Navigation – Plan du site
Arnaud Exbalin

L’ordre urbain à Mexico. Acteurs, règlements et réformes de police (1692-1794)

Urban Order in Mexico City. Protagonists, Legislation and Reforms of the Colonial Mexican Police(1692-1789)
[11/06/2015]

Résumés

L’étude de l’ordre urbain au XVIIIe siècle à Mexico, capitale de la Nouvelle-Espagne, contribue à comprendre comment la police, en tant que technique de gouvernement des hommes et des choses, contribue à améliorer la sécurité, l’approvisionnement et les commodités des habitants. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, le bon ordre de la ville repose sur une différenciation socio-ethnique qui se lit aussi bien dans les règlements urbains que dans la séparation de deux Républiques : celle des Espagnols et celle des Indiens. Plusieurs corps, dotés de privilèges et de leurs propres gardes, jouent également tous à des degrés divers un rôle dans la construction de la paix urbaine. A partir des années 1760, sous l’impulsion de la Couronne et de savoirs policiers venus d’Europe, de nouvelles conceptions de l’ordre se font jour, portées par le vice-roi, le corregidor et les magistrats de l’Audience royale qui cherchent à réformer l’ordre corporatif traditionnel. A ce titre, la réforme de 1782 qui divise Mexico en cuarteles et barrios fait écho à la réforme madrilène de 1768. Elle débouche sur la création de nouveaux auxiliaires de police, les alcaldes de barrio, figures de l’ordre qui s’imposent dans l’ensemble des grandes villes des Indes à la fin du XVIIIe siècle, et plus tard, sur la création de gardes nocturnes, les serenos. Le mandat du vice-roi Revillagigedo (1789-1794) constitue assurément une nouvelle étape dans ces transformations des conceptions et des pratiques de l’ordre. En s’appuyant sur la troupe, qui s’implante durablement dans la capitale à partir de 1765, et sur un personnel policier nouveau, Revillagigedo fait de l’espace urbain un banc d’essai pour mettre en pratique des mesures novatrices, à l’image du système de l’éclairage public. Au terme d’un siècle de mutations qui ne sont ni linéaires, ni univoques, le paysage de l’ordre n’est plus exactement le même qu’un siècle auparavant. Les distinctions socio-ethniques se sont progressivement effacées, la séparation entre les deux Républiques a été gommée par le nouveau quadrillage policier et de nouvelles forces de l’ordre ainsi que de nouveaux auxiliaires de police concourent à faire appliquer une règlementation urbaine alors florissante.

Haut de page

Notes de l’auteur

Thèse d’histoire moderne sous la direction de Brigitte Marin (Université d’Aix-Marseille) et en co-direction avec Annick Lempérière (Université Paris 1-Sorbonne). Soutenance le 19 octobre 2013 face à un jury composé de Thomas Calvo, Marcela Dávalos, Catherine Denys, Annick Lempérière et Brigitte Marin. Mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité. Cette thèse a été récompensée du prix de la thèse d’histoire urbaine décerné par la Société française d’histoire urbaine le 15 janvier 2015.

Texte intégral

1Introduction

  • 1 Hipólito Villarroel, Enfermedades políticas que padece la capital de esta Nueva España (1787), prés (...)

La préservation de la santé publique, la correction des mœurs et la commodité des habitants […] qui sont les véritables éléments d’une bonne police […] sont malheureusement inexistantes dans cette capitale1.
Hipólito Villarroel, Las Enfermedades políticas que padece la capital de esta Nueva España, 1788.

  • 2 Alejandro de Humboldt, Ensayo político sobre el Reino de la Nueva España (1803), México, Porrúa, 19 (...)

La ville de Mexico est remarquable pour sa bonne police urbaine. La plupart des rues ont des trottoirs très larges ; elles sont propres et très bien éclairées par des réverbères avec des mèches aplaties en forme de ruban. Ces bénéfices sont dus à l’activité du comte de Revillagigedo […]2.
Alexandre de Humboldt, Ensayo político sobre el reino de la Nueva España, 1803.

  • 3 Le concept de « modernité policière » a été analysé par Michel Foucault et plus récemment par Paolo (...)

2Ces témoignages de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle nous livrent deux visions pour le moins différentes de la police – synonyme de bon ordre urbain – à Mexico, capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne et cité peuplée de plus de 130 000 habitants. Pour Hipólito Villarroel, assesseur du tribunal criminel de la Acordada, la bonne police y est tout bonnement absente. Pour le baron de Humboldt, scientifique et géographe prussien qui séjourne dans cette capitale en 1803, Mexico brille par sa belle police, notamment grâce à l’action du vice-roi Revillagigedo (1789-1794). Comment peut-on interpréter ces perceptions antagoniques de l’ordre urbain ? Faut-il en déduire qu’en l’espace de quinze ans – laps de temps qui sépare ces deux témoignages – la police de Mexico a été bouleversée comme le suggère Humboldt ? Peut-on réellement croire Villarroel qui décrète que la police était inexistante dans une ville où la municipalité, fondée aux lendemains de la conquête, était investie de larges compétences administratives ? Par ailleurs, de quelle police ces auteurs parlent-ils ? La police comme idéal d’urbanité, la police municipale chargée de l’approvisionnement en grains et de la propreté ou la « police moderne » centrée sur la sûreté et dotée de forces répressives3 ? De toute évidence, Villarroel et Humboldt n’ont pas la même conception de la police : pour le premier, la police recouvre de vastes domaines : la santé, les mœurs et les commodités ; pour le second, la police est avant tout une question esthétique en rapport avec la propreté, la voirie, l’éclairage.

Problématique

  • 4 Nous ne traiterons pas en effet de toutes les formes du contrôle social (ecclésiastiques, familiale (...)
  • 5 Diccionario de Autoridades de la lengua española, Ed. Gredos, Madrid, 1976. Nous avons consulté les (...)
  • 6 Nueva Recopilación de las Leyes de Indias (1680), ley 19, libro 6, título 1.
  • 7 Regina Hernández Franyuti, « Historia y significados de la palabra policía en el quehacer político (...)

3L’objet de notre recherche est précisément de revenir sur ces deux appréciations de la gestion de la ville, en partie reprises par l’historiographie, en démontrant que la construction de l’ordre urbain a été une œuvre de longue haleine, qui n’est ni linéaire, ni définitive et qu’il convient d’étudier sur la longue durée, pour le moins dans une dimension séculaire. Par « ordre urbain », nous entendons aussi bien le cadre matériel de la cité, c’est-à-dire les composantes physiques d’une ville (rues, places, édifices, parcs, sol, pavés, etc.) que les formes de la régulation sociale relevant des institutions et de l’administration civiles4. Le bon ordre urbain est alors synonyme de « police » mais nous lui avons accordé la préférence – au moins dans l’intitulé de la thèse – car c’est le terme le plus utilisé dans les archives mexicaines. Comme en France, la « police » recouvre en effet une pluralité de sens. Le Diccionario de Autoridades, dictionnaire de l’Académie royale espagnole, le définit durant tout le XVIIIe siècle de la même manière5. Dans sa première acception, le vocable policía désigne le « bon ordre qui est observé dans les villes selon les lois établies pour leur meilleur gouvernement » ; une deuxième acception en fait un synonyme de courtoisie et d’urbanité et se rapporte aux bonnes manières ; enfin, de manière plus précise, policía renvoie au soin, à la propreté et à la netteté des choses et des hommes. Mais la notion espagnole de la « police » n’a pas exactement le même sens que la « police » dans la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Les lois des Indes (nouvellement compilées en 1680) qui régissent les territoires américains de la monarchie utilisent le vocable policía essentiellement dans un sens civilisationnel6. Policía est alors associé à cristiandad, ces deux termes devant s’appliquer en premier lieu aux populations indiennes qu’il s’agit d’évangéliser. En ce sens, la police est alors surtout l’œuvre des religieux. Or, à partir des années 1780, le vocable policía est de plus en plus associé au bon gouvernement (buen gobierno) et au bon ordre de la cité (buen orden de la ciudad). Regina Hernández Franyuti et Diego Pulido ont montré sur la longue durée comment la policía avait progressivement perdu sa densité sémantique, la dimension morale et civilisationnelle du terme s’effaçant au profit d’une dimension pratique de plus en plus affirmée7. A la fin du XVIIIe siècle, la police se mue en un outil rationnel pour administrer les hommes (tous sans distinction de races) et les espaces. A cette époque, la police se définit alors de moins en moins comme un idéal chrétien à atteindre que par son action quotidienne. La police est en somme ce qu’elle fait.

4Il convient donc de se saisir du mot policía dans sa dimension concrète et matérielle (visuelle, serait-on tenté de dire) pour mieux apprécier les mutations de l’ordre urbain dans une capitale impériale. Autrement dit, nous cherchons à savoir comment la police travaille l’ordre de la ville dans un sens pratique, gestionnaire et matériel. Comment la police s’exerce-t-elle concrètement au quotidien ? Qui sont les agents chargés de faire appliquer la règlementation urbaine ? Dans quelle mesure l’espace se présente-il comme un cadre idéal pour observer les mutations (s’il y en a) de l’ordre urbain ? Telles sont les premières interrogations qui nous ont poussé à entreprendre ce travail.

Les débats sur la modernité bourbonienne

  • 8 M. Foucault, Sécurité, territoire, population, op. cit.
  • 9 Thomas Calvo, L’Amérique ibérique de 1570 à 1910, Paris, Nathan Université, coll. Fac Histoire, 199 (...)
  • 10 David A. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico (1763-1810), México, Fondo de Cultu (...)
  • 11 Annick Lempérière, « La recepción negativa de una grande idea: el absolutismo en la Nueva España en (...)
  • 12 Beatriz Rojas (coord.), Cuerpo político y pluralidad de derechos. Los privilegios de las corporacio (...)

