Navegación – Mapa del sitio
Debates | 2017
Polices urbaines recomposées – Les alcaldes de barrio dans les territoires hispaniques, XVIIIe-XIXe siècle – Coord. Arnaud Exbalin et Brigitte Marin
Mathieu Aguilera

Les alcaldes de barrio de Madrid (1834-1840) : une police urbaine de voisinage « entre ancien et nouveau régime »

[06/06/2017]

Resúmenes

Le démantèlement progressif des institutions d’Ancien Régime entrepris par les libéraux à l’issue de la seconde restauration absolutiste – et de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte en particulier – ne modifie pas immédiatement les attributions de police des alcaldes de barrio de la capitale. Ces notables de quartier investis par la corporation municipale pour de multiples tâches administratives, de régulation sociale et de surveillance, offrent un observatoire des mutations de l’ordre juridictionnel à l’heure des premières réformes de l’administration de la justice en 1835. Ces agents de quartier ont pu constituer un relais privilégié de la municipalité et des gouvernements, au plus proche des habitants.

Inicio de página

Texto integral

Sa Majesté, compte tenu que l’Instruction de 1768 pour [les alcaldes de barrio] ne saurait s’appliquer aujourd’hui en raison des différences adoptées concernant les autorités judiciaires et le gouvernement municipal de cette Villa y Corte (…) ordonne que pour le moment, et jusqu’à la publication de la loi organisant les Ayuntamientos et le système général de leur organisation définitive, l’on conserve les Alcaldes de barrio comme fonctionnaires ou officiers auxiliaires de Police urbaine.

Instruction provisoire du 28 juin 1834 à destination des alcaldes de barrio de Madrid

Je n’ai pas vu que dans la loi du 3 février [1823], ni dans aucune autre, il ne soit fait mention d’autorités portant la dénomination de Commissaires de Démarcation (comisarios de demarcación) et de gardiens de quartier (celadores de barrio) ; on n’y parle que d’alcaldes de Démarcation, de regidores de cuartel et d’alcaldes de barrio : du reste, qui a nommé ces commissaires et gardiens, et qui leur a confié autorité ?

  • 1 Traduction de l’auteur. Toutes les traductions, depuis l’espagnol, des documents cités dans cet art (...)

El Eco del Comercio, 14 août 1838, n° 1566, p. 41

  • 2 Actas del Consejo de Ministros, tomo IX, Isabel II (1833-1839), Madrid, Ministerio de la Presidenci (...)
  • 3 Pablo Gafas, José Luis de, Justicia, gobierno y Policía en la Corte de Madrid. La Sala de Alcaldes (...)
  • 4 Lorente, Marta, « Justicia desconstitucionalizada. España, 1834-1868 », Cuadernos de derecho judici (...)

1C’est au cours de la séance du 22 janvier 1834 que le Conseil des Ministres de la Régence supprime la Sala de Alcaldes de Casa y Corte2, le tribunal de police ayant juridiction sur Madrid et ses alentours en matière civile et criminelle depuis sa création au XVIe siècle3. Tout en procédant à la « municipalisation » de la charge d’alcalde de barrio, désormais placée sous tutelle gouvernementale en la personne du corregidor qui préside la corporation municipale jusqu’en septembre 1836, le gouvernement modéré (moderado) de Martinez de la Rosa ne remet pas en cause la fonction et les missions traditionnelles de ces notables délégués à la « police urbaine », en charge de la « quiétude de leur quartier ». Il s’agissait toutefois d’adapter les attributions de cette magistrature subalterne aux réformes en cours, qui entendaient tourner progressivement la page de l’absolutisme et du gouvernement de justice de la Monarchie catholique4. Depuis les bureaux du ministère du Fomento en charge de l’Intérieur, encore occupés à cette date par Javier de Burgos, on décide ainsi d’une « conservation », initialement à titre provisoire, de la fonction.

  • 5 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio à Madrid. De la création de la charge à l’amorce d’une profe (...)
  • 6 Dès le 16 décembre 1820, l’Ayuntamiento madrilène, conformément à l’avis du Conseil d’État, organis (...)
  • 7 Real Decreto (dorénavant RD) du 6 juin 1823, cité par Lorente, Marta, « Reglamento provisional y ad (...)
  • 8 « Los tenientes de villa son dos jueces letrados para ejercer, a nombre del corregidor, la jurisdic (...)
  • 9 Real Cedula (dorénavant RC) du 17 octobre 1824, Archivo de Villa del Ayuntamiento de Madrid (doréna (...)
  • 10 Certificat de serment établi par le Secrétaire de l’Ayuntamiento Miguel de Llama, 1er janvier 1826, (...)
  • 11 Cf. la contribution d’Álvaro París dans ce dossier. Le déploiement de cette police absolutiste ne v (...)
  • 12 París Martín, Álvaro, « Se susurra en los barrios bajos» : policía, opinión y política popular en M (...)
  • 13 Fuesca, Celestino de, Manual y dirección de alcaldes ordinarios y pedáneos de España, regidores de (...)
  • 14 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio… », art. cit., p. 172.
  • 15 Idem.
  • 16 « Les alcaldes de barrio de Madrid sont des personnes qui étaient auparavant choisies annuellement (...)

2Ce n’est pas la première fois, en ces années de succession au trône troublées qui plongent pour plusieurs années le pays dans la guerre civile, que se posait la question de l’opportunité du maintien de cette magistrature citadine de police urbaine, héritage des réformes bourboniennes du gouvernement municipal5. Mais ni l’administration Joséphine installée dans la capitale suite à l’invasion napoléonienne de 1808, ni l’épisode constitutionnel inauguré par le pronunciamiento libéral de Riego en janvier 1820, n’avaient finalement remis en cause l’existence de cette charge6. Avec les décrets scellant la seconde restauration absolutiste de Ferdinand VII (1823-1833), le tribunal de Casa y Corte retrouvait rapidement ses compétences de police sur la capitale, après sa suspension pendant le Trienio liberal7. La douzaine de hauts magistrats de la Sala partageait, tout au long de cette période que l’historiographie libérale a baptisé comme « décennie abominable », avec les deux tenientes de villa la justice ordinaire dans la capitale8 et constituait la cour d’appel des décisions de ces magistrats letrados du corregimiento. Conformément à la Cédule royale d’octobre 1768, les alcaldes de barrio agissaient comme magistrats subalternes de cette haute cour de justice et de police urbaine. Cooptés par les Députations de Charité qui soumettaient chaque année une liste en terna aux Alcaldes de Casa y Corte9, ils s’engageaient ainsi par juramento à « défendre le mystère de l’Immaculée Conception, d’être fidèle au Roi notre Seigneur et aux Lois qui nous gouvernent » au service du « bien commun »10. En 1824, dans le contexte de répression absolutiste consécutif à l’intervention des « Cent mille fils de Saint Louis », la Superintendance de Police inaugurait un modèle de police préventive en charge de la sécurité publique et de la surveillance politique, au mépris de l’ordre juridictionnel et, surtout, des mécanismes quotidiens de l’ « autorégulation populaire » des quartiers madrilènes11. Sur le terrain, la coexistence de ces deux modèles policiers, qui s’opère dans un cadre territorial identique, ne fut pas sans conflits, comme le démontrent les travaux d’Álvaro París12. La figure de médiation et de justice ordinaire de l’alcalde de barrio s’insérait mieux dans un ordre urbain « dont l’origine remontait à la nuit des temps »13 que les pratiques inquisitoires de la police absolutiste des commissaires (comisarios), des gardiens (celadores) et des « mouches » de la Superintendance. Représentant de la Couronne comme juge, et émanation de la communauté de voisinage – malgré un contrôle direct des nominations par les juges de la Sala de Casa y Corte depuis un Ordre Royal de 1801, remis en vigueur dès 182414 – l’alcalde de barrio continuait d’incarner une figure d’auxiliaire de justice et de police urbaine entre « médiation sociale et service du roi »15. Son statut demeurait circonscrit par les 25 articles de l’instruction de 1768 et leurs aménagements successifs, qui sont encore reproduits à l’identique dans le « Manuel à destination des alcaldes ordinarios » de 1828 qui consacre un chapitre aux alcaldes de barrio de la capitale16.

  • 17 Hocquellet, Richard, « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la (...)
  • 18 Pour une approche comparative sur les « auxiliaires de justice » cf. Dolan, Claire, (dir.), Entre j (...)
  • 19 Morelli, Federica, « Entre ancien et nouveau régime. L’histoire politique hispano-américaine du XIX (...)

3Les lignes qui suivent se limiteront à préciser les aménagements portant sur la définition règlementaire et territoriale de la charge au temps de la Régence de Marie-Christine (1834-1840). La conservation de la fonction d’alcalde de barrio tout au long d’une décennie marquée par l’affrontement entre les deux factions du libéralisme « respectable » à la conquête des institutions municipales et gouvernementales démontre à bien des égards la vitalité d’un modèle de police urbaine fondé sur la mobilisation d’un secteur du « patriciat urbain » au service « bien commun » 17. La mort du souverain, en septembre 1833, inaugure en effet une période de régence troublée, mais aucun des régimes qui se succèdent durant la période ne remettent en cause, jusqu’en 1844, le principe de cette police urbaine de voisinage, alors déjà largement adoptée par nombre de municipalités de la Péninsule. L’Ayuntamiento madrilène, dominé par les conservateurs partisans d’une rupture négociée avec les institutions d’Ancien Régime, puis largement acquis au parti progressiste à partir de 1837, continue ainsi de s’appuyer sur une couche de vecinos désignés généralement pour une année civile comme « auxiliaires de police »18. Entre « ancien et nouveau régime »19, entre la culture de l’office et la pratique de l’employé public, entre une pratique juridictionnelle du gouvernement municipal et les exigences policières de l’ordre urbain libéral à la recherche de nouvelles médiations, l’alcalde de barrio de Madrid au temps de la « révolution libérale » a bien constitué une ressource indispensable de l’autorité municipale pour remplir de larges tâches de surveillance, d’inspection, de médiation, et assurer la tenue des registres officiels. Entre le juge et le commissaire, c’est dans un cadre territorial recomposé, qui met fin au découpage des juridictions de police de la capitale issu des réformes de 1768, que ces « employés publics » non professionnels incarnent l’autorité municipale madrilène dans leur quartier, à l’interface des exigences des autorités et des sociabilités de voisinage.

