Navegación – Mapa del sitio
Damien Larrouqué

Etat de grâce et fenêtre d’opportunité politique : Les victoires historiques de Vázquez (Uruguay) et Lugo (Paraguay) en perspective comparée

Titre de la thèse : « Les politiques d’inclusion digitale en Amérique latine : de la rénovation éducative à la recomposition de l’Etat (Argentine, Paraguay, Pérou, Uruguay) »
Thèse soutenue le 15 septembre 2016 à l’Institut d’études politiques de Paris – Science politique, spécialité Amérique latine
Composition du jury :
M. Philippe Bezes, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po
M. Olivier Compagnon, professeur des universités à l’Université Paris-III et directeur de l’IHEAL
M. Olivier Dabène, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris
M. David Garibay, professeur des universités à l’Université Lumière-Lyon-II (rapporteur)
M. Patrick Hassenteufel, professeur des universités à l’Université Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines (rapporteur)
Mme Sabine Saurugger, professeure des universités à l’Institut d’études politiques de Grenoble
M. Yves Surel, professeur des universités à l’Université Paris-II Panthéon-Assas (directeur)
State of grace and policy window: the historic victories of Vázquez (Uruguay) and Lugo (Paraguay) in a comparative perspective
[06/06/2017]

Resúmenes

Ce texte est un extrait du troisième chapitre d’une thèse de science politique portant sur les transformations institutionnelles observables en Amérique latine à l’aune de la gestion des politiques d’inclusion digitale. Instaurés par certains pays de la région au milieu des années 2000, ces programmes socio-éducatifs s’inspirent de l’initiative promue par la fondation philanthropique nord-américaine One Laptop Per Child (OLPC). D’après notre principale hypothèse, leur concrétisation a été conditionnée par la capacité des pouvoirs publics à innover en matière de gestion administrative. Notre troisième chapitre s’est intéressé au contexte et aux acteurs de la décision. En mobilisant le concept de « fenêtre d’opportunité politique », l’enjeu était de montrer que le moment de la décision, plus ou moins propice, ne permet pas de présager du succès ou de l’échec de l’action publique entreprise. Nos quatre cas d’étude ont été analysés et comparés : l’Argentine des Kirchner, le Pérou de García, le Paraguay de Lugo et l’Uruguay de Vázquez. Toutefois, nous n’avons reproduit ici que la partie concernant ces deux derniers cas, dans la mesure où ils correspondent à une alternance droite-gauche présentée comme « historique ».

Inicio de página

Texto integral

  • 1 L’expression a, semble-t-il, été popularisée par le journaliste Maurice Seveno dans un livre retraç (...)
  • 2 Sirinelli, Jean-François, La Ve République, Paris, PUF, 2013, p. 50.
  • 3 Keeler, John, « Opening the Window for Reform  : Mandates, Crises, and Extraordinary Policy Making  (...)

1Tirée du vocable journalistique1, la notion d’état de grâce a été définie par Jean-François Sirinelli comme « la phase classique durant laquelle une nouvelle équipe au pouvoir dispose, après sa victoire, d’une réelle marge de manœuvre »2. Décuplé suite à une alternance, l’état de grâce correspond à une période de lune de miel post-électorale propice à la mise sur l’agenda de réformes audacieuses. Ce concept va de paire avec la notion anglo-saxonne de fenêtre d’opportunité politique (policy window) théorisée par John T. S. Keeler3. D’après notre postulat, l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité politique se produit au moment où débute l’état de grâce et se referme dès lors que celui-ci s’étiole. Plus long est l’état de grâce, plus ample est la fenêtre d’opportunité politique.

  • 4 Larrouqué, Damien, Le Plan Ceibal en Uruguay. Un exemple de bonne gouvernance ?, Paris, L’Harmattan (...)

2La formule d’état de grâce s’applique pour décrire le contexte qui suit le triomphe de la gauche pour la première fois de son histoire en Uruguay et au Paraguay, respectivement à partir de mars 2005 et d’août 2008. Or, le président uruguayen a su mieux tirer profit que son homologue paraguayen de cette phase de plénitude politico-électorale, au cours de laquelle il a notamment développé son ambitieux programme d’alphabétisation numérique baptisé plan Ceibal4. Substantielle et durable, la période d’état de grâce qui a suivi le triomphe de Tabaré Vázquez est le fruit d’une conjonction idéale de facteurs politiques et économiques. Au lendemain d’un mariage arrangé bientôt synonyme de charivari voire de noces de sang avec le parti libéral, la lune de miel post-électorale du président Fernando Lugo a été courte et faussement heureuse. Dans un pays qui n’en a pas fini d’exorciser les vieux démons de son passé autoritaire, la victoire circonstancielle de l’ex-évêque semblait pourtant devoir paver la voie à une gestion de type providentiel.

3L’enjeu de cet article est de montrer qu’une victoire électorale, aussi « historique » puisse-t-elle apparaître, ne permet pas de présager du succès de l’action gouvernementale. Car, quand bien même le triomphe dans les urnes a débouché sur une alternance équivalente (droite-gauche dans nos deux cas), les conditions politique, sociale ou économique qui les ont permises ont été très différentes d’un pays à l’autre. C’est donc moins l’effet conjoncturel (le résultat électoral) que la configuration structurelle (le contexte national) qui détermine la « densité » de l’état de grâce, de laquelle dérive l’amplitude de la fenêtre d’opportunité politique. En fonction de ce contexte, la marge de manœuvre du nouveau gouvernement en sera plus ou moins grande ou réduite.

Le triomphe du FA en Uruguay ou le résultat d’un long processus de maturation idéologique et politique accompagné d’une solide embellie économique

  • 5 Larrouqué, Damien, « Du centre à la droite radicale : concurrence politique, tergiversations progra (...)
  • 6 Lanzaro, Jorge, « Uruguay : las alternativas de un presidencialismo pluralista », in Jorge Lanzaro (...)
  • 7 Le consociationalisme est une notion qui recoupe tous les arrangements institutionnels que les élit (...)
  • 8 Bien qu’inélégante, la notion de fraction a été jugée résolument plus neutre que faction et plus ad (...)
  • 9 Lanzaro, Jorge, « El Frente Amplio  : un partido de coalición, entre la lógica de oposición y la ló (...)
  • 10 Moreira, Constanza, Final del Juego  : del bipartidismo al triunfo de la izquierda en Uruguay, Mont (...)