5Nous avons choisi de nous centrer sur le XVIIIe siècle : en premier lieu, en raison de la documentation disponible. Bien que celle-ci soit quasi absente avant la fin du XVIIe siècle suite à un incendie survenu en 1692 à Mexico, elle ne cesse de croître à mesure que le siècle avance ; ensuite, parce que c’est une période matrice, pour le moins en Europe, dans la gestion des espaces et des populations avec la mise en place d’outils rationnels (recensements, cartes, plans) qui permettent, entre autres, une amélioration des recettes fiscales8. Enfin, le XVIIIe siècle est habituellement présenté comme une période charnière dans les rapports entre la Couronne et les vice-royautés des Indes. Ces territoires sont administrés par des vice-rois, sortes d’alter ego du roi, des tribunaux supérieurs (les audiences), des hauts fonctionnaires du fisc royal mais également par une multitude de corps et de juridictions dotés de privilèges et de droits (fueros) qui sont censés compenser l’absence physique du souverain. L’État qui s’instaure définitivement dans les Indes à partir des années 1570 a en effet un statut particulier. Si l’administration des Indes est bien calquée sur le modèle castillan avec toute une machine juridico-administrative importée, ces territoires disposent néanmoins d’une certaine marge d’autonomie qui se manifeste par le respect des privilèges corporatifs et qui transparaît dans la titulature traditionnelle des Habsbourg, « roi des Espagnes et des Indes », ces deux domaines étant placés à égalité. Or, avec l’arrivée de la nouvelle dynastie des Bourbons au début du XVIIIe siècle, les monarques se font désormais appeler « rois d’Espagne et empereur des Indes », reflétant ainsi une volonté de centralisation, les Indes étant de plus en plus assimilées à des « colonies », même si ce dernier terme demanderait à être nuancé9. La Monarchie Catholique est en effet à cette époque à la recherche de subsides pour financer la guerre qu’elle livre à l’Angleterre dans les Caraïbes et pour restaurer sa grandeur impériale. L’administration mise en place par les Bourbons inaugurerait ainsi de nouvelles manières de gouverner caractérisées par la sujétion croissante des territoires américains à la Couronne et par une affirmation toujours plus marquée des droits régaliens, ce que l’on désigne sous l’expression des « réformes bourboniennes »10. La police urbaine fait partie intégrante de ces réformes : en 1782, la Real Ordenanza de la División de la Nobilísima Ciudad de México en cuarteles crée une nouvelle division administrative de la ville sur le même modèle que celle initiée en 1768 à Madrid ; en 1786, dans la Real ordenanza para el establecimiento e intrucción de intendentes en el Reino de la Nueva España, autre grande réforme importée d’Espagne et du royaume de France, la police est mentionnée comme un champ gouvernemental à part entière qui se doit d’être modernisé. L’histoire de l’ordre urbain à Mexico au XVIIIe siècle pourrait donc a priori s’écrire comme le récit de l’introduction d’une police royale moderne, c’est-à-dire gestionnaire, hiérarchisée autour d’une autorité unique et comptant sur des forces de l’ordre, dans une capitale impériale où les structures traditionnelles de pouvoir sont de plus en plus pensées comme obsolètes et inefficaces. Mais le triomphe d’une modernité bourbonienne ne peut simplement être pensé comme l’imposition de réformes et de dispositions pensées depuis Madrid et plaquées sur des territoires exogènes et lointains car les multiples gouvernements qui administrent la capitale de la Nouvelle-Espagne continuent d’y jouer un rôle essentiel. Annick Lempérière défend une thèse novatrice en affirmant que ce qu’elle appelle le « néo-absolutisme » dans les Indes ne s’est pas fait au détriment des corps de la vice-royauté comme on l’a souvent affirmé mais avec leur collaboration et leur consentement11. Les réformes bourboniennes auraient eu en fin de compte un impact limité sur l’organisation administrative de la Nouvelle-Espagne ce qui aurait permis aux corps non seulement de survivre à l’Indépendance mais de se renforcer. La nature du pouvoir colonial n’en est donc pas fondamentalement modifiée. Beatriz Rojas reprend cette idée en soulignant que la pluralité des droits formée par les multiples privilèges accordés par le roi aux vassaux de la vice-royauté est loin d’être une anomalie qui ferait obstacle au bon fonctionnement de l’administration des territoires12. Bien au contraire, le respect des privilèges de la municipalité, des corporations de métiers, du Consulat des marchands, de l’université ou encore des confréries et l’extension de ces droits à de nouveaux corps (l’armée ou les entrepreneurs des mines d’argent) témoignent de la vivacité d’une « société autogouvernée ». Si notre travail s’inscrit dans ces débats sur les répercussions des nouvelles politiques impériales sur l’administration des vice-royautés américaines, nous entendons changer d’optique car notre sujet ne porte pas sur la nature de l’État dans les Indes mais sur les mutations de l’ordre urbain à une échelle locale : la ville de Mexico.

La ville de Mexico

  • 13 Voir Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996.
  • 14 Les troupes de Cortés sont composées de soldats espagnols mais surtout d’Indiens ralliés, à l’image (...)
  • 15 Sonia Lombardo de Ruiz, Desarrollo urbano de México-Tenochtitlan según las fuentes históricas, Méxi (...)
  • 16 Un tianguis, mot d’origine nahuatl, est un marché de plein air.
  • 17 Edmundo O’Gorman, « Reflexiones sobre la distribución urbana colonial de la ciudad de México » in B (...)
  • 18 Andrés Lira et Luis Muro, « El siglo de la intégración », in Daniel Cosio Villegas (coord.), Histor (...)

6La ville de Mexico présente des spécificités environnementales, historiques, morphologiques et administratives qu’il convient de rappeler, même si l’histoire de cette ville est bien connue y compris d’un large public13. Située sur un plateau à plus de 2 200 mètres d’altitude, au milieu d’un lac en partie asséché et entouré de volcans en activité, elle est soumise à un environnement particulièrement contraignant : les inondations, les séismes et les particularités physiques de son sol – meuble et gorgé d’eau – ont en grande partie guidé son urbanisation. Mexico est une ville parcourue de canaux, basse et étalée, autant de caractéristiques encore visibles de nos jours. Sa morphologie est également dictée par son histoire tourmentée. Mexico est en effet l’une des rares cités du Nouveau Monde (avec Cuzco), d’origine préhispanique. Elle a été tracée dans les années 1520-1540 sur les décombres de l’ancienne capitale mexica, Tenochtitlán, créée au début du XIVe siècle, et conquise par Hernán Cortés et ses troupes le 13 août 152114. Bien qu’elle fût édifiée selon des normes urbanistiques européennes, certains éléments de la ville préhispanique n’ont pu être effacés15. La cathédrale et le palais de l’archevêque ont été érigés sur l’enceinte cérémonielle mexica avec les pierres du Templo Mayor démantelé ; le palais de Cortés, qui devient à partir de 1535 le palais du vice-roi, s’est surimposé au palais de l’empereur Moctezuma et la Plaza Mayor, la place d’armes, a remplacé le grand marché (tianguis) de Tenochtitlán16. Au milieu du XVIe siècle, Mexico devient la capitale de la Nouvelle-Espagne, le siège de la vice-royauté, de la Cour et de l’archevêché ; elle est en quelque sorte la vitrine de l’Espagne en Amérique. Mais cette capitale n’associe pas dans le même espace, et sous les mêmes juridictions, populations espagnoles et populations indiennes : aux vainqueurs et à leurs descendants, la partie centrale avec des édifices en pierre, des rues larges tracées en damier (la traza) et convergeant vers la Plaza Mayor ; aux vaincus et à leurs enfants, les faubourgs lacustres et insalubres aux rues irrégulières, aux chaumières en pisé où les Indiens ont l’obligation de résider pour des raisons fiscales, religieuses et de sûreté17. En effet, dans les années 1530-1540, l’idée développée par les religieux, puis reprise par la Couronne, de séparer les Indiens pour mieux les protéger et mieux les évangéliser voit le jour par la création de deux Républiques : la « République des Espagnols » correspond à la paroisse de la cathédrale et est administrée par le vice-roi, l’archevêque, le corps municipal (cabildo) et plusieurs tribunaux dont l’Audience royale et un grand nombre de corporations de métiers et de confréries espagnoles. La « République des Indiens », organisée en deux entités, les parcialidades de San Juan Tenochtitlán et de San José Tlatelolco, dispose de sa propre organisation urbaine avec ses conseils municipaux dirigés par la noblesse indigène et ses religieux qui assurent l’encadrement doctrinal des Indiens au sein des barrios, quartiers réservés aux naturels18. La séparation des deux Républiques n’entraîne pas pour autant de ségrégation « spatio-raciale » effective ; les uns et les autres cohabitent en effet au quotidien au sein des mêmes espaces mais les Indiens ont l’obligation de résider dans leurs barrios. L’ordre urbain est donc fondé sur cette fiction juridique au moins jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Comment les polices urbaines gèrent-elles cette dichotomie au cours du XVIIIe siècle ? Une de nos hypothèses est que les deux Républiques se fondent progressivement l’une dans l’autre au sein d’une seule ville soumise aux mêmes règles de fonctionnement.

Les archives

  • 19 Les informations qui suivent sont tirées des descriptifs du site internet des Archives Générales de (...)
  • 20 Certains documents, à l’image des registres des décisions municipales (Actas de cabildo), ont toute (...)

