Navigation – Plan du site
Mélanie Sadler

Une révolution du globe : le « peuple-monde » d’Alberdi ou la résolution transnationale du cycle révolutionnaire

Titre de la thèse : « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique ».
Thèse soutenue le 21 octobre 2015 à l’Université de Bordeaux, ayant obtenu la mention très honorable avec félicitations du jury, sous la direction de François Godicheau.
Composition du jury :
M. Darío Barriera, Catedrático, Université de Rosario
M. François Godicheau, Professeur, Université Toulouse II Jean Jaurès
Mme Pilar González Bernaldo de Quirós, Professeure, Université Paris 7 Diderot
Mme Françoise Martinez, Professeure, Université de La Rochelle
M. Dardo Scavino, Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
[10/10/2016]

Résumés

Juan Bautista Alberdi est un publiciste dont la production a déjà été très longuement commentée. Ce chapitre ne prétend donc pas apporter une interprétation de ses écrits qui se voudrait unique et excluante, mais il cherche à proposer une autre perspective, peut-être moins étudiée, sur sa production. Le publiciste tucuman, héritier de deux cultures ‒ une culture juridictionnelle d’Ancien Régime et une culture issue des révolutions ‒ se confronte à la question fondamentale du rétablissement d’un ordre social après la révolution. Loin de ne promouvoir que des principes de ce que l’on a appelé la « Modernité » occidentale, ses propositions sont le fruit d’une véritable métabolisation des principes qui ont émergé avec les révolutions par la culture juridictionnelle. Par ailleurs, loin de penser cette résolution dans le cadre de l’ « État » argentin ou de la seule « nation », ses propositions ne se conçoivent qu’en s’intégrant dans un ordre qui dépasse le cadre de la nation, un ordre transnational qu’Alberdi nomme « pueblo-mundo ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Halperín Donghi, Tulio, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, Centro editor de Améri (...)
  • 2 Ibid., p. 33.
  • 3 Pour Darío Roldán notamment qui écrit : « Alberdi a toujours revendiqué les libertés civiles mais i (...)
  • 4 Botana, Natalio R., La tradición republicana : Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiemp (...)
  • 5 Pour José Luis Romero par exemple. Oscar Terán résume son interprétation en ces termes : « La temat (...)
  • 6 Selon les termes d’Alberdi lui-même, largement repris par l’historiographie.
  • 7 Benegas Lynch, Roberto, “Alberdi : el apóstol liberal, Argentine : El Cato, mis en ligne le 01 mai (...)

1Cet article constitue un des sous-chapitres de ma thèse de doctorat intitulée « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique », soutenue en octobre 2015. Cette thèse se propose d’étudier la pensée d’Alberdi et de démontrer qu’elle est, fondamentalement, une pensée de la complexité des catégories fondée sur la conscience du caractère hybride de l’ordre sociopolitique qui lui est contemporain. Je pars de la constatation que de multiples discours historiographiques, très divers et parfois contradictoires, ont été posés sur les productions du Tucuman. Présenté comme le père fondateur de la Nation moderne argentine, figure de proue du libéralisme naissant, promoteur d’une forme d’« autoritarisme progressiste1 », constructeur de l’« État national2 » ou de l’« État centralisé3 » argentin, promoteur d’une république de l’intérêt4, penseur d’un « républicanisme autoritaire5 », centralisateur « sous couvert de provincialisme6 », la liste n’en finissait pas et les interprétations s’empilaient, malgré certaines analyses extrêmement précieuses. Nombreuses sont les écoles qui ont tenté de récupérer sa figure et ses discours, et ce, encore actuellement. C’est ainsi par exemple qu’Alberto Benegas Lynch fait d’Alberdi « el apóstol liberal » et l’intègre dans un schéma téléologique patent : « Juan Bautista Alberdi ‒ el padre de la Constitución liberal argentina ‒ fue un preclaro y notable visionario de esa época y de todas las épocas ya que sus reflexiones son de indudable actualidad y permanencia7 ». Mais cette interprétation n’empêche nullement à certains penseurs marxistes ‒ comme Milcíades Peña ‒ de reprendre également le Tucuman comme figure de proue :

  • 8 Peña Milcíaldes, Alberdi, Sarmiento, el 90. Límites del nacionalismo argentino en el siglo XIX, Bue (...)

Para nosotros, marxistas revolucionarios que queremos construir una gran nación argentina soberana y socialista, unida al resto de América Latina, con ese potente instrumento histórico que es la clase obrera, Sarmiento y Alberdi, con su programa para el desarrollo nacional y sus luchas tienen una fresca actualidad. Para nosotros, como para Alberdi y Sarmiento, la nación Argentina es una tarea. […] [La reivindicación del] auténtico nacionalismo (cuyos claroscuros de amanecer se perciben en Alberdi y Sarmiento antes que en nadie) que aspira a un desarrollo argentino capaz de hacer del país una potencia en el sustancial sentido de la palabra, comparable a los Estados Unidos y capaz de enfrentarla sin desventaja desde el extremo sur del continente8.

  • 9 Idem.

No se le podía escapar [a Milcíades Peña] en este rescate de los autores del Facundo y las Bases, que ambos eran criticados como servidores de la oligarquía y el desprecio de las masas populares. Con cierto enfado responde que ello se debe a que el nacionalismo inflamado que los revisionistas muestran no es sino la idealización de la época de Rosas, ideología perteneciente a una clase decadente, como la de los estancieros9.

2Au-delà même des historiens qui cherchent à instrumentaliser les discours alberdiens au profit d’une idéologie, les étiquettes ne manquent pas lorsqu’il s’agit d’interpréter les textes du Tucuman. Coroliano Alberini, parmi d’autres auteurs, voit notamment chez Alberdi un passage du « romantisme » au « positivisme ». Ces catégorisations sont bien pratiques et évitent en un sens d’approfondir l’herméneutique des textes.

  • 10 Voir son article : « A historiografia jurídico-institucional e ‘‘a morte do Estado’’ ». (Hespanha, (...)
  • 11 Botana, Natalio R., La tradición republicana : Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiemp (...)
  • 12 Voir le prologue à Juan Bautista Alberdi y la unidad nacional a 200 años de su nacimiento signé par (...)

3Je cherche donc, dans ma thèse, à réinterroger les écrits du publiciste en partant des catégories et des concepts qui les traversent et les structurent, en tentant de ne pas tomber dans un anachronisme qui me ferait projeter mes propres catégories d’analyse sur celles employées par le Tucuman. C’est ainsi par exemple que je remets fondamentalement en cause la pertinence de catégories comme celle de « république » ou de « républicanisme » pour analyser ses propositions (la république est un terme jouissant d’une grande plasticité sémantique, dont use et abuse Alberdi, qui n’hésite pas par exemple à parler de « république monarchiste », révélant ainsi que la division tranchée entre monarchie et république est illusoire dans la plupart de ses discours), ou encore celle d’ « État ». L’histoire traditionnelle du droit s’est surtout employée à retracer la genèse de l’« État », à chercher tous les éléments des époques passées qui supposément révélaient sa construction. « Le monde du droit était réduit au monde du droit “officiel” et celui-ci, progressivement, au monde “étatique” », nous dit A. M. Hespanha10. (C’est aussi cette réduction qui amène Natalio Botana à affirmer que la tradition que récupère Alberdi est avant tout politique11, alors qu’elle est, je pense, essentiellement juridique). Les historiens du droit nous parlaient de l’État alors que dans les trois premiers quarts du XIXe siècle au moins, celui-ci ne s’était, dans bien des cas, pas encore solidement déployé. Encore aujourd’hui, un discours anachronique est posé sur les travaux d’Alberdi. On a notamment récupéré la figure du Tucuman à l’occasion du bicentenaire de sa naissance à des fins politiques, en le présentant comme un acteur fondamental dans la « consolidation de l’État national » argentin12. Car, en effet, cet État dont on cherche les prémisses correspond à une forme bien spécifique, celle de l’État-nation. Oscar Oszlak, suivant les analyses de Philippe C. Schmitter, John H. Coatsworth et Joanne Fox Przeworski, ébauche une définition claire de cette entité. Un certain nombre de propriétés conforment l’« étacité » :

  • 13 Oszlak Oscar, “Formación histórica del Estado en América latina : elementos teórico-metodológicos p (...)

1) capacidad de externalizar su poder, obteniendo reconocimiento como unidad soberana dentro de un sistema de relaciones interestatales ; 2) capacidad de institucionalizar su autoridad, imponiendo una estructura de relaciones de poder que garantice su monopolio sobre los medios organizados de coerción ; 3) capacidad de diferenciar su control, a través de la creación de un conjunto funcionalmente diferenciado de instituciones públicas con reconocida legitimidad para extraer establemente recursos de la sociedad civil, con cierto grado de profesionalización de sus funcionarios y cierta medida de control centralizado sobre sus variadas actividades ; y 4) capacidad de internalizar una identidad colectiva, mediante la emisión de símbolos que refuerzan sentimientos de pertenencia y solidaridad social y permiten, en consecuencia, el control ideológico como mecanismo de dominación13.

4Inutile de dire que cet État-là n’était absolument pas la réalité de la première partie du XIXe siècle argentin. L’État était avant tout synonyme de nation ‒ ce qui est une des dimensions de l’État défini par Oszlak, certes, mais ni la seule ni la première ‒, comme le souligne Chiaramonte :

  • 14 Chiaramonte, José Carlos, Nación y Estado en Iberoamérica. El lenguaje político en tiempos de las i (...)

Es de notar también, al respecto, que al recordar que en tiempos de las independencias se consideraban como sinónimos los conceptos de Estado y nación, podemos sentir extrañeza, y malinterpretar el sentido de época de esos términos, por proyección inconsciente de nuestra experiencia actual al respecto de la noción de Estado. En el uso de ese entonces, al asimilar nación y Estado, éste no era visto como un conjunto institucional complejo, tal como se refleja, por ejemplo, en la expresión relativamente reciente de « aparato » estatal, sino que « Estado » ‒ o « república » ‒ eran vistos como conjuntos humanos con un cierto orden y una cierta modalidad de mando y obediencia, criterio que hacía posible asimilar ambos conceptos14.

5Une des hypothèses centrales de ma thèse est qu’Alberdi est héritier de deux cultures : une juridictionnelle d’Ancien Régime et une culture révolutionnaire issue des indépendances. Une des questions majeures qui se posent à lui comme à de nombreux penseurs et hommes politiques du XIXe siècle est celle de la restauration d’un ordre dans le corps social, après le bouleversement de l’ordre transcendant d’Ancien Régime provoqué par la révolution. Alberdi, loin de prôner une tabula rasa, va conjuguer dynamiques traditionnelles et principes issus de la révolution afin de proposer un nouvel ordre immanent viable. Il emploie des notions qui se sont imposées avec la révolution (comme celle d’ « individu », de « liberté » entendue comme singulier -collectif ‒ pour reprendre l’expression consacrée par Koselleck ‒ tout en les resémantisant ‒ l’individu citoyen de la « modernité occidentale » va dans les faits recroiser en grande partie la figure du vecino, la liberté trouvera un écho certain dans les libertés et les prérogatives des corps d’Ancien Régime, etc. ‒). Par ailleurs, il va récupérer des dynamiques traditionnelles qui avaient structuré le corps social jusqu’alors et qu’il estime constituer un socle stable pour permettre aux provinces de retrouver un ordre et de « progresser » dès lors dans la voie de la « civilisation ». C’est ainsi qu’il va préconiser par exemple le maintien de la justice comme clé de voûte de l’ensemble de la société en construction (n’oublions pas que la fonction principale du Roi d’Ancien Régime était en effet celle de rendre justice, le ius-dicere, dire et rendre le droit). Il accorde également une place fondamentale à l’échelle locale, du municipio, encourageant les autorités provinciales et locales à s’inspirer du droit consuétudinaire qui a modelé les communautés depuis des siècles pour établir les constitutions provinciales notamment (dans une dynamique parallèle mais tout à fait étrangère à l’idée d’une loi unique, générale, écrite pour tous les Argentins ‒ représentée par la Constitution).