Un « auxiliaire des autorités compétentes » au service de la municipalité

  • 20 Pérez Nuñez, Javier, Entre el Ministerio de Fomento y el de la Gobernación. Los delegados gubernati (...)
  • 21 AVM, Corr., 1-99-41. Le journal libéral El Eco del Comercio du 1er juillet 1834, ainsi que le Diari (...)
  • 22 C’est ainsi que sont désignés les alcaldes de barrio conformément à l’Ordre Royal qui confirme la c (...)
  • 23 Le corregidor madrilène s’était auparavant fait remettre par un fonctionnaire du Fomento une note d (...)
  • 24 « La revolución judicial (1834-1844) », in Marta Lorente et al., Historia legal de la justicia en E (...)
  • 25 La charge de regidor de l’Ayuntamiento de Madrid est encore à la fin de l’Ancien Régime un oficio p (...)
  • 26 Il s’agit à la fin de l’année 1834 de Diego del Río (cuartel del Barquillo), Gaspar María Soliveres (...)

4Dans un contexte de réformes prises à la hâte avant la convocation des chambres prévue par la charte (Estatuto Real) d’avril 1834, le gouvernement de Martinez de la Rosa entend bien assurer la continuité du gouvernement municipal, en attendant d’éventuelles réformes sur le statut des ayuntamientos de la Péninsule, que l’on espère, dans les rangs du modérantisme conservateur, unifier sous la tutelle du ministère du Fomento en charge du « gouvernement économique et politique » des provinces20. Les huit articles d’une brève « Instruction provisoire » à destination des alcaldes de barrio signée par le corregidor de Madrid, le marquis de Falces, le 28 juin 183421, ne détaillent pas l’ensemble des attributions de ces « agents subalternes de justice », désormais placés « au service de l’autorité municipale » 22. Elles se limitent à placer ces « auxiliaires de police urbaine » sous le contrôle du corregidor, qui en assure désormais la nomination23. La justice ordinaire dans les dix cuarteles de la capitale passait provisoirement sous contrôle des juges letrados rendant justice au nom du corregidor (tenientes de villa), dont le nombre passe de deux à cinq, pour s’adapter au découpage territorial des cuarteles laissés « vacants » par les Alcaldes de Casa y Corte, en attendant l’installation des six juges letrados de l’Audience provinciale de Madrid l’année suivante24. Les vingt-huit regidores de la municipalité25 demeuraient donc en charge de l’exécution des ordonnances municipales de police, salubrité et éclairage (policía, ornato e alumbrado publico) dans chaque cuartel, conformément au découpage hérité des juridictions de police de la Sala. Jusqu’à l’entrée en vigueur en mars 1835, d’un nouveau découpage territorial des rondes et des missions de police municipale, c’est dans l’espace traditionnel des quartiers de la Villa y Corte que les alcaldes sont donc invités à patrouiller quotidiennement dans leur barrio, désormais pour le compte des regidores de cuartel, qui devaient en être tenus informés quotidiennement26. Malgré les multiples difficultés rencontrées par les alcaldes pour mobiliser les vecinos honrados dans cette pratique collective, dédaignée depuis plusieurs décennies déjà par les « grands » et redoutée des chefs de famille « respectables », l’un des regidores rappelle encore en avril 1835 à ses « fonctionnaires de Police urbaine » l’importance d’un service destiné à entretenir la « bonne harmonie des autorités subalternes » avec la population :

  • 27 Lettre du Regidor de la 2a Comisaría, 24 avril 1835, AVM, Corregimiento, 1-190-7.

L’ensemble des vecinos de chaque barrio étant tous impliqués dans la préservation de l’ordre et la tranquillité, [tous sans distinction] doivent participer à une tâche aussi noble que l’assistance aux rondes, ou dans n’importe quelle autre circonstance où ils viendraient à être sollicités par les alcaldes de barrio27

5Les rondes sont également l’occasion d’intervenir « en cas de troubles », à charge de l’alcalde de « prendre les décisions opportunes », comme le précise le deuxième article des instructions. Tout en reconnaissant l’alcalde de barrio comme « officier ou fonctionnaire de Police urbaine », et rappelant ses prérogatives habituelles pour appréhender et incarcérer les « délinquants » surpris infraganti, avant de les remettre au Commissaire de Police ou au « juge compétent » (article 4), le texte limite ses compétences de « magistrat subalterne », puisque c’est bien au titre d’ « auxiliaire » qu’il doit remettre les contrevenants aux règlements au regidor, qui seul décidera du montant des amendes encourues (article 3). Ses fonctions cessent, dans tous les cas, dès que les « autorités compétentes » se trouvent en mesure d’instruire le cas d’infraction constaté (article 6).

  • 28 « Art°. 5. Les Alcaldes de barrio pourront et devront intervenir dans leur quartier, lorsqu’ils son (...)
  • 29 Reglamento provisional para los Alcaldes de barrio de la Muy Heroíca Villa de Madrid…Les 122 articl (...)
  • 30 « amigables componedores de todas las desavenencias de su distritos » précise la règlement de 1822.
  • 31 “deben ser (…) considerados como Jueces de paz y, sin que por esto se entiendan autorizados para ce (...)
  • 32 Le règlement provisoire des Audiences provinciales, à partir de septembre 1835, confie aux alcaldes(...)
  • 33 Je reprends l’expression employée par Elise Massicard à propos de la figure contemporaine (créée en (...)

6Le cinquième article des instructions de 1834 circonscrit quant à lui ses compétences en matière de médiation, limitées à la sollicitation des habitants du quartier, qui pourront recourir à cette figure officielle « afin de faire cesser toute forme de dissension ou dispute domestique »28, sans préciser les formes et modalités de cette médiation, qui ne saurait se substituer à l’autorité du pater familia ou au juge en charge de la conciliation. Un règlement municipal provisoire de 1822 à destination des alcaldes de barrio29 - pris en conformité avec la Constitution de Cadix qui fait de l’alcalde le juge de paix de son pueblo - invitait à les considérer « comme juges de paix », en conciliateurs30, en précisant toutefois qu’ils « [ne pouvaient] célébrer de jugements de conciliation, lesquels, selon la Constitution politique de la Monarchie relèvent exclusivement des Alcaldes de Ayuntamiento » 31. Ni le règlement de 1822, ni les instructions de 1834 ne faisaient donc de cet « auxiliaire » un juge de conciliation en son quartier, mais bien l’un des recours disponibles pour les habitants en cas de discorde32. Il demeure néanmoins bien malaisé de documenter une pratique de conciliation, sans doute strictement orale, mais qui a bien joué un rôle crucial dans les appropriations sociales de cette figure d’« intermédiaire institutionnalisé »33, avant et après 1833. C’est encore une figure judiciaire qu’incarne l’alcalde de barrio, comme garant des poids et mesures de la corporation municipale sur les marchés ou dans les transactions, et responsable de l’exactitude des listes annuelles d’habitants du quartier (padrones), qu’il lui revenait d’établir lors de sa prise de fonction.

  • 34 Martínez Pérez, Fernando, « De la pluralidad de fueros al fuero de la administración (1834-1845) », (...)
  • 35 « La revolución judicial (1834-1844) », in Marta Lorente et al., Historia legal de la justicia en E (...)
  • 36 RD du 23 juillet 1835.
  • 37 Gómez Bravo, Gutmaro « Usos y desusos de la justicia en la España de la primera mitad del siglo XIX (...)
  • 38 Dans une lettre datée du 19 novembre 1835, le teniente de villa Diego del Río rappelle au juge Juan (...)
  • 39 Rapport des Fiscales de la Real Audiencia de Madrid, 6 mai 1836, AVM, Corr., 1-99-41.
  • 40 Lettre du Teniente de Alcalde Diego del Río au Gouverneur Civil, 2 juin 1836, AVM, Corr., 1-99-41.
  • 41 C’est le sens de l’interprétation du règlement provisoire des ayuntamientos de juillet 1835 que liv (...)
  • 42 Avis rendu par la Commission des Procuradores de l’Ayuntamiento, 30 mai 1838, AVM, Sec., 2-356-77.

