Navigation – Plan du site
Paraguay: 60 años después. Propuestas para una historia presente – Coor. Luc Capdevila et Lorena Soler
Luc Capdevila

Les travaux de la Commission Vérité et Justice, un tournant historiographique au Paraguay

[03/04/2014]

Résumés

En 2003, presque quinze ans après la chute du général Stroessner, une Commission Vérité et Justice (CVJ) a été installée au Paraguay pour enquêter sur les crimes commis sous la dictature et au cours de la transition. Mais les travaux de la commission, réalisés dans le contexte d'alternance des années 2000, témoignent aussi d'une véritable ambition pour l'histoire. Cet article voudrait montrer, en quoi et comment, le moment de la CVJ correspond à un tournant historiographique important du temps présent paraguayen.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte général des reconfigurations politiques de l'après-guerre froide qui se sont produites en Amérique du sud, le Paraguay connait une trajectoire singulière. Après s'être imposé durablement à l'issue de la guerre civile de 1947, le parti colorado devint l'un des piliers de la dictature stroniste (1954-1989). Il dirigea ensuite le pays sans discontinuité au fil de la transition à la démocratie à partir de février 1989, jusqu'à ce que pour la première fois en avril 2008, au bout de soixante années d'hégémonie colorada, se produise une alternance politique avec l'élection de Fernando Lugo à la présidence. Or ce dernier tomba en juin 2012 à la suite d'un coup de force parlementaire fomenté par le parti libéral qui l'avait initialement soutenu1. In fine, le parti colorado revint au pouvoir par les urnes en avril 2013. Son candidat, Horacio Cartès, obtint une majorité simple en un tour avec 46% des voix – le représentant du parti libéral ayant provoqué la chute de Lugo réunissant 37% des suffrages. La transition, complexe au Paraguay, est marquée par toute sorte d'inerties et d'ambivalences. De fait, à l'occasion de la commémoration des vingt-cinq ans de la chute de la dictature, les 2 et 3 février 2014, les associations paraguayennes de défense des droits de l'homme se sont mobilisées pour dénoncer, rejeter, repousser "rechazar" "la revendication du passé stroniste"2. En effet, depuis fin 2012, des parents influents de l'ex-dictateur, ainsi que des sympathisants stronistes du parti colorado réclament le retour de la dépouille du général Stroessner à Asunción3, et une agitation chronique témoigne d'une mémoire militante favorable à la dictature4.

2Or les enquêtes d'opinion montrent une confusion relative dans la relation que la société paraguayenne entretient avec son passé récent. "Apenas una franja de 7,2% dice que Stroessner violó los DDHH", titrait à la une le quotidien Ultima Hora, faisant état d'une enquête réalisée à l'occasion du 3 février 2014, jour des "25 ans de démocratie" précisait-il5. On observera, en aparté, qu'ABC Color, quotidien indépendant sous la dictature, a choisi de publier ce même 3 février une rubrique commémorant les "25 ans du coup d'État"6, en la place de la "démocratie". En fait, le sondage réalisé par le Cabinet d'études GEO, sous la direction du sociologue José Nicolás Morínigo, est plus nuancé que ne le laisse entendre la une d'Ultima Hora. Plus de 53% des personnes interrogées ont choisi de répondre, parmi les différentes solutions proposées par les enquêteurs, que Stroessner était "un président dictateur", tandis qu'au total près de 40% des sondés donnent une réponse exprimant une opinion plutôt favorable ou neutre envers la dictature : Stroessner était un "président colorado" à 21.1% ; "un militaire avec beaucoup de pouvoir" à 11.9% ; "un président progressiste" à 4.7% ; 1.9 % se déclarant sans opinion. Surtout, José Nicolás Morínigo précise que le choix de la réponse "président dictateur" chez les personnes interrogées correspond à une alternative conduisant à euphémiser la nature du régime, et non à le qualifier comme le permettait, selon lui, la réponse "un presidente violador de los derechos humanos". On observera par ailleurs que si un pourcentage élevé de l'opinion considère qu'elle vivait mieux sous la dictature – 47.5% considère les gouvernements démocratiques comme mauvais et 18.2% comme "très mauvais"7 –, une majorité des deux-tiers plébiscite les deux dirigeants qui ont incarné l'alternance, Fernando Lugo arrivant en tête pour 42.8% des sondés (la question étant quel a été selon vous le meilleur gouvernement au cours des vingt-cinq dernières années ?), suivi de Nicanor Duarte Frutos, qui l'avait précédé, avec 21.4% de popularité8.

  • 9 Cf. Anne Pérotin-Dumon : http://www.historizarelpasadovivo.cl/ ; Luc Capdevila et Frédérique Langue (...)
  • 10 Voir Didier Fassin et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victim (...)
  • 11 Cf. Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimar (...)

3Que le Paraguay soit confronté à des conflits de mémoire au lendemain de la guerre froide et qu'une partie de la population se mobilise pour obtenir la reconnaissance des torts causés aux victimes de la dictature et en faveur de la promotion des droits de l'homme participent de l'unité de conjoncture régionale9, et plus généralement inscrivent ce pays dans les dynamiques culturelles globales10. Mais, l'hésitation du plus grand nombre à qualifier la dictature et sa difficulté à identifier comme telle la figure du dictateur, voire la prégnance d'une nostalgie relative de l'époque Stroessner, traduisent une forte inertie de la représentation collective du passé et du rapport que la société entretient avec l'histoire, qui ont accompagné les quinze premières années de la transition, jusqu'au début des années 2000. Néanmoins des intellectuels et les mouvements en faveur de la défense des droits de l'homme, qui avaient déjà commencé en amont un travail d'enquête sur la dictature et réfléchi sur les enjeux de l'histoire, ont entrepris depuis 2003, à travers les travaux de la Commission Vérité et Justice (CVJ) mandatée par les pouvoirs publics à la suite de la loi 2225, non seulement d'établir les faits commis par et sous la dictature, mais ont également négocié un véritable tournant historiographique, comme cela se produit parfois à la suite d'une "grande catastrophe"11. C'est cette dimension que l'on voudrait interroger dans ce texte. Autrement dit, il s'agit d'analyser en quoi le contexte privilégié de la transition dans les années 2000 a pu favoriser, à travers les travaux de la CVJ, l'émergence d'une nouvelle représentation du passé, et affirmer en ce sens une ambition particulière pour l'histoire au Paraguay.

