Navigation – Plan du site
François Bignon

Claudio Tapia Figueroa, Relaciones bilaterales entre Chile y Ecuador : La construcción de la amistad paravecinal (1880-1910)

Valparaíso, Universidad Técnica Federico Santa María, 2016, 181 p.
Référence(s) :

Claudio Tapia Figueroa, Relaciones bilaterales entre Chile y Ecuador : La construcción de la amistad paravecinal (1880-1910), Valparaíso, Universidad Técnica Federico Santa María, 2016, 181 p.

[06/06/2017]

Texte intégral

  • 1 Auparavant l’auteur avait publié La negociación que no fue : Diplomacia chilena en el conflicto ent (...)

1Le Chilien Claudio Tapia poursuit dans sa lancée des études régionales de l’histoire des relations internationales avec cet ouvrage relativement court et suggestif1. L’auteur assume clairement le parti pris de revaloriser l’étude des relations internationales depuis la région Amérique latine, et non exclusivement à travers le prisme des intérêts européens ou nord-américains, même s’il consacre des développements à ces derniers.

  • 2 « Esta consiste en la vinculación estrecha entre países que no limitan entre sí, pero que entre ell (...)
  • 3 « Ecuador es el mejor amigo de Chile en el Pacífico y Perú es su enemigo permanente », p. 161.

2Son étude des relations bilatérales entre le Chili et l’Équateur depuis la guerre du Pacifique aux années 1910 se fonde sur la notion d’amitié de para-voisinage, qui réside dans « la relation étroite entre deux pays qui n’ont pas de frontières communes mais un voisin en commun, ou à défaut, un ennemi en commun »2. La ressemblance de ce concept de para-voisinage avec les alliances de revers chères à la diplomatie française est frappante, mais la notion est particulièrement heuristique pour le continent américain en raison de l’acuité permanente des problèmes frontaliers depuis les indépendances. Dans le cas des relations chileno-équatoriennes, l’hypothèse de Claudio Tapia est que la relation conflictuelle du Pérou avec ses deux voisins a structuré un rapprochement entre Quito et Santiago à la fin du XIXe siècle. Après la Guerre du Pacifique (1879-1884), restait pendante pour le Chili la question de sa frontière avec le Pérou, dont certains territoires devaient faire l’objet d’un référendum de rattachement, ce qui empoisonna la relation des deux voisins. Quant à l’Équateur, un long différend l’opposa au Pérou jusqu’à 1998 sur leur frontière commune, en particulier amazonienne. Il était donc logique de la part de fonctionnaires chiliens de résumer en 1910 la situation régionale ainsi : « l’Équateur est le meilleur ami du Chili dans le Pacifique et le Pérou son ennemi permanent »3. L’auteur cherche alors à expliquer l’émergence concrète de cette amitié et à en établir la portée. La question est de savoir si cette Alliance fut opportuniste –répondant à des besoins conjoncturels– ou plus structurelle, et aurait permis au Chili de pratiquer une influence durable sur la vie politique équatorienne.

3Après avoir brossé une synthèse des relations internationales sur le continent (chapitre 1) et le contexte de politique intérieure des deux États en question (chapitre 2), l’auteur s’applique dans les développements suivants à caractériser la relation entre les gouvernements et l’émergence d’une collaboration stratégique. Le dernier chapitre est dédié aux échanges concrets entre les deux pays qui en résultèrent dans les domaines de l’économie, de l’éducation et de la formation militaire.

4L’alliance chileno-équatorienne n’allait pas de soi avant la Guerre du Pacifique. Malgré une courte alliance contre l’Espagne, les deux pays n’avaient pas réussi à cimenter une amitié au-delà de relations nominales. Au cours de la Guerre du Pacifique, l’Équateur, sollicité tant par le Chili que par le Pérou, décida de rester neutre, de peur sans doute de réactiver son conflit limitrophe avec le Pérou et qu’il ne se solde de manière défavorable. D’ailleurs, la capture de navires équatoriens par les Chiliens, et les dommages subis par les citoyens équatoriens dans les régions d’Antofagasta et de Lima, n’allaient pas dans le sens d’un rapprochement. La gestion de l’après-guerre par le Chili s’est ensuite opérée au détriment des États latino-américains. Le Chili s’est empressé de régler par voie diplomatique la question des réparations aux citoyens des puissances européennes lorsque leurs intérêts avaient été touchés par la guerre, mais laissa en suspens pendant de nombreuses années ces mêmes réparations envers les citoyens des autres nations américaines, y compris les Équatoriens. Malgré une rhétorique amicale avec les pays latinoaméricains, le Chili ne voulait négocier qu’avec les grandes puissances, européennes et nord-américaine, se considérant au-dessus de la mêlée en Amérique du Sud.

