Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Matrice coloniale du genre et les femmes dans la construction nationale
Claire Sorin et Luc Capdevila

Les femmes dans les Amériques/Axe histoire - Actes du congrès international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence.

Matrices coloniales et constructions nationales (XVIe/XXe siècles)
[08/04/2014]

Texte intégral

1Du 4 au 6 décembre 2013, le congrès international consacré aux "Femmes dans les Amériques" s'est tenu à Aix-en-Provence à l'initiative de l'Institut des Amériques (IDA), du Centre Aixois d'Études Romanes (CAER) et du GIS Genre1. Conçu selon une perspective transdisciplinaire et transpériodique, l'objectif principal du congrès était de réunir et d'organiser les débats entre spécialistes des Amériques dans un cadre résolument comparatiste Sud-Nord et transcontinental à partir de huit grands axes thématiques : histoire, cultures amérindiennes, religion, migrations, travail, politique, littérature, arts. Nous réunissons dans ce dossier une partie des textes consacrés à l’histoire des femmes dans les périodes coloniales et aux rôles qu’elles ont joués dans les constructions nationales, qui ont été présentés et discutés au cours de ces trois journées au sein de l'Axe 1-Histoire.

2Les champs de l’histoire sociale, économique, culturelle et politique des femmes sont intensément explorés depuis presque un demi-siècle et les nombreux travaux issus de ces recherches ont contribué à enrichir, réviser les temporalités et reconceptualiser les historiographies nationales2. Néanmoins, la bibliographie demeure relativement moins abondante pour l’Amérique coloniale et les perspectives comparatistes ne font que commencer à se développer, comme l’illustre la récente création de la revue History of Women in the Americas3.

3Les recherches relatives aux périodes coloniales ont souligné des formes variées d’agentivité, allant du pouvoir politique direct (Cortes Larravide pour la région sud-andine) ou indirect (Candela dans le cas du Paraguay, Mengo pour l'Argentine des Indépendances) aux négociations subtiles avec la loi ou l’historiographie (Snyder et Adane à propos des États-Unis). D’une façon générale, les articles et les débats se sont articulés autour de trois grands axes : la question du pouvoir politique féminin et de la maternité, la quête de l’émancipation et le rôle des femmes dans la construction du lien social et familial, et l’ambiguïté des statuts, des identités et des espaces investis par les femmes. La maternité comme vecteur de représentation politique et moteur de la construction nationale a été à la fois imposée à la population féminine et instrumentalisée par les femmes. Les études iconographiques analysant la représentation des jeunes filles et des femmes aux États-Unis au XIXe siècle (Lesme) soulignent les effets paradoxaux de l’idéologie domestique qui restreint et élargit à la fois la sphère d’influence féminine. Parallèlement, la centralité de la maternité dans la rhétorique nationale permet dans certains cas, notamment au Pérou, l’émergence d’une catégorie professionnelle influente, telle celle des sages-femmes (Quiroz). Il est intéressant de noter que ce phénomène est moins observable aux États-Unis dans le sillage de l’indépendance.

4Un certain nombre de travaux ont porté sur les femmes dans la cité et la question de l’émancipation. Deux interventions adoptant une approche micro-historique (Denkler, Wood) étaient consacrées aux Afro-Américaines durant la période de la Reconstruction dans l’État de Virginie, une région comparativement moins explorée que le Sud profond. Au-delà des cas flagrants d’exploitation et de discrimination, les articles et les discussions ont mis au jour des formes multiples et complexes d’adaptation et de résistance allant de l’acceptation au défi radical, comme le rejet pur et simple, devant un tribunal, du concept de race. Plus généralement, la question des femmes marginalisées par la loi a été débattue, qu’il s’agisse des Afro-Américaines confrontées au système esclavagiste ou des prostituées du Costa Rica à la fin du XIXe siècle (Giraldou). La question de la lutte pour le maintien ou la reconstruction du lien familial était également au cœur des débats, puisque la plupart de ces confrontations avec la justice étaient motivées par la volonté de protéger les enfants. Plus généralement, la femme comme créatrice et/ou gardienne du tissu familial et social apparaît comme une figure transhistorique, transnationale et transraciale (Riebel, Snyder, Denkler, Powell).

5C’est également dans le dévoilement des ambiguïtés, des contradictions et des interstices que les discussions se sont avérées fécondes. Le concept de maternité républicaine, commun aux jeunes républiques, place le corps de la mère au centre du développement national tout en l’excluant de la sphère publique et en le maintenant dans un rapport de subordination à l’homme, subordination que des femmes des Lumières telle Abigail Adams dénonçaient sans pour autant revendiquer le droit de vote (Garbaye). Enfin, avec leurs approches pluridisciplinaires, l’ensemble des articles pousse à repenser et à décloisonner les catégories de genre, de race et de classe ; ils esquissent ainsi une histoire des Américaines riche et nuancée, entre centre et marges, dépendance et pouvoir, invisibilité et agentivité.

Haut de page

Notes

1 http://femmes-ameriques.blogspot.fr/

2 Parmi les très nombreuses références, mentionnons pour les États-Unis deux sommes dirigées par Nancy F. Cott, History of Women in the United States, 20 volumes, K.G. Saur Publishing Co., 1993-94, et No Small Courage, a History of Women in the United States, Oxford University Press, 2000. L’histoire des femmes canadiennes a également généré de nombreux travaux, bien que peu d’ouvrages synthétiques soient disponibles ; citons Alison Prentice et al. (dir.), Canadian Women, a History, 3ème éd., Toronto, Nelson Education, 2011. Pour les mondes hispaniques cf. Morant, Isabel, María Angeles Querol, Margarita Ortega López, Asunción Lavrín, María Pilar Pérez Cantó et Guadalupe Gómez-Ferrer (dir.), Historia de las mujeres en España y América Latina, 4 tomes, Madrid, Cátedra, 2005-2006.

3 http://journals.sas.ac.uk/hwa

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Sorin et Luc Capdevila, « Les femmes dans les Amériques/Axe histoire - Actes du congrès international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/66691

Haut de page

Auteurs

Claire Sorin

Articles du même auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page