Navigation – Plan du site
Débats | 2016
Luc Capdevila

Droit et coutumes dans la guerre de la Triple Alliance (1864-1870) : Le sort des prisonniers de guerre

[10/10/2016]

Résumés

Le texte interroge le sort des prisonniers de guerre dans la guerre de la Triple Alliance (1865-1870). Les élites belligérantes furent dans leur ensemble conscientes de l'importance à respecter les principes et coutumes du "droit de guerre", à une époque où se mettaient en place les premiers organismes et éléments d'une législation internationale du droit humanitaire. Or, selon les phases et les acteurs de la guerre du Paraguay, les atteintes au droit des gens prirent des proportions extrêmes. En mettant la focale sur le sort des prisonniers de guerre, nous pouvons observer, avec finesse, les différentes phases de l'événement et les comportements des acteurs, tout en vérifiant que la notion de processus de "brutalisation" ne semble pas opératoire pour mesurer les dynamiques culturelles engendrées par cette guerre totale du XIXe siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte issu d'une communication présentée le 17 janvier 2012, dans le cycle de conférences : "La captivité de guerre des guerres puniques à l’Afghanistan", organisé en 2011 et 2012 par Laurent Henninger et Yann Lagadec à l'Ecole militaire/IRSEM, Paris. Depuis quelques études ont été publiées. Citons en particulier de Adler Homero Fonseca de Castro, "Los prisioneros de guerra paraguayos : La experiencia brasileña, 1864-1870", dans Juan Manuel Casal, Thomas Whigham (ed.), Paraguay : Investigaciones de historia social y política, Asunción, Ed. Tiempo de Historia, 2013, p. 157-167.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Truquin N., Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution. L’Algérie, la Républiqu (...)
  • 2 Anderson B., Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La na (...)
  • 3 Warren H. G., Paraguay and the Triple Alliance. The Postwar Decade, 1869-1878, Austin, University o (...)

1La guerre de la Triple Alliance (1865-1870) au cours de laquelle le Paraguay affronta la coalition du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay est le conflit entre États le plus violent qui s’est produit sur le continent américain au XIXe siècle. Une « guerre sans exemple dans le monde » rapporta Norbert Truquin dans ses mémoires1. Dans un essai d’histoire globale, Benedict Anderson écrivait récemment que « la lutte tragique du Paraguay contre ses puissants voisins » compte parmi les guerres les plus longues et les plus meurtrières de la période 1815-1894 – avec les guerres civiles étatsunienne et chinoise, et la guerre de Crimée2. Le Paraguay fut le grand perdant du conflit. Tous les territoires qu’il disputait à l’Argentine (Chaco méridional et Misiones) et au Brésil (sud du Mato Grosso) furent officiellement annexés par les vainqueurs. À la cessation des hostilités l’État paraguayen était démoli, son économie ruinée, sa population presque anéantie3.

  • 4 Capdevila L., Une guerre totale, Paraguay 1864-1870. Essai d’histoire du temps présent, Rennes, Pre (...)
  • 5 Pour mémoire cf. Blinn Reber V., « The Demographics of Paraguay : A Reinterpretation of the Great W (...)
  • 6 Susnik B., Una visión socio-antropológica del Paraguay del siglo XIX, parte 1, Asunción, Museo Etno (...)
  • 7 Potthast B. y T. L. Whigham, « La piedra ‘Roseta’ paraguaya : nuevos conocimientos de causas relaci (...)

2En Amérique du sud une forte impression s’est cristallisée dans les consciences sur l’idée que tous les hommes paraguayens en âge de combattre avaient disparu ; seules des femmes, des enfants en bas-âge, et quelques rares vieillards mutilés auraient survécu4. Certes, le bilan humain de ce conflit fait débat depuis la fin du XIXe siècle5. Les recensements réalisés avant-guerre surestimaient la population paraguayenne pour alimenter une politique de prestige, ce qui a favorisé les exagérations. Au total la république ne devait pas compter plus de 450 000 à 500 000 habitants en 1864. Mais les archives de l’après-guerre montrent l’évidence d’un état de crise démographique extrême. L’ensemble des sources – démographiques, diplomatiques militaires – concordent. À la fin de la guerre l’armée paraguayenne comptait 40 % d’hommes de plus de soixante ans et 50 % de garçons âgés de dix à seize ans, selon l’étude réalisée par Branislava Susnik à partir des listes d’incorporation conservées aux archives nationales d’Asunción6. De sorte qu’il reste en moyenne un homme pour trois à quatre femmes dans la population adulte au début des années 1870 : 60 % de la population environ a disparu du territoire, dont 80 % des hommes en âge de porter les armes, c’est-à-dire âgés de dix ans et plus en 1869/18707.

  • 8 Doratioto F., Maldita Guerra. Nueva historia de la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, emecé, 2004, (...)

3Les pertes furent également très lourdes du côté des forces engagées par la Triple Alliance. Selon Francisco Doratioto, elles représentèrent 30 à 40 % des mobilisés pour l’Argentine, le Brésil, probablement plus pour l’Uruguay8. Dans les pertes de la Triple Alliance on compte, avec les morts au combat, les blessés évacués, les prisonniers et les déserteurs. Parmi les disparus du Paraguay au-delà des décès innombrables il y a les populations déplacées, civiles et militaires, qui ne sont pas rentrées. Ce bilan démographique est d’une ampleur inédite pour un conflit entre États au XIXe siècle, qu’il s’agisse des pertes des armées belligérantes, ou plus encore de l’effondrement de la population vaincue.

4Un bilan humain d’une telle ampleur, notamment pour ce qui est des populations masculines, conduit à interroger les dynamiques propres à ce conflit inscrit dans le contexte global et régional des années 1850/1870 où se mêlent les problématiques de violence et de modernité. La question du traitement ou du sort des prisonniers de guerre est sur ce point un observatoire privilégié.

5Violence et modernité, tout d’abord, en raison des technologies engagées. La part des combats à l’arme blanche (sabre et lance) et de la petite guerre restent importantes. Mais il s’agit aussi d’une guerre d’artillerie et de tranchées, d’une guerre fluviale où les canonnières à vapeur jouèrent un rôle majeur, et où les balles minié furent meurtrières. Le Paraguay compte avec le télégraphe. Les Brésiliens testent un ballon d’observation gonflé à l’hydrogène. C’est aussi un conflit où les dirigeants tentent de mobiliser les opinions publiques à travers la presse, mais durant lequel les journaux manifestent une forte indépendance de jugement, en particulier en Argentine et au Brésil.

  • 9 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier (...)
  • 10 Whigham T. L., La Guerra de la Triple Alianza. Volumen I. Causas e inicios del mayor conflicto de A (...)

6Car l’affrontement du Paraguay contre ses voisins engage la « première guerre internationale » dans la région9. C’est ainsi qu’elle a été perçue et considérée par les acteurs. Les années 1850/1860 correspondent à la phase de construction des États-nationaux dans le Cône sud américain. De ce fait la guerre a été un moteur puissant de la structuration des identités nationales – voire des nationalismes – forgées dans la violence durable de la confrontation armée entre belligérants10. Mais comme c’est encore généralement le cas au XIXe siècle, l’hypermortalité caractéristique du conflit fut d’abord la conséquence des désordres générés par l’événement guerrier, plus que la mort au combat : la maladie (épidémies de rougeole, variole, dysenterie, choléra), la famine aggravée par le blocus organisé par les Alliés, les blessures contractées sur le champ de bataille, l’épuisement des populations.

