Navigation – Plan du site
A l’ombre du néolibéralisme. Travail, cultures, territoires dans le Chili actuel – Coord par Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo, Fabiola Miranda-Pérez
Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo et Fabiola Miranda-Pérez

Chili actuel, à l’ombre du néolibéralisme. Eléments d’introduction

[18/09/2015]

Texte intégral

  • 1 Christophe Ventura, L’éveil d’un continent. Géopolitique de l’Amérique latine et de la Caraïbe, Par (...)
  • 2 Cette idée est ainsi développée, sous des angles épistémiques différents, par des sociologues tels (...)

1Depuis une quinzaine d’années, en particulier en Amérique du Sud, plusieurs gouvernements nationaux-populaires ou « progressistes » ont mis en place des politiques publiques qui s’orientent vers la construction de processus dits « post-néolibéraux », accompagnés d’un retour de l’Etat comme régulateur économique ou agent de contrôle des principale ressources naturelles, accompagnées de programmes ciblés de lutte contre la pauvreté1. Cette conjoncture n’est évidement pas uniforme, ni exempte de contradictions, et connaitrait même – selon plusieurs auteurs – un certain essoufflement, voire se trouverait face à une « fin de cycle » et de possibles retournements de tendance2. Il est cependant important de souligner que plusieurs nations de la région sont restées largement en marge de ces expériences du « tournant à gauche » marquées par d’importantes mobilisations sociales et/ou l’apparition de dirigeants « outsiders » au leadership charismatique, critiques des Etats-Unis et en rupture avec ce que le président équatorien Rafael Correa nomme « la longue nuit néolibérale ». Il suffit de mentionner des pays aussi fondamentaux que le Mexique, la Colombie ou la Chili pour souligner l’absence d’uniformité dans cette apparente dynamique nationale-populaire ou progressiste continentale. Etudier le Chili actuel et son évolution depuis la fin de la dictature (en 1989-1990) est ainsi, selon nous, un formidable champ de recherche pour mieux comprendre les permanences, résiliences et adaptations du néolibéralisme en Amérique latine, mais aussi ses modes d’application, son caractère hybride et influencé par de multiples facteurs ou relations de forces, locaux, nationaux et internationaux.

  • 3 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pari (...)

2Dans cet article introductif, nous reviendrons tout d’abord rapidement sur l’importance des débats qui occupent les sciences sociales au moment de comprendre et définir le néolibéralisme, depuis que cette « nouvelle raison du monde »3 a, et souvent violemment, conquit la plupart des sociétés contemporaines. Nous soulignerons également le caractère paradigmatique, et à la fois spécifique, de la « voie chilienne au néolibéralisme », à partir de 1975, pour ensuite souligner le grand intérêt d’étudier cette expérience « au concret », à partir de travaux de terrain et de recherches récents, permettant ainsi une réflexion approfondie sur le Chili actuel, et de manière plus générale sur le déploiement du néolibéralisme en Amérique latine.

Néolibéralisme : la « voie unique » et ses pluriels. Idéologies, pouvoirs, régime d’accumulation

  • 4 Gérard Duménil et Dominique Lévy, The Crisis of Neoliberalism, Harvard, Harvard University Press, 2 (...)

3Qu’est-ce que vraiment le néolibéralisme ? Il s’agit d’un concept tant utilisé et invoqué aussi bien dans le champ académique, militant que médiatique, sans toujours être défini, qu’il semble s’être transformé en mot fourre-tout, perdant par la même de sa rigueur explicative, mais aussi empêchant son analyse critique. C’est d’autant plus le cas que le néolibéralisme est, depuis 2007-2008, au centre des débats publics du fait de sa profonde crise : une crise systémique, y compris de « civilisation » selon certains analystes ou acteurs sociaux4. Nous revendrons ici sur quelques esquisses de définition comme point de départ de ce dossier, sans épuiser – loin sans faut – ses différentes acceptions.

  • 5 Rappelons que les textes principaux de Foucault sur le néolibéralisme sont issus de ses cours au Co (...)

4Selon Christian Laval, dans une perspective foucaldienne5 :

  • 6 Christian Laval, « De l’homme économique au sujet néolibéral », Conférence faite à Cerisy le 3 juin (...)

« le néolibéralisme doit être compris comme un ensemble de discours, de dispositifs, de disciplines conduisant à la transformation du mode de gouvernement des hommes, des relations sociales et des subjectivités avec pour norme la concurrence généralisée. Le néolibéralisme, c’est pour le dire en bref, la construction d’un individu-entreprise, autocentré, maximisateur, cherchant à capitaliser les ressources pour accroître son pouvoir et ses biens personnels. La rationalité néolibérale a pour originalité d’étendre la logique du marché à toutes les sphères de l’existence humaine, y compris la sphère politique »6.

  • 7 David Harvey, Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.
  • 8 François Chesnais (sous la dir.), La finance mondialisée : racines sociales et politiques, configur (...)

5Dans une optique marxiste, le géographe et théoricien anglo-saxon David Harvey préfère insister sur la constitution du néolibéralisme, et son imposition comme « projet de classe » du patronat et des secteurs dominants de la société contre les intérêts des salariés et des secteurs subalternes, ceci avec pour perspective centrale le contrôle de la plus-value, la « reconstitution du taux de profit » et l’accumulation du capital. Pour Harvey, le néolibéralisme représente une transition des formes de production et organisation fordistes vers un « régime d’accumulation flexible », signifiant la flexibilisation et précarisation du travail, la transformation de la gestion des entreprises (sous-traitance, temps-partiel, production “juste à temps”), l’extension tous azimuts de la concurrence ou encore l’apparition de nouvelles formes d’appropriation des richesses et ressources naturelles par des firmes multinationales, en particulier dans les pays du Sud (ce qu’il nomme « accumulation par dépossession »)7. François Chesnais développe une approche proche, depuis une perspective économique centrée sur la financiarisation et la « mondialisation du capital »8.

