Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitié du XVIe siècle

Paris, Presses Universitaires de France, 2013, 375 p.
Référence(s) :

Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitié du XVIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2013, 375 p.

[10/02/2017]

Texte intégral

1Dans ce nouvel ouvrage, l’historien Gregorio Salinero propose d’examiner les “mots de la désobéissance” à partir notamment de ceux proférés lors du procès pour rébellion de Martin Cortés, fils légitime de Hernán Cortés, et de ses complices. Trahis, ils ont été dénoncés, de sorte que les premiers actes sont ceux qui permirent leur arrestation, préparée en secret, au mois de juillet 1566. L’affaire remonte ensuite jusqu’au Conseil des Indes et la première condamnation est prononcée en mars 1573.

2La documentation sur laquelle repose le livre est par conséquent avant tout judiciaire. Lorsqu’elle existe, elle est abondante et précise. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Quels sont les événements en question ? Révolution, conjuration, crime de lèse-majesté, conspiration, sédition, insurrection, rébellion, complot, trahison, soulèvement, constitution d’une ligue. Autant de mots pour désigner un même enchaînement de faits et de longues procédures qui n’enlevèrent rien à la puissance du doute, ni en leur temps ni par la suite. Dans ce contexte, ce qui intéresse Gregorio Salinero est l’analyse de la façon dont le procès de Martin Cortés –et à travers lui de nombreux autres– dresse l’accusation et la légitime. Il s’agit aussi de réparer d’une sorte de paradoxe historiographique : le cantonnement quasi permanent au “monde indigène” de l’étude des rébellions de l’Amérique espagnole.

3Divisé en quatre parties, le livre se concentre en particulier sur le procès de Martín Cortés dans la dernière, après avoir retracé dans les trois premières la longue histoire des désobéissances du XVIe siècle, espagnoles et indiennes, au sein des vice-royaumes du Pérou et de la Nouvelle Espagne. Ce faisant, l’auteur propose une filiation politique et sémantique entre les diverses figures de la désobéissance, c’est-à-dire de la remise en cause de l’ordre. Quand bien même les conjurés du Mexique eurent manqué “d’un théoricien de la désobéissance” (p. 244) ou encore “qu’un goufre [separât] le complot mexicain des conflits andins” (p. 332) “tous perpétraient à leur manière la vivacité des mouvements de désobéissance que la couronne de Castille ne pouvait tolérer” (id.)

4Comme on le sait bien, l’ordre requis prenait régulièrement les atours rhétoriques de la pacification au sein de luttes parfois sans merci qui engendrèrent des déportations de populations et des milliers de morts. Même dans ce contexte, l’agitation a des effets indésirables qui viennent troubler la surface lisse et calme du bon ordre des choses auquel chacun doit veiller et auquel la couronne tient pour asseoir son autorité. Dans un même mouvement historiographique, Salinero décrit alors l’architecture d’une répression à grande échelle des diverses formes d’insurrection, sédition, conjurations et autres, qui pointent dès les années 1540, du Mexique au Pérou. L’un des principaux facteurs en cause, selon l’historien, est la mobilité des individus, capables de franchir des milliers de kilomètres en assez peu de temps et de faire transiter l’information. A cela s’ajoutent les difficultés à assurer, en chaque lieu, la tenue de procès, tel celui de plus d’un millier de personnes du temps de La Gasca (p. 141). Alors, le vice-roi aurait, selon Salinero, proposé “une forme de dispersion des rebelles, une manière de digestion des trublions par l’espace, l’isolement et le temps” (id.). La justice répressive des plus hautes autorités locales devient par conséquent une forme de gouvernement auquel s’applique l’impératif catégorique -avant l’heure- de casser toute forme de rébellion par les moyens légitimes : condamnation ou pardon.

