Navigation – Plan du site
Chili actuel. Nouveaux éclairages sur le néolibéralisme contemporain – Coord. Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo et Fabiola Miranda-Pérez
Antoine Faure et René Jara Reyes

Autorégulation, individualisation et marchandisation

Trois hypothèses sur la néolibéralisation du journalisme de presse au Chili (1973-2016)
[02/10/2017]

Résumés

Cet article ébauche l’hypothèse d’une néolibéralisation du journalisme, à partir d’un travail bibliographique sur l’histoire de la presse chilienne. Dans un premier temps, nous discutons les apports de l’économie politique, en particulier sur la morphologie du marché médiatique et la structure du capital. A partir de cette analyse, nous ouvrons trois pistes de réflexion sur les transformations de l’activité journalistique à partir de l’expansion de la logique de marché, à savoir : l’auto-régulation publique-privée quasi-inexistante du marché, l’individualisation de la culture professionnelle et la marchandisation des pratiques journalistiques. Il nous semble que l’on peut alors avancer dans la compréhension des possibles effets du néolibéralisme sur l’activité médiatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir entre autres : Antoine Faure, Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo, René Jara Reyes (...)
  • 2 Sur le cas chilien, voir : Eduardo Santa Cruz, Análisis Histórico del Periodismo Chileno, Santiago (...)
  • 3  Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, Entre las Alas y el Plomo. La Gestación de la Prensa Modern (...)
  • 4 “a more complex understanding of the media in the Age of Neoliberalism” (majuscule dans le texte). (...)
  • 5 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pa (...)

1Peut-on qualifier le journalisme chilien de néolibéral ? Cette question n’a pas assez été posée dans ces termes, alors que le Chili est souvent considéré comme un des laboratoires mondiaux du néolibéralisme1. Pourtant, faire l’hypothèse d’un « journalisme néolibéral » se justifie au moins pour trois raisons. D’abord, le métier de journaliste est étroitement lié au libéralisme politique2. Ensuite, le journalisme s’est transformé sous l’influence des principes et des mécanismes du libéralisme économique, avec la segmentation du marché3. Finalement, il semble difficile d’étudier le journalisme dans un contexte qualifié de néolibéral, en assimilant cette activité spécifique avec le supposé paradigme de gouvernement. Il faut questionner les relations entre néolibéralisme et médias comme Hallin en fait l’appel dès 2008 en demandant « une compréhension plus complexe des médias à l’Âge du Néolibéralisme »4. Alors, quelles sont les différences entre le métier de journaliste au début du XXe siècle et le journalisme actuel et en quel sens ces caractéristiques correspondent au projet néolibéral, au sens « d’une nouvelle raison du monde »5 ?

  • 6 Julien Duval, Critique de la raison journalistique, Paris, Le Seuil, 2004.
  • 7 Rémy Rieffel, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard, 2005.
  • 8 Yannick Estienne, Le journalisme après Internet, Paris, l’Harmattan, 2007.
  • 9 Sean Phelan, « Neoliberalism and the return of Brash », New Zealand Journal of Media Studies, 13-2, (...)
  • 10 Sean Phelan, “Irish Neoliberalism, Media and the Politics of Discourse” in Debbie Ging, Michael Cro (...)
  • 11 Il s’inspire largement de l’approche de Laclau et Mouffe sur la politique des discours. Cf. Ernesto (...)

2Plusieurs auteurs ont, en quelques sortes, défriché le champ. Duval6, Rieffel7 ou Etienne8 ont par exemple essayé d’analyser les nouvelles logiques économiques et le marketing de la gestion des entreprises médiatiques selon le paradigme néolibéral. A partir des cas néozélandais9 et irlandais10, Phelan montre que les dispositions néolibérales se naturalisent à travers un discours médiatique qui leur donne une structure de cohérence11, selon laquelle le marché est une entité de médiation naturelle qui constitue la seule alternative économique et politique.

  • 12 Pamela J. Shoemaker et Stephen D. Reese, Mediating the message in the 21st Century. A media sociolo (...)

3En posant la question de la néolibéralisation du journalisme, ces différentes approches montrent aussi de quoi l’idée de journalisme, qui peut paraître a priori relativement large, se compose. Elle se joue à plusieurs niveaux, macro (la morphologie du marché), meso (la culture et les normes professionnelles) et microscopiques (les pratiques). Et elle est recoupée par des facteurs économiques (les entreprises médiatiques et la publicité), discursifs (le traitement médiatique), pratiques (les techniques de valorisation de l’information) et culturels (l’identité sociale habitée par et projetée sur les journalistes). Autrement dit, nous envisageons le néolibéralisme comme ce que font les journalistes12, c’est-à-dire une série de pratiques et un système de croyances qui visent à produire l’information. Selon les approches que nous venons de présenter, chacun de ces aspects est soumis à des influences spécifiques, mais toutes analysées à l’aune d’une logique néolibérale. Alors, on peut se demander pourquoi ces différents éléments, hétérogènes et singuliers, renverraient à l’idée de néolibéralisme ?

  • 13 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, Op. cit., 1998.
  • 14 Pour la radio, consulter : Carla Rivera, « La verdad esta en los hechos : una tension entre objetiv (...)

4Pour ce faire, nous nous concentrerons sur le journalisme de presse informatif pour deux raisons. Ce genre journalistique naît de la libéralisation du marché de la presse chilienne à la fin du XIXe siècle, même s’il faut prêt de 40 ans pour qu’il se stabilise13. Alors, et d’une part, il est possible de discuter des évolutions du journalisme à partir d’une étude du journalisme informatif qui a nourri les autres genres et formats14. D’autre part, nous centrer sur les évolutions de ce type de journalisme permet de penser la possibilité d’un passage d’une presse libérale (à laquelle il est substantiellement lié) à une presse néolibérale, dont nous faisons l’hypothèse dans ce texte.

  • 15 Incarné par les Chicago Boys, ces étudiants en économie qui ont été faire leur second cycle à Chica (...)
  • 16 Stéphane Boisard et Mariana Heredia, « Laboratoires de la mondialisation économique. Regards croisé (...)
  • 17 Entre autres : Rafael Agacino, Hegemonía y contra hegemonía en una contrarrevolución neoliberal mad (...)

5Pour analyser les transformations longitudinales du journalisme, nous nous appuyons sur une approche pragmatique qui considère la diversité des formes que prend le néolibéralisme au Chili, les hybridations pratiques et les contestations dont il fait l’objet. Le cas chilien nous semble particulièrement intéressant, pour deux raisons. D’une part, le pays a été considéré comme un précurseur dans le mouvement historique de transformation des politiques économiques15. Privatisations, dérégulations et marchandisation des ressources naturelles, de l’éducation ou de la santé... L’entreprise néolibérale est venue à bout des secteurs les plus fortement ancrés dans la tradition publique de l’intervention étatique. D’autre part, le néolibéralisme chilien n’est pas qu’un coup tactique, il renvoie aussi au projet de société à caractère monétariste conduit par une partie de la droite chilienne et des corporations professionnelles depuis les années 195016. Au-delà de l’origine et de l’histoire du projet, de nombreuses études discutent aujourd’hui des caractéristiques du modèle, ses mécanismes de gouvernement, son extension, ses conséquences sociales, politiques, culturelles ou économiques, comme ses limites17.

6Alors, nous nous focalisons sur les analyses proposées des particularités de l’activité journalistique chilienne pour mieux montrer comment elles tentent de répondre (ou d’éviter) la question de sa néolibéralisation. En rendre compte nous permettra d’installer une hypothèse sur le libéralisme médiatique chilien. Nous présentons tout d’abord les éléments qui montrent la très relative mutation du marché médiatique chilien. Cela nous amène à sonder les logiques de régulation de ce marché et leurs conséquences sur le pluralisme médiatique, pour mieux comprendre les logiques qui encadrent les pratiques et les normes sur lesquels s’appuie l’exercice du journalisme au Chili.

L’autorégulation d’un oligopole : le marché de la presse au Chili

  • 18 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2000.