6Pierre Bourdieu définissait quant à lui le néolibéralisme, tout d’abord, comme une « utopie » et un « discours fort » (au sens de Erving Goffman) qui, au travers d’une action politique systématique et rationnelle, est finalement devenu réalité planétaire. Soit, selon Bourdieu, un programme de « destruction méthodique des collectifs » existants à l’époque de l’Etat-providence (ou, en Amérique latine, de la période dite de « substitution des importations ») et qui viserait à créer les conditions de réalisation et de fonctionnement de cette théorie utopique :

  • 9 Pierre Bourdieu, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde Diplomatique, Paris, mars 1998.

« Le programme néolibéral, qui tire sa force sociale de la force politico-économique de ceux dont il exprime les intérêts – actionnaires, opérateurs financiers, industriels, hommes politiques conservateurs ou sociaux-démocrates convertis aux démissions rassurantes du laisser-faire, hauts fonctionnaires des finances, d’autant plus acharnés à imposer une politique prônant leur propre dépérissement que, à la différence des cadres des entreprises, ils ne courent aucun risque d’en payer éventuellement les conséquences –, tend globalement à favoriser la coupure entre l’économie et les réalités sociales, et à construire ainsi, dans la réalité, un système économique conforme à la description théorique, c’est-à-dire une sorte de machine logique, qui se présente comme une chaîne de contraintes entraînant les agents économiques »9.

7Bien entendu, ces quelques définitions parmi de nombreuses autres n’épuisent en rien la multidimensionnalité du phénomène et ses implications dans une grande variété d’espaces géographiques, champs sociaux, temps historiques et régimes politiques. Elles offrent néanmoins quelques pistes. Ainsi que le résume Stéphane Haber, analyser le néolibéralisme aujourd’hui signifie, globalement, distinguer trois approches qui coexistent, et parfois se croisent ou se complètent, au sein des sciences sociales :

  • 10 Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd'hui », La Revue des Livres, n° 4, mars-avril 2 (...)

« Dans le continent désormais immense des recherches contemporaines sur ces questions, il semble possible d’isoler trois grandes régions. L’étude du néolibéralisme peut partir du principe de l’autonomie relative de l’idéologie et l’investir en tant que telle ; elle peut ensuite chercher à reconduire celle-ci à un substrat politique, autrement dit l’inscrire dans le cadre d’un programme d’action déterminé en quête, secondairement, de discours légitimants ; elle peut, enfin, adopter le point de vue (classique dans le marxisme) de l’hétéronomie de la sphère des idées par rapport au « social », autrement dit, le considérer comme une formulation en elle-même relativement contingente de mutations sociales et économiques bien plus englobantes, et seules vraiment significatives sur le plan historique »10.

  • 11 Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012.
  • 12 Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? », La revue des Livres, n°8, novembre-décembre 2 (...)
  • 13 Immanuel Wallerstein, Historical Capitalism, London, Verso, 1983.
  • 14 Jean Piel, « Le virage néolibéral planétaire depuis 25 ans : la nouveauté proclamée ou le dernier a (...)
  • 15 Perry Anderson, « Histoire et leçons du néo-libéralisme. La construction d'une voie unique », Page2(...)

8Une autre source possible de controverse est celle d’une interprétation du néolibéralisme comme « voie unique » au niveau mondial avec diverses mises en application ou, au contraire, comme phénomène intrinsèquement pluriel et divers. C’est plutôt ce choix que suggère Serge Audier, en s’appuyant essentiellement sur le corpus doctrinaire des néolibéraux : des ordolibéraux à l’allemande en passant par les monétaristes de Milton Friedman, des disciples de la société du Mont Pèlerin aux libertariens américains, de Hayek à Lippmann, etc soulignant ainsi les nombreuses divergences au sein de la nébuleuse néolibérale, en particulier leur mésentente autour du rôle de l’État11. Néanmoins, s’il est salutaire de reconnaitre ses différenciations internes ou idéologiques, il reste indispensable de dépasser un point de vue purement scolastique pour appréhender la construction sociale et politique de l’hégémonie néolibérale comme processus global et mondial, ainsi que le rappelle le sociologue Laurent Jeanpierre12. Le néolibéralisme est effectivement un agencement complexe de dispositifs très diversifiés et mobiles de domination, d’accumulation et de gouvernement, mais il correspond fondamentalement -et en dernière instance- à une nouvelle phase de ce que Immanuel Wallerstein nommait au début des années 80, le « capitalisme historique »13. C’est également ce que soulignait en 2007 dans la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos, le latino-américaniste Jean Piel : le capitalisme néolibéral s’installe à une échelle planétaire depuis la fin des années 90, mais dans un espace non homogène et fortement asymétrique, en tant que système « inégalitaire, aux hiérarchies violentes et instables »14. En ce sens, Perry Anderson a décrit la construction progressive d’une « voie unique » du capital, mais composée d’expérimentations nationales nettement différenciées, en particulier en Amérique latine où les « recettes néolibérales » et les plans d’ajustement structurel du Fonds Monétaire International se concrétisent selon des temporalités distinctes (de la moitié des années 70 jusqu’en 1985) et dans des conditions politiques forts différentes (dans le cadre d’un Etat démocratique constitutionnel en Argentine ou au Venezuela, d’une dictature civilo-militaire au Chili ou d’un régime de parti unique au Mexique)15. C’est également dans cette perspective dialectique d’allers-retours entre pluralité et totalité que l’expérience chilienne représente un grand intérêt d’analyse et que nous envisageons ce dossier.