Histoire, mémoire et transition : l'inertie d'un régime d'historicité

  • 12 Cf. Luc Capdevila, Una guerra total. Paraguay, 1864-1870. Ensayo de historia del tiempo presente, B (...)

4La succession des gouvernements autoritaires qui s'est imposée depuis la guerre du Chaco (1932-1935) a conduit à transformer le Paraguay en un pays mémoire et à élever l'histoire nationale en une sorte de religion civique. Il existait au sens strict du terme une histoire officielle sous la dictature du général Stroessner. Stroessner lui-même était profondément habité par ce roman national. Il adoptait parfois une posture d'historien. L'histoire participa de facto du dispositif d'encadrement de la société et d'isolement du pays organisé par la dictature. Mais si la représentation du passé portée par les gouvernements autoritaires s'est durablement imposée, ce n'est pas simplement en raison de la volonté politique et de l'opportunisme des dirigeants, c'est aussi parce qu'elle était en phase avec l'imaginaire collectif paraguayen et inscrite dans un mouvement de longue durée12.

  • 13 Liliana M. Brezzo, Juan Emiliano O’Leary. El Paraguay convertido en acero de pluma, Asunción del P (...)

5En quelques mots : une représentation du passé national s'est imposée au cours du premier vingtième siècle à l'initiative du courant nationaliste ; devenue hégémonique dans le contexte de mobilisation patriotique de la guerre du Chaco, elle s'est figée avec les dictatures13. Elle consiste dans une téléologie : les Paraguayens ont été un grand peuple courageux et laborieux lorsqu'ils étaient dirigés et protégés de leurs voisins par des grands chefs ; entre ces temps d'harmonie, le pays a connu des heures sombres marquées par l'instabilité politique et les guerres intestines. L'histoire nationale se résume par conséquent aux grands moments d'unité, et tout particulièrement aux "épopées", les "gloires nationales" que furent les guerres contre les voisins : celle contre la Triple Alliance (1864-1870) au cours de laquelle les Paraguayens sont censés s'être sacrifiés avec leur chef dans une lutte absolue pour la défense de leur identité, où ils faillirent disparaitre ; celle contre la Bolivie (1932-1935) dont ils sortirent vainqueurs en gagnant la souveraineté nationale sur le Chaco. L'histoire est ainsi faite exclusivement de héros, des patriotes, surtout des chefs, principalement des militaires. La chaîne des événements se réduit à des faits d'armes, des moments de gloire, des retournements, où la chronologie importe peu. Le rapport au temps est en effet consubstantiel : il n'y a pas de distance entre le passé et le présent, le Paraguay d'hier est celui d'aujourd'hui, le futur est censé en découler mais les visions d'avenir sont fortement atténuées, altérées par la prégnance du passé, le temps historique est en suspens. Entre 1954 et 1989 Alfredo Stroessner apparait ainsi comme le successeur historique, moral et politique, en ligne directe, des caudillos du XIXe siècle. La force de cette représentation, fortement installée dans l'espace social, est certes de doter la dictature d'une légitimité historique, mais plus encore de la naturaliser et d'invalider l'idée même qu'une alternative politique soit possible.

6Les gouvernements autoritaires qui se sont imposés au lendemain de la guerre du Chaco ont mené une politique en faveur de cette conception de l'histoire. Le général Stroessner agit pleinement dans la continuité de ses prédécesseurs, notamment le colonel Franco (présidence : 1936-1937) et le général Morínigo (présidence : 1940 et 1948). Mais Stroessner est allé plus loin dans cette politique de l'histoire, car il a eu pour lui la durée, les moyens d'un appareil d'État militarisé et d'un parti de masse tentaculaire, et la connivence générationnelle avec des militaires, des militants, des experts qui comme lui étaient profondément habités et inspirés par cette représentation du passé. De ce fait, tout en percevant dans l'histoire un outil d'encadrement social et d'isolement de la population, un élément de faste pour célébrer le régime et son chef, les dirigeants et les cadres stronistes avaient aussi le sentiment d'accomplir un acte non pas de devoir mais de défense de la mémoire.

  • 14 Journée commémorant le 1er mars 1870 correspondant à la fin de la guerre de la Triple Alliance, à l (...)
  • 15 Francisco Solano López, chef du Paraguay pendant la guerre de la Triple Alliance.
  • 16 Désignant la guerre que perdit le Paraguay contre la triple alliance du Brésil, de l'Argentine et d (...)