7Le premier aspect qui a permis de parler de « libéralisation de la presse » chilienne, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, réside dans les changements du marché de l’information. Les entreprises médiatiques apparaissent, avec leurs stratégies de rentabilité et le marché se segmentent autour de nouveaux rythmes (le quotidien) et de nouvelles demandes (bien incarnées dans l’apparition des magazines et revues)18.

  • 19 Eduardo Santa Cruz, Op. cit., 1987, p. 63.
  • 20 Armand Mattelart, Michèle Mattelart et Mabel Piccini, “Los medios de comunicación de masas. La ideo (...)
  • 21  Selon la même étude, les dix groupes que nous mentionnons sont ceci : Groupe Banco Sudamericano (l (...)

8Or, même si le marché médiatique s’était largement constitué et libéralisé depuis le tournant du siècle, la structure du marché de la presse garde une certaine continuité depuis 194019. Ainsi, malgré différentes morphologies historiques, la concentration des entreprises médiatiques est largement critiquée. Pourtant il y a un changement qui nous paraît décisif : la manière avec laquelle les intérêts financiers se sont répandus sur le marché médiatique. D’abord exceptionnelle, l’intrusion des banques et des institutions financières est devenue la norme. En effet, une des premières études sérieuses sur la structure du capital des groupes médiatiques chiliens montre qu’un seul groupe est directement pénétré par le secteur bancaire, bien qu’il s’agisse du plus puissant d’entre eux (le groupe El Mercurio-Lord Cochrane qui appartient à la banque Edwards)20. Parmi les dix groupes médiatiques les plus concentrés en 1970, plusieurs actionnaires sont aussi issus de ce secteur sans pour autant être majoritaires21.

  • 22 Dans son travail classique, Diego Portales montre bien les continuités qui facilite l’appropiation (...)
  • 23 Eduardo Santa Cruz, Op. cit., p. 145. 
  • 24 Guillermo Sunkel, Razón y Pasión en la Prensa Popular. Un Estudio sobre Cultura Popular, Cultura de (...)
  • 25 Steve Stern J., Battling for hearts and minds. Memory struggles in Pinochet’s Chile, 1973-1988, Boo (...)

9Les années 1980 ne vont pas modifier substantiellement la concentration économique du marché médiatique chilien22. Au-delà des fermetures imposées par le régime autoritaire (El Siglo et tout l’appareil médiatique du Parti communiste chilien, Las Noticias de Última Hora, etc.), qui modifient radicalement la morphologie du marché, la concentration économique se distribue en un duopole entre El Mercurio et COPESA (La Tercera). De fait, la structure financière s’appuie essentiellement sur l’investissement publicitaire duquel les groupes précédemment cités contrôlaient 98 %23. C’est d’ailleurs sur ces bases que se s’approfondissent et se ré-articulent les stratégies « publics-cibles », notamment dans le cas de La Tercera qui, « d’une matrice populaire-sensationnaliste » devient un journal de presse sérieuse (« matrice rationnelle-instruite »)24. La fin de la décennie voit toutefois apparaître une presse indépendante d’opposition qui redistribue les cartes jusqu’au début de la phase de transition démocratie (La Época, Apsi, Hoy, Análisis)25.

  • 26 R. Bresnahan, “The media and the neoliberal transition in Chile : Democratic promise unfulfilled”, (...)

10Les années quatre-vingt-dix ont réactivé l’illusion d’un changement dans la conception du système médiatique. Le projet de transition démocratique portait l’espoir d’un environnement médiatique pluraliste, forgé à la chaleur de la mobilisation sociale. Mais le réalisme des élites politico-économiques (avec la Concertación à sa tête) installe un système fondé sur les logiques du libre marché, par delà la sphère publique26. A l’instar des revues Análisis et APSI, les medias dits alternatifs disparaissent et la presse critique ne résiste pas longtemps (La Época). Sous ce nouveau modèle, le pluralisme reste très limité.

  • 27 María Olivia Monckeberg, Los magnates de la prensa. Concentración de los medios de comunicación en (...)
  • 28 Guillermo Sunkel et Estaban Geoffrey, Concentración económica de los medios de comunicación, Santia (...)
  • 29 Martín Becerra, "La era de la concentración", Diálogos de la Comunicación, nº 69, Federación Latino (...)
  • 30 Roberto Trejo Ojeda, “Cine chileno y capitalismo neoliberal. Apuntes para una crítica de la economí (...)
  • 31 Martín Becerra et Guillermo Mastrini, Ibid., 2011, p. 57.

11Alors la thèse du duopole est vive27. Elle explique surtout la distribution du marché entre les deux grands groupes : El Mercurio S.A. et Copesa. Ainsi, malgré un lectorat en chute libre, l’achat d’espaces de publicité n’a pas diminué et surtout, il continue d’être distribué entre les deux journaux principaux (El Mercurio et La Tercera). Geoffroy et Sunkel28 estimaient par exemple qu’en 2001, El Mercurio et son réseau de journaux régionaux empochaient 45 % des revenus de publicité de l’ensemble de la presse. Si le Chili ne connaît pas le plus haut niveau de concentration médiatique au niveau latino-américain (derrière l’Uruguay entre 2000 et 2008)29, son marché de la presse montre un oligopole très resserré, dont la morphologie a très peu varié au cours des deux dernières décennies. Malgré des nuances selon les secteurs30, on observe une tendance générale à la concentration, ce qui a un impact direct sur le niveau de pluralisme informatif31 et pousse à interroger la collusion d’intérêt entre les grands groupes médiatiques chiliens.

  • 32 Claudia Mellado et Claudia Lagos, “Transformaciones y continuidades en los diarios nacionales chile (...)
  • 33 Patricio Navia et Rodrigo Osorio (2015), “El Mercurio Lies, and La Tercera Lies More. Political Bia (...)

12Salinas et Stange montre par exemple comment la rubrique économique a augmenté dans les chemins de fer d’El Mercurio et de La Tercera, les deux titres dominants du marché chilien de la presse. Nous les rejoignons, lorsqu’ils affirment que ces deux journaux représentent les intérêts de conglomérats liés à des audiences conservatrices qui défendent les politiques économiques néolibérales implantées par le régime autoritaire de Pinochet. Mellado et Lagos nuance le propos en montrant comment le « manuel de standards éditoriaux » de La Tercera et des journaux du groupe Copesa envisage une ligne éditoriale de caractère libéral, comme stratégie pour se démarquer du Mercurio32. Navia et Osorio convergent aussi sur cette distinction entre les deux journaux, ce qui confirme la tendance33.

  • 34 A ce sujet, voir notamment : María Elena Gronemeyer et William Porath, “Los niveles de coincidencia (...)
  • 35 Sur la première phase de ce processus, voir : Ossandon & Santa Cruz, op. cit., 2000.

13Mais, mises à part ces distinctions relativement fines entre les stratégies des deux journaux dominants, on peut avancer avec les auteurs consultés que le marché de la presse chilienne est assez peu compétitif. Les thématiques proposées et les problèmes traités sont très proches et convergent avec ce qui est proposé à la télévision. Ils renvoient aussi clairement aux postures d’un néolibéralisme triomphant, seule voie acceptable vers la modernisation du pays34. Dans une étude sur la compétition journalistique pour ce qu’ils appellent l’uniformité, Valenzuela et Arriagada montrent qu’entre 2000 et 2005, seuls El Mercurio et La Cuarta maintiennent le même profil, à la différence de La Tercera, La Segunda et Las Ultimas Noticias, qui expérimentent différents changements. Selon cette étude, une des valeurs cardinales du marché médiatique réside dans le dynamisme et la capacité de changements de l’orientation commerciale des journaux. Derrière cette idée de titres « caméléons », on voit comment l’imposition des rythmes et des publics constatés au moment de la libéralisation de la presse chilienne s’est accéléré35. C’est même devenu une condition sine qua non de survie sur le marché.

14Valenzuela et Arriagada voit aussi dans la priorisation de la logique marchande une convergence historique avec la segmentation et la stabilisation de l’offre de presse, dans la période post-dictatoriale. Ce moment correspond à une mutation des formats des journaux et à la généralisation des formats tabloïds, dont la mise en scène spectaculaire des nouvelles est une des caractéristiques majeures. On retrouve le nouveau « packaging » mis en évidence par Phelan qui montre comment l’objectif marchand a dépassé les soucis pour la qualité de l’information, son pluralisme ou une quelconque mission de service public. Cela ouvre une piste qui converge avec la possible néolibéralisation du journalisme chilien, au sens où la marchandisation de l’activité apparaît clairement comme la force motrice du système médiatique.