  • 11 Sabato H., Buenos Aires en armas. La revolución de 1880, Buenos Aires, Siglo XXI, 2008.

7Enfin, le troisième élément caractéristique de la modernité des années 1860 consiste dans le renforcement du trait conventionnel à l’horizon des conflits. La rédaction du Code Lieber en 1863 aux États-Unis, la première convention de Genève de 1864 et la fondation des sociétés nationales de la Croix-rouge en Europe ne sont pas évoquées par les belligérants de la guerre de la Triple Alliance. Mais les dirigeants, les officiers, les opinions publiques du Cône sud américain en 1865-1870 ont en tête et se réfèrent « au droit de la guerre » qui est censé marquer la frontière entre la civilisation et la barbarie, notamment à propos du traitement des prisonniers de guerre. La première société de la Croix-rouge dans la région fut créée en Argentine en 1880, au cours d’une guerre civile11.

  • 12 Richard N., L. Capdevila, C. Boidin (dir.), Les guerres du Paraguay, aux XIXe et XXe siècles, Paris (...)

8Le contexte régional marque ce conflit et explique en partie les seuils de brutalité qui y ont été atteints. Le Paraguay était bâti sur un champ de failles géopolitiques. Tout en étant lui-même environné par des nations indiennes autonomes avec lesquelles il entretenait des relations conflictuelles, il était relié avec les autres États de la région par le système du grand fleuve Paraná et de ses tributaires qui constituait l’enjeu majeur de l’exercice de la souveraineté territoriale pour le Brésil, pour l’Argentine, et pour le Paraguay. En étant situé à la marge des ex-empires coloniaux ibériques, dans le contexte qui faisait suite au système issu des indépendances, le Paraguay se situait à un carrefour des confins. Tout en étant dépendant de Buenos Aires ou de Montevideo pour accéder à l’océan Atlantique et aux routes du commerce international, Asunción représentait une contrainte voire une menace pour l’intégrité politique de ses voisins ; ce qu’il devint en s’imposant comme un pôle politique conservateur, alors que les courants libéraux accédaient à la direction des affaires à Buenos Aires et à Rio de Janeiro en 1862. Le champ de failles ancien qui séparait sur le terrain l’empire espagnol et portugais, colons européens, créoles et amérindiens, rejoua durant le conflit et amena les acteurs à considérer aussi qu’ils participaient à une guerre des races, voire pour certains à une « guerre d’extermination »12.

  • 13 Rabinovich A., La société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires au Río de la Plata ( (...)
  • 14 Analyse développée dans Kraay H. and T. L. Whigham (dir.), I Die with My Country. Perspectives on t (...)

9Et cela peut-être d’autant plus que la décennie 1860 correspondait à la fin du cycle des guerres civiles qui marquait le processus des indépendances dans les régions de la Plata depuis les années 181013, et à l’affirmation de l’État-national en Argentine. En fait lorsque le Paraguay affronte ses voisins, l’Uruguay est toujours marqué par une grande instabilité politique, et l’Argentine reste traversée par de fortes tensions entre les provinces et le pouvoir central à Buenos Aires. D’un certain point de vue la guerre de la Triple Alliance pourrait être interprétée comme une forme de régionalisation des guerres civiles du Río de la Plata14.

10Cette situation complexe d’une guerre interétatique inscrite dans la décennie 1860 dans un contexte régional particulier se vérifie dans l’amplitude de la diversité du sort des prisonniers de guerre.

L’esprit « conventionnel » à travers le sort des prisonniers lors de la guerre du Paraguay

11Lorsque le conflit est engagé en 1865, les élites du Cône sud disposent d’un système de références en matière de droits et de coutumes de la guerre. Il est présent dans les traités, les, codes, les manuels diffusés dans la région qui participent de la culture militaire aristocratique prégnante chez les officiers. Mais, se rajoute à cette culture martiale inspirée de l’Europe des Lumières, la strate d’un corpus colonial, celui de « la guerre de frontière », de « la guerre contre l’Indien », de la guerre de capture et de pillage, qui participent toujours des pratiques sur les champs de bataille, et cela d’autant plus que les armées régulières sont associées à des unités hétérogènes. C’est notamment le cas dans les zones frontières où les armées « nationales » nouent des alliances avec les groupes indiens autonomes, et associent des milices ou des guérillas qui mènent la petite guerre.

  • 15 « Déclaration de guerre du Paraguay [18 mars 1865] », publiée dans Poucel B., Le Paraguay moderne e (...)
  • 16 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier (...)
  • 17 « Traité d’alliance contre le Paraguay [signé le 1er mai 1865] par les Plénipotentiaires de l’Urugu (...)
  • 18 Lettre du président Bartolomé Mitre au président Francisco Solano López, 25 novembre 1865, quartier (...)

12Le cadre social et culturel de l’événement est donc composite. Mais les dirigeants ont une idée précise de la nature du conflit qu’ils mènent. Ils sont guidés par une échelle de valeurs orientant la manière de diriger une guerre qu’ils qualifient d’ « internationale ». Dans la déclaration de guerre que le Paraguay adresse à l’Argentine le 18 mars 1865, le « droit » ne cesse d’être invoqué pour légitimer l’offensive15. Quelques mois plus tard, après avoir engagé les hostilités, le chef du Paraguay se réfère aux « lois de la guerre » dans un courrier destiné à son homologue argentin, mais pour préciser que la conduite de ce conflit devrait s’inspirer des lois de « l’humanité », ou mieux encore des « lois des nations civilisées »16. De même, et sans se rapporter à des textes précis, les chefs de la coalition s’en remettent aux « usages internationaux des nations civilisées » et au « droit de guerre », dans le traité qui en scellant secrètement la Triple Alliance décline leurs objectifs17. Dans sa réponse au chef du Paraguay, le président argentin évoque à son tour « les prescriptions du droit dans les cas de guerre internationale »18.

  • 19 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier (...)

13C’est à travers une correspondance déjà citée entre le dirigeant paraguayen Francisco Solano López et son homologue argentin Bartolomé Mitre, que l’un et l’autre éclairent sur leurs conceptions respectives du droit de guerre. Francisco Solano López prend la plume le 20 novembre 1865. Cinq jours après, le 25, Bartolomé Mitre lui répond19. La crise remontait à plus d’une année, mais cela faisait sept mois qu’Asunción guerroyait contre les forces de la Triple Alliance. Les premières grandes batailles venaient de se produire. L’offensive d’Asunción victorieuse dans un premier temps avait finalement échoué. Le Paraguay commençait à se replier. C’était l’heure de tirer un premier bilan sur la forme des engagements.

14Le maréchal López accuse la coalition d’actes de « barbarie » en évoquant le dénouement des deux grandes défaites paraguayennes qui viennent de se produire : la bataille de Yataí le 17 août 1865, et la reddition de la place d’Uruguayana en septembre 1865. Bartolomé Mitre renvoie le généralissime paraguayen à ses propres crimes, et le rend directement responsable de la tournure prise par l’événement. En dénonçant les agressions du Paraguay contre le Brésil et l’Argentine, et la prise du port argentin de Corrientes par sa deuxième armée en avril 1865, il reprend les arguments du Traité de la Triple Alliance qui accuse López d’avoir provoqué la guerre et « commis des actes injustifiables ».

