Navigation – Plan du site
Vanessa Oliveira et Xavier Calmettes 

Guide du chercheur américaniste : Enquête de terrain et travail de recherche à Cuba

[25/01/2016]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Avant de partir

Photo n°1 – Le Malecón en fin d'après-midi

Photo n°1 – Le Malecón en fin d'après-midi

Vanessa Oliveira, 2013

1Cuba n'est pas un terrain d'enquête facile pour un chercheur de sciences sociales. Au-delà des pesanteurs administratives et des difficultés de logement et de visa, les archives sont parfois désordonnées et le référencement informatique de ces dernières est quasiment inexistant. Il est également difficile de garder le contact avec son pays d'origine car le prix des communications téléphoniques est prohibitif (voir les tarifications ci-dessous).

2Cuba fourmille pourtant d'archives inexploitées et d'excellentes recherches pourraient être menées. Néanmoins, il est indispensable d'organiser son voyage à l'avance si vous restez moins de trois mois à Cuba. Si vous souhaitez consulter des archives sans avoir préalablement pris contact avec les organismes dont vous souhaitez consulter les fonds, les démarches une fois sur place vous prendront au minimum deux semaines. Pour les chercheurs qui souhaitent étudier la société cubaine sous un angle sociologique ou anthropologique, sachez que celle-ci est très différente des autres sociétés latino-américaines et surtout plus difficilement accessible. Il est nécessaire d'effectuer une immersion longue.

Le choix du visa

3Il est recommandé de prendre contact avant de partir avec des chercheurs ou des institutions qui pourront vous aider et guider dans vos démarches car celles-ci peuvent être longues. La première étape consiste à demander un visa auprès de l'ambassade de Cuba dans votre pays (à Paris, pour ceux qui sont en France : www.cubaparis.org). Pour les chercheurs qui résident en province, il est possible d'effectuer ces formalités par courrier.

4Il existe trois moyens pour entrer dans le pays. Celui qui demande le moins de formalités administratives est le visa touristique.

Le visa touristique

5Il est possible d'aller chercher ce visa dans les agences de voyage habilitées ou au consulat de Cuba en France. Ce dernier permet de rester un mois, renouvelable un mois dans le pays soit auprès de l'office d'immigration soit à l'accueil des hôtels. Il est possible de le rénover une troisième fois seulement en cas de force majeure (ouragan, annulation du vol, etc). Néanmoins, le visa touristique interdit les longs séjours et la consultation des archives de l'Archivo Histórico Nacional de Cuba (AHNC), même avec une lettre de recommandation de plusieurs institutions cubaines. De même, il peut s'avérer ruineux pour un chercheur arrivé avec un visa touristique de prendre les photos de documents d'archives ou de les digitaliser puisque à l'AHNC ou à l'Institut d'Histoire de Cuba (IHC), chaque photo vous coutera 1 CUC (soit 1 dollar ou 90 centimes d'euro). Il en va de même à l'ICAIC ou à l'ICRT qui font payer le service de consultation et copie d'images, reportages ou films à des prix prohibitifs (plusieurs centaines d'euros. Par contre, si vous avez un visa étudiant, vous pouvez demander un règlement en Monnaie Nationale, selon une table de paiement qui présente des sommes beaucoup moins importantes).

Le visa étudiant

6La deuxième solution est de demander un visa étudiant. Cette dernière donne droit à de nombreux avantages: rester plus de temps sur le terrain, accéder aux cantines étudiantes et restaurants réservés, la possibilité de demander la libreta auprès de l'OFICODA (organisme chargé de l'aide alimentaire et donc de la libreta qui est une subvention en nature (riz, haricots, huile, savon...) dispensée par l'État), payer en Monnaie Nationale toutes les activités culturelles (concerts, cinéma, théâtre, musées) et les billets de bus pour aller en province avec l'entreprise d'État Astro, beaucoup plus économique que Viazul. Le visa étudiant permet aussi de payer la reproduction des archives en Monnaie Nationale si l'on possède une lettre de recommandation d'une institution cubaine qui est validée par le directeur du fond d'archive. Pour obtenir ce visa, il faut demander à suivre des cours auprès de l'université (les cours sont payants et leurs prix varient en fonction de la faculté et du nombre d'heures de chaque cours). L'université envoie ensuite une demande au ministère qui transmet celle-ci à l'immigration et au consulat. Le processus dure au minimum un mois. Une fois que le consulat a reçu l'autorisation, il ne vous reste plus qu'à apposer le visa d'entrée sur votre passeport. Ce type de visa n'est avantageux que si vous comptez rester au moins un semestre dans le pays car une fois à Cuba vous devrez demander votre carte de résident temporaire auprès de l'immigration cubaine (délai d'environ un mois).

Le visa académique

7La troisième solution est de demander un visa académique. Il ne donne droit à aucune réduction des prix de la vie courante et des reproductions de documents d'archive mais permet de consulter, pourvu qu'il soit accompagné d'une lettre de recommandation d'une institution cubaine les fonds de l'AHNC, de l'IHC et des archives provinciales.

Les particularités monétaires

Photo n°2 et 3 – Monnaies

Photo n°2 et 3 – Monnaies

Xavier Calmettes, 2015.

8Il convient également d'être averti de quelques particularités monétaires. Comme vous vous en êtes peut-être déjà rendu compte au chapitre précédent, il existe deux monnaies en circulation à Cuba : une monnaie nationale (CUP), utilisée par les Cubains pour les transactions quotidiennes (transport, cinéma, achats dans les bodegas ou dans les marchés de fruits et légumes) et le peso convertible (CUC) indexé sur le dollar. Le taux de change entre les deux monnaies est fixe : 1 CUC vaut 24 pesos, 25 pesos valent 1 CUC. En règle générale, il est possible de payer dans le secteur privé dans les deux monnaies, sachant que souvent le CUC vaut 23 pesos. Dans le secteur public et pour les évènements culturels, étrangers et cubains paient le même montant mais dans une devise différente (les étrangers en CUC et les cubains en CUP, sauf, bien entendu, si vous possédez un visa étudiant).

Le logement

Photo n°4 – Le symbole en bleu indique que ce foyer est habilité à héberger des étrangers

Photo n°4 – Le symbole en bleu indique que ce foyer est habilité à héberger des étrangers

Vanessa Oliveira, 2013

9Il est difficile de se loger et de se déplacer à Cuba. Les logements chez l'habitant sont les plus économiques. Il est obligatoire de dormir dans des logements habilités par l'État (les maisons qui disposent d'un timbre fiscal bleu collé sur la porte) mais de nombreux étudiants louent chez des particuliers qui ne paient pas l'impôt (et sont par conséquent moins onéreux). Pour vos premières nuits des sites cubains comme cubahoster.com ou étrangers comme airbnb.com proposent des logements à prix abordables (le premier est un peu plus économique). À noter que les rabatteurs (jineteros) qui vous proposeront des logements sur place touchent des commissions importantes (de l'ordre de 25% du total de votre location).

Le transport

Photo n°5 – Un bicitaxi à La Havana Vieja

Photo n°5 – Un bicitaxi à La Havana Vieja

Vanessa Oliveira, 2013

10À La Havane, les lieux où se situent généralement les archives et bibliothèques sont desservis correctement bien que les bus soient souvent bondés. En province, les villes étant à taille humaine, le meilleur moyen de transport reste le vélo ou le bicitaxi. Pour faciliter vos déplacements, nous mentionnons les bus qui desservent les principaux lieux de recherche après l'adresse (pour La Havane).

Photo n°6 – Les almendrones, des taxis collectifs, à la rue Neptuno, à Centro Habana

Photo n°6 – Les almendrones, des taxis collectifs, à la rue Neptuno, à Centro Habana

Vanessa Oliveira, 2013

11Une autre solution pour se rendre plus rapidement d'un point à l'autre est de se servir des taxis collectifs qui sont souvent des almendrones (vieilles voitures américaines). Ils sont très utilisés par la population. Le prix par passager est de 10 pesos (CUP) par trajet (Centro Habana - Vedado/ Habana Vieja - Vedado/ Yara-Víbora). Attention, les trajets plus longs, Playa - Centro Habana, Habana Vieja – Santiago de las Vegas ou Vedado - Palma, peuvent couter le double. Les microbus reconnaissables à leurs couleurs jaune et noir suivent parfois les parcours des bus publics et parfois les routes des almendrones/carros/ máquinas. Ils coutent 5 pesos (CUP) par passager. En province, les coches (calèches) permettent de se déplacer. Leur prix est variable mais ne dépasse pas les 10 pesos (CUP) par trajet (en général entre 2 et 5 pesos).

Photo n°7 – Coche en Baracoa

Photo n°7 – Coche en Baracoa

Xavier Calmettes, 2013

12Signalons que pour les voyages inter-provinciaux, les plus fortunés d'entre vous prendront soit les bus Viazul (en CUC), soit les transports Astro (en CUP (si vous avez un visa étudiant) alors que les petits budgets opteront pour les longs et éprouvants voyages en camion.

Photo n°8 – Camions interprovinciaux (Las Terrazas)

Photo n°8 – Camions interprovinciaux (Las Terrazas)

Vanessa Oliveira, 2013

Depuis les aéroports

13La Havane
Si vous n'êtes pas trop chargé, il est possible de sortir et de vous rendre à l'aéroport José Martí en transport en commun, même si le parcours peut être assez épuisant. Dans l'hypothèse où vous ayez déjà trouvé votre logement, essayez de négocier avec les propriétaires afin qu'ils viennent vous récupérer à l'aéroport. En effet, les particuliers peuvent désormais faire monter ou déposer les étrangers à l'aéroport. Si vous prenez un taxi, le prix du trajet entre l'aéroport et le centre-ville de La Havane peut varier entre 15 et 25 CUC.

14Province
En province, les trajets entre l'aéroport et le centre-ville sont moins onéreux. À Camagüey, le trajet coûte entre 5 et 10 CUC ; à Santiago de Cuba, entre 5 et 15 CUC ; à Holguín, environ 12 CUC. Selon votre vol, les prix peuvent varier, les taxis augmentent leurs tarifs lorsqu'il s'agit de vols venant de l'étranger. Si vous venez avec un vol intérieur, les taxis peuvent être peu nombreux et fixer des prix prohibitifs. N'hésitez pas à négocier et à attendre.