7La bonne police des villes recouvrant de vastes champs administratifs, nous n’avons fixé aucune limite de recherche dans les archives – pour le moins au début de notre investigation – si ce n’est temporelle (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle). Les bornes chronologiques du sujet épousent en effet l’histoire même des fonds d’archives mexicains19. En 1692, des milliers d’émeutiers réunis sur la Plaza Mayor mettent le feu au palais et à l’hôtel de ville, détruisant ainsi la majeure partie des archives de la vice-royauté et de la municipalité. Le caractère extrêmement lacunaire de la documentation antérieure à 1692 nous empêche ainsi d’étudier les multiples aspects du bon gouvernement urbain avant la fin du XVIIe siècle20. Sous le mandat du vice-roi marquis de Casafuerte (1722-1734), un nouveau fonds d’archives est créé pour rassembler la documentation produite par les tribunaux et les administrations royales. C’est sur cette base que le premier comte de Revillagigedo (1746-1755), puis le marquis de las Amarillas (1755-1760), ont pu réorganiser les archives du secrétariat de la vice-royauté. L’impulsion décisive vient néanmoins du second comte de Revillagigedo (1789-1794) qui, poussé par le roi en vue d’organiser les archives des Indes, exige un classement systématique des documents produits. Grâce au concours de deux franciscains, Francisco García Figueroa et Manuel de la Vega, 32 volumes, intitulés Colección de Memorias de la Nueva España, sont compilés, envoyés en Espagne et recopiés sur place où ils forment la section « Historia », première base des Archives Générales de la Nation du Mexique fondées après l’Indépendance par le ministre et historien Lucas Alamán en 1823. L’histoire des archives de l’époque coloniale, brûlées par les foules en colère en 1692, puis patiemment réorganisées, classées puis compilées à la fin du XVIIIe siècle, reflète-t-elle l’évolution de l’ordre urbain de Mexico au siècle des Lumières ? Malmenés, souillés et détruits par la plèbe, les espaces publics, à l’image des archives, deviendraient par la suite l’objet d’une lente et stricte réorganisation ; c’est une de nos hypothèses.

  • 21 Les instructions que les vice-rois ont laissées à leurs successeurs ont été publiées par Ernesto de (...)

8Pendant plus de six ans, de 2005 à 2011, nous avons assidûment fréquenté les archives mexicaines. Les Archives Générales de la Nation sont situées dans l’ancienne prison de Lecumberri (1900-1976), un établissement pénitentiaire gigantesque, inspiré du Panopticon de Bentham, érigé à la fin du XIXe siècle. Les liasses de la période coloniale sont entreposées dans les cellules et les chercheurs travaillent dans les travées, reconverties en salles de consultation. Il n’y a pas de fonds d’archives spécifiquement policières, aussi toute section était-elle susceptible d’abriter des informations d’importance pour notre sujet, ce qui a grandement compliqué nos recherches. La section Ayuntamiento (Municipalité) conserve de nombreux dossiers sur les chemins et les chaussées, les marchés, les travaux publics ou encore les ordres et les instructions donnés aux alcaldes de barrio. La section Gobierno Virreinal (Gouvernement vice-royal) abrite des centaines d’imprimés qui forment les écrits normatifs de la police : règlements urbains, ordonnances, cédules et ordres royaux ; elle contient également toute la correspondance et les instructions des vice-rois, les recensements de population ou encore des informations relatives aux épidémies21. Mais la section qui a le plus absorbé nos recherches est sans conteste celle intitulée Indiferente Virreinal, une sorte de vaste fourre-tout, issu des archives du secrétariat de la vice-royauté, et composé de 6 743 caisses sur 19 mètres de linéaires. Les papiers qui y sont consignés n’ont pas été remaniés depuis la fin de l’époque coloniale pour être cousus dans des liasses. Nous y avons puisé l’essentiel des archives de la pratique, notamment les rapports de police rédigés par les responsables des différents corps des polices urbaines. Ces rapports sont, bien entendu, à utiliser avec prudence car celui qui écrit cherche toujours à justifier son action ou au contraire à ne rien déclarer ; ainsi en est-il de l’expression « no hay novedad ». Que signifie cette formule lapidaire ? Qu’il ne s’est effectivement rien passé de nouveau pendant les rondes ou que ce qui s’est réellement passé n’est pas retranscrit pour des rasions qui demeurent inconnues ? Il convient donc de croiser ces rapports avec d’autres sources comme celles tirées des archives judiciaires (section Audiencia/fonds Criminal) car certains dossiers impliquent les hommes chargés de faire respecter la loi dans la capitale.

  • 22 Un catalogue de ce fonds a été réalisé par le directeur de l’AHDF en 2000, ce qui dénote un intérêt (...)

9Les Archives Historiques du District Fédéral sont les archives municipales de Mexico. Elles sont situées dans un magnifique édifice colonial du Centre Historique et plus exactement dans le Palais des comtes de Heras Soto. L’édifice, joyau de l’architecture churrigueresque, est situé au carrefour de deux des plus anciennes rues de Mexico. Contrairement à l’AGN, les archives municipales contiennent un fonds dénommé Policía dont les liasses ont été formées dans les années 1920 à l’initiative de Francisco Gamoneda22. La documentation disponible est moins dense et moins volumineuse qu’aux Archives Nationales mais elle est plus précise et surtout moins étudiée. Nous avons abondamment exploité dans ce fonds les liasses Baños y Lavaderos, Celadores, Incendios, Acordada, Matanza de Perros pour finalement décider de ne sélectionner que les dossiers tirés de ces deux dernières liasses, submergé par le trop plein d’informations. Nous avons également puisé dans les liasses intitulées Policía en General qui contiennent les décisions de la commission de police municipale et de nombreux rapports de police ainsi que dans celles de Rastros y Mercados pour ce qui concerne les marchés ou encore celle intitulées Pulquerías relatives aux tavernes à pulque.

Cartes et iconographie

  • 23 Sonia Lombardo de Ruíz (coord.), Atlas histórico de la ciudad de México, México, Consejo Nacional p (...)

10Notre étude fait la part belle à la documentation iconographique, trop souvent délaissée par l’histoire urbaine ou alors utilisée principalement à des fins illustratives. Nous avons considéré pour notre part que les vues de places, les portraits ou encore les plans urbains sont des documents aussi importants que les sources manuscrites ; aussi avons-nous choisi de ne pas les mettre à part, dans un traditionnel second volume d’annexes, mais de les intégrer au texte en les commentant de la même manière que l’on analyserait un dossier textuel. D’autant que le Mexique colonial, au moins pour le XVIIIe siècle, dispose de magnifiques collections. Celles-ci ont été consultées dans les musées, dans des centres de recherche, chez des collectionneurs privés, dans des ouvrages d’art colonial ou encore dans le splendide Atlas histórico de la Ciudad de México en deux volumes compilés par Sonia Lombardo de Ruiz23.

11Si les cartes servent à faire la guerre, les plans participent pleinement à la bonne administration des villes. Ce sont à la fois des supports pour des projets d’amélioration policière et des instruments de gouvernement (images 1 et 2). Dessinés à différentes échelles (ville, centre, quartiers, édifices, rue, coin de rue), ils nous ont servi à localiser les édifices, les fossés et les canaux, les limites fiscales, paroissiales ou administratives, mais aussi à comprendre les visions que les autorités se font de l’espace urbain et de son organisation. La nomenclature, les figurés ou les couleurs utilisés relèvent en effet d’un langage cartographique qui distille des représentations de la ville qu’il convient de prendre en compte. Ces documents sont également précieux pour approcher au plus près la matérialité du bâti, la forme et les dimensions des édifices grâce à des mesures de plus en plus précises.

  • 24 María Concepción García Sáiz, Las castas mexicanas, México, Olivetti, 1989 et Ilona Katzew, La pint (...)

12Les vues de places ou de promenades, que l’on retrouve mutatis mutandis dans l’iconographie européenne, nous permettent d’animer les lieux, d’habiller les hommes – même s’ils sont nus – et de rendre plus palpable la vie grouillante de la rue. Il est évident que ce qui est peint ou dessiné n’est pas un instantané du quotidien des habitants de Mexico. Les tableaux correspondent la plupart du temps à des commandes et ils reflètent aussi bien les désirs du commanditaire que l’interprétation de leur auteur. Ces peintures n’ont donc pas de vocation réaliste, mais elles livrent des représentations sur ce que doit être le bon ordre de la ville. Nous nous sommes également appuyés sur des portraits, non sur les portraits d’apparat des vice-rois, mais sur les portraits de famille du petit peuple de la capitale, une spécificité iconographique du Mexique colonial. Les peintures de castes sont en effet un genre typiquement novo-hispanique dont on ne rencontre pas d’équivalent ailleurs dans les Indes. Grâce aux travaux de María Concepción García Sáiz et d’Ilona Katzew, nous avons eu accès à près de trois cents peintures de castes24. Ces tableaux fonctionnent par série de quinze ou seize toiles qui déclinent les formes prises par le métissage dans la capitale. Chaque toile se compose généralement de trois personnages : le père, la mère et leur enfant dans un décor urbain, en général la ville de Mexico. L’organisation de chaque série est invariablement la même : on commence avec une mère ou un père espagnol uni avec un conjoint d’une caste inférieure et ainsi de suite. Ces peintures livrent une vision idéalisée et rationnelle des combinaisons possibles du métissage mais elles donnent aussi à voir des éléments de la vie matérielle (vêtements, mobilier, décoration intérieure et outils de travail) et permettent de pénétrer la société de la Nouvelle-Espagne et les formes d’organisation qui la régissent.

Image 1 & 2 – Projet de réforme du marché du Baratillo de la Plaza Mayor de Mexico (1760)

Image 1 & 2 – Projet de réforme du marché du Baratillo de la Plaza Mayor de Mexico (1760)

Source : Anonyme, Planta y demostración de cómo estava la Plaza Mayor (en haut) et Planta de la forma y modo en la que Francisco Cagigal de la Vega resolvio para su arreglo (en bas) ; Plans en couleur avec échelle et orientation, dessins à l’encre et à l’aquarelle, 50 x 74 cm. Collection Lenin Molina (México, D. F.)

