Navigation – Plan du site
Nicolas Ellison

Discours performatifs et constructions politiques de l’identité ethnique : restructuration des rapports entre minorités et pouvoirs publics au Mexique, le cas totonaque.

[22/02/2005]

Résumé

Le propos de cet exposé est de montrer, à partir de l’étude de terrain concernant le mouvement ethnico-écologique des Indiens totonaques (Mexique central), comment la référence au conflit du Chiapas et l’appropriation des discours sur les droits indigènes et le développement durable sont mobilisés par les organisations indiennes, l’Eglise et les partis politiques pour redéfinir la relation entre les minorités et les pouvoirs publics.

Haut de page

Notes de la rédaction

Communication présentée lors de la Journée d’Etude « Entreprises politiques en chantier » du réseau Interreg - SUDOE organisée par le Laboratoire des Sciences Sociales du Politiques (LASSP), sInstitut d’Etudes Politiques de Toulouse, le 28/11/2003. Ce texte correspond à la première version d’un chapitre de la thèse soutenue par l’auteur en mars 2004 : Entre l’ombre des caféiers et la chaleur du maïs. Reproduction sociale, usages et représentations de l’environnement en pays totonaque (Mexique).

Texte intégral

Introduction

1Au cours des dernières années, par leurs luttes pour une réelle participation démocratique, les mouvements indiens1 ont mis en cause de façon spectaculaire les semblants de « démocratisation » en Amérique latine, allant parfois jusqu’à obliger les gouvernants à se démettre de leur fonctions (en Equateur en janvier 2000, en Bolivie en octobre 2003). Au Mexique, où vit la plus grande population indienne en chiffres absolus (10 à 13 millions d’habitants parlant 62 langues) qui ne représente cependant que 10 à 15% de la population totale, l’enjeu pour le mouvement indien n’est pas la participation au gouvernement national, mais l’obtention d’une figure juridique pour une autonomie des régions à majorité indienne.

2Le propos de cet exposé est de montrer, à partir d’une étude de cas, comment la référence au conflit du Chiapas et l’appropriation des discours sur les droits indigènes et le développement durable sont mobilisés par les organisations indiennes, l’Eglise et les partis politiques pour redéfinir la relation entre les minorités et les pouvoirs publics.

3En m’appuyant sur l’étude de terrain2 concernant le mouvement ethnico-écologique des Indiens totonaques de Huehuetla (Mexique central), je présenterai une analyse de l’ethnicité comme résultant d’une construction socio-politique. Ce registre dynamise la concurrence politique (et l’obtention de ressources extérieures) en faveur des communautés indiennes et leur permet de construire concrètement un espace d’autonomie relative.

Données sur la région d’étude

4La Sierra de Puebla se situe dans le nord de l’Etat de Puebla, au centre-est du Mexique, et concentre des populations indiennes nahuas, totonaques, tepehuas et otomi. Quant à la région de Huehuetla, au piémont de la sierra, il s’agit d’une région dominante à totonaque (90% de la population). Outre la culture du maïs, le paysage est dominé par la caféiculture en sous-bois pratiquée principalement par les paysans totonaques et l’élevage pratiqué par les métis. Selon une configuration classique dans la région, les métis, qui contrôlent le commerce régional, habitent le bourg chef-lieu et la population totonaque vit dispersée dans des villages et hameaux.

5Concernant l’ethnicité il convient de discerner deux niveaux, celui de l’identité collective et celui de l’identité ethnique (Wachtel 2000). A Huehuetla, l’identité collective se construit dans chaque village ou communauté totonaque autour d’une organisation des services religieux (système des charges), un cycle rituel dans lequel les calendriers festif et agricole sont étroitement liés et marqués de fêtes ostentatoires en l’honneur du saint-patron (les mayordomías).

6La cohésion sociale se fonde sur le partage d’un cadre cosmologique qui oriente les rapports idéels et matériels des hommes entre eux et des hommes avec la nature : la culture du maïs, même si elle n’alimente plus que partiellement les familles totonaques, y joue un rôle central. A tel point que les revenus extérieurs à l’agriculture financent celle-ci (60% des ménages doivent louer des terres)3. Ces revenus non-agricoles représentent en effet près de 80% des revenus des ménages paysans, qu’il s’agisse de salaires ou de subsides publics.  Les fêtes religieuses et le culte des saints occupent une place importante dans la reproduction et la restructuration des rapports sociaux dans les villages totonaques de Huehuetla comme fondements de l’identité collective à Huehuetla, c’est-à-dire de l’appartenance à la communauté politico-religieuse territoriale.

7L’identité ethnique par contre relève du champ socioéconomique et politique régional dans lequel s’inscrivent les relations entre la minorité métisse et la majorité totonaque. Sa construction, peut s’appuyer sur l’identité collective, et mobiliser des  référents cosmologiques (le rapport à la terre, au maïs), mais il s’agit d’abord d’une construction politique du rapport à la société dominante, que ce soit à l’encontre de ses représentants locaux (les métis) ou des pouvoirs publics : pour les communautés indiennes son enjeu est la définition ou redéfinition du rapport au gouvernement afin de s’assurer un espace politique propre favorable à leur reproduction.

8En effet, suite à la pluralisation du jeu politique et aux tentatives de réforme constitutionnelle concernant les droits des peuples indigènes en réponse aux mouvements revendicatifs, l’identité ethnique fait l’objet de « discours performatifs » (Bourdieu 2001) divergents entre les mouvements indiens, les autorités locales et fédérales. Ces discours s’appuient sur différentes réappropriations des thématiques importées de la scène internationale concernant la reconnaissance des droits indigènes et le développement durable. La concurrence politique entre organisations indigènes, ONG et Eglise d’une part, partis politiques, autorités régionales et fédérales d’autre part permet aux populations indiennes d’ouvrir de nouveaux espaces (relatifs) de participation et/ou d’ « autonomie ».