Internet

Photo n°9 – Un cybercafé d'ETECSA à Pinar del Rio

Photo n°9 – Un cybercafé d'ETECSA à Pinar del Rio

Xavier Calmettes, 2010

15Jusqu'à très récemment, se connecter à Cuba était coûteux et le débit était lent. Il fallait se contenter soit d'une connexion très lente chez les particuliers (1 CUC/heure mais un débit inférieur à 25ko/seconde et dans l'illégalité), soit d'une connexion plus rapide mais onéreuse dans les hôtels (entre 6 et 10 CUC/heure). Aux réelles difficultés techniques de raccordement de l'île aux câbles sous-marins (Cuba n'a été reliée qu'à partir de 2013 au réseau mondial (via le Venezuela) grâce au câble Alba 1) s'ajoutaient des raisons en matière de contrôle politique de la population. L'une des réformes menées par Raúl Castro a concerné l'accès à internet. L'entreprise de télécommunication cubaine, ETECSA, a ouvert des cybercafés où l'on peut naviguer pour 4,50 CUC/heure. De même, une cinquantaine de points Wi-Fi ont été installés dans les principales villes du pays. Il convient néanmoins de prévenir les lecteurs de quelques problèmes logistiques en ce qui concerne la vente de cartes contenant les codes d'accès (2 CUC/heure). Elles disparaissent très rapidement des points de vente et apparaissent presque aussitôt dans les mains des revendeurs à 1 ou 2 CUC plus chers. Pour ceux qui possèdent un visa étudiant, les laboratoires informatiques de l'université disposent de quelques ordinateurs avec un système peu performant mais suffisant pour envoyer des mails. Les ordinateurs portables peuvent aussi être configurés pour utiliser le Wi-Fi de l'université.

16Les spots wi-fi de ETECSA
- La Rampa (Malecón jusqu'au cinéma Yara)
- Parc de la rue 51, municipalité de La Lisa
- Parc Fe del Valle (À l'angle de la rue Galeano et la rue San Rafael)
- Amphithéâtre de Marianao
- Paseo de la Villa Panamericana
- Parc Mónaco, 10 de Octubre
- Pabellones Central et 14, Expocuba

Trouver des informations

17Préparer votre voyage est essentiel. Prévoyez, des plans de la Havane ou d'autres villes que vous comptez visiter. Cherchez en arrivant les "Paginas Amarillas" d'ETECSA, l'équivalent des pages jaunes françaises. Même si le référencement n'est pas complet, vous y trouverez les adresses des principales institutions. Une version en ligne est aussi disponible sur : www.paginasamarillas.cu


S’inscrire à l'université

Photo n°10 – Universidad de la Habana

Photo n°10 – Universidad de la Habana

Vanessa Oliveira, 2013

18N'hésitez pas à chercher le contact du secrétariat de la faculté dans laquelle vous souhaitez vous inscrire sur le site de l'Université de La Havane (http://www.uh.cu/​). Normalement, les responsables du secrétariat sont très attentifs et s'occupent des détails de votre inscription. Si vous êtes sur place, allez demander directement dans les facultés et renseignez-vous. Ce contact direct permet d'accélérer les démarches.

Les lieux de la recherche

Photo n°11 et 12 – La Bibliothèque Nationale José Martí (BNJM) Document appartenant à l'AHNC

Photo n°11 et 12 – La Bibliothèque Nationale José Martí (BNJM) Document appartenant à l'AHNC

19Xavier Calmettes, 2009

Xavier Calmette, 2013

Bibliothèques

20Cuba est un terrain d'enquête qui n'est plus fermé à la recherche. Beaucoup de documents sont consultables et même si certaines entraves administratives peuvent rendre difficile la consultation des documents de certains fonds d'archive comme ceux de l'Archivo Histórico Nacional de Cuba (AHNC), les relations humaines entretenues avec les archivistes peuvent parfois débloquer des situations qui semblent inextricables.

21La Havane
Biblioteca Nacional José Martí (BNJM)
Elle est le lieu incontournable pour les chercheurs qui souhaitent consulter les archives historiques cubaines. La bibliothèque vient de faire l'objet d'une rénovation. Elle est divisée en plusieurs départements (XXème siècle, folklore, XIXème siècle). Elle possède des collections de livres, de discours, de périodiques, de documents historiques et de revues aux thématiques variées. Pensez également au cours de vos recherches, si vous ne trouvez pas la référence d'un ouvrage postérieur aux années 1940 à descendre au sous-sol de la bibliothèque, à la banque de prêt des livres (appelée circulante). Aussi étrange que cela puisse paraître des ouvrages (même rares) qui ne sont pas référencés et ne sont pas disponibles dans les salles du premier, second ou troisième étage peuvent être empruntables.

Av. Independencia à l'angle de l'Av. 20 de Mayo, Plaza de la Revolución, La Habana

Tel : (537) 8555442 / 49 ; e-mail : publiweb@bnjm.cu ; site internet : bnjm.cu ; bus : P12- P16-P2-174 ; ouverture : Du lundi au vendredi de 8H15 à 18H15 ; le samedi de 8H15 à 16H15 (en alternance, en 
semaine 1, la salle générale est ouverte ; en semaine 2, les salles spécialisées et celle cubaine)

22Biblioteca del instituto de lingüística y de literatura
La bibliothèque de l'institut regroupe diverses archives qui ne se limitent pas à la littérature ou à la linguistique. Elle dispose notamment d'une vaste collection de journaux et de périodiques du XIXème et du XXème siècle. Elle est la seule bibliothèque de La Havane à disposer de la collection complète consultable du journal El Mundo (La Havane) dont les locaux et archives ont brûlé en 1967 et de la revue América (New York) dans laquelle écrivit José Martí entre 1882 et 1884. L'état des archives est parfois précaire et le chercheur devra se munir, en plus de la lettre de recommandation cubaine, d'une seconde lettre l'autorisant spécifiquement à consulter les archives non disponibles pour le grand public.

23À noter que les chercheurs spécialistes de Fernando Ortiz pourront y trouver quelques archives qui n'ont été ni regroupées par le centre Fernando Ortiz, ni par la BNJM.

710, Av. Salvador Allende entre Soledad et Castillejo, Centro-Habana, La Habana.

Tel : (537) 878 53 77, (537) 878 64 86 ; e-mail : ill@ceniai.inf.cu; bus : P4- P6- P11-P12- P15-195-265

24Biblioteca del arzobispado
Pour accéder à cette bibliothèque et à ses archives, il vous faudra une lettre de recommandation d'une institution cubaine et l'autorisation préalable du chancelier. Elle n'est ouverte que le matin entre 9 heures et midi. Les lettres de l'archevêché, le bulletin épiscopal et les livres publiés par l'Église depuis le début du XXème siècle s'y trouvent. En revanche, les documents plus anciens ont été transférés à l'AHNC.

152, Calle Habana à l'angle de la Calle Chacón, La Habana Vieja, La Habana.

Tel : (53 7) 862-4000 / 862-4008 / 862-4009 ; bus : P5


25Biblioteca Pública Rúben Martínez Villena
Après inscription, il est possible de consulter ou d'emprunter les ouvrages de la bibliothèque. La collection est assez réduite. Vous n'y trouverez que les principales références.

59, Calle Obispo entre Oficios et Baratillos, La Habana vieja, La Habana

Tel : (537) 861 4788, (537) 862 9037-39 ; e-mail : teresita@ohdireco.cu bpvillena.ohc.cu ;
ouverture : Du lundi au vendredi de 8H00 à 20H00 ; le samedi de 8H00 à 16H00 ; bus : P5

26Biblioteca central de la Universidad de La Habana
Un lieu incontournable pour les chercheurs qui souhaitent trouver des livres oubliés de la première moitié du XXème siècle cubain. La bibliothèque possède une collection de livres rares qui ne se trouvent pas dans les autres lieux de recherche. La salle de consultation est agréable avec une ambiance très estudiantine. Les archivistes peuvent éventuellement vous rediriger vers les bibliothèques des facultés de l'université qui conservent les meilleures thèses et mémoires de leurs départements.

San Lázaro et L, Município Plaza de la Revolución, La Habana

Bus : P1-P2-P4-P5-P6-P9-P16 ; ouverture : Du lundi au vendredi de 8H00 à 20H00 ; le samedi de 8H00 à 14H00

27Biblioteca de la facultad de comunicación y periodismo
Les références en matière d'étude des médias et de communication sont assez rares à Cuba. La faculté de communication et de journalisme fait exception. Il est possible de consulter sur place quelques études et ouvrages dignes d'intérêt. On regrettera néanmoins l'absence de système de référencement malgré les efforts de la sympathique bibliothécaire qui gère ces lieux.

Calle G à l'angle de la Calle 23, Município Plaza de la Revolución, La Habana

Bus : P4-P9-P11-P15

28Biblioteca Orestres Ferrara (museo napoleónico)
Le quatrième étage du musée Napoléon abrite une splendide bibliothèque de taille modeste qui n'est autre que celle du célèbre homme politique cubano-italien : Orestres Ferrara. Des archives et des livres du début du XXème siècle sont consultables sur présentation d'une lettre de recommandation d'une institution cubaine.

1159, Calle San Miguel à l'angle de la Calle Ronda, Plaza de la Revolución, La Habana

Bus : P1-P4-P6-195


29Camagüey
Biblioteca provincial de Camagüey Julio Antonio Mella
Idéalement située, la bibliothèque provinciale de Camagüey possède un fond honorable de livres rares, précieux et de littérature qui peuvent servir au début d'une recherche de sciences sociales. L'ambiance à l'intérieur et à l'extérieur de la bibliothèque est agréable. Malgré tout, le catalogue de l'institution reste relativement basique. Ceux qui étudient le XXème siècle cubain apprécieront la possibilité de consulter deux périodiques que l'on ne trouve dans nulle autre archive : El Camagüeyano et la revue Camagüey Gráfico.

