Navigation – Plan du site
Romain Robinet

L’esprit et la race. Le mouvement étudiant face à la Révolution mexicaine (1910-1945)

Thèse d’histoire soutenue le 9 juin 2015 à l’École doctorale de Sciences Po, ayant obtenu la mention « Très honorable avec les félicitations du jury », sous la codirection d’Emmanuelle Loyer et d’Olivier Compagnon.
Composition du jury :
Olivier Compagnon, Professeur, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle
Marc Lazar, Professeur, IEP de Paris
Annick Lempérière, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure
Emmanuelle Loyer, Professeure, IEP de Paris
Françoise Martinez, Professeure, Université de La Rochelle, rapporteure
Pablo Yankelevich, Professeur-chercheur, El Colegio de México
El espíritu y la raza. El movimiento estudiantil ante la Revolución mexicana (1910-1945)
[06/06/2017]

Résumés

Au Mexique, comme en Amérique latine, l’historiographie du cycle contestataire des années 1960-1970 a consacré la figure de « l’étudiant révolutionnaire ». À l’inverse, « l’étudiant en situation révolutionnaire » n’a fait l’objet que de bien peu d’analyses. La Révolution mexicaine, de la fin des années 1910 au début des années 1940, vit pourtant l’éclosion d’un puissant mouvement étudiant, organisé et représentatif, inséré dans les relations internationales, semblable en apparence à ses homologues européens ou latino-américains. Toutefois, à la différence de ces derniers, le mouvement étudiant mexicain se conçut et se forma en relation étroite avec un phénomène majeur : la Révolution.
Durant cette période, les dirigeants étudiants s’organisèrent et se mobilisèrent au nom de la Revolución. La critiquant ou la défendant, ils la propagèrent par leurs voyages, leurs congrès et leurs organisations, au Mexique et dans l’espace ibéro-américain. Ils contribuèrent ainsi à la circulation transnationale de cette expérience révolutionnaire en Amérique latine et en Espagne. Ils formulèrent, dans le même temps, une vision révolutionnaire de la réforme des universités et des écoles, insistant sur l’éducation populaire et la politisation des savoirs. Animés par une vision racialiste du monde social, ces étudiants se mobilisèrent aussi au nom de la « race ibéro-américaine », à laquelle la patrie mexicaine appartenait. La Révolution fut pour eux autant un phénomène de régénération raciale qu’une expérience politique inspirée de modèles européens parfois contradictoires, tels que le nationalisme, le socialisme, le coopérativisme ou le catholicisme social. La radicalisation de la Révolution et le projet d’« éducation socialiste », durant les années 1930, contribuèrent toutefois à diviser grandement le mouvement étudiant. Sa désagrégation progressive correspondit à la fin de la Révolution.
S’inscrivant dans une histoire globale, cette thèse invite à repenser la formation des mouvements étudiants dans l’espace euro-américain et est autant une contribution à la dénationalisation du récit révolutionnaire, qu’une analyse du concept de « race » au Mexique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce travail analyse l’émergence, l’apogée et l’étiolement du premier mouvement étudiant mexicain à vocation représentative. Œuvre de générations successives, de groupes politiques et religieux rivaux, d’élèves provenant d’écoles universitaires, normales ou techniques, masculines ou féminines, ce mouvement réussit pourtant à se structurer nationalement au début du siècle passé et contribua à élargir la sphère des relations internationales étudiantes, jusqu’alors dominée par la vieille Europe. Comme ses homologues européens ou latino-américains, ce mouvement se construisit à l’issue d’un long processus, initié à la fin du dix-neuvième siècle. Néanmoins, à la différence des autres unions nationales étudiantes de l’espace euro-américain, ce mouvement se forgea en relation étroite avec un phénomène majeur : la Révolution.