1. L’émergence des Indiens sur la scène politique 

9Lors des élections présidentielles de 1988, les accusations de fraude à l’encontre du parti « officiel » (le PRI, Partido Révolucionario Institucional) et de son candidat Carlos Salinas de Gortári suscitèrent une forte contestation nationale. Ce mouvement s’institutionnalisa autour du candidat d’opposition Cuauhtemoc Cardenas (représentant un courant sécessionniste issu du PRI) sous la forme d’un nouveau parti d’opposition, le PRD (Partido de la Révolución Democrática). En même temps, l’opposition « officielle » du parti conservateur PAN (Partido de Acción Nacional) gagnait les élections de gouverneurs de plusieurs Etats du nord de la fédération mexicaine.  Le soulèvement en 1994 des paysans mayas du Chiapas sous la bannière du mouvement néozapatiste (l’EZLN ou Armée Zapatiste de Libération Nationale) constitue l’événement politique marquant des années 1990. Ce coup d’éclat coïncidait avec la date de l’entrée en vigueur de l’ALENA (accord de libre échange nord-américain) en protestation contre les politiques néolibérales mises en œuvre depuis la crise de la dette de 1982 et arrivées à leur apogée sous le gouvernement de Salinas de Gortari. Face aux rêves de « modernité », l’insurrection révélait les limites du processus de « démocratisation » et rappelait à la classe dirigeante et à l’ensemble du pays l’existence des minorités ethniques, la discrimination dont elles sont l’objet et de manière générale, la crise du Mexique rural. Le soulèvement du Chiapas catalysa l’éveil d’un mouvement indien national (réunissant plusieurs dizaines d’organisations au sein du Congrès National Indigène), mais l’enlisement des négociations sur les « droits indigènes » et la militarisation continue du Chiapas favorisèrent la création de mouvements révolutionnaires armés radicaux dans d’autres régions rurales et indiennes, notamment dans les Etats du Oaxaca et du Guerrero4. En conséquence, l’attitude des autorités fédérales et régionales à l’égard du mouvement indien, considéré comme potentiellement rebelle, est au mieux méfiante, et parfois ouvertement répressive.

10En juillet 2000, Vicente Fox, candidat du parti conservateur (PAN) est élu nouveau président du Mexique après une campagne menée sous le leitmotiv du « changement », mettant fin à soixante dix ans d’un régime de monopartisme de fait. Toutefois, le nouveau gouvernement ne dispose que d’une majorité relative et doit composer avec les gouverneurs des Etats de la fédération encore sous contrôle du PRI, l’ancien parti officiel : il s’instaure un équilibre dans la continuité, le « changement » ne correspond pas aux espoirs suscités. La contestation s’amplifie d’autant plus dans les campagnes, que la politique fédérale en matière agricole, en l’absence d’un projet national, est - au mieux – incohérente, voire destructrice.

11Dans la Sierra de Puebla (centre-est du Mexique), où vivent des populations nahuas, totonaques, tepehuas et otomi, la reconfiguration politique nationale s’est exprimée au niveau local par une claire « indianisation » des élections. Dès la fin des années 1980, plusieurs « municipes »5 sont conquis par l’opposition (PRD ou PAN) renforcée par l’émergence de différentes organisations indiennes. Dans le municipe totonaque de Huehuetla, pour la première fois une organisation indienne, l’Organisation Indépendante Totonaque (OIT) gagne les élections locales en 1989, donnant naissance à la première expérience de « gouvernement indien » de l’Etat de Puebla.

12Divers facteurs ont contribué à cette nouvelle donne politique, de la victoire de l’alliance entre un mouvement indien (soutenu par l’Eglise) et un parti politique d’opposition (le PRD). Le rejet du monopole exercé par la minorité métisse sur le pouvoir politique et économique local au travers du parti officiel et l’insertion des paysans totonaques au développement national par le biais d’une caféiculture encadrée par l’Etat fédéral en sont les données principales. D’une part, la politique de développement des années 1970-80 ouvre aux communautés paysannes indiennes un nouvel espace de participation économique et politique (par la création de coopératives de producteurs de café). Mais, d’autre part, en conséquence de ses aspects homogénéisants, l’intégration au développement national, accompagnée de l’extension du système d’éducation, accélère la crise d’identité au sein de la population totonaque. Ces deux aspects se trouvent aux fondements de la création de l’Organisation Indépendante Totonaque à la fin des années 1980.

13Ce processus politique, autant dans sa phase préparatoire (avec le travail de conscientisation au sein de Communautés Ecclésiales de Base, de l’institut national d’alphabétisation (INEA) et des différents projets productifs) que dans la phase ultérieure du « gouvernement indigène » accentua l’opposition entre la population totonaque et les commerçants et éleveurs métis du chef-lieu, traduisant la confrontation politique dans un registre d’opposition entre groupes « ethniques » (Totonaques vs. métis) autant que socioéconomiques (paysans caféiculteurs vs. commerçants – éleveurs de bétail).

14 Bien que le PRI réussissait à récupérer le contrôle de ce municipe en 1998, la participation politique de la population indienne était devenu une donnée de fait dans toute la région. Au cours des dernières élections municipales (novembre 2001), non seulement se présentaient désormais trois partis (le PRI, le PRD en alliance avec l’OIT, et le PAN, récemment créé dans le municipe suite à l’élection présidentielle de juillet 2000), mais chacun des candidats était issu d’une communauté totonaque et s’identifiait publiquement comme tel, adressait ses discours de campagne d’abord aux communautés indiennes et directement en totonaque6.

15Le PRI remporta à nouveau l’élection mais son candidat se démarqua très vite de ses prédécesseurs métis, qui, bien qu’issus du même parti, le traitèrent en rival à partir du moment où il manifesta une volonté de mener sa propre politique en s’appuyant d’abord sur le soutien des villages totonaques, montrant ainsi une relative indépendance par rapport aux familles métisses du chef-lieu. Ce clivage, principalement lié à l’affiliation à différents courants au sein du PRI, ne manquait cependant pas d’être interprété sur un registre ethnique.

Le «syndrome du Chiapas » comme amplificateur des discours identitaires

16En 1989, l’expérience d’un « gouvernement indien » démocratiquement élu à Huehuetla, s’inscrit dans le mouvement de montée des revendications politiques de la part des minorités indiennes dans l’ensemble du Mexique et de l’Amérique latine.
Le soulèvement du Chiapas, expression de la frustration résultant de la répression de ce mouvement qui défendait la démocratisation et les droits collectifs dans cette région méridionale, va conférer un nouveau sens au projet totonaque : celui de la construction de l’autonomie indienne. Aux côtés de l’Organisation Indépendante Totonaque, se joignent de nouveaux militants proches de l’opposition (PRD) : ils sont issus des secteurs urbains de la ville de Puebla ayant participé au mouvement national de solidarité avec les revendications zapatistes qui avait forcé gouvernement et insurgés à s’asseoir autour de la table de négociation.

17Ainsi, à l’ethnicisation du registre politique suivit sa radicalisation en référence au conflit armé qui éclata en 1994 dans l’Etat du Chiapas.

18Du point de vue de l’analyse sociologique et politique, un rapprochement du cas des communautés totonaques avec la situation politique du Chiapas serait abusif. Par contre, les acteurs locaux, eux, font effectivement en permanence référence au conflit du Chiapas.

19 Non pas que l’OIT se soit identifiée avec l’EZLN en tant qu’organisation armée, mais une partie importante de la population des villages totonaques s’est reconnue dans les communautés indiennes du Chiapas et dans leurs revendications auxquelles elle s’est solidarisée. Des représentants de l’OIT ont établi des échanges d’expérience avec des communautés mayas « bases d’appui » du mouvement zapatiste à propos des projets éducatifs et de production agricole (tout en se prononçant toujours clairement contre la lutte armée et pour une solution pacifique et politique du conflit).

