Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Matrice coloniale du genre et les femmes dans la construction nationale
Lissell Quiroz-Pérez

Des femmes dans la cité : les sages-femmes péruviennes du XIXe siècle

[08/04/2014]

Résumés

L’article s’intéresse à l’intégration dans l’espace public des sages-femmes diplômées péruviennes du XIXe siècle. Cette nouvelle profession naît au lendemain de l’indépendance dans un contexte de lutte contre la dépopulation et de contrôle du corps des femmes, perçues comme futures mères. Alors que les autorités publiques s’en prennent ouvertement aux matrones traditionnelles considérées comme responsables du dépeuplement, l’arrivée d’une sage-femme française, Madame Fessel, permet d’ériger de toutes pièces une maternité associant un hôpital et une école. De par la formation reçue et le savoir-faire acquis, les sages-femmes formées à la maternité se distinguent à la fois des matrones et des médecins. Elles se perçoivent comme les seules habilités à accompagner les femmes en couches. Sans s’organiser en corporation, elles se singularisent par leur compétence et leur présence dans des endroits reculés du pays. Elles obtiennent une reconnaissance sociale et politique qui leur permet le développement d’une certaine agentivité qui peut-être étudiée à travers les archives judiciaires. Ces sources donnent à voir des femmes qui se construisent une autorité fondée sur leur savoir scientifique et s’emparent d’espaces de pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’histoire de la maternité en Occident a intéressé les historiens depuis les années 1980 et un angl (...)

1Le XIXe siècle marque un tournant dans l’histoire des femmes dans tout le monde occidental. Durant ce siècle, un nombre croissant de femmes franchissent le seuil du travail salarié, revendiquent plus de droits – notamment celui à l’éducation – publient leurs écrits et investissent l’espace public. Parmi les premières femmes à occuper cet espace, figurent les sages-femmes diplômées1. L’Amérique latine connaît également cette évolution générale tout en présentant quelques traits spécifiques. L’un d’entre eux concerne les circonstances dans lesquelles naît cette profession. D’un point de vue chronologique, l’émergence de ce nouveau corps de métier se produit après les indépendances dans un contexte de construction de l’État. En effet, les nouvelles républiques latino-américaines se donnent pour objectif de bâtir de nouvelles sociétés, modernes et mieux dotées en termes démographiques. Aussi, d’une manière pragmatique, les élites au pouvoir considèrent, comme le juriste argentin Juan Bautista Alberdi, que « gouverner, c’est peupler ». Elles portent donc un intérêt tout particulier aux questions relatives à la naissance et à la natalité.

  • 2 L’histoire des sages-femmes latino-américaines est plus récente et envisagée dans le cadre national (...)

2Dans ce contexte de crainte de la dépopulation, les jeunes républiques latino-américaines accompagnent et soutiennent les initiatives de création de la profession de sage-femme diplômée2. Au Pérou, comme dans le reste de la région, la préoccupation pour la faiblesse du peuplement hante les élites installées au pouvoir après les indépendances. Celles-ci, héritières des Lumières hispaniques, portent une attention croissante à la médecine et tout particulièrement à l’anatomie féminine et à l’obstétrique. Cet intérêt scientifique se conjugue avec le projet de création d’une nouvelle société, plus « juste » et surtout plus « civilisée ». Dans ces conditions, les matrones traditionnelles deviennent les symboles de la barbarie à combattre. L’arrivée au Pérou d’une sage-femme française, formée à la Maternité de Port-Royal, offre aux élites au pouvoir la possibilité de délégitimer les matrones au profit des sages-femmes. La sage-femme française est chargée de diriger la Maternité du Pérou, fondée en 1826. Cette institution péruvienne forme, entre 1833 et 1902, quelques 260 femmes habilitées à exercer leur profession dans tout le territoire national. Or ces femmes disposent d’un capital intellectuel et symbolique non négligeable. Elles sont en effet les premières à suivre des cours à l’Université, à exercer un métier reconnu par l’État et la société et à disposer d’un revenu qui leur accorde une certaine autonomie financière. L’acquisition de ce nouveau statut s’accompagne dans bien des cas du développement de leur agentivité et d’une affirmation de soi. Cet article se propose d’étudier, en suivant les trajectoires des sages-femmes péruviennes du XIXe siècle, comment s’opèrent ces mutations qui permettent une plus grande visibilité et une insertion dans l’espace public plus affirmée.

Un intérêt croissant pour l’obstétrique et la gynécologie

  • 3 « Disertación primera en la que se proponen las reglas que deben observar las mujeres en el tiempo (...)
  • 4 La Gaceta Médica de Lima est la deuxième publication périodique de médecine du Pérou. Elle commence (...)
  • 5 « Lista de tesis existentes en la biblioteca central de la facultad de medicina entre los años 1854 (...)

3Au Pérou comme en Europe, la philosophie des Lumières introduit un nouveau regard sur les femmes et la maternité. L’intérêt des ilustrados se porte d’abord sur le corps féminin qui devient objet d’étude pour les philosophes qui se veulent des hommes de science. Il s’agit d’abord d’étudier l’anatomie féminine en insistant sur sa spécificité et son opposition par rapport au corps masculin. L’historien peut approcher cette évolution à travers la presse, notamment médicale, qui s’étoffe dans le courant du XIXe siècle. Les articles concernant le corps féminin se multiplient à cette époque. Le Mercurio Peruano (1790-1795), la plus importante publication des ilustrados péruviens, est l’un des premiers périodiques à consacrer plusieurs articles à ces questions. On y dicte notamment des règles à observer durant la grossesse ou durant l’accouchement tout en exhortant les femmes à allaiter3. Après l’indépendance, la Gaceta Médica de Lima, première revue médicale de la période républicaine, consacre en 1857 près de 9% de ses articles à des thèmes relatifs aux femmes4. On observe la même évolution en ce qui concerne les thèses : à partir du milieu du XIXe siècle, un nombre important de travaux universitaires ont pour thème l’avortement, l’accouchement, les règles, les ovaires5. Ces travaux véhiculent aussi une vision qui fait de la femme une éternelle malade, tout est étudié chez elle sous l’angle de la pathologie. Les règles, la ménopause et surtout la grossesse sont vues comme des affections qui légitiment désormais l’intervention médicale.