13Enfin, grâce au concours d’une cartographe professionnelle (Virginie Brun), nous nous sommes efforcés de construire des cartes thématiques, en couleurs et à plusieurs échelles de la ville de Mexico ; d’abord dans un souci pédagogique afin de localiser les objets mentionnés dans le texte et permettre au lecteur français non spécialiste de se situer ; ensuite dans un souci démonstratif, dans le but de visualiser les mutations à l’œuvre dans l’espace urbain sur plusieurs décennies ; enfin, la cartographie des démarcations et des limites des différentes juridictions nous a permis d’observer le caractère novateur des nouveaux découpages administratifs.

Méthodologie

  • 25 Voir le numéro spécial consacré aux « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles » de la Revue d’Histoire (...)

14Plutôt que d’aborder par le « haut », dans une approche juridique ou culturelle, les transformations éventuelles de l’État dans les Indes au XVIIIe siècle, nous nous sommes plutôt concentrés sur l’échelle locale, voire micro-locale, afin d’analyser par le « bas », c’est-à-dire du point de vue des pratiques quotidiennes et des petits acteurs de la police, l’évolution de l’ordre urbain à Mexico. Ce faisant, nous nous plaçons dans le prolongement des derniers travaux sur les polices d’Ancien Régime en Europe car leurs angles d’analyse nous semblent les plus adaptés pour observer de près et pour mesurer au mieux les transformations à l’œuvre sur le terrain. L’approche adoptée est donc matérielle et spatiale. Matérielle car la police s’intéresse à tous les objets, y compris aux choses banales du quotidien a priori anecdotiques : chiens en laisse, ciseaux des couturiers, balcons et auvents, cerfs-volants, carcans, etc. Il ne s’agit pas pour autant d’examiner les mutations de la police par le petit bout de la lorgnette ; ces objets font intégralement partie de ses champs d’intervention et leur traitement nous donne accès aux pratiques de l’ordre. Spatiale, car les multiples organisations participant à la construction de l’ordre urbain font de l’espace délimité (circonscriptions, ressorts, quartiers) le cadre de leurs actions. La « territorialisation policière » nous est en effet apparu comme une piste féconde pour comprendre dans le détail comment un règlement parvient à s’implanter durablement (ou pas) dans un espace donné25.

  • 26 Sur les apports du changement d’échelles en histoire et en anthropologie, voir Jacques Revel, Jeux (...)

15Ce faisant, il convient de jouer sur les échelles parce que les mutations de l’ordre urbain se lisent à différents échelons et selon des territoires emboîtés et parce que les observations d’une réalité sociale ne sont pas les mêmes selon le niveau d’analyse26. La ville de Mexico est, bien entendu, notre terrain privilégié mais elle est vaste aussi convient-il dans ce cadre de « zoomer » non seulement à l’échelle du quartier – dans le centre comme dans les barrios périphériques – mais aussi à l’échelle des places, des rues et des coins de rue (esquinas). Le cadre régional, la vallée de Mexico, doit également être pris en compte car Mexico n’est pas déconnectée de ses campagnes nourricières, terres à grains et terres maraîchères, et elle reste tributaire de son environnement lacustre. Les transformations des paysages ruraux, marqués par des calamités (sécheresses, épidémies, famines), affectent immanquablement l’équilibre écologique de la capitale et déterminent les flux migratoires. Enfin, nous avons tâché d’intégrer autant qu’il fut possible les échelles impériales : celle de la vice-royauté du Mexique qui s’étend à l’Est jusqu’aux grandes Antilles, au Sud jusqu’aux confins de l’isthme centraméricain et à l’Ouest jusqu’en Asie, à Manille ; et celle des Indes, correspondant à l’ensemble du continent américain, (possessions portugaises exclues), car ce qui se passe à Mexico, se vérifie, peu ou prou, et selon des temporalités diverses, également à Lima, à Santa Fe de Bogota ou à Buenos Aires, les villes des Indes constituant un vaste laboratoire d’innovations policières pour la Couronne.

  • 27 Voir par exemple les thèses, au demeurant excellentes, de Nicolas Vidoni sur la Lieutenance général (...)

16Enfin, nous avons opté pour un plan chronologique alors que généralement les dernières études sur les polices d’Ancien Régime préfèrent adopter des plans thématiques (les institutions, les savoirs, les pratiques et les techniques policières) sans doute plus à même de dégager de nouvelles problématiques27. Il ne s’agit ni de faire de l’histoire positiviste, ni de se livrer à une histoire événementielle de la police mais de s’interroger sur le poids de certains événements dans les transformations policières. Car le bon gouvernement des villes est aussi l’art de gérer l’événement. Certains épisodes comme les guerres et certaines crises comme les émeutes ou les épidémies ont en effet cristallisé les interrogations et les débats sur la police et ses pratiques, débouchant ou non sur des transformations de l’ordre dont il conviendra d’apprécier l’ampleur.

Le plan

17L’histoire de la police de Mexico se déroule en deux temps séparés par la Visite générale de José de Gálvez (1765-1771) qui marque selon nous une rupture dans l’administration de Mexico. La première partie de ce travail est consacrée aux ressorts de l’ordre urbain au temps de la « ville baroque » du premier XVIIIe siècle. C’est alors l’âge d’or de la société corporative, des gouvernements et des juridictions multiples, des couvents et des églises. Le point de départ est la grande émeute du 8 juin 1692 qui met à nu les défaillances d’une ville ouverte dépourvue de forces répressives (Chapitre 1). Ce traumatisme débouche sur plusieurs décennies de tentatives pour améliorer l’ordre urbain de la capitale, tentatives que nous aborderons sous deux angles : d’abord sous l’angle de la sûreté, à travers les réformes des tribunaux de justice, la création de nouvelles instances répressives ou encore la lutte contre les armes courtes (Chapitre 2) ; ensuite sous l’angle de la netteté urbaine, domaine privilégié de la municipalité (Chapitre 3).

18La seconde partie (1765-1789) s’intéresse aux mutations de l’ordre urbain au temps des grandes réformes fiscales et administratives : centralisme et régalisme de la Couronne espagnole travaillent l’organisation administrative de la ville. Les pouvoirs du vice-roi et du corregidor se renforcent au détriment de la municipalité et l’ingérence de l’État vient bousculer la vie quotidienne des multiples corps qui participent à la régulation de la société urbaine. Les religieux sont dépossédés de l’administration des paroisses indigènes et les Jésuites sont expulsés de la Nouvelle-Espagne (1767). C’est une époque féconde en réflexions, en projets et en propositions de toutes sortes pour améliorer les commodités urbaines, le lustre et la sécurité des habitants de la capitale. Plus qu’un idéal d’urbanité à atteindre, la police devient progressivement une science pratique de gouvernement comme en témoignent deux mémoires policiers rédigés dans les années 1780 et auxquels nous avons consacré un chapitre (Chapitre 4). Si ces mémoires se placent sous l’influence de leurs homologues européens, ils s’inscrivent toutefois dans un contexte local en crise qu’il a fallu présenter (Chapitre 5). Mais la grande nouveauté de cette période est la nouvelle division administrative de la ville, sur le modèle madrilène, en cuarteles et barrios, à laquelle deux chapitres sont consacrés : le premier s’intéresse à la division matérielle de la ville, ses antécédents et ses conséquences sur la fabrique de l’ordre, car l’arrivée de la troupe dans la capitale se fond dans ce quadrillage et donne ainsi naissance à de nouvelles territorialisations, policières et militaires, qui tournent le dos à la vieille division en deux républiques (Chapitre 6) ; le second cherche à mieux identifier le profil, le fonctionnement et les pratiques des alcaldes de barrio, nouveaux auxiliaires de police (Chapitre 7).

  • 28 Cette expression est de Manuel Payno, El virrey Revillagigedo (1844), México, Ed. Vargas Rea, 1948, (...)

19La troisième et dernière partie, intitulée « la police du vice-roi Revillagigedo », se situe dans la continuité de la précédente mais s’en distingue néanmoins par une accélération des efforts pour transformer la police. Elle se focalise sur l’administration urbaine d’un des vice-rois les plus actifs de l’époque coloniale : le second comte de Revillagigedo (1789-1794) est présenté par l’historiographie du XIXe siècle comme le « meilleur alcalde de Mexico »28. Il faut donc comprendre pourquoi ce personnage est devenu aussi populaire : a-t-il vraiment fondé la « police moderne » à Mexico comme le suggère le baron de Humboldt ? Comment a-t-il gouverné face aux corporations ? Nous répondrons à ces questions dans le chapitre 8 avant d’étudier deux domaines où il a excellé, l’urbanisme (Chapitre 9) et l’éclairage des rues (Chapitre 10).

20L’étude que nous proposons ici au lecteur n’est évidemment ni achevée, ni exhaustive. Comment en effet vouloir prétendre couvrir l’ensemble des domaines de l’administration urbaine et suivre leurs évolutions sur plus d’un siècle ? Nous avons voulu ouvrir au maximum de nouvelles perspectives de recherche en histoire urbaine à partir d’un matériel peu exploité et parfois inédit, et de participer au décloisonnement géographique d’une histoire sociale des polices européennes d’Ancien Régime ; c’est ce qui explique le caractère foisonnant du texte qui suit. L’objectif initial était bien de tisser de nouveaux fils de part et d’autre de l’Atlantique entre des histoires urbaines mal connectées.

Conclusion

21Au terme de cette étude sur la construction de l’ordre urbain à Mexico au XVIIIe siècle, il est temps de revenir avec plus de recul sur les observations faites en exergue de l’introduction par Hipolito Villarroel et Alexandre de Humboldt. Villarroel concluait en 1788 à une absence de police dans la capitale de la Nouvelle-Espagne alors que Humboldt vantait au début du XIXe siècle sa belle police grâce à l’action décisive d’un vice-roi, le second comte de Revillagigedo (1789-1794). Leurs propos ne peuvent à l’évidence être retenus comme des témoignages objectifs du paysage de l’ordre à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles. Villarroel ment par omission et sous-estime les multiples efforts mis en œuvre par les autorités depuis des décennies pour améliorer l’ordre urbain. Il exagère les défauts de police et noircit le trait à l’extrême. Il décrit une ville malade de ses désordres et des excès de la plèbe faute d’un diagnostic précis et d’un bon médecin qu’il se verrait bien incarner, pour le bien public mais aussi pour servir ses intérêts personnels et obtenir une promotion tant espérée. Son constat s’inscrit dans une longue tradition critique sur la gestion des territoires des Indes et dans la vogue nouvelle des pathologies urbaines développées par les auteurs des mémoires policiers espagnols et européens à la même époque.