6Dans le chapitre qui suit, je m’intéresse davantage à l’échelle internationale, après m’être concentrée sur les échelles locales, provinciales et nationales. Je pense que les propositions alberdiennes pour refonder un ordre post-révolutionnaire ne peuvent se comprendre qu’en prenant en compte cette échelle transnationale. Il semble, au fond, que les deux échelles les plus importantes pour lui soient l’échelle locale d’une part et l’échelle internationale d’autre part, les deux représentant les deux espaces où pourra se réaliser le self-government à l’anglaise qui est, pour Alberdi, la véritable réalisation de la liberté (autrement dit, des libertés) bien comprise. (Ces éléments corroborent, en outre, l’argument que l’auteur n’est pas à proprement parler un penseur de l’État-nation argentin). Il s’agit ici d’étudier le pacifisme d’Alberdi ‒ la paix est la condition indispensable au progrès des nations ‒ et de voir dans quelle mesure il réitère à nouveau des schèmes largement hérités de la culture traditionnelle afin de, paradoxalement serions-nous tentés de dire, faire progresser la civilisation, et résoudre le cycle révolutionnaire.

« Paz para los crepúsculos que vienen…15 » : le pacifisme comme condition sine qua non du progrès et de la civilisation

Halte à la fallacieuse glorification de la guerre !

  • 16 Alberdi réitère par exemple sur de longues pages sa critique envers San Martín dans El Crimen de la (...)
  • 17 Alberdi remarque que l’Amérique latine n’a produit malheureusement que de la poésie guerrière et qu (...)

7« El amor como la guerra/ Lo hace el criollo con canciones », chante encore en 1872 Martín Fierro, le gaucho mythique d’Hernández. Cette phrase a ou aurait sans nul doute désespéré le publiciste tucuman Juan Bautista Alberdi, célèbre auteur des Bases y punto de partida para la organización de la república argentina, pour qui la guerre est l’ennemi principal de la civilisation. Le publiciste s’est toujours farouchement opposé au culte de la gloire guerrière − qu’elle soit politique, historique16 ou artistique17− et aux politiques de Sarmiento et Mitre (notamment lors de la guerre du Paraguay) qu’il situe dans la droite lignée de Rosas et de l’Ancien Régime. Elle correspond à l’anti-thèse des objectifs de la révolution qui étaient ceux du progrès, de la paix, de la civilisation :

  • 18 Ibid, p. 92. Comme nous le rappelle J. V. Gónzalez dans son introduction à El Crimen de la Guerra, (...)

La guerra en Sud América, sea cual fuere su objeto y pretexto ; la guerra en sí misma es, por sus efectos reales y prácticos, la anti-revolución, la reacción, la vuelta a un estado de cosas peor que el antiguo régimen colonial : es decir, un crimen de lesa América y lesa civilización18.

  • 19 Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome II), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1886 (...)
  • 20 Ibid., p. 205.
  • 21 Hobsbawm Éric, L’ère des révolutions, Paris, Hachette, 2002, p. 379.
  • 22 Selon l’expression consacrée par Louis Chevalier. (Chevalier, Louis, Classes laborieuses et classes (...)

8À l’opposé de la conception machiavélienne faisant reposer la grandeur et la pérennité des nations sur la pratique guerrière, Alberdi s’ancre dans un courant de pensée qui remplace cette dernière par la promotion de l’industrie et du commerce. « Il n’y a pas d’alcazar plus inexpugnable que le progrès19 » écrit-il en 1843, et il s’indigne du mouvement ludiste, qui détruit les machines de travail (notamment dans le textile), qui est né en Angleterre et s’est ensuite diffusé dans d’autres pays, comme l’Espagne, dont les événements d’Alcoy en 1821 et ceux de Barcelone en 1835 ont fait date. N’ayant aucune considération sociale de la situation ouvrière, Alberdi ne lit dans ces événements qu’une perte dans l’avancée de la civilisation : « todos los cañones de Ceuta no son suficientes para darte el poder que has perdido con la destrucción de las máquinas de Barcelona20 ». Alberdi entre pleinement dans la catégorie des « défenseurs du progrès » qui, selon Hobsbawn, rejettent l’idée que le développement industriel et la « société bourgeoise » sont responsables de la pauvreté, et considèrent au contraire que celle-ci est due « aux obstacles que les forces du passé, féodalisme, monarchie, aristocratie, plaçaient sur le chemin de la libre entreprise, dans sa perfection21 ». La question de la « plèbe », des masses laborieuses, préoccupe de plus en plus les élites, le XIXe siècle avançant. Mais contrairement à beaucoup d’entre ses membres qui voient un risque social dans l’industrialisation, celui de la conversion des « masses laborieuses en masses dangereuses22 », Alberdi la conçoit comme le meilleur moyen de « moralisation ». Point de question sociale chez lui en tant que telle ; tout se résoud par le développement économique.

9Mais le développement économique a besoin d’une stabilité politique et d’une disponibilité de capitaux comme conditions sine qua non à son existence. Conditions que la guerre rend caduques. La guerre prive de liberté, et par voie de conséquence, de richesse :

A la pérdida de la libertad, sigue la pérdida de la riqueza como efecto necesario de la guerra ; y con sólo esto es ya responsable de los dos más grandes crímenes, que son : esclavizar y empobrecer a la nación, si estas calamidades son dos y no una sola23.

10Cette richesse comprend à la fois l’élément humain ‒ la force de travail qui est décimée sur les champs de bataille ‒, le sol, et les capitaux qui se voient concentrés dans le soutien de l’activité guerrière. Le simple maintien d’une armée devient problématique et contraire au développement :

  • 24 Ibid, p. 37.

La guerra quita a la agricultura, a la industria y al comercio sus mejores brazos, que son los más jóvenes y fuertes, y de productores y creadores de la riqueza, que esos hombres debían ser, se convierten, por las necesidades del orden militar, no en meros consumidores estériles, sino además en destructores de profesión, que viven del trabajo de los menos fuertes, como un pueblo conquistador vive de un pueblo conquistado. Cuando digo la guerra, digo el ejército, que no es más que la expresión de la guerra en reposo, lo cual no es equivalente a la paz. La paz armada es una campaña sin pólvora contra el país24.

  • 25 Brezzo, dans son introduction à l’Epistolario inédito entre Alberdi et Benites aborde les différent (...)
  • 26 « De las ideas y tendencias del Paraguay en su cuestión presente, solo he sostenido las que concuer (...)

11Alberdi s’oppose notamment très vivement à la guerre du Paraguay. Il est accusé de traître envers sa nation, par Mitre parmi d’autres25, ce qu’il ne cesse de réfuter en essayant de prouver qu’il œuvre pour le bien de l’Argentine, et plus globalement pour celui du Río de la Plata26. Selon lui, c’est à l’inverse Mitre et Sarmiento qui agissent de façon illibérale, marchant dans les pas de Rosas, en soutenant cette guerre et les forces armées dans leur globalité, ou en promouvant une histoire de héros guerriers nationaux. Comme l’indique Eduardo Zimmermann, la guerre a longtemps été considérée par Sarmiento comme une cheville ouvrière dans la maîtrise du territoire et dans la construction de l’État argentin, afin notamment d’assurer la frontière, de protéger la « civilisation » contre l’Indien. Il cite le Sarmiento de 1856 qui prend le contre-pied d’Alberdi :

  • 27 Zimmermann, Eduardo, “Guerra, fuerzas militares y construcción estatal en el Río de la Plata, siglo (...)

¿ Desde cuándo nos hemos vuelto mujeres o sibaritas para proclamar como un principio, como un medio exclusivo de vivir, el soportar los daños, el no prever los males, el desarme del Estado de uno de sus atributos, que es dominar las resistencias ? ¿ En qué país del mundo se ha llevado el descaro del egoísmo y del cansancio hasta proclamar la paz a todo trance, y desarmarse y ponerse en la imposibilidad de la defensa ? […] ¿ De dónde, pues, ha salido la doctrina de que la paz es la condición sine qua non del progreso, aún en presencia de los peligros que reclaman prepararse a la guerra ; aún a riesgo de desaparecer borrados por los salvajes los límites del Estado ?27

  • 28 Cisneros, Andrés, Escudé Carlos (dirs.), Historia general de las relaciones exteriores en la Repúbl (...)
  • 29  « Nuestro rol », El Nacional, (27 mai 1879), Obras Completas, vol. 35, (p. 193-195), cité par Zimm (...)
  • 30 « Las ideas sobre frontera », El Nacional, (22 juin 1879), Obras Completas, vol. 41, (p.328-329), c (...)
  • 31 Ibid., p. 17-18.
  • 32 « La agricultura francesa está, como se sabe, más adelantada que la que nos legaron los españoles, (...)

12Zimmermann précise cependant que la position de Sarmiento sur cette question évolue largement en vingt ans. Sarmiento considèrera ultérieurement que la taille trop importante des armées et le militarisme entravent le progrès. Il s’oppose ainsi à l’intervention de l’Argentine dans la guerre du Pacifique de 1879. Les raisons qui motivent sa défense de la neutralité sont sans doute plurielles, si l’on confronte les explications qu’en donnent divers historiens, mais il semble acté que le développement économique florissant de l’Argentine à cette époque a joué un rôle considérable28 dans sa prise de position. Zimmermann cite les nouvelles « batailles » que prévoit Sarmiento pour sa nation en 187929 : « el vapor que trae seiscientos emigrantes, las fanegas de trigo que producen las nuevas colonias, la línea de fronteras que se extienden algunos millares de leguas […] Nuestras batallas las estamos dando en Santa Fe, en el Azul, en Chascomús, en las colonias, y en las fronteras ». Quelques semaines plus tard, Sarmiento dénonce également la « gloire militaire » dans un article du Nacional, rejoignant finalement l’opinion d’Alberdi sur la question : « Vivimos de hipérboles : el heroísmo, la gloria, el valor invencible, la libertad, la grandeza nacional, y obramos en consecuencia. Uno de los grandes desastres de la historia moderna, ha provenido de estas infatuaciones30 ». En 1882 encore, il affirmera qu’une des plaies de l’Argentine est son armée organisée en « montonera » − héritage des « grandes armées » −, lors de la discussion sur le projet de loi d’organisation permanente de l’armée présenté au Congrès31. On voit cependant que cette évolution ne se fait que très progressivement. Dans un article publié dans Ambas Américas en novembre 1867, revue dont le sous-titre « Educación, bibliografía y agricultura » est déjà révélateur de certains domaines que Sarmiento veut promouvoir afin de faire « progresser » le pays, il indique que ce numéro comportera un catalogue répertoriant un arsenal d’outils agricoles que la France ‒ pays plus avancé en cette matière ‒ emploie, afin que la population américaine en ait connaissance et que leur utilisation se propage32. Cela ne l’empêche toutefois pas de faire un éloge du caractère « civilisateur » de la guerre quelques lignes plus loin ; elle participe selon lui également de la dynamique du progrès :

  • 33 Ibid., p. 11.

