Navigation – Plan du site
Franck Gaudichaud

La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire

[10/06/2014]

Résumés

Penser le néolibéralisme est un enjeu de taille pour comprendre les sociétés contemporaines. A ce propos, il convient de savoir envisager le néolibéralisme « au concret », c'est-à-dire axé sur des processus historiques spécifiques. L’histoire néolibérale latino-américaine est ainsi caractérisée par une grande diversité d’expériences, une ample chronologie qui s’étend des années 70 à la décennie 90, le tout étant cependant inséré dans un mouvement global commun. Avec le coup d’Etat de 1973 et le tournant économique de 1975, le Chili initie et, d’une certaine manière, anticipe ce nouveau cycle historique. L’histoire du temps présent de ce petit pays du cône sud nous plonge ainsi dans la « préhistoire » du néolibéralisme mondial, tout du moins dans l’un de ses modes d’application pionniers, bien que périphérique. D’où le grand intérêt de se pencher sur trois récentes publications universitaires (parues en espagnol), consacrées à cette thématique que nous nous proposons d’analyser et de discuter de manière critique. Il s’agit de croiser les regards et faire dialoguer des traditions épistémiques diverses, dans un échange fécond pour le chercheur qui voudrait épouser la complexité des contours du néolibéralisme chilien (et latino-américain).

Haut de page

Notes de l’auteur

Merci à Guillaume Boccara (EHESS – CERMA) pour sa relecture et ses commentaires critiques. Ce texte de recension croisée s’inscrit dans une recherche en cours sur la « société néolibérale » chilienne, dont l’une des étapes a été la coordination scientifique et co-organisation du Colloque international « Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale (1998-2013) – Université de Grenoble, 25-27 septembre 2013 [voir : http://chili-neoliberal.sciencesconf.org].

Texte intégral

Penser le néolibéralisme à partir des Suds et de l’Amérique latine

  • 1 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pari (...)
  • 2 pour des exemples européens : Keith Dixon, Les évangélistes du Marché, Paris, Raisons d'Agir, 1998 (...)

1Penser le néolibéralisme est en soi un enjeu de taille pour comprendre les sociétés contemporaines et cette « nouvelle raison du monde » dans laquelle nous vivons le temps présent1. Il est aussi un défi historiographique et épistémologique qui occupe largement, depuis la fin des années 70, les chercheurs en sciences sociales : aussi bien les historiens (comprendre ses origines et son insertion dans la temporalité du XX° siècle) que les économistes, les politistes ou les sociologues (analyser ses mécanismes et dynamiques). Savoir mesurer en quoi ce « libéralisme » est vraiment « nouveau », quelles sont ses racines idéologiques, comment surgit-il mais aussi de quelle manière est-il mis en forme suivant les sociétés concernées, quelles sont ses évolutions et les résistances qu'il a engendré, sa diversité mais aussi formes communes : autant de champs complexes à aborder. Une exploration multiforme donc, en mouvement, plutôt que conception statique, et qui gagnerait à trouver des définitions au concret, c'est-à-dire axées sur des expériences historiques spécifiques2.

  • 3 André Orléan, « Le néolibéralisme entre théorie et pratique », Dossier « De la théorie néolibérale  (...)

2Comme le rappelle l'économiste André Orléan, la « voie néolibérale » s’impose comme un nouveau régime d’accumulation à partir 1974, alors que l'ensemble des pays capitalistes développés entrent en récession3. Les idées de Von Hayek et de Milton Friedman (au-delà de leurs différences intrinsèques) commencent alors à gagner du terrain, à grandes enjambées. Une nouvelle hégémonie planétaire est en construction. Elle prendra son envol dans le sillage la chute du mur de Berlin pour s'étendre à toujours plus de régimes politiques, mais aussi de contrées et géographies.

  • 4 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des système-monde, Paris, Editi (...)
  • 5 Emir Sader y Pablo Gentili (comp), La trama del neoliberalismo. Mercado, crisis y exclusión social, (...)
  • 6 Julien Barbosa, L’Amérique Latine dans la spirale du néo-libéralisme. Logique(s) d’Empire en action(...)
  • 7 John Williamson (ed.), Latin American Readjustment. How Much has Happened, Washington, Institute fo (...)
  • 8 Stéphane Boisard, Armelle Enders et Geneviève Verdo (coord.), Dossier « L’Amérique latine des régim (...)

3A ce propos, nous postulons qu’il conviendrait de savoir envisager l’expérience néolibérale également depuis les Sud, afin de mieux pouvoir l'appréhender dans toute sa complexité. Un travail insuffisamment développé en France. De fait, comme l’ont souligné à maintes reprises Fernand Braudel puis Immanuel Wallerstein, c’est bien à la périphérie du système-monde que l’on peut déceler les aspects les plus criants du capitalisme, ses lignes de forces et contradictions4. C'est particulièrement le cas au travers de l’histoire latino-américaine. Au sud du Rio Bravo, on commence à parler ouvertement de « néolibéralisme » à partir de l'installation des dictatures militaires du Cône sud. Mais celui-ci ne s'étend réellement à l'ensemble de la région qu’au cours de la décennie 90. Il s'initie au Mexique sous la président de Carlos Salinas de Gortari (Parti révolutionnaire institutionnel), il trouve des adeptes au sein du péronisme argentin avec Carlos Menem ou de la droite conservatrice (avec Alberto Fujimori, au Pérou, en 1990). Il est également mis en place (et ce dès les années 80) par des mouvements qui avaient jusque-là un contour national-populaire comme le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) bolivien de Víctor Paz Estenssoro ou, plus tard, par des forces partisanes appartenant à la social-démocratie : citons, Carlos Andrés Pérez au Venezuela ou encore le Parti social-démocrate brésilien5. Cette « spirale néolibérale » a pour corolaire ce que Julien Barbosa a nommé une « logique d’Empire en action » et la naissance d’un ordre « néo-impérial » qui passe désormais par les firmes transnationales, les accords de libre-échange, les médias, etc6. La période est celle du « Consensus de Washington », un terme qui fera florès. Proposé par le politiste étatsunien John Williamson (1989), il désigne un ensemble de politiques économiques, imposées en particulier par le Fonds monétaire international (FMI) et quelques gouvernements du Nord, en accord avec les principaux groupes financiers de la planète. Selon Williamson, ce « consensus » inclut un ensemble d'éléments imposés au pays du sud. Pêle-mêle : discipline budgétaire, baisse de la dépense publique, contrôle strict de l'inflation, réformes fiscales drastiques, libéralisation financière et commerciale, ouverture aux capitaux étrangers, dérégulation du droit, privatisations à tout va, garanties pour les droits de propriété intellectuelle. Ces nombreuses mesures permettent précisément de parler de « modèle » néolibéral au sens où elles sont appliquées de manière coordonnée. Elles sont imposées, au nom de la lutte contre la dette ou l’inflation, suivant une intensité diverse mais partout soutenue, à l'ensemble des pays de la région en une dizaine d'années7. Cela marque la fin l’ère des réformes et des essais de développement endogène par « substitution d'importations ». Une période de renforcement de l’Etat entrepreneur, accompagné par les idées structuralistes de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL) alors dirigée par Raúl Prebisch, et sous pression des revendications croissantes de luttes populaires. Ainsi que le rappel Emir Sader, l'une des conditions indispensables à de tels programmes de « shock néolibéral » a été la défaite des projets réformistes, populistes progressistes ou de la gauche révolutionnaire, et du mouvement ouvrier en général, dans plusieurs pays. Des organisations -et une génération de militants- qui sont réprimés par des régimes conservateurs ou défaits par le terrorisme d’Etat, parfois par des guerres civiles, avec le soutien direct –ou indirect– des Etats-Unis8. L’histoire néolibérale latino-américaine est celle d’une grande violence sociopolitique institutionnalisée.

4Avec le coup d’Etat du 11 septembre 1973, le Chili initie et anticipe ce nouveau cycle historique. Dès avril 1975, soit très en amont de la vague néolibérale des années 90 (et y compris bien avant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis), la dictature prend une nouvelle orientation et amorce un « tournant » néolibéral (sujet dont nous traiterons ici amplement).

  • 9 Maité de Cea, Paola Díaz, Geraldina Kerneur, Chile: ¿de país modelado a país modelo ?, Santiago, Gr (...)

5La fin tragique de l’Unité populaire du gouvernement de Salvador Allende (1970-1973), tout comme la destruction par les armes de la « voie chilienne au socialisme », signent la fin de « l’Etat de compromis » en vigueur depuis les Fronts populaires des années trente. La dictature militaire du Général Pinochet en même temps qu’elle soumet le pays à une contre-révolution conservatrice, met rapidement en place une économie de caractère néolibéral (articulée à un État dit « subsidiaire »), centrée sur le marché comme principal mécanisme d'allocation des ressources. Ainsi que le reconnaissent désormais la plupart des chercheurs, le Chili se situe ainsi comme pays-laboratoire, et bientôt comme un « pays modèle »9. L’histoire de ce petit pays du cône sud nous plonge ainsi dans la préhistoire du néolibéralisme, tout du moins dans l’un de ses modes d’application pionniers, bien que périphérique. D’où le grand intérêt de se pencher sur trois récentes publications universitaires (parues au Chili et en espagnol) :

  • 10 Manuel Gárate Chateau, La Revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Ediciones Universi (...)

6• Manuel Gárate Chateau, La Révolution capitaliste du Chili (Edition Université Alberto Hurtado, 2012)10.

  • 11 Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990- (...)

