Navigation – Plan du site
Frédérique Langue

Machiavel et la démocratie au Venezuela ou l’héritage pragmatique de Rómulo Betancourt

[22/02/2005]

Notes de la rédaction

Publié dans L’Ordinaire Latino-Américain, n°172, Université de Toulouse-Le Mirail, avril-juin 1998, pp. 124-128.

Texte intégral

1A propos de :

2Archivo de Rómulo Betancourt, Caracas, Editorial Fundación Rómulo Betancourt, 1989-1996, 5 vols. parus ; Maria Sol Pérez Schael, El excremento del diablo. La democracia venezolana y sus protagonistas: Betancourt, Caldera y Pérez, Caracas, Alfadil Ediciones, 1997, 158 pp., col. Trópicos ;  Rómulo Betancourt. Leninismo, revolución y reforma, selección, prólogo y notas de Manuel Caballero, México, Fondo de Cultura Económica, 1997, 307 pp.

3Le « père de la démocratie » puisque telle est l’expression consacrée utilisée à l’endroit de ce Président de la République vénézuélienne par l’historiographie spécialisée et la presse politique, est l’objet depuis peu de la curiosité renouvelée des historiens et des spécialistes de la chose politique. En témoignent les reconsidérations formelles ou plus radicales dont son action et sa pensée sont l’objet depuis quelques années. L’heure des investigations poussées est-elle venue? En tout état de cause, l’état de la démocratie vénézuélienne l’autorise-t-il que soient exhumés les silences et oublis d’une histoire éminemment contemporaine? Les non-dits et les occultations de l’histoire officielle obéissent à une chronologie qui ne doit rien au hasard. Lever le voile sur des périodes de l’histoire récente requiert progressivité et ... diplomatie, la plupart de ses acteurs occupant parfois la scène politique, fût-ce par procuration. Ses rythmes sont tout aussi discrets, au sens scientifique du terme.

4Le débat engagé depuis quelques années, plus précisément depuis la chute du mythe de la « démocratie exemplaire », intervenue en 1989, s’en est fait l’expression à la fois renouvelée et indécise. L’heure est aux questionnements, à la recherche d’une solution - politique - tout aussi bien. Ce retour aux sources de l’historiographie récente acquiert dans un tel contexte une validité essentielle. L’accès aux documents plus encore, tant est grande la difficulté d’accès aux sources de l’histoire contemporaine, l’indigence - apparente - des archives officielles sur la période récente, l’absence d’archives privées et de mémoires rédigées par les principaux protagonistes. Ceci à la différence - fort relative mais pas moins notable, compte tenu de l‘avenir réservé ou délibérément escompté pour ces écrits - de personnages du XIXème siècle, du « Centaure de l’Indépendance », José Antonio Páez, ou encore de l’ « autocrate civilisateur » - apôtre du positivisme - que fut Antonio Guzmán Blanco. La disparition du « tyran libéral », Juan Vicente Gómez (au pouvoir de 1908 à 1935), donna lieu en revanche à un bûcher expiatoire, inquisitorial et sélectif des archives du dictateur, dont il faut toutefois rappeler qu’une partie fut sauvée et, grâce aux dispositions prises par ... Rómulo Betancourt, transférées avec les papiers de Cipriano Castro aux Archives Historiques de Miraflores, créées cette même année. Dans ces archives ne sont cependant conservés que des témoignages couvrant la période gomeciste. La récupération, ultérieurement, des documents d’un autre témoin et observateur d’exception, José Rafael Pocaterra, permirent d’enrichir considérablement ce fonds contemporain.

5C’est en partie pour cette raison que l’on fait commencer le XXème siècle vénézuélien en ... 1935. La création des principales organisations politiques et syndicales et, par là-même, la formation de nouveaux cadres voire d’une élite politique - jusqu’alors exilée - vont également dans le sens de cette périodisation au premier abord restrictive. Sans compter les modifications sensibles intervenues dans le domaine de l’économie et de la société. Tout naturellement, les protagonistes des manifestations universitaires, en particulier la « génération de 1928 », sans compter un certain nombre d’intellectuels et de penseurs réfugiés au Mexique (Salvador de la Plaza, Gustavo Machado) vont jouer un rôle déterminant dans la formation de nouveaux cadres dirigeants. Une opposition anti-gomecista tout d’abord, d’inspiration communiste en partie (son leader en est essentiellement Pío Tamayo), mais qui se situe résolument sur le registre de l’alliance contre le dictateur, comme l’indique l’un de ses inspirateurs, Rómulo Betancourt en personne. Telle fut également la position défendue par d’autres intellectuels ou acteurs des révoltes étudiantes de février 1828, qui, à maints égards, ont marqué l’histoire intellectuelle du Venezuela : José Tomás Jiménez Arráiz, Joaquín Gabaldón Márquez, Miguel Otero Silva, aux côtés des futurs dirigeants politiques (R. Betancourt, Jóvito Villalba ou Raúl Leoni). Les Memorias de un venezolano de la decadencia, de José Rafael Pocaterra, consacrent dans le domaine de la littérature l’opposition au dictateur, en des termes dont Rómulo Betancourt ne manquera pas de s’inspirer dans ses propres écrits.