¡ Mentira que la guerra haya sido jamás obstáculo al progreso ! Casi todos los grandes pasos dados por la humanidad, diólos en medio y a causa de la generosa exaltación que la guerra imprime al espíritu humano. La Inglaterra aprendió a gobernarse en medio de sus guerras, y las de Cromwell le dieron el comercio del mundo. La Francia solo hizo reformas prodigiosas en medio de la más colosal de las guerras. Los Estados Unidos han salido de la guerra con seiscientos millones de renta, habiendo entrado con ochenta. En Buenos Aires entre las batallas de Cepeda y Pavón quedaron las escuelas más completas que en edificios tiene la América del Sur, y solo retrocedió el movimiento impreso a la educación, cuando la paz sobrevino […]33.

13Le pacifisme de Sarmiento est donc une conviction bien plus tardive que celui d’Alberdi.

  • 34 La fédéralisation de Buenos Aires est la condition première et indispensable pour que le pays s’eng (...)
  • 35 Tout comme dans le projet de paix perpétuelle de Kant pour qui les armées permanentes doivent dispa (...)
  • 36 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur :
  • 37 Ibid, p. 56.

14Alberdi conçoit évidemment la question du pacifisme à l’échelle nationale. C’est en cela que la coopération de Buenos Aires et la fin des luttes entre les intérêts de la ville capitale et de la Nation sont nécessaires34. Pour l’auteur tucuman, il est également indispensable que cesse la lutte entre factions (d’où le rôle qu’il octroie à la presse notamment, qui doit s’adapter à l’époque, et promouvoir le commerce, l’industrie, et ne pas se faire l’organe des luttes entre partis). Enfin, la moralisation de la population par l’industrie devrait régler le problème des masses. Ainsi, l’unique soldat utile à la société sera celui qui œuvre pour préserver la paix sociale : le soldat se fond en réalité dans la figure du policier, qui doit simplement réguler la polis afin de permettre la vie en communauté35. C’est ainsi que l’auteur s’exclame dans El crimen de la guerra : « ¡ Guerra de policía ! Curioso barbarismo36 ». La police ne peut être associée qu’au « soldat de la paix » dont la meilleure incarnation moderne est Washington selon Alberdi. C’est en cela que ce dernier est supérieur à Bonaparte37.

  • 38 Ibid, p. 58.

Hay un soldado más noble y bello que el de la guerra : es el soldado de la paz. Yo diría que es el único soldado digno y glorioso. Si la bella ilusión querida de todos los nobles corazones, de la paz universal y perpetua, llegase a ser una realidad, la condición del soldado sería exactamente la del soldado de la paz. Así, soldado no es sinónimo de guerrero. Los mismos romanos dividían la milicia en togada y armada. No es mi pensamiento que todo soldado se convierta en abogado ; sino que el soldado no tenga más misión ni oficio que defender la paz. […] El día que dos pueblos que se dan el placer de entredestruirse, como dos bestias feroces, no encuentren sino malas caras y desprecio por todas partes entre el mundo honesto que los observa escandalizado, la guerra perderá su carácter escénico y vanidoso, que es uno de sus grandes estímulos. Como la sociedad civil se arma sólo por defenderse del asesino, del ladrón, del bandido doméstico, ella podría no dar otro destino a sus ejércitos que el que tienen sus guardias civiles, municipales, campestres, nacionales, etc. La civilización política no habrá llegado a su término, sino cuando el soldado no tenga otro carácter que el de un guardia nacional de la humanidad38.

  • 39 Ibid, p. 22.

15On voit toutefois à la fin de cette citation que le pacifisme ne se cantonne pas à l’échelle nationale : le soldat devra, en ultime instance, devenir le « garde-national de l’humanité », expression qui est intéressante dans son ambiguïté. En effet, le soldat devra préserver les droits humains, « l’humanité » au sein de sa propre nation d’une part, mais on sait que par ailleurs Alberdi conçoit, dans le progrès de la civilisation, l’avènement futur d’une grande nation humaine par la disparition des États, ce qu’il appelle le « pueblo-mundo39 ». Comment serait-il possible de toute façon de concevoir le pacifisme à une simple échelle nationale ?

Un ordre immanent, mais transcendant la nation : vers une société des nations

16L’existence d’une société entièrement pacifique au milieu de nations belliqueuses qui chercheraient toujours à accroître leurs intérêts serait pure gageure. Dans l’avancée progressive vers la civilisation, et donc, vers la paix, différentes étapes seront nécessaires, observe Alberdi dans une perspective quelque peu téléologique. Il s’agira au départ pour les nations d’adopter une position de « neutralité » dans les conflits. C’est un moindre mal, même si ce n’est pas l’idéal à viser puisqu’une telle position implique le fait qu’il existe encore et toujours des conflits dans le monde. De la « neutralité » on devrait passer à la « neutralisation » des États, terme à nouveau bisémique. On commencera, chronologiquement parlant, par une neutralisation consistant en une neutralité généralisée, c’est-à-dire, à une disparition des conflits puisque plus personne ne prendra parti. Et cette neutralisation entraînera une seconde neutralisation, celle de la fonte des États nationaux en un seul État, l’État-monde. Le commerce aura un rôle fondamental dans cette entreprise :

  • 40 Ibid, p. 28.

No es Grocio, en cierto modo, el creador del derecho de gentes moderno ; lo es el comercio. Grocio mismo es la obra del comercio, pues la Holanda, su país, ha contribuido, por su vocación comercial y marítima, a formar la vida internacional de los pueblos modernos como ningún otro país civilizado. El comercio, que es el gran pacificador del mundo después del cristianismo, es la industria internacional y universal por excelencia, pues no es otra cosa que el intercambio de los productos peculiares de los pueblos, que permite a cada uno ganar en ello su vida y vivir vida más confortable, más civilizada, más feliz. Si queréis que el reino de la paz acelere su venida, dad toda la plenitud de sus poderes y libertades al pacificador universal. Cada tarifa, cada prohibición aduanera, cada requisito inquisitorial de la frontera, es una atadura puesta a los pies del pacificador ; es un cimiento puesto a la guerra40.

17Il suit en cela l’opinion de Montesquieu sur le « doux commerce » : le philosophe des Lumières considère que l’union de l’Europe ne peut plus se faire par la guerre, comme au temps des Romains, car la puissance dépend désormais des richesses. Comme l’indique Catherine Larrère, ce n’est pas simplement une substitution d’une puissance par une autre, qui permettrait aux États de s’imposer les uns aux autres, mais il s’agit véritablement d’une grande modification dans l’exercice du pouvoir. Le commerce rend les liens entre États plus étroits, ce qui fait que les peuples « sont pour ainsi dire les membres d’une grande République », dans les termes du philosophe. Larrère précise que « les États se retrouvent contraints, par leurs intérêts, à ne pas intervenir dans les échanges commerciaux, et à respecter les libertés individuelles », avant de conclure que « le paradigme du doux commerce est bien celui du développement du libéralisme ». Alberdi pense toutefois qu’un second instrument, auxiliaire, sera nécessaire à cette consolidation internationale. Il s’agit d’une société des nations. Celle-ci pourrait s’opposer unanimement, en bloc, à tout État dissident, belliqueux. Le nombre ferait la force… Même si le publiciste est bien conscient des vicissitudes et des limites d’une telle organisation, comme il le déplore lors de la guerre du Paraguay lorsque La Ligue pour la Paix prend position en faveur de la Triple Alliance. Au fur et à mesure, cette société des nations laisserait néanmoins place à un véritable « pueblo-mundo » régi par le droit des gens :

  • 41 Ibid, p. 60.

Las nociones del patriotismo y la traición deben modificarse por el derecho de gentes humanitario, en vista de los destinos que han cabido a los creadores del derecho internacional moderno, todos ellos proscriptos y acusados de traición por un patriotismo chauvin y antisocial. Alberico Gentile, Grocio, Bello, Lieber, Bluntschli, ciudadanos del mundo, como el Cristo y sus apóstoles, han encontrado el derecho internacional moderno en el suelo de la peregrinación y el destierro en que los echó la ingratitud estrecha de su patria local. Así, el patriotismo en el sentido griego y romano, es decir, chauvin, ha muerto por sus excesos. Él ha creado el cosmopolitismo, es decir, el patriotismo universal y humano41.

18En se fondant sur le droit des gens pour organiser la société mondiale, Alberdi reproduit immanquablement le paradigme excluant qu’il a établi à l’échelle nationale, celui d’une nation construite pour préserver les droits de quelques « happy fews » (correspondant peu ou prou à la figure traditionnelle du vecino) et imposer un modèle social bien défini reposant sur la propriété et le patriarcat… Ainsi que sur le christianisme :

  • 42 Ibid, p. 46.

El cristianismo y su propagación, si no como dogma, al menos doctrina moral. El derecho no excluye a los mahometanos, ni a los hijos de Confucio ; son ellos, al contrario, los que lo excluyen, pues es un hecho que son los pueblos cristianos los que han dado a conocer hasta hoy el derecho internacional moderno42.

  • 43 Ibid, p. 55.
  • 44 Je ne peux résister à introduire la digression qui suit, tant elle m’a parue étonnante sous la plum (...)

19Alberdi conçoit cette religion comme l’un des moyens les plus importants permettant de faire advenir la paix entre nations. Le christianisme doit devenir le « code civil des nations », c’est là sa plus noble mission43. En soi, pendant longtemps, ce peuple-monde ne pourra donc intégrer que l’Occident chrétien44. Puisque le christianisme doit être la « doctrine morale » régissant les relations entre nations, on peut supposer qu’Alberdi conçoit une humanité qui doit évoluer vers une disparition progressive des autres morales religieuses. En attendant, il y aura plusieurs peuples-mondes :

  • 45 Ibid, p. 84.

Así la cristiandad formará un mundo parcial o gran cuerpo internacional, otro sería formado por los pueblos mahometanos, otros por los que profesan la religión de la India. La comunidad de opinión, en que reside la ley, requiere, para constituirse, la comunidad de idioma, de origen histórico, de usos y creencias45.

« La grâce du don46 », ou comment justifier le pacifisme par des théories économiques traditionnelles

  • 46 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de B. Clavero, Antídora, traduit en français par Schaub sous c (...)
  • 47 Ibid., p. 3.
  • 48 Ibid., p.XII.