7• Juan Carlos Gómez Leyton, Politique, démocratie et citoyenneté dans une société néolibérale. Chili 1990-2010 (Edition Université ARCIS et Centre latino-américain de Sciences sociales, CLASCO - 2010)11.

  • 12 Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Conce (...)

8• Manuel Antonio Garretón, Néolibéralisme corrigé et progressisme limité. Les gouvernements de la Concertation 1990-2010 (Edition Université ARCIS et Centre latino-américain de Sciences sociales, CLASCO - 2012)12.

9Ces ouvrages ont l’avantage d’offrir un panorama assez complet et des approches différenciées, mais en partie convergentes, issues de domaines scientifiques distincts, bien que nécessairement connectés : histoire économique, science politique et sociologie politique. Ces trois publications permettent ainsi de faire dialoguer des méthodologies et traditions épistémiques diverses dans un échange fécond, et même indispensable, pour qui voudrait épouser la complexité des contours du néolibéralisme. Elles couvrent, à ce titre, assez bien le champ de la production académique dans le domaine, tout en laissant néanmoins des aspects saillants de côté (nous y reviendrons).

  • 13 Les bornes chronologiques du titre (1973-2013) cachent de fait une périodisation beaucoup plus larg (...)
  • 14 Consulter notamment leur histoire du Chili, en 5 tomes : Julio Pinto, Gabriel Salazar, Historia con (...)

10Le livre de Manuel Gárate, jeune historien chilien, est issu d’une thèse récemment défendue en français à l’EHESS et qui, depuis sa publication en espagnol à Santiago (capitale où l’auteur est enseignant-chercheur désormais), a eu un impact certain dans le milieu universitaire. Car si Gárate n’apporte pas, dans ce texte de plus de 500 pages, un renouveau historiographique fondamental pour qui connait la production scientifique sur le sujet, il offre une riche synthèse de travaux souvent éparses (en plusieurs langues) et une éclairante mise en perspective qui remonte au XIXe siècle pour terminer à l’aube du XXI° siècle13. Surtout, il fournit une relecture critique du temps long de l’économie politique du pays, un regard qui manquait dans la production récente, même si les travaux de Gabriel Salazar (l’un des historiens les plus connus du pays) ou de Julio Pinto, se sont aventurés à plusieurs reprises dans ce domaine14. Nombre de chercheurs chiliens, et la critique en général, ont ainsi presque unanimement salué cette contribution de M. Gárate, y voyant une nouvelle pierre à l’édifice de la compréhension du néolibéralisme sud-américain. Ce livre présente décrypte et met à disposition du public plusieurs ouvrages essentiels, mais encore peu connus au Chili (et en Amérique latine) car publiés en Europe et aux Etats-Unis, en France notamment.

11D’autre part, dans cet essai de lectures croisées, nous avons choisi de présenter le dernier livre de Manuel Garretón, prix national de sociologie et auteur de nombreux ouvrages sur la démocratisation chilienne et latino-américaine (traduits en plusieurs langues) : l’objectif est ainsi de proposer un point de vue plus « classique » de la sociologue politique et historique. Garretón, professeur de l’Université du Chili, est mondialement connu pour ses interprétations sur les « enclaves autoritaires » présents dans les régimes démocratiques latino-américains15. Il est régulièrement invité dans les plus grandes universités états-uniennes ou européennes à donner des conférences. La publication qui nous intéresse ici fournit néanmoins certaines propositions nouvelles, en avançant une théorie d’un néolibéralisme autoritaire chilien qui aurait été « corrigé » par la suite, bien que de manière partielle, lors des régimes civils issus de la sortie de la dictature militaire.

12Nous nous appuierons, enfin, sur le livre de Juan Carlos Gómez Leyton, politiste, directeur de l’Ecole doctorale d’études latino-américaines de l’Université ARCIS (université progressiste privée) car il s’inscrit dans un courant de pensée distinct, issu du marxisme et de différentes écoles de la pensée critique. Le point de départ de Gómez Leyton est de lier le social et le politique au sein du processus de transformation néolibérale, en laissant d’ailleurs davantage de côté (à la différence de Gárate) la question des politiques économiques ou celle de la réorganisation des élites. Son dernier livre propose au lecteur une compilation de plusieurs écrits, conférences et entretiens rédigés sur plus d’une décennie, d’où certaines redites et plusieurs répétitions dans le propos, mais aussi une vraie cohérence avec pour fil rouge la préoccupation de penser l’articulation et les tensions entre démocratie, néolibéralisme et citoyenneté.

13Nous tenterons, au cours des paragraphes suivants, de présenter certains tenants et aboutissants de ces trois contributions, tout en les insérant dans la production internationale sur le sujet et en complétant notre analyse par d’autres recherches qui se seraient essayées à décrypter le néolibéralisme latino-américain. Nous nous concentrerons, dans un premier temps, sur le livre de M. Gárate, plus ambitieux et surtout couvrant une large période historique. Au final, nous ébaucherons quelques réflexions et piste de recherches en vue d’un retour critique sur le néolibéralisme chilien et le néolibéralisme tout court.

Libéralisme, Etat entrepreneur et « révolution » néolibérale : le Chili, un pays laboratoire

14« Notre postulat essentiel revient en effet à poser la question en ces termes : si la société chilienne et le système économique expérimentent à partir de 1975 un changement radical tel que l’apparition du libéralisme extrême, il doit être possible de retrouver la trace de cette pensée dans l’histoire du Chili. La recherche de cette période précise nous a amené à analyser l’évolution de la pensée économique libérale au Chili depuis le début du XIXème siècle jusqu’à sa crise et sa quasi-disparition entre 1930 et 1973. L’étude des données consignées dans ce travail, nous a permis de déterminer que les changements intervenus ces trente-cinq dernières années représentent une mutation inédite de la conception de l’Économie politique du Chili. “Révolution” nous semble de ce fait le terme le plus adéquat afin de caractériser ce processus inédit et profondément méconnu. Nous reconnaissons certes la difficulté qu’il y a d’utiliser ce concept dans le domaine de l’historiographie. Néanmoins, les propres instigateurs de ces transformations y ont fréquemment eu recours » (Gárate, 521-522).

  • 16 Ainsi que le fait Eric Toussaint dans son court essai : Un coup d'œil dans le rétroviseur. L'idéolo (...)
  • 17 Tomás Moulian, Chile actual. Anatomía de un mito¸ Santiago de Chile, ARCIS-LOM, 1997. La réception (...)

15C’est donc en termes de « révolution capitaliste » que Manuel Gárate analyse l’expérimentation néolibérale au Chili : une transformation brutale qui a non seulement radicalement modifié l’économie, mais aussi toute la société et, qui a pu -par la violence d’Etat- s’installer durablement et même se consolider bien au-delà de la période dictatoriale (1973-1990). Il est certain que cette idée de « révolution » peut être sujette à caution. Au sens strict, il serait plus rigoureux de parler de « contre-révolution »16 puisque le régime militaire et sa doctrine de « sécurité nationale » ont d’abord eu pour tâche de mettre fin à l’agitation révolutionnaire qui caractérise précisément la période antérieure. En utilisant cette notion de « révolution », on risque alors de diluer l’essentiel, voire le contresens historique. Cependant, l’ampleur et la radicalité des changements du shock néolibéral, la rapidité des mesures et la profondeur de celles-ci, en bref leur caractère structurel et refondateur, permettent de justifier de manière convaincante la légitimité de cet emploi lexical. D’ailleurs, ce postulat épistémologique n’est pas vraiment nouveau. Le sociologue Tomás Moulian, dès le milieu des années 90, insiste sur cette dimension de la « matrice » du Chili actuel, dans un livre essentiel : « Chili actuel. Anatomie d’un mythe »17. Plus récemment, le sociologue Ricardo Contreras Osorio a lui aussi réalisé sa thèse sur « La dictature de Pinochet en perspective: Sociologie d'une révolution capitaliste et néoconservatrice ». Quelques années avant Manuel Gárate, Ricardo Contreras faisait un diagnostic assez similaire :

  • 18 Rodrigo Contreras Osorio, La Dictature de Pinochet en perspective. Sociologie d'une révolution capi (...)

« Le régime de Pinochet n'a pas seulement été une dictature qui a violé les Droits de l'homme. Il a aussi été une période de profonde transformation, dont l'objectif ultime était la refondation complète de la société chilienne. Une véritable révolution capitaliste et néoconservatrice qui, à partir d'un modèle ultralibéral et d'une démocratie autoritaire, a cherché à faire du Chili une société de marché, apolitique et chrétienne. Instrument d'une droite autoritaire, symbole politique "qui a transformé le pays", Pinochet fut aussi le représentant d'une tendance historique dans la classe dominante chilienne : la sensibilité politique autoritaire de celle-ci et son attachement à une idéologie conservatrice. La chute d'Allende et la dictature de Pinochet en sont les expressions les plus récentes 18».

  • 19 Sauf erreur, le livre de Contreras est quasiment absent de son travail, mis à part au travers d’une (...)
  • 20 Il note dans son introduction : « concernant la sélection et l’usage des sources, le défi à relever (...)

