographiques se mélangent et font écho à d’autres traditions. En effet, dès le début du XXe siècle, le conflit nord-irlandais s’exprimait déjà sur de grandes fresques urbaines. Celles-ci inspirent depuis plusieurs décennies, ou répondent à celles du Pays Basque ou de la Palestine, confrontés à des phénomènes – pourtant assez différents – de colonisation parfois violente14. Enfin, d’autres formes d’expressions militantes locales, comme celle des affiches du mai 68 parisien, imprègnent l’esthétique de nombreux murales. C’est le cas notamment en Sardaigne, où les expériences mexicaine, chilienne, et celles d'autres réseaux militants contribuent à construire une tradition de peinture murale qui se veut à la fois internationale et fortement ancrée dans le contexte local15. Parler d’un transfert du mural de l’Amérique vers l’Europe est donc simplificateur, et l’on préféra parler des métissages16 et des « inventions de traditions »17 à l’œuvre dans ces muralismes américains et européens.

8Ce dossier se centrera sur des cas issus de mouvements artistiques qui se politisent, ou de mouvements politiques qui ont recours à des formes esthétiques pour étayer et légitimer leur démarche. Un aspect central de ces expériences muralistes est donc leur rapport au politique, mais celui-ci peut avoir des sens différents. En effet, certaines des peintures murales présentées ici ont un contenu politique explicite et sont la claire expression d’idéologies, nationalistes ou révolutionnaires. Leurs auteurs ont alors réagi à des situations conflictuelles particulières, ou bien leurs productions ont cherché à exprimer des revendications identitaires. Les expériences chicanas et irlandaises en sont des remarquables illustrations. Au-delà de leur contenu, les murales peuvent aussi représenter une manière politique plus large d’envisager l’art qui se veut ici démocratique et présent dans l’espace public. Cet « art accessible à tous » est revendiqué dans le cas Mexicain, il l’est aussi par les avant-gardes artistiques du Río de la Plata ou encore dans le cas sarde. Les pratiques des brigades, passant sans cesse de l'écriture de slogans à la production plus créative d'une iconographie militante, telles qu'elles existent encore dans tout le cône sud de l'Amérique latine, sont un autre versant de cette frontière mouvante entre art et politique.

  • 18 Appadurai, Arjun, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, London-New York, (...)

9Au cœur de notre démarche, que l'on pourrait qualifier de pragmatique, se posent les questions des significations, des intentions et des pratiques, appréhendées comme trois domaines dynamiques de la vie sociale complexe de ces objets18. On préférera alors décrire des processus plutôt que des images figées, ajoutant à l'analyse visuelle celle des usages. Il s’agira d’interroger l’action que « fabriquent » les murales, leur performativité liée à leur permanence dans l’espace public, les processus de diffusion, de patrimonialisation, d’institutionnalisation, de ritualisation, etc. pour essayer de comprendre comment, et pourquoi, ces artefacts ou la pratique même d’un muralisme politique, perdurent en plein XXIème siècle.

Haut de page

Notes

1 Fraenkel, Béatrice, « Les écritures exposées », Linx, n° 31, 1994, p. 99-110.

2 Nous ne prendrons pas en compte les graffitis ni les formes plus récentes du street art (collages, fresques réalisées à la bombe aérosol, pochoirs), bien que ce dernier semble être, au moins en partie, un avatar de la tradition muraliste.

3 C’est la raison pour laquelle nous utilisons le terme espagnol mural (pl. : murales) pour définir notre objet.

4 Voir la bibliographie proposée dans le dossier.

5 On trouve des cas de peinture murale aussi bien en Afrique de l’ouest (plus précisément au Sénégal, où plusieurs peintures ont été réalisées dans le cadre du programme Set Setal dans les années 80 puis, à partir de 1990, par l’artiste Papisto Boy), qu’en Afrique du Sud (où les peintures relèvent des nouvelles représentation portées à l’époque post-coloniale). Celles-ci ont été réalisées à partir des années 1990 surtout dans les villes de Durban et Johannesburg.

6 Le réalisme socialiste, ou l'art communiste, a été inspiré d'autres courants artistiques, notamment le muralisme mexicain. Sur les cas de la RDA et d'autres pays du bloc soviétique voir Bazin, Jérôme, « Le réalisme socialiste et ses modèles internationaux », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2011/1 n° 109, p. 72-87.

7 C’est le cas de ces travaux traitant des murales mexicains (Lee, Antony, W., Painting on the left. Diego Rivera, radical politics and San Franciso’s public murals, Berkley, University of California Press, 1999) ou bien de ceux réalisés dans les années 1930 en Amérique du Nord dans le cadre du New Deal ( Harrison, Helen A., “Subway art and the public use of art committee”, Archive of American Art Journal, 1981, vol. 21, n°2 p. 3-11.) On trouve aussi des études sur les murales présents à l'est des Etats-Unis (Barnett, Alan, W. , Community Murals : The people’s Art, Pjhiladephia/New York, Carnawell Books/ Art Alliace Press, 1984) et à l’ouest de ce même pays, et connus sous le nom de « Community Murals » ou « Chicanos Murals » (Conrad, David , « Community Murals as Democratic Art and Education », Journal of Aesthetic Education, 1995, vol. 29, n° 1, p. 98-102.)