  • 36 Pedro Santander, “Nuevas leyes de medios en Sudamérica : enfrentando políticamente la concentración (...)
  • 37 Bastián Fernández, “Avisaje estatal : la tentación gubernamental de manipular los medios”, El Mostr (...)

15De même, la politique chilienne destinée à réguler le secteur consiste en un faux laisser-faire, qui utilise des leviers indirects, au contraire d’une majorité de pays latino-américains qui est revenue à des politiques de régulation du marché36. Tout porte à croire que l’Etat s’est retiré du secteur médiatique avec le retour à la démocratie libérale. Trois épisodes montrent comment l’Etat ne souhaite plus prendre part directement à ce marché. En premier lieu, la vente, très controversée, du journal étatique La Nación. Ensuite, les désaccords parlementaires sur le plan de sauvetage économique de la chaîne de télévision nationale (TVN), en grandes difficultés financières du fait de la crise générale du secteur et de son surendettement historique, ce qui montre que l’existence même de TVN ne fait plus consensus à l’intérieur de la classe politique. Finalement, le débat de 2014 sur une distribution plus égalitaire des annonces publicitaires de l’Etat semble être l’acte dernier de renoncement à toute forme de régulation, comme le souligne l’abandon final du projet37.

16Cette configuration de concentration oligopolistique non-régulée montre donc une collusion politique qui soutient le projet néolibéral chilien dans un pluralisme limité. Alors il faut se demander s’il existe une néolibéralisation de la culture et des pratiques journalistiques au Chili.

Une néolibéralisation de la culture et des pratiques journalistiques ?

  • 38 Pour donner seulement deux références centrales et récentes : Claudio Salinas et Hans Stange, « Bur (...)
  • 39 Antoine Faure, Claudio Salinas et Hans Stange, « The Dominance of Common Sense. The influence of th (...)
  • 40 “El periodismo chileno ha ido burocratizando crecientemente su labor, transformando el proceso de p (...)

17Comme au niveau mondial, la routinisation des pratiques journalistiques chiliennes a été soulignée dans le processus tant individuel que collectif de fabrication des journaux38. Il a même été montré comment la profession garde ses habitudes et récurrences avant et après le coup d’Etat de 1973, contrairement à ce qu’une approche classique en termes de pluralisme pourrait laisser penser39. Pour synthétiser, « le journalisme chilien a progressivement bureaucratisé son travail, en transformant le processus de production des nouvelles en une tâche mécanisée et automatisée, qui répond fortement aux logiques du marché des médias »40.

  • 41 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2000.
  • 42 Éric Lagneau et al., « La dynamique sociale des sources et flux de nouvelles. Introduction », Sur l (...)
  • 43 Maxwell Mac Combs et Donald Shaw Donald, “The Agenda Setting Function of the Mass-Media”, Public Op (...)

18Ainsi, le journalisme libéral chilien se caractérise par la séparation entre opinion et information, par la sélection et la fabrication des faits sous le registre informatif, par la disparition des auteurs et l’expansion des articles anonymes, et par la distribution de l’espace médiatiques entre rédactionnel et publicité commerciale. Toutes ces caractéristiques renvoient au processus d’autonomisation des journaux et des médias comme instance énonciation41, qui s’est sophistiqué au cours du temps avec l’adoption de techniques comme la pyramide inversée, caution d’efficacité mais aussi d’une relative neutralité et la routinisation des chemins de fer. Le travail de sélection et de hiérarchisation des faits dignes d’un intérêt journalistique – la newsworthiness42 – organise chaque page selon un ordre d’importance (la tête, le pied et le ventre d’une page). Dans ce travail de domestication des médias et du journalisme, la politique est circonscrite aux pages éditoriales avant de se jouer dans le travail d’agenda-setting43.

  • 44 Patricio Bernedo et William Porath, « ¿Cómo contribuyó la prensa al derrumbe de la democracia chile (...)
  • 45 Lidia Baltra, La prensa chilena encrucijada. Entre la voz monocorde y la revolución digital, Santia (...)

19Mais une nouvelle dimension est apparue au Chili après le coup d’Etat de 1973. Les journalistes chiliens ont en effet été considérés en partie responsables de dérives idéologiques qui auraient conduit à l’intervention militaire, ou tout du moins en auraient généré les conditions44. Ce discours s’est converti en une mémoire hégémonique, qui recycle le récit réactionnaire justifiant le renversement du régime d’Allende45, au moment même où les politiques de néolibéralisation de l’économie et de la société chilienne étaient appliquées. On voit donc très bien comment l’injonction à la dépolitisation de pratiques pas suffisamment neutres, à travers le travail de mémoire et de responsabilisation individuelle des journalistes, s’articulent à des prises de positions unanimement néolibérales. Le dispositif de neutralisation de l’énonciation fonctionne à plein régime au Chili en légitimant une seule voie : l’évidence du marché et du néolibéralisme comme seule possibilité politique.

  • 46 Oscar Dávila, “Estado y políticas sociales : del Estado protector al Estado subsidiario”, Última Dé (...)

20A ce travail d’encadrement antipolitique du travail des journalistes, s’ajoute toute une série de changements vécus par la culture professionnelle qui renvoient à la transformation de l’Etat-Providence (Estado de Bienestar Social) en Etat subsidiaire46. Ce glissement a largement été nourri par le contexte de la Guerre froide, mais aussi et surtout les velléités antisyndicales et anti-participatives du régime cívico-militar de Pinochet.

  • 47 L’historienne Carla Rivera souligne que la lutte entreprise par la corporation contre la « Loi bail (...)
  • 48 Logique que l’on observe aussi en Colombie et au Pérou. Voir : Claudia Mellado, “Asociatividad y pr (...)
  • 49 Entre 2002 et 2008, seuls 2.37 % des diplômés des écoles de journalisme se sont inscrits au Collège (...)
  • 50 Selon la « gouvernementalité sociale » propre à la période d’Etat-Providence. Voir : Pierre Sauvêtr (...)
  • 51 Claudia Mellado et Marcelo Castillo, “Estructura de la asociatividad profesional en el campo period (...)

21Même s’il faut nuancer la portée de son action avant le coup d’Etat47, la suppression de l’inscription obligatoire au Collège professionnel des journalistes chiliens (comme reconnaissance du professionnalisme)48 et la baisse du taux d’associativité jusqu’à 14,3 % en 200849 sont les indices d’une autre culture professionnelle. Si jusqu’au milieu des années 1980, l’identité professionnelle était le dispositif de régulation du champ journalistique50, la logique de marché s’impose dans la gestion de la reconnaissance et du recrutement des journalistes chiliens. C’est en tous cas l’hypothèse discutée par Claudia Mellado et Marcelo Castillo, qui montrent habilement comment le prétexte de la liberté d’expression est utilisé par les grands groupes médiatiques comme par le gouvernement autoritaire pour bordurer l’activité corporatiste aux marges du champ professionnel51. Sous l’égide de la liberté d’accès au marché (journalistique) et aux médias, l’associativité n’est plus obligatoire ce qui soustrait sa dimension éthique au travail corporatiste comme son autorité à co-réguler le champ (octroyée par l’Etat), en promouvant la libre volonté de l’organisation.

  • 52 Rafael Otano et Guillermo Sunkel, “Libertad de los periodistas en los medios”, Comunicación y Medio (...)
  • 53 Folker Hanusch, Claudia Mellado et al., “Journalism Students’ Motivations and Expectations of Their (...)