20Dans les discours de l’organisation totonaque, les commerçants et éleveurs de bétail métis de la Sierra de Puebla, généralement ralliés au parti officiel, sont comparés aux « caciques » grands propriétaires métis du Chiapas7.

21 Symétriquement, les dirigeants du PRI, et la plupart des commerçants et des fonctionnaires (les instituteurs notamment) du chef-lieu, ont vite vu dans l’OIT, les prêtres et les missionnaires « progressistes » des rebelles en puissance. C’est ainsi que, dans le contexte d’impact national provoqué par le soulèvement néozapatiste, sous prétexte de fausses accusations de trafic d’armes (contre l’organisation indienne mais aussi contre les sœurs carmélites ! ... et contre les anthropologues étrangers), les partisans du PRI ont obtenu de la part du gouvernement régional l’installation permanente d’un détachement de la police de l’Etat et la réalisation de patrouilles occasionnelles de la part de l’armée fédérale.

22Inversement, suite au soulèvement de l’EZLN, la sympathie d’une partie de l’opinion publique pour les revendications des minorités crée un phénomène médiatique d’amplification de tout mouvement indien. Les dirigeants de ces mouvements jouent de cette médiatisation qui renforce leur position dans les négociations avec les autorités régionales. C’est le cas notamment de l’OIT, qui, bien que subissant aujourd’hui un certain déclin de sa base militante à Huehuetla même, continue à être considérée par les médias de la capitale régionale comme « la » grande organisation indienne de l’Etat de Puebla, illusion entretenue par son allié, le PRD, lui-même en perte de vitesse.

23Les éloges au mouvement totonaque de Huehuetla (quelque peu incongrus, vu la perte de vitesse de l’OIT) faits par le « sous-commandant » Marcos dans un communiqué de janvier 2003 ne font que renforcer cette tendance d’un discours performatif mobilisateur.

24Ainsi la référence au Chiapas, a fait à Huehuetla l’effet d’une caisse de résonance, donnant à la situation politique de cette municipalité une importance bien au-delà des enjeux locaux, tant pour le gouvernement de l’Etat de Puebla, que pour l’opposition politique et les organisations civiles de défense des Droits de l’Homme ou de solidarité avec le mouvement indien national. En conséquence, le municipe attire autant divers soutiens non gouvernementaux pour des projets de l’Organisation Totonaque ou de l’Eglise, que tout type de financements de projets officiels de développement ou d’assistance sociale : Huehuetla devient un enjeu régional du débat national sur l’autonomie indienne. A tel point qu’en mars 2000, le candidat du PRD à la présidence de la république, Cuauhtemoc Cardenas, effectue un meeting de campagne à Huehuetla. 

2. Ethnicité et développement : une lutte pour les définitions légitimes

Huehuetla, nouveau laboratoire régional du « développement » en milieu indien

25Pendant les années 1970-80, les revendications des organisations rurales portaient essentiellement sur des questions agraires et éventuellement politiques. Dans la Sierra de Puebla, une grande coopérative régionale de commercialisation de la production agricole, la Tosepan Titataniske, (centrée sur le municipe nahua de Cuetzalan mais intégrant des coopératives locales dans l’ensemble de la région, zone totonaque inclue) faisait figure de modèle du développement rural.

26Toutefois, la restructuration du rôle de l’Etat dans l’économie nationale et le retrait progressif des soutiens à la production agricole, amène des changements importants dans le rapport entre les pouvoirs publics et les populations rurales. Depuis la consolidation des gouvernements postrévolutionnaires, celles-ci étaient traitées comme des populations paysannes (campesinos) à intégrer au développement national par le soutien à la production. Cela obligeait l’Etat de garantir les conditions minimales de la reproduction du secteur paysan, dont notamment l’accès à la terre et des politiques de régulation des prix agricoles. La création l’Institut Mexicain du Café en fournit un bon exemple.

27Avec le retrait de l’Etat et conformément aux directives de la Banque Mondiale, le paradigme du développement agricole est largement abandonné, et de productives, les populations rurales passent de plus en plus dans la catégorie de populations en extrême pauvreté à traiter sur le mode de l’assistance sociale (Lozada 2002 : 15-16).

28Conformément à une tendance générale en Amérique latine au cours des années 1980-90 dans le cadre des réformes néolibérales et des politiques de « lutte contre la pauvreté », les régions indiennes en tant que telles font l’objet d’un traitement particulier. Au Mexique, c’est notamment le cas à partir du gouvernement de Carlos Salinas de Gortari (Hoffmann, 2002 : 14). Ainsi, le registre ethnique étant redevenu légitime, « tout se passe comme si, pour les paysans, les revendications agraires et politiques ayant en grande partie échoué, la demande de participation citoyenne s’était orientée vers ce nouveau champ de légitimité » et « le paysan s’efface devant l’Indien » (ibid.).

29Dans cette nouvelle configuration politique et économique, c’est désormais Huehuetla qui fait figure de « vitrine » des politiques officielles dans la Sierra de Puebla.

Redéfinition de la politique indigéniste fédérale et la folklorisation du patrimoine culturel

30Si la référence au conflit du Chiapas a l’effet amplificateur décrit ci-dessus, c’est que les revendications d’autonomie culturelle et politique et de justice sociale issues du mouvement zapatiste relèvent d’une problématique nationale : la redéfinition des relations entre les pouvoirs publics – le gouvernement fédéral et les gouvernements des Etats comme émanation de la société dominante métisse et urbaine – et les populations indiennes. L’ampleur de l’écho rencontré par ces revendications dans la plupart des régions rurales et indiennes du pays d’une part, et le changement politique national en juillet 2000 d’autre part, ont amené les autorités fédérales à redéfinir leur politique à l’encontre des peuples indigènes. Le municipe de Huehuetla joue directement un rôle dans cette reformulation du rôle de l’Institut National Indigéniste.

31La trajectoire politique particulière du municipe de Huehuetla en a fait un des « laboratoires » de la reconversion de l’Institut National Indigéniste (INI) en « Commission Nationale pour le Développement des Peuples Indigènes » (CDI)8. En effet, la ligne d’action de cette nouvelle institution relevant du gouvernement fédéral s’inscrit dans le discours sur la « reconstitution des peuples indigènes » 9 adopté par l’INI suite au conflit du Chiapas. Pour cela, l’institut indigéniste a choisi quatre de ses « centres coordinateurs 10» dans toute la république mexicaine pour y mener des expériences pilotes. Celles-ci visent à redéfinir les politiques indigénistes fédérales, et semble-t-il, canaliser les revendications d’autonomie politique des groupes indiens. Parmi ces quatre cas, celui de Huehuetla a été choisi en raison de l’expérience de neuf ans de « gouvernement indigène »11.  La volonté affichée par les autorités de l’INI est de redéfinir les rapports entre l’institution et les communautés indiennes en s’adaptant aux pratiques et à la volonté de celles-ci au lieu de continuer à imposer des modes de fonctionnement qui leurs sont étrangers. Il s’agirait de « s’appuyer sur la voix du peuple » (« retomar la voz del pueblo »). Ainsi, selon l’INI la « reconstitution des peuples indigènes », plus qu’à partir de territoires fragmentés (dans lesquels prévaut souvent une forte émigration) devrait se faire à partir d’une mise en valeur du patrimoine culturel. Dans le cas spécifique de Puebla, cette approche « patrimoniale » aux connotations substantialistes trouve son expression dans un projet d’ « archéologie sociale », c'est-à-dire, selon les explications des autorités en question, d’une valorisation du patrimoine archéologique devant servir à réaffirmer l’identité locale 12. L’intention affichée est de développer à Huehuetla un projet d’archéologie participative, où la population des communautés serait activement associée à l’exploration, la gestion et l’exploitation touristique de son « patrimoine tangible (notamment archéologique) et intangible »13.