7Sous la dictature, cette vision de l'histoire instaurée en une politique participait du dispositif d'encadrement. L'espace public était conçu pour équiper la mémoire collective d'un environnement structurant à partir des noms de la voirie et des lieux, des musées et monuments, des vecteurs symboliques d'identité (pièces de monnaies, billets de banque, timbres-postes). Le calendrier civil était scandé par des moments de mobilisation obligatoire (1er mars jour des héros14, 24 juillet jour de naissance du maréchal López15, 3 novembre jour de la naissance d'Alfredo Stroessner), et des périodes privilégiées de commémorations (1964-1970 pour le centenaire de "l'épopée nationale"16). Un discours englobant rappelait en permanence ce lien avec le passé par voie de presse, par la radio, dans les déclarations et les publications officielles, dans les écoles. Ces pratiques relèvent pleinement du registre d'un totalitarisme posé sur l'appareil d'État, l'armée et un parti de masse. De facto, elles cessèrent de fonctionner dès la destitution du dictateur en février 1989, dans le contexte régional très particulier des transitions à la démocratie qui se sont enchaînées depuis la chute de la junte militaire argentine en 1983. La transition paraguayenne a favorisé d'emblée le délitement du dispositif d'encadrement culturel de la dictature par l'histoire. D'abord pour des raisons induites par le changement politique : les mobilisations obligatoires sous la dictature lors des commémorations ne le sont plus, voire sortent du calendrier officiel lorsqu'elles sont directement identifiées à l'ancien régime (3 novembre). D'autre part en raison de l'élargissement de l'offre politique intrinsèque à l'affichage démocratique du régime de transition. On pense par exemple au rapatriement de la dépouille de l'ex président libéral Eusebio Ayala depuis Buenos Aires en septembre 1992, pour être inhumée au Panthéon des héros. Enfin pour des raisons financières et d'organisation. Sous la dictature l'armée était chargée empiriquement et gracieusement de l'entretien des "lieux historiques". Avec la transition les responsabilités se brouillent, les priorités sont révisées, les dépenses sont budgétées et réorientées.

  • 17 José Luis Simón et Guido Rodríguez Alcalá, La dictadura de Stroessner y los derechos humanos, 3 vo (...)
  • 18 Parmi les ouvrages publiés au début des années 1990 et caractéristiques de ces enjeux à la fois sci (...)
  • 19 Sur cette question, se reporter à l'article de Sandra D’Alessandro de Valdez, "Una mirada crítica a (...)
  • 20 Concernant le concept de régime d'historicité, cf. François Hartog, Régimes d’historicité. Présenti (...)

8Conjointement, au sein de la société civile qui s'organise, des initiatives sont prises en faveur d'une révision de l'histoire, dont l'objectif est de penser une autre histoire au regard des enjeux démocratiques liés à l'amorce de la transition. Ce qui vaut pour les premières enquêtes réalisées sur les crimes commis par et sous la dictature17, a pour corollaire la volonté de faire émerger une histoire scientifique engagée dans le changement social et le processus de transition (telle l'histoire des femmes ou celle du mouvement ouvrier)18, aspirant aussi à intégrer l'enseignement scolaire19. Néanmoins, le temps de la dynamique des imaginaires n'obéit pas au même rythme que le temps politique. On ne peut en effet que constater l'inertie d'un régime d'historicité héroïque ancien, qui s'est modelé et nationalisé à la fin du XIXe siècle/début XXe siècle, qui a été densément intégré sous les dictatures et qui imprègne et oriente les cultures politiques paraguayennes encore aujourd'hui, et pas seulement celle du parti colorado qui se considère le garant de la mémoire nationale. Or, les enjeux d'un révisionnisme historique sont considérables, au regard du rapport essentialiste au passé et donc de l'absence de perspective alternative pour penser l'avenir, qui caractérisent le régime d'historicité héroïque ayant façonné la contemporanéité paraguayenne20.

La CVJ entrepreneur de mémoire

9La CVJ est inscrite dans le temps paraguayen de la transition durant laquelle la société civile s'est organisée pour dénoncer la dictature, et dans l'unité de conjoncture internationale et régionale en faveur de la "récupération de la mémoire historique" et de la compassion pour les victimes du passé.

  • 21 Ley nº 838/96 "Que indemniza a víctimas de violaciones de Derechos Humanos durante la Dictadura de (...)

10Plusieurs événements ont ainsi favorisé simultanément au Paraguay une prise de conscience collective, la cristallisation d'une représentation de la dictature, et la structuration d'un mouvement en faveur de la défense des droits de l'homme. En décembre 1992 notamment, la découverte fortuite des archives du ministère de l'Intérieur mettant en évidence la répression politique et la participation de la dictature stroniste au "plan Condor" a constitué un moment clef de structuration, avec la publication des documents et la mobilisation en faveur d'un dispositif de conservation et de consultation de ce fonds, intitulé "Archives de la Terreur", au sein même du ministère de la Justice. Puis, en 1996, le mouvement associatif s'est renforcé et s'est organisé dans le prolongement des débats sur la loi 838/96 portant sur les réparations des victimes de la dictature21.

11Le début des années 2000 a marqué une deuxième étape de consolidation, d'orientation et d'institutionnalisation. Le mouvement associatif s'est regroupé en octobre 2002 au sein d'une coordination représentative : la Mesa de la Memoria Histórica y Archivos de la Represión (1954-1989) (Mesa de la Memoria Histórica). Celle-ci a réuni initialement neuf associations en se donnant comme objectif de mener une action publique pour la mémoire du passé récent, la défense des droits de l'homme et contre le risque autoritaire. Quelques semaines plus tard, en décembre 2002, un "Musée de la Mémoire" ouvrait dans les locaux de l'ancienne Dirección Nacional de Asuntos Técnicos (DNAT), qui avait dirigé la répression politique sous Stroessner, en plein centre d'Asunción. Cet espace, à la fois lieu de mémoire de la répression et lieu d'exposition, articule, en relation avec la Mesa de la Memoria Histórica, des missions historique, pédagogique, mémorielle et funéraire, comme d'autres musées du même type et de la même génération ailleurs dans le Cône sud.