4Pour comprendre en quoi la victoire du Front Ample (FA) a fait date dans l’histoire uruguayenne, il est nécessaire d’avoir à l’esprit la singularité de la configuration politico-électorale nationale dont l’origine remonte à la fondation même de l’État. Depuis son indépendance en 1830 et jusqu’au début des années 1970, l’Uruguay a connu une vie politique foncièrement bipartisane. Considérés comme deux des plus anciennes formations politiques du monde, le Parti libéral ou colorado (PC) et le Parti blanco ou national (PN) ont présidé au destin politique, social, économique et même culturel de la nation pendant plus d’un siècle et demi. En vertu du principe de coparticipation, ces deux partis traditionnels ont exercé un contrôle exclusif sur les plus hautes sphères de l’État. Émanation des élites terriennes, le Parti blanco a toujours été prompt à soutenir les intérêts des peones (ouvriers agricoles) par attachement ombilical aux coutumes ancestrales comme au mode de vie agreste. Durant des décennies, cette formation ruraliste a âprement disputé à son rival le monopole de la visibilité politique. Représentant traditionnel de la bourgeoisie cosmopolite de Montevideo ainsi que des classes laborieuses urbaines, le Parti colorado a gouverné le pays de manière ininterrompue de 1865 à 1958. L’influence aussi bien programmatique qu’institutionnelle de Jorge Batlle y Ordoñez, figure tutélaire du PC, explique la longévité au pouvoir exceptionnelle qu’a connue cette formation partisane durant toute la première moitié du xxe siècle et au-delà. Ainsi, à l’exception des postes honorifiques garantis par l’accord de coparticipation, le parti blanco n’a été à la tête de l’Uruguay que durant trois mandats au total : entre 1959 et 1967 d’une part, et entre 1990 et 1995 d’autre part. Entre-temps, le PC a repris les rênes du pays jusqu’en 2005, se compromettant même au passage, par le truchement de son leader séditieux d’extrême-droite, Juan Maria Bordaberry, dans l’avènement du « gouvernement militaro-civil » (1973-1985). Chef de file du mouvement majoritaire Vamos Uruguay, Pedro Bordaberry, le propre fils du président honni, incarne aujourd’hui le tournant réactionnaire enclenché par le PC à la fin des années 20005. Malgré cette hégémonie électorale persistante et compte tenu du présidentialisme pluraliste qui le caractérise6, le régime politique uruguayen a pu être qualifié de consociationel par Arend Lijphart7. Il constitue ainsi un laboratoire intéressant pour le politiste. Dans son ouvrage célèbre consacré à l’analyse des systèmes partisans, Giovani Sartori désigne, quant à lui, les partis traditionnels uruguayens comme des « cas extrêmes de confédérations de fractions »8. Fondé au début des années 1970 à travers l’association de divers groupuscules de gauche, le Front Ample ne déroge pas à la règle. Consubstantiellement, il est un parti catch-all qui embrasse un très large éventail de sensibilités partisanes différentes9. Du reste, son émergence a bouleversé l’échiquier politique, en évinçant du paysage législatif les rivalités feutrées entre le PC et le PN au prix de l’enracinement d’un rapport de force fondamentalement gauche-droite. Depuis le retour à la démocratie, la progression électorale du FA a fini par consumer le bipartisme traditionnel10, si bien qu’on peut désormais qualifier le système politique uruguayen de régime tripartite.

  • 11 Pour plus de renseignements, cf. Touraine, Alain, La parole et le sang. Politique et société en Amé (...)

5Le Front Ample a été fondé le 5 février 1971 sous l’égide de Líber Seregni, un ancien général de l’armée uruguayenne. Trois ans auparavant, il avait demandé à obtenir sa retraite anticipée pour protester contre la répression grandissante commandée par le président colorado Pacheco Areco à l’encontre des syndicats ouvriers. Précisons que la naissance du Front Ample s’est effectivement faite dans un contexte d’embrassement politique et social correspondant à une période particulièrement trouble de l’histoire uruguayenne11. Cette nouvelle alliance « attrape-tout » réunit à l’origine des mouvements et groupuscules de gauche – dont le Parti socialiste (PS), le Parti communiste (PCU), le Parti ouvrier révolutionnaire (POR) de tendance trotskiste –, des formations plus modérées situées au centre de l’échiquier politique – tel que le Parti démocrate chrétien (PDC) –, ainsi que quelques électrons libres issus du PC comme du PN. Ouvertement anti-impérialiste et anti-oligarchique, le FA s’oppose au verrouillage du jeu partisan instauré par les deux partis traditionnels. Autour de la candidature charismatique et bienveillante de Liber Seregni, l’ambition de ce nouveau parti est de rassembler les classes populaires qui ne se reconnaissent ni dans les formations traditionnelles, ni dans l’usage de la violence assumé par le Mouvement de libération nationale-Tupamaros (MLN-T). En novembre 1971, le FA séduit plus de 18 % de l’électorat lors d’élections remportées de manière frauduleuse par Juan María Bordaberry. Rupture dans l’histoire institutionnelle uruguayenne, le coup d’État de juin 1973 porte l’estocade à un système consociationel à bout de souffle. Au même titre que les autres partis politiques, le FA est proscrit. Quant à son leader, il est jeté en prison, où il croupira pendant treize ans.

  • 12 Garcé, Adolfo et Jaime Yaffé, « La izquierda uruguaya (1971-2004) : ideología, estrategia y program (...)
  • 13 Luna, Juan Pablo, Segmented Representation. Political Party Strategies in Unequal Democracies, Oxfo (...)
  • 14 Labrousse, Alain, Les Tupamaros  : des armes aux urnes, Monaco, Éditions du Rocher, 2009.
  • 15 De Armas, Gustavo et Jorge Lanzaro, « Uruguay  : clases medias y procesos electorales en una democr (...)
  • 16 Larrouqué, Damien, Op.cit, 2012, p. 169-171.

6Au sortir de la dictature, le FA entreprend une lente phase de mutation aussi bien discursive, programmatique qu’idéologique12. Sous l’impulsion du socialiste Tabaré Vázquez, oncologue de métier, la coalition de gauche radicale négocie un virage social-démocrate, tout en réussissant le pari d’élargir encore un peu plus sa base militante et son socle électoral. Ainsi que l’a décrite le politiste chilien Juan Pablo Luna, la stratégie du FA consiste alors à revendiquer son attachement au legs batlliste d’une part et à s’approprier les mécanismes de la démocratie directe d’autre part13. Au milieu des années 1990, la coalition de gauche absorbe le Mouvement de participation populaire (MPP) fondé par plusieurs ex-guérilleros repentis, au premier rang desquels figure l’iconoclaste et futur président de la République, José Mujica (2010-2015). Cette transition réussie des armes aux urnes augure un destin heureux pour la troisième force politique uruguayenne14, d’autant plus que parallèlement, l’aile droite du parti s’est raffermie autour de la liste Asamblea Uruguay dirigée par le talentueux économiste Danilo Astori, bientôt ministre des Finances (2005-2008) et vice-président du pays (2010-2015). Dès 1989, Tabaré Vázquez arrache la mairie de Montevideo au PC et inaugure de la sorte son baptême du feu politique. La gestion frenteampliste a semble-t-il convaincu : jamais depuis le PC n’a pu reconquérir la capitale qui concentre pas moins de 40 % de l’électorat national. Devenu le parti des classes moyennes, le FA a fait de Montevideo son bastion15. Élections après élections, le FA consolide son assise électorale au détriment des deux partis traditionnels ; tant et si bien que la candidature de Tabaré Vázquez arrive en tête au premier tour des élections présidentielles de 1999 avec un peu plus de 40 % des suffrages : un électeur de la capitale sur deux a alors accordé sa voix à la coalition sociale-démocrate. Au second tour, le cancérologue s’incline face à Jorge Batlle, un candidat colorado sans charisme, arrivé à ce poste autant par la grâce de son nom de famille que par les incongruités de la loi électorale réformée pourtant trois ans auparavant16. Scellée entre les deux tours afin de conjurer la victoire éventuelle de la gauche, l’alliance avec le parti blanco vole en éclat lorsque Montevideo est à son tour frappé par la crise financière qui vient d’embraser Buenos Aires. Esseulé, le gouvernement de Jorge Batlle livre une gestion macroéconomique imprudente qui débouche sur un défaut de liquidité sans précédent.

  • 17 «  Dans les années 1930, quand les gens croyaient qu’une banque était sur le point de faire faillit (...)
  • 18 Antía, Fernando, « Uruguay 2002  : contagio, crisis bancaria y perspectivas », Iconos Revista de Ci (...)
  • 19 Buendía García, Luis et Antonio Sanabria Martín, « Entre el cambio y la continuidad. El primer gobi (...)
  • 20 Olesker, Daniel, « Un modèle économique en mutation  ? L’Uruguay dans le contexte économique région (...)
  • 21 Quiñones, Maria et Marcos Supervielle, « L’action sociale du gouvernement du Frente Amplio », Probl (...)
  • 22 Moreira, Carlos, Apuntes sobre el primer gobierno del Frente Amplio en Uruguay (2005-2010), Olivos, (...)