7Quelques semaines après l’annonce de la suppression du tribunal de police de la Sala de Casa y Corte, une série de décrets royaux datés du 24 mars 1834 procédait au démantèlement des grands Conseils, au nom de la « nécessaire harmonie et correspondance entre les différentes parties du système administratif ». Les ministres conservateurs de la Régence posaient ainsi les bases d’une séparation, encore toute théorique, entre les sphères « administratives » et « judiciaires » au sommet de l’État34. En cette période de « révolution judiciaire »35, les statuts initialement provisoires des décrets organisant le gouvernement municipal36, puis, à compter de septembre 1835, l’administration de la justice37, conduisent toutefois à des interprétations divergentes entre le corregimiento et les six juges de première instance du tribunal madrilène sur le statut, les compétences, et le rattachement hiérarchique des alcaldes de barrio. Les multiples différends ont en particulier porté sur la mobilisation de cette couche d’auxiliaires dans la convocation des témoins, la tenue d’enquêtes de voisinage ou l’information des magistrats sur les faits survenus au quartier. Malgré un strict rattachement au corregimiento, les sollicitations des juges letrados sur ces agents municipaux subalternes sont récurrentes. Pour le Régent de l’Audience royale, saisi dès le mois de novembre 1835 à propos des instructions de juin 183438, il ne faisait pas de doutes que ces employés publics conservaient un caractère dual, rattachés au corregidor, à l’alcalde ordinario et à ses tenientes en matière administrative (« funciones gubernativas »), et au juge de première instance en matière judiciaire (« en lo judicial »)39. Pour les tenientes municipaux, qui portent l’une de ces affaires devant le gouverneur civil afin de contourner l’avis des juges40, la fonction d’alcalde de barrio se limitait en revanche strictement au domaine « administratif »41. Quelques années plus tard, la municipalité reconnaîtra toutefois que les alcaldes de barrio pouvaient être sollicités par les juges, bien que « n’ayant pas de dépendance immédiate » avec eux, comme « auxiliaires pour en améliorer le service »42.

8La suppression de la police juridictionnelle de la Sala de Casa y Corte ouvrait ainsi une période de relative indétermination sur le périmètre des attributions de l’alcalde de barrio madrilène, disputé entre les différents acteurs de la justice ordinaire. Les études manquent pour suivre de manière plus précise la dynamique des conflits de juridiction entre les autorités municipales et les juges du ministère, ou les voies de recours dont disposaient les vecinos pour contester l’application des mesures de ce « fonctionnaire de police urbaine ». Auxiliaire des autorités municipales, il demeurait de facto détenteur d’une juridiction subalterne, au titre d’une délégation de compétences de « police urbaine » du corregidor, puis, à compter de septembre 1836, du collège des alcaldes constitucionales.

Du barrio des juges aux districts de police

9A l’heure du découpage provincial de la Péninsule décrété depuis les bureaux du Fomento dès le mois de novembre 1833, la répartition des cuarteles de la Villa y Corte allait désormais apparaître bien peu adaptée aux réformateurs du gouvernement municipal en matière de « Sécurité, de Surveillance et de la Bienfaisance ». L’auteur réputé d’un « Manuel de Madrid » republié et augmenté au début de l’année 1835 afin d’informer ses lecteurs des « multiples variations et altérations » survenues dans l’administration madrilène depuis 1833 y déplorait :

  • 43 Mesonero Romanos, Ramón de, Apéndice al Manual de Madrid, descripción de la Corte y de la Villa, Im (...)

la monstruosité [de la division civile] en vigueur, monstruosité traditionnelle seulement connue des officiers de l’ancienne sala de alcaldes, source d’interminables rivalités ridicules et préjudiciables, par sa confusion et son instabilité (…) ; car ni au sein de la Sala de alcaldes, ni à l’Ayuntamiento, les limites des cuarteles ne sont clairement établies, et c’est une pratique désuète qui constitue l’unique guide en la matière43.

  • 44 L’édition du Manual de Madrid de Mesonero Romanos, en janvier 1835, est l’occasion d’y présenter un (...)
  • 45 García Rovira, Anna María, « Revolución liberal y fuerzas populares : el degüello de los frailes. ( (...)
  • 46 Pérez Nuñez, Javier, « El primer ministerio de Fomento y sus delegados, 1832-1834. Otra perspectiva (...)
  • 47 Petición sobre la reforma de la Polícia, 5 février 1835, Biblioteca del Congreso, Colección de Vari (...)
  • 48 Tratado de la policía en general : bases en que se funda este ramo, necesidad de su existencia, est (...)

10Fort de sa renommée littéraire et de retour d’un voyage en France, Ramón Mesonero Romanos inspirait le vaste plan de réforme d’urbanisme édilitaire, d’éclairage et de numérotation des rues mis en œuvre par le nouveau corregidor Joaquín Vizcaino, le marquis veuf de Pontejos44. L’irruption de la violence populaire contre les ordres réguliers au temps du choléra , en juillet 183445 conférait une urgente actualité aux propositions de l’écrivain costumbrista, qui invitait la municipalité à tourner la page d’une « division civile » tombée en désuétude, et d’adopter un modèle « plus conforme au plan topographique et aux nécessités de la population », ainsi qu’aux nécessités de sa surveillance policière, sous l’autorité des Commissaires du corps de protection et de sécurité publique contrôlés par le gouvernement46. Car malgré l’émoi suscité, dans les rangs du « libéralisme respectable » par la continuité de facto de l’action policière de la Superintendance47, les gouvernements de la Régence ne remettent pas en cause la dualité des ramos de police (police politique/police urbaine) inaugurée par le Décret Royal de février 1824. La Police trouvait même ses défenseurs, désormais, dans les rangs du modérantisme conservateur, confirmant le tournant amorcé par le despotisme éclairé en matière de « sciences administratives »48.

  • 49 Circular dirigida a los alcaldes de barrio sobre la nueva división de esta Corte quedando reducido (...)
  • 50 Brigitte Marin, « Les polices royales de Madrid et de Naples et les divisions du territoire urbain (...)
  • 51 Le projet cartographique lancé par le corregidor Pontejos à l’automne 1834 n’ayant finalement pu ab (...)
  • 52 C’est la plan de division administrative soumis par Fermín Caballero à l’Ayuntamiento,le 29 mai 184 (...)

11C’est par l’Ordre royal du 20 janvier 1835 qu’un nouveau plan de division de la capitale en cinq commissariats (ou démarcations) et cinquante quartiers entre en vigueur (cf. figure 1a) 49. Cinq commissaires de Police, placés à la tête de chaque Commissariat, continuaient de coordonner les missions de « sécurité publique » des celadores gouvernementaux, informant directement le ministère de l’Intérieur. Les compétences de police urbaine des alcaldes de barrio, dont le nombre était, à compter de mars 1835, largement réduit, avant d’être porté à cinquante-sept l’année suivante, s’effectuant sous l’autorité du regidor en charge de chaque Démarcation. Comme l’a analysé Brigitte Marin, le découpage des cuarteles de la Sala n’avait, dans l’esprit de la Cédule de 1768, pas fait l’objet d’un projet centralisé, entendu qu’il revenait aux Alcaldes de Casa y Corte de procéder eux-mêmes à la délimitation de leurs juridictions50. En 1835, le tracé des cinquante quartiers regroupés en cinq districts de police, avait été décidé depuis le corregimiento. On entendait ainsi clarifier, carte à l’appui51, les limites des quartiers, dont le nombre est réduit. La logique du découpage territorial, en revanche, n’était pas modifiée, puisque, comme en 1769, les îlots (manzanas) constituaient l’unité élémentaire du bâti organisant la délimitation des quartiers (cf. figure 1b). Il ne s’agissait pas non plus d’entreprendre l’uniformisation de l’ensemble des circonscriptions civiles de la capitale. Les alcaldes de barrio en exercice ne furent pas impliqués dans une réforme territoriale dénoncée quelques années plus tard par la nouvelle municipalité comme confuse, abstraite et autoritaire, décidée par « les géomètres » au détriment du « public » 52.

Figure 1a – Plano topográfico de Madrid, dividido en cinco demarcaciones o comisarias, y cincuenta barrios, según Real Orden de S.M, de 20 de enero de 1835.

Figure 1b – La division de Madrid en cinquante quartiers de police urbaine (1835).

« Des compagnons ou auxiliaires des alcaldes constitutionnels, définis comme tels par la loi »

  • 53 A la fin de l’année 1820, quelques mois après la promulgation de la Constitution de Cadix imposée à (...)
  • 54 Les tenientes des six alcaldes constitucionales établissent au mois de décembre, dans chaque sectio (...)
  • 55 Le juge de Lavapiés, Manuel Luceño adresse ainsi aux alcaldes de barrio de sa juridiction un courri (...)
  • 56 Pérez Núñez, Javier, « El gobierno político de Madrid durante la última experiencia del régimen con (...)
  • 57 Depuis le Décret Royal de février 1824 organisant la Superintendance de Police, le contrôle des pas (...)
  • 58 Instrucción provisional para los Alcaldes de barrio, 20 janvier 1837, AVM, Sec., 2-356-77.
  • 59 Pérez Núñez, Javier, « Conmermorar la nación desde abajo. Las celebraciones patrióticas del Madrid (...)
  • 60 C’est d’ailleurs l’un des motifs avancés en mai 1840 par Fermín Caballero pour augmenter à 89 le no (...)