La « voie chilienne au néolibéralisme »

9Avec le coup d’Etat du 11 septembre 1973, le Chili initie et anticipe ce nouveau cycle historique de la mondialisation néolibérale. Dès avril 1975, soit très en amont de la généralisation des années 80-90 (et, y compris, bien avant la Grande-Bretagne de Margareth Thatcher et les Etats-Unis de Ronald Reagan), la dictature du General Pinochet prend une nouvelle orientation et amorce un « tournant » radical néolibéral.

  • 16 Tania Harmer, Allende's Chile and the Inter-American Cold War, Chapel Hill, University of Carolina (...)
  • 17 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservatisme et autoritarisme au (...)

10La fin tragique de l’Unité populaire et du gouvernement de Salvador Allende (1970-1973), tout comme la destruction par les armes de la « voie chilienne au socialisme », signent la fin de « l’Etat de compromis » et de toute velléité de stratégie de développement autocentré en vigueur, avec des flux et reflux, depuis les Fronts populaires des années trente. La dictature civilo-militaire s’inscrit dans le temps continental de la Doctrine de sécurité nationale et de la guerre froide interaméricaine16, en soumettant le pays à une contre-révolution conservatrice, destinée à « extirper le cancer marxiste » du pays et réprimer toute opposition de gauche, sociale ou politique. Néanmoins, sous l’influence croissante d’intellectuels et économistes, les fameux « Chicago boys », et largement inspiré des théories de Friedman, est inauguré (après plusieurs mois de répression massive) un vaste ensemble de mesures de caractère néolibéral, articulé à un État autoritaire dit « subsidiaire ». Les historiens Stéphane Boisard ou Manuel Gárate ont décrit de manière détaillée l’émergence de cette « nouvelle droite », monétariste et conservatrice, mais aussi la profondeur de la « révolution capitaliste » chilienne17 : l’ampleur des mesures de privatisation, la mise en concurrence des servies publics, l’ouverture aux capitaux internationaux, les réformes fiscales, etc… tout comme la rapidité de leur exécution en l’absence d’opposition, sont destinées à transformer profondément l’économie du pays, combattre l’inflation, répondre aux attentes des classes dominantes (en particulier une fraction des entrepreneurs locaux) et favoriser le marché comme principal mécanisme d'allocation des ressources. Ainsi que le reconnaissent désormais la plupart des chercheurs, le Chili se situe ainsi comme « pays-laboratoire » sur le plan international, et la forte croissance macro-économique des décennies suivantes (malgré la crise des années 80) forge le mythe du pays « jaguar » de l’Amérique latine.

  • 18 Ainsi que le rappellent régulièrement les études de la CEPAL, le Chili fait partie des pays les plu (...)
  • 19 Franck Gaudichaud, « La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire » (...)

11Le peuple chilien expérimente de fait un nouveau régime économique, mais plus fondamentalement c’est un nouveau modèle de société et de vision du monde qui est imposé – brutalement pour la plupart des acteurs sociaux, en particulier les classes populaires – puis « naturalisé », et qui perdure sous de nombreux aspects jusqu’à nos jours. Parfois présenté comme pays-modèle par les instances financières internationales, celui d’une « modernisation » exemplaire, d’un développement soutenu et d’une expérience de transition démocratique négociée et « réussie » à partir de 1990; le Chili reste pourtant marqué au fer rouge des héritages autoritaires et par la dimension des inégalités sociales, culturelles, symboliques engendrées par sa transformation néolibérale18. L’histoire de ce petit pays du Cône Sud nous plonge ainsi dans la « préhistoire » du néolibéralisme et sa postérieure consolidation-extension au sortir de la dictature, tout du moins nous éclaire t-elle sur l’un de ses modes d’application pionniers, bien que périphérique au sein du système-monde. Ce que l’on nous avons proposé de nommer une « voie chilienne au néolibéralisme »19.

  • 20 Tomás Moulián, Chile actual: anatomía de un mito, Santiago, LOM, 1997.
  • 21 Consulter : www.manuelantoniogarreton.cl (consulté le 6 novembre 2014).
  • 22 La « Concertation », coalition regroupant plusieurs organisations partisanes autour du Parti social (...)
  • 23 La Constitution de 1980 est toujours en place, bien qu’ayant subie plusieurs réformes successives. (...)

12En 1997, le sociologue Tomás Moulián publiait le livre « Chili actuel. Anatomie d’un mythe »20, où il développait la thèse de l’existence d’une matrice matérielle, politique et idéologique autoritaire néolibérale, thèse qui dépassait une approche « transitologique » centrée sur la description d’une « démocratie inachevée avec enclaves autoritaires » (concept forgé par le sociologue Manuel Antonio Garretón et ayant connu un succès scientifique notable par la suite21). Par une plume agile et volontiers polémique, Moulián analysait le « transformisme » sociopolitique, les continuités et évolutions issues d'une sortie de dictature pactée entre militaires, patronat et élites politiques ; il notait aussi les errements ou limites de la démocratisation durant les années des gouvernements de la « Concertation des partis pour la démocratie »22. Moulián soulignait aussi les euphémismes peuplant l'imagerie politique de son pays converti à la démocratie représentative et à la « politique des consensus », mais dont les classes dirigeantes (civiles et militaires, de droite comme de centre-gauche) auront eu soin de maintenir et reproduire nombre des infrastructures économiques, mais aussi politiques, institutionnelles, culturelles, mémorielles, issues du régime antérieur23. Le sociologue décrivait enfin les impacts profonds de cette société « moderne », issue des années de plomb : le nouvel individualisme anomique, la destruction des espaces publics au profit d'une privatisation croissante des territoires et de l'entre-soi, la réduction de la polis au profit d'un « citoyen carte de crédit », happé par un mercantilisme effréné et l’endettement généralisé.