177 Esq. Martí. Camagüey. (53 32) 293 793

E-mail : bibliotecamella.pprincipe.cult.cu / cmgbiblioteca@pprrincipe.cult.cu

30Santiago de Cuba
Biblioteca Elvira Cape
La bibliothèque municipale de Santiago était en cours de rénovation lors de notre passage. La façade vétuste semblait attester de la nécessité d'une telle entreprise. Depuis, il semble que la bibliothèque soit de nouveau ouverte et qu'un espace de lecture à l'air libre ainsi qu'une salle de navigation à l'intérieur du bâtiment aient été ouverts.

258, rue Heredia entre Pío Rosado et Hartman, Santiago de Cuba.

Tel : (53 22) 654 836 ; e-mail : bpcape@lib.cultstgo.cul.cu ; site web : cultstgo.cult.cu/biblioteca/index.htm

31Biblioteca central “Francisco Martínez Anaya” de la Universidad de Oriente
Comme son homologue havanaise, l'université d'orient possède une bibliothèque centrale. Cependant, elle est nettement moins dotée en matière de Sciences sociales. La quasi-totalité des documents et livres sont postérieurs à la Seconde Guerre mondiale. Pour consulter les ouvrages, une pièce d'identité suffit. À noter qu'Alfredo Guevara a légué sa bibliothèque personnelle (1300 livres) à l'université.

Universidad de Oriente, Ave. Patricio Lumumba s/n Altos de Quintero. Santiago de Cuba.

32Santa Clara
Biblioteca “Chiqui Gómez Lubián Urioste” de la Universidad Central “Marta Abreu” de Las Villas
Cette bibliothèque d'allure très modeste abrite un véritable trésor au dernier étage du bâtiment: la collection Coronado. Des documents du XVème au XXème siècle ont été rassemblés par Francisco de Paula Coronado et sont tombés dans le domaine public en 1960. Cette collection méconnue vaut le détour de toutes les personnes intéressées par le début du XXème siècle cubain. D'autant plus que vous rencontrerez dans la salle des spécialistes qui connaissent bien cette collection d'une grande valeur historique.

Sede central Marta Abreu (derrière la faculté de Sciences Sociales), carretera a Camajuaní. Santa Clara.

33Pinar del Río
Biblioteca de la universidad de Pinar del Río
Cette bibliothèque de taille modeste recèle les livres des frères Saíz. Elle permet de connaître quels furent les livres les plus lus par les jeunes révolutionnaires sous la dictature de Fulgencio Batista. Elle est divisée en quatre salles de lecture. Pour les chercheurs en sciences sociales, seules les salles « universelle » et de « sciences sociales » ont un intérêt.

Universidad de Pinar del Río "Hermanos Saíz Montes de Oca", à la fin de la rue Martí (N°300).

E-mail : adalina@fcsh.upr.edu.cu

Archives

34La Havane
Archivo Histórico Nacional de Cuba (AHNC)
Il s'agit de l'un des centres d'archives les plus difficilement accessibles de La Havane pour les chercheurs qui ne disposent pas d'un visa académique ou étudiant. Il est, en effet, obligatoire de présenter ce document ainsi qu'une lettre de recommandation d'une institution cubaine, une seconde pour la consultation de certains fonds en mauvais état et il est recommandé de présenter également une troisième lettre afin de réaliser le paiement des reproductions digitales en Monnaie Nationale. Dans le cas contraire, chaque digitalisation vous coûtera un dollar. Une fois ces lettres remises, il vous faut compter une semaine (dans mon cas deux semaines) avant d'obtenir l'autorisation du directeur de consultation des archives. L'AHNC est le lieu qui regroupe la plupart des documents datant de l'époque coloniale, les principaux écrits des dirigeants de l'indépendance, les archives de l'Église catholique antérieures au XXe siècle, le cadastre, les jugements des tribunaux d'urgence de la première moitié du XXe siècle (dont certains évoquent le nom de Fidel Castro lorsque celui-ci faisait partie des groupes d'action), une version digitale du Diario de la Marina, l'ensemble de la presse clandestine du Mouvement du 26 juillet et du Directorio Revolucionario et les archives de la présidence antérieures à 1959. Elle tient à disposition de ses usagers une vaste collection de photos et de cartes.

906, Calle Compostela à l'angle de la Calle Isidro, La Habana Vieja, La Habana

Tel : (537) 863 6489 ; e-mail : marlene@arnac.cu / beatriz_640@arnac.cu ; bus : P4-P15 ; ouverture : Du lundi au vendredi de 8H00 à 17H00

35Instituto de Historia de Cuba
S'il est un lieu indispensable à l'étude de la révolution cubaine c'est bien l'Instituto de Historia de Cuba. Il est actuellement en cours de déménagement et de réordonnancement. Il est possible de consulter les archives militaires et personnelles de quelques-uns des principaux personnages des années 1950 comme Grau San Martin, Mario Kuchilán ou Sergio Carbó. Il est théoriquement possible de consulter les archives militaires et politiques des années 1960 comme ceux intitulés « lucha anti-subversiva » qui recèlent quelques documents inexploités et d'un grand intérêt. Pour consulter les fonds sensibles des années post-révolutionnaires, il vous faut au minimum l'appui d'une institution cubaine, un visa étudiant ou académique qui vous donne droit à un carnet de résident temporaire et convaincre le directeur de l'institut qui vous indiquera ensuite la démarche à suivre.

en cours de réorganisation.

Bus : P4-P8-P11-P12-P14 Actuellement en cours de réorganisation, les horaires sont changeants.

36Centro de Gestión Documental del Ministerio de Relaciones Exteriores
Inauguré en 1959, le centre d'archive du MINREX permet d'accéder à l'ensemble des archives diplomatiques cubaines du XXème siècle. Il est ouvert au public étranger. Malheureusement, le chercheur n'est pas ménagé dans ce lieu. Il doit obligatoirement demander les archives qu'il va consulter à l'avance, les archivistes ne sont pas des professionnels mais d'anciens diplomates qui se retrouvent affectés au centre documentaire et sont aimables mais assez démotivés. Ces derniers vous déclareront, par exemple, à plusieurs reprises qu'il n'existe aucune trace de la correspondance diplomatique avec la France ou l'Allemagne alors que ces archives existent et sont consultables. Il est vivement conseillé de prendre en photo les archives qui vous sembleront importantes puisque celles-ci peuvent soudainement disparaître. Enfin, nous ne saurions que conseiller vivement une grande persévérance aux chercheurs. N'hésitez pas à redemander la même archive dès qu'il y a un changement de personnel. L'auteur du présent article a dû demander 9 fois le même document au cours de deux années de recherche avant de pouvoir le consulter. Un accord a récemment été signé avec l'Instituto de Historia afin de rénover et référencer de nouveau les livres consulaires. Par conséquent, il est possible que la situation des archives s’améliore dans les prochaines années.

Avenue 5ta entre G et H, Vedado, La Habana.

E-mail : archivo.cubaminrex.cu dhargudin@minrex.gob.cu; bus : P1-P2-P5


Les archives en Province

37Chaque province possède son propre système d'archive. Les archives historiques provinciales ont été peu consultées par les chercheurs. Les documents demandés pour accéder à la documentation sont les mêmes que pour l'AHNC. Néanmoins, les archivistes se montrent souvent compréhensifs et il est possible qu'en expliquant votre situation, ces derniers vous autorisent à accéder aux fonds. Sachez que sur le site de l'AHNC, il est possible de trouver des informations sur une partie des archives régionales.

38Camagüey
Archivo Histórico provincial de Camagüey
Fondé le 4 novembre 1968, le centre d'archive de Camagüey regroupe la documentation locale de la province de Camagüey. Utile pour ceux qui souhaitent réaliser une histoire de la province. Beaucoup de fonds sont en mauvais état. Quelques archives d'intellectuels cubains régionaux.

52, Rue Martí à l'angle de República. Camagüey.

39Santiago de Cuba
Archivo Histórico Provincial de Santiago de Cuba
L'archive a pris la place de l'ancienne prison royale. Le bâtiment inauguré en 1845 est représentatif de l'architecture cubaine du XIXe siècle. Il a été entièrement rénové et permet de travailler dans une ambiance agréable. Il contient des documents du XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle qui ne se limitent pas à ceux de l'actuelle province de Santiago de Cuba. On retrouve certaines des archives municipales et provinciales de Bayamo, Guantánamo, Las Tunas et Holguín. Des événements sont organisés dans l'enceinte de l'institution le troisième vendredi de chaque mois. Il s'agit du programme « desempolvando » qui permet aux chercheurs de raconter l'histoire d'une archive ou d'organiser des événements culturels autour des fonds. Par exemple, lors de mon passage, des musiciens venaient rejouer une partition du XIXe siècle.

Calle Aguilera, à l'angle de Padre Pico, Santiago de Cuba.

40Santa Clara
Archivo Histórico Provincial de Villa Clara
Située dans le centre ville de Santa Clara, l’archive nationale de Villa Clara est rattachée au Ministère de la Science, de la Technologie et de l’environnement (CITMA). Depuis 1997, elle est responsable de l’orientation méthodologique de l’Archive Municipale de Remedios. Elle regroupe les documents d'intérêt régional de la province centrale.

131, rue Tristán entre Alemán et Lubián, Santa Clara. 


Tel : (53 42) 202097 ; e-mail : archivohistorico.villaclara.cu ; ouverture : Du lundi au vendredi de 8H30 à 16H

Les centres d'études

La Havane

41Les centres d'étude spécialisés à Cuba peuvent vous servir de point de départ pour votre recherche et les informations locales de base concernant le champ d'étude. Rattachés à l'Université, dans le cas de la ville de La Havane, ces centres sont souvent équipés d'une bibliothèque spécialisée, ainsi que de bureaux d'experts, liés au centre.

42L'ancien site de Cubarte, toujours actif en anglais, français et, évidemment, espagnol (archivo.cubarte.cult.cu/paginas/servicios/directorio/directorio.php) met à disposition une liste importante des principales institutions de recherche et culture dans le pays. Chaque rubrique est composée du descriptif, de l'adresse et des contacts des institutions. Nous avons essayé de rassembler dans ce guide celles qui nous semblaient les plus pertinentes dans le domaine des sciences sociales.