22Ce « dépérissement de la culture professionnelle »52 ne se fait pas seulement par la destruction des instances associatives et syndicales, mais aussi par la précarisation des conditions de travail des journalistes. Parmi les titulaires d’un diplôme de journalisme depuis moins de deux ans, ils sont 85,6 % en moyenne à exercer la profession pour laquelle ils ont été formés. Surtout, parmi les étudiants des vingt-quatre écoles de journalisme chiliennes, ils sont désormais un tiers à travailler dans ce domaine, la plupart s’occupant plutôt de relations publiques et de communication des organisations. De même, si 48 % des étudiants chiliens entrent avec le désir de faire un travail de hard news, ils sont finalement 47,4 % à ne pas travailler comme journalistes à la fin de leurs études, ce qui montre bien la réorientation pour laquelle ils optent53.

23D’un point de vue pratique, trois tendances nous montre que la discussion s’oriente vers la façon dont les pratiques journalistiques sont orientées par le marché : la mutation de la valeur d’objectivité ; la préoccupation grandissante pour les ratings et les audiences, et donc le marché, dans le choix des sujets et leur traitement ; et le travail d’influence marketing (ou promotionnelle) de la part des citoyens qui sont l’objet de reportages, qui aboutit à l’intégration progressive de contenus générés par les usagers (CGU, User Generated Contents).

  • 54  Richard L. Kaplan, Politics and the American Press : The rise of objectivity (1965-1920), Cambridg (...)

24Centrale depuis la libéralisation du journalisme, au Chili comme ailleurs, l’idée d’objectivité n’est évidemment pas naturelle et vit des mutations historiques54. Entre son émergence avec la penny press étasunienne et sa conception actuelle, la professionnalisation du journalisme autour de l’idée de responsabilité sociale avait déjà fait évoluer cette valeur. Mais, au-delà de pondérer les points de vue des sources convoquées et du souci de consulter les opinions antagonistes sur le sujet à traiter, les pratiques d’objectivité du journalisme chilien sont aujourd’hui devenues antipolitiques. On retrouve ici certains constats de Phelan, lorsqu’il parle d’une focale exclusivement empirique qui se rapproche de la rhétorique du réalisme du marché et du paradigme du Choix rationnel, deux courants qui structurent la théorie néolibérale.

  • 55 Pierre Bourdieu, L’opinion publique n’existe pas, Paris, Editions de minuit, 1996.

25L’injonction d’une forte réactivité joue aussi sur cette mutation pratique de l’objectivité. Dans un régime médiatique qui se focalise désormais sur l’actualisation des contenus et la viralité de leur diffusion, l’objectivité naturalise des textes qui perdent leur sens. Si depuis les années 1970, et les études critiques sur le journalisme, il est répété que les textes médiatiques déshistoricisent les évènements et les « faits », c’est désormais selon une logique de placement du produit sur le marché que cette déshistoricisation s’opère. La néolibéralisation de la concurrence médiatique semble se faire par un filtrage des nouvelles qui n’a plus lieu dans le processus de fabrication des journaux, mais plutôt dans une course au scoop c’est-à-dire à l’accès à l’information. L’objectif premier n’est plus de hiérarchiser, mais de garantir l’accès à un maximum de nouvelles dans un flux permanent et ininterrompu, d’avoir la primeur des nouvelles, et d’alimenter la « circulation circulaire de l’information »55, et ses cycles. Les journalistes ne justifient plus seulement leur existence par une responsabilité sociale à livrer une information confirmée et détaillée au public, mais selon les exigences de réactivité du marché, c’est-à-dire en termes économiques.

  • 56 Danilo Martuccelli, « Les imageries du pouvoir : de la rationalisation à la réactivité », L’Home et (...)

26Cette injonction a tendance à homogénéiser tout type d’évènement (ou en tous cas leur perception journalistique) selon une logique concurrentielle qui s’articule par la médiation du marché. Les pratiques journalistiques renvoient ici à la gestion néolibérale des individus et des populations selon le principe d’efficacité politique, par la réponse à un environnement incertain56. Il ne s’agit plus d’anticiper les faits, mais plutôt de nuancer leur caractère incertain par des pratiques et des comportements réactifs.

27Or l’injonction de réactivité a largement été intensifiée par l’usage d’internet. Car la construction de sites internet et l’ouverture de comptes médiatiques (au titre de la rédaction) et journalistiques (à titre individuel) sur les réseaux sociaux offrent de nouveaux espaces de publication qui sont régulées sous la forme de l’actualisation. Une même nouvelle peut d’abord être publiée sur le site internet sous un format très court, et valorisée sur les pages Facebook et Twitter correspondantes, avant d’être détaillée, parfois sur plusieurs jours. La rédaction routinière de la nouvelle pour le journal papier est un processus en lien permanent avec ce travail, mais selon de nouvelles coordonnées : quand le journal sort, la nouvelle est déjà connue, retransmise et commentée.

  • 57 Sebastián Valenzuela et Arturo Arriagada (2011), “Competencia por la uniformidad en noticieros y di (...)
  • 58 Pablo Boczkowski et Martín de Santos, "When more media equals less news : patterns of content homog (...)

28Selon Valenzuela et Arriagada57, l’impact réside principalement dans la capacité qu’offre cette technologie pour prendre en compte les demandes des audiences mais aussi pour accélérer le rythme de diffusion des nouvelles et multiplier les supports. Bien au-delà de stratégies de concentration diagonale qui permettait de promouvoir le contenu d’un média (la presse par exemple) sur un autre support appartenant au même groupe (la radio ou la télévision), c’est désormais tout le séquençage de la production des journaux qui doit être réexaminé. La demande du public semble désormais centrale dans l’activité journalistique, et les mesures d’audience (à travers le nombre « d’abonnés » aux pages des réseaux sociaux et des logiciels de tracking qui évaluent les articles les plus consultés) altèrent largement la façon de faire du journalisme. On trouve, au Chili comme ailleurs, une actualisation du mythe de la possibilité d’ajuster sur mesure les contenus journalistiques aux demandes du public, à partir des possibilités offertes par le marché, la segmentation des publics, des traces laissées par les internautes58. S’il est nécessaire de questionner l’idée d’actualisation en tant que telle, on voit bien que ces pratiques orientées vers le marché poussent les journalistes à intégrer les attentes des audiences pour augmenter la fréquentation du site (peu importe finalement que ces audiences lisent ou non les contenus).

  • 59 Isabel Awad, María Domínguez, Angélica Bulnes, « Dirigentas de campamento y actividad mediática : m (...)
  • 60 Isabel Awad, op. cit., 2014.
  • 61 Manuel Cervera Marzal, « Médiatisation et hiérarchisation du militantisme », Politique et Sociétés, (...)

29Et bien qu’elle soutienne à juste titre qu’il ne faut pas réduire cette tendance à l’usage des nouvelles technologies59, Isabel Awad propose de lire cette tendance selon l’idée de l’expansion d’une logique promotionnelle, qu’elle rapproche du marketing. A partir d’une étude de la façon dont les dirigeantes des secteurs urbains les plus pauvres de Santiago se sont adaptées aux exigences de la médiatisation des sociétés, elle montre la capacité des audiences à influencer stratégiquement les contenus médiatiques60. Elle constate même que les journalistes peuvent aujourd’hui laisser la parole aux sources sans même les cadrer ou les introduire, tant les logiques médiatiques ont été internalisées par tout un chacun. Cette tendance renvoie selon elle, et nous concordons, à un marché médiatique hautement dérégulé et à la force du marketing dans la société chilienne. Si cette voie d’analyse reste encore un pari (notamment parce qu’elle est développée autour d’un travail de médiatisation dont on connaît déjà certaines logiques par l’étude des mouvements sociaux ou des lobbies61), elle montrerait bien la façon dont le journalisme chilien est aujourd’hui market-driven et s’insère dans un capitalisme cognitif qui ne le laisse pas indemne.

Conclusion

  • 62 Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2011.

30Formuler l’hypothèse d’une néolibéralisation du journalisme chilien ouvre plusieurs champs de bataille. Si les transformations morphologiques du marché de l’information semblent incontournables, notamment sa relative financiarisation, il est tout aussi nécessaire de regarder les métamorphoses qu’ont connues la culture et les pratiques journalistiques, à des niveaux plus microsociologiques, et notamment leur individualisation et marchandisation. Si mieux vaut éviter la caricature de penser le journalisme depuis le néolibéralisme, la mutation renvoie à une logique journalistique inédite jusqu’au début des années 1990, ce qu’Eduardo Santa Cruz appelle le « marketing informatif »62. Il existe toutefois une profonde variété de profils de médias et de types de presse, et le mouvement décrit n’est pas homogène. Sous l’injonction de réactivité, la logique de travail rend compte d’une concurrence pour une priorité auto-référentielle (c’est-à-dire qui s’adresse non pas aux audiences mais au champ journalistique et autres journalistes) qui s’opère à partir de l’actualisation du flux de nouvelles publiées par chaque titre. On trouve alors l’explication microsociologique de l’uniformité de l’offre médiatique détaillée précédemment, en faux de toute régulation du marché.

