Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Dorothée Delacroix, De pierres et de larmes. Mémorisation et discours victimaire dans le Pérou d'après-guerre

Paris, Institut universitaire Varenne – Collection des thèses, 2016, 369 p., [préface de Valérie Robin Azevedo]
Référence(s) :

Dorothée Delacroix, De pierres et de larmes. Mémorisation et discours victimaire dans le Pérou d'après-guerre, Paris, Institut universitaire Varenne – Collection des thèses, 2016, 369 p. [préface de Valérie Robin Azevedo]

[06/06/2017]

Texte intégral

1Ce livre est la version remaniée de la thèse de doctorat en anthropologie sociale et historique soutenue par Dorothée Delacroix à l'université Toulouse-Jean Jaurès en 2014. Il est l'aboutissement d'une enquête de terrain de quatorze mois réalisée dans des conditions difficiles entre 2009 et 2013, au sein de trois communautés de langue quechua (Llinque, Toraya, Tanta) du district de Toraya dans le département d'Apurimac (Andes péruviennes). Dorothée Delacroix travaille sur les tensions mémorielles qui traversent les communautés et l'historicité de leurs rapports sociaux au passé à la suite de la guerre civile menée par le Sentier Lumineux (PCP-SL) dans les années 1980/1990, puis de la politique du souvenir qui a été engagée par les pouvoirs publics et par les ONG nationales et transnationales dans les années 2000.

2L'ouvrage se décline en trois parties. L'auteur commence par interroger le contexte social, politique et culturel dans lequel ont émergé les problématiques mémorielles dans l'espace public péruvien des années 2000. Elle parvient ainsi à analyser les ressorts et les enjeux spécifiques qui ont conduit la communauté villageoise de Llinque à se doter d'un monument commémoratif en 2008, qui tout en s'inspirant directement de El Ojo que Llora (L'œil qui pleure) – le mémorial très controversé de Lima – est en réalité très différent dans sa conception et son usage. Or L'œil qui pleure de Llinque participe aujourd'hui pleinement à la renommée et au rayonnement de la communauté. La deuxième partie analyse les tensions sociales et les concurrences mémorielles qui se jouent à travers les actions commémoratives, au sein de la communauté de Llinque et du district de Toraya, au cours de l'élaboration des monuments commémoratifs puis des pratiques mémorielles concurrentielles. La troisième partie ouvre sur une ethnographie de la mémoire à travers l'étude de la relation sensible, corporelle et émotionnelle que les vivants entretiennent avec un passé de violences extrêmes, avec le souvenir de grandes souffrances, leurs somatisations, et le lien tissé avec un espace vécu dans lequel ils coexistent avec les disparus, les « âmes » et la malemort.

3Au total, Dorothée Delacroix a mené et met en récit un modèle de recherche ethnographique et historique fondée sur une méthode d'observation participante. Elle a su s'immerger, travailler dans les sociétés villageoises et circuler entre les différents acteurs (hommes et femmes, représentants des autorités locales, militants des ONG) impliqués à des degrés divers dans la guerre civile pour ou contre le PCP-Sentier Lumineux, ayant souffert des violences commises par la guérilla ou ayant été victimes de la répression des forces armées régulières. De même elle a circulé entre les communautés de Llinque, de Toraya et de Tanta en nouant une relation de confiance avec ses interlocuteurs membres des différents bords politiques et sociaux, ce qui lui a permis de recueillir des témoignages de grande qualité, intimes, émouvants, informant sur les représentations plurielles du passé, sur les traumatismes, sur les souffrances féminines et masculines rarement verbalisées.

4Les analyses de la sociologie et de l'historicité des processus de mémoire au Pérou sont remarquables. Dorothée Delacroix déconstruit notamment la place des représentations controversées de « l'Indien » dans la construction de la mémoire fragmentée de l'après-guerre civile où s'entrechoquent la figure souillée de « l'Indien subversif » avec l'image des citoyens, « peruanos y limpios », les « bonnes » victimes du conflit. Elle met ainsi en évidence la fragmentation du souvenir dans les villages, voire le cloisonnement des mémoires à l'échelle de la société péruvienne. À travers l'analyse sociologique finement menée au sein des communautés, elle observe comment les conflits anciens ont joué au moment de la guerre civile. Ainsi, à l'échelle d'un pas de temps plus restreint, on mesure en quoi la réforme agraire réalisée par le gouvernement du général Velasco Alvarado à la fin des années 1960 reste prégnante dans les souvenirs.

5Logiquement, l'observation de la concurrence entre les représentations du passé se vérifie dans le prolongement des politiques mémorielles au fil des années 2000 et de l'action des organisations (nationales et transnationales) des droits de l'homme. Sur ce point l'étude des problèmes liés à la volonté des acteurs associatifs de réunir la population locale autour d'un projet commémoratif est passionnante. L'auteur questionne en particulier le cadre économique dans lequel ils sont inscrits, que ce soit au bénéfice (financier et symbolique) des militants, des usagers ou des communautés. C'est toute une économie de la mémoire qui se vérifie dans cet après-guerre andin. Dans ce contexte finement décrit, l'analyse des catégories mentales des figures victimaires convoquées et véhiculées par les organisations des droits de l'homme, puis la déconstruction des formes et des enjeux de leur appropriation par les parties prenantes est très éclairante. Dorothée Delacroix montre ainsi comment et en quoi les catégories indigènes de tristesse, de peur, de martyrs, de vaillants, de souffrants tendent à être recouvertes ou ajustées par un système de représentations exogène de la victime et du traumatisme, qui conduit à une dépolitisation de la lecture de la guerre civile.

6Le livre de Dorothée Delacroix ouvre ainsi sur une ethnographie de la mémoire, de la souffrance, des émotions et du sensible; fondée sur une enquête de terrain fascinante, d'une grande finesse, pleine humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Dorothée Delacroix, De pierres et de larmes. Mémorisation et discours victimaire dans le Pérou d'après-guerre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/70764

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page