Navigation – Plan du site
Pierre Sorlin

Mauricio Onetto Pavez, Temblores de tierra en el jardín del edén. Desastre, memoria e identidad. Chile, siglos XVI-XVIII

Santiago de Chile, Dirección de Bibliotecas, Archivos y Museos, 2017, 472 p.
Référence(s) :

Mauricio Onetto Pavez, Temblores de tierra en el jardín del edén. Desastre, memoria e identidad. Chile, siglos XVI-XVIII, Santiago, Dirección de Bibliotecas, Archivos y Museos, 2017, 472 p.

[29/09/2017]

Texte intégral

1Une nation se définit comme un territoire où des règles fixent à la fois la distribution ou l’échange des biens et les rapports entre les habitants. À cela s’ajoute une imprécise notion d’identité, mélange de traditions plus ou moins communes, de pratiques culturelles et de références au passé. Tous ne sont pas conscients de ce « patrimoine », seule une minorité le définit, l’entretient et le modifie au gré des événements. Comment un tel héritage, à peine évoqué au cours des périodes calmes, soudain réveillé et revendiqué dans les moments de crise, se constitue-t-il, est-il diffusé dans la société, se transforme-t-il avec les années ? La question, depuis trois décennies, a fait l’objet de nombreuses approches théoriques grâce auxquelles nous voyons mieux comment aborder le problème. Les études concrètes, montrant la naissance, la fixation de points de repère, les permanences et les adaptations nécessaires au fil du temps sont en revanche peu nombreuses. L’ouvrage fortement pensé de Mauricio Onetto Pavez, fondé sur une recherche exhaustive à travers textes et œuvres graphiques, ouvre une voie tout à fait nouvelle en montrant comment s’est formée l’idée d’un Chili terre bénie et lieu de désastres.

2Prenant pied sur la côte chilienne, les Espagnols se sentirent perdus au bout du monde dans un lieu froid, humide, menacé par les indigènes et les pirates, loin de Lima et davantage encore de Madrid. Les rapports adressés à la couronne décrivent unanimement l’état pitoyable de ce « miserable reino » et « el abismo de calamidades y extremo » dans lequel il se trouve. Les colons mirent sur pied un système défensif, la plupart s’installèrent a Santiago ou Concepción, une minorité, attachée à une agriculture très rentable, construisit des haciendas fortifiées, sans que diminuât la peur d’une catastrophe provoquée non par les éléments, secousses telluriques ou raz de marée, mais par le seul fait d’une menace imprécise et pourtant redoutable.

3Le tremblement de terre de 1647 fut l’une des nombreuses calamités dont le Chili eut à souffrir. Les destructions matérielles furent considérables, le mauvais temps, la mésentente entre les habitants retardèrent la reconstruction, les locataires, faute d’argent, ne payèrent pas leurs dettes ce qui mit en difficulté les propriétaires, la main d’œuvre indigène s’enfuit mais la catastrophe n’aurait pas produit un tel effet si elle n’était pas intervenue après une longue kyrielle de plaintes adressées au roi dont l’accumulation finissait par impressionner, « el terremoto, écrit Mauricio Onetto, actuó como un revelador de significados ». Pour montrer l’ampleur de la catastrophe il fallait trouver des expressions frappantes, n’était-ce pas « una clara imitación » de la prophétie annonçant la chute de Jérusalem ? n’avait-on pas entendu sur l’autre versant de la cordillère le bruit terrifiant de montages qui « se daban la batalla unos con otros y se desunían de sus sitios » ? Les caractères particuliers de l’événement et le fait que Santiago en ait été l’épicentre définissaient ce qu’était une « grande » secousse tellurique, par la suite s’instaura une distinction arbitraire entre les secousses « fortes » affectant les centres urbains, lieux du pouvoir, et les « faibles », négligeables, rarement citées. À travers les descriptions, nécessairement surchargées d’adjectifs, le tremblement de terre de 1647 finit par prendre une dimension quasi mythique propre à émouvoir le souverain. L’Espagne ne risquait-elle pas, alors, de renoncer à cette province maudite ? Il fallait donc « contrarrestar la ‘mala fama’ e invertirla », montrer comment la prodigieuse richesse du sol justifiait un effort soutenu, en d’autres termes, comme l’indique le titre de l’ouvrage, situer les « temblores de tierra en el jardín del Edén ».

4En 1647 Santiago avait été presque entièrement détruite, il s’agissait d’un fait ancien, la cité, rebâtie, avait continué à se développer, d’autres drames s ‘étaient produits mais la secousse objet de longs discours demeurait un cas exceptionnel, non pas en elle-même, plutôt à travers les essais de définition dont elle avait été l’objet. Isolée de son contexte, « resumiéndose en esta única solemnidad los demás aniversarios » selon le programme du bicentenaire célébré en 1847, elle devenait un prétexte sans équivalent pour lancer des controverses idéologiques. Châtiment divin ou, de manière moins violente, avertissement envoyé par le ciel, épreuve destinée à mesurer la foi du peuple ? L’hypothèse, latente depuis le 17° siècle, refaisait surface à l’époque de l’indépendance, quand les peuples semblaient se détourner de la foi. Sous la république, les historiens libéraux utilisèrent 1647 pour critiquer la quasi indifférence de la monarchie espagnole, exalter le courage et l’endurance des Chiliens, prompts à se relever du désastre – et aussi pour opposer le passé, avec ses faiblesses devant l’épreuve, à l’état présent du pays. Mauricio Onetto peut évoquer, jusqu’à nos jours, les innombrables retours à la journée fatale, toujours la même, encombrée de qualificatifs vagues masquant son caractère purement symbolique. À la notion de mémoire, ici peu pertinente (qui se souvient de 1647 ?), l’auteur préfère celle de « formas de memoria », imprévisibles, nées sous l’impulsion du moment, vite remplacées par d’autres, reliées entre elles, cependant, par la conscience qu’il y eut, moment fondateur, un désastre, et par la capacité à tenir pour moins dramatiques, presque vouées à l’oubli, d’autres épreuves qui marquèrent l’histoire du Chili.

5L’ouvrage est un modèle d’enquête soutenue par la volonté de comprendre comment un événement terrible et pourtant banal en vient à caractériser l’esprit d’une nation. Mauricio Onetto connaît parfaitement les recherches menées actuellement sur le rapport entre histoire, conscience identitaire et mémoire, il les utilise en montrant combien ces notions, nécessaires, se révèlent fragiles dès qu’on les rapporte à une formation sociale précise. À cet égard, ce livre érudit est aussi une réflexion philosophique sur ce que veut dire se remémorer le passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Sorlin, « Mauricio Onetto Pavez, Temblores de tierra en el jardín del edén. Desastre, memoria e identidad. Chile, siglos XVI-XVIII  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/71456

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page