2Ainsi, le premier mouvement étudiant massif et pérenne que connut le Mexique contemporain ne saurait se comprendre sans examiner ses liens avec la « première révolution du vingtième siècle », avec les acteurs qui surent l’orienter et avec les idéaux nationalistes et socialistes qui purent lui donner un sens. Les bornes du sujet sont à la fois celles de la Révolution, entendue dans son acception large (dans la lignée des travaux de William Beezley), et du mouvement étudiant organisé : 1910 fut la date du Premier congrès national étudiant et celle des soulèvements qui donnèrent ensuite vie à la révolution madériste. L’année 1945 ne marqua pas seulement la fin de la Seconde Guerre mondiale à laquelle le Mexique révolutionnaire participa : elle correspondit aussi à la fin du droit d’« intervention » des étudiants au sein de l’Université nationale autonome, droit conquis à l’issue de décennies de lutte. Cette date inaugura par ailleurs un bref renouveau démocratique en Amérique latine et conduisit les dirigeants de la Révolution mexicaine à enterrer le dernier grand projet radical porté par Calles puis Cárdenas, « l’éducation socialiste », utopie qui avait divisé et affaibli profondément le mouvement étudiant.

3Durant cette période, les représentants de la « classe étudiante » firent peu à peu de cette dernière une catégorie identifiable et un acteur légitime du processus révolutionnaire, apportant ses réponses non seulement aux questions corporatives et éducatives mais aussi aux problèmes sociaux, politiques et raciaux qu’affrontaient les élites de la jeune nation. Ces étudiants se mobilisèrent au nom de la Révolution, parfois contre les gouvernements émanant d’elle. Ils contribuèrent, par leurs voyages et leurs organisations, à la circulation transnationale de cette expérience révolutionnaire en Amérique latine et en Espagne. Ces étudiants effectuèrent, en somme, une « révolution dans la révolution ».

4Durant le temps qui m’est imparti, j’évoquerai premièrement la genèse de ce travail. Je reviendrai ensuite sur les méthodes employées et la manière dont s’est construit cette recherche. J’exposerai enfin ses principaux résultats, avant de conclure et de laisser place à vos commentaires et à la discussion.

Genèse du sujet

5Ce sujet a pour origine première un travail antérieur, qui portait sur les « années 68 » au Mexique, plus précisément sur l’émergence des premières guérillas urbaines, à travers l’analyse de la plus importante d’entre elles, la Ligue communiste du 23 septembre. Les membres de cette organisation, fondée en 1973, étudiants pour la plupart, professaient un marxisme guerrier et prétendument pur. Ce qui m’avait le plus intéressé était sans doute la « thèse de l’Université – usine », développée par le dirigeant de l’organisation, Ignacio Salas Obregón, un ancien étudiant du « Tec » de Monterrey, formé par les jésuites et devenu exégète de Lénine. Selon cette « thèse », l’enseignement universitaire était conçu comme un processus majeur de l’accumulation capitaliste. Les étudiants, en conséquence, pouvaient acquérir un « caractère prolétarien » et devenir un sujet révolutionnaire. Cette conception, qui s’apparentait à un tour de force idéologique, m’a donc conduit à m’intéresser initialement aux liens pouvant exister entre les universités, le marxisme et la société au Mexique.

6Néanmoins, après le passage de l’agrégation, dont l’une des questions portait sur l’idée et la conscience européennes durant l’entre-deux-guerres, je décidai de changer de période et d’interroger le premier vingtième siècle mexicain : après avoir analysé la figure de l’étudiant révolutionnaire durant les années 1960-1970, il me semblait pertinent de faire « un saut de tigre dans le passé » et d’appréhender les étudiants « en situation révolutionnaire », c’est-à-dire face à une « véritable » révolution sociale, la Révolution mexicaine, décrite respectivement comme « populaire » et « hégémonique » par les historiens anti-révisionnistes (comme Alan Knight) et post-révisionnistes (comme Mary Kay Vaughan). « Fiction acceptée » selon François-Xavier Guerra, « mythe, mémoire, histoire et concept » d’après la quadrilogie de Luis Barrón, cette « révolution culturelle » devait avoir eu nécessairement, selon mon hypothèse première, un sens particulier pour les étudiants en costume trois pièces qui peuplaient les photographies des frères Casasola et qui, d’après nombre de mes interlocuteurs, universitaires ou profanes, avaient tous été « réactionnaires ».