20Ce recours au christianisme, au-delà de sa dimension excluante dans le projet alberdien, est intéressant sur un autre point. Il renvoie à la persistance d’une conception traditionnelle de l’organisation sociale, à ce que Clavero appelle l’« anthropologie du sujet moderne ». L’historien retrace en effet dans La grâce du don l’évolution de la conception de l’économie dans la « patrie historique » de l’Espagne qui est celle de « la religion chrétienne47 » (patrie qui intègre après la colonisation une bonne partie de la population sud-américaine). Pendant le Moyen-Âge, les notions de justice et de droit, si importantes par la suite sous l’Ancien Régime (et encore largement durant le XIXe siècle hispanique, si l’on suit les études de A.M. Hespanha, Carlos Garriga ou Marta Lorente par exemple) ne sont pas encore les notions primordiales. « La theologica conduit à la juridica qui fait pénétrer dans l’oeconomia. Le droit n’est pas premier pour l’ordre social. Avant lui, il y a la charité, l’amitié, c’est-à-dire “la bienveillance mutuelle” et la justice. […] La charité précède la justice », résume Jacques Le Goff dans sa Préface48. L’anthropologie moderne a évolué, ce n’est déjà plus celle du Moyen-Âge. Elle se caractérise par son hybridité. C’est une époque qui voit apparaître « cette vision qui identifie déjà l’individu avec le sujet, le marché comme économie et la propriété privée comme clef », mais ce n’est pas pour autant que toutes les dynamiques structurantes antérieures ont disparu :

  • 49 Ibid., p. 27-28.

Nous pourrons rencontrer la domination sur un terrain qui n’est pas exactement celui du droit mais celui d’une charité religieuse qui est, en même temps, celui de la subordination sociale. […] Il y aura de la liberté et, par elle, de la domination. Voici l’incarnation de la figure de Janus, un double visage pour un même élément : une faculté autonome liée à un pouvoir hétéronome. Il semble que toute l’Époque moderne présente ce visage double et contradictoire, seigneurial et mercantile, religieux et laïc, social et politique49.

21Alberdi semble s’inscrire ici avec El crimen de la guerra dans cet exact paradigme. À ceci près qu’il renverse l’évolution historique qui irait de la charité chrétienne au droit moderne, en plaçant l’anthropologie chrétienne comme horizon de la société universelle à venir. Le christianisme devient le parangon que doivent suivre les sociétés modernes toujours empêtrées dans la logique du « droit » qui correspond à des sociétés anciennes que sont la Grèce antique ou Rome. « L’Évangile est le droit des gens moderne50 ». Les pays comme la Hollande, l’Angleterre ou les États-Unis l’ont compris, selon Alberdi. D’ailleurs, ce sont les vrais pays libres, précise-t-il. Il convient de citer ici ce long argumentaire de l’auteur afin de saisir à quel point sa pensée se construit encore amplement sur cette « anthropologie moderne » décrite par Clavero :

  • 51 Ibid, p. 53-54.

La nación, que no sabe ceder de su derecho en beneficio de otra nación, es incapaz de paz estable. No pertenece a la civilización moderna, es decir, a la cristiandad, por su moral práctica. La ley de la antigua civilización era el derecho. Desde Jesucristo la civilización moderna tiene por regla fundamental, lo que es honesto, lo que es bueno. […] La historia más real confirma [estas ideas]. Grecia y Roma, los países del derecho, hicieron de la guerra un sistema político ; la Inglaterra, la Holanda, la América del Norte, países cristianos, son los primeros que han hecho de la paz un sistema político, una base de gobierno. […] La voluntad, doble fenómeno moral y físico, se educa por la moral religiosa o racional, y por afectos físicos que obran sobre la moral. Y como no hay moral que haya subordinado la paz a la buena voluntad tanto como la moral cristiana, se puede decir que la voluntad del hombre de paz es la voluntad del cristiano, es decir, la buena voluntad. La prueba de esta verdad nos rodea. Llamamos bueno, no al hombre meramente justo, sino al hombre honesto, es decir, más que justo. Todo el cristianismo consiste, como moral, en la sustitución de la honestidad a la justicia. La justicia está armada de una espada ; el derecho es duro, como el acero ; la honestidad está desarmada, y con eso solo, su poder no reconoce resistencia : es suave y dócil como el vapor, y por eso es omnipotente como el vapor mismo, que debe todo su poder a su aptitud de contraerse. No debe ser fuerte lo que no es capaz de comprensión : ley de los dos mundos físico y moral. La buena voluntad, que es la única predestinada a la paz, es la voluntad que cede, que perdona, que abdica su derecho, cuando su derecho lastima el bienestar de su prójimo. En moral como en economía, hacer el bien del prójimo, es hacer el propio bien. Presentad la otra mejilla al que os dé un bofetón, es una hermosa e inimitable figura de expresión que significa una verdad inmortal, a saber : ceded en vez de disputar : la paz vale todas las riquezas ; la bondad vale diez veces la justicia. Cambiar el bien por el bien, es hazaña de que son capaces los tigres, las víboras, los animales más feroces. Dar flores al que nos insulta, regar el campo del que nos maldice, es cosa de que sólo es capaz el hombre, porque sólo él es capaz de imitar a Dios en ese punto. Todo el hombre moderno, el hombre de Jesucristo, consiste en que su voluntad tiene por regla la bondad en lugar de la justicia. El que no es más que justo, es casi un hombre malo. Se pueden practicar todas las iniquidades sin sacar el pie de la justicia. Bondad es sinónimo de favor, concesión, beneficio, y nada puede dar el hombre generoso de más caro que su derecho [je souligne]51.

  • 52 Ibid, p. 46.
  • 53 D. Soto dira encore au XVIe siècle que la charité est amitié. (CLAVERO Bartolomé, La grâce du don, (...)
  • 54 Ibid, p. 50.
  • 55 Idem.
  • 56 Ibid., p. 52.
  • 57 « Un simple rasgo distingue al hombre del animal feroz : la humanidad ; es decir, su calidad de hom (...)
  • 58 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer. (...)
  • 59 Ceci est confirmé par le fait qu’il souhaite l’adoption du droit des gens hollandais, qui fonde sel (...)

22Il est premièrement notoire qu’Alberdi place morale et économie sur un même plan (ce qui fait écho au système smithien des sciences humaines qui a également largement nourri l’Argentin) − nous savons qu’il fait référence au christianisme davantage comme doctrine morale que comme dogme religieux en tant que tel52. Il se situe donc bel et bien à la charnière entre deux périodes. Par ailleurs, la bonté est supérieure à la justice dans son échelle de valeurs. La bonté alberdienne correspond à la charité ou l’amitié sur laquelle repose tout le système médiéval53. On voit bien que le Tucuman réitère jusqu’au bout le schème en question : Clavero différencie en effet bien la justice qui doit se fonder sur le principe d’égalité, et la charité dont l’essence réside dans le principe de gratuité54. Or c’est bien à cette magnanimité qu’Alberdi fait appel, en disant que la bonté vaut dix fois plus que la justice ou encore qu’il est trop facile de ne faire du bien qu’à celui qui nous en veut aussi. Loin de poursuivre ses intérêts exclusifs – les « interesse » étaient initialement une « indemnisation qui rele[vait] de la justice et non de la charité55 −, les nations devraient se montrer charitables, bonnes, et c’est là qu’elles en retiraient un véritable « bénéfice ». En somme, la charité n’est pas équitative, « tout bienfait ne peut pas être juste » (idée à laquelle renvoie la référence d’Alberdi à l’Évangile de Matthieu), elle doit être considérée comme « bonne œuvre, acte bénéfique ou bénéfice pris dans ce sens, bénéfice temporel (beneficium temporale)56 ». C’est, dans les termes d’Alberdi, « une faveur, une concession, un bénéfice ». Cette politique tirée de l’Évangile permettrait, on le comprend bien, de faire passer beaucoup plus rapidement les nations de l’état de guerre ou encore de celui − déjà plus « avancé » − de neutralité, à celui de neutralisation et de paix. (Cet idéal chrétien est réaffirmé dans son « Introducción a un Manual de derecho de gentes destinado a los ejércitos57 »). Mais, nous le verrons ultérieurement, cet idéal demeure utopique et Alberdi, qui est toujours prêt à concevoir un « moindre mal58 » temporaire dans l’avancée de la « civilisation », octroiera finalement à la justice le rôle clé à jouer dans l’organisation internationale des nations. On voit que l’auteur demeure tiraillé entre une conception très traditionnelle de l’organisation sociale (reposant sur la justice) et des stratégies modernes (qu’il présente comme anciennes) qui demandent au droit de régir les relations entre personnes59.

République et cosmopolitisme. La république n’est pas celle que l’on croit

  • 60 Alberdi lui-même s’inscrit délibéremment dans une généalogie de penseurs qui ont souhaité l’avèneme (...)
  • 61 Voir « Le cosmopolitisme de Kant entre l’idéalisme transcendental et la réalité empirique » de Jean (...)
  • 62 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat (...)
  • 63 Voir « La guerre, le commerce et l’étranger. Remarques sur l’esprit de commerce et de cosmopolitism (...)
  • 64 Ibid., p. 131.

23Ce projet alberdien fait, dans une certaine mesure, écho à des projets antérieurs de société universelle, dont celui de Kant60. Kant lie nécessairement républicanisme et cosmopolitisme. Les deux comportent, selon Jean Ferrari, une finalité : celle de « l’instauration progressive du droit et de la paix perpétuelle61 ». Il envisage cette paix perpétuelle selon trois angles, tout comme Alberdi : celui de l’histoire, celui de la philosophie du droit et celui de la législation. Pour Kant, il y a un parallélisme entre la constitution de la société civile et celle de la société universelle qui passe par l’instauration de trois branches du droit : le jus civitatis, le jus gentium et le jus cosmopoliticum62, autrement dit le « droit public (interne, civil), le droit international et le droit cosmopolitique ou droit civil mondial63 » Alain Boyer commente à ce propos : « dans le premier cas, la Nature impose aux peuples de se donner des autorités, en raison des guerres. Dans le deuxième, la Nature “contrecarre” l’impérialisme et maintient la diversité. Dans le troisième cas, l’esprit de commerce réunit les peuples que le droit cosmopolitique n’aurait pas suffi à garantir contre la violence64 ». Pour Alberdi, il n’y a pas de réelle différence exprimée entre le droit des gens et le droit cosmopolitique, puisque le droit des gens est défini comme :

El derecho internacional no es más que el derecho civil del género humano, y esta verdad es confirmada cada vez que se dice que toda guerra entre pueblos civilizados y cristianos, tiende a ser guerra civil. El derecho es uno y universal, como la gravitación ; no hay más que un derecho, como no hay más que una atracción65.

24On observe néanmoins le même type de parallélisme entre droit civil national et droit international.

  • 66 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat (...)
  • 67 Même s’il emploie également cette dernière acception – de « république » comme régime opposé à la m (...)

25C’est aussi ici qu’il faut réintroduire la notion de république (que je traite plus longuement dans un autre chapitre de ma thèse). Pour Kant selon Ferrari, l’idée de république est « définie comme celle d’une constitution “ayant pour but la plus grande liberté humaine d’après des lois qui permettraient à la liberté de chacun de pouvoir subsister en concert avec celle des autres”66 ». Je pense fondamentalement qu’Alberdi partage cette même conception de la république, − ce serait là sa définition essentielle −, bien avant de l’envisager comme un régime politique concret67. Pour Alberdi en effet, tel qu’il l’affirmait déjà dans son discours d’inauguration du Salon Littéraire de Marcos Sastre en 1837 :

Yo he dicho las ciencias morales, cuando he hablado del pensamiento humano, porque son por ahora las ciencias que nos importan : ellas son por esencia y por misión las ciencias de los republicanos, porque en efecto, la república no es en el fondo otra cosa, que las más alta [sic] y la más amplia realización social de la moral, de la razón y la moral del evangelio68.