15Or, afin de préciser leurs pensées sur les lois de la guerre et les enjeux de civilisation, les deux dirigeants se concentrent dans leur correspondance sur le traitement des prisonniers de guerre, et avec eux sur celui des civils – à la différence des textes officiels qui en restent à des principes généraux sur les relations entre États. Ainsi, les arguments réunis sur la question des prisonniers de guerre dessinent la représentation que les deux généralissimes ont de ce que devrait être une guerre internationale respectueuse du cadre conventionnel en train d’émerger. Ils permettent de dresser une première typologie de ce qui définit pour eux des crimes de guerre, ou pour le moins des attentats aux coutumes. Enfin, ils annoncent le socle des accusations portées contre le perdant, qui n’ont pas manqué de suivre à l’issue du conflit.

16Dès lors, comment ces deux dirigeants considéraient-ils le respect des « lois de la guerre » ?

17Francisco Solano López affirme sa volonté personnelle d’empêcher les actes de cruauté et de barbarie qui déshonorent l’humanité. Ils stigmatisent les chefs qui ordonnent, autorisent ou tolèrent ces crimes. Mais sa posture ne prend pas appui uniquement sur la problématique des souffrances inutiles et de la volonté de limiter la violence aux seuls objectifs militaires. Car, précise-t-il, comme il s’agit d’une guerre internationale, les dirigeants doivent faire comprendre à leurs subordonnés qu’« un prisonnier de guerre ne cesse d’être un citoyen de sa patrie, un chrétien » à la suite de sa capture, et que « faire respecter les droits de la guerre » c’est « pour le moins respecter » les prisonniers malgré « leur triste condition ». Ainsi, il souligne avoir été attentif à ce que les civils et les prisonniers alliés de toute classe soient bien considérés, qu’ils soient entretenus et traités selon leur rang, jusqu’à les laisser en liberté dès lors que c’était compatible avec leur conduite et selon leur condition.

18Dans sa réponse Bartolomé Mitre, lui aussi, exprime l’importance qu’il accorde au respect du « droit dans les cas de guerre internationale ». Il rappelle ainsi qu’à l’issue des combats les prisonniers paraguayens qui avaient « échappé à la mort » avaient été traités avec bienveillance, et les blessés soignés dans les hôpitaux militaires sans discrimination et avec une compassion égale à celle qui était exprimée aux soldats de la coalition. Beaucoup étaient restés libres. D’autres avaient été transférés à l’arrière dans les campagnes. La plupart étaient affectés dans les services passifs de l’armée, tels les hôpitaux militaires où ils pouvaient aider aux soins de leurs compatriotes. Puis, le généralissime argentin précise que parmi les prisonniers seuls les volontaires avaient été enrôlés sous les drapeaux de la Triple Alliance.

19Viennent les accusations réciproques d’atrocités et de pratiquer une guerre cruelle faisant la honte de l’humanité.

20Francisco Solano López accuse d’abord la coalition de retourner les prisonniers contre leur patrie, les empêchant ainsi de pouvoir rentrer, et annulant les possibilités d’échange. Puis il dénonce le massacre, après les batailles, des Paraguayens qui s’étaient opposés à leur enrôlement forcé par la Triple Alliance. Par ailleurs le Brésil en réduirait certains à l’esclavage ; et ceux des Paraguayens dont la peau était foncée se verraient contraints au travail forcé en Argentine et en Uruguay, voire y seraient vendus. Le maréchal López conclut à l’infamie qui consiste à imposer aux prisonniers paraguayens le choix entre l’esclavage ou la mort. En conséquence, dans l’hypothèse où la coalition maintiendrait ces pratiques envers les Paraguayens, il annonce des représailles à l’encontre des prisonniers de guerre et des ressortissants de la Triple Alliance en son pouvoir.

21Le président Mitre de son côté dénonce les pillages, les destructions, les vols de bétail. Plus encore, il accuse le Paraguay d’avoir capturé des femmes et des enfants de notables argentins, de les avoir pris comme otages à la suite de l’occupation du port de Corrientes. En se vengeant sur des hommes « désarmés » et sur des femmes et des enfants « innocents », le chef du Paraguay est responsable de la cruauté d’une guerre que la coalition aurait voulue limitée.

  • 20 Aboli en Argentine et en Uruguay, l’esclavage existait encore au Brésil et sous une forme résiduell (...)

22Le ton était donné. Faire la guerre en étant respectueux du droit consistait à traiter correctement les populations désarmées, c’est-à-dire les prisonniers captés sur le champ de bataille et les civils avec eux, en prenant en considération leur identité de citoyen et de patriote : en étant attentif à leur nationalité, ce qui était antinomique à l’enrôlement forcé ; en respectant leur identité d’être humain, de chrétien, d’homme libre, ce qui s’opposait au travail forcé ou à leur asservissement20 ; en étant respectueux de leur personne civile ou militaire, en les soignant, en les traitant correctement, en tenant compte de leur rang.

  • 21 Préambule du « Traité d’alliance contre le Paraguay [signé le 1er mai 1865] par les Plénipotentiair (...)

23La victoire de la Triple Alliance sonna l’heure du procès du vaincu. Il s’agissait de dire les responsabilités au titre du « droit », les vainqueurs accusant le vaincu d’être responsable du conflit et coupable d’atrocités. L’acte d’accusation était rédigé dans le traité de la Triple Alliance depuis le 1er mai 1865. La coalition s’était engagée officiellement à mener la guerre contre le chef du Paraguay, non contre son peuple (art.7) et « à faire disparaitre ce gouvernement »21. Avec la victoire militaire, suivit la question des réparations publiques et privées.

24Le jugement politique fut prononcé par contumace au Paraguay, puis ratifié à titre posthume – Francisco Solano López a été abattu par un soldat brésilien le 1er mars 1870. Il fut déclaré coupable et déchu de sa nationalité par les nouveaux dirigeants arrivés avec la coalition. Le décret du 17 août 1869 du gouvernement provisoire, voté par le parlement le 13 juillet 1871 et complété le 15 juillet, dit de dénaturalisation de Francisco Solano López, le déclara « assassin de sa patrie et ennemi du genre humain ». Il fut désigné responsable de la guerre et des massacres commis à l’encontre de ses compatriotes, des étrangers résidants et des militaires alliés faits prisonniers. Ses biens furent confisqués. Par ailleurs le Paraguay fut contraint de réviser ses frontières au bénéfice des voisins victorieux, qui signèrent in fine une paix séparée. En d’autres termes, l’issue du conflit prit une voie diplomatique traditionnelle.

  • 22 Cf. notamment Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones. Papeles encont (...)
  • 23 Brezzo L. M. & B. Figallo, La Argentina y el Paraguay, de la guerra a la integración, Rosário, Inst (...)

25Néanmoins, en Argentine des dossiers réunissant des documents et des témoignages à charge contre le régime du maréchal López furent publiés dans l’immédiat après-guerre. Ils rassemblaient des preuves sur les crimes de l’ex-chef du Paraguay qui convergeaient sur les exactions commises à l’encontre des prisonniers de guerre et envers les civils, principalement les femmes22. Puis une commission mixte composée de deux juges argentin et paraguayen et d’un arbitre fut réunie pendant une dizaine d’années pour travailler et statuer sur les dommages de guerre publics et privés, et sur leurs réparations – le gouvernement paraguayen n’ayant pas répondu aux demandes d’indemnisation répétées des ressortissants argentins23.