Figure 1 – La préparation du second congrès national étudiant : un événement politique (1918)

Figure 1 – La préparation du second congrès national étudiant : un événement politique (1918)

Source : El Universal, 30/01/1918.

7Je formulai donc un premier projet portant non pas sur le « mouvement » mais sur le « monde étudiant » et la société mexicaine. Ce projet, que je présentai en 2009-2010 à Emmanuelle Loyer et à Olivier Compagnon, était informé essentiellement par des sources secondaires…et le contact avec les archives le fit très rapidement évoluer : le « monde étudiant » se réduisit au « mouvement » qui le structurait, mouvement qui par ailleurs, m’apparut très tôt comme un acteur des relations internationales. Dans les sources, la Révolution apparaissait de plus, aux yeux des étudiants, comme un phénomène tutélaire et transcendant.

8Je décidai donc finalement de confronter les deux termes qui jusque-là avaient semblé s’exclure, « le mouvement étudiant » et « la Révolution ». Mon objectif fut dès lors d’écrire à la fois une histoire révolutionnaire du mouvement étudiant et une histoire étudiante de la Révolution mexicaine.

Méthodes

9Dans ce cadre, ma démarche fut la suivante. J’ai d’abord croisé les outils et méthodes de deux historiographies qui s’ignoraient largement, celle portant sur les mouvements étudiants, et celle interrogeant la Révolution mexicaine. Ce croisement n’a pas été chose aisée. Les historiens de la Révolution, en particulier les tenants de la « nouvelle histoire culturelle », étudiaient alors essentiellement la construction du nouvel État révolutionnaire, en analysant les multiples négociations entre les agents du pouvoir et les groupes dits « subalternes ». Or, les étudiants n’étaient ni les agents de l’État ni « ceux d’en bas » (c’est-à-dire les indigènes, les ouvriers et les paysans). Ils semblaient former, selon moi, un groupe intermédiaire, une communauté masculine de destin et d’étude marquée principalement par l’appartenance scolaire et disciplinaire. Ces acteurs, illégitimes pour de nombreux historiens de la Révolution, apparaissaient à l’inverse des plus légitimes pour les analystes du second vingtième siècle ou pour ceux qui travaillaient sur l’histoire de l’Université Nationale (à l’instar de Javier Garciadiego et Donald Mabry). Il était donc nécessaire de faire sortir à la fois ces étudiants de leurs tours d’ivoire et du carcan des « années 68 ». Pour ce faire, je me fondai sur l’historiographie française des mouvements étudiants, notamment sur les travaux du GERME, lesquels offraient une perspective séculaire, intergénérationnelle et internationalisée. Ce travail a, dès lors, fait dialoguer les questionnements d’une historiographie étudiante, surtout écrite en langue française, et celles d’une historiographie révolutionnaire, majoritairement écrite en espagnol et en anglais.

10De manière plus générale, j’ai fait appel aux méthodes d’une histoire définie comme indissociablement « sociale et culturelle », attentive à l’historicité, une « histoire sociale des représentations », qui considère ces dernières comme les matrices de l’agir. L’enjeu était de pénétrer les systèmes de représentation des générations étudiantes qui prétendaient parler au nom de la « jeunesse » et de la Révolution. Il était impérieux d’analyser leurs écrits et les écrits des penseurs qui les inspiraient, afin d’éclairer leurs actions. Plusieurs concepts employés par les acteurs, comme « génération », « mouvement étudiant », « Réforme Universitaire », « Révolution », devaient ainsi être historicisés. Cette histoire emprunta donc aussi à l’histoire des concepts, initialement formulée par Otto Brunner.

11Et les concepts centraux de ce travail sont finalement apparus après un cheminement tortueux dans l’univers intellectuel des dirigeants étudiants. À la question périlleuse résultant de la confrontation entre deux concepts forgés de manière antagonique par les historiens, la « Révolution » et le « mouvement étudiant », il m’est apparu nécessaire d’opérer un déplacement et de répondre par deux concepts indissociables dans la pensée des acteurs, « l’esprit et la race ». Ce retour à la race fut encouragé par le renouveau des études portant sur le racialisme dans l’espace euro-américain, notamment par les travaux de David Marcilhacy et de Pablo Yankelevich, ici présent.

