Skip to navigation – Site map
Debates | 2017
Polices urbaines recomposées – Les alcaldes de barrio dans les territoires hispaniques, XVIIIe-XIXe siècle – Coord. Arnaud Exbalin et Brigitte Marin
Arnaud Exbalin and Brigitte Marin

Polices urbaines recomposées – Les alcaldes de barrio dans les territoires hispaniques, XVIIIe-XIXe siècle

[06/06/2017]

Full text

  • 1 Sur le nouvel intérêt historiographique pour les polices au début des années 2000, voir Milliot, Vi (...)
  • 2 Sur l’importance des circulations européennes dans l’adoption de ces réformes, voir notamment : Den (...)

1Les recherches sur les polices d’Ancien Régime ont connu, depuis une quinzaine d’années, un profond renouvellement, à partir d’approches qui, tournées vers l’étude sociale des institutions, à distance d’une vision étroitement politique du maintien de l’ordre, ont mis l’accent sur les acteurs de la régulation sociale dans leur diversité, sur leurs tâches quotidiennes et leurs manières de faire, sur les savoirs administratifs et les techniques mobilisés dans ces fonctions1. En particulier, pour le XVIIIe siècle, ces travaux ont éclairé d’un jour nouveau le vaste mouvement de réformes qui traverse l’Europe entière, dans les années 1760-17902. Cet élan réformateur tend à réduire, progressivement et imparfaitement, dans les grands centres urbains, la pluralité des pouvoirs de police, depuis ceux soutenus par les juridictions royales, municipales, seigneuriales, ecclésiastiques ou militaires, au travers de l’action des tribunaux de justice, jusqu’aux polices de voisinage, exercées au sein des communautés d’habitants et des quartiers, reposant sur des segments de la population enracinés localement, stables et unis par de forts liens d’interconnaissance et de dépendances. En effet, l’exercice des fonctions de police était étroitement lié, sous l’Ancien Régime, aux appareils de justice. L’activité des tribunaux comprenait la formation des procès réguliers, mais aussi des mesures préventives, des jugements sommaires, pour des injures, de petites offenses, des transgressions aux ordonnances, qui constituaient l’essentiel de leurs mesures de police. Surveillance et gestion urbaines étaient également assurées par de multiples auxiliaires, dépendant des tribunaux, des municipalités ou d’autres corps encore, comme les corporations de métiers, avec des degrés d’autonomie et selon des formes juridiques variables.

2Les débats du XVIIIe siècle, à l’échelle européenne, interrogent la sphère même de l’action de la police. La « bonne police » des villes, traditionnelle, était englobante et généraliste ; elle concernait presque tous les domaines de la gestion urbaine : l’abondance des marchés, la salubrité des espaces, les règles de construction, l’organisation des métiers, etc. Le mot « police » prend progressivement un sens plus spécialisé, restreint à la sécurité des biens et des personnes. Les nouvelles ordonnances de police, dans le derniers tiers du XVIIIe siècle, visent en particulier à renforcer le contrôle sur la mobilité des personnes et des biens, dans un contexte de croissance démographique urbaine dû à des flux migratoires accrus. Les réflexions sur la police tendent alors à faire de celle-ci un instrument central de régulation sociale, ciblant en particulier la surveillance et la répression des populations mobiles, des pauvres, des étrangers et des vagabonds.

  • 3 Berlière, Jean-Marc, Denys, Catherine, Kalifa, Dominique et Milliot, Vincent (dir.), Métiers de pol (...)

3La circulation des idées réformatrices débouche, dans divers espaces, sur la mise en place d’une institution proprement chargée des fonctions de police qui capte et concentre, notamment, celles des juges criminels des cours de justice, avec à sa tête un officier spécialisé, proche du gouvernement, dont dépend exclusivement et en propre un personnel rationnellement réparti sur le territoire. Aussi la question de la transformation des « métiers de police », qu’il s’agisse de la création de nouveaux corps d’agents ou de la réorganisation des anciens, est-elle au cœur de cette recomposition des polices modernes. Elle est marquée par l’affirmation de formes de professionnalisation et de spécialisation des personnels, ou encore de nouvelles façons d’intervenir auprès des populations, en particulier dans le cadre de découpages territoriaux remaniés, en développant des pratiques d’écriture inédites et selon des chaînes de commandement redéfinies3.

  • 4 Sur l’émeute madrilène de 1766, voir López García, José Miguel, El motín contra Esquilache. Crisis (...)