32Au-delà des possibles dérives substantialistes - essayer de définir la culture totonaque - et des risques de « patrimonialisation folklorique » des cultures indigènes - avec ce projet le gouvernement fédéral inscrit son action dans la logique en vogue qui prévaut au sein des organisations internationales, notamment de l’UNESCO, à propos des « droits des peuples indigènes » et de « défense du patrimoine culturel intangible ». Cette logique s’appuie sur un mélange d’essentialisme, de souci (sincère, disons-le) de reconnaissance politique du caractère pluriculturel des Etats actuels et de promotion plus ou moins commerciale de la « différence culturelle »14 par un ethno-tourisme qui se cache souvent derrière l’étiquette d’un supposé « écotourisme ».

33 Et en effet l’INI a impulsé la création d’un tel projet d’écotourisme pour la région de Huehuetla. Une infrastructure d’accueil, en construction en 2002-2003, est cogérée entre le Fond Régional issue du « programme national de solidarité » (qui dépend jusqu’en 2003 de l’INI) et une société d’utilité sociale, l’Organisation Régionale de Femmes Totonaques Taputsama Talakxtumit 15 qui réunit huit groupes impulsés par l’INI et issus de communautés totonaques de Huehuetla et de municipes voisins.  Dans le cadre de ce projet régional les employés de l’INI effectuent des « ateliers sur l’identité » (« talleres sobre identidad »), toujours dans cette perspective d’une « archéologie sociale » devant « servir à la communauté » afin de définir son identité. Mais, il s’agit aussi – et avant tout ? – de définir l’image qui sera « vendue » à l’extérieur, notamment pour attirer le tourisme.

34La conception de l’institut indigéniste sur la « reconstitution des peuples indigènes » est limitée : la question de la territorialité en est volontairement exclue et l’« accompagnement » de la réaffirmation de l’identité collective se restreint à l’échelon local des municipes, c'est-à-dire aux divisions politico-administratives existantes. Enfin, du point de vue économique, la gestion du patrimoine culturel remplace l’aide à la production.

35Cette conception s’oppose à celle défendue par les organisations indiennes indépendantes telles que l’OIT.

La revendication de l’autonomie par l’application des Accords de San Andrès

36L’Organisation Indépendante Totonaque, limitée au municipe de Huehuetla, connaît un déclin de sa base sociale locale, mais se renforce par la coordination régionale avec d’autres organisations. L’affaiblissement de l’OIT est lié en partie à la crise économique due à la chute des prix du café (or la commercialisation du café constituait son principal pilier sur le plan matériel) mais aussi à l’emprise grandissante du Parti de la Révolution Démocratique (PRD) qui a eu tendance à utiliser l’organisation comme une « réserve de votes », un forum pour revendiquer une implantation forte dans la région. Par ailleurs, l’OIT, jusque là fortement impulsée par les prêtres s’est distanciée de l’Eglise en même temps qu’elle se confondait de plus en plus avec le parti. En réaction le clergé progressiste décida d’impulser l’union des organisations locales, en soi trop associées à la question du contrôle du pouvoir local, dans un regroupement régional, l’ « Unité Indigène Totonaque et Nahua » (UNITONA16).

37La position de l’UNITONA concernant la « reconstitution des peuples indigènes » (selon l’expression devenue officielle) est celle de l’application des accords dits « de San Andrés » sur les droits et la culture indigènes (signés en 1995 entre le gouvernement mexicain, l’EZLN et des représentants de groupes indigènes de l’ensemble du pays). Une délégation de l’OIT s’était d’ailleurs rendue au Chiapas et participa aux dialogues de paix de San Andrés. Au cours de l’année 2002, avec le soutien d’une trentaine de paroisses de la Sierra de Puebla, l’UNITONA effectua une série de consultations et d’ateliers d’informations sur les accords de San Andrés et la reconnaissance constitutionnelle de l’autonomie des peuples indigènes17.

38Or l’expression de « nations indigènes » commence à percer dans le discours de ces organisations, révélant la réappropriation militante des contenus « ethnicisants » du discours des organismes internationaux. En effet, l’UNITONA organisa avec le Congrès National Indigène une « rencontre des nations indiennes du Mexique » en octobre 2003. La rencontre était conçue par l’un de ses organisateurs totonaques comme « une rencontre entre les nations indiennes, tout comme au niveau international s’organisent des réunions entre les gouvernement des différents pays ».

39On reconnaît là l’influence du discours des organismes internationaux qui véhicule ces catégories essentialistes de « nations autochtones », aboutissant en quelque sorte une « ethnicisation » (dans le sens d’une saillance des discours identitaires) des mouvements issus des communautés indiennes, telle que cela est déjà explicite en Amérique du Sud depuis le milieu des années 1980. L’intention d’organiser dans les communautés totonaques et nahuas des «  ateliers sur l’identité » (tout comme le fait l’INI) entre dans cette logique.

40  Pourtant, l’UNITONA en tant qu’union entre Nahuas et Totonaques s’inscrit dans une logique d’autonomie politique régionale plus que dans celle d’une ethnicité exclusive, sans que cela n’écarte les éventuelles expressions millénaristes 18. Concernant la mise en œuvre de l’autonomie, l’option retenue par cette organisation est de créer une confédération régionale de municipalités de la région (appelée « Totonacapan » selon le terme préhispanique, région « pluriethnique » par définition) qui représenterait une sorte de quatrième échelon territorial 19 et permettrait la participation directe des communautés indigènes (au travers de leurs organisations) dans les décisions du gouvernement fédéral et de l’Etat de Puebla concernant le développement régional.

41Cette priorité donnée par les organisations indépendantes à la question de l’autonomie politique est conforme à la préoccupation de la population totonaque et nahua pour le contrôle du pouvoir politique (et à l’idée que ce n’est qu’au travers de ce contrôle que peuvent être formulés et mis en œuvre des projets économiques alternatifs). Mais, en dehors des cercles dirigeants, la question du contrôle du pouvoir politique local au travers des partis politiques semble bien plus immédiate et mobilisatrice pour la population indienne que celle de la construction d’une autonomie régionale sous la forme d’une association de municipalités indiennes.