4Cet intérêt pour la physiologie féminine s’accompagne d’une mobilisation active contre les accoucheuses traditionnelles qui étaient jusque-là les spécialistes des différentes phases de la vie sexuelle féminine. Ces femmes détenaient un savoir pratique indéniable mais qui s’accommodait mal avec la vulgate scientifique éclairée. De plus, les matrones appartenaient aux castas et aux catégories populaires, ce qui les rendait vulnérables face aux pouvoir des créoles. En guise de justification, les ilustrados les accablent de tous les maux. Ils leur reprochent notamment leur saleté, leur inculture et leur superstition comme le fait l’un des plus célèbres collaborateurs du Mercurio Peruano, le scientifique Hipólito Unanue (1755-1833) dans un discours prononcé à l’Université de Lima :

  • 6 Unanue, Hipólito, « Discurso pronunciado en la Real Universidad de Lima el día 21 de noviembre de 1 (...)

Tout comme les hommes qui, sans instruction ni conscience, se sont mis à pratiquer la médecine, des femmes, ignares et de milieux modestes pour la plupart, se sont emparées de la délicate branche de la chirurgie qui s’occupe des origines de l’humanité, c’est-à-dire de l’art des accouchements, dont l’exercice demande de la vertu, des qualités et de la science. Le manque de contrôle et le laxisme ont créé une plaie non moins sanglante que la première. Leur caprice et leur effronterie ont privé le Pérou, à d’innombrables reprises, d’un nouvel habitant avec lequel la nature bénéfique prétendait réparer ses pertes, et de mères fécondes qui pouvaient les lui faire oublier6.

  • 7 Defensa hecha a favor de Da Dorotea Salguero, en la causa criminal que se le ha formado a mocion de (...)

5La lutte pour le contrôle du corps féminin s’avère néanmoins malaisé pour les médecins péruviens. D’un côté, la pudeur demeure longtemps un obstacle à la rencontre entre les médecins et les patientes. Les femmes préfèrent de loin s’adresser aux matrones, le recours aux médecins restant exceptionnel. Par ailleurs, il n’y a pas de contact entre les deux catégories professionnelles et à bien des égards, les accoucheuses traditionnelles demeurent plus compétentes que les médecins. Ces derniers manquent notamment de pratique et s’avèrent bien démunis pour accompagner les femmes malades ou en couches. Le bras de fer entre les deux groupes s’étend sur plusieurs décennies comme en témoigne le retentissant procès intenté par le Collège des Médecins contre la matrone et guérisseuse Dorotea Salguero en 18267. Les praticiens péruviens veulent affirmer leur autorité et leur contrôle sur tout ce qui relève de la médecine. Or Dorotea Salguero, célèbre par son savoir-faire obstétrique et médical, ne tient pas particulièrement à rendre des comptes à la corporation médicale. Elle suit les femmes en couches et prescrit des traitements aux malades sans en référer ni demander l’avis des médecins, s’attirant par-là même la colère de ces derniers. Le procès de Dorotea Salguero s’achève par une sévère condamnation à son encontre : l’exercice de toute activité médicale lui est strictement interdit et elle est bannie de la capitale.

6Or, une sage-femme française arrive cette même année à Lima, avec le dessein de fonder une maternité selon le modèle de Port-Royal. Profitant de cette arrivée à point nommé, les autorités péruviennes soutiennent le projet car ils y voient le meilleur moyen d’en finir définitivement avec les accoucheuses traditionnelles.

Naissance et essor de la profession de sage-femme au Pérou

  • 8 Fessel, Benita Paulina, Consejos a las mujeres en cinta, Guadalajara, Imp. de D.M. Rodríguez, 1825, (...)
  • 9 Beauvalet-Boutouyrie, Scarlett, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, p. 189.

7Benoîte Pauline Fessel est née à Lyon en 1792. Elle suit des études de sage-femme à l’Hospice de la Maternité de Paris entre 1816 et 18188. Cette formation de qualité associe théorie et pratique. La sélection et la formation rigoureuse des élèves en fait alors un corps d’élite dont les membres ont conscience9. Madame Fessel admire tout particulièrement une de ses professeures, Marie-Louise Lachapelle (1769-1821), une sage-femme très active et reconnue, qui a joué un rôle capital dans l’organisation et la réputation de l’école. Mais devenir sage-femme en chef n’est pas si aisé car la concurrence est rude. Jean-Baptiste Fessel, mari de Benoîte Pauline, est lui-même officier de santé et il ne peut exercer la médecine qu’à Lyon. Se voyant limités dans leurs respectives carrières professionnelles, les Fessel quittent la France pour la Nouvelle-Orléans, en 1824, dans l’objectif affiché de fonder une maternité selon le modèle parisien. Leurs espoirs sont vite déçus tandis que le climat ne sied guère à la santé fragile de Madame Fessel.