31Reste que deux axes de travail nous semblent désormais décisifs : d’abord, incarner les chantiers théoriques ici présentés par des études plus précises des pratiques journalistiques ; ensuite, sonder les publications et les praticiens qui s’inscrivent en opposition au marché médiatique traditionnel pour mieux comprendre quels sont leurs critiques, et donc la façon dont la néolibéralisation du journalisme chilien fonctionne.

32Rafael Agacino, “Hegemonía y contra hegemonía en una contrarrevolución neoliberal madura. La izquierda desconfiada en el Chile post-Pinochet”, Documento Grupo de trabajo de la CLACSO, enero 2006. URL: www.plataforma-nexos.cl/index.php?option=com_remository&Itemid=60&func=startdown&id=8

33Katia Araujo et Danilo Martuccelli, « Individu et néolibéralisme : réflexions à partir de l’expérience chilienne », Problèmes d’Amérique latine, 88 (1), 2013, p. 125-143.

34Isabel Awad, Journalism, “Poverty and the Marketing of Misery: News From Chile’s “Largest Ghetto”, Journal of Communication, nº 64, 2014, p. 1066-1087.

35Isabel Awad, María Domínguez, Angélica Bulnes, « Dirigentas de campamento y actividad mediática : mas allá de Internet », Cuadernos.Info, n° 33, 2013, p. 26-42.

36Lidia Baltra, La prensa chilena encrucijada. Entre la voz monocorde y la revolución digital, Santiago de Chile : LOM Ediciones / CYP/CH, Colección « Ciencias humanas », 2012 ; Juan Pablo Cárdenas (2005), « Periodistas, conflictos sociales y reconciliación », Revista Comunicación y Medios, n° 16, Instituto de Comunicación e Imagen, Universidad de Chile, disponible sur http://www.revistas.uchile.cl/​index.php/​RCM/​article/​viewFile/​11567/​11925.

37Martín Becerra et Guillermo Mastrini, Periodistas y magnates. Estructura y concentración de las industrias culturales en América Latina, Prometeo, Buenos Aires, 2006, 330 p. 

38Martín Becerra et Guillermo Mastrini “Estructura, concentración y transformaciones en los medios del Cono Sur latinoamericano”, Comunicar nº 36, vol. XVIII, 2011, p. 51-59.

39Patricio Bernedo et William Porath, « ¿Cómo contribuyó la prensa al derrumbe de la democracia chilena ? », Cuadernos de Información, n° 16-17, 2003, p. 115-124.

40Stéphane Boisard et Mariana Heredia, « Laboratoires de la mondialisation économique. Regards croisés sur les dictatures argentine et chilienne des années 1970 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2010, n° 105, p. 109-125.

41Pierre Bourdieu, L’opinion publique n’existe pas, Paris, Editions de minuit, 1996.

42Pierre Bourdieu, « L’essence du neoliberalisme », Le Monde Diplomatique, 1998, p. 3. URL: http://www.monde-diplomatique.fr/​1998/​03/​BOURDIEU/​3609.

43Rosalind Bresnahan, “The media and the neoliberal transition in Chile: Democratic promise unfulfilled”, Latin American Perspectives, 30 (5), 2003, p. 39–68.

44Manuel Cervera Marzal, « Médiatisation et hiérarchisation du militantisme », Politique et Sociétés, 1 (35), 2016, p. 3-25.

45Robert Chaouad (2013), « La résonance des temps », Revue internationale et stratégique, vol. 3, n° 91, p. 63-69.

46Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

47Julien Duval, Critique de la raison journalistique, Paris, Le Seuil, 2004.

48Sebastián Edwards et Alejandro Cox, Monetarismo y liberalización. El experimento chileno, México : Fondo de Cultura Económica ; Manuel Gárate, op. cit., 2012.

49Yannick Estienne, Le journalisme après Internet, Paris, l’Harmattan, 2007.

50Antoine Faure, Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo, René Jara Reyes et Fabiola Miranda Pérez, Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale, Paris, L’Harmattan, “Recherches et documents Amériques latines”, 2016.

51Antoine Faure, Claudio Salinas et Hans Stange, « The Dominance of Common Sense. The influence of the Media System on Professional Practices of Journalists in Chile, 1970-2000 » in Puppis, M., Künzler, M. y Jarren, O. [ed.], Media Structures and Media Performance: State of and Perspectives for Communication Research, Zurich: IMPZ, « Relation», 2013, p. 283-301.

52Manuel Gárate Chateau, La Revolución Capitalista de Chile, Santiago de Chile, Ediciones Alberto Hurtado, 2012.

53Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Concertación en Chile. 1990-2010, Santiago, “Colección Pensar América Latina”, Editorial ARCIS/CLACSO, 2012.

54Franck Gaudichaud, « La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire », Nuevo Mundo – Mundos Nuevos [En ligne], « Questions du temps présent », mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 30 janvier 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/​67029.

55Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo et Fabiola Miranda-Pérez, « Chili actuel, à l’ombre du néolibéralisme. Eléments d’introduction », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], « Questions du temps présent », mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 29 janvier 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/​68208.

56Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990-2010, Santiago de Chile, Editorial ARCIS/CLACSO, 2010.

57María Elena Gronemeyer et William Porath, “Los niveles de coincidencia temática en editoriales de cinco diarios chilenos de referencia en un contexto de concentración de la propiedad de los medios”, Estudios sobre el Mensaje Periodístico, vol. 19, 2013, p. 433-452.

58Daniel Hallin, “Neoliberalism, social movements and change in media systems in the late twentieth century” in D. Hesmondhalgh et J. Toynbee (Eds.), The media and social theory. London, Routledge, 2008, p. 43-58.

59Folker Hanusch, Claudia Mellado et al., “Journalism Students’ Motivations and Expectations of Their Work in Comparative Perspective”, Journalism & Mass Communication Educator, 2014, p. 1-20.

60Richard L. Kaplan, Politics and the American Press: The rise of objectivity (1965-1920), Cambridge (U.K.), Cambridge University Press, 2002.

61Éric Lagneau et al., « La dynamique sociale des sources et flux de nouvelles. Introduction », Sur le journalisme, vol. 2, n° 1, 2013, s/p. URL : http://surlejournalisme.com/​rev/​index.php/​slj/​article/​view/​67.

62Maxwell Mac Combs et Donald Shaw Donald, “The Agenda Setting Function of the Mass-Media”, Public Opinion Quarterly, vol. 36, 1972, p. 176-187.

63Antoine Maillet, “Variedades de neoliberalismo. Innovación conceptual para el análisis del rol del Estado en los mercados”, Revista de Estudios Políticos (nueva época), n° 169, julio-septiembre 2015, p. 109-136.

64Danilo Martuccelli, « Les imageries du pouvoir : de la rationalisation à la réactivité », L’Home et la société, 152-153 (2), 2008, p. 183-200.

65Armand Mattelart, Michèle Mattelart et Mabel Piccini, “Los medios de comunicación de masas. La ideología de la prensa liberal en Chile”, Cuadernos de la Realidad Nacional, n° 3, marzo de 1970.

66Claudia Mellado, “Asociatividad y profesionalización del periodismo. Los colegios profesionales de los periodistas en Latinoamérica”, Revista Comunicación, Estudios Venezolanos de Comunicación, 2009, p. 5-9.

67Claudia Mellado et Marcelo Castillo, “Estructura de la asociatividad profesional en el campo periodístico : el caso de Chile”, Comunicación y Sociedad, Nuevo época, n° 17, enero-junio 2012.