5C’est seulement dans les années 1890 que le Chili, en prise avec l’Argentine pour le leadership régional et une hypothétique sortie bi-océanique, et marqué par un processus de modernisation soutenu par les rentrées financières du salpêtre, commença à s’intéresser véritablement à son environnement régional pour y rayonner et y trouver des alliances défensives. L’Équateur, qui connaissait alors une croissance relative basée sur le cacao mais toujours une vie politique agitée, acquit quant à lui une certaine stabilité avec l’arrivée au pouvoir d’Eloy Alfaro (1895-1912), général chilephile et grand réformateur du pays.

6Le processus de rapprochement commença à prendre forme avec la nomination accrue de personnel consulaire puis diplomatique entre les deux pays. Le Chili devint ensuite le principal partenaire commercial de l’Équateur, en dehors des puissances européennes et des voisins directs du pays. L’Équateur exportait du café et du cacao et importait du Chili des produits manufacturés. Ces échanges étaient promus par le personnel consulaire chilien en Équateur, qui parrainait en ce sens des publications dans les deux pays. Il fut ainsi logique de négocier un accord commercial, qui permettrait par ailleurs un rapprochement politique, accord néanmoins sans cesse retardé, malgré la signature d’un traité d’Arbitrage en 1908.

7L’axe le plus frappant de cette nouvelle coopération fut toutefois la diffusion en Équateur du modèle éducatif civil et militaire acquis par les Chiliens auprès des Allemands. Pour mener à bien sa modernisation, le Chili s’appuya non plus sur l’influence traditionnelle de la France mais eut recours aux Allemands et à leur modèle éducatif, basé sur une pédagogie moderne et soutenue par la venue d’instructeurs dans le pays. À leur tour les Chiliens eurent la possibilité financières et la volonté (sans doute appuyée sur leur sentiment de supériorité acquis dans la victoire des armes) de rayonner hors de leurs frontières. Du côté équatorien, le Chili fut considéré comme un modèle. La demande équatorienne de matériel bibliographique, puis l’envoi d’élèves équatoriens pour se former dans les écoles militaires et civiles participèrent à la diffusion indirecte de l’influence allemande.

  • 4 Roberto Arancibia Clavel, La influencia del Ejército de Chile en América Latina. 1900-1950, Santiag (...)

8La coopération militaire entre dans le même schéma et est déjà grâce à d’autres travaux4. Elle débuta en 1898 avec l’octroi de bourses à des officiers équatoriens pour se former au Chili. Ceux-ci participèrent à leur tour à la diffusion des règlements et manuels chiliens pour l’armée de terre et la marine équatoriennes. Ces échanges étaient évidemment accompagnés de vente (ou don) de matériel. Il s’agissait cependant de matériel secondaire, et lorsque des pièces plus importantes furent en jeu, comme des navires de guerre, de nombreuses difficultés surgirent, liées à la faible solvabilité équatorienne et aux affaires de corruption politico-financière.

  • 5 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, 1, 2013, http://rsl.re (...)

9À la lecture de la trajectoire de cette coopération, il apparaît que l’influence du Chili sur l’Équateur fut réelle mais limitée. Il est indéniable que le Chili a participé de la diffusion indirecte du modèle allemand sur le continent américain, mais l’auteur aurait pu s’appuyer plus clairement sur la notion de transfert culturel pour en étudier les tenants et les limites liées à une réception de cette influence5. Celle-ci s’est en effet heurtée à des obstacles classiques. Chili et Équateur n’avaient pas les mêmes objectifs au moment de concrétiser les échanges. Dans le domaine militaire, les retraités militaires chiliens qui se proposaient d’aller enseigner comme instructeurs militaires ou de police cherchaient surtout un avancement ou la sortie d’une situation personnelle politique délicate. À l’inverse les Équatoriens étaient surtout désireux de recevoir du matériel de guerre utilisable en cas de conflit. Dans le domaine économique également, Chiliens et Équatoriens ne s’accordaient pas vraiment sur les produits à échanger en priorité. L’influence des Chiliens présents en Équateur était par ailleurs mise à rude épreuve lorsque la situation politique interne, souvent mouvementée, les obligeait à prendre parti, ce qui a pu occasionner des tragédies personnelles. Enfin, s’il est clair que le Chili était perçu comme un modèle à suivre par une part importante de l’élite équatorienne, l’opinion publique était néanmoins partagée sur ce rapprochement. Les cercles économiques de Guayaquil se divisèrent sur la question. Les jalousies personnelles existèrent aussi. Surtout, les Équatoriens ne comprenaient pas pourquoi, en dépit de cette amitié, les Chiliens restaient neutres dans le litige frontalier péruano-équatorien. Ces difficultés que rencontre toute puissance cherchant à rayonner expliquent que la coopération entre les deux pays demeura quantitativement faible. On ne dénombre par exemple que 17 officiers équatoriens envoyés comme élèves au Chili sur la période 1901-1914. Il semble donc que l’amitié chileno-équatorienne résidait plus dans une rhétorique fraternelle que dans une coopération profonde.