12L'année suivante la CVJ est créée par la loi 2225 du 6 octobre 2003. Composée de représentants de la Mesa de la Memoria Histórica et de deux personnalités désignées par les pouvoirs publics, elle reçoit la mission officielle en 2004 d'enquêter sur les exactions commises à l'encontre des droits de l'homme sous la dictature et la transition (de 1954 à 2003). Pour réaliser le rapport, la commission a coordonné pendant quatre ans une équipe d'une centaine de personnes réunissant des experts (historiens, légistes, psychiatres…), techniciens, employés, et bénéficié du conseil et des moyens du mouvement associatif, des pouvoirs publics, de nombreuses ONG paraguayennes et étrangères, ainsi que des agences internationales (dont les coopérations argentine, espagnole et les nations unies). Au-delà de la mission de justice et d'enquête la chargeant d'établir les faits, leur qualification et les responsabilités, le mandat de la CVJ est également mémoriel en devant préserver les témoignages et la mémoire des victimes, et performatif en devant formuler des propositions pour consolider l'État démocratique et favoriser une "culture de paix, de solidarité et de concorde entre Paraguayens"22. Comme il avait été demandé, le rapport final de la commission a été remis aux pouvoirs publics en août 200823. Les huit tomes ont été intégralement mis en ligne et sont téléchargeables sur le site du musée virtuel "Memoria y verdad sobre el stronismo"24. De même, en partenariat avec le ministère de l'Éducation et de la Culture, la CVJ publia simultanément un manuel d'histoire et d'instruction civique destiné aux enseignants, reprenant l'essentiel de ses conclusions et de ses propositions, dans le cadre de sa mission d'aide à la consolidation d'un État démocratique et d'une société apaisée25.

  • 26 Art. 2° de la Ley 2225/03.
  • 27 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final/Anive haguã oiko, Asunción, 2008. Cf. Síntesis y Carac (...)

13Dans le sillage des actions et des pratiques des organisations réunies au sein de la Mesa de la Memoria Histórica, la CVJ a placé au même niveau, dans ses travaux, les enjeux mémoriels et l'ambition historienne. Le rôle d'entrepreneur de mémoire dont elle a été investie était inscrit dans sa mission et induit par la démarche et la méthode d'enquête : "Preservar la memoria y testimonio de las víctimas"26. Ce qu'elle a fait en provoquant et en archivant les témoignages de 2059 personnes recueillis publiquement ou sous le sceaux de l'anonymat, à l'échelle de l'ensemble du Paraguay et à l'étranger27. Ainsi, la commission a lancé dès 2005 une campagne de communication en popularisant des thématiques telles "celui qui oublie reproduit", ou "pour que ton témoignage fasse partie de notre histoire, aide à la justice et à la réparation des victimes". Parallèlement elle organisa des audiences publiques à Asunción, en province et à la frontière argentine, dont la finalité était de sensibiliser, informer et favoriser "la récupération de la mémoire collective". Elle mena parallèlement une réflexion avec le ministère de l'Éducation en matière d'éducation des droits de l'homme et organisa des réunions locales avec les élus et les communautés dans un même esprit. Les associations, de leur côté, ont accompagné ce travail de sensibilisation en poursuivant leur action, en organisant des débats, des rencontres, des journées de mobilisation, en militant pour l'exhumation des corps de "disparus" (desaparecidos), en utilisant des moyens parallèles tel le théâtre, la libération de la parole étant facilitée par l'Internet et la possibilité de déposer des témoignages sur différents sites associatifs ou publics.

  • 28 Art. 1° et 2° de la Ley 2225/03.

14Le rôle de la commission était également de proposer un cadre de compréhension et d'interprétation ayant rendu possible la dictature et la violation des droits de l'homme à grande échelle et dans la durée. Il s'agissait par conséquent d'établir et de problématiser l'histoire du terrorisme d'État en recensant et en ordonnant les faits, afin de "récupérer la mémoire historique" pour éviter que ces faits puissent se reproduire, et de fournir au pouvoir judiciaire les éléments à charge et à décharge permettant d'évaluer la réparation des victimes et d'identifier les responsables28. La CVJ a ainsi enregistré "9 923 victimes directes de la dictature" à partir de sa propre base de données et du dépouillement des archives conservées dans les fonds associatifs et publics.

  • 29 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tomes 7 et 8.
  • 30 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tomes 1, 2 et 6.
  • 31 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 5.
  • 32 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 3.
  • 33 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 4.
  • 34 http://www.meves.org.py/

15En terme d'information, le principal résultat des travaux de la commission consiste dans le rapport de 2 478 pages rendu public en 2008. L'intérêt du document est pluriel. Tout en proposant un cadre analytique et interprétatif de la dictature, et en fournissant une banque de données recensant les victimes, les exactions et les lieux des persécutions29, il présente une lecture originale de l'histoire récente paraguayenne permettant de qualifier le régime stroniste30 ; valorise la parole et l'expérience des témoins31 ; met en lumière l'histoire récente des populations subalternes en faisant apparaitre de manière spécifique dans le rapport "les groupes en situation de vulnérabilité et de risque"32 ; et réserve une étude particulière à la question foncière, autrement dit aux attributions irrégulières réalisées au titre de la réforme agraire, qui conduit à étendre de manière conséquente les travaux de la commission de 1989 à 200333. Par ailleurs, la CVJ a réalisé un travail de mobilisation de l'opinion, de sensibilisation et d'information qu'il est difficile pour l'instant de mesurer, mais qui se poursuit à travers l'action menée en direction du ministère de l'Éducation pour intervenir sur les programmes scolaires, et à travers les médias, dont le musée de la mémoire virtuel MEVES, une plateforme multimédia à la fois didactique, informative, évolutive et interactive prolongeant et diffusant les travaux de la CVJ, en collaboration avec le mouvement associatif et les pouvoirs publics34.

16Au-delà de sa vocation mémorielle la CVJ a incarné une ambition historienne. De ce fait, le tournant historiographique qu'elle semble avoir négocié à travers ses travaux, et qui pourrait favoriser l'évolution des contenus et des pratiques scolaires, marque également un moment essentiel du renouvellement du temps présent paraguayen.