43Centro de Estudios de la Economía Cubana (CEEC)
Champ d'étude: économie, finances, politique économique
Le Centre d'Études de l'Économie Cubaine travaille depuis août 2012 avec le Conseil de Science et de Technologie et, plus spécifiquement, avec la Commission des sciences économiques responsable de la mise en œuvre des Lineamientos, politique d’actualisation du système économique cubain, mise en œuvre par Raúl Castro à partir de 2008. Dans ce centre, travaillent des économistes cubains réputés comme Juan Triana, Omar Everleny et Ricardo Torres.

707, avenue 41 à l'angle de la rue 9, Miramar, La Habana

Tel : (53 7) 202 1391 / 209 0563 ; e-mail : contacto@ceec.uh.cu ; bus : P4-P1


44Centro cultural Pablo de la Torriente Brau
Champ d'étude: arts (littérature, musique, peinture...), Pablo de la Torriente Brau, les flux culturels.
Le centre culturel dispose d'un fond documentaire lié à l'oeuvre de Pablo de la Torriente Brau. Il organise également de nombreuses activités artistiques et culturelles et édite des oeuvres-témoignage à caractère historique.

63, Calle de la Muralla entre Oficios et Inquisidor, La Habana vieja, La Habana

Tel : (537) 866 6585 / 866 6251 ; e-mail : centropablo@cubarte.cult.cu ; bus : P5-P15


45Centro de Estudios Martianos (CEM)
Champ d'étude : José Martí, Histoire politique des mouvements indépendantistes cubains.
L'institution a pour but de préserver les manuscrits, écrits, photos et les objets personnels de José Martí. Le centre dispose également d'une bibliothèque avec les principales œuvres ayant été écrites au sujet du héro de l'indépendance.

807, Calzada à l'angle de la Calle A 4, Vedado, La Habana

Tel : (537) 836 4966/69 ; e-mail : cem@josemarti.co.cu ; bus : P1-P4-P5


46Unión Nacional de Escritores y Artistas de Cuba (UNEAC)
L'UNEAC est le lieu idéal pour trouver les contacts des principaux artistes et intellectuels cubains. Elle dispose d'une bibliothèque qui conserve les livres édités par la maison d'édition Unión.

345, Calle 17 entre G et H, Vedado, La Habana

Tel : (537) 832 4551 ; e-mail : uneac@cubarte.cult.cu ; bus : P4-P9 ; ouverture : Du lundi au vendredi de 8H30 à 12H00 et de 13H00 à 16H30

47Instituto Cubano de Investigación Cultural "Juan Marinello"
Champ d'étude : anthropologie, sociologie, culture, culture cubaine, études culturelles.
L'institution remplace l'ancien Centre de recherche et développement de la culture cubaine Juan Marinello, fondée le 8 novembre 1995. Membre de la Clacso (Conseil latino-américain de Sciences sociales) et financé par le Ministère de la Science, de la technologie et de l'environnement de Cuba, l'institut offre annuellement des cours libres, de spécialisation et d'été au-delà de cycles de conférences, événements et ateliers critiques.

63, avenue Rancho Boyeros entre Bruzón et Lugareño, Plaza de la Revolución, La Habana

Tel : (537) 877 5771 (secrétariat) / 861 9479 (accueil) ; e-mail : cidcc@cubarte.cult / cudireccion@icic.cult.cu ; bus : P12-P16-P2-Bus aeroport.

48Fundación Fernando Ortiz
Champ d'étude : anthropologie, linguistique, musicologie, études du religieux, ethnologie.
Crée le 21 septembre 1995, la Fondation Fernando Ortiz est une institution culturelle publique non gouvernementale, dédiée spécialement à l'étude et à la promotion de la vie et de l'œuvre de Fernando Ortiz, homme politique, écrivain et ethnomusicologue, grand expert de la culture afro-cubaine. La fondation compte un groupe de chercheurs, professeurs et spécialistes de différents domaines spécialisés dans les recherches qui portent sur l'identité cubaine, caribéenne et latino-américaine.

160, Rue 27 à l'angle avec L, Vedado, La Habana

Tel : (537) 832-4334 / (537) 830-0623 ; e-mail : ffortiz@cubarte.cult.cu ; bus : P1-P4-P5-P6-P9-P16

49Camagüey
Centro de Estudios Multidisciplinarios del Turismo (CEMTUR)
Champ d'étude : Impact du tourisme, économie du tourisme.
Le Centre d'étude multidisciplinaire sur le tourisme s'intéresse aux problématiques du tourisme à Cuba, les moyens de le stimuler et les dangers de celui-ci en terme de déséquilibre de l'économie.

Carretera Circunv. Norte Km. 5, Facultad de ciencias económicas y jurídicas, Universidad de Camagüey « Ignacio Agramonte Loynaz », Camagüey.

Tel : (53 32) 281 363

50Centro de Gestión ambiental
Champ d'étude : environnement, gestion des risques, économie de l'environnement, études d'impact environnemental.
Dirigé par Isidro Méndez Santos, ce centre cherche à comprendre et à travailler sur les impacts environnementaux de l'activité humaine, les actions pédagogiques de sensibilisation à la problématique de l'environnement etc. Le centre d'étude de Camagüey est reconnu pour son activité dans ce domaine et il regroupe des spécialistes des sciences naturelles et des sciences sociales.

Carretera Circunv. Norte Km. 5. Facultad de Ciencias pedagogicas, Universidad de Camagüey « Ignacio Agramonte Loynaz ». Camagüey.

Tel : (53 32) 281 363

51Santiago de Cuba
Centro de Estudios Cuba-Caribe (CECUCA)
Champ d'étude : flux caribéens, histoire des caraïbes.
Ce centre est la référence en matière de recherche sur le bassin caribéen à Cuba. Le centre est assez actif et favorise le travail d'équipe. Il est intéressant pour un chercheur étranger de connaître les membres de ce groupe et d'éviter le havanocentrisme de bon nombre d'études sur Cuba car ils pourront vous fournir des données au sujet de l'histoire régionale de l'Oriente cubain.

Avenue de las Américas s/n, Santiago de Cuba.

e-mail : cecuca@fie.uo.edu.cu

52Centro de Estudios para el Desarrollo Integral de la Cultura (CEDIC)
Champ d'étude : les communautés, les cultures locales.
Le centre vise à améliorer les conditions de vie au niveau local et à développer des études sur les modes de vie et les cultures locales.

Patricio Lumumba s/n. Santiago de Cuba.

53Santa Clara
Centro de Investigaciones Agropecuarias
Champ d'étude: Agronomie, Vétérinaire et zootechnie, ingénierie agricole, biologie.
Ce centre de recherche se concentre sur le développement et le transfert de technologie dans le champ agricole. Les études sont focalisées sur le développement durable et agro-écologique visant la valorisation des agriculteurs et de leurs produits.

Universidad Central “Marta Abreu” de Las Villas; Carretera a Camajuaní km 5.5, Santa Clara.

Tel : (53 42) 281 520 / 211 861 ; e-mail : raciello@uclv.edu.cu/ anoa@uclv.edu.cu

54Instituto de biotecnología de las Plantas (IBP)
Champ d'étude: modification génétique, agriculture durable, biotechnologie
Fondé en 1992 l'institut, rattaché à l'université Central Marta Abreu de las Villas, compte un groupe de chercheur multidisciplinaire concentré sur le développement d'une agriculture durable. L'institut publie depuis 1999 la revue Biotecnología Vegetal disponible en version digitale.

Universidad Central “Marta Abreu” de Las Villas; Carretera a Camajuaní km 5.5, Santa Clara.

Tel : (53 42) 281 257/ 281 268/ 281 693 ; e-mail: ibp.co.cu / info@ibp.co.cu

55Pinar del Río
Centro de Estudios sobre el Desarrollo Cooperativo y Comunitario (CEDECOM)
Champ d'étude : les coopératives.
Le CEDECOM s'intéresse à la thématique du développement des coopératives et de leur impact social, alimentaire et culturel.

Universidad de Pinar del Río "Hermanos Saíz Montes de Oca", à la fin de la rue Martí (N°300).

Site internet : cedecom.upr.edu.cu/

Les institutions culturelles

56La Havane est aussi une ville qui compte de nombreuses institutions culturelles organisant un nombre important d'activités d'arts plastiques, de musique, de littérature etc. En arrivant, il peut être intéressant de passer par quelques-unes de celles-ci pour récupérer leurs programmations en version papier. Comme il est facile d'imaginer, l'internet étant encore très peu répandu, il est assez rare de trouver des mises à jour fréquentes des programmes proposés sur internet.

57Casa del Alba
La Casa del Alba est née en 2009, cinq ans après la signature du document qui créa l'Alternative Bolivarienne pour les Amériques (ALBA). L'un des objectifs de l'accord était d'ouvrir dans chaque pays signataire un lieu de culture latino-américaine et caribéenne qui servirait à organiser des événements transnationaux.

58Le lieu est agréable, bien entretenu et l'institution dispose d'une médiathèque dans laquelle l'on retrouve les plus grands noms de la littérature latino-américaine et caribéenne ainsi que la plupart des grands films cubains. L'institution compte aussi une salle d'étude et organise régulièrement des événements culturels.

Calle Línea à l'angle avec D, Vedado, La Habana

Tel : (537) 833 2011/ 833 2151 ; bus : P1-P2-P5

59Oficina del Historiador
L'Oficina del historiador de La Habana a été fondé en 1938 par Emilio Roig de Leuchsenring et a pour but la protection et le maintien du patrimoine de la ville, en particulier du quartier de la Habana Vieja (Vieille Havane) ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco en 1982. L'arrivée à la tête du bureau d'Eusebio Leal Spengler a donné une nouveau souffle à cette institution. L'Oficina a diversifié ses activités et est propriétaire d'une entreprise touristique (Habaguanex) qui permet de financer ses projets.