7Dès le mois de janvier 2002, plusieurs banques uruguayennes qui avaient pris la fâcheuse habitude de mettre à l’abri les épargnes des porteños (habitants de Buenos Aires) sont prises d’assaut. Incapable d’enrayer la crainte populaire d’un écroulement financier, le gouvernement colorado accélère, par son inaction, le mécanisme pervers de la prophétie auto-réalisatrice précisément décrite par Thomas C. Schelling17. En moins d’un semestre, la fuite des capitaux a pris des proportions dramatiques : le pays a perdu plus de la moitié de ses actifs de réserve, soit quelque 6 milliards de dollars18. En conséquence, plusieurs banques nationales font faillite. Placé sur la liste noire des paradis fiscaux par l’OCDE jusqu’en 2009, l’Uruguay se retrouve au bord de la banqueroute et ne doit son salut qu’au prêt d’un milliard et demi de dollars concédé dans l’urgence par le Trésor nord-américain. Conjurée par l’intervention de l’administration Bush et du FMI – lequel concède au cours de deux années suivantes presque 3 milliards de dollars supplémentaires, la crise financière cède toutefois le pas à une crise économique, sociale et politique inédite. En un semestre, le PIB s’est effondré : il a chuté de presque 19 %19. Dans le même temps, les exportations ont diminué d’un tiers20. Par effet de contagion, le chômage et la pauvreté ont explosé. En la matière, le pays enregistre des taux de paupérisation exceptionnellement élevés : 17 % des Uruguayens n’ont plus de travail et presque un tiers de la population totale s’est enfoncé dans la précarité. L’indigence touche même une personne sur cinq21, dont une grande majorité de mineurs. On estime ainsi que six enfants en bas âge sur dix vivaient dans le dénuement à la fin de l’année 200222. L’ampleur de la crise vient jeter l’opprobre sur les partis traditionnels accusés d’avoir fait le jeu des marchés. La perte de confiance envers le PC est particulièrement profonde.

  • 23 Chasquetti, Daniel « El secreto del éxito  : presidentes y cárteles legislativos en el Uruguay (199 (...)
  • 24 Cepal, Uruguay, Estudios económicos de América latina y Caribe 2010-2011, 2011, p. 6.
  • 25 Moyenne calculée à partir de ibid, loc.cit.
  • 26 Les investissements directs à l’étranger (IDE) reçus par l’Uruguay sont passés de 393 millions de d (...)

8Lors des élections générales d’octobre 2004, les colorados parviennent tout juste à convaincre un électeur sur dix. Avec presque 52 % des suffrages recueillis par le FA dès le premier tour, la victoire de la gauche pour la première fois de son histoire est sans appel. Le FA a accaparé la majorité des sièges au Sénat (16 sur 30) comme à la Chambre des représentants (52 sur 99). L’exécutif frenteampliste est donc susceptible de gouverner sans avoir à constituer de coalitions, lesquelles sont traditionnellement présentées comme des cartels législatifs23. Sur le plan politico-électoral, la légitimité de Vázquez est absolument incontestable. Elle se voit d’autant plus renforcée que, sur le plan économique, le pays pourra bientôt récolter les fruits d’une embellie singulière. En 2004, le PIB a crû de presque 12 % !24 L’augmentation du cours des matières premières agricoles à partir du milieu des années 2000 laisse alors présager des perspectives de développement très importantes. De fait, durant l’ensemble du quinquennat de Vázquez (2005-2010) et malgré une inflexion notable en 2009 consécutive à la crise financière internationale (2,9 %), l’Uruguay a enregistré une croissance annuelle moyenne d’environ 7,5 %25. Preuve de ce dynamisme recouvré, les investissements étrangers ont été sextuplés au cours de cette même période26. Dans ces conditions, le nouveau gouvernement est en mesure de financer un certain nombre de projets sociaux audacieux, dont le plus avant-gardiste reste, sans nul doute, le programme One laptop Per Child (OLPC) qui a été annoncé sous le titre de plan Ceibal en décembre 2006.

  • 27 Keeler, John, op. cit., p. 454-456.

9En résumé, lorsque le 1er mars 2005, devant une foule de plusieurs milliers de personnes réunies sur l’esplanade du Parlement uruguayen, le socialiste Tabaré Vázquez prononce son discours d’investiture, il savoure une situation qu’il sait optimale. Le triomphe du FA constitue la conjonction parfaite entre trois facteurs. Cette consécration électorale récompense tout d’abord, le parachèvement d’une lente maturation idéologique façonnée au gré des défaites électorales et matinée par les enseignements tirés de la gestion municipale. Elle témoigne ensuite, d’une crise de confiance politique dont le FA a été épargné compte tenu de sa critique récurrente envers la volonté de dérégulation affichée par les deux partis historiques. Elle s’accompagne enfin, d’un processus de récupération économique qui doit permettre la mise en œuvre de programmes sociaux d’envergure. En d’autres termes, à sa prise de fonction, Tabaré Vázquez dispose de trois atouts qui conditionnent en partie la réussite d’un gouvernement : l’expérience du pouvoir, la légitimité politique et les moyens de ses ambitions. À l’image de Theodore Roosevelt dans les années 1930, s’ouvre pour le leader uruguayen une « énorme » fenêtre d’opportunité politique27.

  • 28 Moreira, Carlos, op. cit., p. 126.

10Malgré quelques soubresauts, la cote de popularité du président Vázquez se maintiendra autour de 60 % d’opinion positive pendant toute la durée de son mandat28. Cette onction populaire confortera grandement son volontarisme politique. On peut estimer cependant que l’état de grâce s’étiole à partir de décembre 2008. En effet, la décision du président Vázquez de faire usage de son pouvoir de veto contre la loi sur l’avortement, portée par sa majorité législative, a suscité la consternation jusque dans les rangs de la droite modérée. Douloureux pour l’image présidentielle, cet épisode clôt trois longues années de plénitude, durant lesquelles tous les jalons du plan Ceibal ont déjà été posés.

11Sous d’autres latitudes, cette lune de miel post-électorale a été beaucoup plus éphémère et donc moins avantageuse. Au Paraguay, l’état de grâce théorique associé à la victoire dans les urnes du socialiste Fernando Lugo s’est révélé, dans la pratique, très relatif en comparaison de celui dont a joui son homologue uruguayen.

L’arrivée au pouvoir de l’Alliance pour le changement (APC) au Paraguay : un succès électoral de circonstance dans une démocratie « vulnérable »

  • 29 Capdevila, Luc. Une guerre totale : Paraguay (1864-1870). Essai d’histoire du temps présent, Rennes (...)
  • 30 Hernandez Sanchez, Ana Isabel, « Paraguay », in Manuel Alcantara Saez et Flavia Freidenberg (eds.),(...)
  • 31 Galeano, Luis, « Fin de la hegemonía liberal y reconquista de la hegemonía colorada », Revista Para (...)
  • 32 Les plus tristement célèbres d’entre eux ont été Josef Mengele, l’«  ange de la Mort », et Eduard R (...)
  • 33 Sartori, Giovani, op. cit., p. 285.
  • 34 Nickson, Andrew, « Tiranny and Longevity  : Stroessner’s Paraguay », Third World Quarterly, vol.  1 (...)
  • 35 Tilly, Charles, « La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé [1985] », Polit (...)
  • 36 Neri Farina, Bernardo, op. cit., p. 312-315, 320-323 et 335-346.
  • 37 Nickson, Andrew, « El régimen de Stroessner (1954-1989) », in Ignacio Telesca (dir.), Historia del (...)
  • 38 Ibid, p. 291.
  • 39 Larrouqué, Damien, « Paraguay en la encrucijada. Un país hacia el fortalecimiento democrático », LA (...)
  • 40 Soares, Camilo, « El gatopardismo de la oligarquía paraguaya », Novapolis, n°  4, 2009, p. 57-58.