68Claudia Mellado et Elizabeth Parra, “Indicadores de identidad y perfil del periodista regional en Chile”, Opción, vol. 23, n° 55, 2008, p. 145-167.

69Claudia Mellado, Paulina Salinas, Carlos del Valle et Gustavo González, « Estudio comparativo de cuatro regiones : mercado laboral y perfil del periodista », Cuadernos.info, n° 26, p. 46-64.

70Tomás Moulián (1997), Chile Actual. Anatomía de un Mito, Santiago de Chile : LOM Ediciones, “Punta de Fuga”.

71Patricio Navia and Rodrigo Osorio (2015), “El Mercurio Lies, and La Tercera Lies More. Political Bias in Newspaper Headlines in Chile, 1994–2010”, Bulletin of Latin America Research, n° 34, p. 467-485.

72Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, Entre las Alas y el Plomo. La Gestación de la Prensa Moderna en Chile, Santiago de Chile, LOM Ediciones, “Sin Norte / Punta de Fuga”, 2000.

73Rafael Otano et Guillermo Sunkel, “Libertad de los periodistas en los medios”, Comunicación y Medios, 14, 2003. URL: www.icei.uchile.cl/comunicacionymedios/14otanoysunkel.html

74Sean Phelan, “Irish neoliberalism, media and the politics of discourse” in Debbie Ging, Michael Cronin and Peadar Kirby (eds.), Transforming Ireland: Challenges, Critiques, Ressources, Manchester: Manchester University Press, 2009, p. 73-88.

75Sean Phelan, “Introduction: Disfiguring Neoliberalism”, Neoliberalism, Media and the Political, NY: Palgrave MacMillan, 2014, p. 1-11.

76Sean Phelan, « Neoliberalism and the return of Brash », New Zealand Journal of Media Studies, 13.2, 2016, p. 4-17.

77Sean Phelan, “‘It’s neoliberalism, stupid’, New Zealand media and the NZME-Fairfax merger”, Counterfutures. Left thought & practice Aotearoa, 2016, s./p. URL: http://counterfutures.nz/​2/​phelan.pdf.

78Rémy Rieffel, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard, 2005.

79Claudio Salinas et Hans Stange, « Burocratización de las rutinas profesionales de los periodistas en Chile (1975-2005) », Cuadernos.info, n° 37, 2015, p. 121-135.

80Eduardo Santa Cruz, Análisis Histórico del Periodismo Chileno, Santiago de Chile, Nuestra América, 1988.

81Eduardo Santa Cruz, “Del periodismo ilustrado al marketing informativo”, in Carlos Ossa Swears, Las escrituras del malestar. Chile del Bicentenario, Santiago de Chile : Universidad de Chile, 2011, p. 111-136.

82Pedro Santander, “Nuevas leyes de medios en Sudamérica : enfrentando políticamente la concentración mediática”, Convergencia. Revista de Ciencias Sociales, n° 66, 2014, p. 13-37.

83Abraham Santibañez, “Presentación” in Patricio Dooner, Periodismos y Política. La prensa de derecha y de izquierda en Chile (1970-1973), Editorial Andante, Santiago, 1989.

84Ewa Sapiezynska, Claudia Lagos et Cristián Cabalin, “Libertad de Prensa Bajo Presión : Niveles de Restricción Percibidos por Periodistas Chilenos y Factores Influyentes”, Cuadernos.info, (32), 2013, p. 11-26.

85Pierre Sauvêtre, « Crises de gouvernementalité et généalogie de l’État aux XXe et XXIe siècles. Recherche historico-philosophique sur les usages de la raison Politique », Thèse en science politique dirigée par Jean-Marie Donegani, Ecole doctorale de Science Po, CEVIPOF, 2013.

86Dan Schiller (1979), « An Historical Approach to Objectivity and Professionalism in American News Reporting», Journal of Communication, vol. 29, n° 4, Autumn 1979, p. 46-57.

87Guillermo Sunkel et Estaban Geoffrey, Concentración económica de los medios de comunicación, Santiago de Chile, Lom Ediciones, 2001.

88Eugenio Tironi et Guillermo Sunkel, « Modernización de las comunicaciones y democratización de la política. Los medios en la transición a la democracia en Chile », Estudios Públicos, n° 52, primavera 1993, p. 215-246.

89Roberto Trejo Ojeda, “Cine chileno y capitalismo neoliberal. Apuntes para una crítica de la economía política de la producción cinematográfica”, Chasqui. Revista Latinoamericana de Comunicación, nº 132, agosto-noviembre 2016, p. 77-100.

90Sebastián Valenzuela et Arturo Arriagada (2011), “Competencia por la uniformidad en noticieros y diarios chilenos 2000-2005”, Cuadernos.info, [S.l.], n° 24, p. 41- 52.

91S. B. C. Wiley, “Transnation: Globalization and the reorganization of Chilean television in the early 1990s”, Journal of Broadcasting & Electronic Media, 50, 2006, p. 400-420.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres : Antoine Faure, Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo, René Jara Reyes et Fabiola Miranda Pérez, Chili actuel. Gouverner et résister dans une société néolibérale, Paris, L’Harmattan, “Recherches et documents Amériques latines”, 2016 ; Manuel Gárate Chateau, La Revolución Capitalista de Chile, Santiago de Chile, Ediciones Alberto Hurtado, 2012 ; Manuel Antonio Garretón, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Concertación en Chile. 1990-2010, Santiago, “Colección Pensar América Latina”, Editorial ARCIS/CLACSO, 2012 ; Juan Carlos Gómez Leyton, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal, Chile 1990-2010, Santiago de Chile, Editorial ARCIS/CLACSO, 2010.

2 Sur le cas chilien, voir : Eduardo Santa Cruz, Análisis Histórico del Periodismo Chileno, Santiago de Chile, Nuestra América,1988.

3  Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, Entre las Alas y el Plomo. La Gestación de la Prensa Moderna en Chile, Santiago de Chile, LOM Ediciones, “Sin Norte / Punta de Fuga”, 2000.

4 “a more complex understanding of the media in the Age of Neoliberalism” (majuscule dans le texte). Cf. Daniel Hallin, “Neoliberalism, social movements and change in media systems in the late twentieth century” in D. Hesmondhalgh et J. Toynbee (Eds.), The media and social theory, London, Routledge, 2008, p. 44.

5 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

6 Julien Duval, Critique de la raison journalistique, Paris, Le Seuil, 2004.

7 Rémy Rieffel, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard, 2005.

8 Yannick Estienne, Le journalisme après Internet, Paris, l’Harmattan, 2007.

9 Sean Phelan, « Neoliberalism and the return of Brash », New Zealand Journal of Media Studies, 13-2, 2012, p. 4-17 ; et Sean Phelan, “‘It’s neoliberalism, stupid’, New Zealand media and the NZME-Fairfax merger”, Counterfutures. Left thought & practice Aotearoa, 2016, s./p. URL : http://counterfutures.nz/2/phelan.pdf (consulté le 17 novembre 2016).

10 Sean Phelan, “Irish Neoliberalism, Media and the Politics of Discourse” in Debbie Ging, Michael Cronin et Peadar Kirby (eds.), Transforming Ireland : Challenges, Critiques, Ressources, Manchester : Manchester University Press, 2009, p. 73-88.

11 Il s’inspire largement de l’approche de Laclau et Mouffe sur la politique des discours. Cf. Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hegemony and socialist strategy, 2nde edition, London, Verso, 2001.

12 Pamela J. Shoemaker et Stephen D. Reese, Mediating the message in the 21st Century. A media sociology perspective (Third). New York : Routledge, 2014.

13 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, Op. cit., 1998.

14 Pour la radio, consulter : Carla Rivera, « La verdad esta en los hechos : una tension entre objetividad y oposicion. Radio Cooperativa en Dictadura », Historia, n° 41, vol. I, 2008, p. 79-98. Pour la television, voir : Valerio Fuenzalida, « Television in Chile : a history of experiment and reform », Journal of Communication, vol. 38, n° 2, 1988, p. 49-58.