4Les territoires hispaniques ne restent pas à l’écart de ce mouvement général. L’amélioration attendue du contrôle social repose en particulier sur la diffusion, dans un grand nombre de villes, de personnels de police appelés alcaldes de barrio : un élément cardinal dans la redéfinition des polices urbaines. Qui sont-ils ? La réforme de police de Madrid introduit en 1768, à la suite de la révolte de 1766 (Motín contra Esquilache), ces nouveaux agents du contrôle urbain sur la base d’un découpage territorial inédit en 64 barrios4. Conformément aux instructions du 21 octobre 1768, ces auxiliaires de police et de justice, élus dans un premier temps par les chefs de famille de leurs ressorts, devaient exercer une vigilance quotidienne dans leurs circonscriptions respectives, ainsi que d’importantes fonctions de médiation et d’accommodement entre les habitants ; ils disposaient d’un pouvoir juridictionnel limité leur permettant d’incarcérer temporairement les fauteurs de trouble, et de compiler les premiers actes avant de passer les affaires les plus importantes au juge de quartier pour les suites judiciaires à donner. Ils ne percevaient pas de salaires, et n’étaient donc pas, du moins dans les premiers temps de leur histoire, des agents professionnalisés.

  • 5 Les études sur les alcaldes de barrio sont en effet restées éparses. Voir notamment Mariluz Urquijo (...)

5Cette charge connaît rapidement une large diffusion dans d’autres contextes urbains hispaniques : en Espagne dès 1769, d’abord dans les villes d’Audience et de Chancellerie (Barcelone, La Corogne, Grenade, Oviedo, Palma, Saragosse, Séville, Valence, Valladolid), puis dans les années suivantes dans l’ensemble des grandes villes de la Monarchie (de Bogota en 1774 à Mexico en 1782, de Buenos Aires en 1772 à Lima en 1785, jusqu’aux marges asiatiques de l’empire comme à Manille). Au total, ce sont plusieurs milliers d’agents qui ont joué un rôle fondamental dans la régulation quotidienne de l’ordre urbain et sur lesquels nous ne savions pratiquement rien5. La réforme madrilène de 1768 pose la question du transfert des modèles policiers. La généralisation dans l’adoption des alcaldes de barrio est-elle la marque de la percée d’une police royale dans les territoires hispanique ou faut-il davantage raisonner en termes de circulation des savoirs administratifs, avec des hybridations, des adaptations et des ajustements en fonction des situations ? Ce questionnement implique un examen attentif des expérimentations locales, parfois précoces, qui ont pu jouer un rôle dans la genèse même du nouveau dispositif madrilène de gestion des hommes et des territoires.

  • 6 Cette publication a été préparée lors d’un atelier tenu à Aix-en-Provence, à la Maison méditerranée (...)
  • 7 Offenstadt, Nicolas, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle, Paris, Stock, 2013  (...)
  • 8 C’est l’un des nouveaux axes d’études privilégié par certains chercheurs spécialistes du politique (...)

6Ce dossier thématique constitue une étape dans la recherche collective consacrée aux systèmes policiers européens (XVIIIe-XIXe siècle), soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche et coordonnée par Vincent Denis6. Il se situe à la croisée de deux chantiers historiographiques. Le premier est celui d’une histoire sociale des polices urbaines qui s’attache au profil des acteurs subalternes de l’ordre urbain, à leurs pratiques sur le terrain, et à leurs interactions avec d’autres agents du contrôle social, qu’ils soient officiers assermentés ou qu’ils relèvent d’autres corps (Eglise, corporations de métier, confréries, communautés de voisinage). L’intérêt d’une telle démarche a été éprouvé ailleurs par des travaux féconds, par exemple sur les petits officiers municipaux à la fin du Moyen Âge, les gardes nocturnes à Londres au XVIIIe siècle ou encore les sergents de ville à Paris au XIXe siècle7. Ces personnages, situés au plus proche des habitants des villes, jouèrent un rôle essentiel dans la diffusion et l’application de la règlementation policière. Leur étude, au cœur du renouvellement du champ politique, est une manière de repenser le rapport entre la norme et les pratiques, en évitant « le double écueil d’une normativité surplombante et de l’empirisme aveugle »8.

  • 9 Sur les échanges entre les organisations de police en Europe et en Amérique, et leur rôle dans les (...)
  • 10 Denis, Vincent et Denys, Catherine (dir.), Polices d’Empires (XVIIIe-XIXe siècles), Rennes, Presses (...)
  • 11 Sur les sens du mot « colonial », voir l’excellente synthèse d’Annick Lempérière, « La « cuestión c (...)