12En conformité avec l’esprit de 1812, brièvement ravivé au lendemain des victoires des juntes de l’été 1836, puis canalisé dans la nouvelle carta magna de compromis de juin 1837, l’alcalde de barrio agit comme auxiliaire des alcaldes. Malgré plusieurs propositions débattues aux Cortès au cours de l’année 1837, on ne revient pas sur le caractère « gratuit » et « honorifique » d’une fonction qui, comme en 1820, survivait donc à la proclamation constitutionnelle53. Le collège d’alcaldes constitutionnels de Madrid procède donc en début d’année à la nomination, pour une année, mais avec possibilité de reconduction, de l’un des membres du quartier reconnu pour sa réputation et sa fidélité à la Constitution54. L’indépendance de ces auxiliaires de police de la municipalité vis-à-vis de l’Audience est rappelée à l’occasion des multiples conflits qui surviennent encore à ce sujet entre l’Ayuntamiento et les juges55. Les prérogatives des autorités municipales en matière de police urbaine et de « conservation de l’ordre public » se voyaient largement accrues, suite au rétablissement de la loi libérale du 3 février 1823 sur le régime municipal, suivie du démantèlement des délégations de police en décembre 183656. Dès le mois de janvier 1837, le nouveau maire de la capitale, le letrado Manuel María Basualdo publie ainsi une « Instruction provisoire pour les Alcaldes de barrio », en dix articles, qui détaillait les attributions des fonctionnaires dans la tenue du padrón et la matrícula de leur quartier, l’octroi des passeports, désormais strictement contrôlés par la municipalité et le Chef politique57, ainsi que le contrôle des licences pour le port d’armes et pour la tenue des débits de boissons58. L’empadronamiento annuel du quartier, habituel lors de la prise de fonction de l’alcalde, devait être mis à jour régulièrement, et les lieux publics soumis à une surveillance accrue. L’ancrage social de l’alcalde dans son quartier s’avère dans ce contexte une ressource essentielle aux yeux des autorités dans la certification morale et politique des Madrilènes, et l’échelle d’un contrôle policier accru en temps de guerre et de propagande patriotique orchestrée par l’Ayuntamiento59. C’est lui qui pendant une année (voire plus) détient les registres officiels et contrôle le droit de cité conditionné à la vecindad, ce qui fait de cette figure de police ordinaire un médiateur entre les exigences bureaucratiques des autorités et les habitants. Le découpage des quartiers en vigueur limitait pourtant l’emprise de l’alcalde sur le voisinage60. Il n’en demeurait pas moins un délégué sollicité au quotidien par la municipalité :

  • 61 Bando de l’Alcalde Primero constitucional, 1e juin 1839, Eco del Comercio, n° 1859, 3 juin 1839, p. (...)

afin de prévenir les abus et les désordres, en une période de révoltes politiques où les ennemis du trône et des institutions actuelles s’abritent et se cachent avec autant de facilité dans cette vaste population, et où les vices et délits se multiplient prodigieusement61.

  • 62 Les fonds récoltés ne faisaient toutefois pas l’objet d’un contrôle aussi systématique. C’est d’ail (...)

13Les alcaldes de barrio récupèrent leurs prérogatives pour distribuer eux-mêmes les amendes punissant les infractions aux règlements de police urbaine. L’« état des amendes » scrupuleusement consigné par l’alcalde du barrio de San Luis à la fin du mois de décembre 1839 documente les comptes de l’un de ces « employés publics » (cf. figure 2). Outre une liste nominale des huit individus ayant fait l’objet d’une amende, l’alcalde y indique le montant des dépenses consacrées à l’élaboration du padrón annuel, la somme des amendes perçues allouée à la réparation de la fontaine publique de son quartier, ainsi que le solde comptable de son année d’exercice, à disposition de la municipalité62.

Figure 2 – Estado que manifiesta las multas que han sido impuestas por esta Alcaldía por infracción de los Bandos vijentes, établi par l’alcalde du barrio de San Luis, A. M. Crespo, 26 décembre 1839.

  • 63 En 1839, les alcaldes de barrio doivent ainsi remplir quatre registres de population de leur quarti (...)
  • 64 Á compter de 1838, une Garde municipale en uniforme supplée les traditionnelles rondes des notables (...)

14La mobilisation ponctuelle de cette force civile avait été prévue par le dernier article de l’instruction du 28 juin 1834, rappelant leur disponibilité aux « commissions ponctuelles de Police urbaine » décrétées par le corregidor. Une telle disposition avait en outre permis la mise à disposition de ce personnel aux autorités militaires, lorsqu’était décrété l’état de siège dans la capitale, aux lendemains du « massacre des frères » le 18 juillet 1834, ou au cours de l’été 1835. Les exigences militaires et policières de l’Ayuntamiento sur cette couche de « fonctionnaires de police urbaine » se sont accrues au temps de la « levée en masse » décrétée par le gouvernement à l’automne 1837 et de la « guerre patriotique » menée par l’armée loyaliste contre les troupes carlistes, qui campent à l’issue de l’Expédition royale aux portes de la capitale. Agent recenseur en vertu d’une ambitieuse instruction diffusée au début du mois de juillet 1837 par le ministère de l’Intérieur, membre des comités de recrutement militaire et de la milice et agent de la lutte contre la désertion dans la mise en œuvre de la conscription de novembre 1837, chargé de lutter contre le port d’armes illicites et d’inspections au domicile des suspects de la cause carliste ou des conspirations, c’est dans de multiples missions de surveillance de terrain et d’inscription sur les registres officiels63, que se dessine dès lors les contours d’une fonction qui revêt, par son caractère de proximité et la connaissance du voisinage qu’elle permettait, un intérêt majeur pour les autorités municipales de la capitale en temps de guerre au service du fragile compromis constitutionnel64.

  • 65 Lettre du corregidor au gouverneur civil, 2 juin 1836, AVM, Corr., 1-99-41, f°4r.

15En juin 1836, le corregidor de Madrid, dans un long courrier adressé au gouverneur civil afin de limiter les sollicitations des alcaldes de barrio dans des tâches subalternes, défendait encore un modèle honorifique de « service de la communauté », invitant les autorités à respecter la dignité d’une fonction qui ne saurait être « dégradée au niveau d’un alguacil ou du plus infime des agents de police ». L’« administration », ajoutait-il, « comme moyen de conservation, doit (…) résider entre les mains des citoyens », dont la couche la plus honorable « sacrifie son repos et sa fortune » dans l’exercice des charges publiques65. Quelques années plus tard, ce modèle de vertu civique avait fait long feu. Les multiples exigences bureaucratiques et de terrain pesant sur ces agents de quartier de la municipalité engagée dans la « guerre patriotique » parachevaient la « perte de dignité » de la fonction, et, dans une certaine mesure, érodait la confiance des vecinos en leur alcalde.

Les alcaldes de barrio au temps de la « révolution libérale », entre vecinos honrados et agents politiques

  • 66 El Eco del Comercio, 3 août 1834.

16Au début du mois d’août 1834, l’Eco del Comercio signalait l’alcalde du barrio de Jesús Nazareno, comme l’un des plus généreux « donateurs volontaires » lors de l’aumône aux pauvres et aux familles victimes du choléra organisée par la Députation de Charité du quartier, à laquelle il présidait, aux côtés des chefs de famille les plus éminents et du clergé paroissial66. Par là, Juan de Mata y Morales, un maître charron (maestro carretero) fortuné, consolidait ainsi une assise sociale incontestée, que le charge d’alcalde de barrio venait couronner, puisqu’il assumait la fonction dans le cuartel de San Geronimo sans interruption depuis 1826. La « carrière » de Mata Morales ne s’interrompt d’ailleurs pas, puisqu’il est confirmé dans ses fonctions l’année suivante par le corregidor Joaquin Vizcaíno.

  • 67 Pour une analyse plus détaillée de cette source et des mentions éparses des professions relevées da (...)
  • 68 AVM, Sec., 2-439-11
  • 69 Sur les nominations de magistrats, entre épurations des royalistes les plus intransigeants, et cont (...)

17Sur les cent-vingt-quatre alcaldes titulaires et suppléants qui viennent prêter serment à la Casa Consistorial au début de l’année 1835, plus d’une trentaine avait déjà exercé la charge au moins une fois au cours des années précédentes. Dix-sept d’entre eux avaient servi pendant les années du règne de Ferdinand VII. C’est dans le cuartel de Lavapiés, redessiné en 4e Démarcation à compter du 20 janvier 1835, que le corregimiento a le plus largement confirmé les désignations de l’Alcalde de Casa y Corte de Lavapiés Matias Herrero Prieto, dont le royalisme modéré n’entrait pas en contradiction avec les institutions du Statut Royal. Aucune condition juridique - autre que celle du statut de vecindad et de la limite d’âge des vingt-cinq ans - n’était établie pour l’exercice de cette charge à la fois honorifique et contraignante, encore assumée en 1833 par quelques letrados et fonctionnaires de l’administration royale ou municipale (oficiales ou empleados). Les listes nominatives établies par l’Ayuntamiento67 mentionnent également plusieurs propriétaires, alors que les dernières années du règne de Ferdinand VII font apparaître, comme l’illustre la trajectoire de Juan Mata Morales, une large représentation du monde des métiers et de la boutique. Les annotations partielles du secrétaire de l’Ayuntamiento sur les listes nominatives d’alcaldes de barrio de la période ne permettent pas de dresser un tableau complet des titres, offices et professions des vecinos qui ont assumé la charge, comme titulaires ou remplaçants. Sur les 460 individus identifiés par ces listes, convoqués comme alcalde de barrio titulaires ou sustitutos entre 1832 et 1836, seulement 82 mentions le précisent. Un quart des individus de ce mince échantillon possèdent une boutique (tiendas) ou sont identifiés comme relevant « du commerce » (del comercio). Les artisans représentent une dizaine de cas, parfois identifiés comme « maîtres » (maestro sastre, carpintero, taller de coches...). Huit alcaldes titulaires ou remplaçants de la période sont identifiés comme propriétaires (propietarios). Le deuxième ensemble qui se dégage correspond au monde des « fonctionnaires » de l’administration royale ou municipale, le cas des empleados (10) étant amplement plus fréquent dans les listes établies par le greffier que les oficiales (2). Sur les 114 alcaldes titulaires ou remplaçants nommés par le corregidor Pontejos pour l’année 1836, vingt-trois avaient déjà été sélectionnés l’année précédente, parfois comme substitutos68. Certains, comme José Cirilo dans la 4e Démarcation (anciennement cuartel de Lavapiés), ou Antonio Quimiso, tenant boutique près la fontaine de Cibeles, avaient déjà été nommés, comme l’évergète de la rue Fucar, par l’alcalde de leur cuartel avant 1834. En ces années de rupture négociée avec l’Ancien Régime69, le corregimineto confirmait ainsi bien souvent le mécanisme de cooptation opéré par les chefs de famille les plus influents et le curé de la paroisse pour désigner l’un d’entre eux comme « auxiliaire de police ».

