Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Allyson M. Poska, Gendered Crossings: Women and Migration in the Spanish Empire

Albuquerque, The University of New Mexico Press, 2016, 278 p.
Référence(s) :

Allyson M. Poska, Gendered Crossings: Women and Migration in the Spanish Empire, Albuquerque, The University of New Mexico Press, 2016, 278 p.

[10/10/2016]

Texte intégral

1Divisé en huit chapitres, et pourvu d’un épilogue et de nombreuses illustrations, ce livre retrace l’histoire des migrations féminines transatlantique au cours du XVIIIe siècle. Des centaines de femmes ont parcouru la distance qui sépare l’Europe du Sud des ports atlantique du continent sud-américain à l’occasion du Projet patagon, qui dura un quart de siècle. Accompagnées de mari, d’enfants ou plus rarement seules, ces femmes répondaient dès 1779 à l’appel de José de Gálvez, ministre de Charles III, qui dans un édit promulgué au nom du roi cherchait des volontaires pour se rendre au Rio de la Plata afin d’établir de nouvelles colonies sur la côte sud du continent, en Patagonie. Des centaines de familles du nord de l’Espagne embarquèrent ainsi pour le grand voyage. Elles représentent, tel que le rappelle l’auteure Allyson Poska, l’un des contingents de volontaires libres les plus nombreux à traverser l’Atlantique quelques décennies avant les migrations européennes du XIXe siècle. Comme tout projet d’origine royale, il existe à son égard une importante documentation administrative qui permet d’analyser l’événement depuis diverses perspectives. L’auteure, professeure d’histoire à l’Université de Mary Washington de Fredericksburg, en Virginie, et auteure de Women and Authority in Early Modern Spain: The Peasants of Galicia (Roland H. Bainton Prize, 2006), propose ici d’examiner ces migrations en fonction des attentes des hommes et surtout des femmes qui entreprirent le voyage, à la manière d’un nouvel exode et jusqu’à l’invasion du Rio de la Plata par les troupes anglaises en 1806-1807.

2La particularité du projet de colonisation (settlement), tout comme la plupart de ceux qui ont vu le jour au XVIIIe siècle en Amérique espagnole à l’instigation des Bourbons, est de correspondre à un édit du roi, rompant ainsi avec la tradition des départs pris sur initiative personnelle. Il s’agissait de rééquilibrer la présence de femmes blanches dans les colonies, notamment dans les zones de frontière. L’étude de A. Poska s’inscrit par conséquent, d’une part, dans la lignée des travaux critiques de Ann Stoler et de Frederick Cooper, entre autres, qui permettent de repenser l’Empire —titre du premier chapitre du livre— à l’aune des expériences individuelles, re-situées à l’échelle impériale. A. Poska affirme ainsi: « Spanish mothers were the critical link between the Crown and the next generation of colonial subjects » (p. 7). D’autre part, elle se place dans le courant des réflexions historiographiques sur les effets sociaux et culturels de la frontière. Les trois premiers chapitres s’attachent donc à montrer les ressorts du projet colonial mis en œuvre par Gálvez et Astraudi, notamment sur le fait qu’il s’agissait de recruter des familles pauvres originaires de Galice. L’objectif était d’atteindre le chiffre de deux-cents familles.

3La plupart des femmes qui répondirent à l’appel envisageaient d’occuper des emplois de service dans les colonies de Patagonie. Plusieurs d’entre elles n’en étaient pas à leur première aventure migratoire puisqu’elles étaient déjà venues en ville pour chercher un emploi ou à la suite d’un mariage. A. Poska insiste alors tout au long du livre sur l’univers mental de ces femmes : de nombreuses expériences individuelles sont signalées et une attention particulière est portée sur la notion d’assimilation culturelle dont elles ont dû faire preuve pour s’intégrer dans chaque société où elles débarquaient, ainsi que sur les moyens mis à leur disposition —notamment une aide pour la première année— à leur arrivée. Les conditions du voyage depuis La Coruña jusqu’à Montevideo sont détaillées dans le chapitre 4 (Women, Children and the Transatlantic Voyage), en particulier la préoccupation des autorités pour la sécurité des femmes à bord.