22Humboldt, quant à lui, embellit l’ordre de la capitale par admiration – plus que par flagornerie – pour un vice-roi qu’il considère comme le premier gouvernant statisticien de la Nouvelle-Espagne. Ce faisant, il est complice malgré lui de la publicité orchestrée par Revillagigedo et par son entourage (l’architecte Castera et le corregidor Bonavia) en vue de promouvoir sa politique édilitaire. Il est vrai que l’administration de ce vice-roi constitue assurément une nouvelle étape dans l’élaboration des dispositifs policiers mais Humboldt ne prend en compte que la police de la propreté et des commodités, c’est-à-dire la partie la plus visible de l’ordre urbain – le pavé, les trottoirs et l’éclairage –, et de fait, la plus aisée à transformer. Mais il ne dit mot de la sécurité, de la santé ou des mœurs.

Les transformations de l’ordre urbain

23Les transformations de l’ordre urbain relèvent d’un processus complexe que nous nous sommes efforcés de travailler sur la longue durée – avant la période des grandes réformes policières de la deuxième moitié du XVIIIe siècle –, à partir de sources peu exploitées et dans ses multiples dimensions : sociales, matérielles, territoriales, paysagères ou anthropologiques. Comment ces mutations se manifestent-elles donc au cours du XVIIIe siècle ?

  • 29 Xavier Huetz de Lemps, « Nommer la ville : les usages et les enjeux du toponyme ‘Manila’ au XIXe si (...)

24Sur le plan institutionnel, elles se traduisent par des réformes administratives impulsées depuis Madrid par la Couronne et localement par les hauts fonctionnaires royaux (vice-roi, corregidor, magistrats). Les tribunaux de la justice royale sont remaniés : le travail des juges de la Chambre criminelle de l’Audience est territorialisé grâce à de nouvelles divisions administratives en quartiers (1694, 1713, 1720, 1750) qui ont pour objectif de mieux répartir les faibles effectifs des alguazils des tribunaux et améliorer l’efficacité des rondes. A l’initiative des vice-rois, notamment du duc de Linares (1711-1716) et du marquis de Casafuerte (1722-1734) de nouveaux tribunaux aux compétences élargies sont également créés comme la Acordada (1719), tribunal originellement destiné à veiller à la sécurité des chemins de la vice-royauté, dont la juridiction s’étend à la ville de Mexico à partir de 1737. La Junta de Policía, commission municipale en place au moins depuis le début du XVIIe siècle, devient quant à elle, sous l’effet de la réforme de 1782, une institution « mixte », c’est-à-dire à la fois composée de magistrats royaux et d’échevins désignés par le corps municipal (alcaldes ordinarios). Ils forment avec le corregidor les jueces de los cuarteles mayores (ou alcaldes mayores) qui sont placés sous l’autorité du vice-roi. Or, grâce à un travail de cartographie systématique des démarcations territoriales existantes, nous avons vu que le quadrillage de la ville en huit cuarteles et 32 barrios ne reprenait aucune des limites anciennement établies. La traza originelle qui séparait les « deux Républiques » est ignorée par ces nouvelles divisions administratives ; la ville se présente désormais comme un tout et chaque cuartel et chaque barrio sont soumis aux mêmes règles de fonctionnement. La séparation entre une « République des Espagnols » et une « République des Indiens » au fondement – pour le moins dans les textes – de l’ordre urbain dans la capitale de la Nouvelle-Espagne jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, n’est plus mentionnée dans l’ordonnance de 1782. Cela dénote une prise en compte par les autorités des transformations à l’œuvre dans l’occupation sociale de l’espace. L’effacement dans les textes de l’exigence d’une ségrégation socio-ethnique n’est par ailleurs pas propre à Mexico ; elle se vérifie également dans d’autres villes de l’empire espagnol comme à Manille où la séparation entre la cité des Espagnols (intramuros) qui forme l’entité politique des vecinos et les faubourgs des Asiatiques n’a plus cours au début du XIXe siècle, ces deux parties étant réunies au sein d’une même entité juridique et territoriale29.

25Sur le plan du personnel chargé de faire appliquer la règlementation urbaine ou de participer à des opérations de maintien de l’ordre, les transformations se manifestent par la création de nouveaux corps qui sont la grande nouveauté du XVIIIe siècle. L’examen des archives de la pratique et en particulier des rapports de police (partes de policía) nous a permis d’éclairer sous un jour nouveau les rôles préventif et répressif de ces « forces de l’ordre » jusqu’alors sous-estimées par l’historiographie urbaine de Mexico. A la fin du siècle, plusieurs centaines de recrues, sous l’autorité du Sargento Mayor de la Plaza et du vice-roi, sont en effet chargées de patrouiller dans les rues et de faire respecter la règlementation urbaine. Inexistants dans la capitale avant 1765, les militaires sont progressivement encasernés et ventilés dans des corps de garde, un par cuartel, ou affectés à la surveillance des édifices. Les miliciens des corporations de métiers, lorsqu’ils ne sont pas supprimés, sont encadrés par des soldats professionnels, mis au pas et soumis à des nouvelles instructions et à des entraînements réguliers.

26De nouveaux auxiliaires de police sont créés à la fin du XVIIIe siècle ; ils sont dotés de pouvoirs de police active renforcés et sont soumis à des dispositifs centralisés. Mais la question de leur « professionnalisation », relevée par ailleurs dans les capitales européennes, pose ici problème. La création des alcaldes de barrio en 1782 marque en effet les prémices d’une séparation entre les domaines de la police et de la justice : l’instruction des dossiers dépend désormais uniquement des alcaldes mayores alors que les rondes et l’appréhension des délinquants relèvent essentiellement des alcaldes de barrio. Ces juges de paix désignés parmi le voisinage disposent d’un règlement qui précise leurs attributions et délimite avec précision les contours de leur juridiction ; ils disposent du privilège de porter l’uniforme et le bâton de justice à pommeau d’ivoire mais leur charge reste honorifique et ne donne lieu à aucune rétribution. Ils sont considérés comme les « pères » du quartier, terme mentionné dans leurs instructions, mais en aucun cas comme des fonctionnaires de police ou des « agents de la force publique » au sens moderne du terme. En revanche, ils prennent en charge des tâches également dévolues aux curés de paroisse (comme les dénombrements de population), diffusent les règlements auprès du voisinage à la place des crieurs publics, initient de nouvelles pratiques bureaucratiques (rédaction de rapports, relévés des registres des aubergistes, recensement des voitures, etc) et patrouillent en permanence dans leur secteur.

27Le cas des gardes de l’éclairage est un peu différent. Les serenos, les gardes subalternes de l’éclairage créés en 1790, sont soumis à une stricte hiérarchie inspirée du modèle militaire (corregidor, capitaine, lieutenant) ; leurs obligations sont également inscrites dans des instructions rédigées en bonne et due forme, ils disposent d’un salaire et sont matriculés (image 3). Les meilleurs d’entre eux ont même la possibilité d’être promus brigadiers, avec des avantages (le sabre, un salaire plus élevé) mais ils ne disposent pas encore d’un uniforme et leur salaire reste dérisoire, proche de celui d’un péon, ce qui dénote un désintérêt, voire un dédain des autorités pour leurs conditions de travail. Ils apparaissent ainsi davantage comme des « domestiques » de l’ordre urbain – c’est-à-dire comme des hommes à tout faire – que comme de véritables représentants de la force publique. Il n’en demeure pas moins que la création de ces auxiliaires de police a eu des répercussions sur le paysage de l’ordre et le quotidien des habitants. La thèse d’une régulation de l’ordre urbain qui serait uniquement assurée à Mexico par les alguazils des tribunaux, les religieux et les curés, les maîtres des corporations de métier ou encore grâce aux micro-contrôles du voisinage doit donc être fortement nuancée, au moins pour le dernier tiers du XVIIIe siècle.

28S’il convient de ne pas idéaliser leur rôle, les alcaldes de barrio et les serenos deviennent à l’échelle du quartier des recours pour les habitants en cas de désordres (incendies, cambriolage, vols, disputes), des intermédiaires entre le voisinage et les magistrats et surtout pour les autorités de précieux relais pour diffuser et faire appliquer la règlementation urbaine. Ils patrouillent dans leur secteur, arrêtent délinquants, vagabonds et ivrognes, ils relèvent les défauts de police et enregistrent les plaintes et les demandes des habitants. Avec le temps, ils se sont insérés dans les multiples relations de voisinage et collaborent entre eux mais aussi avec les curés de paroisses, les médecins, les gardes de la douane ou les soldats des corps de garde.

Image 3 – Portrait du sereno dans une aquarelle de Claudio Linati (1828)

Image 3 – Portrait du sereno dans une aquarelle de Claudio Linati (1828)

Source: Claudio Linati, « Le garde nocturne », Trajes civiles, militares y religiosos de México (1828), México, Editorial Porrúa, 1979.

  • 30 Andrés Lira, Comunidades indígenas frente a la ciudad de México. Tenochtitlán y Tlatelolco, sus pue (...)