26Cette définition est d’autant plus parlante qu’Alberdi l’introduit lorsqu’il développe la première des deux directions que doivent prendre selon lui les travaux de la nouvelle génération afin de fonder la légitimité, les principes, de la révolution de mai, qui est « la indagación de los elementos filosóficos de la civilización humana » (et non pas dans la seconde, plus nationale, qui consiste en « el estudio de los formas que estos elementos deben de recibir bajo las influencias particulares de nuestra edad y nuestro suelo »). Tout comme chez Kant, cosmopolitisme et république (qu’il faut donc entendre dans une acception plus vaste que celle qui la restreint à un régime) marchent donc de pair et se consolident l’un l’autre. Je pense que si le Tucuman oscille sans cesse entre sa défense et sa condamnation de la république comme régime pour l’Argentine, il demeure un fervent défenseur de la république au sens kantien du terme tout au long de son œuvre.

  • 69 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat (...)

27Nous avons évoqué le « pueblo-mundo » qui devrait un jour advenir dans la téléologie alberdienne. Kant finit par s’opposer en revanche catégoriquement à cette fusion des États. L’État mondial cède la place à l’idée de Fédération, d’Union (Vereiningung), d’Alliance (Bund)69. En effet, comme le souligne Zarka :

  • 70 Voir l’article « Commerce et hospitalité chez Kant » de Zarka. (Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye (...)

Le refus d’un État supranational est en effet radical chez Kant. Cet État nierait en effet, dans son existence même, les conditions juridiques qui font les républiques. Il ne pourrait s’agir que d’un despotisme parce que son rapport avec les États nationaux serait d’ordre hiérarchique, entre un supérieur et des inférieurs, et non conforme à la réciprocité de droits qui doit prévaloir entre peuples libres et indépendants. On comprend donc la difficulté que Kant a à surmonter : concevoir une instance internationale qui ait la force et le droit sans remettre en question la souveraineté des États qui se trouvent inclus dans l’alliance70.

  • 71 « ¿ Qué importa que las naciones lleguen a su más alto grado de civilización interior, si en su vid (...)
  • 72 L’auteur insiste sur le fait que deux États belligérants ne peuvent pas se faire justice eux-mêmes (...)
  • 73 Ibid, p. 68.
  • 74 Ibid, p. 67. Je rappellerai, en écho avec mon introduction, qu’il faut toujours prendre garde au se (...)

28Pour Alberdi au contraire, cette union serait idéalement souhaitable afin de parvenir à la paix et à la civilisation71. Introduisant un peu de pragmatisme cependant, il admet que les États ne disparaîtraient, de fait, pas totalement. Mais leur rôle serait absolument amoindri ; tout d’abord ils devraient s’abstenir au possible d’intervenir dans les questions économiques et commerciales, et par ailleurs ils seraient soumis à une instance, une autorité mondiale, un « juge commun », qui « par analogie » devrait être cet « État-monde que l’on appelle le genre humain72 ». Si souhaitable que soit cette union, elle n’en demeure pas moins très lointaine, improbable, presque utopique. Le pragmatisme de l’auteur finit par le rattraper, lorsqu’il affirme notamment : « Y como no se divisa el día en que los soberanos consientan en ser súbditos de un poder universal, el único medio de escapar a esa justicia extraña, que se confunde con el crimen, es no pleitear jamás73 ». Les États demeurent des « personnes » « considérées dans leur condition souveraine74 », et ils sont l’objet du droit international, sur lequel je vais revenir après avoir précisé un point : celui de la conception organiciste du peuple-monde.

« La guerre et la maladie, ces deux infinis du cauchemar » : la justice internationale comme remède pour l’organisme-monde

  • 75 « La guerre et la maladie, ces deux infinis du cauchemar », Céline, Louis-Ferdinand, Voyage au bout (...)

2975Cette vision organique traditionnelle qui apparaît à l’échelle nationale et à l’échelle continentale ‒ comme je l’ai étudié dans un autre chapitre de ma thèse ‒ est ici transposée à l’échelle internationale. Dans son chapitre intitulé « Analogía biológica », Alberdi souligne en effet :

Que las naciones tienden o gravitan hacia la formación de una sola y grande nación universal, es lo que la historia no escrita de los hechos que todos ven, no deja lugar a dudas. La ley que las conduce en esa dirección, es la ley natural que ha formado las sociedades diversas que hoy existen, que serán otras tantas unidades constitutivas del conjunto o agregado de todas ellas en un vasto cuerpo internacional, comprensivo de la parte civilizada de la especie humana. Pertenecer a ese agregado, ser unidad de su organismo, será prenda y condición de la civilización de cada sociedad. Esa ley común a todos los seres vivientes y orgánicos, no será otra que la evolución, por la cual explican los naturalistas la formación, la estructura u organización y las funciones de todo cuerpo orgánico. Si la denominación de cuerpo dada a un Estado, si la palabra, cuerpo social, lejos de ser una mera figura de retórica, expresa la realidad de un hecho natural, según los biologistas y sociologistas modernos, no hay razón para no considerar el conjunto de las naciones como un cuerpo único, cuyos órganos son las naciones consideradas separadamente. Ese cuerpo no existe ya formado, pero existe al menos la prueba de que tiende a formarse, por la misma ley que ha formado cada una de las sociedades actuales que han de ser unidades constitutivas de él. Si la biología ha servido a los sociólogos para explicar por la ley natural de la evolución, la creación, estructura y funciones del ente vital llamado sociedad, ¿ por qué no serviría también para explicar esa entidad de la misma casta, que se puede denominar la sociedad de las Naciones ? La aplicación de la biología, al estudio de la sociología internacional, será una nueva faz, llena de luz, de la ciencia del derecho de gentes [je souligne]76.

  • 77 L’analogie revient régulièrement. Il pense notamment l’existence d’un droit commun comme il y a une (...)
  • 78 Palti, Elías José, El tiempo de la política, Buenos Aires, Siglo XXI, 2007, p. 92 et suivantes.
  • 79 Alberdi souligne en effet : « ¿ Cuál será la condición vital de ese grande [sic.] organismo de la s (...)
  • 80 Il faut savoir cependant que Smith lui-même a souligné les limites que comportait le système qu’il (...)
  • 81 Les deux penseurs, Alberdi et Spencer, se rejoignent sur plusieurs points : cette évolution des soc (...)
  • 82 Cette disparition des hiérarchies est également très claire dans les exposés alberdiens. L’échange (...)
  • 83 Tort, Patrick, Spencer et l’évolutionnisme philosophique, Paris, PUF, 1996, p. 101.

30Il s’agit de recréer un corps à l’échelle internationale, afin de trouver une harmonie. C’est ici que l’on perçoit la résolution de la problématique révolutionnaire qui est au cœur des écrits du publiciste. L’ordre transcendant d’Ancien Régime a disparu. L’ordre immanent est insatisfaisant, manquant de stabilité et de source de légitimité. C’est dès lors un ordre immanent mais transcendant la nation qu’il faut instaurer afin de clore le cycle des révolutions. Il est intéressant de noter le fait que se substituent ici au terme de « révolution » ceux de « gravitation77 » et d’« évolution ». La notion de gravitation nous renvoie d’une part à l’idée de révolution circulaire, une révolution qui ramène les corps célestes à leur point de départ (l’un des sens de la gravitation donnée par le Trésor de la Langue française est bien celui d’une « force qui fait que les corps tombent, que les planètes décrivent des orbites »). Mais le sens de l’historicité s’est imposé aux hommes du XIX e siècle78. On ne peut revenir exactement au point de départ. D’où la conjugaison de cette notion avec celle d’« évolution » si chère à ce siècle. L’évolution naturelle des corps doit permettre une transformation progressive de ces derniers afin de les intégrer dans un corps majeur qui serait celui de l’« État monde » (composé des nations « civilisées »). Cet État monde nouveau serait la solution pour reconsolider un ordre. Le monde, bousculé par ses révolutions, pourrait retourner à un état d’ordre. L’ordre immanent mais transcendant les nations serait donc un retour… tout en s’inscrivant dans l’histoire. Alberdi précise que la condition de possibilité de l’émergence de ce « grand organisme de la société ou monde international » serait la division du travail, afin de faire dépendre tous les pays les uns des autres79 . Cette conception n’est pas à proprement parler originale, elle est partagée par d’autres penseurs : au-delà de la lecture assidue de Smith qu’a effectuée Alberdi et qui a dû lui fournir des arguments pour défendre la cause de la division internationale du travail80, on pense également à un philosophe comme Spencer qui développe des théories similaires dans ces années-là81. Spencer établit également une comparaison entre la formation et l’évolution de l’organisme et celles de la société. Il considère de même que le stade de la confrontation guerrière doit céder le pas à une société pacifiée reposant sur les échanges marchands. Comme le résume Patrick Tort, pour Spencer « ainsi, à la structure du plasmodium correspondrait le stade hypothétique précédant la différenciation de la horde, à celle de l’organisme humain centralisé le régime de l’“état militaire” fortement hiérarchisé, et au superorganisme s’accomplissant dans son devenir coopératif en abolissant les anciennes hiérarchies82, la société industrielle. L’histoire des sociétés humaines sera requise d’illustrer cette évolution ». L’idée serait de passer progressivement du « régime coercitif de coopération obligatoire » au « système libéral de coopération volontaire » à celui d’une société industrielle et pacifique83.

  • 84 Cette foi dans les avancées techniques comme meilleur moyen pour réunir les peuples apparaît dans b (...)
  • 85 Dans un sous-chapitre intitulé « El mar como influencia », l’auteur annonce en effet : « Otro instr (...)
  • 86 « Las tarifas y las aduanas, impuestos que gravitan sobre la paz del mundo, son como otros tantos P (...)
  • 87 « La opinión del mundo ha dejado de ser un nombre y se ha vuelto un hecho posible y práctico desde (...)
  • 88 J’étudie dans un autre chapitre de ma thèse la place fondamentale qu’occupent le commerce (pris dan (...)

31Ce sont les mêmes éléments qu’à l’échelle nationale ou continentale qui constitueront la base de l’harmonie universelle selon Alberdi et qui peuvent se résumer par la notion de « progrès84 » ; le travail et le développement de la richesse, la libre navigation85,la disparition des taxes douanières86, une presse bien employée87, et bien sûr, le commerce88 (que permet la division du travail), premier promoteur de liens. Mais beaucoup de doutes demeurent quant aux meilleurs moyens de consolider ce corps mondial. La question du régime politique surgit à nouveau (il s’agit là d’un autre point de ma thèse) et l’on peut à nouveau réellement mettre en cause l’idée qu’Alberdi envisage l’établissement d’une république « véritable » à long terme, pragmatiquement parlant. C’est ainsi qu’il pose la question suivante :

  • 89 (Ibid, p. 71).

Cuando una reunión se compone de gentes bien educadas, el orden se conserva sin ninguna especie de autoridad ; cuando se compone de todo el mundo, la cosa es diferente. Queda por saber, según esto, si la armonía entre las naciones será la misma cuando la sociedad se componga de esos seres bien educados que se llaman gobiernos monárquicos, que cuando se formen indistintamente de todo el mundo sin distinción de rango ni educación. ¿ Serán las democracias del porvenir más capaces de orden y tranquilidad internacional que lo son las monarquías del pasado ? ¿ La agitación que en lo interior produce la vida libre será conciliable con la paz inalterable en lo exterior ?89

  • 90 Alberdi commente en effet : « Los Estados Unidos, rodeados de pueblos monárquicos en América, no pu (...)
  • 91 Cette démonstration est au cœur de ma thèse.