8 A titre d'exemples : Espagnol, Laetitia, Le Chicago Murals Group, Art et société, Paris, L’Harmattan, 2005  et Latorre, Guisela, Walls of empowerment. Chicana/o indigenist murals of California, Austin, University of Texas Press, 2008; Rodriguez Plaza, Patricio, La peinture baladeuse. Manufacture esthétique et provocation théorique latino-américaine, Paris, l’Harmattan, 2003.

9 Ceci est souvent l’approche de politistes se donnant pour objectif d’étudier l’iconographie contestataire : Hill Andew, et White, Andrew, « Painting Peace. Murals and the Northern Ireland Peace Process », Irish Political Studies, 2012, n° 27/1, p. 71-88; Le Texier, Emmanuelle, Quand les exclus font de la politique : le barrio mexicain de San Diego, Californie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2006.

10 Il s’agit, pour la plupart, de catalogues d’expositions ou bien de recueils d’images. Nous citerons, à titre d’exemple, le catalogue d’une exposition qui eut l'ambition d’être la plus exhaustive possible dans la présentation de cas de peinture murale dans le monde : Chatel, Françoise, et Popper, Frank, (dirs.), L’art public : peintures murales contemporaines, peintures murales traditionnelles, Paris, Damase, 1980.

11 Suite à la soutenance de deux thèses (Epstein, Ariela, « ¡Arriba los que luchan ! Cultures politiques sur les murs de Montevideo », Framespa/LISST-CAS, Université Toulouse ‐ Le Mirail, 2010 ; Cozzolino, Francesca, « Les peintures murales d’Orgosolo en Sardaigne. Etude anthropologique », IIAC‐EHESS, 2010) et dans l’intention de rassembler plusieurs spécialistes de la pratique de la peinture murale pour mettre en œuvre une démarche comparative, les coordinatrices du dossier ont animé, en 2011-2012, un groupe de travail intitulé « Peinture murale, enjeux et perspectives », dans les locaux du centre d’anthropologie de l’écriture l'EHESS. Ce dossier est ainsi l’un des résultats de l’activité de ce groupe.

12 Voir : Araya Pedro, « “C’était féroce, c’était délicieux” (Santiago de Chile, 1967) », in Alvar de la Llosa & Stéphanie Decante (éds.), 1968 en Amérique. Apparition de nouveaux acteurs, Paris: Presses Universitaires de Paris Ouest, 2012, p. 161-189.

13 Toujours actuelle sur le sous-continent cette pratique a plus récemment saturée les villes du Venezuela d'Hugo Chavez.

14 Voir à ce sujet Crettiez, Xavier et Piazza, Pierre, Murs rebelles. Iconographie nationaliste contestataire en Corse, Euskadi, Irlande du nord, Paris, Karthala, 2014.

15 Un autre exemple d'influence et de circulations transatlantique serait l'article d'Anny Bloch qui relate l’émergence de l’art communautaire et des murales produits par des mouvements sociaux enracinés dans les activités politiques des années 1960. Bloch, Anny, « Expression murale des mouvements sociaux. San Francisco-Philadelphie-Strasbourg », Revue des Sciences Sociales, 2003, n°31, p. 38-43.

16 A plus long terme, notre perspective serait un prolongement contemporain des processus de métissage tels qu'ils ont été explorés par Serges Grunzinski, perspective qui mènerait à faire l'« histoire connectée » des phénomènes de peinture murale politique. Voir Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, rééd. 2004, Points-Seuil, 2006 et Gruzinski, Serge, « Les mondes mêlés de la Monarchie catholique et autres “connected histories” », Annales, 2001, HSS, n°56-1, p. 88-89.

17 Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence, L'invention de la tradition, première édition 1983, Paris, Editions Amsterdam, 2006.

18 Appadurai, Arjun, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, London-New York, Cambridge University Press, 1986, ou pour un exemple sur les vies succéssives d'une peinture murale : Lynn M. Hart, « Three Walls : Regional Aestetics and the international Art World » in Marcus, Georges E., and Meyers, Fred R., The Traffic in Culture. Refiguring art and anthropology, Berkley, University of California Press, 1995, p.127-147.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Cozzolino et Ariela Epstein, « Un siècle de peinture murale
Fonctions et dynamiques comparées 
 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images, mémoires et sons, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/66325

Haut de page

Auteurs

Francesca Cozzolino

Centre anthropologie de l’écriture, EHESS, Paris,

Articles du même auteur

Ariela Epstein

LISST - Centre d'Anthropologie Sociale, Université Toulouse II - Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page