151, Rue Empedrado à l'angle avec Mercaderes, Plaza de la Cate dral, La Habana

Tel : (537)860 4311/ Fax: 866 8075 ; e-mail: direccion@planmaestro.ohc.cu ; bus : P5

60Casa de África
La Casa de África a été fondée en 1986. Elle compte une importante collection d’objets afro-cubains ayant appartenue à l'ethnologue Fernando Ortíz ainsi que des œuvres qui ont été offertes à Fidel Castro par différents leaders africains. Les œuvres sont exposées dans une galerie au rez-de-chaussée, ouverte au public. L'institution, qui est une dépendance de l'Oficina del Historiador, abrite des œuvres variées de 27 pays du continent africain. Les locaux sont un point de rencontre pour les jeunes étudiants et les chercheurs de l'influence de la culture africaine dans les caraïbes et le continent.

157, Rue Obrapía entre Mercaderes et San Ignacio, La Habana Vieja, La Habana

Tel : (537) 861 5798 ; e-mail : africa@cultural.ohch.cu ; site internet : ohch.cu/casa-de-africa ; bus : 185

61Escuela de cine de San Antonio de los Baños
La Escuela Internacional de Cinema y TV (EICTV) a été créée par le Comité de Réalisateurs de l'Amérique Latine, en tant que filiale de la Fondation du Nouveau Cinéma Latino-américain, en 1986. Conçue, au début, pour servir aux étudiants d'Amérique Latine, d'Afrique et d'Asie, l'école est ouverte aujourd'hui aux élèves du monde entier. Les cours pratiques et théoriques sont réalisés en espagnol et les professeurs sont très souvent des professionnels célèbres du cinéma cubain. C'est pourquoi, il est possible de croiser quelques uns des plus grands artistes de l'île dans les couloirs de l'école ou à la cantine. Loin de la ville, en milieu rural, l'école a son propre système de transport. Un bus fait le trajet La Havane-San Antonio de los Baños le matin et le trajet de retour en fin d'après midi. Il dure environ une heure et demie. Les élèves inscrits dans un cursus long sont logés, nourris et disposent d'une petite épicerie avec des produits subventionnés par l'État. Le paysage bucolique garantit un espace d'échange et de convivialité créatif.

Finca San Tranquilino, Km 4,5. Estrada San Antonio, San Antonio de los Baños, Artemisa

Des visites guidées peuvent être organisées sur demande

Tel : (5347) 383 152 ramal: 56 Ext. 00534 / 047 ; e-mail : relaciones.internacionales@eictv.co.cu

Les musées

62La Havane
Museo nacional de bellas artes (Arts universel et Arts Cubaine)

63Inauguré en 1913, le musée regroupe les collections d'art contemporain et retrace notamment l'histoire de l'art à Cuba depuis le XVIIe siècle. Le musée est divisé en deux grands bâtiments (le Palacio del Centro Asturiano et le Palacio de Bellas Artes), le premier est dédié à l'art universel et le deuxième, à l'art cubain. Ne ratez pas les oeuvres des courants du costumbrismo cubain, de Mario Carreño Morales, Amelia Peláez ou de Wilfredo Lam.

Palacio del Centro Asturiano : San Rafael entre Zulueta y Monserrate / Palacio de Bellas
Artes : Trocadero entre Zulueta y Monserrate, Habana Vieja, La Habana 


Tel : (537) 863-9042 ; e-mail : musna@cubarte.cult.cu

64Museo de la revolución

Photo n°13 – Museo de la Revolución

Photo n°13 – Museo de la Revolución

Xavier Calmettes, 2009

65Ce magnifique bâtiment abritait, avant la révolution cubaine, la présidence de la république. Converti, dès 1959, en musée, il retrace l'histoire des révolutions cubaines. Le rez-de-chaussée est dédié à l'histoire de la révolution de 1990 à nos jours, le premier étage, à la victoire des guérilleros et à leur politique de 1959 à 1989 et le second aux guerres d'indépendance du XIXe siècle. Dans les jardins extérieurs, il est possible de voir une reproduction du bateau Granma, qui ramenait Fidel Castro et Che Guevara du Mexique et diverses machines de guerre.

1, Refugio entre l'avenue de las Misiones et Zulueta, La Habana Vieja, La Habana

66Museo napoleónico
Créé le 1er décembre 1961, ce musée abrite la plus grande collection d'objets ayant appartenu à Napoléon d'Amérique. Il est issu de la collection privée de Julio Lobo, la première fortune de Cuba dans les années 1950. Passionné par la vie de Napoléon, il avait investi une partie de son patrimoine afin de réunir peintures, objets personnels et meubles ayant appartenu au vainqueur d'Austerlitz.

1159, Rue San Miguel à l'angle avec la rue Ronda, Plaza de la Revolución, La Habana

Tel : (537) 879 1460 ; e-mail : musnap@cubarte.cult.cu

67Museo de la danza
Musée qui retrace l'histoire de la danse à Cuba du XVIIe siècle à nos jours.

365, Rue Línea à l'angle avec G, Vedado, La Habana

Tel : (537) 831 2198 ; e-mail : musdanza@cubarte.cult.cu

68Parque histórico Militar Morro-Cabaña

Photo n°14 – La Cabaña et El Morro vus depuis le Malecón

Photo n°14 – La Cabaña et El Morro vus depuis le Malecón

Xavier Calmettes, 2013

69Depuis le Malecón ou front de mer, on peut observer deux grandes forteresses qui ont été construites par l'Espagne, à l'entrée de la Baie de la Havane entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Celles-ci ont servi pendant la dictature de Fulgencio Batista de prison. La construction militaire se compose de la Fortaleza de San Carlos de la Cabaña, plus connue sous le nom de La Cabaña et du Castillo de los tres reyes del Morro. La vue est magnifique depuis ces deux châteaux et les constructions intéresseront les spécialistes de l'époque coloniale. Plusieurs événements internationaux sont organisés dans ces lieux, notamment la Foire Internationale du livre, où des maisons d'éditions du monde entier, plutôt engagées, viennent exposer leurs publications pendant une semaine. Des stands avec de la nourriture, quelques salles de débats et des concerts font aussi partie des activités de la Foire.

70Lorsqu'il n'y a pas d'événements spéciaux, un spectacle traditionnel a lieu tous les soirs, à 21h : El cañonazo de las 9. La cérémonie reconstitue le tir du canon qui signalait l'heure de la fermeture des portes de la ville et du port (avec une immense chaîne).

Photo n°15 — La Cabaña le soir, avant le Cañonazo de las 9

Photo n°15 — La Cabaña le soir, avant le Cañonazo de las 9

Vanessa Oliveira, 2007

Parque histórico militar Morro-Cabaña proche de la vía monumental. La Habana.

71El Cristo de Casablanca

Photo n°16 – Le Christ de la Havane, oeuvre de l'artiste cubaine Jilma Madera

Photo n°16 – Le Christ de la Havane, oeuvre de l'artiste cubaine Jilma Madera

Vanessa Oliveira, 2013

72Pour arriver à Casablanca il faut prendre la balsa, un ferry boat qui traverse le bras de mer qui sépare la Habana Vieja de la ville. Le Christ de la Havane a été construit grâce à l'appui de Martha Fernández Miranda, l'épouse de Fulgencio Batista (1940-1944;1952-1958) qui s'occupa de la collecte des fonds nécessaires à son érection à partir de 1956. Ce fut le projet de l'artiste cubaine Jilma Madera qui remporta l'appel d'offre avec une statue différente de celle de Río de Janeiro (Brésil) ou de Lubango (Angola) puisque les bras du christ ne sont pas tendus. L'oeuvre fut inauguré quelques jours avant la chute de Fulgencio Batista, le 25 décembre 1958, en présence de Mgr Arteaga l'archevêque de La Havane.

Photo n°17 – Vue de la Havane depuis le Christ

Photo n°17 – Vue de la Havane depuis le Christ

Vanessa Oliveira, 2013

Carretera del Cristo, Casablanca - La Habana.

73Centro Cultural Casa del Che en la Cabaña

Photo n°18 – La caserne du Che, juste en face du Christ de la Havane

Photo n°18 – La caserne du Che, juste en face du Christ de la Havane

Vanessa Oliveira, 2013

74Il s'agit de la première maison que Che Guevara a occupée quand il est arrivé à la Havane. Dans l'espace ouvert au public il est possible de voir des objets de Che Guevara sur son bureau ainsi que sa chambre. Une exposition de quelques photos inédites peut aussi être appréciée.

Carretera del Cristo, Casablanca, La Habana.

75Memorial de José Martí

Photo n°19 – Le monument à José Martí, à la Plaza de la Revolución

Photo n°19 – Le monument à José Martí, à la Plaza de la Revolución

Vanessa Oliveira, 2007

76Le monument se situé sur la Plaza de la Revolución, à La Havane et est composé d'une tour de 109 mètres de haut en forme d'étoile de cinq pointes, d'une statue de Marti et de jardins. Il fut construit entre 1953 et 1958, sous la direction de l'architecte Enrique Luis Varela. C'est dans cet endroit, juste devant Martí que se font les défilés du premier mai, chaque année depuis le triomphe de la Révolution. Une terrasse d'observation est ouverte au public à l'étage supérieur et des salles avec des écrits et des objets de José Martí sont exposés au rez-de-jardin.

77

Photo n°20 – Vue de la tour du mémorial à José Marti. À droite, le Théâtre National de Cuba

Photo n°20 – Vue de la tour du mémorial à José Marti. À droite, le Théâtre National de Cuba

Vanessa Oliveira, 2007

Plaza de la Revolución.

Tel : (537) 859-2347, 859-2345 ; e-mail : memorial@enet.cu ; ouverture : Du lundi au samedi de 9H30 à 17H30

78Camagüey

Photo n°21 – Camagüey

Photo n°21 – Camagüey

Xavier Calmettes, 2011

79Loin du tumulte havanais, Camagüey est une ville calme dont la plupart des bâtiments du centre ont été rénovés. Il n'y a pas de monuments emblématiques dans la ville mais une série de petites églises, de rues coloniales, de places ombragées (comme le parc Antonio Maceo) qui rendent la promenade agréable et explique son classement au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

80Museo-casa natal Ignacio Agramonte
Il est possible de découvrir la maison-musée d'Ignacio Agramonte. Le lieu est très agréable, la maison a été bien rénovée et paraît encore habitée. Ne ratez pas la cuisine bien entretenue, l'exemplaire du journal indépendantiste El Machete à l'intérieur de la maison.