12À l’image de l’Uruguay, la vie politique paraguayenne a été historiquement dominée par deux partis politiques. Favorable à la réhabilitation du dictateur Fransisco Solano López qui serait mort pour et non avec la patrie en 187029, l’Association nationale républicaine (ANR) ou Parti colorado défend les intérêts des grands propriétaires. Quant au Parti libéral, rebaptisé Parti libéral radical authentique (PLRA) dans les années 1970, il embrasse les vues de l’élite intellectuelle et commerciale d’Asunción. À la différence du PN et du PC, leur origine commune ne remonte pas à l’indépendance du pays, mais néanmoins au protectorat qui suit la Guerre de la Triple Alliance. Créés avec l’assentiment du Brésil pour le premier et la bienveillance de l’Argentine pour le second, ils fêtent en 2017 leurs 130 ans d’existence. Réputé pour n’avoir compté dans ses rangs aucune figure particulièrement charismatique ou qui aurait pu laisser une empreinte impérissable sur l’histoire politico-institutionnelle paraguayenne30, le parti libéral a néanmoins été au pouvoir durant tout le premier tiers du xxe siècle. La gestion libérale correspond à une période de grande instabilité gouvernementale, au cours de laquelle se sont succédées, à la tête d’un État financièrement exsangue, une vingtaine d’administrations différentes31. Cette situation contraste avec la gestion colorada, beaucoup plus ferme et marquée par la figure patriarcale de l’homme fort du régime, le général Alfredo Stroessner. Ce dernier arrivera au pouvoir par un coup d’État en 1954, pour ne le lâcher que trente-quatre ans plus tard. Ayant accordé l’asile aux pires criminels nazis en fuite32, le plus vieux dictateur d’Amérique latine sera à son tour victime d’un pronunciamiento violent, ourdi dans la nuit du 2 au 3 février 1989 par l’un de ses fidèles colistiers, le général Andrés Rodríguez. D’après Sartori, l’omniprésence de l’ANR dans le paysage politico-électoral paraguayen conférait à ce régime les caractéristiques d’un système à « parti hyper-dominant »33. Grotesques à bien des égards34, les élections récurrentes organisées sous le Stronato ne visaient qu’à entretenir la façade démocratique d’un régime foncièrement répressif, réactionnaire et vicié par la corruption à grande échelle. En l’occurrence, la métaphore proposée par Charles Tilly selon laquelle l’État adopte, sous forme de racket institutionnalisé, les méthodes du crime organisé pour légitimer son existence35, a acquis, dans ce cas, une signification extrême. Durant l’ère stroessniste, la contrebande, le narcotrafic et le proxénétisme ont ainsi été élevés au rang de politiques de gouvernement36. Qualifiée de « néo-sultaniste », la dictature de Stroessner reposait sur l’unité granitique constituée autour de la figure du dictateur, à la fois chef d’État, président du parti et général des armées37. Selon un politiste britannique, la chute brutale de Stroessner en 1989 est symptomatique de ce type de régime dans lesquels « les mécanismes institutionnels de transmission pacifique du pouvoir sont absents »38. En d’autres termes, le Paraguay n’a pas connu une transition pactée telle qu’elle a pu avoir lieu en Espagne ou en Uruguay. Les réminiscences de cet accaparement violent du pouvoir se font encore aujourd’hui sentir, si bien qu’il serait très optimiste de pouvoir affirmer que le Paraguay a depuis achevé son processus de transition démocratique39. En s’inspirant de l’adage viscontien selon lequel « tout doit changer pour que rien ne change », les plus cyniques affirment même que le Paraguay n’aurait en réalité vécu qu’une simple transition gatopardiste40.

  • 41 Linz, Juan et Alfred Stepan, Problems of democratic transition and consolidation  : Southern Europe (...)
  • 42 Ibid., p. 57.
  • 43 Lezcano, Carlos et Carlos Martini, « ¿ Es posible la transición pactada en el Paraguay  ? Fuerzas a (...)
  • 44 Linz, Juan et Alfred Stepan, op. cit., p. 72-76.
  • 45 Face aux mesures d’isolement diplomatique engagées par ses anciens alliés (États-Unis, Argentine, B (...)
  • 46 Linz, Juan et Alfred Stepan, op. cit., p. 76-77.
  • 47 Laterza, Gustavo, « Legitimidad y legalidad en el nuevo contexto político paraguayo » [1989], Revis (...)
  • 48 Simón, José Luis, « El Paraguay después de Stroessner  : ¿De la transición incompleta a la democrac (...)
  • 49 Morínigo, José N. « La transición circular », Novapolis, n° 1, 2002, p. 4-19.
  • 50 Palau Viladesau, Tomás, « Transición a la “democracia” y hegemonía militar en el Paraguay » [1991], (...)
  • 51 Arditi, Benjamín, « Elecciones y partidos en el Paraguay de la transición », Revista Mexicana de So (...)
  • 52 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.
  • 53 Cano Radil, Bernardino, « Constitución de 1992 y la interacción Ejecutivo/Congreso. Obstáculos jurí (...)

13En prenant en compte les principales variables indépendantes proposées par Juan Linz et Alfred Stepan dans leur excellent ouvrage de transitologie, on mesure toutes les difficultés rencontrées par le Paraguay pour stabiliser sa vie politique et sociale au lendemain de la dictature. Pour Linz et Stepan, afin d’envisager la voie qu’est susceptible de suivre tout processus de démocratisation, il est d’abord primordial de prendre en considération le type de régime antérieur. Selon leur typologie, celui-ci peut être de type autoritaire, totalitaire, post-totalitaire ou sultaniste41. Cette dernière catégorie correspond bien évidemment au Paraguay de Stroessner. Or, c’est l’une des plus propices à la violence, compte tenu des luttes de clans et autres conflits de succession qui se trament dans le dos du patriarche. Dans ces conditions institutionnelles, la transition pactée est « virtuellement impossible »42. Du début des années 1990 jusqu’au milieu des années 2000, des politistes paraguayens se sont pourtant pris à rêver de la possibilité de sa concrétisation dans leur pays43. En sus du type de régime, Linz et Stepan nous invitent également à considérer l’influence des politiques d’ostracisme menées par les pays voisins ainsi qu’à tenir compte de l’esprit du temps (zeitgest) favorable à la diffusion des idéaux démocratiques44. Il est évident que ces variables ne sont pas les plus déterminantes45, aussi faut-il surtout s’intéresser aux acteurs ainsi qu’au contexte. Il convient alors de se demander « qui initie la transition et qui la contrôle ? »46. Dans le cas paraguayen, malgré ce qui a pu être écrit, le fait que cette transition ait été légitimement conduite par un général en disgrâce ne garantit pas nécessairement la légalité du processus électoral qui a suivi47. Dans les faits, la transition a nécessairement été « incomplète »48 ou « circulaire »49, dès lors que le premier gouvernement démocratiquement élu – qui plus est dans l’urgence – en mai 1989, est resté dominé par d’anciens cadres de la dictature affiliés à l’ANR50. À la différence de l’Uruguay, de l’Argentine ou du Chili, les partis politiques d’opposition n’ont joué qu’un rôle subsidiaire dans un processus de transition dont la finalité était bien la fondation plutôt que la restauration démocratique51. De surcroît, bien que les généraux daigneront concéder le pouvoir aux civils à partir de 1993, l’emprise militaire sur la vie politique paraguayenne va rester vivace, ainsi qu’en témoigne la tentative de putsch orchestrée par le général Lino Oviedo, à peine trois ans plus tard. Imparfaite, cette transition l’est d’autant plus, si l’on accepte l’idée que le processus de démocratisation a enfanté d’une Constitution idéale sur le papier, mais en décalage avec la tradition « caudillesque » propre aux démocraties délégatives latino-américaines52. Accordant aux élus parlementaires de très amples prérogatives, cette nouvelle Constitution a volontairement affaibli la position du président de la République et contribué, par là même, à miner la gouvernabilité du pays53.

  • 54 Abente Brun, Diego, « Después de la dictadura », Ignacio Telesca (dir.), Op. cit., p. 295-313 & Lam (...)
  • 55 Morínigo, José, « Clientelismo y padrinazgo en la práctica patrimonialista del gobierno en el Parag (...)
  • 56 Sondrol, Paul, « Paraguay  : a Semi-Authoritarian Regime  ? », Armed Forces & Society, vol.  34, n° (...)
  • 57 Sondrol, Paul, « Paraguay and Uruguay  : Modernity, Traditon, and Transition », Third World Quarter (...)