  • 24 Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990- (...)
  • 25 Rafael Agacino, “Movilizaciones estudiantiles en Chile: anticipando el futuro” en Educação em revis (...)
  • 26 Emmanuelle Barozet, "Mobilisations étudiantes et malaise social : el invierno chileno de 2011", Pro (...)
  • 27 Voir notamment : G. Couffignal, S. Velut (coord.), Dossier « Le Chili "déconcerté" », Cahiers des A (...)
  • 28 Voir respectivement : Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los (...)

13Mais qu’en est-il aujourd’hui, treize ans après cette publication (le livre de sociologie le plus vendu au Chili depuis 40 ans), dans une Amérique du Sud largement reconfigurée sur le plan politique ? Nombreux sont les auteurs qui, depuis 1997, ont critiqué ou au contraire chercher à prolonger les écrits de Moulián, dans un Chili qui a connu plusieurs évolutions notables, dont – parmi d’autres – la mort (sans avoir été jugé) du Général Pinochet en 2006, la victoire électorale d’un candidat de droite – Sebastián Piñera – en 2010 (fait inédit en contexte démocratique depuis 1958) ou encore le renouveau des conflits sociaux, de salariés et environnementaux. Dès lors, quels dispositifs sont à l’œuvre dans les divers champs sociaux qui pourraient permettre de parler « d’une société néolibérale triomphante » où la « citoyenneté néolibérale » signifie apathie, abstentionnisme et « patrimonalisation » de la politique24? Ou s’agit-il davantage d’un néolibéralisme entré dans sa phase « mâture », après quatre décennies de déploiement sans limite : une époque de maturation où s’accumulent les contradictions et les tensions, sous le vernis de la stabilité intentionnelle et où le marché et l’Etat s’avèrent de plus en plus incapables d’intégrer et de digérer les conflits qui le traversent25? Et de quelle manière les nouvelles générations – qui n’ont pas connu la dictature – pensent-elles leur inscription individuelle et collective dans un pays toujours en partie façonné par une histoire récente traumatique ? Une question particulièrement prégnante depuis l’année 2011, avec l’apparition d’un massif mouvement social pour « une éducation gratuite, publique et de qualité » et, plus généralement, avec le « réveil » de la société civile et de multiples mobilisations collectives au Nord comme au Sud (syndicales, régionalistes, écologistes, indigènes, etc), qui se sont opposées avec vigueur à certaines conséquences du néolibéralisme, notamment autour de la question de la marchandisation des services publics (éducation, santé, système de pensions, eau)26. La fin de la domination électorale de la Concertation27, a aussi été au centre des regards pour comprendre une possible fin de cycle. C’est encore plus le cas depuis la ré-élection de Michele Bachelet en 2014 sur la base d’un programme de gouvernement et d’une coalition élargie (« Nouvelle Majorité ») annonçant des réformes importantes dans plusieurs domaines. Il n’y a pour autant pas accord pour caractériser l’étape ouverte, dans la rue et dans les urnes, entre 2011 et 2014 : confirmation d’une dynamique de « néolibéralisme corrigé » dans un contexte de « progressisme limité » débuté en 1990 ; crise de légitimité des institutions de la transition pactée et installation de réformes des politiques publiques dans la continuité du « transformisme social-libéral » de la Concertation ou, plutôt, « effondrement du modèle » sous les coups du mouvement social et début d’une « nouvelle ère », quoique encore incertaine28 ?

Le néolibéralisme au concret : méthodologie et origine du dossier

  • 29 Pierre Rosanvallon Le capitalisme utopique, Paris, Seuil, 1979.
  • 30 Stéphane Haber « Du néolibéralisme au néocapitalisme ? » Quelques réflexions à partir de Foucault, (...)
  • 31 Maurizio Lazzarato, La fabrique de l'homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Amsterdam, (...)

14Au-delà des définitions de néolibéralisme ou de comment comprendre les différentes sphères qu’il recouvre ainsi que les divers positionnements des auteurs qui s’y sont intéressés, nous voudrions commencer par souligner que cette « idéologie », forme de gouvernementalité et mode d’accumulation du capital agissent aussi bien au niveau des subjectivités individuelles que des configurations sociales. En d’autres termes, la mise en œuvre du modèle néolibéral donne lieu à l’installation et à la consolidation d’une « politique de société » comme le signalerait Rosanvallon29, favorable à « la production de néosubjectivités marchandes »30 qui ne s’expriment pas seulement dans la sphère économique : la logique néolibérale correspond ainsi à un projet politique global, disons-le, un projet de société. Se développent notamment des « structures cognitives » qui donnent lieu à la création d’une « condition néolibérale »31, selon l’expression de Maurizio Lazzarato, qui serait à la base de la constitution de « l’individu néolibéral ». Nonobstant cette prétention holistique ou « rationnelle » du néolibéralisme, sa capacité à créer du consentement et de l’acceptation, se visualisent également des tensions croissantes et explosives au sein même de sa structure et fonctionnement, contribuant à l’émergence de questionnements multiples et à des résistances sociales significatives. Un phénomène accentué dans certains pays par la crise économique internationale en cours.