L'amorce d'un tournant historiographique et d'une ingénieurie de l'histoire

  • 35 Liliana M. Brezzo, Juan Emiliano O’Leary. op.cit..

17Le tournant historiographique, correspondant au moment de la CVJ, est notable. En effet, les travaux de la commission présentent un récit de l'histoire récente paraguayenne en porte-à-faux, à tout point, avec le roman national élaboré par les historiens nationalistes dans les années 1900-1920 (notamment Juan O' Leary35), qui a cristallisé un imaginaire collectif hégémonique du passé dans la seconde moitié du XXe siècle, dans le contexte des dictatures.

  • 36 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, chapitre 1 ; Comisión de Verdad y J (...)
  • 37 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, chapitre 2.

18Le premier élément consiste dans la démarche de dés-exceptionnalisation de l'histoire paraguayenne qui traverse tout le cadre interprétatif, en la resituant systématiquement dans le contexte international et en proposant une démarche comparatiste pour analyser le régime. Le récit présenté par la CVJ introduit la séquence des dictatures avec la guerre du Chaco. L'expérience autoritaire paraguayenne est rattachée dans un premier temps à la conjoncture autoritaire internationale des années 1930, puis à la guerre froide36. Le régime paraguayen est ainsi caractérisé comme l'une des formes du totalitarisme ayant mis à profit la "menace communiste" pour bénéficier du soutien privilégié des États-Unis, puis s'étant déployé dans les années 1970 alors que les dictatures militaires terroristes se sont imposées dans l'ensemble du Cône sud. Tout en montrant que le stronisme a reposé sur une culture particulière et des pratiques politiques traditionnelles (le clientélisme, le caudillisme, l'instrumentalisation de l'histoire nationale…)37, ce premier élément de la méthode permet de dés-essentialiser le passé paraguayen.

19Dans le prolongement du précédent, le deuxième élément consiste à renouer avec la chronologie et à resituer l'expérience paraguayenne dans une chaîne événementielle, en affirmant le principe d'une rupture avec le passé, qui s'est jouée dans les années 1930 à la suite de la guerre du Chaco. La longue durée n'est pas ignorée. Le passé antérieur n'est pas occulté. Mais il n'est pas convoqué comme facteur premier dans le système d'explication de l'émergence de la solution autoritaire à la veille de la seconde guerre mondiale, qui a clos l'expérience libérale en cours. La séquence autoritaire – 1936-1989 – est dès-lors considérée comme un moment particulier dans l'histoire contemporaine et non pas comme un héritage du XIXe siècle. C'est un élément important de la méthode car il permet de renouer avec le fil du temps, et de prendre en considération la liberté de choix des sociétés, à chaque étape de leur développement, pour décider de leur avenir. Stroessner n'est plus le descendant direct d'une généalogie caudillesque remontant à l'indépendance du Paraguay avec la dictature de Francia (1814-1840). Le régime stroniste est ainsi dénaturalisé et pleinement historicisé.

  • 38 En plus des publications déjà citées, cf l'excellent manuel scolaire réalisé par Milda Rivarola pou (...)
  • 39 Alfredo M. Seiferheld, Conversaciones político-militares, 4 vol., Asunción, El Lector, 1984-1987.

20Enfin, le troisième élément consiste dans la démocratisation de l'histoire. En prenant le point de vue des victimes pour interroger le passé, en privilégiant la parole des témoins comme source historique, les oubliés de l'histoire deviennent les figures principales à travers lesquelles le récit national est décliné : les femmes, les enfants, les paysans, les indiens (indígenas). Bien que des travaux académiques en ce sens aient préparé en amont cet élargissement des représentations des acteurs du passé38, le prisme social adopté par la CVJ présente l'un des aspects les plus innovants de ses travaux, au sein d'une historiographie qui tend à privilégier structurellement les "héros". Dans le contexte des années 1980, Alfredo Seiferheld, qui fut l'un des historiens paraguayens les plus créatifs de sa génération, recueillit cent-trois témoignages "d'acteurs et témoins du siècle" dans la perspective de réaliser à terme une histoire du Paraguay contemporain. Cinquante-sept interviews furent publiées en quatre volumes intitulés Conversaciones politico-militares, entre 1984 et 1987, les deux derniers étant édités à compte d'auteur39. Or, si l'ambition de Seiferheld était d'atteindre l'ensemble du spectre politique et syndical malgré le contexte dictatorial, on ne recense aucune voix paysanne ou amérindienne, et pratiquement aucune femme dans la totalité de son corpus (aucune ne figurant parmi les témoignages publiés).

  • 40 "Mensaje del Jefe de Estado de la República del Paraguay […] en el acto de entrega del Informe fina (...)
  • 41 Cf. notamment Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay(...)
  • 42 Francisco Corral, Los años robados a Emilio Barreto, Asunción, Arandurá Editorial, 2003.