4Le livre de Poska est remarquablement pédagogique puisqu’il permet de suivre les femmes migrantes, depuis l’annonce des recrutements jusqu’à leur arrivée en Amérique, tout en ne perdant pas de vue les fondements intellectuels d’un tel projet de colonisation. Au-delà de l’essai réussi pour venir combler un vide dans les études des migrations féminines espagnoles en Patagonie, il s’inscrit aussi dans la continuité des travaux sur les circulations des savoirs et des pratiques dans l’Empire, en y incluant le genre. En effet, ce qu’apportent ces femmes aux nouvelles sociétés d’outremer consiste en diverses manières de gérer la propriété et la famille : « The project was a boon for the local real estate market and particularly for female landlords. Reading through the accounts, I found it striking how many women earned money by housing the colonists and their family ». C’est donc une économie qui se met en place et rompt avec certaines idées reçues sur la passivité des femmes espagnoles (hormis les veuves et les religieuses, dont le rôle prépondérant a déjà été remarqué) : leurs nombreuses requêtes auprès du Roi, rendues possibles notamment par la présence des notaires (escribanos), témoignent de leur dynamisme économique et de leur maîtrise des outils juridiques, notamment de la pétition (ou supplique) pour parvenir à leurs fins. Ces femmes ne cherchent pas à s’enrichir mais à maintenir un niveau de vie conforme à leurs attentes tout en répondant à l’appel du ministre de Charles III.

5Le chapitre 5, intitulé « ‘A Nursery of Vices’, Masculine Crisis in Patagonia », constitue une sorte d’acmé du livre puisqu’il permet de saisir une proposition originale de l’auteure, dans le contexte étudié: la situation de l’arrivée de ces femmes peut être vue comme une rencontre coloniale entre soi et les autres ; ces derniers sont les hommes dont les mœurs ont la particularité de s’être éloignées des bonnes manières espagnoles. La plupart de ceux qui ont répondu à l’appel de Gálvez sont en effet des militaires, rompus à la vie en caserne et aux mouvements d’armées, l’autre grand groupe étant composé de criminels et de vagabonds.

6Si ce sont bien les horizons d’attentes qui divergent entre hommes et femmes venus s’installer en Patagonie, Poska rappelle toutefois que ces horizons sont multiples, ce qui les rend difficiles à appréhender en dehors des groupes sociaux que forment les candidats à l’aventure : « (…) popular culture and the prescriptive literature of the period often presented contradictory expectations of masculine behavior» (p. 89); «The women of the Patagonia project were not bound to an inflexible set of expectations based on their chastity (…) ».

7Le triptyque désespoir, désertion et maladie (Desperation, Desertion and Disease, p. 92) semble caractériser les hommes venus vivre aux marges de l’Empire. Cette vie-là, justement, est faite de tensions et de violence, mentionnées notamment dans les chapitres 6 et 7 (Gendered Livres at the Edge of Empire; Far from Patagonia. Gender on the Spanish Frontier), retraçant les enjeux de la vie dans les forts. Est-ce la distance ou les conditions difficiles d’une société de frontière qui engendre de telles tensions agrémentées d’un singulier impératif de survie, ou les deux à la fois ? Quoi qu’il en soit, le livre de A. Poska redonne à la variable temporelle toute son ampleur historiographique et fait ainsi de l’enracinement la clef de voûte d’une société coloniale qui veut tenir ses promesses. Le dernier chapitre (From Peasants to Slave Owners, from Colonists to Vecinos) insiste donc sur les ressorts de la transformation sociale et culturelle de ces paysans pauvres devenus fermiers. L’accès à la vecindad demeure le couronnement d’un parcours réussi avec la reconnaissance de ce statut : dès lors, les migrants ne sont plus des étrangers mais acquièrent droit de cité. Si ce fait a déjà été relevé par l’historiographie, Poska fait preuve d’originalité en soulignant la possession d’esclaves comme signe de la réussite accomplie. Rappelant que ces migrants venaient de contrées dans lesquelles l’esclavage n’était pas chose courante, elle examine l’impact d’une telle acculturation sur les nouveaux venus: «In colonial society, slavery had a very different meaning» (p. 173).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Allyson M. Poska, Gendered Crossings: Women and Migration in the Spanish Empire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/69802

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page