  • 10 Robles, Laura Catalina, Oropeza Sandoval Luciano, « Las parteras de Guadalajara … », op. cit.
  • 11 Archivo digital de la legislación en el Perú, Décret du 10 octobre 1826, www.congreso.gob.pe [consu (...)

8Le couple prend alors la route du Sud et s’installe à Guadalajara (Mexique) où Madame Fessel présente une demande de création d’une École de sages-femmes à la municipalité10. La requête est néanmoins rejetée faute de moyens financiers. Le couple y a-t-il eu vent de la situation péruvienne ? Toujours est-il qu’on le retrouve à Lima en 1826. Benoîte Pauline Fessel présente à nouveau sa demande auprès du Collège des Médecins de Lima. Le secrétaire général du Collège est alors le docteur en médecine Miguel Tafur (1766-1833), recteur de l’Université de Lima et ami personnel d’Hipólito Unanue, lui-même devenu ministre d’État de la nouvelle République. Grâce à son appui, la sage-femme obtient la promulgation d’un décret créant la Maternité de Lima sous la direction des Fessel11. Mais au sein du couple, c’est Madame Fessel qui est la plus active et entreprenante. Elle apparaît comme une femme instruite disposant d’un important maniement de l’écrit. D’ailleurs, elle apprend très vite l’espagnol. La sage-femme écrit ainsi beaucoup, pour la presse et l’administration. Durant ses dix années passées au Pérou, Madame Fessel publie plusieurs manuels et autres brochures.

  • 12 Le gouvernement alloue à la maternité un budget annuel de 3 600 pesos, ce qui correspond au salaire (...)
  • 13 « Expediente de Madame Benita Paulina Cadeau de Fessel seguido en 1836 sobre la venta de sus bienes (...)
  • 14 « Comunicado », El Telégrafo de Lima, n° 454, 28 décembre 1833.
  • 15 Rabí Chara, Miguel, El Hospital de la Maternidadop. cit., p. 49.

9En dépit de l’appui du gouvernement, les débuts de la Maternité de Lima sont chaotiques en raison du manque cruel d’argent. L’indépendance a laissé le Pérou dans une situation financière catastrophique et le budget consacré à la santé est très limité12. Madame Fessel doit ainsi avancer de l’argent pour importer le matériel nécessaire à ses cours13. La population liménienne elle-même ne voit pas vraiment l’intérêt d’établir une clinique pour les accouchées. La sage-femme assiste néanmoins, durant les trois premières années de fonctionnement de la Maternité, 401 femmes en couches14. La première promotion compte cinq sages-femmes qui prêtent serment officiellement devant le Protomedicato en 183315.

10Benoîte Pauline Fessel s’inspire du modèle de la Maternité de Paris pour l’organisation de l’institution péruvienne. La Maternité de Lima accueille ainsi des élèves sages-femmes logées et nourries. Comme à Paris, la formation comporte un volet théorique et un autre pratique. Ce savoir est érigé en autorité et il sert à affirmer la supériorité des sages-femmes par rapport aux matrones :

  • 16 Fessel, Benita Paulina, Curso elemental de partos, Lima, Imp. de la Libertad, 1827, p. 10.

Il faut avouer que l’art des accouchements ne peut s’apprendre que dans une école. Il est en effet indispensable, pour sauver la mère et son enfant, d’avoir assisté à la démonstration pratique des diverses positions du fœtus ainsi qu’à celle des instruments nécessaires aux accouchements contre nature et laborieux. Leur maniement ne peut s’acquérir sans l’utilisation d’un mannequin ni l’étude des pièces anatomiques, disponibles pour apprendre les manipulations16.

  • 17 De fait, les règlements de la Maternité de Lima du XIXe siècle prévoient l’embauche d’un professeur (...)
  • 18 « Expediente de Madame Benita Paulina Cadeau de Fessel seguido en 1836 sobre la venta de sus bienes (...)

11La connaissance de l’anatomie se trouve par conséquent au cœur de l’enseignement de la Maternité de Lima. C’est par ce savoir scientifique que les sages-femmes se distinguent également des accoucheuses traditionnelles. De ce fait, le programme d’études des élèves sages-femmes correspond au cours d’obstétrique des étudiants de la faculté de médecine de Lima, à ceci près qu’elles font en quatre ans ce que les garçons font en un. Comme ces derniers, elles traitent des accouchements naturels et dystociques, des maladies des parturientes et de celles des nouveau-nés. Madame Fessel exige même de ses élèves la maîtrise du français17. La Maternité compte même une bibliothèque rassemblant les œuvres des obstétriciens célèbres à cette époque, tels que Claude-Martin Gardien, Jean-Louis Baudelocque, Joseph Capuron, Joan Georg Roederer et William Smellie. S’ajoutent à ce corpus les œuvres des sages-femmes, Marie-Louise Lachapelle et Benoîte Pauline Fessel18.

  • 19 Ibid., p. 328.

12La méthode d’enseignement associe des aspects traditionnels à d’autres plus novateurs. Elle fait d’abord appel à la mémorisation et à la répétition, les élèves sages-femmes devant apprendre par cœur les réponses à des questions présentées en cours comme cela se faisait en France à la même époque. Mais Madame Fessel ajoute des travaux pratiques. La sage-femme s’appuie en effet sur des mannequins et sur des planches qu’elle a fait expressément emmener depuis la France. Elle présente même à ses étudiantes des fœtus conservés dans du formol19.