  • 70 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio… », art. cit., p. 174.
  • 71 L’Ayuntamiento s’était plié aux préconisations du Conseil d’Etat, qui avait noté : « Il est indubit (...)
  • 72 Lettre du 20 décembre 1839, AVM, Sec., 1-226-115.

18La conquête de l’Ayuntamiento par les progressistes aux lendemains des juntes de l’été 1836 confirme à bien des égards le profil d’une « notabilité de quartier » 70, faite d’employés, de commerçants, de propriétaires, bien davantage que de letrados. Certains d’entre eux profitaient sans doute de l’abaissement du cens électoral, et gonflaient les rangs des clientèles électorales du parti progressiste. Le collège des six alcaldes constitutionnels ne rétablit pas la procédure élective en vigueur pendant les années du Triennat libéral, durant lesquelles le principe de l’élection aux charges municipales avait été étendu jusqu’à ces « employés municipaux »71. Les nominations de la période conduisent fréquemment à reconduire d’une année sur l’autre les employés les plus méritants dans ce « service citoyen ». C’est le cas de Félix Pérez, dans le quartier de San Basilio, assumant la fonction pour quatre années consécutives, de 1836 à 1839, fréquemment mentionné dans la presse officielle pour son mérite et dévouement dans la lutte contre les « ennemis du régime » et au service des « citoyens pacifiques » du quartier. L’ancrage social et la réputation au sein du voisinage demeurent bien un trait essentiel de la fonction. Le 20 décembre 1839, une vingtaine de vecinos du barrio de San Francisco contestent le choix des autorités municipales, qui venaient de désigner - à partir de la liste en terna établie par le teniente de la Démarcation - Vicente Abadia comme alcalde de barrio. Les signataires du courrier dénoncent la nomination d’un « sujet inconnu », « sans profession ni rétribution ». Le teniente de la mairie avait insisté sur les compétences d’écriture d’Abadia, qui avait déjà fait office d’escribiente pour l’ancien alcalde. Les pétitionnaires refusent en revanche de reconnaître un « célibataire, sans connaissance du voisinage »72. Plusieurs courriers de ce type accompagnent les listes établies par les autorités municipales pour préparer la désignation de ces employés publics de proximité. Une exigence de compétences minimales en écriture et de santé physique, doublée d’une fidélité politique notoire à la Constitution, était largement valorisée par les autorités engagées dans la mobilisation de la cité contre le péril carliste et les sociétés secrètes exaltées. Ces critères ne sauraient se substituer, pour les chefs de famille du quartier, à la proximité sociale et à l’idéal de tutelle et d’exemplarité morale du vecino honrado.

  • 73 Alcalde Primero de Madrid, 28 août 1839, AVM, Secretaría, 1-226-114, f. 64.
  • 74 Eco del Comercio, 3 janvier 1839, p. 3.
  • 75 C’est le constat que fait le chef politique Juan Lasaña aux lendemains de la révolution de septembr (...)
  • 76 Lettre des Alcaldes Constitutionnels de Madrid à la Députation provinciale, 10 novembre 1841, AVM, (...)
  • 77 Le grief est déjà fréquent sous le Trienio liberal : « (…) el alcalde de barrio, como sucede mas co (...)
  • 78 Un cas de dénonciation d’Anastasio Mendieta, alcalde du barrio de Niñas de Leganes, en mars 1838, p (...)
  • 79 Pérez Núñez, Javier, « Gobernar Madrid… », art. cit.
  • 80 Pérez Nuñez, Javier, « Los debates parlamentarios de la ley municipal de 1840 », Revista de Estudio (...)

19Signe de la désaffection croissante que rencontre toutefois la charge, en août 1839, les alcaldes constitutionnels doivent déplorer le « désordre et de la négligence » au sein des alcaldías de barrio, et notent la « grande répugnance que manifeste la majeure partie des personnes respectables et de bonne réputation (de notaria honradez) à accepter cette charge délicate et de première importance »73. Quelques mois plus tôt, l’organe officiel du parti progressiste invitait d’ailleurs à remobiliser les habitants autour des nominations de ces « fonctionnaires » en charge de « la tranquillité des hommes honorables et pacifiques ». La dernière campagne de nomination s’était en effet révélée désastreuse, puisque nombre d’individus investis par la municipalité avaient multiplié les motifs d’exonération, plus ou moins fallacieux, pour se détourner de ce service74. Il était en outre devenu habituel de reconduire dans leurs fonctions les vecinos qui se pliaient avec le minimum d’application à la fonction, au risque de reconstituer une charge municipale accaparée par quelques notables influents75. La « perte de dignité » de la fonction mettait ainsi à mal les ressorts de la déférence due à une magistrature subalterne initialement représentative, désormais mobilisée par les autorités municipales et le libéralisme capacitaire pour « cimenter d’une manière indestructible les institutions en vigueur »76. Aux traditionnelles critiques sur le manque de compétences77, les abus de pouvoir et la corruption78, s’ajoutait donc désormais celle de la figure d’un agent politique de la municipalité, facilement corruptible pour modifier les listes électorales ou les résultats des scrutins sur lesquels il avait largement la mainmise. Bien que très largement véhiculées par les titres d’opposition, toutes ces critiques ne sont pas infondées, loin s’en faut. Elles attestent en tout cas de l’intégration de la charge dans les jeux de clientèle politique à l’âge des notables et de la monarchie censitaire, et des tensions croissantes entre la municipalité madrilène et les gouvernements modérés79, qui culminent lors de la révolution de septembre 1840, dont l’enjeu est bien le statut de l’autonomie municipale80. Pour les tenants du libéralisme municipal progressiste, en revanche, la charge permettait une interprétation plus conforme à la Constitution qu’une police gouvernementale qui peinait à masquer son origine absolutiste.

20*

  • 81 Entre temps, le nombre d’alcaldes de barrio avait été augmenté à quatre-vingt-neuf, et un nouveau p (...)
  • 82 Expediente sobre la cesación de Alcaldes de Barrio, nombramiento de Celadores, nombramiento de Indi (...)
  • 83 « Los celadores desempeñaran en sus respectivos barrios los atribuciones que han tenido hasta ahora (...)
  • 84 RD de 26 de enero de 1844 sobre organización del ramo de protección y seguridad pública, reproduit (...)
  • 85 López Garrido, Diego, La Guardia Civil…, op. cit., p. 73-114
  • 86 Urquijo y Goita, José Ramón de, La revolución de 1854 en Madrid, Madrid, CSIC, 1984, p. 207, p. 432 (...)
  • 87 Reinstalación del Ayuntamiento Constitucional de julio 1843 en 21 de julio de 1854. Teniendo presen (...)
  • 88 Urquijo y Goita, José Ramón de, La revolución de 1854…, op. cit., p206.

21C’est finalement le retour du parti moderado au pouvoir, après la chute d’Espartero et les infructueuses tentatives de coalitions parlementaires tournées contre ses partisans, qui accélère l’abandon d’une fonction jugée peu conforme aux impératifs du renforcement des institutions centrales du maintien de l’ordre et de la mise sous tutelle des pouvoirs municipaux81. La chute des progressistes en novembre 1843 permet aux modérés de faire appliquer la loi sur le statut des municipalités dont le rejet avait contraint la Régente à l’exil trois ans plus tôt. Le décret du 19 juillet 1843 consécutif à la conquête de la municipalité par le camp moderado conduit à la destitution de plusieurs alcaldes de barrio, assimilés aux partisans du régent déchu. Au lendemain des élections victorieuses de janvier 1844, le gouvernement de Luis Gonzalez Bravo confirme cette mise sous tutelle des organes municipaux en procédant conjointement, dans la capitale, au désarmement de la Milice et à la démobilisation de l’ensemble des quatre-vingt-neuf alcaldes de barrio82. A l’instar des bataillons de citoyens en armes, les notables de quartier investis dans la police de voisinage étaient jugés trop compromis dans l’épisode du progressisme municipal madrilène et entravaient la mise au pas du pays entrepris par les modérés et leur nouvel homme fort, le général Narvaez. Le Décret Royal du 30 janvier 1844 confirme le transfert de l’ensemble des tâches de surveillance, de contraventions, et de recensement annuel du quartier, jusqu’alors effectuées par les alcaldes de barrio, aux celadores du corps de Protection et de Sécurité publique83 épuré et réorganisé dans le sens d’une stricte dépendance au ministère de l’Intérieur84. Quelques jours plus tard, la Garde Civile (Guardia Civil) parachevait, dans les campagnes, le nouvel édifice policier de l’État moderado avant qu’il ne se concrétise l’année suivante dans une Constitution aux accents centralisateurs et doctrinaires85. Dix ans plus tard, la municipalité issue des journées révolutionnaires de l’été 1854 réarmait conjointement une Milice Urbaine et rétablissait la charge d’alcalde de barrio86. Le 21 juillet 1854, c’est en s’appuyant sur les listes nominatives de l’année 1843 que sont convoqués les anciens employés municipaux destitués dix ans auparavant87 : pour les partisans d’Espartero, le citoyen en armes et le fonctionnaire patriotique de quartier devaient ainsi œuvrer à fortifier au quartier les principes du « gouvernement constitutionnel », contre « la branche de Police » et une décennie moderada88.