Pratiques conventionnelles concernant le traitement des prisonniers de guerre

26Au cours de la décennie 1860, s’il n’existe pas encore de législation internationale, de « droit humanitaire », de Convention de Genève statuant sur le traitement des prisonniers de guerre, les armées ont des pratiques et des codes qui sont appliqués selon les circonstances et les rapports de force, tandis que les dirigeants éprouvent le sentiment que leurs actes sont ou seront jugés par une opinion publique internationale naissante.

  • 24 Doratioto F., Maldita Guerra, op. cit., 2004, p. 173-179.

27Parmi les éléments qui conduisent au respect des prisonniers, il y a la capacité des officiers à négocier au moment de la reddition. Ce fut le cas du colonel Estigarribia qui commandait la première armée paraguayenne lors de la cession d’Uruguayana en septembre 1865. Il accepta de se rendre alors qu’il comptait sous ses ordres entre cinq mille et six mille hommes en armes. Il émit trois conditions pour se rendre : premièrement que ses hommes soient traités en tant que prisonniers de guerre ; deuxièmement que les officiers paraguayens soient autorisés à sortir de la place avec leurs armes, qu’ils puissent décider ensuite de leur lieu de résidence en dehors de leur patrie d’origine, et qu’ils soient entretenus par les Alliés. Troisièmement, que les officiers uruguayens alliés au Paraguay dans cette entreprise bénéficient des mêmes droits que les prisonniers paraguayens et soient confiés au Brésil. Tout fut accepté, sauf la sortie des officiers avec leurs armes. Les officiers paraguayens purent effectivement choisir entre les trois pays de l’Alliance pour leur résidence, et conservèrent le plus souvent la liberté de mouvement24.

28Il y eut des différences de traitement selon les circonstances et les belligérants. Mais généralement lorsque les conventions sont appliquées c’est sensiblement la même configuration de pratiques et de valeurs qui caractérise le sort des prisonniers.

  • 25 Reproductions dans Cuarterolo M. À., Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la guerra del Pa (...)
  • 26 Doratioto F., Maldita Guerra, op. cit., 2004, p. 178.
  • 27 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay con la Tripla Alianza, Buenos Aires, Cia (...)

29Initialement les prisonniers paraguayens ont pu conserver leur liberté de mouvement dans les camps brésiliens et uruguayens, et parfois leurs armes : sabres et pistolets. Sur les photographies de prisonniers prises notamment à la suite de la reprise d’Uruguayana en 1865 on ne voit que des hommes ; mais dans les peintures et dessins ultérieurs du capitaine José Garmendia ou d’Adolphe Methfessel qui ont suivi les opérations militaires, des femmes avec des enfants accompagnent des prisonniers en armes dans les camps25. Côté brésilien, ils ont dans un premier temps travaillé pour des particuliers dans le Rio Grande do Sul où ils avaient été capturés. Puis les officiers ont été déplacés vers l’État de Santa Catarina, et les soldats du côté de Rio de Janeiro. Ils ont alors été pris en charge par le gouvernement impérial recevant une solde correspondant à leur grade. Ils étaient habillés, logés, et conservèrent la liberté de mouvement. Plusieurs dizaines suivirent même des enseignements à l’école militaire de Rio en 1869, dont des enfants soldats. Ils étaient 2458 recensés au Brésil avec ce statut en 186926. Lorsque cessèrent les hostilités, le Brésil – que le général Resquín chef d’état-major du Paraguay et ex-prisonnier qualifie de « nation civilisée et humanitaire » – affréta des navires pour rapatrier nombre de ces prisonniers27.

Adolphe Methfessel, « Prisonniers paraguayens », publié dans Alberto Amerlan, Bosquejos de la Guerra del Paraguay, con ilustraciones de Adolfo Methfessel, Buenos Aires, Ed. Hermann Tjarks y Co, 1904.

30En Argentine ils sont à leur propre charge. Travaillent dans des estancias à l’intérieur du pays et dans la région de Buenos Aires, ou sont enrôlés dans l’armée régulière à la frontière sud en Patagonie. Ils touchent alors la solde et la ration correspondant à leur grade dans l’armée de ligne argentine. C’est ici un cadre de référence général qui fonctionne tant bien que mal durant tout le conflit. À titre d’exemple, on observera que tous les officiers supérieurs paraguayens qui ont survécu au conflit sont des ex-prisonniers de guerre : le colonel Estigarribia qui commandait la première armée, après avoir été capturé en septembre 1865 est resté au Brésil. Le major Duarte, tombé en août 1865, est rentré d’Argentine en 1869 ; les généraux d’état-major Resquín et Caballero, faits prisonniers par le Brésil à l’extrême fin de la guerre en 1870, sont rentrés au Paraguay. Ces trois derniers participèrent ensuite à la reconstruction de l’État paraguayen et de son armée.

  • 28 « Diario de Resquín », publié dans Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicac (...)

31Le Paraguay applique au début de la guerre le statut de « prisonnier d’honneur » pour les officiers et les fonctionnaires brésiliens qu’il détient. C’est à eux que se référait le maréchal López dans la lettre adressée à Mitre en novembre 1865. Ces derniers touchaient une demi-solde et étaient assignés à résidence sur parole. Mais il s’agissait là du tout début du conflit. La situation se détériore tant et plus par la suite, le sort des captifs de la coalition étant à l’aune du drame vécu par les Paraguayens. Mais dans l’esprit du respect des conventions, le général Resquín a tenu un registre des décès des prisonniers placés sous sa responsabilité alors qu’il était chef d’état-major28. Malgré le contexte dramatique, il reporta quotidiennement et minutieusement la nationalité, le nom, le titre, la date et la cause du décès. Ces carnets sont au nombre des documents publiés dans le réquisitoire argentin contre López. Au total, entre le 31 mai et le 14 décembre 1868, Resquín nota 605 décès dont 438 exécutions et 167 morts lors d’un transfert entre deux camps, ces derniers pouvant valoir également pour des exécutions. Le tiers des victimes abattues sont principalement des prisonniers de guerre, mis à mort officiellement pour « trahison ».

  • 29 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay…, op. cit., 1996.

32La nature bureaucratique du registre informe sèchement sur le caractère massif et systématique des crimes commis à l’encontre des captifs sur ordre de la hiérarchie paraguayenne. Pour autant, il est significatif que le général Resquín ait tenu un registre des prisonniers placés sous son autorité, y compris dans les moments dramatiques, et qu’il n’ait pas entrepris de cacher ces exactions. Au contraire, il tenait les archives car il se pensait dans le droit – voire, il tenait les archives pour être dans le droit. Dans ses mémoires rédigés peu de temps après la guerre, il n’a de cesse de prouver son attention au respect des conventions du début à la fin du conflit, et de signaler, chemin faisant, que l’ennemi avait multiplié les crimes à l’encontre de ses compatriotes29.

Exactions à l’encontre des prisonniers et contextes

33En effet, les exactions furent nombreuses, de tout bord et tout au long du conflit. L’ambition n’est pas de renouer avec les procès du passé, mais de dresser une typologie des crimes à partir des catégories des acteurs, et de voir dans quelle mesure les actes s’inscrivent dans des dynamiques particulières du conflit.