13Les cours ont lieu dans l’amphithéâtre de l’École de Médecine. Ils sont dispensés par le médecin en chef et la sage-femme en chef. Cette formation théorique accorde aux sages-femmes une valeur et une distinction sociales importantes. La pratique constitue l’autre versant de la formation. Dès la première année, les élèves assistent à des accouchements. Durant leur formation, elles auront pris en charge entre une quarantaine et une centaine d’accouchements, contrairement aux étudiants en médecine qui n’assistent eux qu’à une dizaine tout au plus. Les sages-femmes sont pleinement conscientes de la supériorité de leur savoir comme le souligne Madame Fessel dans l’extrait suivant :

  • 20 Fessel, Benita Paulina, Práctica de partos, Lima, Imp. Masías, 1830, p. V.

Sans vouloir mépriser ni diminuer le mérite d’aucune des personnes qui exercent l’honorable profession médicale à Lima, il serait aisé de prouver que cette ville ne compte pas d’accoucheurs dotés des connaissances positives qu’exige cette profession, à moins que l’on veuille supposer que l’incertitude, la témérité voire le hasard, puissent suppléer les sages et indispensables préceptes de la théorie appliquée à la saine pratique20.

  • 21 Fessel, Benita Paulina, Consejos a las mujeres… op. cit.
  • 22 Roussel, Pierre, Le système physique et moral de la femme, Paris, 1803, p. 217.

14La conscience du décalage existant dans la compétence et le savoir-faire des sages-femmes et celle des médecins péruviens, permet à Madame Fessel de s’opposer au mouvement qui se dessine dans d’autres régions du monde occidental, à savoir la mise sous tutelle des sages-femmes par les médecins. Allant à l’encontre de cette évolution, la sage-femme considère que les médecins, malgré les connaissances scientifiques qu’ils possèdent, ne doivent pas avoir la charge des accouchements. Elle est très claire sur ce point. Ses Conseils aux femmes enceintes écrits en 1825 s’ouvrent sur une citation de l’ouvrage de Philippe Hecquet intitulé De l’indécence aux hommes d’accoucher les femmes (1707)21. Au moment de conclure, elle emprunte une citation à l’ouvrage de Pierre Roussel, Le système physique et moral de la femme. De ce livre, elle reprend à son compte plusieurs phrases dont celle-ci : « quoique la fonction d’accoucher tienne à l’art de guérir, elle n’est pas faite pour être exercée par des hommes22 ». Or, pour donner plus de poids à sa démonstration, Madame Fessel s’appuie sur la représentation essentialiste des sexes qui veut que la femme soit plus douce et plus habile de ses mains que l’homme. Cet argument est certainement mieux admis par une société revendiquant ses valeurs traditionnelles à une période où s’impose l’idée d’une dissymétrie essentielle des sexes.

15Ce sont par conséquent ces principes qu’elle inculque à ses étudiantes. Quelle en fut la réception auprès de ces femmes ? Il est difficile de le savoir mais on peut émettre l’hypothèse que l’affirmation de la compétence professionnelle des sages-femmes marqua de son empreinte la formation de ces jeunes femmes, car il y a peu de pays de la région où la profession soit si solide et aussi bien organisée.

Des femmes à la conquête de l’espace public

  • 23 Anales Universitarios del Perú, t. XXX, Lima, Imp. Liberal, 1903.
  • 24 Crónica Médica, Lima, Imp. del Universo de Carlos Príncipe, 1902.
  • 25 « Expediente…», op. cit.

16Des raisons de santé poussent néanmoins Madame Fessel à quitter le Pérou après dix ans d’activité professionnelle dans ce pays. En dépit de ce départ, la Maternité de Lima s’érige comme le principal lieu de formation obstétrique du pays. Le nombre de professionnelles formées dans cette institution croît d’une manière significative durant la seconde moitié du XIXe siècle. Alors qu’elles n’étaient que cinq femmes diplômées et habilitées en 1833, elles sont 211 en 190223. Le nombre d’accouchements suit la même courbe de croissance puisqu’on passe d’une centaine d’accouchements en 1833 à 731 en 190024. Et puis l’institution péruvienne devient, à son tour, modèle. Deux disciples de Madame Fessel, Juana Reyes et Cipriana Dueñas quittent le Pérou pour établir des écoles d’obstétrique selon le modèle de Lima, à La Paz et Quito respectivement25.

17La Maternité de Lima constitue un modèle original dans le monde hispanique pour plusieurs raisons. La première concerne le profil des étudiantes. Celles-ci sont des jeunes filles dont la plupart ont moins de vingt ans ; certaines entrent à l’École dès l’âge de quinze ou seize ans, contrairement à l’Espagne par exemple où les candidates doivent impérativement avoir dix-huit ans révolus et être mariées. D’un autre côté, les élèves sages-femmes se distinguent nettement des matrones par leur origine sociale et ethnique. En effet, elles sont issues de la petite bourgeoisie urbaine et elles sont créoles ou métisses mais jamais indiennes ni mulâtres comme le sont les matrones. Cette composante ethnique joue un rôle important dans une société très inégalitaire où les Blancs, en minorité numérique, sont néanmoins considérés comme supérieurs.

  • 26 Archivo Histórico Domingo Angulo (AHDA), Facultad de Medicina de la Universidad de San Marcos, Lima (...)

18Une autre spécificité de l’École de la Maternité de Lima vient du mode de recrutement, plutôt sélectif, qui écarte par un autre biais les accoucheuses traditionnelles. Les futures sages-femmes doivent en effet avoir fait au minimum des études primaires et le niveau des étudiantes s’élève dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ainsi, plusieurs élèves ont préalablement été maîtresses d’école tandis que d’autres prennent des cours particuliers pour être mieux préparées pour l’examen d’entrée26. Car pour entrer à l’École il ne suffit de faire acte de candidature, il faut passer l’évaluation de sélection d’un professeur mandaté par l’Université. Et une fois admises à l’École, les élèves subissent chaque année une évaluation qui écarte entre 10% et 15% d’entre elles.