459, Rue Ignacio Agramonte entre Independencia et Cisneros. Camagüey.

Tel : (53 32) 29 7116 ; e-mail: cmgcppatrimonio@pprincipe.cult.cu

81Museo de San Juan de dios

Photo n°22 – San Juan de Dios

Photo n°22 – San Juan de Dios

Xavier Calmettes, 2011

82Ce couvent construit au XVIIIème siècle a été aménagé à de nombreuses reprises et a notamment servi d'hôpital, de refuge pour les sans-abris et est devenu un musée d'histoire locale.

Plaza San Juan de Dios. Camagüey.

Tel :(53 32) 29 1388

83Santiago de Cuba
Nous ne référençons pas ici tous les musées présents à Santiago de Cuba. Ils sont trop nombreux et nous avons préféré mettre en valeur trois lieux qui nous semblent incontournables. Signalons que la place monumentale Antonio Maceo et la maison-musée Heredia sont des lieux d'un grand intérêt culturel et historique.

Photo n°23 – Place A. Maceo

Photo n°23 – Place A. Maceo

Xavier Calmettes, 2011

84El Castillo San Pedro de la Roca

Photo n°24 – Castillo de la Roca

Photo n°24 – Castillo de la Roca

Xavier Calmettes, 2011

85Si vous vous rendez à Santiago de Cuba, il faut visiter le château de San Pedro de la Roca. Pour s'y rendre, il convient de prendre un camion (entre 1 et 10 pesos (CUP)) qui vous amène jusqu'à la charmante plage en contrebas du château. À l'intérieur un musée de la piraterie explique quels furent les principaux corsaires, bucaneros et pirates qui sont passés par Santiago.

Photo n°25 – Vue du Castillo de la Roca

Photo n°25 – Vue du Castillo de la Roca

Xavier Calmettes, 2011

Carretera de El Morro km. 8, Santiago de Cuba

Tel : (53 22) 691 569

86Cuartel Moncada-Museo 26 de julio

Photo n°26 – Caserne Moncada

Photo n°26 – Caserne Moncada

Xavier Calmettes, 2012

87Avec l'assaut contre la caserne Moncada, Fidel Castro se fit connaître de la population cubaine. La caserne a été convertie en école et une partie des bâtiments abritent un musée dédié à la génération du centenaire et à la révolution.

Avenida Moncada, Santiago de Cuba.

Tel : (53 22) 624 119

88La Isabelica

Photo n°27 – Cafetal la isabélica

Photo n°27 – Cafetal la isabélica

Xavier Calmettes, 2012

89Cette plantation-musée est difficile d'accès si vous ne disposez pas de moyen de transport, de pack touristique ou vous ne dormez pas à l'hôtel Gran Piedra (qui possède sa propre fourgonnette de transport). Les taxis refusent souvent de vous y amener en raison de l'inclinaison de la route. Située à une trentaine de kilomètres de Santiago de Cuba, la plantation a été entièrement rénovée (n'est accessible qu'à pied ou avec un véhicule adapté) et a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. La reconstitution est très réaliste. Sur le chemin, si vous passez par la Gran Piedra (sommet de la montagne) avant le lever du soleil vous pourrez peut-être apercevoir les lumières de la Jamaïque. Attention, il y a énormément de guêpes (cela peut même être dangereux par endroits) si vous passez à pied via la Gran Piedra après 9 heures du matin.

Carretera de la gran piedra, km 14, Santiago de Cuba.

90Santa Clara
Complejo monumental Ernesto Che Guevara
Impressionnante place, dans le plus pur style soviétique, dédiée à Ernesto Guevara. Elle se compose d'une immense place, d'une grande statue du célèbre guérillero argentin, d'un petit musée sous la place et d'une librairie.

Avenue de los Desfiles entre Danielito et Circunvalación, Santa Clara.

Tel : (53 42) 205878/ 205985/ 205668/ 208778 ; e-mail : ceche@enet.cu

91Museo toma del tren blindado
Ce musée est dédié à la bataille qui mit fin à l'insurrection cubaine : l'attaque du train blindé et la prise de Santa Clara. Suite au déraillement du train qui devait rejoindre Santiago de Cuba, Fulgencio Batista prit la fuite, pensant laisser le pouvoir au général E. Cantillo. Cependant, Fidel Castro apprit la nouvelle et décida d'appeler au renversement de ce qu'il restait de l'armée cubaine et prit le pouvoir. Aujourd'hui, il est possible de visiter les wagons à l'intérieur desquels les principaux événements de la bataille sont expliqués.

Route de Camajuaní et Puente La Cruz (proche de la voie ferrée), Santa Clara.

92Pinar del Río
Musée des Sciences Naturelles "Tranquilino Sandalio de Noda"
Ce bâtiment, aussi connu sous le nom de Palacio Guash, mélange plusieurs styles architecturaux qui vont du baroque à l'hindi et s'est transformé dans une référence pour la région. Localisé au cœur du centre-ville de Pinar del Río, il a été construit par le jeune médecin Francisco Guash Ferrer entre 1909 et 1914. Depuis 1972, les lieux abritent un musée de sciences naturelles centré sur la faune et la floaure pinareña. L'institution, qui porte le nom d'un grand chercheur de la région, offre aussi des formations à ceux qui veulent devenir éducateur dans le champ du développement durable. Des visites guidées ainsi que l'accès aux archives du musée sont proposés.

202, Rue José Martí à l'angle de l'avenue Comandante Pinares, Pinar del Río.

Tel : (53 48) 753 087 ; ouverture : Du lundi au vendredi de 9H à 17H, les samedis jusqu'à 13H

Librairies

93Il existe nombre de petites librairies privées qui vendent leurs livres en CUC dans les quartiers touristiques. Elles sont souvent chères et proposent principalement des livres d'occasion qu'il est possible de trouver (à de rares exceptions) dans les librairies publiques en monnaie nationale ou en CUC. C'est pourquoi nous n'avons référencé que les librairies privées de la Plaza de Armas.

94La Havane
Alma Mater (Universidad de La Habana) (CUP)
Cette petite librairie nichée sous l'escalier de l'université de La Havane est généralement bien approvisionnée. Elle propose notamment un ensemble de livres d'occasion (en rayon et en réserve) qui permet d'acheter des ouvrages qui sont parfois introuvables. Depuis 2013, la librairie s'est étendue à l'angle des rues Infanta et de San Lázaro après une série de critiques publiées dans la section opinion du journal officiel Granma2 dont les lecteurs se plaignaient de l'état d'abandon de l'ancienne librairie qui se trouvait à cet endroit. Le local a été avantageusement rénové et la librairie regroupe une grande diversité de livres en espagnol et en russe.

San Lázaro et L, Vedado, La Habana

Tel : (537) 870 2060

95Fayad Jamís (CUP)
Rénovée en 2010, la librairie Fayad Jamís, située en plein cœur de la principale rue piétone de La Havane, occupe un immeuble de l'époque coloniale et a été redécorée avec goût. Elle propose les principaux ouvrages d'histoire et de littérature.

261, Rue Obispo entre Aguiar et Cuba. La Habana Vieja. La Habana.

Tel : (537) 862 8091

96La moderna poesia (CUC)
Située à l'entrée d'Obispo, elle dispose d'un catalogue réduit de livres étrangers et cubains. Il est néanmoins possible de trouver les ouvrages de la maison d'édition cubaine Boloña qui ne sont vendus que dans un nombre réduit de lieux. Juste en face, la librairie en Monnaie Nationale, El ateneo Cervantes, propose une grande diversité de livres neufs et d'occasion.

1, Rue Obispo à l'angle de Bernaza. La Habana Vieja. La Habana.

Tel : (537) 732 143

97Librairie de l'Unión Nacional de Escritores y Artistas de Cuba (CUP)
La librairie de l'UNEAC a ouvert ses portes en 2004. On y trouve principalement les œuvres des membres de l'institution et de la maison d'édition Unión.

354, rue 17 entre G et H, Vedado, La Habana


Ouverture : Du lundi au vendredi de 8H à 17H.

98Plaza de armas (CUC)
Pour ceux qui cherchent quelques livres rares ou de grands classiques de la littérature cubaine, la Plaza de Armas peut être une option. Malgré les prix élevés en raison de l'afflux touristique, il est possible de trouver d'anciens livres sur la Révolution, des publications des années 1960-1970 et des livres rares datant du XIXème siècle.

Plaza de Armas. La Habana Vieja. La Habana.

99Camagüey
Librairie Antonio Suárez (CUP)
La librairie propose un large choix de titres en espagnol. Elle est située dans une rue piétonne, la rue Maceo. Ce lieu est agréable, frais et les travailleurs vous proposeront peut-être de vous asseoir pour parler ou lire un livre. Vous pouvez commander un café ou un thé dans le petit patio. Des rencontres entre auteurs et lecteurs sont régulièrement organisées.

Rue Maceo entre General Gómez et la place Maceo, Camagüey.

Tel : (53 32) 29-3740

100El Ateneo (CUP)
Le choix y est plus réduit que dans la précédente, la rue est assez bruyante mais les titres qui s'y trouvent sont différents de la librairie Antonio Suárez.

Rue República entre San Martín et Correa. Camagüey.

Tel : (53 32) 29-2187

101Santiago de Cuba
Claustrofobias
Cette librairie mérite d'être signalée en raison de son concept novateur. Elle est à la fois une librairie internet, électronique et physique. Une sorte d'Amazon cubain. Les livres sont proposés en version électronique ou papier. Il est également possible de passer commande de livres qui ne sont pas disponibles dans la librairie ou que cette dernière vous expédie les ouvrages à La Havane, Camagüey ou Holguín. Le service est encore récent et les accrocs nombreux. Le concept est néanmoins attrayant et si le projet venait à réussir, il faciliterait grandement la recherche d'ouvrages sur l'île.

416, Aguilera entre Carnicería et Calvario, Santiago de Cuba.