7Le second chantier, plus vaste, relève d’une histoire connectée des savoirs administratifs qui envisage les espaces ultra-marins non comme de simples prolongements de la métropole, mais comme des terrains d’expérimentations diverses où des mesures novatrices de régulation sociale ont été testées, adaptées, reproduites et finalement ont circulé de part et d’autre de l’Atlantique9. Les historiens de la police se sont récemment penché sur la dimension coloniale d’ensembles politiques impériaux, notamment français et anglais à l’époque contemporaine, en soulignant l’hybridation des dispositifs policiers, les résistances des populations autochtones ou encore la dimension coercitive plus marquée dans les colonies que dans la métropole10. Nous voudrions ici prolonger la réflexion en nous focalisant sur la Monarchie catholique, terrain encore mal connu de l’historiographie policière. « Colonial » a-t-il le même sens à Alger au XIXe qu’à Mexico au siècle des Lumières, à Java au début du XXe siècle qu’à La Havane au milieu du XVIIIe siècle ?11 Dans quelle mesure les pratiques déployées par les alcaldes de barrio, qui sont d’abord des agents pacificateurs, sont-elles plus brutales dans les Indes occidentales que dans la péninsule ibérique ?

8Le cadre chronologique retenu couvre plus d’un siècle, à cheval entre les XVIIIe et XIXe siècles, dans l’objectif de montrer que les coupures liées aux périodisations politiques ne sont pas forcément pertinentes pour étudier l’action des agents subalternes du maintien de l’ordre urbain. Si au Mexique et en Argentine, l’alcalde de barrio disparaît avec les indépendances – mais pour renaître sous des formes nouvelles –, en Espagne au contraire, il perdure jusqu’au milieu du XIXe siècle.

9Le dossier, composé de neuf contributions, propose une première reconstruction collective de la circulation de ce « modèle policier » dans les territoires de la monarchie espagnole, entre XVIIIe et XIXe siècle, et des circuits d’information administrative sur lesquels elle s’est appuyée. Les études de cas permettent de comprendre les caractéristiques, les fonctions, les pratiques quotidiennes des alcaldes de barrio à une échelle transatlantique.

10Les cas étudiés, de Madrid aux villes coloniales, sont abordés à travers une série de questions communes relatives aux alcaldes de barrio : l’adaptation de la charge aux circonstances institutionnelles, administratives et sociales locales ; ses transformations, entre XVIIIe et XIXe siècle, du point de vue des fonctions (de justice, de police et d’administration), des compétences et de la professionnalisation ; les relations et articulations avec d’autres corps munis de pouvoirs de police (gardes nocturnes, soldats, alguazils…) ; la construction de l’autorité et de la légitimité de ces agents, en prenant en compte leur représentation au sein de la société urbaine ; les conséquences territoriales de cette implantation, partout appelée à s’inscrire durablement dans les institutions urbaines, avec des variations au cours du temps.

11Lourdes Amigo, à partir de Valladolid, Alvaro París et Mathieu Aguilera, à partir du cas madrilène, montrent comment les alcaldes de barrio traversent les différents régimes politiques pour perdurer jusqu’aux grandes réformes libérales du milieu du XIXe siècle et comment ils cohabitent avec de nouveaux dispositifs comme la Surintendance de police.

12François Godicheau et Dario Barriera nous transportent de l’autre côté de l’Atlantique en se focalisant sur La Havane et Buenos Aires, deux villes qui ont vu surgir de manière précoce, bien avant Madrid, le comisario de barrio, un agent qui présente des caractéristiques très similaires à celles adoptées ensuite par l’alcalde de barrio. Au fil du temps, la fonction judiciaire de ces agents perd en force au profit de ses fonctions proprement policières.

13Marcela Dávalos et Diego Pulido se sont penché sur le cas de la ville de Mexico. Marcela Dávalos a étudié le rôle des alcaldes de barrio dans la lente diffusion d’une police sanitaire dans les faubourgs indigènes de la capitale. Diego Pulido montre comment malgré la disparition de la charge, les fonctions de police de proximité subsistent néanmoins au sein d’un système policier remanié après l’Indépendance du Mexique.

14Brigitte Marin et Arnaud Exbalin se sont enfin attaché à tenter de comprendre la genèse de la réforme madrilène en s’intéressant aux expériences mises en œuvre dans certaines villes espagnoles (comme à Saragosse) et américaines (Mexico-Bogota) pour voir ensuite comment cette réforme a été adaptée localement dans d’autres cités.

15Ces contributions seront publiées en deux volets, d’abord en juin 2017 puis en septembre 2017.

Top of page

Notes

1 Sur le nouvel intérêt historiographique pour les polices au début des années 2000, voir Milliot, Vincent, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54-2, 2007, p. 162-177.