19Ces étudiantes triées sur le volet côtoient ensuite la communauté universitaire, entièrement masculine. C’est un point qu’il ne faut guère négliger. Car les étudiantes sages-femmes sont les premières femmes à entrer à l’Université pour y suivre des cours. Elles ne sont certes pas considérées comme des étudiantes à part entière, mais leur présence dans l’enceinte universitaire constitue un véritable changement ne serait-ce que par l’obligation de mixité dans certains cours de la faculté de médecine.

Un rôle de passeuses

20Comme cela a été évoqué précédemment, l’État péruvien s’empare de manière précoce de la question de l’accouchement notamment pour des raisons natalistes. Avec la diffusion des idées positivistes et hygiénistes dans la seconde moitié du XIXe siècle, les gouvernements péruviens font des sages-femmes des agents servant à véhiculer ces préceptes à l’intérieur du pays. Dès la création de la Maternité de Lima, l’État met en place un système de bourses. L’idée est que les élèves de province – une par département – puissent faire leurs études à la Lima pour ensuite rejoindre leur région natale. Une fois chez elles, les sages-femmes diplômées et habilitées, pourraient exercer librement leur profession selon le modèle appris à l’École puis former elles-mêmes d’autres jeunes filles.

  • 27 AGN, Ministerio de Justicia, Beneficencia e Instrucción (RJ), Ramo 3.8: Dirección General de Estudi (...)

21Or dans la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, les sages-femmes sont très sollicitées. Les femmes, notamment des couches aisées, les préfèrent aux matrones et surtout aux médecins. Aussi, une fois diplômées, plusieurs accoucheuses optent pour ouvrir des cabinets privées. Elles publient des annonces dans la presse, la publicité se faisant ensuite de bouche à oreille. Les sages-femmes restent ainsi souvent à Lima ou dans les villes proches mais elles ne partent pas forcément en province comme le gouvernement le voudrait. Aussi, l’État doit souvent intervenir comme dans le cas de Jacoba Gómez. La jeune femme obtient son diplôme en 1855, puis elle est envoyée a Huánuco en 1866 comme salariée aux frais de l’État en tant que professeur d’obstétrique avec l’obligation d’assister les indigentes et de former quatre jeunes filles désignées par la Société de Bienfaisance. Dans son cas, le ministère des finances se charge même des frais de transport et d’installation pour être sûr qu’elle se rende dans le département indiqué27.

  • 28 AHDA, Expedientes de título (Matrona, Obstetriz), carton 4.

22En 1863, deux facultés de médecine sont créées dans les deux principales villes du pays, l’une à Cuzco et l’autre à Arequipa. Cela permet l’ouverture d’Écoles d’obstétrique dans les deux villes. On désigne deux anciennes élèves de la Maternité de Lima, originaires de la côte nord du Pérou et âgées toutes les deux de vingt-six ans, pour enseigner dans ces écoles provinciales28.

Légitimité scientifique et affirmation de soi

23La profession de sage-femme diplômée est ainsi reconnue socialement et politiquement. Cela confère à ces membres une autorité et une légitimité qu’elles apprennent à utiliser pour s’affirmer dans la cité. C’est le cas d’abord en tant que spécialistes de l’anatomie féminine et de la grossesse. Avec l’organisation d’un système de justice moderne, le procès pénal demande l’établissement de preuves des faits advenus (homicides, violences sexuelles, avortements). En cas de viol ou d’avortement, les juges d’instruction et les parties civiles font appel à des sages-femmes pour les assister dans la constitution du dossier. Nous disposons ainsi, dans les archives judiciaires de la seconde moitié du XIXe siècle, des rapports établis par les sages-femmes présentant leurs expertises. Il s’agit d’une évolution significative et toute nouvelle car pour la première fois, des femmes sont appelées en tant qu’expertes dans les tribunaux au Pérou comme dans le reste du monde occidental. Comparativement aux expertises masculines, émanant notamment des médecins, celles des sages-femmes manquent d’assurance et s’avèrent plus concises. Cela s’explique par la crainte d’être trop impliquées dans le procès, de subir des pressions émanant des différentes parties en présence et de leur moindre familiarité dans la rédaction des rapports médicaux. Il n’en demeure pas moins un pas capital dans la conquête de l’espace public par les femmes.

  • 29 Carrasco, Eduardo, Calendario y guía de forasteros de la República Peruana para el año de 1853, Lim (...)
  • 30 Archivo Arzobispal de Lima, « Pliego matrimonial Carrillo-Martínez (1851) ».
  • 31 AGN, Archivo Notarial, « Testamento de Isidora Martínez » (1880).

24L’exercice d’une profession faisant autorité qui est reconnue socialement semble également permettre l’affirmation de soi comme le montrent deux exemples précis. Le premier concerne le cas d’Ysidora Martínez, sage-femme née à Lima en 1822. Elle entre à l’École de sages-femmes en 1847, à l’âge de 25 ans. Après ses quatre années d’études, elle passe l’examen d’obtention du diplôme devant les plus importants médecins péruviens de l’époque. Ysidora Martínez devient rapidement directrice de l’école – dès 1853 – et professeure d’accouchements à partir de 186229. La sage-femme semble s’investir dans les études puis dans sa profession. Elle se marie ainsi tardivement pour l’époque, en 1851, à l’âge de vingt-neuf ans avec Juan de Mata Carrillo, veuf depuis 184730. De cette union naissent quatre enfants dont la plus jeune meurt à l’âge de seize mois31.