12Le mot raza renvoyait alors aussi bien à la nation qu’aux sous-groupes la constituant (créoles, métis, « races indigènes »). À l’échelle internationale, la notion expliquait les rivalités séculaires entre États : la lutte entre « anglo-saxons » et « latins », dépeinte comme une grande « lutte des races ». Selon cette vision du monde, le Mexique appartenait à une « race » protectrice dite « latino- », « hispano- » ou « ibéro-américaine », elle-même fille de la « race latine »… « Race » dont les piliers étaient l’histoire, la langue, la culture, les liens du sang et – pour les catholiques – la religion. Cette « race » qu’invoquaient rituellement les étudiants de part et d’autre de l’Atlantique, n’était pas donc seulement une entité culturelle. Elle était aussi biologique. Elle était culturelle parce qu’elle était biologique. Parce que, comme l’expliquait Gustave Le Bon, « il [n’était] rien d’aussi stable dans une race que le fond héréditaire de ses pensées ».

13Cette histoire des concepts et des représentations fut aussi, pour moi, une histoire sociale et politique. Attentif aux discours et pratiques des dirigeants étudiants, j’ai essayé d’identifier systématiquement leurs auteurs, en retraçant leur carrière politico-étudiante, en m’intéressant à leur multi-positionnement et en observant leurs relations avec les autres acteurs politiques révolutionnaires.

14Suivre ces étudiants à la trace, notamment quand ils partaient vers le Sud du Continent ou vers la « Mère Espagne », m’a rapidement conduit à faire appel aux outils élaborés par les historiens des relations internationales et par les tenants de l’histoire globale. J’ai donc été conduit à étudier la diplomatie culturelle déployée par ces « étudiants ambassadeurs ». J’ai dû aussi analyser les « premières rencontres », pour reprendre le langage de « l’histoire connectée », entre les étudiants mexicains et leurs homologues espagnols ou chiliens, en confrontant parallèlement leurs représentations et en comparant leurs mouvements (« l’histoire comparée » se justifiant ici par les comparaisons faites par les acteurs eux-mêmes). Cette nécessaire prise en considération de l’échelle internationale s’expliquait par la « conscience de la globalité » (pour reprendre l’expression de Roger Chartier), que possédaient ces générations intellectuelles, lesquelles travaillaient à l’union étudiante du Mexique comme à celle de l’Amérique latine. La perspective scalaire que j’adoptai était donc la leur. Et il y eut logiquement un effet de retour : cette « conscience de la globalité » m’a invité à être attentif aux circulations d’idées et de modèles, aux transferts politiques et culturels, qui refaçonnèrent continuellement des notions trop souvent réifiées comme la « Révolution mexicaine » et « la Réforme Universitaire ».

Figure 2 – Les « étudiants ambassadeurs »

Figure 2 – Les « étudiants ambassadeurs »

Source : El Universal, 13/09/1918.

15Je mentionne enfin un troisième aspect méthodologique, fondamental, en revenant sur la constitution de mon corpus d’archives. Très peu étudié, le premier mouvement étudiant mexicain a aussi laissé peu de traces derrière lui : les rixes entre étudiants ont quasiment réduit à néant les archives internes aux organisations représentatives. Pour combler ce manque, j’ai consulté, lors de mes séjours au Mexique, les archives d’acteurs externes au mouvement étudiant : celles de l’État, de l’Église, de l’Université, celles aussi d’intellectuels qui avaient été étudiants et continuèrent ensuite de prendre part à la politique universitaire. Écho des revendications de la jeunesse des écoles, la presse a aussi été utilisée comme une source sérielle. La collecte des revues étudiantes m’a finalement conduit jusqu’à Berlin, où la bibliothèque de l’Ibero-Amerikanisches Institut, qui m’a accueilli à l’été 2013, s’est révélée, sur ce point, une véritable mine d’or.