29Enfin, les mutations de l’ordre se lisent clairement dans le paysage de la ville. L’étude critique des plans urbains et des vues de place croisée avec des dossiers tirés des sections Obras Públicas et Policía y Empedrados des archives nationales illustre ces transformations spatiales. L’évolution de l’espace le plus central et le plus symbolique de la ville, la Plaza Mayor, est à ce titre pleinement instructive. A la fin du XVIIe siècle, les édifices publics, brûlés par les émeutiers de 1692, sont encore en ruines et les baratilleros, chassés un temps, sont revenus. La place grouille de vendeurs et de clients, d’étals, d’auvents et d’animaux en liberté. Elle est administrée par une multitude de juridictions et d’organisations : municipalité, archevêché, Consulat des marchands, confrérie du Santo Ecce Homo, associations informelles du Baratillo. Un siècle plus tard, les transformations sont radicales. Le Baratillo a été éradiqué et relocalisé dans des marchés aux places numérotées ; la Plaza Mayor a été repavée, le gibet et la fontaine centrale supprimés, le cimetière a disparu et le canal a été recouvert ; au début du XIXe siècle, une statue équestre en bronze de Charles IV trône sur une esplanade propre et lisse dédiée aux exercices de la troupe. Si cette métamorphose se concrétise sous l’administration de Revillagigedo, elle n’est pas le fruit du génie politique d’un seul vice-roi comme l’ont laissé croire les historiens du XIXe siècle. Elle est le résultat d’un siècle de tentatives, d’expériences et de tâtonnements de la part de gouvernants soucieux de redonner à la Couronne l’espace qu’elle méritait. Deux phases précèdent le grand ordonnancement de Revillagigedo. La construction du Parián (1695-1705), marché couvert destiné à l’approvisionnement en produits européens et asiatiques, vise dans un premier temps à spécialiser et à sécuriser le commerce. Dans un second temps, au début des années 1760, les tentatives de réagencement du Baratillo de façon à former des allées rectilignes comme l’interdiction nocturne des regrattières ou encore le parcage des animaux (porcs, vaches laitières) en 1763 ont contribué de la même façon à « policer » les activités de la place. Revillagigedo bénéficie ainsi d’une longue expérience en matière de réorganisation urbaine. Mais là encore, il ne faudrait pas surestimer l’ampleur des transformations revillagigediennes. La ville n’a pas été transfigurée dans sa totalité. Les mutations ne concernent qu’une petite partie de la capitale : les places centrales, une quinzaine de rues repavées et équipées d’égouts et de trottoirs, les accès de la ville et quelques promenades arborées. Les barrios périphériques restent dans le même état qu’un siècle auparavant, ce que confirment plusieurs travaux d’historiens mexicains30.

Les rythmes de la modernisation policière

30Le choix de situer notre recherche dans une période encadrée, d’une part par une émeute, celle de 1692 qui éclaire les défaillances des formes traditionnelles du maintien de l’ordre, et d’autre part, le gouvernement ferme et autoritaire d’un vice-roi hyperactif – le second comte de Revillagigedo – en matière policière, nous conduirait a fortiori à conclure à une réussite des logiques modernisatrices à l’œuvre dans la capitale. Or, nous avons vu que la fabrique de l’ordre urbain s’accommode mal de visions téléologiques. L’évolution de la police comme pratique du gouvernement des villes n’est ni un phénomène continu ni un processus homogène. Elle est faite de mouvements heurtés, de périodes de dégradation et de recul ou, à l’inverse, de phases d’accélération. D’autant que l’ordre urbain n’est pas uniquement le produit de politiques édilitaires ou le fruit de « régulations corporatives » ; il est aussi en grande partie tributaire de son environnement social, environnemental ou sanitaire. Or, la ville de Mexico, comme les autres cités du Nouveau Monde, reste jusqu’au milieu du XIXe siècle, une ville mouroir, frappée à dates régulières par des épidémies de grande envergure qui ont pour effet de déstabiliser un ordre fragile, fruit d’une lente et subtile construction. Par exemple, la mise en œuvre des grandes ordonnances royales comme la division de la ville en quartiers de 1782 ou la création des Intendants en 1786 pourrait nous faire croire à une transformation radicale de l’ordre urbain pour le bien être de tous les habitants (santé, sûreté, circulation, approvisionnement). Or, les années 1780 forment une décennie noire pour la population de la capitale. La vie quotidienne des habitants, pauvres pour les trois quarts, est en effet bouleversée par l’épidémie de variole de 1779, puis par la grande famine de 1785-1786 qui déverse dans la capitale un flot de mendiants que les institutions charitables sont incapables de prendre en charge. Inversement, lorsque les conditions sanitaires sont favorables et que les grains abondent, les mesures d’amélioration et les dispositifs de contrôle mis en place par les autorités municipales ou royales peuvent dès lors produire leurs effets. Mais ces effets ne sont pas bénéfiques à tous les habitants de la ville, pauvres pour les trois quarts d’entre eux. Que pouvaient bien leur apporter le pavage, l’éclairage ou la propreté des rues alors qu’ils vont pieds nus et qu’ils vivent dans des cahutes insalubres ? Les améliorations de la sécurité et des commodités profitent en effet d’abord à la Couronne attentive à faire briller ses capitales des Indes et à une petite minorité d’habitants : fonctionnaires péninsulaires sensibles à la netteté, grandes familles enrichies par le négoce et la mine soucieuses de protéger leurs biens, dévots et religieux obsédés par la morale publique ou encore individus d’une classe moyenne en voie de formation qui ont la possibilité de circuler en voiture.

31L’administration du second comte de Revillagigedo (1789-1794) mais aussi celle de son père, le premier comte de Revillagigedo (1744-1755), constituent à bien des égards des périodes de percée d’une police royale au sein de l’appareil municipal : ce dernier vice-roi a en effet le loisir, grâce à un mandat exceptionnellement long, d’effectuer les premiers dénombrements généraux de population, de faire dresser des plans généraux ou par quartiers, de procéder à une nouvelle division administrative de la capitale avec patrouilles assurées par de nouveaux gardes (comisarios et cuadrilleros), d’émettre de nouveaux règlements ou de fonder de nouvelles institutions de contrôle, comme le Tribunal de las bebidas prohibidas chargé de lutter contre la contrebande et l’ivresse publique. Mais là encore, des nuances s’imposent : en s’intéressant au mandat du second comte de Revillagigedo, nous avons tenté de montrer que s’il y a bien eu sophistication des systèmes policiers entre 1789-1794, notamment dans les domaines de la propreté, de l’éclairage ou des patrouilles nocturnes, l’ordre urbain imposé par ce vice-roi n’est guère tenable sur la longue durée. Les regards portés sur la période suivante (fin du XVIIIe siècle-début XIXe siècle) témoignent d’un assouplissement des contrôles et d’un certain relâchement dans l’entretien de la voirie.

  • 31 Brigitte Marin, Policer la ville. Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales à (...)

32Mais ces considérations sur les rythmes variés et les scansions des processus de construction de l’ordre urbain n’ont finalement rien d’original ; plusieurs travaux sur les polices d’Ancien Régime en Europe aboutissent aux mêmes conclusions. Réformes, personnels et règlements de police deviennent en effet pour la monarchie des outils de pénétration et de régulation de la vie sociale, dans une perspective répressive, préventive et gestionnaire. On peut observer dans bien des villes cette poussée de l’action de l’Etat royal en direction de la gestion des besoins collectifs, avec des réussites et des échecs en fonction des configurations institutionnelles et sociales. Si la percée du régalisme est flagrante, et ce dès la fin du XVIIe siècle, dans les capitales royales où siège le souverain comme à Paris ou à Madrid, en revanche elle est moins nette et plus heurtée dans les villes provinciales du Royaume de France comme à Toulouse ou encore dans des capitales de territoires appartenant à des ensembles plus vastes, comme Bruxelles ou Naples, où les échevinages continuent de jouer un rôle déterminant dans l’administration de la cité31. Dans quelle mesure le détour par les territoires des Indes espagnoles nous a-t-il donc permis d’enrichir la problématique de la fabrique de l’ordre urbain dans les sociétés d’Ancien Régime ?

Dimensions coloniales de la police

33Plusieurs éléments nous indiquent que les espaces coloniaux ne sont pas les simples extensions territoriales de leur métropole avec des dispositifs policiers qui seraient de simples répliques de ce qui se fait dans la péninsule ibérique et plus globalement dans les capitales européennes. Si les Indes sont de plus en plus considérées comme des colonies destinées à alimenter les caisses de la Couronne, elles n’en demeurent pas moins des vice-royautés avec leurs lois et leurs libertés (même si ces dernières sont mises à mal), ce qui permet à la Monarchie Catholique de conserver intacts ses territoires américains jusqu’au début du XIXe siècle. Selon les périodes et les situations, la ville coloniale nous est apparue à la fois comme un conservatoire de pratiques de l’ordre traditionnelles, disparues en Europe ou, au contraire, comme un laboratoire de dispositifs policiers inédits. La première situation peut être observée à partir de la restauration de l’ordre après l’émeute du 8 juin 1692. En effet, pour rétablir le calme dans la capitale, le vice-roi fait appel à la noblesse des ordres militaires et aux commerçants espagnols pour une prise d'armes conforme aux anciennes pratiques médiévales de l’ost. Le vice-roi fonde alors des milices bourgeoises à cheval au moment où elles tendent à disparaître du paysage des villes européennes.