  • 32 Archivo Arzobispal de Lima, « Espediente seguido por Doña Isidora Martínez contra su esposo D. Juan (...)

25Le mariage dure un peu plus de dix ans. L’année-même où Ysidora est nommée professeure à l’École de Lima, c’est-à-dire lorsqu’elle gravit le dernier échelon de la carrière de sage-femme, elle entame une procédure de divorce32. À cette époque, le divorce est interdit par la loi au Pérou. Bien que le pays ait adopté en 1852 un code civil ayant pour référence le code napoléonien, les Péruviens se refusent à autoriser le divorce. C’est le cas tout particulièrement de l’Église, qui souhaite conserver le contrôle de la vie conjugale de ses paroissiens. D’ailleurs, le tribunal ecclésiastique reste actif en 1862 malgré l’abolition de la juridiction ecclésiastique (fuero eclesiástico) établie par la Constitution de 1856, comme le montre l’affaire Martínez. Le code civil reconnaît néanmoins, dans certains cas seulement, la possibilité de séparation des conjoints. Par conséquent, le divorce est exceptionnel dans le Pérou de la deuxième moitié du XIXe siècle. Peu de femmes osent demander la séparation et, quand elles le font, elles ne sont pas certaines d’obtenir gain de cause. Aussi, la démarche d’Ysidora Martínez constitue une exception et elle semble liée à la position sociale et l’aisance économique acquise par la sage-femme. C’est ce qu’il ressort de son argumentation devant le juge ecclésiastique. Ysidora se présente tout d’abord conformément à la représentation de la femme qui s’impose durant le XIXe siècle. Elle met en avant sa décence ainsi que sa qualité de mère de trois enfants. Elle justifie sa demande de divorce par le mauvais comportement de son mari Juan de Mata Carrillo en ces termes :

  • 33 Ibid., f. 2.

Mais les choses sont arrivées à un point tel que ni Dieu, ni ma conscience, ni la société peuvent m’ordonner que j’endure une telle souffrance face à la conduite scandaleuse et réprouvée de Carrillo, ni face à l’immoralité et à la débauche à laquelle il s’est livré et que j’ai supportées par modération et par prudence. Or, aux injures et offenses personnelles en violation de la foi conjugale, s’ajoutent aussi les insultes, les menaces injustes et même les promesses de m’ôter la vie. Et comme il faut ajouter à tout cela qu’il ne me donne rien et veut vivre à mes dépens, je me suis définitivement résolue à entamer la procédure de divorce […]33.

  • 34 « Testamento… », op. cit.

26De fait, le nœud du problème est l’indépendance économique de la sage-femme. Car c’est elle qui subvient aux besoins de sa famille. Elle insiste notamment sur le fait qu’elle se charge financièrement de l’éducation de ses enfants grâce à son salaire de professeure de la Maternité. Isidora Martínez semble en effet plutôt fière de son métier. D’ailleurs, sa fille aînée deviendra elle-même sage-femme. Il est probable que l’ascension professionnelle d’Ysidora Martínez ait provoqué des conflits au sein du couple. En tout cas, d’après son testament, elle dispose, en 1880, d’un patrimoine non négligeable, acquis, dit-elle, grâce à son travail. Elle détient alors deux fermes, des bijoux en or, perles, brillants et diamants, des objets en argent, un piano ainsi que de l’argent (2000 soles) qu’elle destine à ses funérailles34. Dans ce cas précis, l’émancipation passe par l’indépendance économique.

  • 35 AGN, Causas criminales, « De oficio contra Arturo Guevara y Grey por intento de violación » (1892).

27Le second exemple nous est fourni par la procédure judiciaire entamée en 1892 par une autre sage-femme, professeure d’accouchement, Isabel Pachas, pour tentative de viol35. Cette femme, âgée de vingt-huit ans, est réveillée à deux heures du matin par un homme qui lui demande de l’accompagner chez sa sœur qui se trouve en plein travail. La sage-femme se refuse dans un premier temps et demande à être accompagnée par un vigile. L’homme lui rétorque qu’il n’y a pas de vigile au commissariat et la menace d’être responsable d’une éventuelle complication si elle ne se présente pas chez sa sœur. Isabel se décide finalement à l’accompagner. L’homme la conduit en réalité chez lui : réalisant le subterfuge, la sage-femme se refuse à entrer dans la maison mais l’homme la force à le faire et tente de la violer. Elle parvient à s’échapper en « chemise de nuit » car ses habits sont déchirés, en criant et en alertant le voisinage. Un vigile l’entend. La sage-femme lui raconte son histoire ce qui permet l’arrestation immédiate de l’agresseur. Un certain nombre d’éléments sont à relever. Le premier concerne le courage de la jeune femme qui affronte le danger par acquit de conscience. Il faut noter en second lieu l’assurance et la force de caractère de la sage-femme. Alors qu’elle se trouve dans une position de faiblesse – seule chez son agresseur – Isabel se débat de toutes ses forces et s’échappe à la recherche d’une aide. Elle n’est pas envahie par la sidération et la honte comme c’est le cas de nombreuses victimes d’agressions sexuelles qui se réfugient au contraire dans le silence. Isabel Pachas se défend et ne craint pas d’affronter son agresseur. Le fait même de porter plainte contre lui témoigne du degré d’agentivité acquis par la sage-femme. Sa profession n’explique pas évidemment tout. En revanche, nous pouvons avancer que le fait d’avoir une maîtrise de la langue orale et écrite, de la procédure criminelle en cas de viol – Isabel Pachas est elle-même appelée en tant qu’experte auprès des tribunaux – sont liés à son niveau socioculturel. D’ailleurs, le procès est totalement orienté en sa faveur : son témoignage n’est jamais contesté et l’agresseur se voit infliger une peine de quatre ans de prison. Comparativement à d’autres cas d’agression, la sentence apparaît plutôt exemplaire et hors norme.