  • 6 Notons néanmoins que le Brésil a su pendant ces années régler ses problèmes frontaliers et se posit (...)

10Cette limitation a pu être conditionnée par des obstacles pratiques, mais ils furent également le résultat d’un engagement timoré du Chili. Il convient à ce titre de s’interroger sur le rôle véritable Pérou dans le rapprochement du Chili et de l’Équateur. L’existence d’un voisin dérangeant a-t-elle été si structurante ? Certes les relations de Lima avec Santiago et Quito étaient fort tendues pendant la période en question, et le point commun entre Chiliens et Équatoriens existait dans le discours. Mais l’examen pratique de cette alliance de para-voisinage mène à en relativiser la portée. Le Chili a cherché d’autres alliances, notamment le Brésil avec lequel un projet d’alliance militaire contre le Pérou était envisagé par les Chiliens en 19046. L’Équateur ne fut d’ailleurs pas le seul pays latino-américain sur lequel Santiago entendait rayonner. La Colombie par exemple, également voisine du Pérou, fit l’objet de l’attention chilienne. Cette minoration de l’Équateur dans la politique extérieure chilienne permet dès lors de comprendre l’attitude du Chili qui en 1910, lorsque la tension entre le Pérou et l’Équateur menaça sérieusement de se transformer en conflit international, resta officiellement neutre tout en envoyant du menu matériel à l’Équateur. Ce dernier cherchait au contraire un soutien diplomatique franc que son allié s’est toujours refusé à lui donner. Cet année fut marquée ainsi un profond désaccord entre Quito et Santiago et les Équatoriens, sans abandonner complètement les tractations avec les Chiliens, se rapprochèrent désormais des anciennes nations constituant la Grande Colombie (Colombie et Venezuela en premier lieu). On peut donc affirmer que l’influence du Chili sur l’Équateur a été limitée et que l’existence d’un ennemi en commun, le Pérou, n’a pas réussi à consolider une véritable alliance entre les deux pays qui ont préféré dans les moments critiques de leur histoire la sauvegarde de leurs intérêts nationaux à l’aide ouverte de l’allié. Il en va ainsi du Chili en 1910, de l’Équateur restant neutre dans la guerre du Pacifique (certes avant le rapprochement diplomatique), enfin de l’attitude du Chili dans la guerre péruano-équatorienne de 1941.

  • 7 Sur ces conflits, voir Luc Capdevila, « Droit et coutumes dans la guerre de la Triple Alliance (186 (...)
  • 8 p. 159. Ces conflits font actuellement l’objet d’une attention renouvelée dans des perspectives div (...)

11Le contexte continental doit sans doute aussi être convoqué pour expliquer cette alliance imparfaite. Si la compétition avec l’Argentine poussa dans les années 1890 le Chili à rechercher des alliés continentaux dans une logique défensive, les accords avec Buenos Aires en 1902 contribuèrent à rallier les Chiliens à des espaces émergents de coopérations politiques et économiques à l’échelle continentale, ce qui pouvait entrer en contradiction avec une relation bilatérale trop forte. Pour répondre à la multiplication de conflits violents comme la guerre de la Triple Alliance (1865-1870), le conflit de l’Acre (1903) ou encore la Guerre du Pacifique, des espaces collectifs d’action diplomatique furent mis en place pour régler les différends frontaliers par la voie pacifique7. Le groupe ABC (Argentine, Brésil, Chili) s’illustra ainsi par son intercession dans le conflit entre les États-Unis et le Mexique (1914), entre autres, tandis que Washington affirmait sa prépondérance au cours des réunions panaméricaines. Or, si le Chili s’était très fortement opposé aux États-Unis lors de la première conférence en 1889, il en appela à la puissance du Nord pour calmer la crise péruano-Équatorienne de 1910, acceptant ainsi leur leadership et invitant les États-Unis à participer à la sécurité collective du continent. Notons au passage que l’émergence sur le continent de forums de coopération et de discussion dans la première moitié du XXe siècle n’est pas contradictoire avec l’éclatement de conflits parfois très violents. La guerre du Chaco, le conflit de Leticia ou la guerre Péruano-Équatorienne de 1941 peuvent en ce sens être lus comme la manière collatérale et définitive de « résoudre les conflits en Amérique latine », comme l’exprimait une note de la diplomatie chilienne adressée a l’Equateur en 19108. Les tentatives diplomatiques de refermer de vieux différends latents ont ainsi pu provoquer les dernières grandes guerres internationales du sous-continent, même si ce fut aussi, comme l’indique l’auteur, le résultat de l’expansion économique interne des États nationaux qui les mit en concurrence pour les derniers morceaux de territoires non encore intégrés pleinement aux ensembles nationaux.

