Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Juan Carlos Garavaglia, Una juventud en los años sesenta

Buenos Aires, Prometeo libros, 2015, 208 p.
Référence(s) :

Juan Carlos Garavaglia Una juventud en los años sesenta, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2015, 208 p.

[10/12/2016]

Texte intégral

1Comme Marc Bloch l'a entrepris en 1939 avec L'étrange défaite, Juan Carlos Garavaglia, davantage connu comme l'un des grands spécialistes de l'Amérique australe coloniale, nous offre avec ce texte autobiographique, un essai magnifique d'histoire du temps présent. Au cœur du récit, il interroge son expérience militante dans la mouvance des gauches argentines des années 1960, pour tenter de comprendre une trajectoire personnelle et collective qui l'a conduit à s'immerger dans la clandestinité et à basculer dans la lutte armée. Pour ce faire, il circule entre ses années adolescentes dans l'Argentine post-péroniste des années 1950 et son exil politique puis sa nouvelle vie universitaire en Europe, à partir d'avril 1976, où il développe un retour réflexif sur son engagement montonero, lui permettant ainsi de recouvrer et de déconstruire toute l'étrangeté du passé, de son vécu, de ses raisonnements et de ses choix antérieurs.

2Ses années de jeunesse furent marquées par une fête culturelle, la découverte des sciences sociales à l'université, la volonté de devenir historien, le goût pour l'enseignement et l'édition. Mais elles furent aussi frappées par le blocage et la violence politiques : l'alternance entre l'expérimentation de la démocratie sans le péronisme et la dictature militaire. Sa trajectoire politique fut ainsi le fruit de sa propre sensibilité, de sa formation intellectuelle, de ses rencontres, et d'un contexte national et continental. Il ne cesse de questionner l'option collective et personnelle du péronisme en Argentine à cette époque. Elle était étrange aux yeux des Européens qu'il rencontrait dans ses voyages. Mais elle était pourtant évidente in situ, lorsque en octobre 1964, au moment de la visite du président-général de Gaulle à Buenos Aires, il grimpa avec d'autres compagnons dans un arbre, plaza de Francia, pour scander « de Gaulle, Perón, tercera posición ». Juan Carlos Garavaglia nous fait vivre ainsi la répression militaire installée au collège et à l'université, son passage par la prison pour avoir protesté, le côtoiement précoce des assassinats politiques, et l'impossibilité pour des étudiants de gauche d'envisager une carrière dans le supérieur ou au CONICET. C'est durant le printemps camporiste, en avril 1973, qu'il obtint un poste à Bahia Blanca et qu'il mena pleinement, avec passion, une vie militante « en surface » (trabajo en el territorio), « une militance totale », non seulement en donnant des cours du soir, mais en travaillant dans les quartiers. Les pages qui suivent sur la guerre intestine entre péronistes à la suite des funérailles du líder sont lumineuses, sa sortie de l'organisation, puis la fuite de Bahia Blanca en 1975 et la vie clandestine dans une Buenos Aires d'apocalypse où il croise des exilés chiliens, uruguayens, boliviens, la peur du soir au matin. Directement menacé, il parvient à quitter l'Argentine et se réfugie en Espagne un an après, au lendemain du coup d'État dirigé par Videla.

3Au fil des pages et des années, Juan Carlos Garavaglia partage avec ses lecteurs son appétit de culture, sa vie militante effrénée, mais aussi sa tristesse tant il a laissé de compagnons tués sur le bord du chemin, victimes de la violence policière et militaire et des affrontements avec l'extrême-droite péroniste, « l'organisation » abandonnant les militants des quartiers. Il témoigne aussi de sa mélancolie en raison de son sentiment de s'être trompé en s'engageant dans une gauche radicale qui a fini par se couper de la base, et assume sa part de responsabilité dans la violence de la répression qui a suivi. Cela dit, cet engagement s'inscrivait dans un moment de montée en puissance de la conflictualité argentine, et il nous le rappelle à juste titre : le tiers des milliers de disparus, durant la dictature militaire entre 1976 et 1983, étaient des cadres syndicaux ou des ouvriers ordinaires et des paysans du nord ouest.

4Historien et acteur, Juan Carlos Garavaglia nous offre à travers ces pages douloureuses, mais par moment jubilatoires, un grand texte sur la jeunesse argentine des années 1960 qui voulait « faire quelque chose » et « changer l'avenir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Juan Carlos Garavaglia, Una juventud en los años sesenta  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 décembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70062

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page