34La question du retournement des prisonniers de guerre par l’ennemi occupe une position sommitale dans la hiérarchie des accusations lancées par les Paraguayens à l’encontre des dirigeants de la Triple Alliance. Au-delà des déclarations de Francisco Solano López on les retrouve dans les mémoires du général Resquín, dans celles du colonel Centurión, etc. Mais la facilité avec laquelle les prisonniers paraguayens auraient été retournés est déconcertante à la lecture des récits des vétérans et des sources officielles.

35Lors de la prise d’Uruguayana, en septembre 1865, les forces de la Triple Alliance désarmèrent entre cinq mille et six mille Paraguayens. Après leur capture, près de deux mille cinq cents soldats paraguayens furent réincorporés par les armées uruguayenne et argentine, soit près de la moitié du contingent capturé. Le dirigeant de Montevideo Venancio Flores avait des difficultés à mobiliser en Uruguay. La république était en situation de guerre civile. La guerre contre le Paraguay était particulièrement impopulaire. Elle était perçue par le plus grand nombre comme « la guerre de Flores ». Il incorpora et arma massivement des prisonniers paraguayens. Bartolomé Mitre, plus prudent, donna consigne d’enrôler seulement des volontaires parmi les captifs, ces derniers ne devant pas dépasser 15 % du total des unités pour l’Argentine.

  • 30 Thompson J., La Guerra del Paraguay. Acompañada de un bosquejo histórico del país, y con notas sobr (...)
  • 31 Whigham T. L., La Guerra de la Triple Alianza. Volumen II. El triunfo de la violencia, el fracaso d (...)
  • 32 Casal J. M., « Uruguay and the Paraguayan War : The Military Dimension », in Kraay H. and T. L. Whi (...)

36Pour le général Flores ce ne fut pas un bon calcul. De nombreux prisonniers paraguayens retournés s’enfuirent avec armes et bagages dès qu’ils se rapprochèrent des lignes paraguayennes30, bien que certains aient été abattus par leurs compatriotes car ils portaient l’uniforme ennemi31. Mais au total les désertions de soldats uruguayens étaient si nombreuses dans les rangs de l’armée de Flores, que dès 1865 ils étaient majoritairement composés de soldats Paraguayens réincorporés. Et en 1869, selon Juan Manuel Casal, les soldats paraguayens auraient constitué jusqu’à 80 % de la troupe uruguayenne32.

  • 33 Palleja coronel L. de, Diario de la campaña de las fuerzas aliadas contra el Paraguay, Montevideo, (...)

37Il y eut également des Paraguayens qui firent la guerre dans la troupe brésilienne, et des prisonniers argentins et brésiliens ont été enrôlés dans l’armée paraguayenne. Les quatre armées belligérantes ont retourné des prisonniers de guerre. Au demeurant, les armées du Cône sud pratiquaient toujours l’enrôlement forcé pour leurs propres populations au moment de la guerre, avec à la clef une sévérité extrême exercée par la hiérarchie militaire pour tenir la troupe. Mais la réincorporation massive de prisonniers, puis le fait de les armer, et de les conduire au combat contre leur patrie d’origine est une singularité de l’Uruguay, qui avait d’énormes difficultés à mobiliser ses propres hommes. Les autres belligérants enrôlent des soldats ennemis à la marge et avec beaucoup plus de prudence. Le colonel uruguayen León de Palleja rapporte la réticence des Brésiliens et des Argentins à armer des Paraguayens, non seulement pour des questions de sécurité, mais aussi en raison de leur répugnance à les faire combattre contre leur drapeau et à les contraindre à tuer leurs compatriotes33.

  • 34 Casal J. M., « Uruguay and the Paraguayan War : The Military Dimension », art. cit., 2004, p. 119-1 (...)

38La deuxième accusation porte sur le travail forcé. Il fut effectivement pratiqué par les deux camps, dans des conditions différentes. Les prisonniers paraguayens ont été contraints de travailler pour des particuliers afin de subvenir à leurs besoins au Brésil, en Uruguay, en Argentine. L’Uruguay se réserva des contingents pour des chantiers de travaux publics. Au Paraguay, les prisonniers furent utilisés pour l’entretien du système défensif, les travaux de terrassement, le creusement de tranchées prés des camps. Mais concernant les accusations de trafic humain, bien que cela ne semble pas impossible en raison du maintien de l’esclavage au Brésil et au Paraguay, au vu aussi de l’inertie d’un commerce d’indiens et de captifs dans la région qui s’est poursuivi au XXe siècle, le seul fait pour lequel on dispose d’éléments tangibles au cours de la guerre concerne un trafic d’enfants paraguayens à destination de l’Uruguay organisé par des dirigeants de Montevideo34.

39L’usage de boucliers humains semble avoir été courant de la part des dirigeants paraguayens afin de protéger les batteries dans les forteresses, et même les canonnières sur les fleuves. Pour ce faire, ils exposaient explicitement des prisonniers de guerre, des otages ennemis, des civils paraguayens en disgrâces. Au Paraguay les prisonniers de guerre étaient internés dans des espaces placés sous surveillance près des forteresses. Lors des transferts, à chaque retraite, ils étaient déplacés en même temps que la troupe. Francisco Solano López ordonna systématiquement de faire suivre les détenus à chaque évacuation, afin qu’ils ne renseignent pas l’ennemi. Les conditions de ces marches forcées dans les marécages, la brousse, la forêt, furent épouvantables. Ils avançaient entravés jusqu’à l’épuisement. Ordre était alors donné aux gardes d’achever à la lance ceux qui n’avançaient pas sans avoir à en référer à un supérieur.

  • 35 Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones..., op. cit., 1871, p. 65.
  • 36 Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones. op. cit., 1871, p. 64.
  • 37  Cité dans Godoi J. S., El fusilamiento del obispo Palacios y los tribunales de sangre de San Ferna (...)
  • 38 In Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones..., op. cit., 1871, p. 54.

40Les témoignages sur les maltraitances sont nombreux, notamment ceux émanant des prisonniers de la coalition passés par les camps paraguayens. Ils ont été publiés après-guerre au titre des accusations portées contre le régime paraguayen : exécutions collectives, châtiments corporels, travail forcé, la faim, la maladie, l’épuisement, l’abandon des corps aux charognards. Un prisonnier argentin témoigna qu’on leur mettait les aliments dans une auge pour quatre, comme des cochons. Certains affirment que le même récipient servait à apporter la nourriture et à évacuer les excréments35. Un autre soldat argentin, témoigna qu’après avoir été capturé à Curupaytí et transféré à Humaitá, avec quatre-vingt-deux compagnons d’infortune, ils furent « exposés aux femmes » pendant plus d’une heure sur la place d’armes. Là « on nous montrait à ces ignorants comme des animaux, leur disant de n’avoir aucune relation avec nous, parce que nous étions des animaux sans eau de baptême »36. Les prisonniers étaient parqués dans un enclos sans abri. « Nous étions ainsi exposés à l’ardeur des rayons du soleil, à la pluie et au vent ; les morsures d’insectes tropicaux par milliers nous rendaient fous, et nous étions si mal alimentés, nous ne mangions que les viscères des animaux abattus pour la troupe »37. Le capitaine Goiburú déclara qu’à la suite de la bataille de Tuyutí du 3 novembre 1867, plus de deux-cents prisonniers avaient été frappés avec des fouets à double lanière, et que quarante-cinq avaient été abattus38.