16On comprend aisément que Gárate, historien inspiré par Henri Rousso, ne partage pas forcément l’approche de Contreras, basée sur la sociologie d’Alain Touraine. Il est néanmoins dommageable que le premier ne cite pas davantage et surtout discute, réfute, complète les thèses de son collègue (et compatriote). D’autant que tous deux ont réalisé leur doctorat dans la même institution : l’EHESS19. Plus problématique pour cet adepte de l’histoire du temps présent, l’auteur de la « Révolution capitaliste du Chili » n’utilise que très peu de sources primaires, d'archives et son recours à la revue de presse est aussi assez limité, voire marginal20. Un travail plus systématique en ce sens aurait fortement consolidé l’originalité de son argumentation et donné davantage d’arguments à sa démonstration. Même chose en ce qui concerne l’explication de sa méthodologie de travail et d’enquête : elle est à peine abordée et cela manque au moment de mieux comprendre la démarche. Enfin, si Gárate utilise un nombre de publications fort important, il en discute bien peu les partis pris ou interprétations. Cependant, en cherchant à comprendre les origines du libéralisme chilien, en quoi, le néolibéralisme de « combat » des années 70 et 80 s’en distingue, il décrit brillamment de quelle manière cette expérience a forgé le Chili actuel.

17Si le libéralisme économique a existé dans le pays depuis la seconde moitié du XIXème siècle jusqu’en 1925-1930, c’est davantage en tant que pratique commerciale que comme programme politique ou idéologique. C’est d’ailleurs ce que constate le premier grand théoricien de l’économie politique, le français Jean Gustave Courcelle-Seneuil (1813-1892), lors de son arrivée dans le pays. Gárate dresse ainsi une généalogie de la pensée économique libérale sur près d’un siècle et demi d’histoire républicaine. Il montre avec clarté comment l’oligarchie, conservatrice, liée à la terre et organisée autour d’un Etat qui joue un rôle clef dans l’extraction minière (salpêtre, charbon puis cuivre), n’a jamais véritablement assis les bases d’une société libérale. Petit pays isolé derrière la Cordillère des Andes, les classes dominantes se dotent très tôt d’un Etat fort, centraliste et de tradition autoritaire, qui remonte à Diego Portales (qui gouverna le pays au lendemain de l'indépendance) et qui se consolide tout au long du XIX° siècle, aussi bien contre les pays voisins (Guerre du Pacifique) que contre le peuple indigène Mapuche (« Pacification » de l'Araucanía). La période de « l’Etat de compromis » (1938-1970) n’aura été alors qu’une parenthèse, mais une parenthèse importante : apparait alors le modèle défendu par la CEPAL où l’Etat se fait aussi entrepreneur et planificateur dans le cadre d’une stratégie dite d’industrialisation par substitution d’importations. L’instauration en 1939 de la CORFO (Corporación de fomento a la producción), organisme public destiné à « favoriser le développement », est aussi produit de l’impact mondial de la grande crise de 1929 et de la montée en puissance des idées interventionnistes et structuralistes en économie. L’accent est alors mis sur le développement interne national, le protectionnisme, la réforme agraire, la critique de la dépendance et des relations inégalitaires nord-sud. La CORFO et l’Etat prennent en charge la création d’industries liées à la production minière, d’acier, électrique, tout en favorisant l’investissement en infrastructures et instaurant des aides à la production privée. L’irruption populaire et les appels au socialisme et à l’anti-impérialisme du début de la décennie 70, durant l’administration de Salvador Allende, sont en quelque sorte le point culminant et de rupture de cet intermède. Les élites reprennent alors la main via le coup d’Etat du 11 septembre 1973 et l’installation violente d’un modèle économique alternatif, permettant l’apparition d’une nouvelle bourgeoisie, mais aussi d’une « nouvelle droite » politique et intellectuelle. Etat autoritaire et renouveau néolibéral, monétarisme et modernisation économique, idéologie ultraconservatrice et catholicisme initient une alliance inédite, et destinée à durer.

Coup d’Etat, « Chicago Boys » et autoritarisme néolibéral

  • 21 Juan Carlos Gómez Leyton, La frontera de la democracia: el derecho de propiedad en Chile 1925- 1973(...)
  • 22 Sur ce sujet, nous renvoyons à notre thèse de doctorat : Chili. Mille jours qui ébranlèrent le mond (...)

18Selon Juan Carlos Gómez Leyton, on ne peut comprendre la dictature sans la situer avant tout comme une réponse au « contre-pouvoir social, politique et historique du mouvement populaire qui s’était renforcé aussi bien socialement que politiquement, depuis les années vingt ». Cet auteur avait déjà démontré, dans un essai historique, que le coup d’Etat peut être lu comme une réponse des secteurs dominants face aux menaces que font peser les mobilisations ouvrières sur les formes de propriété privée des moyens de productions, durant le gouvernement Allende et la tentative de « voie chilienne au socialisme » 1970-7321. Il est certain que comprendre les formes multiples de déstabilisation orchestrée par le gouvernement Nixon pour mettre en échec Allende, la mobilisation croissante de la droite nationale, du patronat et de la petite-bourgeoisie contre la « voie chilienne », puis le soutien d’une partie importante de la population à la dictature, signifie revenir sur l’ampleur des conflits et oppositions qui traversent la société chilienne des années 60-70. C’est aussi souligner la politisation croissante de la question sociale et sa prise en charge partielle par la gauche partisane au sein de la coalition de l’Unité populaire, autour du Parti communiste et du Parti socialiste. Mais surtout, il demeure nécessaire de poursuivre les recherches sur les dynamiques de radicalisation du mouvement ouvrier, paysan et syndical, pour comprendre in fine la peur de « ceux d’en haut », atterrés de voir leurs privilèges historiques menacés22. Selon Gomez Leyton : « une fois que le pouvoir militaire contrôlait l'État et a discipliné la société à la pointe des mitraillettes, le capital mit en marche le processus de restauration de sa domination et de son hégémonie. À cet effet, il dû détruire le contre-pouvoir social, politique et historique développé par les travailleurs et les secteurs populaires au travers de leurs organisations sociales et politiques tout au long du XXe siècle. En parallèle à cette destruction, le coup d'état mis fin au régime démocratique qui avait permis jusque-là l'expression politique de ce contre-pouvoir ».

  • 23 Tania Harmer, Allende's Chile and the Inter-American Cold War, Chapel Hill, University of Carolina (...)

19Si Gárate s’intéresse brièvement à cette période de l’UP, c’est seulement pour montrer comment les idées « extrêmes » des néolibéraux sont aussi en gestation à cette époque : « la radicalisation idéologique qui s’opère durant la période électorale de 1970 fit que les idées qui avant pouvaient paraitre exagérées ou extrêmes, deviennent aux yeux de nombreux personnes comme possibles. Cela fut aussi le cas des recommandations des techniciens monétaristes, peu de temps auparavant considérés comme des fanatiques radicaux ou peu réalistes ». Une fois l’Etat de compromis débordé, les élites semblent prêtes à se convertir au néolibéralisme contre les visées national-développementistes, tout en écrasant les velléités révolutionnaires de la gauche. L’installation du régime militaire passe ainsi par l’arrivée sur le devant de la scène des « Chicago boys », qui après avoir travaillé dans l’ombre, dés le début des années 70, avec certains officiers proche de la démocratie-chrétienne, imposent leurs vues au sein de la junte (et contre les généraux nationalistes ou isolationnistes). L’histoire est désormais connue et bien documentée, voire mythifiée, car présentée comme aux origines de la success story d’un supposé « miracle chilien ». Aux origines du coup d’Etat, il aurait été intéressant que, aussi bien Gomez Leyton que Gárate, resituent davantage cette nouvelle période historique dans le cadre géopolitique global de la guerre froide interaméricaine, ce qu’ils laissent paradoxalement largement de coté. Les travaux de Tanya Harmer et de Greg Grandin ont pourtant montré combien ont pesé les relations internationales, la recherche d’Allende d’alliance avec les pays non alignés et la lutte des Etats-Unis pour le maintien d’une hégémonie hémisphérique malmenée23.

  • 24 Centro de Estudios Públicos, El ladrillo. Bases de la política económica del gobierno militar chile (...)
  • 25 Carlos Huneeus, El régimen de Pinochet, Santiago, Editorial Sudamericana, 2000.
  • 26 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservatisme et autoritarisme au (...)
  • 27 Renato Cristi, El pensamiento político de Jaime Guzmán. Autoridad y libertad, Santiago, LOM, 2000.
  • 28 Yves Dezalay et Brant Garth, The Internationalization of palace wars: Lawyers, economists and the c (...)
  • 29 Stéphane Boisard, L’émergence d’une nouvelle droite, op. cit., p. 542 (cité dans la conclusion de M (...)