Site internet : claustrofobias.com/

102Santa Clara
Librairie Pepe Medina
Située à proximité d'un parc, cette librairie de taille modeste et vétuste vend les principales références du moment. À noter que l'un des libraires revend des livres d'occasion rares pour son compte. Pensez à lui demander.

Parque Vidal entre Mujica et Gloria, Santa Clara.

Tel : (53 42) 205 965

103Librairie Vietnam heroíco (CUP)

104Les principaux titres se trouvent dans cette librairie.

106, Calle Independencia entre Luis Estévez y Plácido. Santa Clara.

Tel : (53 42) 203 233

Les Théatres

105L'offre de spectacles vivants à Cuba est immense, surtout à la Havane. Des textes originaux ou des relectures de classiques de la littérature pullulent un peu partout. L'avenue Línea résume à elle seule la diversité proposée. Les prix pour les spectacles de danse ou de théâtre sont à environ 10 pesos (pour les Cubains ou les étudiants étrangers) ou à environ 10 CUC pour tous les étrangers ayant d'autres types de visa. Un site collaboratif de Cubarte (lapapeleta.cult.cu) met à disposition les adresses et la programmation de beaucoup de théâtres, centres culturels et salles de concerts. Vérifiez toujours les horaires et la programmation car les changements sont assez fréquents et la communication est parfois défaillante.

106La Havane
Berthold Brecht
Ce café-théâtre joue souvent des pièces d'artistes contemporains et est aussi un point de rencontre de la jeunesse. Des concerts de grands artistes cubains sont aussi proposés.

Línea con I, Vedado, La Habana

Tel : (537) 832 9359 ; e-mail : teatrobrecht@cubarte.cult.cu ; bus : P1-P2-P5

107Raquel Revuelta
Le théâtre porte le nom de la célèbre actrice cubaine Raquel Revuelta, fille de père espagnol et de mère cubaine. Raquel Revuelta a fondé en 1941 le Teatro Popular et le groupe Teatro Estudio en 1958, dans lequel elle a travaillé jusqu´à sa mort en 2004. La programmation favorise les textes contemporains et de jeunes acteurs.

Calle Línea y B, La Habana

Bus : P1-P5

108Trianon
Le Trianon est le siège de la compagnie de théâtre El público, fondée par Carlos Díaz en 1992 et connue du public pour être très polémique et osée. Un de ses travaux les plus connus est une représentation de Calígula du français Albert Camus. La relecture a rencontré un certain succès. Le spectacle joue sur l'ambigüité de la mise en scène.

Calle Línea entre Paseo y A, Vedado, La Habana

Tel : (537) 830 9648 ; bus : P1-P5

109Teatro Mella
Beaucoup plus grand que les salles évoquées ci-dessus, le théâtre Mella organise de grands spectacles de cabaret, des concerts et des spectacles de danse contemporaine. C'est aussi le siège du Conjunto Folklórico Nacional, crée en 1962 pour promouvoir et valoriser la danse et la musique cubaines. Le théâtre porte le nom de Julio Antonio Mella, militant assassiné au Mexique en 1929, sous les ordres du dictateur Gerardo Machado.

657, Línea entre A et B, Vedado, La Habana

Tel : (537) 833 8696 / 833 5651

110El Sótano
Avec des thématiques très variées, cette petite salle ouvre ses portes à de jeunes producteurs et de nouveaux directeurs de théâtre. L'espace est aussi utilisé pour des spectacles pour les enfants, surtout en fin de semaine. On peut trouver des textes originaux dans une ambiance très cubaine.

Calle K entre 25 et 27, Vedado, La Habana

Tel : (537) 832 0630 ; bus: P2-P4-P9-P11-P15

111El Gran Teatro de la Habana ou Salle García Lorca

Photo n°28 – Garcia Lorca

Photo n°28 – Garcia Lorca

Xavier Calmettes, 2009

112Ce théâtre a été inauguré en 1838. Il est l'un des lieux les plus prestigieux de La Havane. Il est possible d’y apprécier le Ballet Nacional de Cuba.

Paseo de Martí et San Rafael, Centro Habana, La Habana

Tel : (537) 832 0630 ; bus : P1-P4-P8-P11-P12-P15 ; ouverture : Du lundi au samedi de 9h à 18h, dimanche de 9h à 15h.

113Camagüey
Teatro principal

Photo n°29 – Teatro principal

Photo n°29 – Teatro principal

Xavier Calmettes, 2011

114Ce bel édifice a été inauguré en février 1850. La programmation est variée. Les danses contemporaines, espagnoles et de ballet se mélangent aux pièces de théâtres et projections de cinéma.

64, rue Padre Valencia entre Tatán Méndez et Lugareño. Camagüey

Tel : (53 32) 293 048

115Santiago de Cuba
Teatro Heredia
Le théâtre a été inauguré en 1991. Il est l'un des plus grands lieux de culture de l'île avec une capacité de plus de 2500 places. À l'intérieur l'association Niagara propose des pièces de théâtre, des lectures de poèmes, des concerts et des spectacles de danse.

Av. de Las Américas entre l'Av. de los Desfiles et Prolongación de Ángel Salazar, Santiago de Cuba.

Tel : (53 22) 640 548

116Santa Clara
Teatro La Caridad
Des pièces sont jouées régulièrement dans ce théâtre et un jour par semaine la scène est occupée par des musiciens. Le bâtiment est un bel exemple de l'architecture du XIXe siècle cubaine et rappelle celle de la ville de Cienfuegos.

Calle Marta Abreu, Parque Vidal, Santa Clara

Ouverture : Tous les jours de 9H à 16H et les soirs de la semaine selon la programmation.

Côté pratique

Photo n°30 – Pizzeria en CUP, Trinidad

Photo n°30 – Pizzeria en CUP, Trinidad

Xavier Calmettes, 2013

117La Havane
Depuis l'ouverture des petits commerces de cuenta propista (entreprises privées de petite taille autorisées à Cuba), il est facile de se restaurer à la Havane. Plusieurs restaurants familiaux proposent leurs plats sur place ou à emporter dans des cajitas. Dans la restauration rapide le menu ne varie pas trop : pizzas, hamburgers et pâtes. Les restaurants privés acceptent le CUP (MN) ou le CUC, mais il faut savoir que chez eux, le taux de change varie. Il est en général de 1/23 quand à la cadeca il est de 1/24. Nous avons fait une petite liste qui mélange nos restos coups de cœur de la Havane avec les bons plans.

Photo n°31 – Bar improvisé dans la Peña de l'atelier du sculpteur Leo Martinez, à Centro-Habana

Photo n°31 – Bar improvisé dans la Peña de l'atelier du sculpteur Leo Martinez, à Centro-Habana

Vanessa Oliveira, 2013

118G café (CUP)
Un endroit très fréquenté par la jeunesse et qui dispose d'une petite librairie dont les livres sont consultables sur place. Mojitos, refrescos et cafés à déguster. Tard le soir, ils proposent des tamales qui peuvent dépanner.

Á l'angle de G et 23. Vedado. La Habana.

119Casa de la amistad (CUC)
Bâtiment de style italien, la Casa de la Amistad était un cadeau d'un aristocrate à sa femme, construit en 1926. Un très beau jardin entoure la maison et dedans il est possible de prendre un verre et de manger en écoutant de la musique cubaine. Une terrasse très fraîche et agréable abrite des tables avec vue imprenable sur le jardin.

406, Paseo,Vedado, La Habana.

Tel : (537) 303 114

120Star Bien (CUC)
L'une des meilleures adresses de la Havane. N'hésitez pas à goûter la gastronomie des lieux: le chef à étudié en Europe et réinvente la cuisine cubaine à des prix abordables. Goûtez en particulier les sauces aigres-douces qui sont succulentes. Le bâtiment est agréable avec un petit jardin et une terrasse. Les salles à manger du rez-de-chaussée et du premier étage sont climatisées.

205, rue 29 entre B et C, Vedado, La Habana.

Tel : (537) 830 0711

121El chanchullero (CUC)
Dés l'entrée dans le bar, l'ambiance est donnée. Un panneau indique fièrement "Hemingway n'a jamais été ici". Avec un public jeune qui mélange cubains et étrangers, ce bar à tapas a l'air très européen. Décoration cossue et moderne. De superbes portions de crevettes très bien préparées et servies. Excellents cocktails tropicaux. N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à leur menu, disponible sur leur site internet. À essayer!

457, rue Teniente Rey entre Bernaza et Cristo, Habana Vieja, La Habana.

Tel : (5352) 760 938 ; site internet : www.el-chanchullero.com

122La flor de loto (CUC)
Caché en plein Centro-Habana, le restaurant est un de plus connus du Barrio Chino de la ville. Il a deux grandes salles – souvent remplies et très fréquenté par les Cubains. L'établissement offre un menu où la cuisine orientale rejoint celle cubaine avec une énorme variété de plats savoureux. De bons jus de fruits et cocktails.

303, rue Salud entre Gervasio et Escobar. Centro Habana (Barrio Chino). La Habana.

Tel : (53 7) 860 8501 ; site internet : restaurantlaflordeloto.com/es/

123El rey del potaje (MN ou CUC)
Ce tout petit restaurant propose des menus simples et savoureux, de 1 À 5 dollars et juste à côté de l'université. Les serveuses sont très sympas et les cuisinières très douées.

11, rue Bassarratea. Centro Habana. La Habana

124La Grotte (CUP)
Cette cafétéria située en face de la Faculté des langues étrangères (FLEX) s'est rapidement agrandie pour satisfaire la demande. Extrêmement économique (quasiment tous les plats sont à moins de 2 dollars), elle est plébiscitée par les cubains. Hormis les pâtes trop cuites et l'absence de places assises, sa cuisine est irréprochable. Malgré l'immense queue qui se forme devant le comptoir, le service est rapide. Les jus et milk-shake (25 cents) sont délicieux et variés.

Rue 19 de mayo entre Amezaga et Calzada de Ayestaran. Plaza de la Revolución. La Habana.