  • 39 Thompson J., La Guerra del Paraguay, op. cit., 1910, p. 119.
  • 40 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay…, op.cit., 1996, p. 46.
  • 41 Archives diplomatiques de Nantes, fonds de la légation de France à Buenos Aires, carton n° 16, dépê (...)

41Dans un même ordre d’idée, au début du conflit le maréchal López accusa les Alliés d’avoir délibérément envoyé des troupes porteuses de la variole pour contaminer le Paraguay. Il fit alors torturer deux déserteurs argentins malades pour leur faire avouer qu’ils avaient été envoyés sciemment. Ils décédèrent sous les coups du fouet39. A contrario le général Resquín, rapporte dans ses mémoires que alors que le Paraguay respectait les coutumes, les Alliés avaient commis de nombreuses exactions, signalant chemin faisant les massacres de prisonniers. Ce fut le cas par exemple après la bataille de Tuyutí du 24 mai 1866. Le lendemain les soldats de la Triple Alliance « firent fusiller et égorger les malheureux prisonniers de guerre qui étaient restés blessés sur le champ de bataille »40. Francisco Solano López lui-même expliquait en 1866 à un diplomate français qu’il avait beau ordonner que les prisonniers fussent traités avec humanité, ses hommes étaient « sans pitié » pour ceux qui étaient considérés « comme des frères apostats », car ils parlaient le guaraní. Il faisait allusion aux Argentins originaires de Corrientes et aux volontaires paraguayens mobilisés dans l’armée argentine41. C’est ici, un des problèmes courant du fonctionnement des armées dont les chaînes de commandement n’étaient pas toujours efficaces.

  • 42 Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, o sea reminiscencias históricas so (...)

42Les massacres de prisonniers sur le champ de bataille ou en zone de guerre ont été répandus de tous bords. Citons trois cas connus, dans l’ordre chronologique. La bataille de Yataí du 17 août 1865, à laquelle se référait López dans sa lettre à Mitre, où mille quatre-cents paraguayens furent faits prisonniers. Parmi eux nombreux ont été égorgés le lendemain les mains liées dans le dos42. Auraient survécus les plus jeunes qui auraient été répartis comme esclaves entre les officiers alliés, des officiers et les prisonniers de guerre volontaires pour intégrer les forces de la coalition. D’où peut-être les deux mille cinq-cents prisonniers de guerre qui furent aisément retournés à la suite de la reddition paraguayenne d’Uruguayana le mois suivant.

José Ignacio Garmendia, « Colonne de prisonniers alliés », aquarelle, Musée Saavedra.

  • 43 Plusieurs témoignages dans Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones, o (...)
  • 44 Bibliothèque du musée d’histoire militaire d’Asunción, fonds Gill Aguinaga, dossier n° 139, récit d (...)

43Autre situation emblématique des massacres de prisonniers durant la guerre, les exécutions sommaires dans les camps paraguayens, et plus encore lors des transferts. La mortalité fut élevée lors du déplacement des prisonniers de San Fernando à Pikisirí en 1868. Ils avancèrent à marche forcée, entre le 27 août et le 3 septembre, sur deux-cents kilomètres, traversant les marais, les fers aux pieds, dans un état de faiblesse extrême, battus du plat des sabres « jusqu’à vomir le sang ». Resquín dénombra vingt-huit décès au cours de l’opération. C’étaient tous des hommes, sans la moindre mention sur les conditions de leur agonie. Les gardes avaient reçu l’ordre de tuer à la lance ou à la baïonnette, de leur propre initiative, les prisonniers épuisés, malades ou blessés risquant de ralentir la marche ; la même consigne avait déjà été donnée lors de l’évacuation d’Humaitá et de la course à travers les marécages du Chaco43. Elle a été répétée et appliquée à chaque évacuation jusqu’à la fin du conflit44.

44Du côté de la Triple Alliance les massacres et les exactions furent nombreux contre ce qui restait de forces paraguayennes au cours de la dernière période, à partir de 1869. Les troupes de la coalition excédées traquaient les lambeaux de l’armée paraguayenne comptant beaucoup d’enfants soldats, suivis par les femmes, qui leur menaient une guerre de guérilla. Le corps d’armée commandé par le général Câmara mena une série d’actions dans la région de San Pedro à la fin mai 1869. Le 30, à la suite du combat de Tupí-Hú, huit-cents soldats paraguayens faits prisonniers furent égorgés sur ordre du général Câmara. Avant de partir, la troupe tua le bétail et brula le matériel qu’elle ne pouvait prendre avec elle. Les femmes et les jeunes enfants furent transférés à Asunción.

45Quel sens donner à cette succession de crimes de guerre ?

  • 45 Taunay A. de, La Retraite de Laguna. Récit de la guerre du Paraguay, 1864-1870, [1867 pour la premi (...)

46Chaque cas correspond à des situations différentes. Il y a des moments structurels qui correspondent aux affrontements entre indiens et blancs débouchant sur des massacres, des tortures, des mutilations, et l’abattage systématique des chevaux. Ce sont des faits décrits et décriés par des officiers brésiliens lors des affrontements opposant les Paraguayens aux nations indiennes alliées dans le Mato Grosso et au nord du Paraguay45.

  • 46 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier (...)
  • 47 Sarmiento D. F., Facundo, Civilización y barbarie, Austral, Buenos Aires, 1967, [1851 pour la premi (...)

47Mais les autres situations semblent davantage conjoncturelles. Le massacre qui suit la bataille de Yataí pourrait davantage correspondre à l’inertie des comportements de guerre civile. C’est ce dont López accuse Mitre dans sa lettre du 20 novembre, ce dernier reproduisant selon lui les infamies perpétrées lors des guerres intestines qui avaient déshonoré devant le monde le Rio de la Plata46. Il s’agit de la guerre de guérilla racontée par Domingo Sarmiento dans Civilisation et Barbarie47, dans laquelle on ne fait pas systématiquement de prisonniers, où les gauchos tuent au couteau, où les factions réincorporent des groupes entiers qui suivent le chef le plus fort, et au côté desquelles les indiens alliés pratiquent la guerre de capture en s’emparant des femmes et des enfants de l’adversaire.

48Du côté paraguayen les massacres de prisonniers sont souvent commis par des enfants soldats. Mais ils sont ordonnés par la hiérarchie à la suite des exodes qui se succèdent avec la chute de la forteresse d’Humaitá en août 1868. Dès lors aussi que la Triple Alliance prend position sur le sol paraguayen. C’est-à-dire, dans un moment de détresse, de fuite, de paranoïa. Le massacre de Tupí-Hú perpétré par les Brésiliens en mai 1869 serait-il la conséquence d’un processus de brutalisation ? La troupe était excédée par le harcèlement de la guérilla paraguayenne et par une guerre qui n’en finissait pas.