21Il s'agit par conséquent d'un tournant historiographique qui vient se heurter au régime d'historicité héroïque toujours actif et encore très puissant au Paraguay. On observe, à titre d'exemple, que le message adressé par le chef de l'État à la CVJ au moment de la réception de son rapport en août 2008, tout en faisant acte de repentance au nom de l'État et de la nation, prononce une seule fois le substantif "victime", contre quatre occurrences valorisant les "héros"40. Dans ce texte, Fernando Lugo convoque un champ lexical héroïque très conventionnel dans le discours public paraguayen, mais qui est ajusté au nouveau contexte politique. Il célèbre ainsi la mémoire des "héros de la patrie qui ont offert leur vie au Paraguay", "les lutteurs" qui ont "versé leur sang pour préparer la terre de la nouvelle patrie", "les héros dans la lutte contre la dictature", l'unique occurrence pour les "victimes" étant immédiatement précédée dans le texte par leur "dignité héroïque". Autrement dit, Lugo mobilise, dans ce discours, la représentation consensuelle du passé et le champ lexical conformiste d'un Paraguay héroïque et martyr, capable de se sacrifier pour sauver son identité et de verser son sang pour engendrer sa renaissance. Ce conflit de régimes d'historicité est également observable dans la confrontation entre la feuille de route remise à la CVJ par les pouvoirs publics, qui oriente son enquête sur la violation des droits de l'homme et la reconnaissance des victimes – elles alimentent de facto l'essentiel du rapport final –, et les travaux de la commission qui au-delà du rapport accordent une place importante à la résistance, à travers l'étude des organisations, des formes de lutte et de leur évolution, permettant de valoriser cette expérience et de rendre hommage au combat des persécutés et des opposants41. C'est une dimension observable également dans les témoignages nourrissant le rapport qui viennent interférer avec la représentation du passé. Par exemple, le développement sur la torture dans Autoritarismo en la Historia Reciente del Paraguay, est illustré à partir du témoignage d'Emilio Barreto publié en 200342. Dans l'extrait choisi, ce dernier, incarcéré entre 1965 et 1978, raconte ce qu'il éprouva lorsque des policiers lui infligèrent un simulacre d'exécution.

  • 43 Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, op.cit., p. (...)

"Bueno, eso fue uno de los momentos que realmente creí que me iban a matar, pero yo me sentí que iba creciendo así en estatura humana, de pronto me sentí crecer antes estos matones que me estaban torturando. De esa manera me sacaron de la fosa, me hicieron arrodillar y me arrodillé porque me forzaron y me dijeron para que les pidiera perdón, cosa que no hice […] Además quiero decir que nunca yo me sentí preso, me tuvieron sí, pero yo nunca me sentí preso hasta salir de la prisión"43.

22On observe ainsi à travers ces discours, un moment historiographique marqué par des interférences entre une culture nationale du passé profondément intégrée à la suite d'une longue séquence autoritaire, et un autre imaginaire du passé porté par "le temps des victimes" et un processus global de démocratisation ancré dans le temps présent.

  • 44 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, p.101-102, recomendaciones 51 à 63.
  • 45 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, p. 102, recomendación 63.
  • 46 Eric J. Hobsbawm et Terence O. Ranger, L’invention de la tradition, Paris, éd. Amsterdam, [1983] 20 (...)

23De ce fait, la CVJ exprime un volontarisme politique en faveur d'une action mémorielle permettant de changer la représentation collective du passé, et en conséquence favoriser l'installation d'une démocratie apaisée au Paraguay . Elle dévoile ainsi dans la liste de ses recommandations une forme d'ingénieurie de l'histoire44. Une dizaine de propositions sont formulées en ce sens. Une première série de recommandations porte sur l'organisation d'un nouvel espace commémoratif pour que la société se souvienne des exactions et honore les victimes de la dictature. L'ensemble des dispositifs commémoratifs sont déclinés : désigner des dates anniversaires dans le calendrier national pour se souvenir des exactions et des victimes et instituer des journées commémoratives spécifiques à l'échelle des communautés qui ont été persécutées ; ouvrir des musées du souvenir dans les pays qui accueillirent des exilés ; créer des lieux de mémoire, sites et monuments ; dénommer des places, des rues, des établissements scolaires avec des noms de victimes, notamment des noms d'enfants nés en prison pour dénommés les écoles. La deuxième série de propositions porte sur la formation des enseignants et les contenus scolaires afin de promouvoir l'éducation des droits de l'homme à partir du manuel d'histoire et d'instruction civique publié par la commission. Enfin, la dernière recommandation propose de lancer un projet de publication avec le Fonds National pour l'Éducation et la Culture [FONDEC] promouvant les "biographies des héros civils qui luttèrent pour les droits de l'homme sous la dictature et durant la transition, et rééditer les œuvres épuisées sur ce thème, afin de renforcer le processus démocratique"45. Il s'agit ainsi, à travers ce vaste programme historiographique et mémoriel d'inventer une nouvelle tradition46 et de tourner la page écrite au lendemain de la guerre du Chaco, en proposant d'autres modèles de référence historique et d'installer ces nouvelles représentations du passé grâce à un nouvel environnement mnémonique.

Mots de conclusion

  • 47 Thucydide & Hérodote, Historiens grecs, Paris, Gallimard/La Bibliothèque de la Pléiade, 1964 ; L. (...)

24Les tournants historiographiques accompagnent parfois les ruptures historiques. On pense évidemment à l'entreprise de Thucydide dans le prolongement de la guerre du Péloponnèse, à l'engagement de John Adams pour comprendre le sens de la révolution américaine, à l'enquête de Jean Norton Cru qui identifia dans le témoignage l'archive essentielle pour montrer ce que la première guerre mondiale fut "réellement"47. Au-delà de la volonté de comprendre ce qui venait de se produire, il s'agissait également d'innover dans la méthode, d'inventer des sources, et de penser l'histoire dans la cité. Tout en bénéficiant du dynamisme académique et culturel, endogène et régional, articulé au contexte d'alternance que le Paraguay a connu dans les années 2000, les travaux de la CVJ ont participé de cette démarche et de ces enjeux. Mais un tournant historiographique ne correspond pas nécessairement à un changement culturel. La force d'inertie des représentations mentales, le poids des stéréotypes font que les imaginaires sociaux, dont participent les régimes d'historicité, s'ajustent avec lenteur.

Haut de page

Bibliographie

Bareiro Line, Clyde Soto et Mary Monte, Alquimistas. Documentos para otra historia de las mujeres, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1993.

Boccia Paz Alfredo, Myrian González, Rosa Palau Aguilar, Es mi informe. Los archivos secretos de la policía de Stroessner, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1994.

Brezzo Liliana M., Juan Emiliano O’Leary. El Paraguay convertido en acero de pluma, Asunción del Paraguay, El Lector, 2011.