34La seconde situation peut être illustrée par plusieurs exemples mentionnés dans notre étude ; limitons-nous à en évoquer deux. Premièrement, la création d’un bagne urbain en 1769 par le vice-roi marquis de Croix avait vocation à destiner les individus condamnés à des peines légères aux travaux publics (chantiers urbains, voiries) et au nettoyage de la ville de Mexico, curage des fossés et collecte des ordures. Utiliser une main-d’œuvre carcérale à des fins édilitaires existait il est vrai par ailleurs, notamment à Madrid pour la réalisation des grands travaux commandés par Charles III. En revanche, la création d’un établissement pénitentiaire conçu ex novo, avec un règlement interne, et expressément consacré à la police de la propreté est foncièrement nouvelle. Le bagne de San Carlos illustre un moment clé dans le renforcement de l’ordre dans la vice-royauté sous l’impulsion de la visite de José de Gálvez. Il atteste également de la marge de manœuvre dont disposent les vice-rois vis-à-vis de la Couronne. Deuxièmement, l’essor de l’éclairage urbain à Mexico est concomitant avec la multiplication des lanternes dans les capitales européennes. Néanmoins, la création en 1790 d’un service public de l’éclairage et des serenos anticipe de près de dix ans ce qui se fait ensuite à Madrid où un corps équivalent, avec des attributions et des fonctions similaires, est mis en place. Nous en concluons que la notion de « transferts policiers » de Madrid vers les capitales des vice-royautés des Indes doit être abandonnée au profit de circulations plus complexes. Le chapitre 6 consacré à la circulation de la réforme madrilène de 1768 illustre bien à notre avis la complexité des formes de diffusion des nouveaux dispositifs policiers à l’échelle impériale, confortant ainsi les travaux entrepris par les historiens du CIRSAP à propos des circulations des savoirs et des pratiques policières en Europe mais cette fois-ci au sein d’une monarchie composite dont les territoires sont disséminés de part et d’autre de l’Atlantique.

D’un ordre corporatif à un ordre policier ?

  • 32 Sur cette thématique, voir le numéro spécial d’Historia y Grafía, Universidad Iberoamericana, n° 13 (...)

35Enfin, il serait simpliste de conclure sur la longue durée au passage d’une société corporative, régie par des logiques horizontales d’autocontrôle, à une société soumise à un strict ordre policier où une verticale du pouvoir s’imposerait à tous les habitants de Mexico. Il y a certes un renforcement de la gestion préventive et répressive de la population mais le triomphe du despotisme bourbonien a aussi ses limites. Nous avons tenté de montrer qu’il existait un large panel de résistances à l’ordre policier qui s’affirme dans la capitale, depuis le soulèvement d’une plèbe en armes comme en 1692 – qui rappelons-le est une réaction du petit peuple aux tentatives de supprimer le Baratillo et la vente du pulque – à la résistance passive des individus32. Nous aurions aimé leur consacrer un chapitre à part entière mais le plan chronologique adopté pour suivre avec précision les mutations de l’ordre urbain ne l’a pas permis. Reprenons quelques-unes des résistances rencontrées surtout dans la dernière période, après 1765, car c’est à ce moment là que le renforcement des contrôles se fait le plus ressentir. La reprise des espaces centraux, avec en point d’orgue l’élimination du Baratillo de la Plaza Mayor, et la spécialisation des marchés n’ont pas pour autant balayé les formes traditionnelles de vente ambulante ou semi-ambulante. Nous avons vu que la construction du marché fermé du Parián avec des boutiques fixes n’avait pas empêché les petits vendeurs de réinvestir cet espace et de s’associer avec les boutiquiers selon des pratiques anciennes de l’« arrimage ». De même que la chasse aux vendeurs ambulants dans les rues centrales n’a fait que déplacer le problème de l’occupation et de la congestion des espaces publics. Les vendeurs ambulants sont tout bonnement allés s’installer dans les recoins de la traza (corridors, patios des casas de vecindad), ou au-delà, dans les espaces périphériques.

36Dans certains cas, ce sont les forces de l’ordre elles-mêmes qui refusent de se soumettre ou résistent à appliquer les ordres. La première nomination des alcaldes de barrio en 1783 est à ce titre édifiante. A peine nommés, une vingtaine d’alcaldes s’associent et forment une fronde contre les alcaldes mulâtres ou de condition inférieure. Alors que les instructions stipulent qu’ils ne dépendent que de leur supérieur hiérarchique, l’alcalde mayor, ils fonctionnent comme un nouveau corps, guidés par leurs habitus corporatistes. De la même manière, les serenos ne peuvent être réduits au rôle de simples exécutants. Les dossiers tirés de la liasse Matanza de Perros mentionnent à plusieurs reprises non seulement les réactions hostiles du voisinage aux tueries de chiens mais également toute une gamme d’oppositions venant de la part des gardes nocturnes pour échapper à leurs obligations : absentéisme, refus pur et simple, feintes diverses.

37Enfin, le corps municipal forme un noyau d’inerties et de résistances face aux offensives centralistes de la Couronne et de vice-rois autoritaires. Humiliés, dépossédés d’une partie de leurs prérogatives et de leurs privilèges – aussi bien dans la gestion des comptes, dans leurs pouvoirs de nomination, dans l’attribution des marchés publics ou encore en matière de protocole –, les échevins utilisent tous les moyens à leur disposition pour résister à la concentration croissante des pouvoirs entre les mains du vice-roi et du corregidor. Ils font montre d’attentisme et rechignent notamment à remettre les papiers qu’exigent d’eux les vice-rois, livres des comptes municipaux mais aussi ordonnances des corporations ; et puis, ils adressent au Conseil des Indes des lettres de dénonciations contre les abus de pouvoir du vice-roi, plaintes qui finissent par produire leurs effets puisque le second comte de Revillagigedo ne parvient pas au terme de son mandat ; enfin, ils utilisent pleinement la procédure du jugement de résidence pour lui faire un procès qui dure près de dix ans.

Police et indépendance

  • 33 Sur ces points, voir Timothy E. Anna, La caída del gobierno español en la ciudad de México, Fondo d (...)
  • 34 Eric Van Young, « Islands in the Storm : Quiet Cities and Violent Countrysides in the Mexican Indep (...)

38Nous aurions aimé poursuivre cette étude au-delà du XVIIIe siècle, notamment après 1808, date des premiers mouvements insurrectionnels, pour mesurer l’impact de la modernisation de l’ordre urbain sur le processus d’Indépendance et, inversement, pour voir comment la guerre contre les insurgés (1808-1821) a modelé de nouvelles conceptions de l’ordre ; mais ce prolongement chronologique n’était guère tenable dans le cadre d’une thèse de doctorat qui couvrait déjà plus d’un siècle d’évolution. Par ailleurs, cette thématique a déjà été traitée dans plusieurs travaux portant sur la charnière entre les XVIIIe et XIXe siècles33. Ces études montrent que les tendances amorcées en matière d’ordre urbain dans le dernier tiers du XVIIIe siècle évoluent il est vrai mais ne sont pas d’une nature fondamentalement différente. Certes, la police de la propreté et l’embellissement des espaces publics passe à l’arrière plan des préoccupations au profit d’un renforcement de la haute police, c’est-à-dire de la lutte anti-insurrectionnelle. La surveillance des étrangers et des suspects se renforce sur le modèle militaire avec la mise en place d’un Superintendente de Policía y Tranquilidad Pública et l’instauration d’un système de passeports pour les habitants qui sortiraient de la capitale. La surintendance de police, dont il existe une courte expérience à Madrid, ne supprime pas pour autant les alcaldes de barrio qui passent sous l’autorité de militaires, les lieutenants de police (tenientes de policía). De même, le corps des serenos est-il maintenu bien après l’Indépendance. Enfin, la militarisation de l’ordre urbain, palpable dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, ne fait que se renforcer par la suite. Selon Eric Van Young, le renforcement des dispositifs policiers dans les villes de la Nouvelle-Espagne et notamment dans la capitale expliquerait en partie que Mexico soit restée jusqu’en 1820 une ville sans trouble manifeste, à l’inverse des espaces ruraux parcourus par l’insurrection car moins surveillés34. Une question reste à notre avis en suspend. Nous avons vu que l’expansion de la sphère d’intervention de la police tendait sur le long terme à englober l’ensemble des populations, y compris les corps disposant de privilèges (religieux, ecclésiastiques, militaires). Comme le stipulent les paragraphes introductifs des imprimés, la règlementation policière concerne « tous les habitants sans exception aucune » ; c’est ainsi que la législation contre le port d’armes s’étend également aux populations espagnoles, y compris aux caballeros. Si les distinctions socio-raciales inscrites dans la législation des Indes subsistent dans certains domaines (tribut, enregistrements paroissiaux), elle s’efface en revanche dans la règlementation policière. La loi dans les villes devient la même pour tout le monde. A la fin du XVIIIe siècle, les sanctions à l’encontre des contrevenants ne font en effet plus la différence entre les différentes castes. Le règlement sur l’éclairage de 1790 ne fait pas de distinction entre les Espagnols, les Indiens et les sang-mêlés ; ce n’est plus la couleur de peau qui fixe la contravention mais bien la nature du délit (vol ou bris de lanternes). De même que la législation contre l’usage des cerfs-volants détermine les peines encourues en fonction de l’âge ou de la fortune de ceux qui violeraient la loi. Il serait dès lors intéressant de creuser cet aspect afin de voir dans quelle mesure l’égalité contenue dans la règlementation policière fut également porteuse d’égalité politique.

Haut de page

Notes

1 Hipólito Villarroel, Enfermedades políticas que padece la capital de esta Nueva España (1787), présenté par Beatriz Ruiz Gaytán, México, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 1997, p. 48.

2 Alejandro de Humboldt, Ensayo político sobre el Reino de la Nueva España (1803), México, Porrúa, 1966, p. 120. 

3 Le concept de « modernité policière » a été analysé par Michel Foucault et plus récemment par Paolo Napoli. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Le Seuil, 2004 ; Paolo Napoli, Naissance de la police moderne, Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003 ; Catherine Denys, La police de Bruxelles, entre réformes et révolution (1748-1814). Police municipale et modernité, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Charles-de-Gaulle/Lille 3, 2009, p. 12-14.

4 Nous ne traiterons pas en effet de toutes les formes du contrôle social (ecclésiastiques, familiales ou corporatives). Sur ces aspects, nous renvoyons à l’excellent ouvrage de Pilar Gonzalbo Aizpuru, Vivir en Nueva España. Orden y desorden en la vida cotidiana, México, El Colegio de México, 2009.