49Mais il est difficile de donner une cohérence d’ensemble à la prise en compte de toutes ces exactions. Mettre l’accent sur les manquements de la chaîne de commandement, comme le faisait le maréchal López à l’évocation des crimes commis par ses propres hommes ne fonctionne pas. Souvent les exactions ont été réalisées sous l’autorité de la hiérarchie, voire étaient directement ordonnées par elle. L’explication d’un processus de brutalisation ne semble pas non plus efficace. S’il y a brutalisation elle n’est pas linéaire à l’échelle de l’ensemble des protagonistes. Ainsi les forces brésiliennes s’inscrivent davantage dans un cadre conventionnel dans la première phase du conflit, puis dans une guerre absolue – selon la formule de Clausewitz – à la fin de la guerre, qui se termine d’ailleurs par la mise à mort de Francisco Solano López et de son fils ainé à Cerro Corá le 1er mars 1870. Mais c’est plutôt un processus inverse que l’on observe du côté argentin avec des comportements très violents et assumés par la hiérarchie lors de la bataille de Yataí, et plus généralement au début du conflit, puis l’expression d’un traumatisme collectif à la suite de la bataille de Curupaytí le 22 septembre 1866 ou un grand nombre de fils de notables argentins perdirent la vie. On observe alors un désengagement relatif de l’Argentine dans le conflit – il est vrai confrontée à des mouvements d’opposition à la poursuite de la guerre – et à des manifestations d’écœurement, observables par exemple dans le refus du général Mitre de rentrer dans Asunción en janvier 1869 pour ne pas être impliqué dans le sac de la cité au côté des forces brésiliennes.

Conclusion

  • 48 Forgues L., « Le Paraguay. Fragments de journal et de correspondances, 1872-1873 », Le Tour du Mond (...)

50En 1872 Louis Forgues, un agent de commerce français, circula pendant quelques semaines au Paraguay48. Il décrit dans son récit de voyage un pays dévasté où la plupart des hommes avaient disparu. Au chaos d’Asunción, succédaient la misère du bourg de Paraguarí et la région dévastée d’Ybytymí. Villarrica était « le seul endroit qui puisse donner une idée de ce qu’était le Paraguay avant la guerre » car si « les hommes en ont bien été tués comme ailleurs […] toutes les femmes ont échappé, par un heureux hasard… ». À Yhakuaguasú, on « respire le bien être et la bonne humeur », mais le maitre d’école lui explique, que sur les trois-cent-soixante-cinq enfants de sa circonscription, trois-cent-dix étaient des orphelins. Le soir, un bal fut organisé. Les soixante-dix femmes présentes ne purent compter qu’avec quatre cavaliers. Seule la petite ville d’Itapé pouvait compter avec des hommes. Car, précise Forgues, les quatre mille miliciens du district avaient été capturés au début du conflit. Déportés au Brésil, restés prisonniers jusqu’à la fin des hostilités, ils avaient été rapatriés.

  • 49 Archives du ministère de la Défense, Asunción, « veteranos reconocidos y no reconocidos (1896 et au (...)

51C’est aussi l’une des conclusions que l’on tire de l’analyse des archives des anciens combattants paraguayens conservées au ministère de la Défense à Asunción49. Il s’agit des demandes effectuées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle par les vétérans de la guerre de la Triple Alliance pour obtenir une pension. Ils n’étaient pas tenus de préciser dans quelles conditions ils avaient cessé le combat pour parfaire leur dossier. Néanmoins certains explicitèrent les circonstances de leur démobilisation. Cent-dix-huit déclarations (sur plus de neuf-cents) ont donné lieu à une étude de contenu systématique. Cinquante-neuf ne donnent aucune précision. Dans l’autre moitié, les vétérans signalent les conditions de leur survie : cinquante-deux disent avoir été capturés par l’armée brésilienne ou argentine ; quatre expliquent qu’ils rentrèrent chez eux au moment des dernières batailles ; les trois derniers racontent qu’ils ne purent continuer à combattre car ils étaient trop blessés. Certes, cet échantillon ne vaut que pour lui-même. Mais d’évidence, une part élevée de vétérans paraguayens a survécu après être passée par les camps alliés de prisonniers.

52La diversité du sort des prisonniers au cours de la guerre de la Triple Alliance est à l’aune du cadre conventionnel en situation d’émergence qui caractérise ce premier conflit entre États du Cône sud américain. Lors des conflits internationaux qui se produisirent par la suite dans la région, les prisonniers furent généralement traités dans le respect des conventions, que ce soit lors de la guerre du Pacifique entre le Chili et l’alliance péruano-bolivienne en 1879-1884, ou plus encore lors de la guerre du Chaco où s’opposèrent en 1932-1935 le Paraguay et la Bolivie. Mais la guerre de la Triple Alliance consiste dans l’affrontement entre des États-nationaux et des armées nationales en construction, dont certains belligérants sortent à peine des guerres civiles, et où il existe des écarts culturels importants entre les combattants sur le champ de bataille : depuis l’horizon conventionnel de certaines élites et la culture militaire aristocratique de certains officiers jusqu’aux pratiques de guerre des acteurs qui sont celles de la guérilla, de la guerre de frontière, de la guerre de capture. De sorte qu’au-delà d’un bilan démographique dramatique, il semble que parmi les hommes qui réorganisèrent le Paraguay après-guerre, beaucoup avaient survécu car ils avaient été faits prisonniers.

Haut de page

Notes

1  Truquin N., Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution. L’Algérie, la République et le Paraguay, Paris, François Maspero, 1977, p. 252 [écrit à Independencia près d’Encarnación (Paraguay) en 1887, Norbert Truquin y décéda peu de temps après].

2 Anderson B., Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d’une autre mondialisation, Paris, La Découverte, 2009, p. 9.

3 Warren H. G., Paraguay and the Triple Alliance. The Postwar Decade, 1869-1878, Austin, University of Texas, 1978.

4 Capdevila L., Une guerre totale, Paraguay 1864-1870. Essai d’histoire du temps présent, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

5 Pour mémoire cf. Blinn Reber V., « The Demographics of Paraguay : A Reinterpretation of the Great War, 1864-70 », Hispanic American Historical Review, n° 68, 1988, p. 289-319.

6 Susnik B., Una visión socio-antropológica del Paraguay del siglo XIX, parte 1, Asunción, Museo Etnográfico Andrés Barbero, 1992, p. 189-190.

7 Potthast B. y T. L. Whigham, « La piedra ‘Roseta’ paraguaya : nuevos conocimientos de causas relacionados con la demografía de la guerra de la Triple Alianza, 1864-1870 », Revista Paraguaya de Sociología, XXXV, n° 103, 1998, p. 147-159.

8 Doratioto F., Maldita Guerra. Nueva historia de la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, emecé, 2004, p. 462-463 [2002 pour la première édition brésilienne].

9 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier général d’Humaitá, et réponse du président Mitre datée du 25 novembre. Publiées dans Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, o sea reminiscencias históricas sobre la Guerra del Paraguay, tome 2, Buenos Aires, Imp. Obras de J. A. Berra, 1894, p. 12 et 18.

10 Whigham T. L., La Guerra de la Triple Alianza. Volumen I. Causas e inicios del mayor conflicto de América del Sur, Asunción, Taurus Historia, 2010 [2002 pour la première édition étatsunienne].

11 Sabato H., Buenos Aires en armas. La revolución de 1880, Buenos Aires, Siglo XXI, 2008.

12 Richard N., L. Capdevila, C. Boidin (dir.), Les guerres du Paraguay, aux XIXe et XXe siècles, Paris, Colibris, 2007.

13 Rabinovich A., La société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires au Río de la Plata (1806-1852), Thèse d’Histoire et Civilisations, Paris, EHESS, 2010.

14 Analyse développée dans Kraay H. and T. L. Whigham (dir.), I Die with My Country. Perspectives on the Paraguayan War, 1864-1870, Lincoln, University of Nebraska Press, 2004.