14Depuis la fin de la dictature, le Paraguay a sombré dans une instabilité politique chronique54, dont la révolte populaire du mois de mars 1999 (marzo paraguayo), consécutive à l’assassinat du vice-président colorado Luis María Argaña symbolise l’acmé. Pour un politiste nord-américain, le Paraguay des années 1990 et 2000 s’apparenterait à un régime semi-autoritaire, caractérisé par la permanence de pratiques politico-électorales anachroniques, l’apathie de la société civile, des faiblesses institutionnelles consubstantielles (corruption, collusion politico-médiatique, relations patrimonialistes exacerbées55) et enfin, une déconnexion évidente entre l’ouverture économique sans ménagement et l’étroitesse des libertés civiles et politiques accordées aux citoyens56. En ce sens, mettant en doute l’effectivité de la démocratisation paraguayenne, la persistance des pratiques autoritaires contraste, d’après ce même politiste, avec la stabilité du régime politico-institutionnel uruguayen57.

  • 58 Mendoca, Daniel, Democracia vulnerable. Un estudio sobre el sistema político paraguayo, Asunción, I (...)
  • 59 Lors des élections générales d’avril 2013, l’Organisation des Etats américains (OEA) a notamment mi (...)
  • 60 Au Paraguay, l’affiliation partisane s’apparente à une identité de caractère organique transmise de (...)
  • 61 Morínigo, José, op. cit., 2008, p. 206-209.
  • 62 Lachi, Marcello, « Construir clientela. Llave del éxito electoral en Paraguay », Revista Paraguaya (...)

15Au cours des années 1990, l’effectivité de la transition a été questionnée du fait de l’absence d’alternance politique. Fort de la densité de son réseau d’influence aux ramifications réticulaires – les sections locales de l’ANR sont présentes aussi bien dans les entreprises, dans les quartiers périphériques que dans les régions rurales, le Parti colorado s’est maintenu au pouvoir de manière interrompue plus de soixante ans (1947-2008). Dans cette démocratie « vulnérable »58, si la fraude massive a disparu, quelques petits arrangements avec la probité constituent toujours de délicats subterfuges électoraux59. Au demeurant, le problème principal du système politico-électoral reste l’enracinement culturel de l’orekueté. En guaraní, le terme oré désigne la communauté micro-locale formée autour des relations interpersonnelles quotidiennes (famille, voisins, amis) et fondée sur les liens de réciprocité (entre-aide, fidélité, loyauté). La praxis « orekuété » radicalise cette vision communautariste, en excluant tous ceux qui ne font pas partie de cette communauté d’origine. Entretenant un rapport quasi filial avec leur cohorte d’électeurs captifs60, les partis politiques traditionnels ont naturellement trouvé dans cette logique sociale un terreau fertile pour développer tout un éventail de faveurs envers leurs affidés (accès prioritaire aux structures de santé, facilitation des démarches administratives, mesures d’assistance sociale privilégiées, etc.). L’orekuété est ainsi à la base du clientélisme politique61, contre lequel les partis minoritaires n’ont aucun recours institutionnel. La compétition électorale est d’autant plus inégale que les campagnes nécessitent un déploiement de moyens humains et surtout financiers toujours plus importants. Or, seuls peuvent y souscrire les partis ayant, du fait de leur mainmise sur l’appareil d’État (ANR) ou de leur représentation parlementaire suffisante (PLRA), un accès direct aux ressources publiques. La clé du succès repose alors sur la capacité à choyer sa clientèle électorale62. Malgré le contrôle de certains fiefs importants (notamment en périphérie d’Asunción), le PLRA n’a jamais réussi à arriver en tête lors des élections nationales. C’est la raison pour laquelle, en 2007, le parti libéral s’est rapproché du leader iconoclaste de gauche, l’ex-évêque Fernando Lugo.

  • 63 Ybáñez, Marcos, Lugo, Asunción, s.n, 2013, p. 43.
  • 64 Abente Brun, Diego, « Paraguay en el umbral del cambio », Revista de Ciencia Política, vol. spécial (...)
  • 65 Abente Brun, Diego, « Paraguay  : ¿ Jaque Mate  ? », Revista de Ciencia Política, vol. 28, 2008, n° (...)
  • 66 Morínigo, José, « De la quietud a los nuevos procesos  : sus efectos políticos », Novapolis, n° 2, (...)
  • 67 Boidin, Capucine et Renée Fregosi, op. cit., p. 74-76.
  • 68 Uharte Pozas, Luis Miguel, « El Gobierno de Lugo  : transición, cambio político y nueva ecuación de (...)

16Originaire d’Itapúa, département rural du Sud-Est qui a pour capitale Encarnación (cité natale de Stroessner et troisième ville du pays), Fernando Lugo a été envoyé comme missionnaire en Équateur à la suite de ses études de séminariste. Issu lui-même d’une famille humble, le jeune homme est confronté à la misère de la condition paysanne. Ce séjour de plusieurs années au cœur des Andes l’incline vers la théologie de la libération. À son retour, le « curé des pauvres » – comme le surnomme son biographe63 – prêche la justice sociale et se fait le héraut de la réforme agraire. Persécuté par la police militaire, il obtient la protection du Saint-Siège et s’en va poursuivre sa formation intellectuelle et spirituelle à Rome. En 1987, à la faveur d’un desserrement de l’étau répressif, il revient au Paraguay et assiste, deux ans plus tard, à la chute du despote. Particulièrement investi dans son sacerdoce, le prêtre cosmopolite est consacré, en 1994, évêque de San Pedro, l’un des départements les plus déshérités du pays. Incessamment tiraillé entre devoir spirituel et pouvoir temporel, l’homme d’Église finit par choisir la voie de l’engagement politique une douzaine d’années plus tard. Cette décision lui vaudra bientôt d’être « défroqué » par le Pape (suspens a divinis). En mars 2006, Lugo prend la tête d’un mouvement de protestation populaire baptisé Résistance citoyenne (Resistencia Ciudadana). Il s’agit de défier le président colorado Nicanor Duarte Frutos, convaincu de dérives anticonstitutionnelles après avoir exprimé la volonté de briguer la présidence de son parti. Fortement médiatisé, cet épisode de fronde sociale consacre la figure charismatique (voire christique) de Fernando Lugo ; tant et si bien qu’il devient un prétendant crédible pour les élections générales d’avril 200864. En mesure de rassembler au-delà des clivages, sa candidature apparaît même comme providentielle. De fait, dans un pays où deux personnes sur cinq vivent toujours sous le seuil de pauvreté, où presque 10 % de la population a opté pour l’exil économique – ce qui a fait du Paraguay l’un des pays où l’émigration a été la plus forte du monde au milieu des années 200065, où plus de la majorité des habitants ne communique quasi exclusivement qu’en guarani66 et où la pratique religieuse demeure particulièrement ancrée, la possibilité d’accorder son suffrage à un ancien homme d’église, adepte des préceptes de Vatican II et, qui plus est, capable de s’exprimer couramment dans la langue vernaculaire laisse présager d’un succès électoral d’envergure, y compris face à l’indéboulonnable ANR. Pour beaucoup, Fernando Lugo est le nouveau Karai, le Guide67. En mal de leader capable d’infléchir la supériorité de son rival traditionnel, le parti libéral se résout, en septembre 2007, à sceller avec l’ex-évêque, désormais tête de liste du Parti démocrate chrétien (PDC), une coalition dénommée l’Alliance patriotique pour le changement (APC). Avec 41 % des voix obtenues contre 30 % pour la candidate de l’ANR (suffrage universel direct à un tour), Fernando Lugo est élu président de la République le 20 avril 2008 et prend ses fonctions le 15 août suivant. Sans précédent, la victoire de la gauche au Paraguay est à mettre au bénéfice d’une nouvelle équation démocratique68.