15 Incarné par les Chicago Boys, ces étudiants en économie qui ont été faire leur second cycle à Chicago avant de conseiller l’élite civico-militaire, ce mouvement économico-politique a profité du coup d’Etat de 1973 et de l’autoritarisme des années suivantes pour prendre la main. L’historien Chaouad lit ainsi le coup d’Etat du 11 de septembre 1973 comme “l’événement qui a inauguré une séquence en Amérique latine faite de dictatures et de néolibéralisme avec des conséquences désastreuses pour le continent”. Cf. Robert Chaouad (2013), « La résonance des temps », Revue internationale et stratégique, vol. 3, n° 91, p. 63-69. Sur le cas chilien, voir entre autres Franck Gaudichaud, « La voie chilienne au néolibéralisme. Regards croisés sur un pays laboratoire », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos [En ligne], « Questions du temps présent », mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 30 janvier 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/67029.

16 Stéphane Boisard et Mariana Heredia, « Laboratoires de la mondialisation économique. Regards croisés sur les dictatures argentine et chilienne des années 1970 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2010, n° 105, p. 109-125 ; Sebastián Edwards et Alejandro Cox, Monetarismo y liberalización. El experimento chileno, México : Fondo de Cultura Económica ; Manuel Gárate, op. cit., 2012. Sur cet aspect historique, le projet FONDECYT regular 2015-2018 n° 1150819, dirigé par Luis Ortega Martinez et intitulé « El itinerario del proyecto monetarista en Chile, 1952-1975 », est particulièrement intéressant.

17 Entre autres : Rafael Agacino, Hegemonía y contra hegemonía en una contrarrevolución neoliberal madura, Plataforma Nexos, 23 enero 2006. URL : www.plataforma-nexos.cl/index.php ?option =com_remository&Itemid =60&func =startdown&id =8 (consulté le 29 janvier 2017) ; Katia Araujo et Danilo Martuccelli, « Individu et néolibéralisme : réflexions à partir de l’expérience chilienne », Problèmes d’Amérique latine, 88 (1), 2013, p. 125-143 ; Franck Gaudichaud, María Cosette Godoy Hidalgo et Fabiola Miranda-Pérez, « Chili actuel, à l’ombre du néolibéralisme. Eléments d’introduction », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos [En ligne], « Questions du temps présent », mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 29 janvier 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/68208 (consulté le 18 janvier 2017). Antoine Maillet, “Variedades de neoliberalismo. Innovación conceptual para el análisis del rol del Estado en los mercados”, Revista de Estudios Políticos (nueva época), n° 169, julio-septiembre 2015, p. 109-136. Tomás Moulián (1997), Chile Actual. Anatomía de un Mito, Santiago de Chile : LOM Ediciones, “Punta de Fuga”.

18 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2000.

19 Eduardo Santa Cruz, Op. cit., 1987, p. 63.

20 Armand Mattelart, Michèle Mattelart et Mabel Piccini, “Los medios de comunicación de masas. La ideología de la prensa liberal en Chile”, Cuadernos de la Realidad Nacional, n° 3, marzo de 1970.

21  Selon la même étude, les dix groupes que nous mentionnons sont ceci : Groupe Banco Sudamericano (lié à la famille Matte-Alessandri) ; Groupe Banco de Chile (famille Matte-Alessandri et Menéndez-Braun) ; Groupe Banco A. Edwards (Famille Edwards) ; Groupe Banco nacional del Trabajo (famille Said-Kattan-Hirmas) ; Groupe Banco Español ; Groupe Punta Arenas (des familles Campos, Menéndez, Braun y Behety) ; Groupe Banco Continental (lié à l’entreprise de textile Yarur). Le groupe Zig-Zag compte, quant à lui, des actionnaires issus de Banco de Chile, Banco Sudamericano et Banco Edwards qui siègent au conseil d’administration. D’autres groupes médiatiques montrent cette tendance, comme par exemple les groupes Radio Portales – et Banco Nacional del Trabajo, Banco Panamericano et Banco de Crédito e Inversiones –, COPESA ou Emisora Presidente Balmaceda. Cf. Armand Mattelart, Michèle Mattelart et Mabel Piccini, Ibid.

22 Dans son travail classique, Diego Portales montre bien les continuités qui facilite l’appropiation médiatique du modèle de croissance néolibéral. Voir : Diego Portales, “Poder económico y libertad de expresión. La industria de la comunicación chilena en la democracia y el autoritarismo”, Santiago : ILET, Editoriales Nueva Imagen, 1981.

23 Eduardo Santa Cruz, Op. cit., p. 145. 

24 Guillermo Sunkel, Razón y Pasión en la Prensa Popular. Un Estudio sobre Cultura Popular, Cultura de Masas y Cultura Política, Santiago de Chile : Estudios ILET, 1985.

25 Steve Stern J., Battling for hearts and minds. Memory struggles in Pinochet’s Chile, 1973-1988, Book two of the trilogy : The Memory box of Pinochet’s Chile, United State of America, Duke University Press & London, 2006

26 R. Bresnahan, “The media and the neoliberal transition in Chile : Democratic promise unfulfilled”, Latin American Perspectives, 30(5), 2003, p. 39–68.

27 María Olivia Monckeberg, Los magnates de la prensa. Concentración de los medios de comunicación en Chile, Penguin Random House, Santiago, 2011.

28 Guillermo Sunkel et Estaban Geoffrey, Concentración económica de los medios de comunicación, Santiago de Chile, Lom Ediciones, 2001.

29 Martín Becerra, "La era de la concentración", Diálogos de la Comunicación, nº 69, Federación Latinoamericana de Facultades y Carreras de Comunicación Social (FELAFACS), Lima, 2004, p. 54-61 ; Martín Becerra et Guillermo Mastrini, Periodistas y magnates. Estructura y concentración de las industrias culturales en América Latina, Prometeo, Buenos Aires, 2006 ; Martín Becerra et Guillermo Mastrini, “Estructura, concentración y transformaciones en los medios del Cono Sur latinoamericano”, Comunicar nº 36, vol. XVIII, 2011, p. 51-59.

30 Roberto Trejo Ojeda, “Cine chileno y capitalismo neoliberal. Apuntes para una crítica de la economía política de la producción cinematográfica”, Chasqui. Revista Latinoamericana de Comunicación, nº 132, agosto-noviembre 2016, p. 77-100 ; S. B. C. Wiley, “Transnation : Globalization and the reorganization of Chilean television in the early 1990s”, Journal of Broadcasting & Electronic Media, 50, 2006, p. 400–420.

31 Martín Becerra et Guillermo Mastrini, Ibid., 2011, p. 57.

32 Claudia Mellado et Claudia Lagos, “Transformaciones y continuidades en los diarios nacionales chilenos en la postdictadura (1990-2011)”, VIII Congreso internacional ULEPICC : Comunicación, Políticas e Industria : Procesos de digitalización y crisis, sus impactos en las políticas y la regulación, “Eje temático : 6. Propiedad, grupos de comunicación y estructura de medios”, 10 al 12 de Julio de 2013, Universidad Nacional de Quilmes, Buenos Aires, Argentina, p. 5.

33 Patricio Navia et Rodrigo Osorio (2015), “El Mercurio Lies, and La Tercera Lies More. Political Bias in Newspaper Headlines in Chile, 1994–2010”, Bulletin of Latin America Research, n° 34, p. 467-485.

34 A ce sujet, voir notamment : María Elena Gronemeyer et William Porath, “Los niveles de coincidencias temáticas en editoriales de cinco diarios chilenos de referencia en un contexto de concentración de la propiedad de los medios”, Estudios Sobre El Mensaje PeriodíStico, 19 (1), 2013, p. 433-452.

35 Sur la première phase de ce processus, voir : Ossandon & Santa Cruz, op. cit., 2000.

36 Pedro Santander, “Nuevas leyes de medios en Sudamérica : enfrentando políticamente la concentración mediática”, Convergencia. Revista de Ciencias Sociales, Nro. 66, 2014, p. 13-37.

37 Bastián Fernández, “Avisaje estatal : la tentación gubernamental de manipular los medios”, El Mostrador, mis en ligne le 4 de abril 2014, consulté le 3 janiver 2017. URL : http://www.elmostrador.cl/noticias/pais/2014/04/04/avisaje-estatal-la-tentacion-gubernamental-de-manipular-los-medios/.