42 Certes, le soutien du clergé local permet à l’UNITONA d’accéder aux réseaux de l’Eglise et de convoquer des représentants d’une trentaine de paroisses de toute la Sierra de Puebla afin d’élargir sa base de mobilisation. Mais cette dépendance représente aussi une forte limitation du projet d’autonomie régionale, ne serait-ce que par la réification des divisions entre diocèses (de Puebla et de Papantla) et entre Etats (Puebla et Veracruz) qui ici se recoupent. En effet, il n’existe pour le moment aucune coordination des organisations indiennes de la Sierra de Puebla avec les organisations totonaques actives dans les terres basses veracruzaines 20.

A la recherche d’une place dans les « interstices de la mondialisation » : le projet de production de café « bio », un leurre ?

43En termes de « développement », le programme de l’OIT au gouvernement était centré autour de l’extension des réseaux de services de base (pistes carrossables, eau, électricité,  écoles, cliniques rurales) et la commercialisation du café. L’idéal poursuivi en la matière était, d’arriver, à terme, à commercialiser la production locale en tant que café organique (ou « bio »), suivant l’exemple d’autres organisations indiennes soutenues par l’Eglise : l’ISMAM (Indígenas de la Sierra Madre de Motozintla) du Chiapas et l’UCIRI (Unión de Cafeticultores Independientes de la Régión del Ismo) de Oaxaca dont le café est commercialisé auprès de l’organisme européen de commerce équitable « Max Havelaar »21. Les petits producteurs de ces organisations peuvent vendre leur café à un prix supérieur à celui du marché, grâce à ce label de commerce équitable dans le cas de l’UCIRI, et grâce à ce label et à la certification comme café orgánico (dans le cas de l’ISMAM).

44Le succès des quelques expériences de commercialisation du café « bio » et notamment celui de ces deux organisations en milieu indien, fait miroiter la possibilité de  ce commerce équitable comme une voie idéale à suivre pour les autres organisations indiennes dans les régions de caféicultures. Or, ces réussites réelles peuvent être trompeuses quant aux possibilités de les reproduire. Car il s’agit d’un créneau extrêmement limité et difficile d’accès. Le processus de certification « bio » ou « équitable » en soi est assez long (6 à 8 ans), mais la certification n’est qu’une condition préalable.

45 L’étape décisive est celle de l’obtention d’un contrat de commercialisation : or, en raison de l’étroitesse de cet « interstice de la mondialisation »22 fondé sur le commerce équitable, la sélection est draconienne. L’information obtenue auprès d’un organisme de commercialisation du café « bio » en Allemagne (Transfair) illustre cette problématique : chaque année, pour plusieurs centaines de candidatures du monde entier, seulement une dizaine d’organisations sont retenues.

46A Huehuetla, la vente du grain se faisant actuellement auprès de compagnies exportatrices au même prix que le café standard, l'OIT a cherché en vain de concrétiser un partenariat pour une certification et une commercialisation de café « biologique » dans le but de pouvoir exporter au prix correspondant. L’échec de cette tentative, jusqu’à ce jour, semble en grande partie reposer sur une trop faible mobilisation d’une majorité des paysans totonaques eux-mêmes.

47Comme le souligne Pierre Beaucage, l’option de la production de café « biologique » ne paraît pas d’emblée préférable aux producteurs (Beaucage, 2000 : 15). Plusieurs conditions facilitent la réalisation d’un tel projet, l’une d’elles – l’accès à un réseau de solidarité aux ramifications internationales comme l’Eglise (qui a impulsé les grandes organisations de producteurs organiques existantes) – est remplie à Huehuetla. Mais il semble que deux conditions importantes caractérisant ces expériences auraient fait défaut. En premier lieu, l’absence d’une plus forte dépendance envers la production de café, qui aurait rendu attractive une spécialisation quasi exclusive dans la production agro-écologique du café (que requièrent les méthodes particulièrement intensives en temps et en main d’oeuvre de cette forme de production), et en second lieu la taille de l’organisation, qui n’était pas suffisante pour assurer dans l’immédiat un contrat de commercialisation auprès d’un organisme international. Ce qui explique qu’en 1994, l’accord de commercialisation du café de la coopérative de l’OIT en tant que café biologique (orgánico) auprès de l’UCIRI n’ait pu être honoré : le volume de production de l’organisation totonaque était insuffisant. L’objectif d’atteindre un jour une commercialisation de café certifié biologique ne fut cependant pas abandonné, et avant de perdre les élections en 1998, les autorités municipales de l’OIT avaient conçu un vaste projet de rénovation des plantations de caféiers. Il va presque sans dire que les autorités du gouvernement de l’Etat de Puebla ne facilitèrent guère la mise en place de ce projet. 

48Toutefois, en 2001-2002, des contacts étaient établis afin de formaliser un partenariat avec l'organisation chiapanèque ISMAM (Indígenas de la Sierra Madre de Motozintla) qui exporte aussi son café sous le label européen "Max Havelaar" : les promoteurs de l’organisation ne perdaient pas complètement espoir, d’autant plus que le gouvernement régional commençait à évoquer lui-même la possibilité d’aider les caféiculteurs à la production et commercialisation de café orgánico et que dans la région, à Cuetzalan, une autre organisation indienne, la Tosepan Titataniske réussissait justement à entrer dans le lent processus de certification, avec le soutient du gouvernement de l’Etat de Puebla. En effet, en 2002, un premier groupe de 144 producteurs de cette organisation avait réussi à faire certifier leurs parcelles comme étant « en conversion vers la production biologique ». Mais ces producteurs de Cuetzalan ne peuvent s’engager sur cette voie que grâce aux partenaires dont dispose la Tosepan au sein du gouvernement régional et du Conseil du Café de l’Etat de Puebla qui peuvent leur donner certaines garanties quant aux possibilités de commercialisation.

Développementalisme et assistance publique

49Quant aux autorités de l’Etat de Puebla, leur position sur les droits indigènes est plus que réservée et marquée d’un certain utilitarisme politique. Une attention particulière pour ce secteur qui est devenu une partie active de l’électorat dans des régions qui étaient jusqu’alors des bastions de l’ancien parti officiel (ou des « réserves de votes » selon l’expression mexicaine) s’est imposée aux institutions du gouvernement régional. La réponse des autorités régionales face aux revendications d’autonomie consiste essentiellement à déployer toute la panoplie de programmes publics d’assistance aux zones rurales marginalisées dans une logique qui, si elle n’est certes pas toujours directement clientéliste, développe du moins la dépendance de la population indigène envers les pouvoirs publics. En ce sens la position du gouvernement régional de Puebla est entièrement conforme à la nouvelle réforme constitutionnelle attribuant aux « peuples indigènes » un statut de « sujets de l’attention publique » (au lieu de leur attribuer le statut de « personnalité juridique » tel que le stipulent les accords de San Andrés et la proposition de réforme constitutionnelle qui s’en inspirait soumise par le président Vicente Fox au vote du parlement en avril 2001).