  • 69 Abente Brun, Diego, « Paraguay  : crecimiento económico, conflicto social e incertidumbre política  (...)
  • 70 Précisons que les exportations de soja ont représenté, en 2008, un chiffre record de 4,5 milliards (...)
  • 71 Centurión, Mario, ¿ Tiene Futuro el Paraguay  ? De Andrés Rodríguez a Horacio Cartes o Efraín Alegr (...)
  • 72 Brugnoni, Pablo, « Paraguay 2008  : estruendos cambios, silenciosas permanencias », Revista de Cien (...)
  • 73 Breceda, Karla et al., « Latin America and the Social Contract : Patterns of Social Spending and Ta (...)
  • 74 Turner, Brian, « Paraguay  : muchas novedades y poco cambio », Revista de Ciencia Política, vol. 30 (...)
  • 75 Hetherington, Kreeg, « La contrarreforma agraria en Paraguay », in Guillermo Almeyra et al. (eds.), (...)

17Toutefois, l’état de grâce est de courte durée. Certes, comme en Uruguay et en Argentine, l’envolée des matières premières agricoles a offert des perspectives de développement inédites. En 2009, le Paraguay affichait ainsi 15 % de croissance annuelle, ce qui lui valait de rivaliser à l’époque avec le Qatar !69 Toutefois, affligé par l’évasion fiscale, le travail informel et la contrebande, l’État paraguayen n’a pu capter qu’une part dérisoire de cette manne, dont la majeure partie est venue gonfler les résultats financiers des barons brésiliens de l’agrobusiness70, surnommés « brésiguayens » (brasiguayos)71. La capacité de coercition fiscale de l’État se limite à seulement 10 % du PIB national contre 20 à 35 % pour ses voisins du Cône Sud (Argentine, Brésil, Uruguay)72. D’après un trio de spécialistes, à l’image du Venezuela ou du Mexique, le Paraguay redistribue comparativement plus qu’il n’engrange de ressources73. Déjà précaires, les équilibres budgétaires s’en trouvent donc aggravés. Bien que le pays se soit doté, à l’image de l’Uruguay en 2007, d’un impôt sur le revenu, la loi n’a encore jamais été appliquée, compte tenu des multiples moratoires votés par les parlementaires conservateurs, sous pression de l’élite économique. Par conséquent, reposant sur les épaules des ménages les plus modestes, le système fiscal paraguayen est l’un des plus régressifs d’Amérique latine. En bref, à la tête d’une institution pauvre dans un pays riche, Fernando Lugo a nécessairement dû revoir à la baisse la voilure des politiques de redistribution promises. C’est d’autant plus vrai que l’appareil d’État demeure profondément noyauté par le parti colorado74, d’où les grandes distorsions constatées entre la volonté gouvernementale affichée et l’action administrative réellement mise en œuvre. Si l’accès aux soins s’est considérablement amélioré, la réforme agraire a été un échec cuisant75, alimentant au passage la frustration sociale et les ressentiments à l’égard du gouvernement.

  • 76 Duarte Recalde, Liliana Roció, « Paraguay  : interrupción al proceso de consolidación de la democra (...)
  • 77 Keeler, John, op. cit., p. 472-477.

18Du reste, outre les affaires de mœurs qui ont éclaté dans la presse et ont égratigné l’image du chaste « saint homme » – qui s’est révélé être un bienheureux coureur de jupons aux paternités illégitimes multiples, Fernando Lugo a moins souffert de la conjoncture budgétaire ou administrative que des stratégies politiciennes entreprises par ses rivaux comme par ses prétendus alliés. De toute évidence, l’APC ne peut pas être assimilé au modèle de coalition durable et cohérent associé à la Concertation chilienne. En vérité, elle n’a été qu’une simple alliance électorale de circonstance. À la différence de Tabaré Vázquez, l’ex-évêque n’a donc disposé ni d’une machine partisane en mesure de valoriser son action auprès de la société et des médias, ni encore moins d’une majorité au Parlement qui lui aurait permis de mener à bien ses projets, parmi lesquels devait figurer le programme OLPC. Avec seulement 17 sénateurs – dont 14 du PLRA – sur 45 sièges au total, et à peine 31 sièges de députés – dont 27 pour le PLRA – sur 80 sièges, l’APC était loin de réunir la majorité parlementaire nécessaire pour conduire les réformes. Arrivée vainqueur des élections législatives, l’ANR a conservé une position de force au Parlement. Entre 2008 et 2012, les parlementaires colorados, en véritables flibustiers législatifs, n’ont eu de cesse de déstabiliser le gouvernement en intentant une vingtaine de procédures d’impeachment contre le président Lugo. Suite à la tragédie agraire de Curuguaty du 15 juin 2012 – où une quinzaine de policiers et paysans sans terre ont trouvé la mort –, ils arriveront à leur fin avec l’appui des élus libéraux. Le 22 juin 2012, le premier président de gauche de l’histoire paraguayenne est déchu de ses fonctions lors d’un jugement politique mené sans ménagement. Alors vice-président du pays, le libéral Federico Franco succède à Fernando Lugo, auprès de qui il avait tissé une alliance partisane de façade masquant, en réalité, une inimitié politique viscérale et de sombres ambitions de pouvoir. Condamnée par les institutions internationales (Mercosur, Unasur, OEA, UE), cette destitution expresse représente irrémédiablement une involution dans le processus de consolidation démocratique paraguayen76. À s’y méprendre, le renversement de Lugo fait écho à celui, beaucoup plus violent, d’Alberto Allende, dont le mandat s’était également ouvert sur une « toute petite » fenêtre d’opportunité77.

Conclusion : une fenêtre d’opportunité politique plus ou moins grande

  • 78 McDonald, Ronald H. et Martin, Weinstein, « Uruguay  : Balancing growth and democracy », in Harvey (...)
  • 79 Sondrol, Paul. « Paraguay  : Challenges in Democratic Consolidation », in Harvey, Kline et Howard W (...)

19En résumé, les espoirs placés en Tabaré Vázquez comme en Fernando Lugo ont été aussi forts en Uruguay qu’au Paraguay. Ecrasante pour le premier et plus nuancée pour le second (car « circonstancielle »), leur victoire électorale a dans les deux cas marqué l’histoire de leur pays. En effet, elle a mis fin à des dizaines d’années d’hégémonie politique traditionnelle. L’alternance a ouvert une période de lune de miel post-électorale qui n’a toutefois pas été équivalente, ni en termes de durabilité ni de profitabilité politique. Président d’un pays démocratiquement stable et économiquement performant78, Tabaré Vázquez a joui d’une période d’état de grâce longue et enchantée, dont il saura tirer bénéfice pour poser tous les jalons de son programme d’alphabétisation numérique. Président d’un pays qui n’a toujours pas fini d’asseoir son modèle démocratique79, Fernando Lugo a vu son horizon d’opportunités politiques s’assombrir au rythme de la révélation des scandales l’affectant et, surtout, sous les coups de boutoir de parlementaires félons. Ce contexte difficile explique les atermoiements du gouvernement Lugo vis-à-vis de l’initiative OLPC prônée par l’association civile Paraguay Educa. Reprenant les facteurs explicatifs développés par John T. S. Keeler, ce tableau de synthèse nous permet de comparer la taille de la fenêtre d’opportunité politique qui a découlé de l’alternance droite-gauche en Uruguay et au Paraguay.

Source : élaboration personnelle

Inicio de página

Notas

1 L’expression a, semble-t-il, été popularisée par le journaliste Maurice Seveno dans un livre retraçant, à la première personne et sous forme de chroniques journalières, les premiers pas de François Mitterrand en tant que président de la République. Cf. Seveno, Maurice, Les premiers jours de Mitterand  : l’état de grâce, Paris, Stock, 1981.

2 Sirinelli, Jean-François, La Ve République, Paris, PUF, 2013, p. 50.

3 Keeler, John, « Opening the Window for Reform  : Mandates, Crises, and Extraordinary Policy Making », Comparative Political Studies, vol.  25, n°  4, 1993, p. 433-486.