28En somme, au Pérou, la profession de sage-femme naît dans un contexte favorable à son développement. Les sages-femmes détiennent des connaissances et un savoir-faire obstétrique qui font défaut aux médecins et dont elles ont conscience. Leur formation leur ouvre les portes de l’enseignement supérieur de telle sorte que les accoucheuses diplômées sont les premières femmes péruviennes à avoir fréquenté la prestigieuse Université de Lima où défilent les principaux cadres de la nation. Elles y suivent des cours d’anatomie, côtoient des médecins et des étudiants de la faculté de médecine. L’exercice de leur profession accorde ensuite aux sages-femmes une reconnaissance sociale et une relative indépendance financière. Ces femmes gravitent désormais entre la sphère intime (de la famille et du domicile des parturientes) et l’espace public (des institutions publiques telles que l’université, l’hôpital ou la cour de justice). Cette conquête de l’espace public s’accompagne dans de nombreux cas de l’affirmation personnelle de ces femmes. Nous voyons ainsi, à travers l’étude des sages-femmes du XIXe siècle, les voies d’une émancipation féminine silencieuse et peu éclatante mais bien réelle. De fait, il s’agit d’une conquête, par ces femmes, de petites parcelles de pouvoir qu’elles prennent sans forcément contester ouvertement le système patriarcal. Car si la profession de sage-femme connaît un essor aussi important dans le courant du XIXe siècle, c’est parce qu’elle concerne un domaine qui reste, dans la représentation de l’époque, strictement féminin. En ce sens, il n’y a pas de contestation de l’ordre établi. Au contraire, dans ce cas comme dans celui des femmes de lettres péruviennes, l’investissement de l’espace public s’accompagne d’une légitimation de l’ordre social.

Haut de page

Notes

1 L’histoire de la maternité en Occident a intéressé les historiens depuis les années 1980 et un angle d’étude privilégié a été celui des sages-femmes : Pancino, Claudia, Il bambino e l’acqua sporca. Storia dell’assistenza al parto dalle mammane alle ostetriche (secoli XVI-XIX), Milan, Franco Angeli, 1984 ; Donnison, Jean, Midwives and Medical Men: A History of the Struggle for the Control of Childbirth, Londres, Historical Publications, 1988; Gélis, Jacques, La sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988 ; Marland, Hilary et Rafferty, Anne Marie (ed.), Midwives, Society and Childbirth: Debates and Controversies in the Modern Period, Londres, Routledge, 1997; Ortiz, Teresa et Cabré i Pairet, Montserrat (ed.), Sanadoras, matronas y médicas en Europa, siglos XII-XX, Barcelona, Icaria, 2001.

2 L’histoire des sages-femmes latino-américaines est plus récente et envisagée dans le cadre national depuis deux décennies : Carrillo Ana María, « Nacimiento y muerte de una profesión. Las parteras tituladas en México », Dynamis, n°19, 1999, p. 167-190 ; Alanís-Rufino, Mercedes, « Una cuestión de parteras y médicos. Mujeres en el Hospital de la Maternidad e Infancia de la Ciudad de México, 1861-1905 », Boletín Mexicano de Historia y de Filosofía de la Medicina, vol. 12, 2009, p. 63-68 ; Díaz Robles, Laura Catalina et Oropeza Sandoval, Luciano, « Las parteras de Guadalajara (México) en el siglo XIX: el despojo de su arte », Dynamis, 2007, vol. 27, p. 237-261 ; Restrepo, Libia J., Médicos y comadronas o el arte de los partos. La ginecología y la obstetricia en Antioquia, 1870-1930, Medellín, La Carreta Ed., 2006 ; Lattus Olmos, José et Sanhuesa Benavente, María Carolina, « La matrona y la obstetricia en Chile, una reseña histórica », Revista Chilena de Obstetricia y Ginecología, 2007, vol. 2 (3), p. 271-276 ; Quiroz-Pérez, Lissell, « De la comadrona a la obstetriz. Nacimiento y apogeo de la profesión de partera titulada en el Perú (siglo XIX) », Dynamis, 2012, vol. 32 (2), p. 415-437.

3 « Disertación primera en la que se proponen las reglas que deben observar las mujeres en el tiempo de la preñez », Mercurio Peruano n°45 (5 juin 1791), p. 88-95 et « Carta segunda de Erasistrato Suadel relativa a las precauciones que deben observarse en los partos en continuación de las publicadas en el Merc. Núm. 45 », Mercurio Peruano, n° 02 (25 déc. 1791), p. 292.

4 La Gaceta Médica de Lima est la deuxième publication périodique de médecine du Pérou. Elle commence à être éditée en 1856. D’une périodicité bimensuelle, les numéros les plus anciens conservés à la Bibliothèque Nationale du Pérou ne couvrent que la période allant d’août à décembre 1857. C’est sur cette base que s’appuie le calcul proposé ci-dessus.

