Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Sébastien Baud, Faire parler les montagnes. Initiation chamanique dans les Andes péruviennes, Paris, Armand Colin/Recherches, 2011, 349 p.

[09/04/2014]

Texte intégral

1Qu’on ne s’y trompe pas. Ce livre n’est pas un ouvrage de plus sur le chamanisme, thème à la mode parmi les adeptes des courants New age, ni une synthèse des connaissances générales sur la question. Il s’agit d’une étude remarquable fondée sur une ethnographie très détaillée, recueillie au cours de dix années de recherche sur le terrain dans le Département de Cuzco, aussi bien dans les villes (Cuzco et Sicuani) que dans les campagnes. Il s’agit donc de croyances et des pratiques actuelles, influencées forcément par des enjeux contemporains, mais liées au culte des montagnes et à leurs maîtres, les Apu, et aux entités féminines de la terre, les Pachamamas ; un univers spirituel enraciné, par conséquent, dans un passé millénaire. L’auteur explore ce phénomène à partir des trajectoires et des pratiques de quelques spécialistes concrets, des hommes en général mais aussi d’une femme, doña Alejandrina, qu’il suit tout le long de ce livre, en leur donnant vie et individualité. Il s’agit d’un chamanisme andin qui présente avec les croyances connues sous ce nom dans les basses terres de l’Amazonie (et dans des régions extérieures au monde américain) des analogies fortes, mais façonnées par l’importance et l’originalité de l’ancestralité dans la culture andine et par le rapport étroit entre les premiers hommes et le monde minéral.

  • 1 Signalons la thèse de Doctorat de Corinne Bodolec-Duroselle sur la tombe Chancay comme « mesa », do (...)

2La densité des informations ethnographiques ne peut pas être rendue par la recension d’un texte qui apporte une foule d’éléments significatifs pour la compréhension du chamanisme andin à travers les âges1. Pour faciliter l’entrée du lecteur français dans le monde andin, S. Baud rappelle quelques notions fondamentales notamment sur les déplacements de l’animu, entité animique que les humains partagent avec les non-humains, eux aussi dotés de doubles immatériels (animaux, pierres, montagnes, etc. ) et qui peut quitter le réceptacle corporel non seulement par la maladie, mais aussi dans le rêve, l’ébriété et la transe. Le rituel effectué par les chamanes permet de rétablir cette désunion, non seulement par la vue de ce qui est d’ordinaire caché aux humains, mais aussi par les sens (l’odorat, le toucher, l’ouïe et le goût), sollicités dans la « mesa » ou table d’offrandes. De façon significative, l’âme est conçue comme « el dueño del cuerpo » (p.46), expression qui renvoie à la notion de maîtres (« dueños »), fondamentale dans l’aire andine.

3La nécessaire introduction au monde préhispanique – rappelons que ce livre est destiné à un public français – n’est pas la synthèse convenue des événements antérieurs à la conquête mais une histoire qui inclut les opinions et les points de vue des chamanes, acteurs principaux de la narration. Que doña Alejandrina ait ou non appris l’histoire à l’école ne rentre pas en ligne de compte. Nous ne sommes pas là à la recherche d’une prétendue authenticité mais d’une réinterprétation actuelle et pertinente pour l’ethnographe (p. 28-29). « Quand les Espagnols sont arrivés, ils ont tué tous ceux qui parlaient avec les esprits des montagnes sauf un, qui à réussi à transmettre son savoir jusqu’à Carlos », dit-elle, une phrase qui mériterait un long développement ethnologique et que je ne cite ici que pour exemple.

  • 2 Enrique Pilco nous décrit, à partir des impressions sensorielles, un rituel similaire auquel il ava (...)

4Les conceptions chamaniques andines et les dénominations utilisées aujourd’hui sont abordées à partir des cas particuliers étudiés : deux sont des altomesayoq, le plus haut degré dans la hiérarchie des dons chamaniques, deux autres sont désignés comme des pampamesayuq, un autre est dit paqu... Bien entendu ces dénominations dépendent des circonstances initiatiques, et le livre nous offre une série d’exemples passionnants. Les Apus ou puissances ancestrales et telluriques sollicités par les chamanes se manifestent de plusieurs façons (et nous retrouvons la diversité déjà évoquée dans les textes coloniaux dont celui, célèbre, de José Arriaga) notamment sous la forme d’un condor, qui apparaît dans un bruissement d’ailes pour se poser sur la table rituelle2. L’évocation des bruits, des onomatopées, des sifflements, que tout anthropologue de terrain a entendu de la bouche des autochtones constitue un des points forts de ce livre, marqué par les sonorités (p. 222-228).