4 Larrouqué, Damien, Le Plan Ceibal en Uruguay. Un exemple de bonne gouvernance ?, Paris, L’Harmattan, 2012.

5 Larrouqué, Damien, « Du centre à la droite radicale : concurrence politique, tergiversations programmatiques et repositionnement idéologique du Parti colorado en Uruguay (1950-2015) », Amérique latine Histoire et Mémoire, Les Cahiers ALHIM, n° 32, 2016, [en ligne]. Mise en ligne le 9 décembre 2016, URL : http://alhim.revues.org/5598. Consulté le 6 janvier 2017.

6 Lanzaro, Jorge, « Uruguay : las alternativas de un presidencialismo pluralista », in Jorge Lanzaro (dir.), Tipos de presidencialismo y coaliciones políticas en América latina, Buenos Aires, Clasco, 2001, p. 283-317.

7 Le consociationalisme est une notion qui recoupe tous les arrangements institutionnels que les élites d’un pays ethniquement, religieusement ou politiquement divisé ont réussi à bâtir pour en assurer la gouvernabilité. Cf. Lijphart, Arend, « Consociational Democracy », World Politics, vol.  21, n°  2, 1969, p. 213 et 216.

8 Bien qu’inélégante, la notion de fraction a été jugée résolument plus neutre que faction et plus adaptée que partie-de-parti. Cf. Sartori, Giovani, Partis et systèmes de partis  : un cadre d’analyse [1976], Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2011, p. 125, note n°  11 et p. 119-124.

9 Lanzaro, Jorge, « El Frente Amplio  : un partido de coalición, entre la lógica de oposición y la lógica de gobierno », Revista Uruguaya de Ciencia Política, vol.  12, 2000, p. 35-67.

10 Moreira, Constanza, Final del Juego  : del bipartidismo al triunfo de la izquierda en Uruguay, Montevideo, Ediciones Trilce, 2004.

11 Pour plus de renseignements, cf. Touraine, Alain, La parole et le sang. Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 364-365.

12 Garcé, Adolfo et Jaime Yaffé, « La izquierda uruguaya (1971-2004) : ideología, estrategia y programa », América latina Hoy, n° 44, 2006, p. 87-114.

13 Luna, Juan Pablo, Segmented Representation. Political Party Strategies in Unequal Democracies, Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 86 sq.

14 Labrousse, Alain, Les Tupamaros  : des armes aux urnes, Monaco, Éditions du Rocher, 2009.

15 De Armas, Gustavo et Jorge Lanzaro, « Uruguay  : clases medias y procesos electorales en una democracia de partidos », Documentos de trabajo, n°  4, 2012, p. 1-61.

16 Larrouqué, Damien, Op.cit, 2012, p. 169-171.

17 «  Dans les années 1930, quand les gens croyaient qu’une banque était sur le point de faire faillite, ils se précipitaient pour retirer leurs dépôts, provoquant ainsi la faillite qu’ils redoutaient ». Cf. Schelling, Tomas, La tyrannie des petites décisions [1978], Paris, Presses Universitaires de France, 1980, p. 119.

18 Antía, Fernando, « Uruguay 2002  : contagio, crisis bancaria y perspectivas », Iconos Revista de Ciencias Sociales, n°  15, 2002, p. 148.

19 Buendía García, Luis et Antonio Sanabria Martín, « Entre el cambio y la continuidad. El primer gobierno del Frente Amplio (2004-2011) », in Luis Buendía García et al. (eds.), ¿ Alternativas al neoliberalismo en América latina  ? Las políticas económicas en Venezuela, Brasil, Uruguay, Bolivia y Ecuador, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2013, p. 118

20 Olesker, Daniel, « Un modèle économique en mutation  ? L’Uruguay dans le contexte économique régional et international », Problèmes d’Amérique latine, n°  74, 2009, p.  65.

21 Quiñones, Maria et Marcos Supervielle, « L’action sociale du gouvernement du Frente Amplio », Problèmes d’Amérique latine, n°  74, 2009, p. 79.

22 Moreira, Carlos, Apuntes sobre el primer gobierno del Frente Amplio en Uruguay (2005-2010), Olivos, Editorial El GrilloSí  !, 2010, p. 74.

23 Chasquetti, Daniel « El secreto del éxito  : presidentes y cárteles legislativos en el Uruguay (1995-2010) », Revista Uruguaya de Ciencia Política, vol.  20, n°  1, 2010, p. 9-31.

24 Cepal, Uruguay, Estudios económicos de América latina y Caribe 2010-2011, 2011, p. 6.

25 Moyenne calculée à partir de ibid, loc.cit.

26 Les investissements directs à l’étranger (IDE) reçus par l’Uruguay sont passés de 393 millions de dollars en moyenne, entre 2000 et 2004, à 2 528 millions de dollars en 2011. Cf. Buendía García, Luis et Antonio Sanabria Martín, op.cit, p. 135.

27 Keeler, John, op. cit., p. 454-456.

28 Moreira, Carlos, op. cit., p. 126.

29 Capdevila, Luc. Une guerre totale : Paraguay (1864-1870). Essai d’histoire du temps présent, Rennes, PUR, 2007, p. 69 sq.

30 Hernandez Sanchez, Ana Isabel, « Paraguay », in Manuel Alcantara Saez et Flavia Freidenberg (eds.), Partidos políticos de América latina : Cono Sur [2001], Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2003, p. 361-362.

31 Galeano, Luis, « Fin de la hegemonía liberal y reconquista de la hegemonía colorada », Revista Paraguaya de Sociología, n°  135, 2009, p. 31-52.

32 Les plus tristement célèbres d’entre eux ont été Josef Mengele, l’«  ange de la Mort », et Eduard Roschmann, le «  boucher de Riga ». Cf. Neri Farina, Bernardo, El último suprema. La crónica de Alfred Stroessner, Asunción, El lector, 2003, p. 318-319.

33 Sartori, Giovani, op. cit., p. 285.

34 Nickson, Andrew, « Tiranny and Longevity  : Stroessner’s Paraguay », Third World Quarterly, vol.  10, n°  1, 1988, p. 240-242.

35 Tilly, Charles, « La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé [1985] », Politix, vol. 13, n° 49, 2000, p. 97-117.

36 Neri Farina, Bernardo, op. cit., p. 312-315, 320-323 et 335-346.

37 Nickson, Andrew, « El régimen de Stroessner (1954-1989) », in Ignacio Telesca (dir.), Historia del Paraguay, Asunción, Santillana, 2011, p. 278-279.

38 Ibid, p. 291.

39 Larrouqué, Damien, « Paraguay en la encrucijada. Un país hacia el fortalecimiento democrático », LAOE 2013/4 de l’OPALC, 2015, p. 74-82.

40 Soares, Camilo, « El gatopardismo de la oligarquía paraguaya », Novapolis, n°  4, 2009, p. 57-58.

41 Linz, Juan et Alfred Stepan, Problems of democratic transition and consolidation  : Southern Europe, South America, and Post-communist Europe, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1996, p. 55-65.

42 Ibid., p. 57.

43 Lezcano, Carlos et Carlos Martini, « ¿ Es posible la transición pactada en el Paraguay  ? Fuerzas armadas y partidos políticos en la coyuntura » [1991], Revista Paraguaya de Sociología, n° 132/133, 2008, p. 15-41 & Galeano, Luis A. « ¿De la apertura otorgada a la transición pactada  ? », Revista Paraguaya de Sociología, n° 131, 2008, p. 53-68.

44 Linz, Juan et Alfred Stepan, op. cit., p. 72-76.

45 Face aux mesures d’isolement diplomatique engagées par ses anciens alliés (États-Unis, Argentine, Brésil), le pays a alors recouvré un appui international auprès de la junte taïwanaise. Cf. Abente Brun, Diego, « Límites y posibilidades  : perspectivas de democratización en el Paraguay » [1988], Revista Paraguaya de Sociología, n° 131, 2008, p. 11-35.

46 Linz, Juan et Alfred Stepan, op. cit., p. 76-77.

47 Laterza, Gustavo, « Legitimidad y legalidad en el nuevo contexto político paraguayo » [1989], Revista Paraguaya de Sociología, n° 131, 2008, p. 69-84.