5La fonction “disciplinante” du procès judiciaire joue ici à double sens : punir, certes, mais aussi organiser la mémoire des événements. En effet, l’archive judiciaire efface et enregistre à la fois. Ainsi que l’énonce Salinero d’entrée de jeu “le bon ordre de la documentation judiciaire épongeait la mémoire de la désobéissance” (p. 7), en reconnaissant à cette mémoire particulière un caractère essentiellement liquide. C’est donc à une lecture “dans le sens des archives”, tel un courant protéiforme, qu’invite l’auteur pour l’étude des mouvements de ce type et de la documentation que leur répression a induite. Ainsi, “l’enregistrement au fil de l’oralité” (p. 254) sert à donner de la consistance aux énoncés, au-delà de leur formalisme ou de l’effet de véracité souvent recherché dans les procès par l’accumulation de récits convergents. De sorte que les hésitations, les doutes voire les imprécisions et les contradictions finiraient par jouer en faveur de l’accusation : elle en sortira d’autant plus “vraie”, surtout dans un telle cadre –celui de la conspiration- où se mêlent le secret et la duplicité.

6Quelles que soient les finalités administratives et judiciaires des procédures –exfiltrer, éloigner, punir, absoudre, oublier– il est intéressant d’observer avec l’auteur que les figures des rébellions s’expriment en justice à travers une palette de sentiments, au premier rang desquels semblent se situer le ressentiment, la colère mais aussi l’espoir de réussir (voir la section “el espíritu de la rebelión” que l’auteur a inscrit en espagnol dans le texte). Il est notable aussi que l’esprit de vengeance anime davantage les magistrats auditeurs que les conjurés. Il n’est pas certain néanmoins que les recoins de l’empire soient les milieux que décrit l’auteur où pouvaient fuir les rebelles et ainsi préparer de nouveaux affronts à la couronne. En effet, comment ces lieux d’échappée, difficilement saisissables dans la documentation judiciaire, auraient-ils pu constituer des “espaces interlopes”, ainsi que l’écrit G. Salinero (p. 334) ? Les nombreux travaux sur la force du droit dans les colonies ont en effet montré que les énoncés juridiques savaient appréhender les réalités au-delà des frontières politiques. Il existe peu de refuge à la réalité vue depuis le droit. D’ailleurs, les arguments déployés en justice en respectaient souvent l’idée, légitimaient la procédure et l’autorité du juge, ainsi que celle du roi. Du reste, c’est pour cette raison que les insurgés pouvaient, comme le souligne G. Salinero, espérer une reconnaissance in fine de la part de la couronne (p. 340). Enfin, c’est également en se tournant vers ce qu’ils considéraient être leur bon droit que les encomenderos ont pu arguer de l’injustice qui leur était faite par la promulgation des Lois Nouvelles de 1544, celles-là même qui semblent avoir motivé les conjurés de Cortés. Est-ce pour autant un phénomène proprement américain ?

7Ce que parvient à montrer G. Salinero, grâce à une abondante littérature judiciaire, c’est la fracture interieure aux conjurés comme facteur de luttes et de conflits. L’incertitude de l’issue du programme insurrectionnel, dans un cadre éloigné de certains centres de gouvernement, puis les aléas du déroulement du procès judiciaire conduisent en effet les acteurs sociaux à agir dans différents rôles successifs qui à chaque fois les opposent à d’autres groupes : rebelles, chefs, témoins, accusés. Ils en viennent à renverser leur perspective, à tordre leurs arguments, à revenir sur ce qu’ils ont dit et fait, le tout dans le difficile exercice d’éviter le parjure. Cette opération a été rendue possible par le pluralisme des droits, des juridictions et des lois qui tranche avec la singuralité d’un monarque lointain et susceptible de pardonner. Sans doute l’ouvrage de Gregorio Salinero, plein d’entrain et passionné, ouvre-t-il vers d’autres questions attenantes à celle de la désobéissance telles, par exemple, l’appel à la clémence des magistrats des territoires ultramarins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitié du XVIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 février 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70228

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page