15Il serait néanmoins restrictif de concevoir tant l’impact du néolibéralisme que les résistances qu’il génère comme un phénomène homogène. Par conséquent, l’idée d’aborder ce dossier du point de vue du « néolibéralisme au concret », ambitionne d’aller au-delà des réflexions théoriques générales – toujours nécessaires – afin de nous plonger sur les dispositifs eux-mêmes, là où il prend forme, à travers ses stratégies et ses manifestations pratiques. Ainsi, nous prétendons nous interroger à quel niveau ce projet global est présent et mobilise nos sociétés et ses acteurs, en utilisant comme terrain d’étude le Chili actuel. En ce sens, nous voudrions mettre en lumière au travers de travaux empiriques, comment le néolibéralisme est mis en œuvre, se consolide ou se fissure, comment les acteurs l’appréhendent, s’y adaptent ou le critiquent, voire même jusqu’à quel pont la catégorie du « néolibéralisme » permet toujours de comprendre l’évolution du Chili contemporain.

  • 32 Kathya Araujo et Danilo Martuccelli, Retrato de la sociedad chilena y sus individuos. LOM, 2012, p. (...)
  • 33 Revue Problème d’Amérique latine, 2013/1, nº88.
  • 34 Cette recherche a compté 96 entretiens semi directifs.

16Il est intéressant de noter que des enquêtes sociologiques récentes ont été centrées sur la constitution du « sujet néolibéral » au sein du Chili actuel, et comment cette « identité contemporaine » peut avoir une emprise sur les modalités par lesquelles l’individu mène ses rapports aux autres32. Kathya Araujo et Danilo Martucelli dans un article de 201333 poursuivent leur réflexion et cherchent à vérifier l’idée de l’existence d’un citoyen fonctionnel à l’ordre néolibéral mis en place au Chili, c'est-à-dire un individu soumis, individualiste et largement dépolitisé. Partant de l’hypothèse que le marché et ses exigences ont sans doute entrainé une transformation substantielle non seulement du modèle économique, mais aussi des modes de vie des citoyens, leur vaste enquête menée dans trois grandes villes (Santiago, Concepción et Valparaíso) entre les années 2008 et 201034, témoigne d’une réalité complexe : malgré le fait que la consommation massive, facilitée par un accès au crédit presque sans limites, est signalée comme un élément permettant une certaine inclusion au modèle néolibéral, le sentiment généralisé de l’absence d’un Etat protecteur et de perte de protection sociale, semble s’articuler avec le développement d’une subjectivité collective solidaire « par le bas », grâce à la création de réseaux de protection interpersonnels informels.  

  • 35 Kathya Araujo, Danilo Martuccelli « Individu et néolibéralisme : réflexions à partir de l'expérienc (...)

« Au Chili, les citoyens sont très loin d’être de purs individus néolibéraux [...] le néolibéralisme a plutôt renforcé, sur des nouvelles bases, et au travers des nouvelles tensions, une situation fréquente en Amérique latine: celle d’individus qui doivent faire face aux défis de la vie sociale avec des faibles protections institutionnelles [...] si l’affirmation des individus est sans aucun doute une réalité dans la société chilienne actuelle, elle n’est pas, cependant, le résultat du triomphe de l’individu néolibéral. Au contraire, même les individus qui émergent des cendres du modèle néolibéral [...] ont été contraints d’apprendre à se protéger des institutions, de leurs manques et de leurs prescriptions impossibles ou contradictoires »35   

  • 36 Colloque coordonné par Franck Gaudichaud et organisé par Antoine Faure, René Jara Reyes, María Cose (...)

17Cette étude met ainsi en lumière les tensions qu’affronte la société chilienne aujourd’hui, mais aussi toute appréhension monolithique de la mise en œuvre du système néolibéral. Indépendamment des lectures que l’on peut avoir du néolibéralisme et de ces effets, ce sujet est ainsi un champ d’étude qui demeure ouvert à toute une série de problématiques. En ce qui concerne le Chili et partant de nos propres recherches, c’est ce que nous nous sommes proposés d’interroger. Un premier pas avait été franchit en ce sens, en septembre 2013, avec l’organisation d’un colloque international et transdisciplinaire intitulé « Le Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale », qui a eu lieu à l’Université Grenoble-Alpes36. Cette instance nous a permis de regrouper chercheurs et jeunes chercheurs de différents pays, lors de trois jours de débat qui ont souligné la grande diversité des arènes où le néolibéralisme a pu impacter, affecter ou du moins altérer le fonctionnement tant individuel que socio-politique du Chili actuel. Pour ce dossier électronique de la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos, nous avons sélectionné des études de terrains, transdisciplinaires et originales, relatives à des champs qui, à notre avis, s’avèrent clés -et pas assez explorés dans la littérature existante- à l’heure de comprendre ce changement de paradigme, à savoir : le multiculturalisme et les revendications du peuple Mapuche, les frontières et le contrôle territorial en territoire indigène, le marché de la culture et les dynamiques éditoriales, l’individus et ses relations au néolibéralisme, le travail et la politisation au travers des luttes syndicales.

18Cette première livraison de notre dossier « travail, culture et territoires » est intégré par trois articles traitant des trois premières thématiques mentionnées ci-dessus, et il sera suivi dans quelques mois par trois autres textes portant sur l’individu en tant que sujet néolibéral et sur une discussion théorique et pratique des dynamiques actuelles de politisation syndicale.