Résultats

16J’en viens maintenant à ce que je considère comme les principaux apports de cette recherche. Le premier d’entre eux s’inscrit dans une histoire séculaire et globale des mouvements étudiants. L’histoire étudiante ne peut évidemment se réduire aux « années 68 » et son interprétation doit prendre en compte les différentes temporalités du vingtième siècle, siècle de la « mise en mouvements » des étudiants. Dans le cas mexicain, la Révolution a indéniablement facilité l’éclosion du premier mouvement étudiant représentatif. J’ai voulu montrer que ce mouvement s’était construit par les actions successives des étudiants de tout le pays, en particulier catholiques, mais aussi grâce au soutien matériel et moral des élites révolutionnaires (hommes politiques, patrons de presse, recteurs ou diplomates). Cette symbiose (entre étudiants et révolutionnaire) dura jusqu’en 1929, au moment où le mouvement étudiant profita de la faiblesse de l’Exécutif pour lui arracher l’autonomie de l’Université nationale. À partir de cette date, le mouvement étudiant, tout en demeurant un acteur singulier de l’éducation populaire, s’opposa aux nouvelles réformes éducatives qui cherchaient à redéfinir l’école de la Révolution. Alors que ses différentes composantes (universitaires, techniques et normales) s’autonomisaient, ce mouvement finit par se diviser politiquement entre partisans de la « liberté d’enseignement » et thuriféraires de « l’éducation socialiste ». Ces cycles de symbiose, d’opposition et de division pourraient permettre de repenser le vingtième siècle étudiant mexicain dans son ensemble.

17J’ai insisté par ailleurs sur l’horizon global et ibéro-américain de ce mouvement, dont la perspective première était de former une union nationale afin de pouvoir participer à la sphère des relations internationales étudiantes. J’ai aussi analysé le fonctionnement de ces internationales éphémères que furent la Confédération ibéro-américaine des étudiants (la CIADE) et sa rivale catholique, la CIDEC, toutes deux animées par un anti-impérialisme viscéral. Ces organisations firent du Mexique un pôle majeur des relations internationales étudiantes, et permirent la circulation, parfois critique, de la Révolution mexicaine en terre ibéro-américaine.

18En conséquence, et c’est là mon second point, cette thèse se veut aussi une contribution à une histoire transnationale de la Révolution mexicaine. J’ai cherché à « dénationaliser » le récit de cette révolution nationaliste, en montrant comment les étudiants qui parlaient en son nom scrutaient avec attention les expériences sociales et politiques qui essaimaient sur les ruines de la vieille Europe, du coopératisme de Charles Gide à la doctrine sociale de l’Église, en passant par les fascismes et la « grande lueur à l’est » du bolchevisme.

19Plus spécifiquement, la Révolution mexicaine, dans sa dimension éducative, s’est avérée compatible avec la « Réforme Universitaire ». Or, cette réforme était largement la résultante de circulations d’idées et de modèles éducatifs dans l’espace euro-américain. Par-delà ses formes (« université populaire », « brigades culturelles », « service social »), cette « révolution éducative » avait pour finalité principale de forger « l’âme de la patrie », « l’esprit de la race », ce qui me conduit à souligner le troisième et dernier apport de ce travail qui s’inscrit in fine dans ce que Jean-Frédéric Schaub appelle une « histoire politique de la race ». Cette race aux contours différents, selon que ses apôtres fussent des adeptes de l’indo-américanisme ou de l’hispanité, peut être considérée comme le concept central de cette thèse. Elle donna sens à l’action révolutionnaire des étudiants et permet, en retour, de qualifier la Révolution mexicaine de « révolution raciale ». Lecteurs de Rodó ou de Vasconcelos, les étudiants mexicains se mobilisèrent systématiquement au nom de cette communauté imaginée, célébrée publiquement chaque 12 octobre.

Figure 3 – Le culte du 12 octobre

Figure 3 – Le culte du 12 octobre

Source : Don Quijote, n° 17, octobre 1933.