50Depuis la reprise en main de la municipalité par le PRI à partir de 1999, le municipe de Huehuetla est devenu une espèce de « laboratoire » pour les politiques de développement rural de l’Etat de Puebla dans les municipes indiens. Il n’est pas un programme fédéral ou régional d’aide aux zones « marginalisées » qui n’ait été appliqué à Huehuetla 23. La situation politique conflictuelle, et le souci de discréditer le travail de la municipalité antérieure (dirigée par l’OIT en alliance avec le PRD), ont poussé les autorités régionales à accorder à ce municipe une importance politique disproportionnée par rapport à d’autres municipes, pourtant plus marginalisés, qui reçoivent bien moins d’attention 24.

51Ces programmes et les moyens financiers, humains et techniques qu’ils impliquent, sont régis selon un plan de développement régional s’inspirant des lignes directrices du projet international du Plan-Puebla-Panama (PPP)25. Conformément à ce méga-projet d’inspiration néolibérale, le plan régional de l’Etat de Puebla est basé sur l’extension des axes routiers, la promotion de certains projets agricoles accès sur la rentabilité commerciale (et au passage l’introduction de maïs hybrides voire génétiquement modifiés), tout en accompagnant la substitution des aides à la production paysanne par les programmes d’assistance sociale et l’installation de maquiladoras26. En ce sens, bien que la politique officielle propose certes des « projets productifs », ceux-ci sont le plus souvent régis par une logique de profit : il ne s’agit pas d’une politique de soutien à la production telle qu’elle a pu exister27. Un programme illustrant bien cette nouvelle tendance est le « programme national pour l’éducation, l’alimentation et la santé » (appelé Progresa puis Oportunidades) dont le rôle, conformément à la théorie du dualisme fonctionnel, est de retenir une partie de la population rurale dans les campagnes toute en régulant les flux de main d’œuvre migrant vers les villes assurant le maintien de salaires aux plus bas (car une part importante de la reproduction de la force de travail est assurée par les unités domestiques paysannes et par l’Etat au travers des allocations). Et en effet, 60% des ménages paysans de la région de Huehuetla dépendent d’un programme public à hauteur de 10 à 30% de leurs revenus monétaires.

La construction d’un espace d’autonomie relative (conclusion)

52 Les revendications autour de l’autonomie indienne semblent en contradiction de la dépendance réelle des ménages totonaques envers les allocations et subsides publics. Mais la contradiction n’est qu’apparente. La logique des communautés totonaques est celle de l’obtention des moyens nécessaires à la défense d’une autonomie relative.

53La concurrence pour l’obtention de ces ressources extérieures semble polariser l’arène politique locale et diviser les villages totonaques entre partisans du parti officiel et militants de l’OIT alliés à l’Eglise et au parti d’opposition. Il convient pourtant de s’interroger sur les effets de ces divisions. La concurrence politique dont elles sont la manifestation, contribue-t-elle seulement à affaiblir les institutions « traditionnelles » associées à la cohésion sociale et à l’identité collective, ou ne permet-elle pas aussi d’assurer et de défendre un espace de reproduction-recomposition des communautés totonaques, un espace d’autonomie relative dans leur relation à la société dominante ?

54L’évolution des dernières années révèle des allégeances politiques moins figées que ne le laisseraient penser les discours militants et l’ethnicisation du registre politique.

55Au sein des communautés totonaques, les « camps » apparents, représentés par des noyaux d’activistes (comités des partis politiques, promoteurs de l’Organisation Indépendante, promoteurs de projets officiels), et la logique d’un appartenance exclusive qui leurs est associée (« tu es avec nous ou contre nous ») peuvent jouer comme un voile cachant la réalité des allégeances politiques mouvantes au sein de la majorité de la population totonaque. En effet, comme l’a déjà souligné Vallverdu (1998) à propos de l’alternance politique à Huehuetla, les changements d’allégeance d’un parti à l’autre semblent relever d’un jeu de mise en concurrence des différents groupes politiques, selon la logique du plus offrant.

56Les conversations que nous avons menées avec différents acteurs de la campagne de 1998, mais aussi avec les « simples électeurs » des villages, tendent à confirmer l’interprétation de Vallverdu, qui explique le choix de l’alternance comme l’expression de la déception face à l’insuffisance des œuvres réalisées par l’alliance OIT-PRD et le rejet de l’influence trop grande des conseillers extérieurs (du PRD).

57En 1998, quand l’alliance OIT-PRD perdait les élections, bien que l’équipe sortante de l’OIT avait investi 17 millions de pesos (170 000 Euros) en travaux d’électrification, d’adduction d’eau potable, de constructions d’écoles, de cliniques et de chemin ruraux, un certain nombre de projets ne furent pas achevés, entre autres raisons à cause de l’obstruction exercée par les autorités de l’Etat de Puebla, comme ce fut le cas de la construction de la route menant à Huehuetla28.

58Le candidat du PRI, un instituteur métis venu s’installer à Huehuetla, bien qu’il ne représentait en rien un défenseur de l’identité totonaque (ce qui fut le leitmotiv de campagne de l’OIT), pouvait apparaître comme un meilleur intermédiaire pour « ouvrir les robinets » du financement par les programmes officiels de l’Etat de Puebla. Et après neuf ans de « gouvernement indien », consciente de sa nouvelle force politique, la population totonaque savait que même si le parti au pouvoir changeait, elle devait désormais être prise en compte. Ce que confirme le déferlement de programmes officiels suite à l’alternance de 1998.

59Sans qu’il ne s’agisse là d’une espèce de calcul conscient, se dessine une certaine logique d’utilitarisme collectif : cette concurrence politique aboutit à une surenchère en ressources extérieures provenant pour la plus grande partie des différentes institutions publiques, mais aussi d’organisations non gouvernementales ou de l’Eglise et dirigées vers les communautés totonaques sous forme de programmes sociaux et de projets productifs ou de solidarité.

60Certains de mes hôtes étaient tout à fait conscients de ce « jeu », telle cette mère de famille totonaque, qui se revendiquait ouvertement comme militante de l’Organisation Indépendante Totonaque (alliée au PRD) et qui, face aux stratégies « d’achat de votes », un mois avant des élections législatives, me disait sur un ton amusé « maintenant je suis priiste [en faveur du PRI] je vais recevoir ces tôles que le PRI distribue, c’est pour mon toit, et puis le 6 juillet je voterai pour le PRD »29.

61Il convient enfin de souligner que ce « jeu de concurrence politique », ne se réduit pas seulement à la mise en concurrence des partis politiques entre eux, ni seulement entre organisations plus ou moins indépendantes des partis d’un côté et gouvernement locaux et régionaux de l’autre, mais aussi entre les différents échelons politiques (municipal, régional et fédéral) et enfin entre les pouvoirs politiques officiels et l’Eglise. Cette dernière dimension de relation triadique entre les communautés, les pouvoirs politiques et l’Eglise est particulièrement importante.