5 Diccionario de Autoridades de la lengua española, Ed. Gredos, Madrid, 1976. Nous avons consulté les éditions de 1737 et de 1801. Ce n’est que bien plus tard, dans l’édition de 1884, que son sens englobe également – sans pour autant évacuer les autres significations – les hommes chargés de veiller au maintien de l’ordre public et d’assurer la sécurité des citoyens.

6 Nueva Recopilación de las Leyes de Indias (1680), ley 19, libro 6, título 1.

7 Regina Hernández Franyuti, « Historia y significados de la palabra policía en el quehacer político de la ciudad de México », in Ulúa. Revista de historia, sociedad y cultura, n° 5, janvier-juillet 2005, p. 9-34 et Diego Pulido Esteva, « Policía: del buen gobierno a la seguridad, 1750-1850 », Historia Mexicana, El Colegio de México, vol. LX, n° 3 (239), janv-mars 2011, p. 1595-1642.

8 M. Foucault, Sécurité, territoire, population, op. cit.

9 Thomas Calvo, L’Amérique ibérique de 1570 à 1910, Paris, Nathan Université, coll. Fac Histoire, 1994, p. 37-45 et Enrique Florescano et Margarita Menegus, « La época de las reformas borbónicas y el crecimiento económico (1750-1808) », in Daniel Cosio Villegas (coord.), Historia general de México, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Historícos, 4e réimpression, 2004, p. 366-370.

10 David A. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico (1763-1810), México, Fondo de Cultura Económica, 1975; Horst Pietschmann, Las reformas borbónicas y el sistema de intendencias en Nueva España: un estudio político administrativo, México, Fondo de Cultura Económica, 1996 (première édition en allemand en 1972) ; Josefina Zoraida Vázquez (coord..), Interpretaciones del siglo XVIII mexicano. El impacto de las reformas borbónicas, México, Nueva Imagen, 1992.

11 Annick Lempérière, « La recepción negativa de una grande idea: el absolutismo en la Nueva España en la segunda mitad del siglo XVIII », in Monica Quijada et Jésus Bustamente, (ed.), Elites intelectuales y modelos colectivos. Mundo Ibérico (siglos XVI-XIX), Colección Tierra Nueva e Cielo Nuevo n° 45, Centro Superior de Investigación Científica, Instituto de Historia, Departamento de Historia de América, Madrid, 2002, p. 199-218.

12 Beatriz Rojas (coord.), Cuerpo político y pluralidad de derechos. Los privilegios de las corporaciones novohispanas, México, Centro de Investigación y Docencia Económicas (CIDE) / Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora, 2007, p. 13-28.

13 Voir Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996.

14 Les troupes de Cortés sont composées de soldats espagnols mais surtout d’Indiens ralliés, à l’image des Tlaxcaltèques. Sur la conquête et pour une présentation en images, voir Serge Gruzinski, Le destin brisé de l’empire aztèque, Paris, Découvertes Gallimard, 1988. Sur la fondation de Mexico, voir Gutierre Tibón, Historia del nombre y fundación de México, México, Fondo de Cultura Económica, 1980.

15 Sonia Lombardo de Ruiz, Desarrollo urbano de México-Tenochtitlan según las fuentes históricas, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 1973.

16 Un tianguis, mot d’origine nahuatl, est un marché de plein air.

17 Edmundo O’Gorman, « Reflexiones sobre la distribución urbana colonial de la ciudad de México » in Boletín General de la Nación, México, vol. IX, n° 4, 1938, p. 787-815.

18 Andrés Lira et Luis Muro, « El siglo de la intégración », in Daniel Cosio Villegas (coord.), Historia general de México, op. cit., p. 343-362.

19 Les informations qui suivent sont tirées des descriptifs du site internet des Archives Générales de la Nation, ci-après AGN. www.agn.gob.mx/guiageneral

20 Certains documents, à l’image des registres des décisions municipales (Actas de cabildo), ont toutefois été sauvés in extremis.

21 Les instructions que les vice-rois ont laissées à leurs successeurs ont été publiées par Ernesto de la Torre Villar (ed.), Instrucciones y Memorias de los Virreyes Novohispanos, México, Editorial Porrúa, 1991, 2 volumes.

22 Un catalogue de ce fonds a été réalisé par le directeur de l’AHDF en 2000, ce qui dénote un intérêt croissant des archivistes et des historiens mexicains pour les questions policières. Carlos Ruiz Abreu et Nelson Ricardo Méndez Cantarell, Catálogo de Documentos. Ayuntamiento de la Ciudad de México. Policía I (1709-1915), México, Gobierno del Distrito Federal, 2000.

23 Sonia Lombardo de Ruíz (coord.), Atlas histórico de la ciudad de México, México, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes / Instituto Nacional de Antropología e Historia, 1996. Nous avons longuement fréquenté le Musée de la Ville de Mexico, le Musée National d’Histoire de Chapultepec, le Musée de la Vice-Royauté de Tepozotlán et le Musée des Amériques à Madrid. Nous remercions ici Alvaro Covacevich, collectionneur et cinéaste chilien, de nous avoir ouvert les portes de sa demeure.

24 María Concepción García Sáiz, Las castas mexicanas, México, Olivetti, 1989 et Ilona Katzew, La pintura de castas, Madrid, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes / Turner, 2004.

25 Voir le numéro spécial consacré aux « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles » de la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 50-1, janvier-mars 2003. Voir également le chapitre que Brigitte Marin consacre aux « Découpages de la ville. Territorialité des institutions de police, pratiques de l’espace et savoirs cartographiques », in Brigitte Marin, Policer la ville, op. cit., p. 180-262.

26 Sur les apports du changement d’échelles en histoire et en anthropologie, voir Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996 et Bernard Lepetit, « De l’échelle à l’histoire », in Roger Brunet, La carte, mode d’emploi, Paris, Fayard-Reclus, 1987, p. 71-94.

27 Voir par exemple les thèses, au demeurant excellentes, de Nicolas Vidoni sur la Lieutenance général de Police et de Marco Cicchini sur l’ordre public à Genève. Nicolas Vidoni, La Lieutenance générale de police et l'espace urbain parisien (1667-1789). Pratiques, expériences et savoirs, Thèse de doctorat, Université de Provence Aix-Marseille I, 2011; Marco Cicchini, La police de la République. L’ordre public à Genève au XVIIIe siècle. Préface de Michel Porret, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

28 Cette expression est de Manuel Payno, El virrey Revillagigedo (1844), México, Ed. Vargas Rea, 1948, p. 4.

29 Xavier Huetz de Lemps, « Nommer la ville : les usages et les enjeux du toponyme ‘Manila’ au XIXe siècle », Genèses n° 33, décembre 1998, p. 28-48.

30 Andrés Lira, Comunidades indígenas frente a la ciudad de México. Tenochtitlán y Tlatelolco, sus pueblos y barrios, 1812-1819, México, El Colegio de México/El Colegio de Michoacán, 1983 ; Marcelas Dávalos, Los letrados interpretan la ciudad: los barrios de indios en el umbral de la Independencia, México, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2009.

31 Brigitte Marin, Policer la ville. Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales à Naples et à Madrid dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris I, 2005 et Catherine Denys, La police de Bruxelles, entre réformes et révolution (1748-1814). Police municipale et modernité, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Charles-de-Gaulle/Lille 3, 2009.

32 Sur cette thématique, voir le numéro spécial d’Historia y Grafía, Universidad Iberoamericana, n° 13, 1999, notamment l’article de Laura Rosales Pérez, « Agraviados y ofendidos. Notas sobre los registros oficiales de inconformidad social en la Nueva España durante el siglo XVIII », p. 17-44. Voir également Pamela Voekel, « Peeing on the Palace. Bodily Resistance to Borbon Reforms in Mexico City », Journal of Historical Sociology, vol.5, n° 2, juin 1992, p. 183-208.

33 Sur ces points, voir Timothy E. Anna, La caída del gobierno español en la ciudad de México, Fondo de Cultura Económica, México, 1981 ; Jorge Nacif Mina, « Policía y seguridad pública en la ciudad de México, 1770-1848 » et Juan Ortiz Escamilla, « Insurgencia y seguridad pública en la ciudad de México, 1810-1815 », in Regina Hernández Franyuti (dir.), La Ciudad de México en la primera mitad del siglo XIX, tome II, México, Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora, 1994, p. 9-50 et p. 95-124.

34 Eric Van Young, « Islands in the Storm : Quiet Cities and Violent Countrysides in the Mexican Independence Era », Past and Present, n° 118, 1988, p. 130-155.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 & 2 – Projet de réforme du marché du Baratillo de la Plaza Mayor de Mexico (1760)
Légende Source : Anonyme, Planta y demostración de cómo estava la Plaza Mayor (en haut) et Planta de la forma y modo en la que Francisco Cagigal de la Vega resolvio para su arreglo (en bas) ; Plans en couleur avec échelle et orientation, dessins à l’encre et à l’aquarelle, 50 x 74 cm. Collection Lenin Molina (México, D. F.)
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/68104/img-1.png
Fichier image/png, 19M
Titre Image 3 – Portrait du sereno dans une aquarelle de Claudio Linati (1828)
Légende Source: Claudio Linati, « Le garde nocturne », Trajes civiles, militares y religiosos de México (1828), México, Editorial Porrúa, 1979.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/68104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Exbalin, « L’ordre urbain à Mexico. Acteurs, règlements et réformes de police (1692-1794) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 11 juin 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/68104 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68104

Haut de page

Auteur

Arnaud Exbalin

Arnaud Exbalin réalise un post-doctorat à la Casa de Velazquez sur les "Réformes et auxiliaires de police. Mexico, Lima, Bogota, Buenos Aires (1760-1810)".
arnaud.exbalin@casadevelazquez.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page