  • 9 Il n’y a par exemple pratiquement aucune référence à cette relation bilatérale dans la somme en lig (...)
  • 10 Claudio Tapia Figueroa, ¿Una alianza estratégica ? Los informes Navarro sobre relaciones Ecuatorian (...)

12La notion de para-voisinage doit donc être considérée non comme l’axe structurant des relations internationales dans les Amériques, mais un facteur de plus. Un facteur qui est souvent sous-estimé et qui pourrait faire l’objet d’études plus approfondies. La relation entre le Pérou et l’Argentine, relation au moins sentimentale forgée autour du Général San Martín libérateur du Pérou, devrait ainsi faire l’objet de plus d’attentions, notamment en lien avec la concurrence de Lima et Buenos Aires avec Santiago, par rancune ou par concurrence pour le leadership régional9. En tout état de cause. L’étude de Claudio Tapia, accompagnée d’une seconde publication de sources en rapports avec le livre10, vient combler un espace et devrait permettre d’encourager des publications sur l’histoire des relations bilatérales et multilatérales des pays d’Amérique latine.

Haut de page

Notes

1 Auparavant l’auteur avait publié La negociación que no fue : Diplomacia chilena en el conflicto entre Ecuador y Perú en el Amazonas (1941-1942), Viña del Mar, Centro de Estudios Latinoamericanos, Instituto de Historia y Ciencias Sociales, Universidad de Valparaíso, 2008.

2 « Esta consiste en la vinculación estrecha entre países que no limitan entre sí, pero que entre ellos existe un Estado que posee una frontera común, o en su defecto intereses contrapuestos”, p. 17.

3 « Ecuador es el mejor amigo de Chile en el Pacífico y Perú es su enemigo permanente », p. 161.

4 Roberto Arancibia Clavel, La influencia del Ejército de Chile en América Latina. 1900-1950, Santiago de Chile, Centro de Estudios e Investigaciones Militares, CESIM, 2002.

5 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, 1, 2013, http://rsl.revues.org/2019/.

6 Notons néanmoins que le Brésil a su pendant ces années régler ses problèmes frontaliers et se positionner comme arbitre, en tant que puissance régionale ou relai de de la politique extérieure des États-Unis. Voir Marcos Cueto et Adrián Lerner, Indiferencias, tensiones y hechizos : medio siglo de relaciones diplomáticas entre Perú y Brasil, 1889-1945, Lima, IEP, Instituto de Estudios Peruanos, Embajada de Brasil en el Perú, Sector de Promoción Cultural, 2012.

7 Sur ces conflits, voir Luc Capdevila, « Droit et coutumes dans la guerre de la Triple Alliance (1864-1870) : Le sort des prisonniers de guerre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, http://nuevomundo.revues.org/69668 ; Jean-Claude Roux, « Bolivia-Brasil : una confrontación histórica sobre la placa geopolítica amazónica », in Jordán Pilar García et Núria Sala i Vila (dir.), La nacionalización de la Amazonía, Barcelona, Universitat de Barcelona-UB-Taller de estudios e investigaciones andino-amazónicos, 1998, pp. 175-203 ; Sur la guerre du Pacifique, une référence récente est Carmen McEvoy, Chile en el Perú. La ocupación a través de sus documentos, 1881-1884, Lima, Fondo Editorial del Congreso del Perú, 2016.

8 p. 159. Ces conflits font actuellement l’objet d’une attention renouvelée dans des perspectives diverses militaires, diplomatiques, ou de construction nationale : Carlos Camacho Arango, El conflicto de Leticia (1932-1933) y los ejércitos de Perú y Colombia, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2016 ; Luc Capdevila et Nicolas Richard, « Guerriers déclassés et captifs combattants. Des masculinités indiennes confrontées à la guerre du Chaco (1932-1935) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, http://nuevomundo.revues.org/65749 ; François Bignon, « Jeux d’échelles dans les Andes  : le conflit péruano-équatorien de 1941-1942 et la Seconde Guerre mondiale », Relations internationales, 2015/2, n° 162, pp. 63-78.

9 Il n’y a par exemple pratiquement aucune référence à cette relation bilatérale dans la somme en ligne sur la politique extérieure de l’Argentine : Carlos Escudé et Andrés Cisneros, Historia general de las relaciones exteriores de la República argentina, s. f. http://www.argentina-rree.com/historia.htm.

10 Claudio Tapia Figueroa, ¿Una alianza estratégica ? Los informes Navarro sobre relaciones Ecuatoriano-Chilenas (1895-1910), Valparaíso, Universidad Técnica Federico Santa María, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bignon, « Claudio Tapia Figueroa, Relaciones bilaterales entre Chile y Ecuador : La construcción de la amistad paravecinal (1880-1910) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70744

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page