62Comme le souligne à juste titre García (à paraître), depuis l’époque coloniale et tout au cours de l’histoire du Mexique indépendant, les communautés indiennes ont su jouer de la concurrence entre l’Etat et l’Eglise, entre pouvoirs séculiers et pouvoirs religieux, pour défendre leur propre espace, c'est-à-dire une certaine marge de manœuvre qui permet à la société dominée de maintenir certaines logiques particulières répondant à des préoccupations qui lui sont propres. Le processus de Huehuetla relève aussi sans aucun doute de cette recherche d’une « autonomie » relative, bricolée et en perpétuelle redéfinition : une part importante des ressources extérieures est redirigée vers le financement de la culture du maïs, grain sacré, et des cycles festifs qui y sont associés autour du culte des saints, fondements de l’identité collective des communautés totonaques.

63Par l’appropriation des discours sur les droits indigènes et le développement durable, la population totonaque se donne les moyens de cette construction politique qui consiste en la défense d’un espace d’autonomie au quotidien, toute relative soit-elle.

Haut de page

Bibliographie

BEAUCAGE, Pierre :

1994a « Los estudios sobre los movimientos sociales en la Sierra Norte de Puebla (1969- 1989) », in : Revista Mexicana de Sociología; 2/94 avril-juin, pp. 33-55.

1994b « The Opossum and the Coyote: Ethnic Identity and Ethnohistory in the Sierra Norte de Puebla. » In: CHANADY, Amaryll (Ed.) : Latin American Identities and the Construction of Difference. University of Minnesota Press, Minneapolis, 1994.

2000 « Le développement à l’heure de la mondialisation. Des espaces alternatifs ? Le cas des producteurs de café organique au Mexique », Communication dans le cadre de la Conférence « Développement : pour une réflexion renouvelée », Montréal, CERD, Montréal (21-23 sept. 2000).

BOURDIEU, Pierre:

2001 Langage et pouvoir symbolique. Seuil, Paris.

HOFFMANN, Odile :

2002 « De paysans à Indiens, les représentations de la paysannerie latino-américaine, de 1970 à 2000 », pp. 9-19 in C.M.H.L.B. Caravelle, n°79, 2002.

GARCÍA VALENCIA, Hugo :

à paraître « Espacio y organización social en la vertiente del Golfo », in Atlas Etnográfico de México. INAH, Mexico.

KEARNEY, Michael

1996 Reconceptualizing the peasantry. Anthropology in global perspective

Westview Press.

LOZADA VAZQUEZ, Luz María :

2002 El papel de Progresa en la reproducción de las unidades domésticas campesinas.

Estudio de caso en una comunidad totonaca de Huehuetla, Pue.

UNAM-SEDESOL, Mexico – 130 pages.

RENARD, Marie-Christine

1999 Los intersticios de la globalización. Un label (Max Havelaar) para los pequeños

productores de café. Mexico: CEMCA, Embajada del Reino de los Países Bajos, ISMAM, CEPCO, PIDRCAFE.

VALLVERDU, Jaume :

1998 « Un voto vale más que mil palabras. Identidad étnica y cambio politico en Huehuetla, Puebla », Sosona State University, 9 pp.  http://www.docfilm.com

WACHTEL, Nathan :

1992 « Note sur le problème des identités collectives dans les Andes méridionales »,

Haut de page

Notes

L’Homme, n°122-124, pp. 39-52.