2 Sur l’importance des circulations européennes dans l’adoption de ces réformes, voir notamment : Denys, Catherine, Marin, Brigitte et Milliot, Vincent (dir.), Réformer la police. Les Mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Denis, Vincent (éd.), Histoire des savoirs policiers en Europe (XVIIIe-XXe siècle), n° spécial de la Revue d’histoire des sciences humaines, 19, 2008/2.

3 Berlière, Jean-Marc, Denys, Catherine, Kalifa, Dominique et Milliot, Vincent (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

4 Sur l’émeute madrilène de 1766, voir López García, José Miguel, El motín contra Esquilache. Crisis y protesta popular en el Madrid del siglo XVIII, Madrid, Alianza Editorial, 2006.

5 Les études sur les alcaldes de barrio sont en effet restées éparses. Voir notamment Mariluz Urquijo, José María, La creación de los alcaldes de barrio de Salta, Salta, 1951 ; Aguilar Piñal, Francisco, “Un alcalde de barrio en el Madrid de Carlos IV”, Boletín del Centro de Estudios del siglo XVIII, 6, 1978, p. 31-45 ; Cuesta Pascual, Pilar, “Los Alcaldes de Barrio en el Madrid de Carlos III y Carlos IV”, Anales del Instituto de Estudios Madrileños, XIX, 1982, p. 363-390 ; Guillamón Álvarez, Javier, “Implantación de los alcaldes de barrios en las Islas Canarias”, Investigaciones Históricas, Departamento de Historia moderna de la Universidad de Valladolid, 1979 ; Moreno Cebrían, Alfredo, “Cuarteles, barrios y calles de Lima a fines del siglo XVIII”, Jahrbuch für Geschichte von Staat. Wirtschaft und Gesellschaft Lateinamerikas, 18, 1981, p. 97-161 ; Tuero Bertrand, Francisco, “Alcaldes de cuartel, alcaldes de barrio y autos del buen gobierno en el Oviedo del siglo XVIII”, Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, 80, XXVII, sept.-dic. 1973, p. 737-760. Brigitte Marin a entrepris dans les années 2000 une étude plus systématique des alcaldes de barrio à Madrid et dans la Péninsule ibérique : voir notamment, “Los alcaldes de barrios en Madrid y otras ciudades de España en el siglo XVIII : funciones de policía y territorialidades”, Antropología. Boletín Oficial del Instituto Nacional de Antropología e Historia, 94, janvier-avril 2012, p. 19-31, et « L'alcalde de barrio nelle città spagnole tra la fine del Settecento e l’inizio dell’Ottocento : norme, pratiche, cambiamenti », dans Antionielli, Livio et Levati, Stefano (dir.), Tra polizie e controllo del territorio : alla ricerca delle discontinuità, Convegno internazionale di studi, Abbiategrasso (Milan), 11-13 septembre 2013, Rubbettino, Soveria Mannelli, 2017, p. 359-378.

6 Cette publication a été préparée lors d’un atelier tenu à Aix-en-Provence, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, le 27 juin 2015, dans le cadre du projet ANR-12-BSH3-0004-03 SYSPOE : Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles. Pour plus de détails sur celui-ci, voir http://syspoe.hypotheses.org/

7 Offenstadt, Nicolas, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle, Paris, Stock, 2013 ; Reynolds, Elaine A., Before the Bobbies : The Night Watch and Police Reform in Metropolitan London, 1720–1830, Stanford, Stanford University Press, 1998 ; Deluermoz, Quentin, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris, Paris, Publication de la Sorbonne, 2012.

8 C’est l’un des nouveaux axes d’études privilégié par certains chercheurs spécialistes du politique du laboratoire des Mondes Américains (UMR 8168). Voir les travaux et les activités à venir de l’axe « Le politique à l’épreuve dans les Amériques des XVIe-XXIe siècles » coordonné par Yann Philippe et Geneviève Verdo.

9 Sur les échanges entre les organisations de police en Europe et en Amérique, et leur rôle dans les transferts ou les adaptations des systèmes policiers, voir Denys, Catherine (dir.), Circulations policières, 1750-1914, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

10 Denis, Vincent et Denys, Catherine (dir.), Polices d’Empires (XVIIIe-XIXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

11 Sur les sens du mot « colonial », voir l’excellente synthèse d’Annick Lempérière, « La « cuestión colonial », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Débats, mis en ligne le 08 février 2005, http://nuevomundo.revues.org/437

Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Exbalin and Brigitte Marin, « Polices urbaines recomposées – Les alcaldes de barrio dans les territoires hispaniques, XVIIIe-XIXe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Debates, Online since 06 June 2017, connection on 20 August 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70742

Top of page

About the authors

Arnaud Exbalin

Université Paris Nanterre

By this author

Brigitte Marin

Université d'Aix-Marseille

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page