20C’est grâce à une convention entre l'Université pontificale catholique de Santiago (PUC) et l’école d’économie de Chicago, où officient alors des « gourous » de la société du Mont Pèlerin, dont Milton Friedman (prix Nobel d’économie) et Arnold Harberger, que les idées monétaristes font leur entrée au Chili. Sous la présidence du doyen de l'université de Chicago, Theodore Schultz, des professeurs sont envoyés à Santiago, les étudiants chiliens les plus promoteurs font le voyage en sens inverse. Peu à peu, l’économie néo-classique gagne de l’espace au sein de la PUC et les « Chicago boys » s’affirment avec morgue face à la gauche et la démocratie-chrétienne. Et surtout face aux revendications de réformes démocratiques de l’Université portées par les syndicats étudiants. Leur leader, Sergio de Castro, deviendra recteur de l'Université pontificale (en 1965), puis l’un des auteurs du Ladrillo (« la brique »), l’épais programme économique préparé « clef en main » à la mi-1973, et sur demande de certains militaires, en cas de défaite -ou plutôt d’écrasement- du gouvernement Allende24. Les « Money doctors » avaient alors déjà des liens avec le mouvement corporatiste et catholique intégriste, dit « Mouvement gremial », dirigé par le juriste d'extrême droite Jaime Guzmán. Cette alliance très particulière de deux courants idéologiques distincts va donner un substrat politique et idéologique solide à la dictature néolibérale de Pinochet25. Pour présenter cette séquence, on doit beaucoup à des travaux antérieurs, ce que Gárate reconnait aisément, et particulièrement à la thèse du civilisationniste français Stéphane Boisard, investigation essentielle malheureusement toujours pas publiée à ce jour26. Ce dernier avait déjà montré le surgissement ce qu’il nomme une « nouvelle droite », issu de ces deux tendances aux parcours différents et qui vont entretien « un rapport dialectique » avec le régime militaire. Boisard a aussi souligné -et à sa suite Renato Cristi27- l’importance majeure de la pensée et de l'action de Jaime Guzmán, futur intellectuel organique de la dictature Pinochet et penseur des institutions autoritaires du régime (il est le père de la Constitution de 1980). Gárate insiste sur la place des économistes. Un personnage fait alors figure de symbole : Sergio de Castro. Et, derrière lui, tout un parterre d’avocats, journalistes, politiques et, surtout, de technocrates. Ce cercle participe ainsi à la diffusion des théories monétaristes de Friedman, selon une logique « d’homologie » et de « transplantation » en contexte autoritaire, une circulation internationale des idées et des cerveaux, mis en lumière par les recherches d’Yves Dezalay et de Brant Garth28. Ces experts et autres « technopols » facilitent l’avènement d’une « technocratie autoritaire », dans un contexte de répression extrême : soit des milliers d’assassinats politiques et disparitions forcées, l’usage massif de la torture, l’exil politique de centaine de milliers de personnes (peut-être un million de personnes). Stéphane Boisard note à ce propos : « ce déferlement de haine et de violence qui a caractérisé la dictature chilienne est le prix moral que la nouvelle droite accepte de payer pour mettre en place son projet de société »29.

  • 30 Voir par exemple : Ricardo Ffrench-Davis, Economic Reforms in Chile: From Dictatorship to Democracy(...)
  • 31 Friedman rencontre Pinochet en mars 1975, après s’être rendu à Santiago accompagné de Arnold Harber (...)
  • 32 N. Klein, The shock doctrine. The rise of disaster capitalism, New York, Metropolitan Books, 2008.

21La politique économique de la junte est une histoire traitée par une vaste littérature anglo-saxonne, largement sollicitée par Gárate, avec par exemple les écrits d’Eduardo Silva de la Cambridge University ou encore grâce aux publications d’économistes tels que Ricardo Ffrench-Davis de l’Université du Chili30. Les réformes drastiques commencent en 1975 et elles sont appliquées de manière orthodoxe, en liquidant en quelques semaines les nationalisations de l’époque d’Allende, mais aussi toute forme d’Etat entrepreneur, en suivant le « plan de récupération économique » de Jorge Cauas. L’application du « traitement de choc » est finalement l’une des autres formes de violences sociale et de brutalisation de la société chilienne qu’a représentée la dictature. C’est précisément dans la phase la plus répressive du régime que l’application dogmatique du néolibéralisme se met en place (1973-1982). Si les premières mesures datent de 1975, alors que Pinochet réussi à s’imposer au sein de la junte contre les visées nationalistes et corporatistes du Général Leigh, les premières années de terreur sont la condition sine qua non de la thérapie monétariste. Ainsi que l’avait conseillé Milton Friedman lui même à Augusto Pinochet31, le tournant néolibéral devait être appliqué selon une logique de guerre-éclair, afin de neutraliser l’opposition des syndicats ou toute autre résistance collective, tout en faisant chuter l’inflation galopante héritée d’Allende. Les privatisations, la diminution brutale de la dépense publique, des salaires et de toute forme de subsides, avec comme objectif le contrôle de la dette, approfondissent immédiatement la récession, dans une phase « d’ajustement » considérée comme nécessaire : en 1975, la production industrielle baisse de 28%, le PIB de 13% et les salaires réels de 40% en comparaison a leur niveau de 1970. Le chômage est de 20% début 1976. Si le livre phare de Friedman est bien « Capitalism and Freedom » (1962), il apparait (ainsi que la journaliste Noami Klein a pu l’écrire) que la définition de la liberté de Friedman, et de ses épigones chiliens, était que les libertés politiques et démocratiques devaient rester secondaires, voire annexes, par rapport à la poursuite de l’utopie d’une libéralisation économique et monétaire intégrale32. Dans l’esprit des monétaristes, le régime militaire est un passage obligé, afin de combattre « le danger marxiste » et donner forme à une « démocratie autoritaire, protégée, intégratrice et technicisée » (A. Pinochet, discours de Chacarillas, 9 juillet 1977). On retrouve là l’influence de l’idée de « démocratie instrumentale » de Friedrich Von Hayek, subjuguée à la fonction du marché. « Avec une mitraillette dans le cul, tout le Chili travaille » s’était enthousiasmé publiquement Sergio de Castro (cité par Gárate, p. 189)… Le coût social est payé avant tout par les salariés et les petits et moyens entrepreneurs, incapables de résister à ces mesures, comme à la réforme du système financier et à l’ouverture soudaine et indiscriminée au marché mondial (fin de toute mesure protectionniste). La récupération économique postérieure (1977-1981) se fait ainsi sur la base d’une accumulation dirigée par le capital transnational et une poignée de « grandes familles ». Selon nous, il s’agit d’ailleurs d’un angle mort du livre de Gárate qui, en ce concentrant sur l’histoire économique et idéologique, mentionne seulement ce coût social, sans en mesurer les ressorts, les impacts réels et la dimension fondatrice du Chili actuel.

  • 33 André Gunder Frank, Economic genocide in Chile. Monetarist theory versus humanity, Spokesman Books, (...)

22Comme on le sait, la crise financière de 1982 a non seulement menacé la continuité du régime militaire, mais aussi montré la faiblesse de ce modèle économique élaboré par le groupe d’économistes de la PUC (d’où leur disgrâce passagère auprès de Pinochet). Cependant, après une brève période d’hétérodoxie économique (1983-1984), la dictature a de nouveau misé sur eux (tels les ministres Hernán Büchi, Pablo Baraona ou José Piñera). Ce deuxième moment, qualifié de « néolibéral-pragmatique », suit à nouveau les préconisations de Friedman appliquées dans plusieurs champs sociaux : création d’un régime de retraite par fonds de pension et capitalisation (AFP), libéralisation et municipalisation du système éducatif, développement des assurances privées de santé (ISAPRE), nouvelle vague de privatisations, cette fois des secteurs stratégiques (télécommunication, électricité, transport) et souvent au profit du clan Pinochet ou d’entrepreneurs proches. CODELCO, la grande entreprise d’extraction du cuivre (le Chili en possède la principale réserve au monde) restera par contre dans les mains de l’Etat, car elle alimente les caisses des Forces armées ; néanmoins y compris pour l’extraction minière, les concessions aux multinationales se multiplient. Au-delà de l’approche macro-économique, de la croissance spectaculaire des investissements étrangers et du Produit intérieur brut, les conséquences sociales et industrielles du « modèle » sont désastreuses. Le boom spéculatif, la progression inédite de l’exportation des matières premières (bois, vin, pisciculture, minerais) et la fragilité d’un système extrêmement dépendant du marché mondial, s’accompagnent de la destruction de l’industrie nationale, surtout de petites et moyennes entreprises. Chômage, endettement privé et inégalités sociales explosent. Entre 1970 et 1987, le nombre de personnes sans emploi a été multiplié par 3, tandis que les salaires réels chutaient de 13%. Quand le dictateur abandonne la présidence, le pays est devenu l’un des plus inégalitaires au monde et la proportion de pauvres représente plus de 40% de la population (contre 28% en 1969). L’économiste André Gunder Frank ira jusqu’à parler de « génocide économique »33.

  • 34 Bruno Patiño, Pinochet s'en va... : la transition démocratique au Chili (1988-1994), Paris, IHEAL, (...)

23Ce que de nombreux auteurs ont appelé la « transition démocratique » commence en octobre 1988 avec un premier référendum (tel que l’avaient prévu les dispositions constitutionnelles transitoires du régime militaire)34. Le processus en marche aboutit en mars 1990 au premier gouvernement civil depuis 17 ans. Le « non » majoritaire à Pinochet de 1988 ouvre de fait une nouvelle étape de l’histoire néolibérale chilienne. La transition se fera, mais par « en haut » et selon les objectifs tracés par le clan Pinochet et les soutiens de la dictature. C’est là que la troisième partie du livre de Gárate rencontre, et complète, les travaux -cités plus haut- de Juan Carlos Gómez Leyton et de Manuel Garretón, tous deux centrés sur l’époque récente (1990-2010).

Régime civil post-autoritaire, transformisme politique et héritage néolibéral (1990-2010)

24Donnée importante, les trois auteurs dont nous traitons ici, en partant de points de vues différents, partagent un constat : le Chili démocratique actuel ne peut s’expliquer indépendamment de cette transformation économique radicale. Elle constitue même le principal héritage du régime militaire.

  • 35 Olivier Compagnon, Franck Gaudichaud, « Chili : un passé trop vite passé », in Pascal Blanchard, Ma (...)
  • 36 On peut affirmer que si Jaime Guzmán a été l’un des intellectuels organiques de la Dictature, Boeni (...)

