Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay, Asunción

FLACSO Paraguay, 2016, 350 p., [prólogo de Lorena Soler]
Référence(s) :

Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay, Asunción, FLACSO Paraguay, 2016, 350 p., [prólogo de Lorena Soler]p.

[06/06/2017]

Texte intégral

  • 1 . Lire notamment Roberto L. Céspedes R., Autoritarismo, sindicalismo y transición en el Paraguay (1 (...)

1Roberto L. Céspedes R., sociologue à l'université nationale d'Asunción, fin connaisseur de l'étude des relations sociales dans le Paraguay contemporain1, réunit dans ce dernier ouvrage un ensemble d'articles précédemment publiés formant un tout homogène et cohérent, à travers lesquels il entreprend de déconstruire l'espace public paraguayen. Pour ce faire il inscrit ses analyses dans la moyenne et dans la longue durée. Il reprend au total huit textes actualisés, pour certains remaniés et abondamment illustrés par de nombreuses annexes documentaires et iconographiques. Le propos de l'ouvrage est d'étudier le prisme du mobilier culturel le plus banal innervant l'environnement social, tels les billets de banque, les pièces de monnaie, les noms de rues, les jours fériés, l'heure légale. À travers ces lieux du quotidien, Roberto Céspedes observe en quoi ils sont porteurs d'idéologie et participent à l'organisation d'un imaginaire collectif structurant, mais qui se vérifie être un impensé chez la plupart des individus qui les consomment au jour le jour.

2Le volume construit selon un triptyque thématique : imaginaires, mémoire et temps est organisé en quatre parties. Les deux premières analysent des projets de représentations collectives installés dans l'espace public, des années 1940 à nos jours. Les deux premiers chapitres interrogent l'image de « la femme paraguayenne » dans la société à travers l'étude de la chanson populaire et les rares représentations féminines fixées sur les billets de banque et les pièces de monnaie. On voit ainsi comment une société machiste a tardé à équiper l'espace public de représentations féminines actives. Ainsi, c'est seulement au cours de la décennie 2000 que les premiers portraits d'éducatrices apparaissent sur un billet de banque, venant s'ajouter à l'icône folklorique de la paysanne à la cruche, dont la première réalisation remonte aux années 1950 – cette dernière mettant plusieurs décennies en fait à s'imposer et à se stabiliser. Les deux suivants s'intéressent aux représentations de la société et du monde prégnants dans les noms des rues des principales cités. Le plan urbain devient un palimpseste, la ville est lue comme un texte. Roberto Céspedes étudie ainsi finement la présence amérindienne dans la nomenclature urbaine d'Asunción, de Concepción et d'Encarnación. Mais les peuples indiens au Paraguay n'existent qu'à travers la dénomination de rares voies, une seule à Encarnación, à peine une vingtaine à Asunción. Leur émergence dans l'imaginaire national est aussi récente. Les premières mentions remontent à la dictature militaro-populiste du général Morínigo, dans les années 1940. Mais surtout, constate Roberto Céspedes, l'image des amérindiens portée par cette nomenclature est celle d'indiens dociles et incorporables, toute référence à une quelconque résistance ou une simple marque de distance est exclue. Autrement dit, dans la cité comme palimpseste d'un imaginaire social postcolonial, les indiens restent des peuples transparents et lentement assimilés.

3Les deux autres parties sont consacrées au rapport au temps social. La première étudie l'histoire des journées commémoratives depuis la fin du XIXe siècle ayant participé à la cristallisation d'une identité nationale catholique et guerrière, dont les dictatures militaires ont su profiter. Par ailleurs, Roberto Céspedes s'intéresse aussi à l'action menée par le milieu associatif depuis les années 1990 postdictatoriales pour repenser le calendrier annuel afin d'orienter la société vers d'autres horizons politiques, notamment en militant pour incorporer des sujets subalternes dans l'espace commémoratif, tels les femmes rurales, les migrants, les populations handicapés, les peuples amérindiens, les homosexuels, etc. Le Paraguay n'est plus une ile entourée de terres. Depuis les années 1990, l'ensemble des indicateurs culturels signalent comment il s'articule au processus de mondialisation.

4Enfin, les deux derniers chapitres dessinent une histoire de l'heure légale et du calendrier festif soumis aux intérêts marchands. Cependant, chemin faisant, Roberto Céspedes observe que les arguments mobilisés par les décideurs affirment une cohérence politique qui occulte souvent un impératif économique. Ainsi, lors du premier changement d'heure légale en 1931, dans le prolongement de la grande dépression de 1929, l'argument mobilisé par le gouvernement libéral était explicitement de « réaliser des économies » en matière de consommation « de lumière artificielle ». Mais en 1972 sous la dictature du général Stroessner, il s'agissait officiellement « d'améliorer le travail des fonctionnaires », des secteurs public et privé, pour des « raisons climatiques ». Au pays de la « paix, du travail et du bien-être avec Stroessner », selon la devise de la dictature personnaliste, l'argument des « conditions climatiques et du confort climatique » fut de ce fait convoqué régulièrement, notamment dans les décrets de 1977 et de 1979.

5Le Paraguay est un pays mémoire. Tout visiteur est surpris d'emblée, en y séjournant, d'observer combien le roman national oblitère l'espace public et nourrit l'imaginaire social. L'invention de cette tradition, pour reprendre l'expression d'Hobsbawm et Ranger, est ancienne, durablement installée, les représentations du passé semblent figées depuis la construction de l'État national à la fin du XIXe siècle. En cela, le travail de déconstruction réalisé par Roberto Céspedes est important, et il s'inscrit pleinement dans le renouvellement des sciences sociales qui accompagne la transition politique paraguayenne depuis une vingtaine d'années.

Haut de page

Notes

1 . Lire notamment Roberto L. Céspedes R., Autoritarismo, sindicalismo y transición en el Paraguay (1986-1992), Asunción, Arandurá Editorial, 2009, 254 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay, Asunción », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70751

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page