20Ainsi, les multiples appels à la fondation d’une union étudiante avaient pour but de regrouper les forces intellectuelles d’un pays qui se vantait d’être « le gardien de la race ». De même, à l’échelle internationale, les efforts faits pour unir les étudiants ibéro-américains avaient pour finalité le « salut de la race ». De manière plus saillante encore, le mouvement étudiant de mai 1929 eut pour origine immédiate une opposition sourde à des examens écrits, jugés par nature contraire à « l’idiosyncrasie de [la] race ».

21Par ailleurs, les générations étudiantes qui se proclamaient révolutionnaires désiraient « forger leur patrie » par la « fusion raciale » et plaidaient pour l’incorporation de l’Indien, figure ethnique patrimoniale, mais aussi pour l’exclusion ferme des allogènes orientaux, Chinois et Syro-Libanais. Un consensus racial exista donc parmi ces élites en devenir, d’obédience socialiste ou catholique. Il se déchira à partir de 1936 quand la « Mère Espagne », matrice de la race, sombra dans la violence de la guerre civile. Les étudiants socialistes accusèrent dès lors les rebelles espagnols d’être des « traîtres à la race » quand les étudiants catholiques et leurs homologues ibéro-américains célébraient la résurgence d’une « race hispanique » et « spirituelle ».

22Cette race avait pourtant été l’ossature du système de représentations des élites mexicaines et une source de légitimité pour les politiques indigénistes, eugénistes ou migratoires. Elle était même l’argument central d’une politique étrangère qui prêchait le rapprochement des pays du continent où s’épanouissait la « race ibéro-américaine ». Les étudiants, comme les autres révolutionnaires mexicains, agirent avec audace pour « défendre » et « améliorer la race ». C’est en ce sens qu’il est possible d’analyser l’ensemble des transformations politiques et sociales du premier vingtième siècle mexicain, à partir du cas étudiant, comme une « révolution raciale ».

Conclusion

23En guise de conclusion, qu’il me soit permis ici de franchir le rubicond de la « neutralité axiologique » pour évoquer l’actualité et la mémoire des quarante-trois étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa, dont la disparition est survenue alors que j’écrivais les derniers chapitres de cette thèse. Si la violence contre les étudiants au Mexique ou en Amérique latine n’est pas chose nouvelle, elle semble manifestement s’être déréglée dans un pays où l’État n’a plus entièrement le monopole d’une violence de fait illégitime. Face à l’émotion présente, l’historien est somme toute démuni. Ces étudiants, bien plus jeunes que l’auteur de cet exposé, ont vraisemblablement perdu la vie comme les jeunes congressistes assassinés par les sbires de Calles en 1935 à Monterrey. La seule analogie qui puisse être faite ici est qu’ils payèrent, comme l’avaient écrit les membres de la Confédération nationale des étudiants en 1935 pour rendre hommage à leurs martyrs, « le prix de la liberté ».

Figure 4 – « Le prix de la liberté » (1935)

Figure 4 – « Le prix de la liberté » (1935)

Source : CNE, El XII Congreso Nacional de Estudiantes, Mexico, CNE, 1936.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La préparation du second congrès national étudiant : un événement politique (1918)
Légende Source : El Universal, 30/01/1918.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 – Les « étudiants ambassadeurs »
Légende Source : El Universal, 13/09/1918.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3 – Le culte du 12 octobre
Légende Source : Don Quijote, n° 17, octobre 1933.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 4 – « Le prix de la liberté » (1935)
Légende Source : CNE, El XII Congreso Nacional de Estudiantes, Mexico, CNE, 1936.
URL http://nuevomundo.revues.org/docannexe/image/70717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Robinet, « L’esprit et la race. Le mouvement étudiant face à la Révolution mexicaine (1910-1945) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70717

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

Agrégé et docteur en histoire, est chercheur postdoctoral à l’EHESS (Mondes Américains, équipe CERMA). Il travaille sur l’histoire sociale et politique du Mexique contemporain.
romain.robinet@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page