5Lié aux infortunes et aux afflictions diverses, le chamanisme andin s’occupe principalement des maladies, dans le sens large de ce terme. S. Baud nous donne une liste des maux et des différents traitements, ainsi que des incantations en quechua, et le rôle des odeurs et des couleurs dans la captation du double animique (ou des énergies solaires selon une expression plus moderne) qui complète un corpus ethnographique déjà très riche. Signalons le thème des « opérations » qui ont lieu dans des rituels de la mesa, après l’invocation des Apus, et qui sont destinées à ceux qui n’ont pas la possibilité ni les moyens d’accéder à la médecine hospitalière. D’ailleurs parmi les objets qui forment une mesa (autel avec offrandes) on trouve des outils modernes comme la seringue, dont l’incorporation symbolique renforce l’efficacité de celui qui les manipule (p. 230-231).Un chapitre est dédié à la coca et à son rôle dans l’initiation, accompagné d’une série morphologique des feuilles en rapport avec leur interprétation (p. 176). L’offrande andine est ici interprétée comme l’art de séduire. Les différents objets de l’autel ou mesa sont décrits avec une grande précision de détails et là encore, l’importance des couleurs et des textures (p.188-193). Cette esthétique de l’offrande requiert un ordre spécifique dans le placement des éléments. Chaque altomisayoq compose sa propre mesa en fonction des désirs des Apu.

6« Les Apu ne sortent que si tu sais chanter », dis doña Alejandrina (p. 247). Cet appel, ou « llamada » de l’entité ancestrale, par l’intermédiaire d’un chaman en exercice au cours du rituel de la mesa occupe une place importante dans l’initiation du futur chaman. Les belles pages dédiées à cette forme initiatique décrivent les étapes successives traversées par les jeunes Antonio et Fernando. Après la « voix » qui appelle et qui exprime son contentement : « il m’est agréable » (ameno) de te « recevoir », un premier esprit pénètre dans le corps de l’initié pour le débarrasser du principe qui l’anime. Cette possession initiale est généralement provoquée par une « mamita » (une des pachamamas). La possession induit des phénomènes de transe. Au terme de ces épreuves, l’initié reçoit sa mesa, c’est-à-dire ses instruments enveloppés dans un tissu, parmi lesquels le cristal est indispensable (au même titre que l’obscurité qui enveloppe les cérémonies de la mesa). L’initié devient le « serviteur » de l’Apu, voire « son fils ». Mais le novice éprouve des difficultés à rendre manifeste l’esprit au cours des rituels. Ces obstacles peuvent venir d’une faiblesse qu’il faut surmonter par d’autres rituels. Le dernier chapitre en cite deux, celui du « nettoyage » par le feu auquel celui qui a perdu ses forces doit se soumettre, et celui, transmis de génération en génération, de « faire danser les étoiles » et maîtriser ainsi son astre, son alter-ego céleste. Enfin, pour conclure cet aperçu, signalons un cas d’initiation par la peinture, peut fréquent (Fernando), dont quelques tableaux figurent dans les planches IV et V.

7Une dernière remarque s’impose : bien que certains cas de guérison chamanique échappent à l’explication rationnelle, Sébastien Baud ne fait pas du Carlos Castañeda. Son style, sobre et « ameno », ne flatte pas le goût des mondes désenchantés pour l’ésotérisme. Les faits ethnographiques sont là, têtus et rigoureux, dotés aussi d’une force émotionnelle et esthétique qui ne laisse pas le lecteur indifférent.

Haut de page

Notes

1 Signalons la thèse de Doctorat de Corinne Bodolec-Duroselle sur la tombe Chancay comme « mesa », dont l’argument principal trouve un écho dans ce travail de S. Baud mené au début du XXIe siècle.

2 Enrique Pilco nous décrit, à partir des impressions sensorielles, un rituel similaire auquel il avait pris part en tant que patient dans la ville de Cusco (Musiciens, religion et société dans les Andes au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 142-148).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Sébastien Baud, Faire parler les montagnes. Initiation chamanique dans les Andes péruviennes, Paris, Armand Colin/Recherches, 2011, 349 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/66636

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page