19Ainsi, un domaine où a opéré l’édification de l’Etat subsidiaire est la culture. En fait, le rôle de l’Etat dans ce champ a été conçu de la part des autorités du régime civilo-militaire comme « nocive » pour l’instauration du nouvel ordre socio-économique néolibéral. Ainsi ce secteur est devenu entièrement dépendant des dynamiques de l’offre et la demande, les prix étant les principaux vecteurs d’encadrement des préférences de la population en la matière, obligeant par la même les agents du champ culturel à devenir « entrepreneurs ». À cette réalité, il faut ajouter l’impact de l’appropriation du marché culturel par une poignée de grands groupes économiques, comme c’est le cas dans le domaine de l’édition. Ainsi, l’étude de Constanza Symmes Coll, Editar (en) el Chile post-dictadura. Trayectorias de la edición independiente, est une lecture critique de la trajectoire suivie par les maisons éditoriales au Chili, au cours de dernières années. L’auteure interroge les rapports existants entre culture, démocratisation et néolibéralisme et pose, à cette fin, la question suivante : quelle a été la place de l’édition indépendante dans la construction d’une transition où a primé la reproduction d’un système politique et social néolibéral? Pour ce faire, Symmes situe l’édition en tant qu’acteur politique (non traditionnel), en ce sens qu’il possède une forte emprise sur une partie des choix culturels dont disposent les citoyens. La sociologue reconnait néanmoins la complexité de cet acteur. Ainsi, les maisons d’édition indépendantes se trouve au croisement d’un paradoxe non résolu : quand bien même elles produisent et diffusent une masse de connaissance critique de la réalité, leur existence et développement dépend souvent de réseaux transnationaux, qui sont permis par la mondialisation du marché de l’industrie du livre.

  • 37 La gouvernementalité désigne, dans la perspective de Michel Foucault, la rationalité propre au gouv (...)
  • 38 Ceci malgré les apports importants de recherches comme celles de Guillaume Boccara, Patricia Richar (...)
  • 39 Guillaume Boccara, « Cet obscur objet du désir… multiculturel (III) : ethnogenèse, ethnicisation et (...)

20D’autre part, il est essentiel dans le contexte chilien de mettre en relief diverses stratégies de gouvernementalité37 des individus en territoires indigènes dans une perspective néolibérale. Bien que la relation conflictuelle entre l’État chilien et les communautés indigènes soit désormais connue et documentée, surtout à propos du peuple Mapuche, d’autres dispositifs créés pour les autorités chiliennes afin d’encadrer cultures et territoire dans les rets des logiques multiculturelles néolibérales restent encore à approfondir largement38. On retrouvera ici la conception de ce que Guillaume Boccara a nommé « l’indien-projet »39, et comment il s’insère dans les logiques de la gouvernementalité et la domination néolibérales.

21L’article de Michael Barbut propose une analyse de la problématique Mapuche au-delà des mobilisations collectives et des épisodes de violence qui ont marqué les rapports entre l’État chilien et les communautés, depuis la fin de la dictature. En plaçant son étude au sein de deux communautés situées au sud de la région de l’Araucanie, il s’interroge sur le déploiement de la rationalité néolibérale comme mécanisme de disciplinarisation des Mapuche. En effet, le « néolibéralisme multiculturel » a été choisi par les autorités pour faire face au « sous-développement » des Mapuche, en considérant leur identité et culture comme des biens du marché et même des signes distinctifs dans la concurrence avec d’autres producteurs. Étant donné ce nouveau cadre, l’auteur donne des pistes pour mieux envisager les facteurs qui expliquent l’appropriation de certains dispositifs néolibéraux de la part des Mapuche et l’existence de rapports de dépendance matérielles et symboliques envers les autorités locales, régionales et nationales.

22Pour sa part, la géographe Laetitia Rouvière travaille sur la création et la gestion d’un territoire transfrontalier Aymara partagé entre le Chili, le Pérou et la Bolivie à partir de l’analyse du cas de « l’Alliance Stratégique Aymaras sans Frontière ». Cet organisme, qui nait en 2000 et qui réunit cinquante-sept communes des trois pays, a promu des plans de développement sous l’égide des institutions financières internationales, en mobilisant l’ethnicité comme argument central : l'ethnicité Aymara serait ainsi porteuse, selon ces institutions, d’un « capital social » coopératif étant donné les « liens ancestraux » qui unissent ces communautés. Cependant, l’existence d’un consensus transfrontalier est mise en question par l’auteure qui souligne comment « le modèle chilien » de contrôle territorial a fini par s’imposer. Rouvière constate une stratégie de sécurisation des zones frontalières qui favorisent les échanges commerciaux et la mobilité avec l’objectif d’insérer les Aymaras sur les marchés formels. Ainsi, la politique de développement néolibéral « avec identité » permet, d’une part, la mise en valeur et commercialisation des traditions Aymaras et, de l’autre, l’amélioration du contrôle du territoire frontalier.

  • 40 Carlos Ruiz E., Conflicto social en el neoliberalismo avanzado: análisis de clase de la revuelta es (...)
  • 41 En ce qui concerne ce débat, et une discussion des propositions analytiques de Alberto Mayol et Car (...)