48 Simón, José Luis, « El Paraguay después de Stroessner  : ¿De la transición incompleta a la democracia  ? » [1989], Revista Paraguaya de Sociología, n° 131, 2008, p. 85-124.

49 Morínigo, José N. « La transición circular », Novapolis, n° 1, 2002, p. 4-19.

50 Palau Viladesau, Tomás, « Transición a la “democracia” y hegemonía militar en el Paraguay » [1991], Revista Paraguaya de Sociología, n°  132/133, 2008, p. 75-90 & Riquelme, Marcial Antonio, « Desde el stronismo hacia la transición  : el papel del actor militar » [1993], Revista Paraguaya de Sociología, n° 132/133, 2008, p. 43-73.

51 Arditi, Benjamín, « Elecciones y partidos en el Paraguay de la transición », Revista Mexicana de Sociología, vol.  52, n° 4, 1990, p. 83-98.

52 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.

53 Cano Radil, Bernardino, « Constitución de 1992 y la interacción Ejecutivo/Congreso. Obstáculos jurídicos culturales para fortalecer la gobernabilidad democrática de la República del Paraguay », in Gabriela Dalla-Corte Caballero (dir.), Estado, Nación e Historia en el Bicentenario de la independencia del Paraguay, Asunción, Intercontinental Editora, 2012, p. 213-239.

54 Abente Brun, Diego, « Después de la dictadura », Ignacio Telesca (dir.), Op. cit., p. 295-313 & Lambert, Peter « Decade of Electoral Democracy  : Continuity, Change and Crisis in Paraguay », Bulletin of Latin American Research, vol.  19, n°  3, 2000, p. 379-396.

55 Morínigo, José, « Clientelismo y padrinazgo en la práctica patrimonialista del gobierno en el Paraguay », Revista Paraguaya de Sociología, n°  132/133, 2008, p. 203-224.

56 Sondrol, Paul, « Paraguay  : a Semi-Authoritarian Regime  ? », Armed Forces & Society, vol.  34, n° 1, 2007, p. 46-66.

57 Sondrol, Paul, « Paraguay and Uruguay  : Modernity, Traditon, and Transition », Third World Quarterly, vol. 18, n° 1, 1997, p. 109-125.

58 Mendoca, Daniel, Democracia vulnerable. Un estudio sobre el sistema político paraguayo, Asunción, Intercontinental Editora, 2010.

59 Lors des élections générales d’avril 2013, l’Organisation des Etats américains (OEA) a notamment mis en évidence et dénoncé des cas d’achat de vote, de suffrage collectif contraint (corralones) ou encore de retención de cédulas. Relativement répandue dans les zones rurales contrôlées par les sections locales de l’ANR ou du PLRA, cette pratique consiste à monnayer la pièce d’identité de l’électeur que l’on soupçonne de sympathie envers le parti adverse, de sorte qu’il ne puisse exercer son devoir électoral. Cf. OEA, Informe de la Misión de Observación Electoral  : elecciones generales del 21 de abril 2013 en la Republica del Paraguay, Washington DC, 2014, p. 39-41 et 43.

60 Au Paraguay, l’affiliation partisane s’apparente à une identité de caractère organique transmise de génération en génération. Le fanatisme pousse parfois encore les plus irréductibles à peindre le caveau familial aux couleurs de leur parti  : rouge pour l’ANR, bleu pour le PLRA, ou encore vert à l’époque du parti révolutionnaire febrériste (années 1940-1950)  ! Symbole de neutralité, le blanc n’est réservé qu’aux seuls hommes d’Église. Le reste de la communauté sociale se doit d’afficher son allégeance par une unicité chromatique immédiatement identifiable (vêtements, façades, ornementations, diverses). Cf. Boidin, Capucine et Renée Fregosi, « Fernando Lugo, prêtre, karai et président  : la fin du bipartisme au Paraguay  ? » in Georges, Couffignal (dir.) Amérique latine  : la nouvelle donne politique et économique, Paris, La Documentation française, 2009, p. 72-73.

61 Morínigo, José, op. cit., 2008, p. 206-209.

62 Lachi, Marcello, « Construir clientela. Llave del éxito electoral en Paraguay », Revista Paraguaya de Sociología, n° 132/133, 2008, p. 191-202.

63 Ybáñez, Marcos, Lugo, Asunción, s.n, 2013, p. 43.

64 Abente Brun, Diego, « Paraguay en el umbral del cambio », Revista de Ciencia Política, vol. spécial, 2007, p. 221-233 & Palau Viladesau, Tomás, « Las buenas intenciones no bastan  : ¿ Es el proyecto Lugo sólo un nuevo intento  ? », Novapolis, n° 2, 2007, p. 63-74.

65 Abente Brun, Diego, « Paraguay  : ¿ Jaque Mate  ? », Revista de Ciencia Política, vol. 28, 2008, n° 1, p. 334.

66 Morínigo, José, « De la quietud a los nuevos procesos  : sus efectos políticos », Novapolis, n° 2, 2007, p. 14.

67 Boidin, Capucine et Renée Fregosi, op. cit., p. 74-76.

68 Uharte Pozas, Luis Miguel, « El Gobierno de Lugo  : transición, cambio político y nueva ecuación democrática », Novapolis, n°  4, 2009, p. 11-36.

69 Abente Brun, Diego, « Paraguay  : crecimiento económico, conflicto social e incertidumbre política », Revista de Ciencia Política, vol.  32, n° 1, 2012, p. 230.

70 Précisons que les exportations de soja ont représenté, en 2008, un chiffre record de 4,5 milliards de dollars. Cf. Gonzáles Bozzolasco, Ignacio, « ¿ Bonapartismo a la paraguaya  ? », Novapolis, n° 4, 2009, p. 45, note n° 14.

71 Centurión, Mario, ¿ Tiene Futuro el Paraguay  ? De Andrés Rodríguez a Horacio Cartes o Efraín Alegre, Asunción, Servilibro, 2013, p. 38-42.

72 Brugnoni, Pablo, « Paraguay 2008  : estruendos cambios, silenciosas permanencias », Revista de Ciencia Política, vol.  29, n° 2, 2009, p. 585.

73 Breceda, Karla et al., « Latin America and the Social Contract : Patterns of Social Spending and Taxation », Population and Development Review, vol. 35, n° 4, 2009, p. 725.

74 Turner, Brian, « Paraguay  : muchas novedades y poco cambio », Revista de Ciencia Política, vol. 30, n° 2, 2010, p. 444.

75 Hetherington, Kreeg, « La contrarreforma agraria en Paraguay », in Guillermo Almeyra et al. (eds.), Capitalismo  : tierra y poder en América latina (1982-2012), vol. 1. Mexico, UNAM, 2014, p. 173-214.

76 Duarte Recalde, Liliana Roció, « Paraguay  : interrupción al proceso de consolidación de la democracia », Revista de Ciencia Política, vol.  33, n° 1, 2013, p. 303-324.

77 Keeler, John, op. cit., p. 472-477.

78 McDonald, Ronald H. et Martin, Weinstein, « Uruguay  : Balancing growth and democracy », in Harvey Kline, et Howard Wiarda (eds.), Latin American Politics and Development, Boulder, Westview Press, 2011, p. 304-324.

79 Sondrol, Paul. « Paraguay  : Challenges in Democratic Consolidation », in Harvey, Kline et Howard Wiarda (eds.), p. 325-344.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Source : élaboration personnelle
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70712/img-1.png
Ficheros image/png, 106k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Damien Larrouqué, « Etat de grâce et fenêtre d’opportunité politique : Les victoires historiques de Vázquez (Uruguay) et Lugo (Paraguay) en perspective comparée », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Aula virtual, Puesto en línea el 06 junio 2017, consultado el 26 septiembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70712

Inicio de página

Autor

Damien Larrouqué

ATER à Paris II Panthéon-Assas, docteur associé au CERI/Sciences Po, membre de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC/Sciences Po).
damien.larrouque@sciencespo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página