125Los nardos (CUC)
Situé au deuxième étage d'un immeuble dédié à la restauration (un restaurant par étage), la façade délabrée et la queue à l'entrée peuvent rebuter le passant. L'édifice abrite pourtant un restaurant parfaitement entretenu, à l'ambiance romantique et qui est l'une des adresses les plus courues de La Havane. Les prix sont modérés et l'établissement est célèbre pour la sangría, la limonade naturelle, le porc fumé sauce aigre-douce et la paella. Si l'attente pour entrer aux Nardos est de plus d'une heure et que vous souhaitez manger correctement, vous pouvez vous rendre à l'Asturiano, situé au troisième étage qui propose une cuisine correcte.

563, paseo Martí (en face du capitole), Centro Habana, La Habana.

126El cochinito (CUP ou CUC)

127Au cœur du Vedado, situé sur la principale artère du quartier (calle 23), la qualité du restaurant est très variable. Les plats peuvent être excellents comme médiocres. Il existe deux cartes, une première en CUP et une seconde en CUC. La différence de qualité ne varie pas tant en fonction du prix qu'en fonction du personnel présent. Les spécialités du restaurant sont à base de porc.

435, rue 23 entre I et H, Vedado, La Habana.

128Camaguey
La Isabella (CUC)
Pour les fans de cinéma, La Isabella est un lieu incontournable. La décoration intérieure est splendide. Vous pouvez vous asseoir sur les sièges des grands noms du cinéma international (Fellini, Spielberg...) ou cubain (Tomas Gutierrez Alea, Humberto Solás...). Même le menu prend une forme cinématographique. La cuisine italienne est bonne et les prix sont relativement bas.

447, Ignacio Agramonte entre Maceo et Independencia. Camagüey

Tel : (53) (32) 22-1540

129Campana Toledo (CUC)
Restaurant de cuisine créole et internationale. Les lieux, qui datent du 18ème siècle, abritent un beau jardin avec de beaux arbres. À visiter, même si il s'agit d'un endroit assez touristique.

18, Calle San Juan de Dios, Camagüey

Tel : (53) (32) 28-7223

130La Herradura de papito rizo (CUC ou CUP)
Excellent rapport qualité/prix pour un paladar. Un plat de pâtes coûte environ 3 CUC, langouste à 12 CUC et les filets de poisson à 7 CUC. Les plats sont toujours bien préparés. Seul point négatif, le restaurant ne se situe pas dans le centre-ville.

13, Calle D entre 1ra et 2da, Villa Mariana, Camagüey

Tel : (53) (32) 28-3348

1311514 (CUP)
Situé en plein centre-ville, ce restaurant est très prisé par les cubains en raison de ses bas prix (plat principal entre 25 et 125 CUP). Pensez à réserver votre table à l'avance sinon il vous faudra faire une longue queue avant de pouvoir goûter un plat. Une fois à l'intérieur, levez les yeux et observez la charpente style XVIIIe siècle andalous.

Rue Maceo entre General Gómez et la place Maceo (en face de la librairie Maceo), Camagüey.

132Santiago de Cuba
Vegetariano La Esperanza (CUP)
Ce restaurant végétarien porte bien son nom, l'espérance. Il peut-être l'un des meilleurs restaurants de la ville comme celui qui connaît la plus grande pénurie de produits. On ne peut qu'espérer tomber sur un bon jour. Les prix, en monnaie nationale, sont modiques (environ 1 CUC ou moins de 25 CUP le plat principal) et la cuisine peut-être excellente. Les plats à base d'épinards sont succulents. Reste que la qualité est très variable et dépend de l'approvisionnement en produits frais. Malgré ses qualités, ce restaurant ne connaît pas le même succès que celui, modèle, de Bayamo qui propose des menus (entrée-2 plats-dessert) pour moins d'un dollar. Ce dernier est mieux approvisionné et maintient une qualité de cuisine irréprochable.

Rue corona entre Aguilera et enramadas, Santiago de Cuba / 173, rue General Garcia, Bayamo.

133Balcón del Caribe (CUC)
Ce restaurant de cuisine créole et internationale a une des plus belles vues de la ville de Santiago, juste en face de la mer.

Hotel Balcón del Caribe, Carretera del Morro, Km 7, Santiago de Cuba

Tel: (53) (22) 691 011

134Paladar San Francisco (CUC)
L'un des meilleurs paladars de la ville. La décoration n'est pas très belle mais on y mange bien. Les prix sont un peu élevés pour Cuba mais les plats sont copieux.

Rue San Francisco, entre Calvario et Carniceria, Santiago de Cuba.

Tel : (53) (22) 62-8673

135Santa Clara
Restaurant La Concha (CUC)
Très populaire dans la ville ce restaurant propose de la cuisine internationale très bien faite, ainsi que les cocktails.

Carretera Central à l'angle de la rue Danielit, Santa Clara

Tel : (53 42) 218 124

136Pinar del Río
Paladar de Abraham
Eloigné du centre-ville et à côté de la plage, dans cette maison on cuisine sur commande. Si vous avez le temps, essayez !

Rue Principal, Pueblo de Pajarito, Pinar del Río.

137La Casona
Très centrale et populaire, sise dans un bâtiment de l'époque coloniale, La Casona est l'un des endroits les plus intéressant pour manger à Pinar del Río.

Rue Martí à l'angle de la rue Colón, Pinar del Río

Tel : (53 48) 8277 8263

Derniers conseils

Photo n°32 – Un groupe fait la queue devant une bodega pour acheter des œufs à Centro Habana

Photo n°32 – Un groupe fait la queue devant une bodega pour acheter des œufs à Centro Habana

Vanessa Oliveira, 2013

1381- Pensez à avoir toujours avec vous un petit carnet pour noter les adresses et les téléphones ainsi qu'un stylo. Le téléphone fixe est beaucoup utilisé dans toute île et très souvent les gens ne sont joignables que par ce moyen, la téléphonie mobile et l'internet étant trop onéreux. L'installation des lignes fixes est également limitée et pensez à noter s'il s'agit du téléphone de la personne que vous souhaitez contacter ou d'une extension de ligne (une même ligne téléphonique peut servir pour un, deux ou trois appartements différents).Auquel cas pensez à demander quel est le code pour entrer en contact avec l'interlocuteur désiré.

1392- Achetez un plan de la ville sur place peut devenir un défi. Prévoyez d'en acheter un avant de partir. Cela peut vous faire économiser du temps!

1403- Si votre terrain dure plusieurs mois et que vous compter acheter du riz, de la farine, du sucre etc à la bodega de votre quartier, ramenez toujours avec vous un pot dont vous connaissez la capacité (1 kg, 3 kg etc). Cela vous évitera les petites arnaques habituelles des marchés agropecuarios.

1414- À Cuba le poids est mesuré en livres: 1 livre = 453,59 grammes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo n°1 – Le Malecón en fin d'après-midi
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo n°2 et 3 – Monnaies
Crédits Xavier Calmettes, 2015.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo n°4 – Le symbole en bleu indique que ce foyer est habilité à héberger des étrangers
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Photo n°5 – Un bicitaxi à La Havana Vieja
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Photo n°6 – Les almendrones, des taxis collectifs, à la rue Neptuno, à Centro Habana
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Photo n°7 – Coche en Baracoa
Crédits Xavier Calmettes, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Photo n°8 – Camions interprovinciaux (Las Terrazas)
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo n°9 – Un cybercafé d'ETECSA à Pinar del Rio
Crédits Xavier Calmettes, 2010
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photo n°10 – Universidad de la Habana
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo n°11 et 12 – La Bibliothèque Nationale José Martí (BNJM) Document appartenant à l'AHNC
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Crédits Xavier Calmette, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Photo n°13 – Museo de la Revolución
Crédits Xavier Calmettes, 2009
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Photo n°14 – La Cabaña et El Morro vus depuis le Malecón
Crédits Xavier Calmettes, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Photo n°15 — La Cabaña le soir, avant le Cañonazo de las 9
Crédits Vanessa Oliveira, 2007
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photo n°16 – Le Christ de la Havane, oeuvre de l'artiste cubaine Jilma Madera
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo n°17 – Vue de la Havane depuis le Christ
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Photo n°18 – La caserne du Che, juste en face du Christ de la Havane
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Photo n°19 – Le monument à José Martí, à la Plaza de la Revolución
Crédits Vanessa Oliveira, 2007
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo n°20 – Vue de la tour du mémorial à José Marti. À droite, le Théâtre National de Cuba
Crédits Vanessa Oliveira, 2007
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo n°21 – Camagüey
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Photo n°22 – San Juan de Dios
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Photo n°23 – Place A. Maceo
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photo n°24 – Castillo de la Roca
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Photo n°25 – Vue du Castillo de la Roca
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Photo n°26 – Caserne Moncada
Crédits Xavier Calmettes, 2012
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Photo n°27 – Cafetal la isabélica
Crédits Xavier Calmettes, 2012
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo n°28 – Garcia Lorca
Crédits Xavier Calmettes, 2009
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Photo n°29 – Teatro principal
Crédits Xavier Calmettes, 2011
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Photo n°30 – Pizzeria en CUP, Trinidad
Crédits Xavier Calmettes, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Photo n°31 – Bar improvisé dans la Peña de l'atelier du sculpteur Leo Martinez, à Centro-Habana
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Photo n°32 – Un groupe fait la queue devant une bodega pour acheter des œufs à Centro Habana
Crédits Vanessa Oliveira, 2013
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69135/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Oliveira et Xavier Calmettes , « Guide du chercheur américaniste : Enquête de terrain et travail de recherche à Cuba », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Guide du chercheur américaniste, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 25 mai 2016. URL : http://nuevomundo.revues.org/69135 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.69135

Haut de page

Auteurs

Vanessa Oliveira

Enseignante vacataire à L’UFR "Culture et Communication" de l’Université Paris 8 et Paris 13. Doctorante à l’Université Paris 8, rattachée au laboratoire du CEMTI et en cotutelle avec l'Universidade Federal do ABC (UFABC/Brésil).
nessa.souzaoliver@gmail.com

Xavier Calmettes 

ATER au Centre Universitaire Jean-François Champollion (CUJFC), doctorant à l'IHEAL, rattaché au laboratoire du CREDA.
saltoangel13@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page