5 « Lista de tesis existentes en la biblioteca central de la facultad de medicina entre los años 1854 al 1900 » dans Lastres, Juan B., Historia de la medicina peruana, Vol. III: La medicina en la República, Lima, Imp. Santa María, 1951, p. 290-301.

6 Unanue, Hipólito, « Discurso pronunciado en la Real Universidad de Lima el día 21 de noviembre de 1792, en la inauguración del Anfiteatro Anatómico en el Hospital San Andrés de Lima », dans Obras científicas y literarias de D. Hipólito Unanue, Barcelona, Consultoría y Equipamientos Médicos S.A., 1914, p. 21.

7 Defensa hecha a favor de Da Dorotea Salguero, en la causa criminal que se le ha formado a mocion del proto medicato por haber curado contra sus prohibiciones y las del juez de primera instancia en recurso a la representacion nacional, Lima, Impr. J. M. Masías, 1831.

8 Fessel, Benita Paulina, Consejos a las mujeres en cinta, Guadalajara, Imp. de D.M. Rodríguez, 1825, p. II.

9 Beauvalet-Boutouyrie, Scarlett, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, p. 189.

10 Robles, Laura Catalina, Oropeza Sandoval Luciano, « Las parteras de Guadalajara … », op. cit.

11 Archivo digital de la legislación en el Perú, Décret du 10 octobre 1826, www.congreso.gob.pe [consulté le 15/04/11].

12 Le gouvernement alloue à la maternité un budget annuel de 3 600 pesos, ce qui correspond au salaire annuel d’un magistrat de la Cour Supérieure de Lima. Or, si l’on en croit la correspondance adressée par Mme Fessel au gouvernement, le paiement de ce budget n’était guère régulier (Lettre du 26 septembre 1827 trouvée dans les Archives Nationales du Pérou [AGN], Fonds du Ministère de la Justice, Bienfaisance et Instruction, R.J., L.17).

13 « Expediente de Madame Benita Paulina Cadeau de Fessel seguido en 1836 sobre la venta de sus bienes y libros antes de marcharse a Francia », reproduit dans Rabí Chara, Miguel, El Hospital de la Maternidad de Lima y la Escuela de Obstetrices del Perú (1826-1836), Lima, Grahuer Ed., p. 326-327.

14 « Comunicado », El Telégrafo de Lima, n° 454, 28 décembre 1833.

15 Rabí Chara, Miguel, El Hospital de la Maternidadop. cit., p. 49.

16 Fessel, Benita Paulina, Curso elemental de partos, Lima, Imp. de la Libertad, 1827, p. 10.

17 De fait, les règlements de la Maternité de Lima du XIXe siècle prévoient l’embauche d’un professeur de français.

18 « Expediente de Madame Benita Paulina Cadeau de Fessel seguido en 1836 sobre la venta de sus bienes y libros antes de marcharse a Francia », reproduit dans Rabí Chara, Miguel, El Hospital… op. cit., p. 328.

19 Ibid., p. 328.

20 Fessel, Benita Paulina, Práctica de partos, Lima, Imp. Masías, 1830, p. V.

21 Fessel, Benita Paulina, Consejos a las mujeres… op. cit.

22 Roussel, Pierre, Le système physique et moral de la femme, Paris, 1803, p. 217.

23 Anales Universitarios del Perú, t. XXX, Lima, Imp. Liberal, 1903.

24 Crónica Médica, Lima, Imp. del Universo de Carlos Príncipe, 1902.

25 « Expediente…», op. cit.

26 Archivo Histórico Domingo Angulo (AHDA), Facultad de Medicina de la Universidad de San Marcos, Lima, Expedientes de matrículas, carton 1571.

27 AGN, Ministerio de Justicia, Beneficencia e Instrucción (RJ), Ramo 3.8: Dirección General de Estudios (1855-1865).

28 AHDA, Expedientes de título (Matrona, Obstetriz), carton 4.

29 Carrasco, Eduardo, Calendario y guía de forasteros de la República Peruana para el año de 1853, Lima, Impr. de Félix Moreno, 1852 ; Cabello Pedro M., Guía política eclesiástica y militar del Perú para el año de 1863, Lima, Imp. José M. Masías, 1863.

30 Archivo Arzobispal de Lima, « Pliego matrimonial Carrillo-Martínez (1851) ».

31 AGN, Archivo Notarial, « Testamento de Isidora Martínez » (1880).

32 Archivo Arzobispal de Lima, « Espediente seguido por Doña Isidora Martínez contra su esposo D. Juan Mata Carrillo sobre divorcio » (1862).

33 Ibid., f. 2.

34 « Testamento… », op. cit.

35 AGN, Causas criminales, « De oficio contra Arturo Guevara y Grey por intento de violación » (1892).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lissell Quiroz-Pérez, « Des femmes dans la cité : les sages-femmes péruviennes du XIXe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/66613 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66613

Haut de page

Auteur

Lissell Quiroz-Pérez

Maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine,
Université de Rouen (ERIAC)
lissell.quiroz-perez@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

  • Cet article est le compte-rendu de la thèse intitulée « Du service du roi au service de la République. Haute magistrature et construction de l’État au Pérou (1810-1870) », réalisée dans le cadre d’un doctorat d’histoire, sous la direction d’Annick Lempérière, professeur à l’université Paris-I, soutenue le 21 septembre 2009 à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Membres du jury : Cristóbal Aljovin de Losada (Universidad de San Marcos, Lima, Pérou), Dominique Kalifa (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne,) Bernard Lavallé (Université Paris-III Sorbonne-Nouvelle), Annick Lempérière (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne), Clément Thibaud (Université de Nantes)
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Extraits de thèses
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page