25En décembre 1989, plusieurs des libertés fondamentales sont restaurées et un président est élu au suffrage universel. Il s'agit du démocrate-chrétien (DC) Patricio Aylwin, candidat de la « Concertation des partis pour la démocratie », qui regroupe des adversaires politiques d’hier : socialistes, démocrates-chrétiens et de petites organisations sociales-démocrates. Dans les derniers mois de son existence, la dictature peaufine les conditions de sa perpétuation : des dizaines de lois, certaines organiques, sont passées. Les membres de la Cour suprême sont renouvelés. Et c’est après avoir négocié des réformes constitutionnelles timides et limitées, puis renoncé à leur principale promesse, à savoir la convocation d’une assemblée constituante, que la Concertation s’installe aux commandes de l’exécutif. Selon Manuel Antonio Garretón, ce moment met fin à la transition proprement dite, pour faire place à un régime politique où l’Etat de droit coexiste avec divers pouvoirs factieux et des institutions héritées de la dictature. Le sociologue parle d’un « régime démocratique avec des enclaves autoritaires héritées ». Parmi celles-ci, la Constitution de 1980 toujours en vigueur en 2013, malgré plusieurs réformes. Jusqu’en 2005, il existe dans la « démocratie » chilienne des sénateurs nommés à vie, le pouvoir civil ne contrôle toujours pas le pouvoir militaire, ni la nomination de ses plus hauts dignitaires. Le Général Pinochet lui-même est resté chef des armées jusqu'en 1998, puis sénateur à vie... Il est décédé en 2006 sans avoir été condamné et, malgré des dizaines de procès en cours, la plupart des responsables (civils et militaires) de la dictature jouissent encore d'une totale liberté35. Aujourd’hui encore, les institutions et lois du pays portent l’empreinte indélébile du sceau dictatorial néolibéral. C’est le cas du code du travail, des lois dites « antiterroristes » appliquées contre le mouvement social et indigène ou encore du système électoral législatif « binominal », qui ferme l’espace parlementaire, en surreprésentant mécaniquement la coalition de droite comme la Concertation. Cette dernière s’en accommode fort bien. Les dirigeants concertationnistes ont gouverné de cette manière le Chili pendant 20 ans (1990-2010) et par 4 gouvernements successifs (2 DC et 2 PS), preuve de la grande stabilité du système hérité. Une « démocratie des accords » et du « consensus », basée sur le culte de la « gouvernabilité » et de « l’unité nationale », s’est installée suivant le schéma prévu par Jaime Guzmán et les recommandations d’Edgardo Boeniger, intellectuel démocrate-chrétien, l’un des constructeurs de la transition pactée36.

  • 37 Patricio Silva, « Technocrats and Politics in Chile: from the Chicago Boys to the CIEPLAN Monks », (...)
  • 38 Le Chili et le Mexique sont les deux seuls pays latino-américains à intégrer l’OCDE.

26Et, enfin, l’héritage majeur : le système économique. De nouveaux technocrates issus de plusieurs Think tanks sociaux-chrétiens ou libéraux-progressistes, présentés de manière originale par Gárate (mais aussi par Patricio Silva37), tels le CIEPLAN, « Expansiva » ou « Chile 21 » ont peu à peu remplacés les Chicago boys de Pinochet. Parfois issus de la conversion néolibérale de la social-démocratie lors de son exil européen, ils participent activement à la légitimation du monétarisme et alimentent, avec la ferveur des convertis, l’image d’un Chili « jaguar de l’Amérique latine ». Ils cherchent surtout à éviter tout antagonisme social ou polarisation politique, au profit d’une vision techniciste d’une « démocratie libérale de marché ». Une coalition de partis, ex-opposants à la dictature, termine ainsi au nom du « réalisme » et de la fin des « utopies », par intégrer dans son identité politique les règles du jeu de la transition des militaires et des secteurs conservateurs. Comme le note Garretón (intellectuel proche de la Concertation par ailleurs), pour cette classe dirigeante des années 90, le clivage n’était alors plus entre socialisme et capitalisme, ou même entre libéraux et conservateurs, mais suivant l’axe autoritarisme-démocratie libérale. La Concertation, bien qu’hétérogène sur le plan interne, a alors abandonné toute référence à la construction d’une alternative économique pour parler de « croissance avec équité » (Patricio Aylwin) ou encore « d’Etat de protection » (Michèle Bachelet), et de la nécessité de « corriger » les aspects les plus problématiques du modèle en termes de pauvreté et inclusion sociale. Les institutions internationales certifieront rapidement cette conversion spectaculaire en désignant, à plusieurs reprises, le Chili comme l’exemple à suivre. Ainsi, de nombreux responsables de la coalition seront, durant ces 20 années, progressivement adoubés et cooptés à de hautes charges au sein de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement et du FMI. Certains intègrent même les espaces de sociabilité du grand patronat, peuplent les conseils d’administration des principaux groupes économiques et autres cabinets de conseils, voire deviennent des entrepreneurs à succès, symboles de la voie néolibérale à la chilienne (parmi d’autres trajectoires biographiques exemplaires, citons le sociologue et ex-militant socialiste Eugenio Tironi). La consécration et l’aboutissement de cette intégration est finalement l’entrée du Chili au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en 2010, un sésame longtemps espéré par la bourgeoisie locale38.

  • 39 Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme (...)

27M.A. Garretón insiste sur le fait que la Concertation, par ses politiques sociales envers les plus démunis et son action politique dans un contexte très contraint, devrait néanmoins être identifiée comme de « centre-gauche » et comme l’une des variantes du « progressisme » latino-américain (qui gagne la région à la fin des années 90)39. Il définit le progressisme comme la réponse des « secteurs de centre-gauche pour dépasser l’ordre néolibéral en démocratie et redonner à l’Etat et à la société, la prédominance sur le marché et les grands intérêts capitalistes nationaux ou transnationaux » (introduction). Pourtant, si l’on part de cette définition, il nous semble précisément que les gouvernements de la Concertation ne résistent pas un instant à l’examen d’une identification au « progressisme latino-américain », tant elle revendique haut et fort ce modèle économique comme seule chemin de développement possible. C’est là où l’analyse de Garretón apparait chancelante, biaisée et finalement peu convaincante. De plus, même si cela mériterait un plus long débat, soulignons que l’un des piliers de la Concertation est la Démocratie-chrétienne (une force clef du coup d’Etat), dont on voit mal comment on pourrait la classer subitement au centre-gauche...

  • 40 De 1990 à 2000, la pauvreté passe de 38,6% à 20.6% et l’extrême pauvreté de 12,9% à 5,7%. Ces taux (...)
  • 41 Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique, Paris, Autrement, 2005.

28Si l’on compare les analyses de Garretón et de Gómez Leyton, on perçoit aisément un intéressant dissensus. Le sociologue envisage les gouvernements de la Concertation comme parmi les « meilleurs gouvernements » possibles dans le cadre de la démocratisation post-autoritaire, tout en reconnaissant leur « incapacité » à dépasser le modèle hérité de Pinochet, du fait, d’une part, d’un « excès de confiance exagéré » dans leur capacité à négocier avec les héritiers de la dictature et, de l’autre, « d’une obsession traumatique pour éviter des changements constitutifs » qui pourraient bouleverser l’équilibre de la démocratie des consensus, obtenu au sortir de la dictature. Selon cette lecture, dominante au sein des sciences sociales et de la « transitologie », les divers gouvernements de la Concertation auraient joué leur rôle historique. Celui de permettre une modification « graduelle » et « incrémentale » du modèle néolibéral, sans remettre en cause la stabilité politique : réformes fiscales et commission de « Vérité et réconciliation » sous Patricio Aylwin (DC) en 1990-2000 ; modernisation de l’Etat avec Eduardo Frei (DC - 1994-2000) ; réforme de la santé et recul de l’extrême pauvreté sous Ricardo Lagos (PS - 2000-2006) et, enfin, élection symbolique d’une femme charismatique avec Michèle Bachelet (PS - 2006-2010), qui apporte un style politique dynamique et des mesures de protection sociale40. Cette lecture de type « pragmatique-incrémental » s’inscrit en fait dans une historiographie latino-américaine plus ample, telle qu’elle a été défendue notamment par l’économiste libéral Javier Santiso. Ce dernier (dans un livre qui a eu un retentissement médiatique réel) oppose les velléités messianiques d’Allende et de Pinochet (mis à l’occasion sur le même plan !), et leurs « politiques économiques de l’impossible », à la pragmatique « possibiliste » de la Concertation : contre la « poésie lyrique des grands élans révolutionnaires » opposer la « prose politique plus contenue du possible »41... Soyons justes. Garretón ne tombe à aucun moment dans la simplicité béate et le schématisme normatif de telles dichotomies. Il admet les limites du « néolibéralisme corrigé » de la Concertation, la permanence d’une « démocratie incomplète » en l’absence de transformation des institutions. Il pointe également certaines contradictions du « progressiste limité » en appelant de ces vœux, en conclusion, à la naissance d’un « nouveau projet progressiste ».

29Juan Carlos Gómez prend aussi clairement position dans ce débat. Mais à contre-courant des analyses dominantes des « transitologues », y compris celle de Garretón. Il partage en ce sens nombre des idées avancées par Tomás Moulian et sa thèse du transformisme politique de la Concertation, qui au lieu de gouverner avec sa propre politique, aurait administré le modèle hérité de la dictature avec les idées des néolibéraux :

  • 42 Tomás Moulian, Chile actual. Anatomía de un mito. op. cit¸ p. 18.