Inicio de página

Notas

1 Traduction de l’auteur. Toutes les traductions, depuis l’espagnol, des documents cités dans cet article sont de l’auteur.

2 Actas del Consejo de Ministros, tomo IX, Isabel II (1833-1839), Madrid, Ministerio de la Presidencia, 1995, séance du 7 janvier 1834, 50, p. 112-114 ; séance du 22 janvier 1834, 60, p. 131-133.

3 Pablo Gafas, José Luis de, Justicia, gobierno y Policía en la Corte de Madrid. La Sala de Alcaldes de Casa y Corte (1583-1834), Thèse de doctorat de l’Université Autonome de Madrid, 1998.

4 Lorente, Marta, « Justicia desconstitucionalizada. España, 1834-1868 », Cuadernos de derecho judicial, n° 6, 2006, p. 243-286 ; Solla Sastre, Julia María, « La ley ignota. Reflexiones sobre el orden jurídico y la administración de justicia en la construcción de la España liberal (1835-1870) », in Crossing legal cultures, Jahrbuch junge Rechtsgeschichte, 3, p. 399-415.

5 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio à Madrid. De la création de la charge à l’amorce d’une professionnalisation (1768-1801) », in Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa, Vincent Milliot (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 165-175 ; « Los alcaldes de barrio en Madrid y otras ciudades de España en el siglo XVIII : funciones de policía y territorialidades », Antropología. Boletín Oficial del Instituto Nacional de Antropología e Historia, n° 94, 2012, p. 19-31.

6 Dès le 16 décembre 1820, l’Ayuntamiento madrilène, conformément à l’avis du Conseil d’État, organisait la tenue d’élections pour organiser la prise de fonction de ces officiers de proximité. Deux ans plus tard, la mouture finale du Code Pénal (pratiquement jamais appliqué) puis la loi du 3 février 1823 sur le statut des municipalités concèdent aux maires de larges compétences en matière de « police urbaine » et de « sécurité publique », en confirmant l’existence d’« auxiliaires de quartiers » affectés à cette tâche dans les grandes villes du royaume. Dans le même temps, la municipalité madrilène publiait un règlement provisoire à destination des alcaldes de barrio de la capitale, extrêmement détaillé, qui rappelait en 122 articles leurs compétences en matière de police urbaine (salubrité publique, inspection des marchés et du respect des poids et mesures…), de « conservation de l’ordre public » et de la « sécurité des personnes ». Cf. infra.

7 Real Decreto (dorénavant RD) du 6 juin 1823, cité par Lorente, Marta, « Reglamento provisional y administración de justicia (1833-1838). Reflexiones para una historia de la justicia », dans Johannes-Michael Scholz (coord.), El tercer poder : hacia una comprensión histórica de la justicia contemporánea en España, Francfort, Vittorio Klostermann, 1992, p. 215-296. 

8 « Los tenientes de villa son dos jueces letrados para ejercer, a nombre del corregidor, la jurisdicción ordinaria en la villa y su tierra, acumulativamente con los alcaldes de corte (…) y de su sentencias en asuntos criminales se apela a la Sala », Mesonero Romanos, Ramón de, Manual de Madrid. Descripción de la Corte y de la Villa, 2da edición, Impr. de D.M. de Burgos, 1e enero 1833, p. 128-129.

9 Real Cedula (dorénavant RC) du 17 octobre 1824, Archivo de Villa del Ayuntamiento de Madrid (dorénavant AVM), Corregimiento (dorénavant Corr.), 1-181-1.

10 Certificat de serment établi par le Secrétaire de l’Ayuntamiento Miguel de Llama, 1er janvier 1826, Ayuntamiento de Madrid. Expediente relativo al nombramiento de Alcaldes de Barrio y sostitutos para el año de 1826, AVM, Secretaría (dorénavant Sec.), 2-194-22. Le 14 janvier 1835, c’est encore le même serment que prêtent les alcaldes de barrio nommés par le corregidor, devant le Secrétaire de Llama. Cf. AVM, Secretaría (dorénavant Sec.), Libros de Actas del Ayuntamiento, año 1835, séance du 14 janvier.

11 Cf. la contribution d’Álvaro París dans ce dossier. Le déploiement de cette police absolutiste ne vient toutefois pas à bout de la « structure corporative de la société politique », signe de la « persistance de conceptions juridictionnelles du pouvoir politique » tout au long de la décennie. Cf. sur ce point : Lorente, Marta, Martínez Pérez, Fernando, « Orden público y control del territorio en España (1822-1845) : de la Superintendencia General de Policía a la Guardia civil », RJUAM, n° 19, 2009-I, p. 195-210.

12 París Martín, Álvaro, « Se susurra en los barrios bajos» : policía, opinión y política popular en Madrid (1825-1827), Thèse de doctorat de l’Université Autonome de Madrid, 2016.

13 Fuesca, Celestino de, Manual y dirección de alcaldes ordinarios y pedáneos de España, regidores de las ciudades, y demás individuos de los ayuntamientos, Madrid, Impr. de Verges, 1828, p. 2.

14 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio… », art. cit., p. 172.

15 Idem.

16 « Les alcaldes de barrio de Madrid sont des personnes qui étaient auparavant choisies annuellement par les vecinos de leur démarcation, aujourd’hui par les Députations de Charité, pour veiller à la quiétude et la police de leur quartier : ils détiennent une juridiction pédanée, subordonnée aux alcaldes de cuarteles de leur arrondissement respectif », Fuesca, Celestino de, Manual…, op cit., p. 163.

17 Hocquellet, Richard, « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la fin de l'Ancien Régime », Siècles, Cahiers du Centre d’Histoire “Espaces et Cultures” de l'Université Clermont II, n° 13, Culture et pouvoir en Espagne (XVIe-XXe siècle), 2001.

18 Pour une approche comparative sur les « auxiliaires de justice » cf. Dolan, Claire, (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen-Âge au XXe siècle, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2005.

19 Morelli, Federica, « Entre ancien et nouveau régime. L’histoire politique hispano-américaine du XIXe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 59e année, 2004/4, p. 759-781 ; Mannori, Luca, « Justicia y administración entre antiguo y nuevo régimen », RJUAM, n° 15, 2007, p. 135.

20 Pérez Nuñez, Javier, Entre el Ministerio de Fomento y el de la Gobernación. Los delegados gubernativos de Madrid en la transición a la Monarquía constitucional, 1832-1836, Madrid, UAM-Dykinson, 2011 ; « El primer ministerio de Fomento y sus delegados, 1832-1834. Otra perspectiva desde el caso de Madrid », Hispania, n° 217, LXIV/2, 2004, p. 637-688.

21 AVM, Corr., 1-99-41. Le journal libéral El Eco del Comercio du 1er juillet 1834, ainsi que le Diario de Avisos de Madrid du 30 juin reproduisent cette « instruction provisoire », qui est également disponible dans Martín Muñoz, Joaquín, La política local en el Madrid de Pontejos, 1834-1836, Madrid, Caja de Madrid, 1995, p. 174-176.

22 C’est ainsi que sont désignés les alcaldes de barrio conformément à l’Ordre Royal qui confirme la continuité de la charge quelques jours plus tôt. Cf. copie de la Real Orden du 15 juin 1834 transmise au corregidor de Madrid, AVM, Corr., 1-181-1.

23 Le corregidor madrilène s’était auparavant fait remettre par un fonctionnaire du Fomento une note détaillée sur le mode de nomination utilisé jusqu’alors par la Sala de Casa y Corte : Nota de lo que se practicaba en la suprimida Sala de Sres Alcaldes con respecto al nombramiento y exoneración de Alcaldes de Barrio, nd, AVM, Corr., 1-181-1. Le premier article des instructions de juin 1834 mentionne ainsi qu’en « conformité avec le Décret Royal du 7 mars de cette année, les alcaldes de barrio seront nommés par le corregidor, sur proposition en terna des députations de charité de chaque quartier, et ils prêteront le serment habituel devant l’ayuntamiento ».

24 « La revolución judicial (1834-1844) », in Marta Lorente et al., Historia legal de la justicia en España (1810-1978), Madrid, Iustel, 2012, p. 115-124.

25 La charge de regidor de l’Ayuntamiento de Madrid est encore à la fin de l’Ancien Régime un oficio perpetuo réservé à la noblesse. Mesonero Romanos, Ramón de, Manual…, op. cit., p. 129 ; Hernández, Mauro, A la sombra de la Corona. Poder local y oligarquía urbana (Madrid, 1606-1808), Madrid, Siglo XXI, 1995.

26 Il s’agit à la fin de l’année 1834 de Diego del Río (cuartel del Barquillo), Gaspar María Soliveres (Maravillas), Antolin de Munarriz (San Gerónimo), le Comte de Torre-Muzquiz (Lavapiés), Josef de Llano y Baron (Afligidos),

27 Lettre du Regidor de la 2a Comisaría, 24 avril 1835, AVM, Corregimiento, 1-190-7.

28 « Art°. 5. Les Alcaldes de barrio pourront et devront intervenir dans leur quartier, lorsqu’ils sont appelés, afin de faire cesser toute forme de dissension ou dispute domestique (qui provoquerait un scandale ou incommoderait le voisinage), ou à prêter les premiers secours en cas d’incendie ou (…) autre calamité, en avertissant immédiatement le Regidor ou le fonctionnaire public compétent en de telles circonstances ».