32L’objectif est clairement exprimé : retrouver l’ordre, la tranquillité, la stabilité des « monarchies du passé ». Révolution-gravitation et évolution… Que ne permettront peut-être pas les républiques actuelles. La monarchie n’est pas une fin en soi, mais elle demeure la référence connue en matière d’ordre pour Alberdi90 qui oscille entre deux cultures, la culture juridicionnelle d’Ancien Régime et la culture révolutionnaire issue des indépendances91.

33Et quel devra être le principe directeur permettant le maintien de ce corps mondial, d’assurer la juste division du travail, et des bonnes relations entre tous ces membres ? On ne sera pas surpris de voir intervenir la justice. La justice reste la pierre angulaire de ce nouvel ordre, tout comme elle l’était sous l’Ancien Régime (à défaut de pouvoir récupérer la tradition théologique qui faisait de l’amitié-charité le soubassement de la société « chrétienne »). C’est ainsi que le plus grand crime peut être simplement défini comme une justice dévoyée et corrompue :

  • 92 Ibid, p. 11. Alberdi complète par ailleurs : « El crimen de la guerra reside en las relaciones de l (...)

El crimen de la guerra es el de la justicia ejercida de un modo criminal, pues también la justicia puede servir de instrumento del crimen, y nada lo prueba mejor que la guerra misma, la cual es un derecho, como lo demuestra Grocio, pero un derecho que, debiendo ser ejercido por la parte interesada, erigida en juez de su cuestión, no puede humanamente dejar de ser parcial en su favor al ejercerlo, y en esa parcialidad, generalmente enorme, reside el crimen de la guerra. La guerra es el crimen de los soberanos, es decir, de los encargados de ejercer el derecho del Estado a juzgar su pleito con otro Estado92.

  • 93 Ibid, p. 68.

34La justice internationale doit, in fine, incarner la tête de ce grand corps mondial. La tête doit « distribuer la justice », ayant ainsi un rôle d’équilibre, dans une logique proprement juridictionnelle. Comme l’indique Alberdi, « le problème le plus important » que doit résoudre la « civilisation », à défaut d’atteindre l’idéal d’un gouvernement « honnête » et « bon » fondé sur une anthropologie chrétienne, est celui de la « justice internationale93 ».

Conclusion

35Ce chapitre aura tenté de mettre en évidence différents points qui me semblent fondamentaux pour saisir les propositions d’Alberdi afin de redonner un ordre au corps social après les convulsions révolutionnaires. Le publiciste articule sans cesse les principes issus des révolutions avec des dynamiques héritées de la culture juridictionnelle d’Ancien Régime. Il ne s’agit pas de simples « rémanences » transitoires de l’ordre traditionnel ; Alberdi cherche au contraire à synthétiser (presque au sens chimique) les deux cultures, il s’agit d’une véritable métabolisation de principes issus de la révolution (ceux qui correspondent à ce que l’on nomme sans cesse la « Modernité », paradigme qu’il faudrait également largement interroger) par la culture juridictionnelle. Ce processus, que j’ai pu observer aux échelles locale et nationale dans d’autres développements de ma thèse, apparaissent ici à l’échelle transnationale. Celle-ci est indispensable pour comprendre les propositions d’Alberdi. La résolution du cycle révolutionnaire ne pourra s’opérer que par un ordre pacifiste international, une coopération entre les nations, créant ainsi un ordre immanent mais transcendant le cadre national, et dont la clé de voûte demeure le principe majeur qui avait structuré les sociétés d’Ancien Régime : la justice.

Haut de page

Notes

1 Halperín Donghi, Tulio, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, Centro editor de América Latina, Biblioteca argentina básica, 1992.

2 Ibid., p. 33.

3 Pour Darío Roldán notamment qui écrit : « Alberdi a toujours revendiqué les libertés civiles mais il s’est rendu à la nécessité de construire une république forte qui abdiquait des citoyens et serait garantie par un état centralisé », ce qui est erroné, nous le verrons. Alberdi propose un gouvernement central aux larges prérogatives, mais non pas un état centralisé, au sens actuel du terme. Roldán, Darío, “La question libérale en Argentine au XIXe siècle. Enjeux et perspectives”, Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [en ligne], mis en ligne le 21 septembre 2007, consulté le 09 janvier 2016. URL : http://alhim.revues.org/78

4 Botana, Natalio R., La tradición republicana : Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1997.

5 Pour José Luis Romero par exemple. Oscar Terán résume son interprétation en ces termes : « La tematización del problema del fundamento sobre el cual legitimar un orden político lo conducía de esa manera a elaborar lo que José Luis Romero llamó “el pensamiento republicano autoritario”, estructurado en torno del reconocimiento de una soberanía popular postergable para plegarse a las exigencias realistas de la “república posible” ». (Terán, Oscar, Prologue à : Alberdi, Juan Bautista, Alberdi póstumo, Buenos Aires, Puntosur, 1988).

6 Selon les termes d’Alberdi lui-même, largement repris par l’historiographie.

7 Benegas Lynch, Roberto, “Alberdi : el apóstol liberal, Argentine : El Cato, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 09 janvier 2016. URL : http://www.elcato.org/alberdi-el-apostol-liberal

8 Peña Milcíaldes, Alberdi, Sarmiento, el 90. Límites del nacionalismo argentino en el siglo XIX, Buenos Aires, Ediciones Fichas, 1973, (p.82-83, p. 90), cité par Omar Asha. (Asha, Omar, « Nacionalismo y progreso histórico en Milcíades Peña », Revista Herramienta debate y crítica marxista, n° 23, juillet 2003).

9 Idem.

10 Voir son article : « A historiografia jurídico-institucional e ‘‘a morte do Estado’’ ». (Hespanha, António M., “A historiografia jurídico-institucional e ‘a morte do Estado’”, Anuario de filosofía del derecho, n° 3, 1986, p. 196.

11 Botana, Natalio R., La tradición republicana : Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1997, p. 351.

12 Voir le prologue à Juan Bautista Alberdi y la unidad nacional a 200 años de su nacimiento signé par Liliana Barela. (Barela, Liliana, Juan Bautista Alberdi y la unidad nacional a 200 años de su nacimiento, Buenos Aires, Ministerio de Cultura, Dirección General Patrimonio e Instituto Histórico, 2010).

13 Oszlak Oscar, “Formación histórica del Estado en América latina : elementos teórico-metodológicos para su estudio”, Estudios CEDES, Buenos Aires, n° 3, vol. 1, 1978, p. 4.

14 Chiaramonte, José Carlos, Nación y Estado en Iberoamérica. El lenguaje político en tiempos de las independencias, Buenos Aires, Sudamericana, 2004.p.22.

15 Pablo Neruda.

16 Alberdi réitère par exemple sur de longues pages sa critique envers San Martín dans El Crimen de la guerra. (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015.

17 Alberdi remarque que l’Amérique latine n’a produit malheureusement que de la poésie guerrière et qu’elle aurait besoin d’un Cervantès qui réinvente une nouvelle littérature qui ne soit pas versée dans ces thématiques-là, un Cervantès qui purgerait par l’humour la littérature latino-américaine de tous ses Quichottes et Sanchos ( le publiciste associe à ce duo mythique une symbolique négative, ce que l’on remarque notamment dans un texte comme Peregrinación de Luz del día). (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 90). Il critique également sévèrement la peinture historique représentant les grandes batailles : « ¿ Qué ha sido un museo de pintura histórica ? Un hospital de sangre, una carnicería, en que no se ven sino cadáveres, agonizantes, heridos, ruinas y estragos de todo género. Tales imágenes han sido convertidas en objeto de recreo por la clemencia de los reyes. Imaginad que, en vez de ser pintados, esos horrores fuesen reales y verdaderos, y que el paseante que los recorre en las galerías de un palacio, oyese las lamentaciones y los gemidos de los moribundos, sintiese el olor de la sangre y de los cadáveres, viese el suelo cubierto de manos, de piernas, de cráneos separados de sus cuerpos, ¿ se daría por encantado de una revista de tal espectáculo ? ¿Se sentiría penetrado de admiración, por los autores principales de esas atrocidades ? ¿ No se creería más bien en los salones infectos y lúgubres de un hospital, que en las galerías de un palacio ? ¿ No se sentiría poseído de una horrible curiosidad por ver la cara del monstruo que había autorizado, o decretado, o consentido en tales horrores ? » (Ibid, p. 32).

18 Ibid, p. 92. Comme nous le rappelle J. V. Gónzalez dans son introduction à El Crimen de la Guerra, la Ligue Internationale de la Paix a lancé un concours devant récompenser de cinq mille francs l’auteur qui produirait le meilleur ouvrage populaire contre la guerre, en 1870, peu de temps avant le commencement du conflit franco-allemand. Alberdi n’a jamais achevé cet opuscule. Néanmoins, ses positions antérieures sur la question ne laissent pas de doute possible quant à ses convictions pacifistes profondes. Alberdi justifie sa participation en se positionnant comme « neutre », valeur qui, nous le verrons, est au cœur du processus de pacification internationale selon lui. Il insiste également, bien sûr, sur le fait qu’il vient d’un continent dont l’histoire est pétrie de guerres, et qu’il parle donc en connaissance de cause. « Concurro desde fuera para escapar a toda sospecha de interés, a toda herida de amor propio, a todo motivo de aplaudir el desastre de los excluidos. Asisto por las ventanas a ver el festín desde fuera, sin tomar parte de él, como el mosquetero de un baile en Sud-América, como el neutral en la lucha, que, aunque de honor y filantropía, es lucha y guerra. Es emplear la guerra para remediar la guerra, homeopatía en que no creo. Si no escribo en la mejor lengua, escribo en la que hablan cuarenta millones de hombres montados en guerra por su temperamento y por su historia. Pertenezco al suelo abusivo de la guerra, que es la América del Sud, donde la necesidad de hombres es tan grande como la desesperación de ellos por los horrores de la guerra inacabable. Es otra de las causas de mi presencia extraña en este concurso de inteligencias superiores a la mía ». (Ibid, p. 8).

19 Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome II), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1886, p. 204.

20 Ibid., p. 205.

21 Hobsbawm Éric, L’ère des révolutions, Paris, Hachette, 2002, p. 379.

22 Selon l’expression consacrée par Louis Chevalier. (Chevalier, Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Perrin, 2002).

23 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 36.

24 Ibid, p. 37.

25 Brezzo, dans son introduction à l’Epistolario inédito entre Alberdi et Benites aborde les différentes étapes dans la réhabilitation d’Alberdi au sein même de l’histoire argentine. L’ouvrage Alberdi. Ensayo crítico de García Merou datant de 1890 a été un premier jalon important. (Alberdi, Juan Bautista, Benites Gregorio, Epistolario inédito (tome I), Asuncion, San Martin, 2006, p. 44-49).

26 « De las ideas y tendencias del Paraguay en su cuestión presente, solo he sostenido las que concuerdan del todo con los intereses argentinos, a saber : la independencia de la República Oriental, la libre navegación de los afluentes del Plata para todos los pabellones, y la independencia e integridad del Paraguay mismo como garantía natural de esos hechos esenciales a la civilización del Río de la Plata ». (Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome VII), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1887, p. 44).