« Le Chili actuel provient de la fertilité d'un « ménage à trois », il est la matérialisation de l'étreinte incessante entre militaires, intellectuels néolibéraux et entrepreneurs nationaux ou transnationaux. Ce coït de 17 ans a produit une société où le social est construit comme naturel et où (jusqu'à maintenant) il n'y a eu que de légers ajustements. Ce bloc de pouvoir, cette « triade », a réalisé la révolution capitaliste, elle a construit une société de marchés dérégulés, d'indifférence politique, d'individus compétitifs réalisés ou bien cherchant compensation au travers du plaisir de consommer ou, plutôt, de s'exhiber en consommant, de salariés socialisés par la discipline et par l'évasion. Une société marquée par la créativité sauvage et anomique d'un pouvoir révolutionnaire. Dans la matrice d'une dictature terroriste devenue dictature constitutionnelle, s'est formé le Chili actuel, obsédé par l'oubli de ses origines »42.

  • 43 David Harvey, « Le néolibéralisme comme projet de classe », Entretien avec Elsa Boulet, Revue Contr (...)
  • 44 Fernando Leiva, Latin American neostructuralism. The contradictions of post-Neoliberal development, (...)
  • 45 Atilio Borón, Tras el buho de Minerva. Mercado contra democracia en el capitalismo de fin de siglo, (...)

30Sur la base de plusieurs études de processus électoraux, Gómez Leyton décortique la faiblesse de la participation politique électorale, notamment des jeunes et des secteurs populaires. Ces « citoyens clandestins », et la non-participation politique, est alors appréhendée comme l’une des caractéristiques de la « gouvernabilité néolibérale » du régime politique post-autoritaire. Comme on pu le faire, à d’autres occasions, Mario Garcés ou les historiens Sergio Grez, Julio Pinto et Gabriel Salazar, il souligne que l’apathie électorale est malgré tout ponctuée d’une dynamique croissante, bien que fragmentée, de cycles protestataires. Des mouvements sociaux, là encore, bien trop rapidement abordés dans ce livre, au travers des exemples de la « rébellion » étudiante de 2006 ou les luttes indigènes Mapuche. Gómez Leyton pense, comme le marxiste anglo-saxon David Harvey (qu’il ne cite pourtant pas), que le néolibéralisme doit être avant tout considéré comme un « projet de classe »43. Cependant, à la différence de Moulian, à une continuité stricte du modèle sous les habits neuf d’une « dictature constitutionnelle », il préfère réfléchir sur les évolutions et le caractère spécifique du régime politique de la « démocratie néolibérale post-autoritaire ». Quels rapports entre Etat, société et citoyenneté dans cette économie politique ? Selon lui, la période de la Concertation n’est pas exactement celle du continuisme, mais davantage de la légitimation sociale et de l’approfondissement du modèle : « de distinctes manières et avec des emphases diverses mais selon un propos similaire, [ces gouvernements démocratiques] ont approfondi, étendu et consolidé les transformations capitalistes réalisées et impulsées durant la dictature militaire ». Cette opinion est partagée par plusieurs universitaires, y compris pour d’autres pays de l’Amérique latine n’ayant pas forcément connus de dictature, mais où le « progressisme » et le néo-structuralisme auraient paradoxalement validé en partie l’héritage néolibéral44. Le politiste plaide ainsi pour une critique radicale du social-libéralisme à la chilienne : la voie alternative serait de construire une démocratisation sociale et politique post-néolibérale, une « démocratisation de la démocratie », posture assez proche de celle défendue par l’argentin Atilio Borón (lui aussi membre de la CLACSO)45. Reste que de la théorie à la pratique, le chemin semble bien long et escarpé…

Conclusion. Chili : Historicité(s) et tensions d’une société néolibérale conservatrice

  • 46 Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd'hui », La Revue des Livres, n° 4, mars-avril 2 (...)

31Dans son bilan historiographique du néolibéralisme, Stéphane Haber propose de distinguer trois approches : « Dans le continent désormais immense des recherches contemporaines sur ces questions, il semble possible d’isoler trois grandes régions. L’étude du néolibéralisme peut partir du principe de l’autonomie relative de l’idéologie et l’investir en tant que telle ; elle peut ensuite chercher à reconduire celle-ci à un substrat politique, autrement dit l’inscrire dans le cadre d’un programme d’action déterminé en quête, secondairement, de discours légitimants ; elle peut, enfin, adopter le point de vue (classique dans le marxisme) de l’hétéronomie de la sphère des idées par rapport au « social », autrement dit, le considérer comme une formulation en elle-même relativement contingente de mutations sociales et économiques bien plus englobantes, et seules vraiment significatives sur le plan historique 46».

  • 47 Peter Winn (ed.), Victims of the chilean miracle : workers and neoliberalism in the Pinochet era, 1 (...)
  • 48 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les Mouvements sociaux au Chili de 1973 à 1993, Paris, L'Har (...)

32Les écrits analysés ci-dessus couvrent finalement –bien qu’inégalement– ces trois champs et même les débordent en plusieurs points. Bien sûr, ils laissent aussi ouvertes plusieurs pistes, et quelques thèmes non-traités. Il nous semble tout d’abord que la place des acteurs sociaux, de leurs adaptations mais résistances, n’est pas assez insérée dans ses analyses. Il s’agirait judicieux de restituer la place de ce que l’historien Peter Winn a décrit comme les « victimes du miracle néolibéral chilien », mais aussi leurs mobilisations individuelles et collectives, les formes et répertoires de l’action protestataire dans ce contexte, leur impact sur les évolutions du modèle et la réaction des classes dominantes47. Pourtant, aussi bien les conséquences de la crise économique de 1982-83 ou la fin du régime Pinochet, ne pourraient être compris sans les grandes « protestas » des années 80 (et leurs nombreux morts), le rôle de l’Eglise et du Vicariat de la Solidarité, la réorganisation des luttes syndicales (notamment dans le secteur du cuivre), le mouvement des familles de disparus. Même chose en ce qui concerne les forces partisanes « vaincues » ou marginalisées par la sortie négociée de la dictature. Quid des actions du Parti communiste, du Front patriotique Manuel Rodriguez (FPMR) et du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), engagés dans diverses stratégies de « rébellion populaire de masse » et luttes politico-militaires ? Car c’est aussi la défaite de cette dernière option qui ouvre le chemin à la démocratisation « pactée » entre conservateurs, militaires et les opposants les plus modérés48. Finalement, ne s’agit-il pas là du principal triomphe stratégique de « la voie chilienne au néolibéralisme » que d’avoir su écarter le spectre révolutionnaire et la chute violente du régime « par le bas » (en suivant un schéma du type sandiniste au Nicaragua) ? D’avoir aussi su offrir au régime une véritable légitimité aux yeux du monde et d’une partie importante de la population : celle de la croissance et de la modernisation économique… à tout prix.

  • 49 Mario Garcés, El despertar de la sociedad. Los movimientos sociales en América Latina y Chile, Sant (...)
  • 50 G. Couffignal, S. Velut (coord.), Dossier « Le Chili "déconcerté" », Cahiers des Amériques Latines, (...)

33Redonner plus de champ aux acteurs –certes évoqués par Gomez Leyton– permettrait alors de mieux appréhender le Chili récent, balayé par un renouveau des mouvements sociaux, en particulier le « mouvement social pour l’éducation » qui conteste l’héritage de Pinochet, la marchandisation du système éducatif et réclame le retour d’une éducation publique, gratuite et de qualité. Ce que Mario Garcés a qualifié de « réveil de la société »49. Un « Chili déconcerté » (soit sans la Concertation) où la droite a réussi son pari : un retour au gouvernement par les urnes (ce qu’elle n’avait plus obtenu depuis 1958). Une droite « relookée » suivant un habile travail de marketing politique, se réclamant d’une démocratie moderne distanciée du pinochetisme, tout en revendiquant avec conviction les valeurs du néolibéralisme : un « gouvernement des meilleurs » incarné par la figure d’un président-entrepreneur millionnaire, Sébastián Piñera, frère de l’un des Chicago boys les plus en vue des dernières années de la dictature50.

  • 51 Emilie Hache « Néolibéralisme et responsabilité », Raisons politiques, n° 28, 2007, p. 5-9.

34Le cas chilien –et particulièrement l’analyse de temps long effectuée par Manuel Gárate– consacre l’étude d’une expérimentation de ce que nous nommerons provisoirement « néolibéralisme périphérique radical ». Il redonne sa dimension historique, au concret, au néolibéralisme. On aimerait néanmoins voire les recherches sur ce processus historique s’appuyer davantage sur un arsenal théorique plus large, finalement peu mobilisé. Car les nombreuses réflexions critiques qui existent sur le modèle néolibéral (bourdieusiennes, foucaldiennes, marxistes, régulationnnistes, etc) peuvent permettent des analyses empiriques enrichies. On l’a vu, le « laboratoire chilien » confirme, qu’au-delà des croyances du « laisser faire », c’est bien par la force de l’Etat et de « technologies de pouvoir » (Foucault) autoritaires que le néolibéralisme se met en place et envahi tous les pores de la société. Un État au service du marché et du capital, qui se spécialise dans l'extension de la rationalité économique à l'ensemble des champs sociaux (chaque individu devenant un « entrepreneur » de soi-même)51.

  • 52 Pierre Rosanvallon, Le Capitalisme utopique. Histoire de l'idée de marché, Paris, coll. Sociologie (...)
  • 53 L’économiste Rafael Agacino a pu quant à lui parler de « néolibéralisme mature » : Hegemonía y cont (...)