Butterfield L. H. ed., "John Adams "What is meant by American Revolution" [1818]", dans D. J. Boorstin (ed.), An American Primer, New York, A Mentor Book, 1968, p. 248-249.

Capdevila Luc, Una guerra total. Paraguay, 1864-1870. Ensayo de historia del tiempo presente, Buenos Aires/Asunción, SB/CEADUC, 2010.

Capdevila Luc, « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paraguaya », dans Horacio Crespo, Juan Manuel Palacio y Guillermo Palacios (coord.), La Guerra del Paraguay. Historiografías. Representaciones. Contexto, México (DF), El Colegio de México, 2012, p. 31‑49.

Capdevila Luc et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique Latine, Rennes, PUR, 2009.

Carbone Rocco y Lorena Soler (eds.), Franquismo en Paraguay. El golpe, Buenos Aires, El 8vo. Loco Ediciones, 2012.

Corral Francisco, Los años robados a Emilio Barreto, Asunción, Arandurá Editorial, 2003.

Couchonnal Cancio Ana Inès, Donde nací como tú. Historia, modernidad y constitución del sujeto político liberal en el Paraguay, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, 2012.

Cru Jean Norton, Témoins, Presses Universitaires de Nancy, 1993 [1929]

Cru Jean Norton, Du Témoignage, Gallimard, 1930.

D’Alessandro de Valdez Sandra, "Una mirada crítica al discurso de los textos escolares sobre el stronismo", Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2014.

Eliacheff Caroline et Daniel Soulez Larivière, Le temps des victimes, Paris, Albin Michel, 2007.

Fassin Didier et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007.

Ferro Marc, Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007.

Garapon Antoine, Peut-on réparer l’histoire ? Colonisation, esclavage, Shoah, Paris, Odile Jacob, 2008.

Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

Hobsbawm Eric J. et Terence O. Ranger, L’invention de la tradition, Paris, éd. Amsterdam, [1983] 2006.

Rivarola Milda, Obreros, utopías & revoluciones. Formación de las clases trabajadoras en el Paraguay liberal, 1870-1931, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1993.

Rivarola Milda, "Filosofías, pedagogías y percepción colectiva de la historia en el Paraguay", Revista paraguaya de sociología, vol. 38, n°111/112, 2001, p. 37-58.

Rivarola Milda (e.a), Historia & Geografía 9, Asunción, Alianza, 2006.

Robin Azevedo Valérie, « (Re)jouer l’histoire de la guerre, revivre le massacre. Performance carnavalesque et processus mémoriels dans les Andes d’Ayacucho (Pérou) », Droit et cultures. Revue internationale interdisciplinaire, no 66, 2013, p. 103‑124.

Rousso Henry, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2013.

Seiferheld Alfredo M., Conversaciones político-militares, 4 vol., Asunción, El Lector, 1984-1987.

Simón José Luis et Guido Rodríguez Alcalá, La dictadura de Stroessner y los derechos humanos, 3 vol. Asunción, Comité de Iglesias, 1990.

Soler Lorena, Paraguay, la larga invención del golpe. El stronismo y el orden político paraguayo, Buenos Aires, Imago Mundi, 2012.

Thucydide & Hérodote, Historiens grecs, Paris, Gallimard/La Bibliothèque de la Pléiade, 1964.

Haut de page

Notes

1 Rocco Carbone y Lorena Soler (eds.), Franquismo en Paraguay. El golpe, Buenos Aires, El 8vo. Loco Ediciones, 2012.

2 Museo virtual Meves/Noticias : http://www.scnoticias.org/?node=page,7018

3 http://www.paraguay.com/nacionales/goli-guste-o-no-guste-stroessner-descansara-en-paraguay-86626

4 ABC Color, 26 janvier 2014, "Los stronistas diseminan volantes en el local de ANR". Les tracts disaient : "1954-1989, un pays respecté avec la sécurité, la paix et la prospérité". http://www.abc.com.py/edicion-impresa/politica/los-stronistas-diseminan-volantes-en-local-de-anr-1208833.html

5 http://www.ultimahora.com/apenas-una-franja-72-dice-que-stroessner-violo-los-ddhh-n764432.html

6 http://www.abc.com.py/especiales/25-aniversario-del-golpe-de-1989/

7 http://m.ultimahora.com/queda-todo-construir-la-democracia-n764594.html

8 http://noticiasdestacadasdelparaguay.blogspot.fr/2014/02/gobierno-de-lugo-es-considerado-el.html ; 2/2/2014

9 Cf. Anne Pérotin-Dumon : http://www.historizarelpasadovivo.cl/ ; Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique Latine, Rennes, PUR, 2009. Pour le Pérou, qui présente une situation originale, lire en particulier : Valérie Robin Azevedo, « (Re)jouer l’histoire de la guerre, revivre le massacre. Performance carnavalesque et processus mémoriels dans les Andes d’Ayacucho (Pérou) », Droit et cultures. Revue internationale interdisciplinaire, no 66, 2013, p. 103‑124.

10 Voir Didier Fassin et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007 ; Marc Ferro, Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007 ; Caroline Eliacheff et Daniel Soulez Larivière, Le temps des victimes, Paris, Albin Michel, 2007 ; Antoine Garapon, Peut-on réparer l’histoire ? Colonisation, esclavage, Shoah, Paris, Odile Jacob, 2008.

11 Cf. Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2013.

12 Cf. Luc Capdevila, Una guerra total. Paraguay, 1864-1870. Ensayo de historia del tiempo presente, Buenos Aires/Asunción, SB/CEADUC, 2010 ; Lorena Soler, Paraguay, la larga invención del golpe. El stronismo y el orden político paraguayo, Buenos Aires, Imago Mundi, 2012 ; Ana Inès Couchonnal Cancio, Donde nací como tú. Historia, modernidad y constitución del sujeto político liberal en el Paraguay, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, 2012.