29 Reglamento provisional para los Alcaldes de barrio de la Muy Heroíca Villa de Madrid…Les 122 articles de ce long règlement sont regroupés en cinq Titres : (I) De las elecciones de Alcaldes de barrio y su distintivo ; (II) De la policía de salubridad y comodidad ; (III) De la policía de seguridad y medios de conseguirla ; (IV) De la conservación del orden público ; (V) De los libros que deben tener los Alcaldes de barrio para el más puntual desempeño de sus atribuciones.

30 « amigables componedores de todas las desavenencias de su distritos » précise la règlement de 1822.

31 “deben ser (…) considerados como Jueces de paz y, sin que por esto se entiendan autorizados para celebrar juicios de conciliación, los cuales según la Constitución política de la Monarquía pertenecen exclusivamente a los Alcaldes de Ayuntamiento”, Titulo Cuarto, capítulo III, articulo CXIV, Reglamento provisional para los Alcaldes de barrio de la Muy Heroica Villa de Madrid, hasta que las Cortes generales del Reino se sirvan aprobar las Ordenanzas municipales que por el Ayuntamiento Constitucional de la misma se formen y presenten al efecto, nd [1821-1822], p. 36.

32 Le règlement provisoire des Audiences provinciales, à partir de septembre 1835, confie aux alcaldes et à leurs tenientes la justice de paix, mais ne comporte aucune disposition spécifique pour la capitale.

33 Je reprends l’expression employée par Elise Massicard à propos de la figure contemporaine (créée en 1829) du « maire de quartier » (muhtar) à Istanbul : Massicard, Élise « Le fonctionnaire inachevé ? La figure du maire de quartier (muhtar) » in M. Aymes, B. Gourisse, É. Massicard (dir.), L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, 2014, p. 259-292.

34 Martínez Pérez, Fernando, « De la pluralidad de fueros al fuero de la administración (1834-1845) », Cuadernos de derecho judicial (La jurisdicción contencioso-adminsitrativa en España. Una historia de sus orígenes), n° 7, 2008, p. 231.

35 « La revolución judicial (1834-1844) », in Marta Lorente et al., Historia legal de la justicia en España (1810-1978), Madrid, Iustel, 2012, p. 115-124.

36 RD du 23 juillet 1835.

37 Gómez Bravo, Gutmaro « Usos y desusos de la justicia en la España de la primera mitad del siglo XIX », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Coloquios, 2008, URL :http://nuevomundo.revues.org/index19942.html, p. 3-4.

38 Dans une lettre datée du 19 novembre 1835, le teniente de villa Diego del Río rappelle au juge Juan García Becerra les fonctions administratives des alcaldes de barrio, suite à une convocation de l’alcalde du barrio de San Andreas par le magistrat de l’Audience. Les instructions de 1834, en limitant ses attributions judiciaires rompait son rattachement hiérarchique au Juzgado de première instance. Suite au refus du juge d’accepter une telle interprétation des Ordres Royaux, un recours est directement adressé au régent de l’Audience en janvier 1836. Expediente sobre que se declaren las atribuciones de los Alcaldes de Barrio, AVM, Corr., 1-99-41.

39 Rapport des Fiscales de la Real Audiencia de Madrid, 6 mai 1836, AVM, Corr., 1-99-41.

40 Lettre du Teniente de Alcalde Diego del Río au Gouverneur Civil, 2 juin 1836, AVM, Corr., 1-99-41.

41 C’est le sens de l’interprétation du règlement provisoire des ayuntamientos de juillet 1835 que livre l’alcalde comte de Clavijo au juge, lettre nd, AVM, Corregimiento, 1-99-41.

42 Avis rendu par la Commission des Procuradores de l’Ayuntamiento, 30 mai 1838, AVM, Sec., 2-356-77.

43 Mesonero Romanos, Ramón de, Apéndice al Manual de Madrid, descripción de la Corte y de la Villa, Impr. de Don Tomas Jordan, 1° de enero de 1835, p. 66.

44 L’édition du Manual de Madrid de Mesonero Romanos, en janvier 1835, est l’occasion d’y présenter un véritable programme de « réforme urbaine » : Rápida ojeada sobre el estado de la capital y los medios de mejorarla, dans Apendice…, op. cit., p. 31-113. Sur les réformes urbaines de Pontejos et son projet cartographique – qui ne peut aboutir, cf. Martín Muñoz, Joaquín « La gestión del marqués viudo de Pontejos en el Ayuntamiento de Madrid », in Luis Enrique Otero Carvajal et alii., Madrid en la sociedad del siglo XIX, vol. 1, 1986, p. 193-209.

45 García Rovira, Anna María, « Revolución liberal y fuerzas populares : el degüello de los frailes. (Madrid Julio de 1834)» dans Ejército, pueblo y Constitución. Anejos de la revista Trienio, Madrid, 1987, p. 455-497.

46 Pérez Nuñez, Javier, « El primer ministerio de Fomento y sus delegados, 1832-1834. Otra perspectiva desde el caso de Madrid », Hispania, n° 217, LXIV/2, 2004, p. 637-688.

47 Petición sobre la reforma de la Polícia, 5 février 1835, Biblioteca del Congreso, Colección de Varios – Serie G n° 17 – Fondo Histórico, D 1085-45, n° 60. Au même moment, le fameux chroniqueur du Madrid romantique, Mariano José de Larra, ironisait sur le bien-fondé de la surveillance policière de la capitale défendue par les partisans de l’Estatuto Real : « La Policía », La Revista Española, 7 février 1835, reproduit dans Larra, Mariano José de, Artículos de costumbres, Madrid, Espasa Calpe, 1998, p. 302-303.

48 Tratado de la policía en general : bases en que se funda este ramo, necesidad de su existencia, estension de sus facultades, modo de administrarlo, etc , Barcelona, Imprenta de Don Ramon Martin Indar, Calle de Escudellers, n° 3, 1833.

49 Circular dirigida a los alcaldes de barrio sobre la nueva división de esta Corte quedando reducido los diez cuarteles a cinco comisarías con lo demás que expresa, 15 mars 1835, AVM, Corregimiento, 1-156-11.

50 Brigitte Marin, « Les polices royales de Madrid et de Naples et les divisions du territoire urbain (fin XVIIIe-début XIXe siècle) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 50-1, janvier-mars 2003, p. 88.

51 Le projet cartographique lancé par le corregidor Pontejos à l’automne 1834 n’ayant finalement pu aboutir, c’est en se basant sur le « plan topographique » de Juan Lopez, réalisée en 1812, que l’on procède au nouveau découpage, et qu’il est ainsi exposé au conseil municipal au début du mois de mars, avec instruction de le diffuser en douze exemplaires, sur lesquels doivent figurer en couleur le tracé ainsi que la numérotation des quartiers et des démarcations. AVM, Sec., Libros de Actas del Ayuntamiento, 7 mars 1835. On trouve un exemplaire du « plan » de 1835 ainsi annoté à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, ainsi qu’à la Bibliothèque Nationale de France (département Cartes et plans, GE C-3871).

52 C’est la plan de division administrative soumis par Fermín Caballero à l’Ayuntamiento,le 29 mai 1840, qui abandonne la manzana comme logique de délimitation du barrio, en adoptant une approche empirique – démographique et « sociologique » – pour augmenter à quatre-vingt-neuf le nombre de barrios et intégrer la rue dans l’espace du quartier : « La division par groupe de manzanas, ou îlots de maisons, comme l’on disait avant, est sans aucun doute plus géométrique et régulière, lorsqu’on l’examine sur un plan : elle est plus facile à mettre en œuvre et à comprendre pour ceux qui connaissent les éléments du dessin topographique. C’est sans doute pour cela que la méthode actuelle a été préférée, œuvre d’hommes de science, absorbés dans l’abstraction des théorèmes mathématiques, signe d’une époque où tout était pour ceux qui commandaient, et rien pour le public », Dictamen de la Comisión especial nombrada por el ayuntamiento constitucional de Madrid, AVM, Sec., 4-122-4, p. 8-9.

53 A la fin de l’année 1820, quelques mois après la promulgation de la Constitution de Cadix imposée à Ferdinand VII, le Conseil d’État avait ainsi été saisi par plusieurs municipalités, celles de Madrid et de Séville en particulier, afin de s’assurer de la « conformité » de cette charge d’Ancien Régime « avec les nouvelles institutions ». Le Conseil d’État prévenait ainsi la municipalité madrilène qu’au « début de la prochaine législature, l’abolition de ces emplois (empleos) sera peut-être décidée », tout en invitant les autorités à procéder à de nouvelles nominations, en rétablissant une procédure élective, jugée plus conforme à l’esprit du libéralisme municipal doceañista. Cf. AHN, Estado, leg. 134, 20a ; AHN, Estado, leg. 134, 42a ; AHN, Estado, leg. 133, 27.

54 Les tenientes des six alcaldes constitucionales établissent au mois de décembre, dans chaque section de Démarcation, une liste en terna des membres du voisinage susceptibles d’exercer la fonction dans chacun des cinquante-sept barrios que compte alors la capitale et ses afueras.

55 Le juge de Lavapiés, Manuel Luceño adresse ainsi aux alcaldes de barrio de sa juridiction un courrier en date du 18 avril 1837 dans lequel il exige de ces fonctionnaires municipaux un rapport quotidien, à « huit heures du matin » des « évènements survenus dans le district », au motif d’une « prompte et droite administration de la justice et du service national ». Le juge indique en référer ensuite au Régent de l’Audience, pour informer le Gouvernement. Lettre de l’alcalde du barrio Ave Maria à Juan Manuel Ortiz, alcalde de la 4e Démarcation, 19 avril 1837, AVM, Sec., 2-356-77.