35Ces réflexions entrent en résonance avec l’idée d’une « société néolibérale triomphante » (Gómez Leyton) ou encore d’une société proche de « l’utopie de la société de la marché » de Pierre Rosanvallon (suggestion de M. Gárate)52. Une société happée par la frénésie de la consommation, la fermeture des espaces publics et la naissance d’une individuation néolibérale : « Ce sujet néolibéral émerge avec force à la fin des années 80 et se consolide dans les décennies suivantes. Durant les vingt ans de gouvernements concertationnistes, la citoyen néolibéral configure social, politique, économique et culturellement, la nouvelle société. [Il] s’éloigne de l’activité politique et s’incorpore activement au marché, son principal espace public-privé de réalisation existentiel et historique. Entre 1997-2010, le citoyen credit-card, décrit par Tomás Moulian, a donné lieu au citoyen patrimonial/consommateur-usager, soit un type supérieur, plus complexe, que le sujet social signalé par Moulian » (Gómez Leyton)53.

  • 54 Extrait d’un compte-rendu critique du livre de Manuel Gárate publié dans : Nuevo Mundo Mundos Nuevo (...)
  • 55 Maurizio Lazzarato, La fabrique de l'homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Amsterdam, (...)

36L’espace du Mall a remplacé la Polis, et le consommateur, le citoyen. Pour Guillaume Boccara, cette question de l’installation « d’une nouvelle hégémonie culturelle », de la production « d’un nouveau sens commun » est cruciale et pas assez creusée par les chercheurs. Il s’agit alors d’inscrire le nouvel ordre néolibéral dans les choses et dans les corps : « La révolution n’a pas été uniquement d’ordre matérielle. Elle impliquait un aspect socio-symbolique de première importance car ce qui était recherché, était de repenser ce que l’on considérait jusque-là comme le social. On a tenté de redessiner les lignes entre société, économie et Etat, entre le public et le privé, entre le déterminisme social et la responsabilité individuelle. Enfin, en plus de changer l’institutionnalité du pays et former une armée d’intellectuels organiques, l’ambition a aussi été de générer les structures cognitives qui permettraient aux nouveaux individus rationnels de se situer dans le nouveau contexte social néolibéral. [...] Ce qui est significatif de cette entreprise totale est qu’elle avait pour ambition de créer un homo œconomicus, supposé naturel, par la raison ou par la force »54. Une réflexion à mettre en relation avec celle du sociologue italien Maurizio Lazzarato sur la « fabrique » de la « condition néolibérale »55.

  • 56 Hugo Fazio, Un país gobernado por sus dueños, Santiago, LOM, 2011.
  • 57 Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? », La revue des Livres, n°8, novembre-décembre 2 (...)
  • 58 Voir par exemple la comparaison Chili/Argentine, effectuée par Stéphane Boisard et Mariana Heredia  (...)

37Au Chili, ces dispositifs de pouvoir se sont organisés de manière extrême via une dictature contre-révolutionnaire, puis par une nouvelle gouvernementalité néolibérale civile dans la phase post-autoritaire. Longtemps isolé géographiquement du reste du continent et doté d’une classe dominante très soudée, le Chili a ainsi constitué un espace propice à une expérience originale. Cela avait déjà été le cas avec « la voie chilienne au socialisme », mais celle-ci n’aura duré que 1000 jours : au-delà des aléas, l’expérience néolibérale dure depuis 38 ans... Et le pays semble désormais gouverné directement, quasiment sans médiation, par ses propriétaires56. Est-ce à dire que le Chili est une exception dans l’histoire du néolibéralisme ? Une variation spécifique, et pionnière, plutôt. Ainsi, au-delà du néolibéralisme pluriel, il serait illusoire d’extraire le cas chilien d’un tout : le néolibéralisme reste bien la forme contemporaine du capitalisme mondialisé. Cependant, il convient de creuser points communs et différences d’un système finalement assez flexible pour s’adapter à diverses historicités et contextes nationaux57. De futures études comparatistes pourraient nous faire avancer davantage58. M. A. Garretón s’y essaie –assez rapidement– dans la première partie de son livre. Il cite certains travaux anglo-saxons et, particulièrement, Perry Anderson qui décrit la construction progressive d’une « voie unique », mais composée d’expérimentations différentes. L’Amérique latine en offre un exemple :

  • 59 Perry Anderson, « Histoire et leçons du néo-libéralisme. La construction d'une voie unique », p. 2, (...)

« Des quatre expériences [néolibérales], trois ont connu un succès immédiat impressionnant contre l'hyperinflation - Mexique, Argentine, Pérou - et une un échec (Venezuela). La différence est importante. En effet, les conditions politiques nécessaires à une déflation, à une déréglementation brutale, à la montée du chômage et aux privatisations ont été fournies par l'existence d'exécutifs concentrant un pouvoir écrasant. Cela a toujours existé au Mexique grâce au système du parti unique, le PRI. Par contre, Menem et Fujimori ont dû innover en instaurant des législations d'urgence, des réformes constitutionnelles ou en montant des auto-coups d'Etat. Ce type d'autoritarisme politique n'a pas pu être appliqué au Venezuela. Il serait toutefois risqué de conclure que seuls des régimes autoritaires peuvent imposer des politiques néolibérales en Amérique latine. Le cas de la Bolivie où tous les gouvernements élus après 1985 -que ce soit celui de Paz Zamora ou de Sanchez Losada- ont appliqué le même programme, démontre qu'une dictature en tant que telle n'est pas une nécessité, même si des mesures de répression antipopulaires ont été prises. L'expérience bolivienne fournit un enseignement: l'hyperinflation offre un équivalent fonctionnel à ce que permet une dictature militaire. En effet, l'hyperinflation -avec l'effet de paupérisation qui en découle quotidiennement pour la très large majorité de la population- peut servir à faire "accepter" des mesures brutales de politique néolibérale, en préservant des formes démocratiques, non dictatoriales59 ».

  • 60 Voir par exemple sur les liens entre multiculturalisme et néolibéralisme, les articles issus d’un t (...)

38Une hypothèse riche, mais qui reste à confirmer : seuls de futurs travaux, des dépouillements de sources et ainsi que des enquêtes de terrain, basées sur un travail qualitatif et empirique « au ras du sol », pourraient compléter ou infirmer de telles intuitions, et permettre de poursuivre une histoire comparée du/des néolibéralisme(s) latino-américain(s)60.

Haut de page

Notes

1 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

2 pour des exemples européens : Keith Dixon, Les évangélistes du Marché, Paris, Raisons d'Agir, 1998 et François Denord, Néo-libéralisme version française, Histoire d'une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007.

3 André Orléan, « Le néolibéralisme entre théorie et pratique », Dossier « De la théorie néolibérale », Cahiers philosophiques, n°133, 2013, p. 9-20.

4 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des système-monde, Paris, Editions La Découverte, 2006.

5 Emir Sader y Pablo Gentili (comp), La trama del neoliberalismo. Mercado, crisis y exclusión social, Buenos Aires, CLACSO, 2003.

6 Julien Barbosa, L’Amérique Latine dans la spirale du néo-libéralisme. Logique(s) d’Empire en action, Paris, L’Harmattan, 2008.

7 John Williamson (ed.), Latin American Readjustment. How Much has Happened, Washington, Institute for International Economics, 1989. Pour une analyse critique : Yves Dezalay et Bryant Garth, « Le 'Washington Consensus', Notes bibliographiques pour contribuer à une sociologie de l'hégémonie du néo-libéralisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 121-122, mars 1998 et Ricardo Contreras Osorio, « Los principios del modelo neoconservador de gobernabilidad aplicado en América Latina durante los 90 », Nueva Sociedad, Nº 205, septiembre-octubre de 2006, www.nuso.org, consulté le 20 mai 2013.

8 Stéphane Boisard, Armelle Enders et Geneviève Verdo (coord.), Dossier « L’Amérique latine des régimes militaires », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, N° 105, Paris, Presses de science Po, janvier-mars 2010 et Franck Gaudichaud, « L’ombre du Condor. Le terrorisme d’État en Amérique latine », Revue Amnis, Université de Brest, 2003, p. 91-120 (en ligne sur http://amnis.revues.org, consulté le 29 mai 2013).

9 Maité de Cea, Paola Díaz, Geraldina Kerneur, Chile: ¿de país modelado a país modelo ?, Santiago, Groupe d'études sur le Chili (GRESCH) - LOM, 2008.

10 Manuel Gárate Chateau, La Revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012.

11 Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990-2010, Santiago de Chile, Editorial ARCIS/CLACSO, 2010.

12 Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Concertación en Chile. 1990-2010, Santiago, Colección Pensar América Latina, Editorial ARCIS/CLACSO, 2012.

13 Les bornes chronologiques du titre (1973-2013) cachent de fait une périodisation beaucoup plus large, qui courre sur deux siècles, ce qui donne à l’ensemble davantage de cohérence d’ailleurs.

14 Consulter notamment leur histoire du Chili, en 5 tomes : Julio Pinto, Gabriel Salazar, Historia contemporánea de Chile, Santiago, Ediciones LOM, 1999-2002.

15 Voir son site : www.manuelantoniogarreton.cl et, entre autres son ouvrage : Incomplete Democracy. Political Democratization in Chile and Latin America, University of North Carolina Press, 2003.

16 Ainsi que le fait Eric Toussaint dans son court essai : Un coup d'œil dans le rétroviseur. L'idéologie néolibérale des origines jusqu'à aujourd'hui, Mons, Éditions du Cerisier, 2010.