1 Si le terme « indígena » est généralement utilisé au Mexique, à commencer par les premiers concernés lorsqu’ils s’expriment en espagnol, le terme français « indigène » est vieilli (et d’une certain connotation coloniale). En conséquence j’emploierai le plus souvent le terme « indien », plus neutre (à la différence du terme castillan « indio », fortement péjoratif).
2 Enquête ethnographique et socio-économique effectuée sur 18 mois entre février 2000 et mars 2002.
3 Données issues de l’enquête de terrain.
4 L’EPR, Ejercito Popular Revolucionario apparaît en 1996 d’abord dans le Guerrero puis s’étend au Oaxaca, et l’ERPI, Ejercito Revolucionairio del Pueblo Insurgente surgit en 1998 suite à une scission de l’EPR.
5 Ce terme correspond à une traduction conventionnelle du terme espagnol « municipio » : si celui-ci s’apparente, dans le système politico-administratif mexicain, en gros à l’échelon de nos communes, l’étendue de certains municipios (parfois plus de 1000 km²) et leur composition regroupant plusieurs villages sujets à un bourg, ou même plusieurs bourgs à une ville, évoquent plutôt nos cantons. Ces particularités incitent à préférer l’usage d’un terme spécifique à celui de « commune » ou « municipalité ». Les municipes de la Sierra de Puebla sont parmi les plus petits de l’Etat de Puebla, ce qui correspond à une caractéristique des anciennes régions indiennes et de leur fragmentation politico-administrative.
6 Cependant seul le candidat de l’OIT était paysan, portait l’habit traditionnel et n’avait pas suivi d’études ni fait une carrière professionnelle.
7 Alors qu’il s’agit, ne serait-ce que du point de vue de la sociologie agraire, de deux situations bien différentes. La domination de la minorité métisse dans la Sierra de Puebla se base plus sur le contrôle du commerce que sur celui de la terre.
8 La CDI a officiellement été lancée en mai 2003. La structure de l’INI étant considérée comme « désuète par rapport aux nécessités des peuples indigènes » et surtout comme trop coûteuse par le nouveau gouvernement fédéral, ses missions qui incluaient l’aide à la production et à l’éducation bilingue (par la gestion d’internats auprès des écoles bilingues) seront réduites à la défense et la promotion du patrimoine culturel des peuples indigènes.
9 Ce discours, s’appuyant sur celui des organisations internationales telles l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ou l’Organisation des Etats Américains (OEA) reprend les revendications des mouvements indiens en les vidant de leurs contenus les plus radicaux. Au Mexique le soulèvement zapatiste du Chiapas et les négociations de San Andrés Sakamchen (engagées entre le gouvernement fédéral et différents secteurs indigènes - et non pas seulement l’Armée Zapatiste de Libération Nationale - et de la « société civile ») ont eu un rôle central dans l’essor de ce discours (et des actions) revendiquant la reconnaissance des droits des peuples indigènes et notamment celui à l’autonomie.  
10 Les « Centros Coordinadores Indígenistas » sont les délégations locales de l’INI dans les régions à majorité indienne de chaque Etat.
11 Les autres « cas pilotes » choisis par l’INI sont : l’expérience d’unification régionale des municipalités zapotèques (Etat de Oaxaca), la reconstruction de la communauté de Nuevo San Juan Parangaricutiro (Etat du Michoacan), ainsi que l’expérience des Huicholes (Etat de Jalisco). Interview avec José Antonio Aguilar Sansebastian, délégué régional de l’INI à Puebla).
12 Ce discours de l’INI régional fait référence a ce que l’on appelle « l’archéologie sociale latinoaméricaine », mouvement inspiré de l’oeuvre de l’archéologue péruvien Luis Lumbreras, et qui, pour résumer, serait à l’archéologie ce que l’ « anthropologie appliquée » est à l’anthropologie.
13 L’ex-INI - CDI reprend cette définition de la loi organique d’une autre instance fédérale : l’INAH (l’Insitut National d’Anthropologie et d’Histoire) dont la tâche est justement la préservation de ces patrimoines tangibles et intangibles. Ce qui augure de conflits des compétences à venir.
14 Qui, elle, est « consommable », à la différence de l’altérité radicale.
15 « A la recherche de l’union ». 
16 Cette union est constituée de l’OIT de Huehuetla, de l’Organisation Indépendante Indigène Ahuacatèque (OIIA) du municipe nahua et totonaque d’Ahuacatlan, de l’organisation Esperanza de los Pobres ou Xtakalhka’lhitin limaxkanin d’Ixtepec.
17 Suite à la mobilisation autour de la « marche » à travers le pays du commandement de l’EZLN en mars 2001 et l’audition de ses représentants au Congrès de l’Union, le sénat promulgua une nouvelle réforme constitutionnelle sur les droits des peuples indigènes en avril 2001. Ce nouveau texte a été refusé par la plupart des mouvements en faveur de la reconnaissance des droits indigènes car il vide les Accords de San Andrés de leur substance. Les ateliers de l’UNITONA pour la promotion d’une réforme inspirée des Accords de San Andrés ont abouti en juin 2002 à l’organisation d’une manifestation de plusieurs centaines de totonaques et de nahuas dans la capitale de l’Etat de Puebla.
18 Certains conseillers de l’UNITONA, issus des ONG et de secteurs métis urbains solidaires de l’organisation parlent du « Retour au rêve du Totonacapan » en référence au territoire préhispanique.
19 La constitution mexicaine ne reconnaît que trois échelons politico-administratifs : la Nation (représentée par le gouvernement fédéral et le parlement), les Etats (représentés par les gouverneurs et les parlements régionaux) et les « municipes libres » (représentés par le « président municipal » et le conseil municipal, l’ayuntamiento).
20 Il existe pourtant des mouvements forts, notamment à Coyutla et dans les communautés autour de El Tajín, mais le clergé ne semble guère y participer. Dans le premier cas il s’agit d’un mouvement né suite à une fraude électorale et qui a donné lieu à l’occupation de la mairie et à la déposition du « presidente municipal ». Dans le second, il s’agit de différentes organisations de défense du patrimoine archéologique de El Tajín, site considéré par les Totonaques comme leur berceau culturel, contre l’organisation annuelle – sous les auspices du gouvernement de l’Etat de Veracruz - d’un festival « culturel » au milieu des pyramides, mettant en péril ces ruines, et ceci à des fins purement lucratives.
21 Max Havelaar est une fondation, hollandaise au départ, qui attribue le label de commerce équitable du même nom. La fondation a été créée pour dépasser les limites de la commercialisation par les circuits de boutiques alternatives, en réponse à une demande de l’UCIRI et d’un organisme de solidarité issue des églises des Pays Bas. La solution recherchée a été celle de l’accès aux circuits de commerciaux des grandes surfaces. La fondation (dont plusieurs filiales existent maintenant en Europe) n’achète pas le café, elle sert uniquement d’intermédiaire et de garant entre les producteurs et les torréfacteurs européens par l’intermédiaire de l’attribution du label régit par une charte détaillée (Renard, 1999 : 181-190).
22 Selon le titre de l’ouvrage de M.C. Renard (1999).
23 La liste est longue : Progresa, Ramo 33, Zonas Marginadas, Plan de Recuperación de la Sierra Norte de Puebla (suite aux pluies d’octobre 1999), Fondos Regionales de PRONASOL, PROCAMPO, Crédito a la Palabra… entre autres.
24 Comme on peut l’observer dans l’ensemble des municipalités voisines de Huehuetla, notamment à Jopala, à peine relié au réseau routier de la sierra par une piste au cours de l’année 2001.
25 Le Plan Puebla Panama est un projet d’intégration commerciale de l’Amérique Centrale du centre-sud du Mexique jusqu’au canal de Panama, comme son nom l’indique. Avant-coureur du projet néo-libéral de l’Accord de Libre Commerce des Amériques (ALCA), ce plan de « développement » rencontre une forte opposition, non seulement de la part des minorités indiennes qui craignent pour leur autonomie et pour les ressources naturelles dans leurs territoires, mais aussi de l’ensemble des petits producteurs agricoles et de larges secteurs urbains.
26 Usines financées par des capitaux étrangers dédouanés, ce qui leur permet de profiter de la main d’œuvre peu qualifiée et bon marché. D’abord permise qu’en proximité de la frontière avec les USA, l’implantation des maquiladoras est depuis peu autorisée à l’intérieur du pays (depuis la fin des années 1990). Dans la région de la Sierra Notre de Puebla, la ville de Teotihuacán est déjà le siège d’une dizaine de maquiladoras, et à Cuetzalan, à une heure et demi de Huehuetla, est installé un atelier de ce type produisant des habits.
27 De même, les subventions Procampo distribuées aux petits producteurs de maïs, le sont au titre de la politique d’assistance et en fonction de la superficie, indépendamment des rendements. La même logique régit les « fonds d’urgence » pour la petite production de café, suite à la chute des cours en 2000-2001.
28 Si l’alliance OIT-PRD avait pu réaliser un certain nombre de travaux publics, c’était essentiellement grâce aux travaux collectifs gratuits et aux financements exclusivement fédéraux du Programme National de Solidarité (PRONASOL) lancé par le président de Carlos Salinas de Gortari (1988-94), pour contrer les effets politiques néfastes des options libérales prises par son gouvernement, notamment en matière de développement rural (fin de la réforme agraire, privatisations, ouverture des frontières aux importations non taxées…) en préparation à l’entrée en vigueur de l’ALENA.

29 Si l’ancien parti unique n’en a sans doute pas le monopole exclusif, ces pratiques clientélistes d’ « achat de votes » avec des distributions d’outils, d’animaux, de fertilisants ou de matériaux de construction par détournement des programmes publics en a été dans la région (et en particulier à Huehuetla) une pratique caractéristique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ellison, « Discours performatifs et constructions politiques de l’identité ethnique : restructuration des rapports entre minorités et pouvoirs publics au Mexique, le cas totonaque. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Ellison, Nicolas, mis en ligne le 22 février 2005, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/766

Haut de page

Auteur

Nicolas Ellison

CERMA (EHESS)/ LaSSP (IEP de Toulouse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page