23Au delà de la diversité des thématiques présentées dans ce dossier, un élément commun apparait : l’émergence croissante de processus de résistances au modèle néolibéral. Ainsi, est-il possible de constater la repolitisation syndicale au sein de certaines arènes productives stratégiques, malgré l’ampleur de la précarité de la condition salariale ; la revendication d’une production culturelle critique avec la montée en puissance de maisons d’édition indépendantes ; la contestation des dispositifs de gouvernement de territoires des communautés indigènes par une nouvelle génération qui remet en cause les rapports de domination entretenus avec l’Etat et les pouvoirs de facto, les diverses stratégies des individus pour contourner ou rejeter les dynamiques néolibérales au quotidien, malgré l’absence d’alternatives collectives à ce jour, sur le plan politique notamment. Cet éventail de significations est au moins révélateur d’évolutions souterraines, plus profondes, au sein de la société chilienne et qui se sont exprimées publiquement et avec fracas lors du grand mouvements social pour l’éducation de l’année 2011 ou encore par les diverses formes d’actions collectives et revitalisation syndicale menées par les salariés de divers secteurs économiques (services et grande distribution, employés municipaux, professeurs, dockers, mineurs, etc), les communautés et territoires qui s’opposent avec force – et y compris avec succès comme à Freirina ou dans la vallée du Huasco – à diverses megaprojets extractivistes, les collectifs LGTB et féministes ou les revendications des pobladores et des secteurs subalternes urbain autour du « droit à la ville »40. Des transformations « par en bas » avec un fort potentiel transformateur qu’il est nécessaire et pertinent de continuer à analyser : les stratégies néolibérales seraient-elles en train de s’épuiser ou de se fissurer au Chili, comme dans d’autres pays de la région? Assiste t-on à une lente repolitisation du « mal être néolibéral » suite à des décennies d’hégémonie, qui pourrait annoncer de futures crises politiques et révoltes sociales ? Ou les capacités d’adaptation de ce modèle, qui a démontré sa flexibilité par le passé, augurent-elles du maintien du Chili comme « pays-laboratoire » par excellence, au-delà des inflexions politiques et institutionnelles inaugurées en 2014 ?41

24Outre les articles à paraitre dans un nouveau dossier sur l’individu néolibéral de la sociologue Kathya Araujo et la présentation en deux parties sur la politisation syndicale actuelle, issu d’un travail de recherche collective (mené par Karim Campusano, Franck Gaudichaud, Miguel Urrutia, Sebastián Osorio y Pablo Seguel), cette réflexion collective a vocation à être enrichi à l’avenir par de nouvelles études. D’autre part, l’équipe qui a organisé le colloque de Grenoble en 2013 prépare un ouvrage collectif aux Editions l’Harmattan (à paraitre en 2016) intitulé « Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale », ouvrage qui entend dialoguer avec les contributions présentées ici.

Haut de page

Notes

1 Christophe Ventura, L’éveil d’un continent. Géopolitique de l’Amérique latine et de la Caraïbe, Paris, A. Colin, 2014 ; Olivier Dabène (sous la dir.), La Gauche en Amérique latine, 1998-2012, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 ; Franck Gaudichaud (sous la dir.), Le volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme, Paris, Textuel, 2008.

2 Cette idée est ainsi développée, sous des angles épistémiques différents, par des sociologues tels que Raul Zibechi (Uruguay), Pablo Stefanoni (Argentine) ou Boaventura de Sousa Santos (Portugal).

3 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

4 Gérard Duménil et Dominique Lévy, The Crisis of Neoliberalism, Harvard, Harvard University Press, 2011. Depuis une perspective de genre, voir également les commentaires de Nancy Fraser sur la crise néolibérale dans : Le féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, traduction d'Estelle Ferrarese, La Découverte, "Politique & société", 2012.

5 Rappelons que les textes principaux de Foucault sur le néolibéralisme sont issus de ses cours au Collège de France en 1978-1979 : Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Éd. par Michel Senellart, Gallimard-Le Seuil (coll. « Hautes études »), 2004.

6 Christian Laval, « De l’homme économique au sujet néolibéral », Conférence faite à Cerisy le 3 juin 2010, in : http://questionmarx.typepad.fr/files/conf%C3%A9rence-de-cerisy.pdf, consulté le 08 novembre 2014.

7 David Harvey, Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

8 François Chesnais (sous la dir.), La finance mondialisée : racines sociales et politiques, configuration, conséquences, Paris, La Découverte, 2004.

9 Pierre Bourdieu, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde Diplomatique, Paris, mars 1998.

10 Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd'hui », La Revue des Livres, n° 4, mars-avril 2012, p. 60-67.

11 Serge Audier, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012.

12 Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? », La revue des Livres, n°8, novembre-décembre 2012, p. 27-35.

13 Immanuel Wallerstein, Historical Capitalism, London, Verso, 1983.

14 Jean Piel, « Le virage néolibéral planétaire depuis 25 ans : la nouveauté proclamée ou le dernier avatar du capitalisme toujours tel qu’en lui-même ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Débats, http://nuevomundo.revues.org/6183, consulté le 11 novembre 2014.

15 Perry Anderson, « Histoire et leçons du néo-libéralisme. La construction d'une voie unique », Page2, Genève, 1996 http://page2.ch/EdPage2/p2_neolib_anderson, consulté le 10 novembre 2014].

16 Tania Harmer, Allende's Chile and the Inter-American Cold War, Chapel Hill, University of Carolina Press, 2011.

17 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservatisme et autoritarisme au Chili (1955-1983), Toulouse, Thèse de doctorat en Littérature et civilisation latino-américaines, Université de Toulouse 2 le Mirail, 2001 et Manuel Gárate Chateau, La Revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012.

18 Ainsi que le rappellent régulièrement les études de la CEPAL, le Chili fait partie des pays les plus inégalitaires de l’Amérique latine (aux côtés du Brésil et la Colombie), l’Amérique latine étant le continent le plus inégalitaire de la planète (en 2011, le Chili avait un coefficient de Gini de 0,55).

19 Franck Gaudichaud, « La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, http://nuevomundo.revues.org/67029, consulté le 10 novembre 2014.

20 Tomás Moulián, Chile actual: anatomía de un mito, Santiago, LOM, 1997.

21 Consulter : www.manuelantoniogarreton.cl (consulté le 6 novembre 2014).

22 La « Concertation », coalition regroupant plusieurs organisations partisanes autour du Parti socialiste et de la Démocratie-chrétienne, a gouverné le Chile de 1990 à 2010 (4 mandats successifs, deux assumés par des Présidents DC et deux par des Présidents PS). Pour un bilan critique de la politique économique de ces gouvernements : Hugo Fazio et Magaly Parada, Veinte años de política económica de la Concertación, Santiago, LOM, 2010.