17 Tomás Moulian, Chile actual. Anatomía de un mito¸ Santiago de Chile, ARCIS-LOM, 1997. La réception de ce livre est en soi un phénomène sociologique puisqu’il a été vendu à plus de 30.000 exemplaires, fait exceptionnel dans le Chili actuel.

18 Rodrigo Contreras Osorio, La Dictature de Pinochet en perspective. Sociologie d'une révolution capitaliste et néoconservatrice, Paris, L'Harmattan, 2007.

19 Sauf erreur, le livre de Contreras est quasiment absent de son travail, mis à part au travers d’une note de bas de page et d’une mention bibliographique.

20 Il note dans son introduction : « concernant la sélection et l’usage des sources, le défi à relever dans ce travail de recherche a été de taille compte tenu de la grande quantité de données disponibles et la difficulté à hiérarchiser de l’information ».

21 Juan Carlos Gómez Leyton, La frontera de la democracia: el derecho de propiedad en Chile 1925- 1973, Santiago, LOM, 2004. Ce thème de la « propriété protégée » a aussi été traité par Rodrigo Contreras Osorio dans : Les limites du libéralisme latino-américain, Paris, Editions L'Harmattan, 2010.

22 Sur ce sujet, nous renvoyons à notre thèse de doctorat : Chili. Mille jours qui ébranlèrent le monde. Le gouvernement Allende vu par en bas (1970-1973)¸ Rennes, Presses Universitaires de Rennes-IDA, 2013 et à l’histoire orale : Franck Gaudichaud, Poder popular y cordones industriales. Testimonios sobre el poder popular chileno, Santiago, LOM, 2004.

23 Tania Harmer, Allende's Chile and the Inter-American Cold War, Chapel Hill, University of Carolina Press, 2011 et Greg Grandin, Gilbert M. Joseph (ed.), A Century of Revolution: Insurgent and Counterinsurgent Violence during Latin America’s Long Cold War, Durham, Duke University Press, 2010.

24 Centro de Estudios Públicos, El ladrillo. Bases de la política económica del gobierno militar chileno. Santiago de Chile, [1973] 1992 (http://www.cepchile.cl/dms/lang_1/cat_794_pag_1.html, consulté le 6 juin 2013).

25 Carlos Huneeus, El régimen de Pinochet, Santiago, Editorial Sudamericana, 2000.

26 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservatisme et autoritarisme au Chili (1955-1983), Toulouse, Thèse de doctorat en Littérature et civilisation latino-américaines, Université de Toulouse 2 le Mirail, 2001.

27 Renato Cristi, El pensamiento político de Jaime Guzmán. Autoridad y libertad, Santiago, LOM, 2000.

28 Yves Dezalay et Brant Garth, The Internationalization of palace wars: Lawyers, economists and the contest for Latin American states, Chicago, University of Chicago Press, 2002.

29 Stéphane Boisard, L’émergence d’une nouvelle droite, op. cit., p. 542 (cité dans la conclusion de M. Gárate).

30 Voir par exemple : Ricardo Ffrench-Davis, Economic Reforms in Chile: From Dictatorship to Democracy, Ann Arbor, University of Michigan press, 2002.

31 Friedman rencontre Pinochet en mars 1975, après s’être rendu à Santiago accompagné de Arnold Harberger, pour dicter une conférence, sur invitation de la banque HBC. Il lui envoi par la suite ses conseils économiques dans une lettre d’avril 1975, sans à aucun moment aborder la question des droits de l’homme ou des libertés civiles.

32 N. Klein, The shock doctrine. The rise of disaster capitalism, New York, Metropolitan Books, 2008.

33 André Gunder Frank, Economic genocide in Chile. Monetarist theory versus humanity, Spokesman Books, 1976.

34 Bruno Patiño, Pinochet s'en va... : la transition démocratique au Chili (1988-1994), Paris, IHEAL, 2000.

35 Olivier Compagnon, Franck Gaudichaud, « Chili : un passé trop vite passé », in Pascal Blanchard, Marc Ferro et Isabelle Veyrat-Masson (dir.), Les guerres de mémoires dans le monde, revue Hermès, Paris, 2008.

36 On peut affirmer que si Jaime Guzmán a été l’un des intellectuels organiques de la Dictature, Boeninger l’aura été de l’adaptation de l’opposition démocratique centriste au néolibéralisme : Edgardo Boeninger, Democracia en Chile. Lecciones para la gobernabilidad, Santiago, Andres Bello, 1997.

37 Patricio Silva, « Technocrats and Politics in Chile: from the Chicago Boys to the CIEPLAN Monks », Journal of Latin American Studies, 1991, vol. 23, n°2, p. 385-410.

38 Le Chili et le Mexique sont les deux seuls pays latino-américains à intégrer l’OCDE.

39 Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralismes, Paris, Textuel, 2008.

40 De 1990 à 2000, la pauvreté passe de 38,6% à 20.6% et l’extrême pauvreté de 12,9% à 5,7%. Ces taux continuent à baisser dans la décennie suivante.

41 Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique, Paris, Autrement, 2005.

42 Tomás Moulian, Chile actual. Anatomía de un mito. op. cit¸ p. 18.

43 David Harvey, « Le néolibéralisme comme projet de classe », Entretien avec Elsa Boulet, Revue ContreTemps, 24 mars 2013 [www.contretemps.eu, consulté le 10 juin 2013].

44 Fernando Leiva, Latin American neostructuralism. The contradictions of post-Neoliberal development, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008.

45 Atilio Borón, Tras el buho de Minerva. Mercado contra democracia en el capitalismo de fin de siglo, Buenos Aires, CLACSO, 2000.

46 Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd'hui », La Revue des Livres, n° 4, mars-avril 2012, p. 60-67.

47 Peter Winn (ed.), Victims of the chilean miracle : workers and neoliberalism in the Pinochet era, 1973-2002, Durham and London, Duke University Press, 2004.

48 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les Mouvements sociaux au Chili de 1973 à 1993, Paris, L'Harmattan, 1995.

49 Mario Garcés, El despertar de la sociedad. Los movimientos sociales en América Latina y Chile, Santiago, LOM, 2012.

50 G. Couffignal, S. Velut (coord.), Dossier « Le Chili "déconcerté" », Cahiers des Amériques Latines, n°68, Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL), 2012 et Daniel Grimaldi « Élections présidentielles 2010 au Chili : enjeux de la fin des gouvernements de la Concertation et installation d'une nouvelle coalition de droite au pouvoir », Problèmes d'Amérique latine 1/2011 (N° 79), p. 89-118.

51 Emilie Hache « Néolibéralisme et responsabilité », Raisons politiques, n° 28, 2007, p. 5-9.

52 Pierre Rosanvallon, Le Capitalisme utopique. Histoire de l'idée de marché, Paris, coll. Sociologie politique, Le Seuil, 1979.

53 L’économiste Rafael Agacino a pu quant à lui parler de « néolibéralisme mature » : Hegemonía y contra hegemonía en una contrarrevolución neoliberal madura, Plataforma Nexos, 23 enero 2006, [www.plataforma-nexos.cl/index.php?option=com_remository&Itemid=60&func=startdown&id=8, consulté le 11 juin 2013].

54 Extrait d’un compte-rendu critique du livre de Manuel Gárate publié dans : Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Reseñas y ensayos historiográficos, 11 février 2013, [http://nuevomundo.revues.org/64887, consulté le 11 juin 2013].

55 Maurizio Lazzarato, La fabrique de l'homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Amsterdam, Editions Amsterdam, 2011.

56 Hugo Fazio, Un país gobernado por sus dueños, Santiago, LOM, 2011.

57 Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? », La revue des Livres, n°8, novembre-décembre 2012, p. 27-35.

58 Voir par exemple la comparaison Chili/Argentine, effectuée par Stéphane Boisard et Mariana Heredia : ce travail montre la « cohérence » de la politique économique néolibérale chilienne en regard au caractère « hybride » du cas argentin (« Laboratoires de la mondialisation économique. Regards croisés sur les dictatures argentine et chilienne des années 1970 » in Stéphane Boisard, Armelle Enders et Geneviève Verdo (coord.), op. cit, p. 109-125.

59 Perry Anderson, « Histoire et leçons du néo-libéralisme. La construction d'une voie unique », p. 2, Genève, 1996 [http://page2.ch/EdPage2/p2_neolib_anderson, consulté le 1 juin 2013].

60 Voir par exemple sur les liens entre multiculturalisme et néolibéralisme, les articles issus d’un travail de terrain de : Guillaume Boccara, « Multiculturalisme, Néolibéralisme, Démocratisation » in David Dumoulin, Christian Gros (Eds.), Le multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain?, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2011, p. 55-70 ; Patricia Ayala, Guillaume Boccara, « La nacionalización del indígena en tiempos de multiculturalismo neoliberal », FIAR. The Journal of the International Association of Inter-american Studies, 4/2, 2011 [www.interamerica.de/volume-4-2/boccara_ayala, consulté le 16 juin 2013] ; Paola Bolados García, « Las prácticas curativas atacameñas en Chile: entre el reconocimiento y la criminalización », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 30 mai 2011 [http://nuevomundo.revues.org/61368, consulté le 16 juin 2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gaudichaud, « La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/67029 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.67029

Haut de page

Auteur

Franck Gaudichaud

Docteur en sciences politiques et Maître de conférences en Civilisation de l’Amérique latine à l’Université de Grenoble (membre de l’Institut des Langues et des Cultures d'Europe et d'Amérique - ILCEA, E.A.613).
franck.gaudichaud@u-grenoble3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page