13 Liliana M. Brezzo, Juan Emiliano O’Leary. El Paraguay convertido en acero de pluma, Asunción del Paraguay, El Lector, 2011 ; Luc Capdevila, « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paraguaya », dans Horacio Crespo, Juan Manuel Palacio y Guillermo Palacios (coord.), La Guerra del Paraguay. Historiografías. Representaciones. Contexto, México (DF), El Colegio de México, 2012, p. 31‑49.

14 Journée commémorant le 1er mars 1870 correspondant à la fin de la guerre de la Triple Alliance, à la suite de l'exécution du chef du Paraguay (le maréchal López) et de son fils aîné par un soldat brésilien, à Cerro Corá.

15 Francisco Solano López, chef du Paraguay pendant la guerre de la Triple Alliance.

16 Désignant la guerre que perdit le Paraguay contre la triple alliance du Brésil, de l'Argentine et de l'Uruguay.

17 José Luis Simón et Guido Rodríguez Alcalá, La dictadura de Stroessner y los derechos humanos, 3 vol. Asunción, Comité de Iglesias, 1990 ; Alfredo Boccia Paz, Myrian González, Rosa Palau Aguilar, Es mi informe. Los archivos secretos de la policía de Stroessner, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1994.

18 Parmi les ouvrages publiés au début des années 1990 et caractéristiques de ces enjeux à la fois scientifiques et politiques, cf. Milda Rivarola, Obreros, utopías & revoluciones. Formación de las clases trabajadoras en el Paraguay liberal, 1870-1931, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1993 ; et Line Bareiro, Clyde Soto et Mary Monte, Alquimistas: documentos para otra historia de las mujeres, Asunción, Centro de Documentación y Estudios, 1993. Plus récemment, Milda Rivarola, "Filosofías, pedagogías y percepción colectiva de la historia en el Paraguay", Revista paraguaya de sociología, vol. 38, n°111/112, 2001, p. 37-58.

19 Sur cette question, se reporter à l'article de Sandra D’Alessandro de Valdez, "Una mirada crítica al discurso de los textos escolares sobre el stronismo", publié dans ce même dossier.

20 Concernant le concept de régime d'historicité, cf. François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

21 Ley nº 838/96 "Que indemniza a víctimas de violaciones de Derechos Humanos durante la Dictadura de 1954 a 1989”.

22 Art. 1° de la Ley 2225/03.

23 http://www.derechoshumanos.net/lesahumanidad/informes/paraguay/Informe_Comision_Verdad_y_Justicia_Paraguay_Conclusiones_y_Recomendaciones.htm

24 http://www.meves.org.py/

25 Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, Asunción, CVJ/MEyC, 2008. En ligne : http://www.cipae.org.py/V2/biblioteca/CVJAutoritarismo.pdf. Voir également l'article de Sandra D’Alessandro de Valdez, art. cit., dans ce même dossier.

26 Art. 2° de la Ley 2225/03.

27 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final/Anive haguã oiko, Asunción, 2008. Cf. Síntesis y Caracterización del Régimen, tomo 1, "Introducción".

28 Art. 1° et 2° de la Ley 2225/03.

29 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tomes 7 et 8.

30 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tomes 1, 2 et 6.

31 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 5.

32 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 3.

33 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 4.

34 http://www.meves.org.py/

35 Liliana M. Brezzo, Juan Emiliano O’Leary. op.cit..

36 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, chapitre 1 ; Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, op.cit., chap. 1 : "El contexto en que surgen los regímenes autoritarios y su influencia en el Paraguay".

37 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, chapitre 2.

38 En plus des publications déjà citées, cf l'excellent manuel scolaire réalisé par Milda Rivarola pour la partie historique, Historia & Geografía 9, Asunción, Alianza, 2006.

39 Alfredo M. Seiferheld, Conversaciones político-militares, 4 vol., Asunción, El Lector, 1984-1987.

40 "Mensaje del Jefe de Estado de la República del Paraguay […] en el acto de entrega del Informe final de la Comisión de Verdad y Justicia", Fernando Lugo Méndez, Présidente de la República del Paraguay, Asunción, Teatro Municipal "Ignacio A. Pane", jueves 28 de agosto de 2008.

41 Cf. notamment Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, op.cit., chap. 4 "Los mecanismos de resistencia utilizados por los sectores populares contra el terrorismo de estado". De même, le MEVES a ouvert une rubrique spécifique consacrée à la Résistance, qui reprend sensiblement le même plan thématique dans ses "Recorridos temáticos" : http://www.meves.org.py/

42 Francisco Corral, Los años robados a Emilio Barreto, Asunción, Arandurá Editorial, 2003.

43 Comisión de Verdad y Justicia, El autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, op.cit., p. 27, dans le chapitre 3 : "Los métodos sistemáticos de represión del estado".

44 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, p.101-102, recomendaciones 51 à 63.

45 Comisión de Verdad y Justicia, Informe Final, op.cit., tome 1, p. 102, recomendación 63.

46 Eric J. Hobsbawm et Terence O. Ranger, L’invention de la tradition, Paris, éd. Amsterdam, [1983] 2006.

47 Thucydide & Hérodote, Historiens grecs, Paris, Gallimard/La Bibliothèque de la Pléiade, 1964 ; L. H. Butterfield ed., "John Adams "What is meant by American Revolution" [1818]", dans D. J. Boorstin (ed.), An American Primer, New York, A Mentor Book, 1968, p. 248-249 ; Jean Norton Cru, Témoins, Presses Universitaires de Nancy, 1993 [1929] et Du Témoignage, Gallimard, 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Les travaux de la Commission Vérité et Justice, un tournant historiographique au Paraguay », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/66572 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66572

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page