38 Pour donner seulement deux références centrales et récentes : Claudio Salinas et Hans Stange, « Burocratización de las rutinas profesionales de los periodistas en Chile (1975-2005) », Cuadernos.info, n° 37, 2015, p. 121-135 ; Claudia Mellado, Paulina Salinas, Carlos del Valle et Gustavo González, « Estudio comparativo de cuatro regiones : mercado laboral y perfil del periodista », Cuadernos.info, n° 26, p. 46-64.

39 Antoine Faure, Claudio Salinas et Hans Stange, « The Dominance of Common Sense. The influence of the Media System on Professional Practices of Journalists in Chile, 1970-2000 » in Puppis, M., Künzler, M. y Jarren, O. [ed.], Media Structures and Media Performance : State of and Perspectives for Communication Research, Zurich : IMPZ, « Relation», 2013, p. 283-301.

40 “El periodismo chileno ha ido burocratizando crecientemente su labor, transformando el proceso de producción de noticias en una tarea mecanizada y automatizada, que responde fuertemente a las lógicas del mercado de medios” in Claudio Salinas et Hans Stange, op. cit., 2015, p. 121 (Traduction personnelle).

41 Carlos Ossandón et Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2000.

42 Éric Lagneau et al., « La dynamique sociale des sources et flux de nouvelles. Introduction », Sur le journalisme, vol. 2, n° 1, 2013, s/p. URL : http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/67 (consulté le 20 novembre 2013).

43 Maxwell Mac Combs et Donald Shaw Donald, “The Agenda Setting Function of the Mass-Media”, Public Opinion Quarterly, vol. 36, 1972, p. 176-187.

44 Patricio Bernedo et William Porath, « ¿Cómo contribuyó la prensa al derrumbe de la democracia chilena ? », Cuadernos de Información, n° 16-17, 2003, p. 115-124 ; Eugenio Tironi et Guillermo Sunkel, « Modernización de las comunicaciones y democratización de la política. Los medios en la transición a la democracia en Chile », Estudios Públicos, n° 52, primavera 1993, p. 215-246.

45 Lidia Baltra, La prensa chilena encrucijada. Entre la voz monocorde y la revolución digital, Santiago de Chile : LOM Ediciones / CYP/CH, Colección « Ciencias humanas », 2012 ; Juan Pablo Cárdenas (2005), « Periodistas, conflictos sociales y reconciliación », Revista Comunicación y Medios, n° 16, Instituto de Comunicación e Imagen, Universidad de Chile, disponible sur http://www.revistas.uchile.cl/index.php/RCM/article/viewFile/11567/11925 (consulté le 17 janvier 2012). ; Abraham Santibañez, “Presentación” in Patricio Dooner, Periodismos y Política. La prensa de derecha y de izquierda en Chile (1970-1973), Editorial Andante, Santiago, 1989.

46 Oscar Dávila, “Estado y políticas sociales : del Estado protector al Estado subsidiario”, Última Década, núm. 9, 1998, p. 1-9.

47 L’historienne Carla Rivera souligne que la lutte entreprise par la corporation contre la « Loi baillon » (Ley Mordaza) sous le gouvernement de Jorge Alessandri n’a pas d’effets immédiats puisqu’il faudra attendre l’élection de Salvador Allende pour qu’elle soit retirée. Sur ce point : Carla Rivera, Carla Rivera, “Diálogos y reflexiones sobre las comunicaciones en la Unidad Popular. Chile, 1970-1973”, Historia y Comunicación Social, vol. 20, nº 5, 2015, p. 345-367. Cependant, la co-régulation du champ journalistique par le gremio et l’Etat chilien, à partir d’instruments de gestion de ses frontières, permet de mieux cerner la position centrale qu’a pu peu à peu occuper le Colegio de periodistas de Chile dans la profesionnalisation de l’activité. Cf. Antoine Faure, “¿Contribuyeron los medios de comunicación al golpe de Estado ? Otra historia del periodismo durante la Unidad Popular (1970-1973)”, Izquierda(S), 35, 2017, p. 71-97.

48 Logique que l’on observe aussi en Colombie et au Pérou. Voir : Claudia Mellado, “Asociatividad y profesionalización del periodismo. Los colegios profesionales de los periodistas en Latinoamérica”, Revista Comunicación, Estudios Venezolanos de Comunicación, 2009, p. 5-9.

49 Entre 2002 et 2008, seuls 2.37 % des diplômés des écoles de journalisme se sont inscrits au Collège des journalistes professionnels. Cf. Claudia Mellado et Elizabeth Parra, “Indicadores de identidad y perfil del periodista regional en Chile”, Opción, vol. 23, n° 55, 2008, p. 145-167.

50 Selon la « gouvernementalité sociale » propre à la période d’Etat-Providence. Voir : Pierre Sauvêtre, « Crises de gouvernementalité et généalogie de l’État aux XXe et XXIe siècles. Recherche historico-philosophique sur les usages de la raison Politique », Thèse en science politique dirigée par Jean-Marie Donegani, Ecole doctorale de Science Po, CEVIPOF, 2013. Sur le cas chilien de la co-construction d’une régulation du champ journalistique, voir : Antoine Faure, « Des(-)ordres journalistiques », Thèse en science politique dirigée par Olivier Ihl, Ecole doctorale 454 « Sciences de l’Homme, du politique et du territoires », Sciences Po Grenoble, PACTE, 2014.

51 Claudia Mellado et Marcelo Castillo, “Estructura de la asociatividad profesional en el campo periodístico : el caso de Chile”, Comunicación y Sociedad, Nuevo época, n° 17, enero-junio 2012.

52 Rafael Otano et Guillermo Sunkel, “Libertad de los periodistas en los medios”, Comunicación y Medios, 14, 2003. URL : http://www.comunicacionymedios.uchile.cl/index.php/RCM/article/view/12099/12455 (consulté le 2 décembre 2016).

53 Folker Hanusch, Claudia Mellado et al., “Journalism Students’ Motivations and Expectations of Their Work in Comparative Perspective”, Journalism & Mass Communication Educator, 2014, p. 1-20.

54  Richard L. Kaplan, Politics and the American Press : The rise of objectivity (1965-1920), Cambridge (U.K.), Cambridge University Press, 2002 ; Dan Schiller, « An Historical Approach to Objectivity and Professionalism in American News Reporting», Journal of Communication, vol. 29, n° 4, Autumn 1979, p. 46-57.

55 Pierre Bourdieu, L’opinion publique n’existe pas, Paris, Editions de minuit, 1996.

56 Danilo Martuccelli, « Les imageries du pouvoir : de la rationalisation à la réactivité », L’Home et la société, 152-153 (2), 2008, p. 183-200 ; Katia Araujo et Danilo Martuccelli, « Individu et néolibéralisme : réflexions à partir de l’expérience chilienne », Problèmes d’Amérique latine, 88 (1), 2013, p. 125-143.

57 Sebastián Valenzuela et Arturo Arriagada (2011), “Competencia por la uniformidad en noticieros y diarios chilenos 2000-2005”, Cuadernos.info, [S.l.], n° 24, p. 41- 52.

58 Pablo Boczkowski et Martín de Santos, "When more media equals less news : patterns of content homogenization in Argentina's leading print and online newspapers”, Political Communication, n° 24, 2007, p. 167-180.

59 Isabel Awad, María Domínguez, Angélica Bulnes, « Dirigentas de campamento y actividad mediática : mas allá de Internet », Cuadernos.Info, n° 33, 2013, p. 26-42.

60 Isabel Awad, op. cit., 2014.

61 Manuel Cervera Marzal, « Médiatisation et hiérarchisation du militantisme », Politique et Sociétés, 1 (35), 2016, p. 3-25.

62 Eduardo Santa Cruz, op. cit., 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Faure et René Jara Reyes, « Autorégulation, individualisation et marchandisation », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 02 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/71357

Haut de page

Auteurs

Antoine Faure

CIDOC, Universidad Finis Terrae
antoinelucienfaure@gmail.com

Articles du même auteur

René Jara Reyes

Ecole de journalisme, Universidad de Santiago de Chile
rene.jara@usach.cl

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page