27 Zimmermann, Eduardo, “Guerra, fuerzas militares y construcción estatal en el Río de la Plata, siglo XIX. Un comentario”, in Garavaglia, Juan Carlos, Pro Ruiz Juan, Zimmermann Eduardo (coords.), Las fuerzas de guerra en la construcción del Estado. América Latina, siglo XIX, Rosario, Prohistoria, 2012, p. 17-18.

28 Cisneros, Andrés, Escudé Carlos (dirs.), Historia general de las relaciones exteriores en la República Argentina, Buenos Aires, Centro de Estudios de Política Exterior Consejo Argentino para las Relaciones Internacionales, Nuevo Hacer, 1998-2003. Version en ligne disponible sur : http://www.argentina-rree.com, [page consultée le 11 mars 2015].

29  « Nuestro rol », El Nacional, (27 mai 1879), Obras Completas, vol. 35, (p. 193-195), cité par Zimmermann. (Zimmermann, Eduardo, “Guerra, fuerzas militares y construcción estatal en el Río de la Plata, siglo XIX. Un comentario”, in Garavaglia, Juan Carlos, Pro Ruiz Juan, Zimmermann Eduardo (coords.), Las fuerzas de guerra en la construcción del Estado. América Latina, siglo XIX, Rosario, Prohistoria, 2012, p. 19).

30 « Las ideas sobre frontera », El Nacional, (22 juin 1879), Obras Completas, vol. 41, (p.328-329), cité par Zimmermann. Idem.

31 Ibid., p. 17-18.

32 « La agricultura francesa está, como se sabe, más adelantada que la que nos legaron los españoles, y hemos podido mejorar poco nosotros. Este número de Ambas Américas llevará al respaldo un catálogo de instrumentos y máquinas auxiliares de la labranza, puesto al efecto en castellano, a fin de que se generalice en aquella América el inventario, por lo menos, del capital con que se labra la riqueza de las naciones modernas ». (Sarmiento, Faustino Domingo, Ambas Américas, n° 2, vol. 1, New-York, Editor J. M. Macías, novembre 1867, p. 10).

33 Ibid., p. 11.

34 La fédéralisation de Buenos Aires est la condition première et indispensable pour que le pays s’engage dans la voie de la paix et du progrès selon le publiciste. Il affirme en effet ; « la reinstalación de la ciudad de Buenos Aires en capital de la nación, hecha en 1880, es la primera revolución efectiva contra el régimen realista de este país. […] Nuestra Revolución de Mayo contra España, suprimió los gobernantes realistas, pero dejó existir como estatuto la máquina del gobierno realista y absoluto que tuvo el país. Fue independiente de España pero no de su gobierno propio » [je souligne]. (Alberdi, Juan Bautista, Obras completas, (tome X Escritos póstumos : ensayos sobre la sociedad, los hombres, las cosas de Sud-América), Buenos Aires, Imprenta Cruz Hermanos, 1899, p. 349).

35 Tout comme dans le projet de paix perpétuelle de Kant pour qui les armées permanentes doivent disparaître ; il ne doit demeurer à terme que des milices de défense patriotique, selon Alain Boyer. (Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, p. 124).

36 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur :

http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 30.

37 Ibid, p. 56.

38 Ibid, p. 58.

39 Ibid, p. 22.

40 Ibid, p. 28.

41 Ibid, p. 60.

42 Ibid, p. 46.

43 Ibid, p. 55.

44 Je ne peux résister à introduire la digression qui suit, tant elle m’a parue étonnante sous la plume d’Alberdi. On connaît son historicisme qui se représente une évolution progressive de la civilisation. En ce sens, les dynamiques sociales, politiques, doivent être relatives à l’état de civilisation du pays. Mais le « relativisme » alberdien s’arrête là en général. Il souligne sans cesse la supériorité de l’Europe (de laquelle est héritière l’Amérique du Sud selon son argumentation dans les Bases – « Lo que llamamos América independiente no es más que Europa establecida en América ») sur les autres parties du monde. (Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 420). Il demeure tout à fait européocentré (en considérant que les États-Unis sont également produits de l’Europe). Il est bien loin du relativisme culturel d’un Montaigne. Et pourtant, pour servir son argumentation à l’encontre de la guerre, il donnera une fois – hapax inattendu – la supériorité morale aux « sauvages » sur le monde soi-disant civilisé qui continue à s’entre-tuer. Ce monde commet des « homicides » d’autant plus abjects qu’ils sont gratuits, alors que le cannibale tue son semblable pour survivre (or la survie est la seule raison valable au meurtre, qu’il soit considéré à l’échelle individuelle ou nationale s’il s’agit d’une guerre, selon Alberdi). Le publiciste dénonce ainsi le fait que « [el hombre] no mata para comerlo [a su hermano] (lo cual sería una circunstancia atenuante) sino por darse el placer de no verlo vivir. Así, el antropófago es más excusable que el hombre civilizado en sus guerras y destrucción de mera vanidad y lujo », (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 13) ce qui n’est pas sans rappeler de façon frappante le fameux chapitre XXXI du tome I des Essais de Montaigne qui traite des cannibales. (Montaigne (de), Michel, Les Essais (tome I), Paris, Gallimard, 2009, p. 403).

45 Ibid, p. 84.

46 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de B. Clavero, Antídora, traduit en français par Schaub sous ce titre précisément. (CLAVERO Bartolomé, La grâce du don, Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996).

47 Ibid., p. 3.

48 Ibid., p.XII.

49 Ibid., p. 27-28.

50 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 11.

51 Ibid, p. 53-54.

52 Ibid, p. 46.

53 D. Soto dira encore au XVIe siècle que la charité est amitié. (CLAVERO Bartolomé, La grâce du don, Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996, p. 48)

54 Ibid, p. 50.

55 Idem.

56 Ibid., p. 52.

57 « Un simple rasgo distingue al hombre del animal feroz : la humanidad ; es decir, su calidad de hombre : cuanto más hombre más humano, es decir clemente ; su ideal es el cristiano que muere por su próximo, lejos de busar su bien en la muerte de su próximo ». (Alberdi, Juan Bautista, Obras póstumas (tome XV), Buenos Aires, Imprenta Europa, 1900, p. 16).

58 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 13.

59 Ceci est confirmé par le fait qu’il souhaite l’adoption du droit des gens hollandais, qui fonde selon lui la modernité politique et commerciale. Nous avons déjà pu observer cependant la dimension très conservatrice de la révolution hollandaise qu’Alberdi érige en modèle. Le balancement entre émancipation et désémancipation, pour reprendre les termes de Losurdo (Losurdo, Domenico, Contre-histoire du libéralisme, Paris, La Découverte, 2013), se répercute ici à l’échelle internationale : « Cada escritor de derecho de gentes es a su pesar la expresión del país a que pertenece ; y cada país tiene las ideas de su edad, de su condición, de su estado de civilización. El derecho de gentes moderno, es decir, la creencia y la idea de que la guerra carece de fundamento jurídico, ha surgido, naturalmente, de la cabeza de un hombre perteneciente a un país clásico del derecho y del deber, términos correlativos de un hecho de dos fases, pues el deber no es más que el derecho reconocido y respetado, y viceversa. La libre Holanda inspiró el derecho de gentes moderno, como había creado el gobierno libre y moderno. País comercial a la vez que libre, miró en el extranjero no un enemigo sino un colaborador de su grandeza propia, y al revés de los romanos, no tuvo para con las naciones extranjeras otro derecho aparte y diferente del que se aplicaba a sí mismo en su gobierno interior ». (Ibid, p. 30).

60 Alberdi lui-même s’inscrit délibéremment dans une généalogie de penseurs qui ont souhaité l’avènement d’une association des nations : « La idea de buscar la paz y la seguridad a cada nación en la asociación de todas por el estilo en que están ligados los individuos que forman cada Estado, ha surgido en las cabezas más capaces de sentir esta dirección natural en que marcha por su propio instinto de conservación y mejora la familia humana, que forma hoy el mundo civilizado. Esa idea ha tenido por sostenedores y partidarios convencidos, a : Grocio ; Enrique IV ; Sully ; Abate de Saint Pierre ; J. J. Rousseau ; Jeremías Bentham ; Kant ; Fichte. Todos los más célebres publicistas del día ». (Ibid, p. 82).

61 Voir « Le cosmopolitisme de Kant entre l’idéalisme transcendental et la réalité empirique » de Jean Ferrari. (Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, (p.49-65), p. 52).

62 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, p. 54).

63 Voir « La guerre, le commerce et l’étranger. Remarques sur l’esprit de commerce et de cosmopolitisme chez Kant » d’Alain Boyer. (Ibid., (p.119-136), p. 131).

64 Ibid., p. 131.

65 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 27.

66 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, p. 51).

67 Même s’il emploie également cette dernière acception – de « république » comme régime opposé à la monarchie − dans El crimen de la guerra.

68 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 41.

69 Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, p. 124.

70 Voir l’article « Commerce et hospitalité chez Kant » de Zarka. (Zarka, Yves Charles, Guibet Lafaye Caroline (dirs.), Kant cosmopolite, Mercuès, Éditions de l’éclat, 2008, p. 25-26).

71 « ¿ Qué importa que las naciones lleguen a su más alto grado de civilización interior, si en su vida externa y general, que es la más importante, siguen viviendo en la condición de los salvajes mansos o medio civilizados ? » (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 28).

72 L’auteur insiste sur le fait que deux États belligérants ne peuvent pas se faire justice eux-mêmes en raison du fait qu’ils assumeraient alors les « rôles contradictoires et impossibles de partie plaidante, de juge, de témoin, et de bourreau de son ennemi personnel », d’où la nécessité d’une société des nations qui administre la justice. (Ibid, p. 76).