23 La Constitution de 1980 est toujours en place, bien qu’ayant subie plusieurs réformes successives. Un débat a lieu depuis plusieurs années au sein des mouvements sociaux, de la société civile et des partis sur la nécessité d’une Assemblée Constituante, alors que la majorité des parlementaires se montrent attachés à la stabilité du système institutionnel, hérité du régime militaire, ceci malgré son déficit en termes de représentativité et de légitimité.

24 Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990-2010, Santiago, Editorial ARCIS/ CLACSO, 2010. Voir un entretien filmé avec cet auteur sur le site du colloque de Grenoble "Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale" : http://chili-neoliberal.sciencesconf.org (consulté le 6 novembre 2014).

25 Rafael Agacino, “Movilizaciones estudiantiles en Chile: anticipando el futuro” en Educação em revista, Marília, Universidade Estadual Paulista, Vol. 14, n° 1, 2013, www2.marilia.unesp.br/revistas/index.php/educacaoemrevista/article/download/3294/2552, consulté le 9 novembre 2014.

26 Emmanuelle Barozet, "Mobilisations étudiantes et malaise social : el invierno chileno de 2011", Problèmes d’Amérique Latine, Paris, IHEAL, 4, pp.129-131 et Mario Garcés El despertar de la sociedad. Los movimientos sociales de América Latina y Chile, Santiago, LOM, 2012.

27 Voir notamment : G. Couffignal, S. Velut (coord.), Dossier « Le Chili "déconcerté" », Cahiers des Amériques Latines, n°68, Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL), 2012.

28 Voir respectivement : Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Concertación en Chile. 1990-2010, Santiago, Editorial ARCIS/ CLACSO, 2012 ; Franck Gaudichaud, “Ensayo crítico sobre el nuevo gobierno Bachelet. Progresismo transformista, neoliberalismo maduro y resistencias sociales emergentes”, Revista Observatorio critico de América Latina, Buenos Aires, CLACSO n° 35, mayo 2014, www.clacso.org.ar/institucional/1h3_libro_detalle.php?idioma=&id_libro=875&pageNum_rs_libros=, consulté le 10 novembre 2014 et Alberto Mayol, No al Lucro. De la crisis del modelo a la nueva era política, Santiago, Random House Mondadori, 2012.

29 Pierre Rosanvallon Le capitalisme utopique, Paris, Seuil, 1979.

30 Stéphane Haber « Du néolibéralisme au néocapitalisme ? » Quelques réflexions à partir de Foucault, Actuel Marx, 2012/1 n° 51, p. 65.

31 Maurizio Lazzarato, La fabrique de l'homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Amsterdam, Editions Amsterdam, 2011.

32 Kathya Araujo et Danilo Martuccelli, Retrato de la sociedad chilena y sus individuos. LOM, 2012, p. 313

33 Revue Problème d’Amérique latine, 2013/1, nº88.

34 Cette recherche a compté 96 entretiens semi directifs.

35 Kathya Araujo, Danilo Martuccelli « Individu et néolibéralisme : réflexions à partir de l'expérience chilienne », Problèmes d'Amérique latine, 2013/1 n° 88, p.141

36 Colloque coordonné par Franck Gaudichaud et organisé par Antoine Faure, René Jara Reyes, María Cosette Godoy Hidalgo, Edmond Raillard, Fabiola Miranda Pérez, avec le soutien de PACTE et de l’ILCEA. Voir : http://chili-neoliberal.sciencesconf.org (consulté le 10 novembre 2014).

37 La gouvernementalité désigne, dans la perspective de Michel Foucault, la rationalité propre au gouvernement de la population et sa capacité à « disposer des hommes et des choses », dans une logique de contrôle, surveillance et « biopouvoir ».

38 Ceci malgré les apports importants de recherches comme celles de Guillaume Boccara, Patricia Richards, Paola Bolados, Patricia Ayala ou encore Fernando Leiva.

39 Guillaume Boccara, « Cet obscur objet du désir… multiculturel (III) : ethnogenèse, ethnicisation et ethnification », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Seminar materials, 2010, http://nuevomundo.revues.org/59984 (consulté 17 novembre 2014).

40 Carlos Ruiz E., Conflicto social en el neoliberalismo avanzado: análisis de clase de la revuelta estudiantil en Chile, Buenos Aires, CLACSO ediciones, 2013.

41 En ce qui concerne ce débat, et une discussion des propositions analytiques de Alberto Mayol et Carlos Ruiz, cf. : Franck Gaudichaud, Las fisuras del neoliberalismo maduro. Trabajo, “Democracia protegida” y conflictos de clases, Clacso, Buenos Aires, 2015, http://biblioteca.clacso.edu.ar/clacso/becas/20150306041124/EnsayoVF.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo et Fabiola Miranda-Pérez, « Chili actuel, à l’ombre du néolibéralisme. Eléments d’introduction  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/68208

Haut de page

Auteurs

Franck Gaudichaud

Docteur en science politique, maitre de conférences à l’Université Grenoble-Alpes, Institut des Langues et Cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4).
franck.gaudichaud@u-grenoble3.fr

Articles du même auteur

María Cosette Godoy Hidalgo

Doctorante en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Grenoble, Université Grenoble-Alpes, PACTE-PO, et enseignante de l'Université Diego Portales au Chili.
maria.godoyh@mail.udp.cl

Fabiola Miranda-Pérez

Doctorante en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Grenoble, Université Grenoble-Alpes, PACTE-PO, et enseignante-chercheure de l'Université Academia de Humanismo Cristiano au Chili.
fabiola.mirandaperez@iepg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page