15 « Déclaration de guerre du Paraguay [18 mars 1865] », publiée dans Poucel B., Le Paraguay moderne et l’intérêt du commerce. Fondé sur les lois de la géographie et sur les enseignements de l’histoire, de la statistique et d’une saine économie politique, Marseille, Typo. V° Marius Olive, 1867, p. cxxxiii-cxxxv.

16 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier général d’Humaitá. Publiée dans Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, op. cit., 1894, p. 13-14.

17 « Traité d’alliance contre le Paraguay [signé le 1er mai 1865] par les Plénipotentiaires de l’Uruguay, du Brésil et de la République Argentine », publié dans Poucel B., Le Paraguay moderne et l’intérêt du commerce. op. cit., 1867, p. cxxxv-cxliii.

18 Lettre du président Bartolomé Mitre au président Francisco Solano López, 25 novembre 1865, quartier général de Bella Vista. Publiée dans Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, op. cit., 1894, p. 18.

19 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier général d’Humaitá et réponse du président Mitre datée du 25 novembre. Publiées dans Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, op. cit., 1894, p. 9-23.

20 Aboli en Argentine et en Uruguay, l’esclavage existait encore au Brésil et sous une forme résiduelle au Paraguay au moment de la guerre. Quant aux indiens des anciennes missions, ils restèrent soumis à un régime tributaire au Paraguay jusque dans les années 1840.

21 Préambule du « Traité d’alliance contre le Paraguay [signé le 1er mai 1865] par les Plénipotentiaires de l’Uruguay, du Brésil et de la République Argentine », publié dans Poucel B., Le Paraguay moderne et l’intérêt du commerce. op. cit., 1867, p. cxxxvi.

22 Cf. notamment Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones. Papeles encontrados en los archivos del tirano – Tablas de Sangre y copia de todos los documentos y declaraciones importantes de los prisioneros, para el proceso de la tiranía, incluso la de Madama Lasserre, Buenos Aires, Imprenta Americana, 1871.

23 Brezzo L. M. & B. Figallo, La Argentina y el Paraguay, de la guerra a la integración, Rosário, Instituto de Historia, Pontificia Universidad Católica Argentina, 1999, p. 35-37.

24 Doratioto F., Maldita Guerra, op. cit., 2004, p. 173-179.

25 Reproductions dans Cuarterolo M. À., Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la guerra del Paraguay, Buenos Aires, Planeta, 2000 ; cf. également Museo Histórico de Buenos Aires, Imágenes y lecturas. El horror de la guerra. Personalidades y escenas de la guerra de la Triple Alianza contra el Paraguay por José Ignacio Garmendia y J. Serena, Buenos Aires, 2006.

26 Doratioto F., Maldita Guerra, op. cit., 2004, p. 178.

27 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay con la Tripla Alianza, Buenos Aires, Cia sud-americana de billetes de banco, 1896. Le récit fut écrit en 1875, mais la première édition posthume a été publiée à l’initiative du Dr Angel M. Veneroso en 1895. Nous utilisons l’édition d’El Lector (Asunción) de 1996, p. 156.

28 « Diario de Resquín », publié dans Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones, op. cit., 1871, p. 37-47.

29 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay…, op. cit., 1996.

30 Thompson J., La Guerra del Paraguay. Acompañada de un bosquejo histórico del país, y con notas sobre la ingeniería militar de la guerra, t. 1, Buenos Aires, Talleres Gráficos de L. J. Rosso, 1910 [1869 pour la première édition britannique], p. 118.

31 Whigham T. L., La Guerra de la Triple Alianza. Volumen II. El triunfo de la violencia, el fracaso de la paz, Asunción, Taurus Historia, 2011.

32 Casal J. M., « Uruguay and the Paraguayan War : The Military Dimension », in Kraay H. and T. L. Whigham, (dir.), I Die with My Country. Perspectives on the Paraguayan War, 1864-1870, Lincoln & London, University of Nebraska Press, 2004, p. 119-139.

33 Palleja coronel L. de, Diario de la campaña de las fuerzas aliadas contra el Paraguay, Montevideo, El Pueblo, 1865, cité par Cuarterolo M. À., Soldados de la memoria, op. cit., 2000, p. 77.

34 Casal J. M., « Uruguay and the Paraguayan War : The Military Dimension », art. cit., 2004, p. 119-139.

35 Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones..., op. cit., 1871, p. 65.

36 Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones. op. cit., 1871, p. 64.

37  Cité dans Godoi J. S., El fusilamiento del obispo Palacios y los tribunales de sangre de San Fernando – Documentos históricos, Asunción, El Lector, 1996, p. 102 [1916 pour la première édition].

38 In Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones..., op. cit., 1871, p. 54.

39 Thompson J., La Guerra del Paraguay, op. cit., 1910, p. 119.

40 Resquín F. I., Datos históricos de la guerra del Paraguay…, op.cit., 1996, p. 46.

41 Archives diplomatiques de Nantes, fonds de la légation de France à Buenos Aires, carton n° 16, dépêche du 21 octobre 1866, cité dans Guérin Y., La perception de la guerre du Paraguay (1864 - 1870) par les élites françaises. Les représentations d’une guerre d’extermination extra-européenne au XIXe siècle, maîtrise d’histoire, Université Rennes 2, 2002.

42 Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, o sea reminiscencias históricas sobre la Guerra del Paraguay, tome 1, Buenos Aires, Imp. Obras de J. A. Berra, 1894, p. 288.

43 Plusieurs témoignages dans Papeles de López o el tirano pintado por si mismo y sus publicaciones, op. cit., 1871.

44 Bibliothèque du musée d’histoire militaire d’Asunción, fonds Gill Aguinaga, dossier n° 139, récit du capitaine de frégate Romualdo Nuñez (1836-1909) « Apunte de mi biografía para mis hijos », non daté mais probablement rédigé en 1895 à la suite de la publication des mémoires de Resquín, vingt-neuf pages dactylographiées.

45 Taunay A. de, La Retraite de Laguna. Récit de la guerre du Paraguay, 1864-1870, [1867 pour la première édition brésilienne en français] Paris, Phébus, 1995, p. 93 et suivantes.

46 Lettre du président Francisco Solano López au président Bartolomé Mitre, 20 novembre 1865, quartier général d’Humaitá. Publiée dans Centurión J. C., Memorias del Coronel Juan Crisóstomo Centurión, op.cit., 1894.

47 Sarmiento D. F., Facundo, Civilización y barbarie, Austral, Buenos Aires, 1967, [1851 pour la première édition].

48 Forgues L., « Le Paraguay. Fragments de journal et de correspondances, 1872-1873 », Le Tour du Monde, n° 701, Paris, juin 1874, p. 369-416.

49 Archives du ministère de la Défense, Asunción, « veteranos reconocidos y no reconocidos (1896 et au-delà) ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Adolphe Methfessel, « Prisonniers paraguayens », publié dans Alberto Amerlan, Bosquejos de la Guerra del Paraguay, con ilustraciones de Adolfo Methfessel, Buenos Aires, Ed. Hermann Tjarks y Co, 1904.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Légende José Ignacio Garmendia, « Colonne de prisonniers alliés », aquarelle, Musée Saavedra.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/69668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Droit et coutumes dans la guerre de la Triple Alliance (1864-1870) : Le sort des prisonniers de guerre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/69668

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page