73 Ibid, p. 68.

74 Ibid, p. 67. Je rappellerai, en écho avec mon introduction, qu’il faut toujours prendre garde au sens que prend ce terme d’« État » chez Alberdi. Dans El crimen de la guerra, on voit particulièrement bien affleurer les diverses acceptions que peut revêtir ce terme chez le publiciste. L’État n’est, en un sens, pas indispensable selon l’optique que l’on adopte. Une nation parmi les nations belliqueuses aura besoin d’autorités, d’un État afin de la stabiliser et de stabiliser les relations entre les membres qui la composent. Mais la meilleure des régulations demeure le self-government. Certes, Alberdi concède que : « Una nación que no está constituida en Estado, es decir, un pueblo que vive sin autoridades comunes, representa el mundo de Hobbes, la guerra de todos contra todos. Cada hombre es su propio juez y el juez de su adversario. La guerra es su enjuiciamiento civil y criminal, su doble código de procedimientos. Es el estado de perfecta barbarie erigido en institución permanente hasta que cese por la aparición y presencia de las autoridades comunes encargadas de dirimir y regular las diferencias de las partes. Esas autoridades no presiden a la formación del Estado, sino que la acompañan, y se puede decir que su instalación constituye cabalmente la formación de una Nación en estado regular », [je souligne]. La référence à Hobbes est, en soi, surprenante chez Alberdi, nous l’avons vu. Mais il s’empresse d’ajouter : « Pero la ausencia de una autoridad común no implica la ausencia de una ley común, ni la ausencia de una ley significa la ausencia de un gobierno : prueba de ello es la nación misma del gobierno de sí propio, es decir, gobierno sin autoridad ; y de la practicabilidad de este modo de gobiernos es la mejor prueba el de las naciones que se gobiernan a sí mismas por el derecho llamado internacional en sus negocios continentales ». (Ibid, p. 69_71). Très clairement, on note le fait que l’État entendu dans son sens moderne n’est absolument pas celui que considère et défend Alberdi ici. L’État se forme, donne forme à la nation, mais il ne se confond pas avec son gouvernement. En outre, cette forme serait – utopiquement – dépassable puisque c’est un peuple-monde qui devrait advenir (toujours idéalement). Par ailleurs, il faut souligner le fait que le terme d’ « État » est très fréquemment rapproché de son sens premier, non politique, qui décrit l’état, la manière d’être d’une chose. En effet, dans la citation rapportée plus haut, on voit par exemple que les autorités sont supposées aider la nation à trouver un « état stable », une stabilité, et éviter « l’état de parfaite barbarie ». De la même façon, Alberdi préfère la définition de la guerre donnée par Cicéron que celle de Grotius. Le premier – nous dit le publiciste – la conçoit comme une « action fugace et éphémère », c’est « une dispute qui se résout par la force animale », lorsque le second la décrit comme l’« état » où l’homme use de cette logique. Or, pour Alberdi : « Considerada como crimen, es decir, como es de ordinario, no puede ser admitida como un estado o situación regular y normal ». (Ibid, p. 69). En un sens, l’État n’est valable que tant que l’état de paix universel fomenté par les progrès techniques, le commerce, la navigation, le christianisme ne sera pas établi. Non seulement ce peuple-monde rêvé serait l’incarnation même du self-government (« Si hay un pueblo que esté llamado a realizar perpetuamente el gobierno de sí mismo (self-government), es ese pueblo compuesto de pueblos que se llama sociedad de las naciones » (Ibid, p. 71), laissant peu de prérogatives à l’État entendu dans son sens moderne, mais il engendrerait immanquablement une certaine décentralisation : « Sin duda que a medida que se extiende toda asociación, se hace menos capaz de centralismo, o los centros, por decirlo así, se multiplican. Pero la descentralización no es inconciliable con la unidad, y lejos de eso se completa mutuamente con el orden social, como en el organismo animal en que cada órgano tiene dos vidas, una suya y local, otra general ». (Ibid, p. 76). Cette affirmation permet de contrer une fois de plus les interprétations qui font d’Alberdi un défenseur acharné de la centralisation à long terme. On change ici d’échelle, certes. Mais la logique demeure à chaque fois la même. Alberdi n’est pas le promoteur d’un État ultra-centralisé ; ce n’est pas ici que réside l’essence de son projet.

75 « La guerre et la maladie, ces deux infinis du cauchemar », Céline, Louis-Ferdinand, Voyage au bout de la nuit.

76 Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 73-74.

77 L’analogie revient régulièrement. Il pense notamment l’existence d’un droit commun comme il y a une seule et même gravitation pour tous. Il précise que : « El hombre cree que la Tierra es el más grande de los planetas del universo, porque es el que está mas cerca de él, y su cercanía le ofusca y alucina sobre sus dimensiones y papel en el universo. Los astros del firmamento, que son todo, parecen a sus ojos chispas insignificantes. Ha necesitado de los ojos de Newton, para ver que la tierra es un punto. Por una causa semejante, con el derecho universal sucederá un poco lo que en la gravitación universal », ou encore que « Los órganos libres de esa ley de vida común y general, que preside naturalmente al mundo de las naciones como la ley de gravitación que preside al mundo físico, son los autores de lo que se llama el derecho de gentes ». (Ibid., p. 13, 22, 71).

78 Palti, Elías José, El tiempo de la política, Buenos Aires, Siglo XXI, 2007, p. 92 et suivantes.

79 Alberdi souligne en effet : « ¿ Cuál será la condición vital de ese grande [sic.] organismo de la sociedad o mundo internacional ? Como en la composición de todo ente orgánico : la separación de sus partes para trabajos o funciones especiales, y la dependencia mutua, para el cambio recíproco de sus productos. La división del trabajo, de que depende la vida y el progreso del trabajo, no es aplicable únicamente a la industria y al comercio, lo es igualmente a todos los elementos de la sociedad, como ley natural que es todo organismo viviente, pues hay una división fisiológica del trabajo en la constitución de todo ser viviente organizado según un tipo superior, como lo observa Milne Edwards ». (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 74).

80 Il faut savoir cependant que Smith lui-même a souligné les limites que comportait le système qu’il proposait. La division du travail porte préjudice au développement des facultés individuelles. C’est ainsi qu’il s’interroge sur la nécessité d’un certain investissement de l’État afin de procurer quelques « soins » au peuple : « Dans les progrès que fait la division du travail, l'occupation de la très majeure partie de ceux qui vivent de travail, c'est-à-dire de la masse du peuple, se borne à un très petit nombre d'opérations simples, très souvent à une ou deux. Or, l'intelligence de la plupart des hommes se forme nécessairement par leurs occupations ordinaires. Un homme qui passe toute sa vie à remplir un petit nombre d'opérations simples, dont les effets sont aussi peut-être toujours les mêmes ou très approchant les mêmes, n'a pas lieu de développer son intelligence ni d'exercer son imagination à chercher des expédients pour écarter des difficultés qui ne se rencontrent jamais ; il perd donc naturellement l'habitude de déployer ou d'exercer ces facultés et devient, en général, aussi stupide et aussi ignorant qu'il soit possible à une créature humaine de le devenir ; l'engourdissement de ses facultés morales le rend non seulement incapable de goûter aucune conversation raisonnable ni d'y prendre part, mais même d'éprouver aucune affection noble, généreuse ou tendre et, par conséquent, de former aucun jugement un peu juste sur la plupart des devoirs même les plus ordinaires de la vie privée. Quant aux grands intérêts, aux grandes affaires de son pays, il est totalement hors d'état d'en juger, et à moins qu'on n'ait pris quelques peines très particulières pour l'y préparer, il est également inhabile à défendre son pays à la guerre ; l'uniformité de sa vie sédentaire corrompt naturellement et abat son courage, et lui fait envisager avec une aversion mêlée d'effroi la vie variée, incertaine et hasardeuse d'un soldat ; elle affaiblit même l'activité de son corps, et le rend incapable de déployer sa force avec quelque vigueur et quelque constance, dans tout autre emploi que celui pour lequel il a été élevé. Ainsi, sa dextérité dans son métier particulier est une qualité qu'il semble avoir acquise aux dépens de ses qualités intellectuelles, de ses vertus sociales et de ses dispositions guerrières. Or, cet état est celui dans lequel l'ouvrier pauvre, c'est-à-dire la masse du peuple, doit tomber nécessairement dans toute société civilisée et avancée en industrie, à moins que le gouvernement ne prenne des précautions pour prévenir ce mal ». (Smith, Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, livre V, édition électronique réalisée à partir de la version française de Germain Garnier de 1881, Chicoutimi, Québec, 2002, p. 71, disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/Smith_adam/richesse_des_nations/livre_5/richesse_des_nations_5.pdf, [page consultée le 03 juillet 2015]). Mais Alberdi ne semble pas retenir ces observations de Smith (ce qui n’est guère étonnant lorsque l’on connaît le traitement, ou plutôt le non-traitement, que fait Alberdi de la question sociale).

81 Les deux penseurs, Alberdi et Spencer, se rejoignent sur plusieurs points : cette évolution des sociétés que nous allons davantage commenter, la place minimale de l’État, le rôle premier du gouvernement qui est celui d’assurer la sécurité de ses membres par une bonne administration de justice, etc.

82 Cette disparition des hiérarchies est également très claire dans les exposés alberdiens. L’échange de matières premières argentines contre des produits manufacturés européens lui semble désirable et tout à fait équilibré. Sarmiento partage la même conception de l’échange commercial, tel que l’indique Dardo Scavino dans sa préface à Argirópolis. (Scavino, Dardo, “Estudio Preliminar” à : Sarmiento, Domigo Faustino, Argirópolis, Villa María, EDUVIM, 2012, p. XXXI).

83 Tort, Patrick, Spencer et l’évolutionnisme philosophique, Paris, PUF, 1996, p. 101.

84 Cette foi dans les avancées techniques comme meilleur moyen pour réunir les peuples apparaît dans bien des comparaisons. On peut notamment lire que : « No hay congreso europeo que equivalga a una grande exposición universal, y la telegrafía eléctrica cambia la faz de la diplomacia, reuniendo a los soberanos del mundo en congreso permanente sin sacarlos de sus palacios, reunidos en un punto por la supresión del espacio ». (Alberdi, Juan Bautista, El crimen de la guerra, 1870, [en ligne] disponible sur : http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf, consulté le 19 juin 2015, p. 29).

85 Dans un sous-chapitre intitulé « El mar como influencia », l’auteur annonce en effet : « Otro instrumento de la unidad del género humano, es la mar [sic], con los ríos navegables que desaguan en ella. "La mer c'est le marché du monde" ha dicho Theodoret. El mar que representa los dos tercios de nuestro planeta, es el terreno común del género humano ». (Ibid, p. 78).

86 « Las tarifas y las aduanas, impuestos que gravitan sobre la paz del mundo, son como otros tantos Pirineos que hacen de cada nación una España, como otras tantas murallas de la China que hacen de cada Estado un Celeste Imperio, en aislamiento ». (Ibid, p. 28).

87 « La opinión del mundo ha dejado de ser un nombre y se ha vuelto un hecho posible y práctico desde que la prensa, la tribuna, la electricidad y el vapor, se han encargado de recoger los votos del mundo entero sobre todos los debates que lo afectan (como son todos aquellos en que corre sangre humana), facilitando su escrutinio imparcial y libre, y dándolo a conocer por las mil trompetas de la prensa libre ». (Ibid, p. 21).

88 J’étudie dans un autre chapitre de ma thèse la place fondamentale qu’occupent le commerce (pris dans sa bisémie) et l’économie politique dans les discours alberdiens.

89 (Ibid, p. 71).

90 Alberdi commente en effet : « Los Estados Unidos, rodeados de pueblos monárquicos en América, no pueden resolver esta cuestión por la autoridad de su ejemplo, porque no sabemos si la paz exterior en que han vivido es un mérito de ellos, o pertenece a la cordura de sus vecinos. Las democracias de la América del Sud no han repetido al pie de la letra el cuadro pacífico de una sociedad privada compuesta de caballeros bien educados ». (Idem).

91 Cette démonstration est au cœur de ma thèse.

92 Ibid, p. 11. Alberdi complète par ailleurs : « El crimen de la guerra reside en las relaciones de la guerra con la moral, con la justicia absoluta, con la religión aplicada y práctica, porque esto es lo que forma la ley natural o el derecho natural de las naciones, como de los individuos ». (Idem).

93 Ibid, p. 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Sadler, « Une révolution du globe : le « peuple-monde » d’Alberdi ou la résolution transnationale du cycle révolutionnaire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/69545

Haut de page

Auteur

Mélanie Sadler

Mélanie Sadler est docteure en études ibériques et ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, ancienne élève normalienne, agrégée d’espagnol. Elle est actuellement ATER à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle. Sa thèse de doctorat porte sur « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique ».
melaniesadler9@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page