56 Pérez Núñez, Javier, « El gobierno político de Madrid durante la última experiencia del régimen constitucional de 1812 (1836-1837) », Historia Constitucional, n° 12, 2011, p. 111-160.

57 Depuis le Décret Royal de février 1824 organisant la Superintendance de Police, le contrôle des passeports était une compétence des celadores de police. La circulaire du 18 décembre 1836 du ministre de la Gobernación progressiste Joaquin María Lopez fait passer « la délivrance des passeports et des licences de protection et de sécurité publique » sous compétence des « alcaldes constitutionnels et de barrio ».

58 Instrucción provisional para los Alcaldes de barrio, 20 janvier 1837, AVM, Sec., 2-356-77.

59 Pérez Núñez, Javier, « Conmermorar la nación desde abajo. Las celebraciones patrióticas del Madrid progresista, 1836-1840 », Historia y política. Ideas, procesos y movimientos sociales, n° 35, 2016, p. 177-202.

60 C’est d’ailleurs l’un des motifs avancés en mai 1840 par Fermín Caballero pour augmenter à 89 le nombre de barrios, permettant à chaque alcalde de barrio de connaître directement (de ciencia propia), et non seulement de réputation (de oídas) les habitants de son district : « Puisse-t-il y avoir un alcalde de barrio pour deux-cent vecinos, comme c’est le cas dans les petits pueblos, ou que l’on parvienne à multiplier les magistrats populaires à hauteur des ministres du culte ! Alors, les padrones et les recensements statistiques pourraient se faire avec exactitude sans recourir aux groupes de vecinos, ce qui est le signe manifeste de l’extension excessive des quartiers », Dictamen…, op. cit., p. 13.

61 Bando de l’Alcalde Primero constitucional, 1e juin 1839, Eco del Comercio, n° 1859, 3 juin 1839, p. 1.

62 Les fonds récoltés ne faisaient toutefois pas l’objet d’un contrôle aussi systématique. C’est d’ailleurs le seul document de ce type que j’ai pu localiser jusqu’à présent. L’alcalde de la démarcation qui vise les comptes de l’alcalde de San Luis suggère d’ailleurs de généraliser la tenue de ce type de registres, qui ne semble alors plus obligatoire, afin de les rendre publics, rétablissant ainsi un contrôle plus strict sur l’activité de ces délégués de quartier, qui faisait alors très largement défaut. Lettre de l’Alcalde de la 1ra Demarcación, 27 décembre 1839, AVM, Sec., 1-226-115.

63 En 1839, les alcaldes de barrio doivent ainsi remplir quatre registres de population de leur quartier : l’un pour les passeports distribués, l’un pour les résidents, et deux autres registres, celui des étrangers et celui des domestiques. C’est ce que rappelle l’Alcalde Primero en décembre 1839 pour appuyer une proposition visant à uniformiser la statistique municipale en distribuant des formulaires à chaque alcalde : Impresión de registros para Alcaldes de Barrio, AVM, Sec., 1-226-15, f°2.

64 Á compter de 1838, une Garde municipale en uniforme supplée les traditionnelles rondes des notables, qui s’effectuent, au cours de la période, en armes. Cf. García Callejo, Leonardo, Historia de la Policía Municipal de Madrid, del siglo XI al siglo XX, Madrid, Policía Municipal, 2001, p. 93-99.

65 Lettre du corregidor au gouverneur civil, 2 juin 1836, AVM, Corr., 1-99-41, f°4r.

66 El Eco del Comercio, 3 août 1834.

67 Pour une analyse plus détaillée de cette source et des mentions éparses des professions relevées dans les listes nominatives de la période 1815-1833, je permets de renvoyer à : Aguilera, Mathieu, Les alcaldes de barrio de Madrid à la fin de l’Ancien Régime (1814-1844). Police urbaine et notabilité de quartier, Mémoire de M2, Paris I, sous la direction de la Professeure Annick Lempérière, p. 117-124.

68 AVM, Sec., 2-439-11

69 Sur les nominations de magistrats, entre épurations des royalistes les plus intransigeants, et continuité de facto des juges d’Ancien Régime, cf. Lorente, Marta, « Reglamento provisional… », art. cit.

70 Marin, Brigitte, « L’alcalde de barrio… », art. cit., p. 174.

71 L’Ayuntamiento s’était plié aux préconisations du Conseil d’Etat, qui avait noté : « Il est indubitable que le mode d’élection populaire [des alcaldes de barrio] observé pour les années 1813 et 1814 est plus conforme à la loi et à l’établissement de ces fonctionnaires publics », Lettre du 7 décembre 1820, AHN, Estado, leg. 134, 42a ;

Diario de Madrid, n° 352, 19 décembre 1821, p. 1024.

72 Lettre du 20 décembre 1839, AVM, Sec., 1-226-115.

73 Alcalde Primero de Madrid, 28 août 1839, AVM, Secretaría, 1-226-114, f. 64.

74 Eco del Comercio, 3 janvier 1839, p. 3.

75 C’est le constat que fait le chef politique Juan Lasaña aux lendemains de la révolution de septembre 1840, en reprenant la main sur les nominations, et critiquant cette pratique, car déplorait-il, « les abus commencent par peu de choses, et une fois ouverte la brèche (…), on pourrait progressivement aboutir (…) à rendre ces charges héréditaires comme l’étaient en d’autres temps celles de regidores, qui ont été si justement abolies », Note du jefe político, janvier 1841, AVM, Sec., 1-226-115.

76 Lettre des Alcaldes Constitutionnels de Madrid à la Députation provinciale, 10 novembre 1841, AVM, Secr., 4-187-4, f°1r.

77 Le grief est déjà fréquent sous le Trienio liberal : « (…) el alcalde de barrio, como sucede mas comunmente, sea un ciudadano que tenga que atender a su trabajo, se ve regularmente precisado a desatender sus intereses, por acudir a apaciguar la quimera, contener al borracho y la prostituta, prender al ratero, evitar el garito, dar parte al regidor de su cuartel, y otros deberes de la alcaldía, resultando por lo comun que ni unos no otros pueden ser debidamente atendidos », El Espectador, n° 551, 17 octobre 1822, p. 766. L’Eco del Comercio consacre au début de l’année 1837 une série d’articles à la question.

78 Un cas de dénonciation d’Anastasio Mendieta, alcalde du barrio de Niñas de Leganes, en mars 1838, par un agent de police, suite à des pratiques de détournement du montant des « licences de sécurité publique » dont devaient s’acquitter annuellement les propriétaires d’auberges et débitants auprès de l’alcalde de barrio : Nota del celador José de la Huerta, marzo de 1838, AVM, Corregimiento,1-160-42.

79 Pérez Núñez, Javier, « Gobernar Madrid… », art. cit.

80 Pérez Nuñez, Javier, « Los debates parlamentarios de la ley municipal de 1840 », Revista de Estudios Políticos, n° 93, julio-septiembre 1996, p. 273-291.

81 Entre temps, le nombre d’alcaldes de barrio avait été augmenté à quatre-vingt-neuf, et un nouveau projet de règlement était discuté par l’Ayuntamiento madrilène lors de la séance du 11 septembre 1841. En vertu de la loi du 1e janvier 1841 sur l’état civil dans les capitales de provinces, ils devenaient officiers d’état civil dans le cadre de la nouvelle division administrative en juzgados, distritos et barrios.

82 Expediente sobre la cesación de Alcaldes de Barrio, nombramiento de Celadores, nombramiento de Individuos de la Ronda Municipal, 1844, Real Orden du 30 janvier 1844, article 25, AVM, Corr., 2-196-78.

83 « Los celadores desempeñaran en sus respectivos barrios los atribuciones que han tenido hasta ahora los alcaldes de los mismos », article 16, RO du 30 janvier 1844, AVM, Corr., 2-196-78.

84 RD de 26 de enero de 1844 sobre organización del ramo de protección y seguridad pública, reproduit in López Garrido, Diego, La Guardia Civil y los orígenes del estado centralista, Madrid, Alianza, 2004, p. 185-187.

85 López Garrido, Diego, La Guardia Civil…, op. cit., p. 73-114

86 Urquijo y Goita, José Ramón de, La revolución de 1854 en Madrid, Madrid, CSIC, 1984, p. 207, p. 432-433.

87 Reinstalación del Ayuntamiento Constitucional de julio 1843 en 21 de julio de 1854. Teniendo presente la necesidad de restablecer inmediatamente los antiguos Alcaldes de Barrio (…), AVM, Sec., 4-138-1.

88 Urquijo y Goita, José Ramón de, La revolución de 1854…, op. cit., p206.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 1a – Plano topográfico de Madrid, dividido en cinco demarcaciones o comisarias, y cincuenta barrios, según Real Orden de S.M, de 20 de enero de 1835.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70591/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 420k
Leyenda Figure 1b – La division de Madrid en cinquante quartiers de police urbaine (1835).
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70591/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 2,7M
Leyenda Figure 2 – Estado que manifiesta las multas que han sido impuestas por esta Alcaldía por infracción de los Bandos vijentes, établi par l’alcalde du barrio de San Luis, A. M. Crespo, 26 décembre 1839.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70591/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 960k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Mathieu Aguilera, « Les alcaldes de barrio de Madrid (1834-1840) : une police urbaine de voisinage « entre ancien et nouveau régime » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Debates, Puesto en línea el 06 junio 2017, consultado el 20 noviembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70591

Inicio de página

Autor

Mathieu Aguilera

Doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po Paris – Universidad Autónoma de Madrid
ATER en histoire à Sciences Po Toulouse, chercheur associé au LaSSP (EA 4175)
mathieu.aguilera@wanadoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página