6D’où l’intérêt que revêt la publication et édition particulièrement soignée, en plusieurs volumes (cinq sont actuellement disponibles), des « archives » de l’ancien Président, adroite compilation de la correspondance du mandataire, de discours ou manifestes politiques, de rapports et documents les plus divers, pouvant éclairer les choix et les cheminements de l’homme politique, depuis ses premiers engagements. Le premier tome couvre en effet la période 1917-1929, notamment depuis l’exil de l’universitaire à Curaçao en 1928 et l’expérience de la clandestinité voire de la conspiration ourdie depuis l’île des Caraïbes par le Parti Révolutionnaire Vénézuélien (PRV) qui étendait alors son rayon d’action depuis la ville de Mexico. L’« agitateur » Rómulo Betancourt situe cependant son action sous le signe de la solidarité avec ses compagnons de génération, Raúl Leoni et Ricardo Montilla en particulier. En témoigne l’épisode de l’expédition du Falke (1929), destinée à libérer le pays de l’emprise de la dictature, et qui unit l’esprit de la Révolution Libératrice de ... 1902 et la rébellion des étudiants de 1928, réunissant sous la houlette du Général Román Delgado Chalbaud la majeure partie des exilés et opposants à la dictature gomecista.. Cet épisode symbolique à plus d’un titre confère à Rómulo Betancourt un rôle décisif dans le débat idéologique qui s’engage à cette occasion. En 1936, pendant cette période d’apparente léthargie du mouvement révolutionnaire, il choisit comme exil le Costa Rica, où il reprend ses études, approfondit ses connaissances en matière de doctrines politiques et d’histoire des idées. C’est là qu’il lit les socialistes utopiques, mais aussi Marx, Engels, Lénine, Rosa Luxembourg. Et polémique. Hétérodoxe, R. Betancourt, de même que des personnages comme Raúl Leoni ou Valmore Rodríguez, s’opposent aux tenants d’un marxisme-léninisme non tempéré : Salvador de la Plaza, Miguel Otero Silva ou Gustavo Machado. En ce sens, la fin du premier exil de R. Betancourt d’inscrit donc dans le cadre d’un intense débat idéologique. La stratégie politique proprement dite débouchera sur ORVE, puis, ultérieurement, sur le PND, qui devait devenir l’un des partis les plus importants de la vie politique du XXe siècle.

7Deuxième étape, dont les témoignages sont recueillis dans le deuxième volume (1928-1930) : celle du pessimisme, marqué par l’échec des entreprises libératrices, l’emprisonnement ou l’exil  des opposants, mais aussi, par les divisions internes à ces derniers. Le front anti-dictatorial est en effet composé des jeunes intellectuels - étudiants de 1928 pour la plupart - revendiquant l’action populaire ; les anciens caudillos, déterminés à engager la lutte armée, mais sans programmes et objectifs définis ; et enfin, le mouvement communiste naissant, aux stratégies alors peu adaptées aux circonstances locales, à la  différence du premier secteur de l’opposition au dictateur. L’action de Betancourt pendant ces années consiste donc à fustiger ce pessimisme teinté de renoncement. C’est également le moment où il se démarque des deux autres composantes du front anti-Gómez, ainsi des communistes  « providentialistes » (G. Machado, Carlos León) représentés alors par le PRV (Partido de la Revolución Venezolana) et qu’il évoque sans complaisance dans sa correspondance avec le fondateur de l’APRA péruvienne, Raúl Haya de la Torre. Sa soif de savoir le conduit à poursuivre son étude des classiques de l’histoire des idées ou de la sociologie. Mais il lit aussi la Historia de Venezuela de Gil Fortoul, ou la Historia de la Federación, de Lisandro Alvarado. Dés 1928, Betancourt est conscient de l’importance que revêt le pétrole pour l’économie et la politique du Venezuela. Sa réflexion débouche en 1930 sur un ouvrage majeur, Venezuela, política y petróleo. En compagnie d’autres dirigeants politiques, il fonde alors la Alianza Unionista de la Gran Colombia, aspirant ainsi à unir deux peuples que séparent les conflits frontaliers plus que la culture ... Partisan d’une véritable intégration territoriale, de l’exploitation rationnelle des ressources nationales dans un contexte déjà fortement internationalisé, il se fait le défenseur de l’indépendance nationale et de l’autodétermination politique de son pays, face aux pressions exercées dans ce domaine par les Etats-Unis, n’hésitant pas à écrire dans La Nación de Barranquilla que la liberté ne se négociera pas en renonçant à cette souveraineté nationale, à l’encontre de la thèse défendue par Pedro Manuel Arcaya. L’étape suivant verra se concrétiser dans les faits le pragmatisme de Betancourt : ce sera la création en 1931 de ARDI (Agrupación Revolucionaria de Izquierda), le rapprochement avec le jeune Parti Communiste du Costa-Rica, la polémique avec les communistes « orthodoxes », la rédaction et la publication du Plan de Barranquilla (22 mars 1931), tout à la fois analyse détaillée de la conjoncture politique, économique et sociale du pays et programme politique (repris dans ce volume), et l’ascension vers le pouvoir.

8Comme le souligne Naudy Suárez Figueroa dans sa présentation du troisième tome de ces archives (1931), cette année est en effet celle des « grandes définitions politiques ». Rómulo Betancourt refuse certes d’invoquer l’intouchable démocratie, une lutte des classes ou un syndicalisme inconnu des ouvriers de son pays1, mais indique dans une lettre à Haya de la Torre : « Haremos la revolución, revolución pequeño burguesa dirán los ortodoxos de laboratorio, los alquimistas de biblioteca, los intelectuales puros ... ». Lutte contre le caudillisme et le latifundisme, les deux termes de l’équation politique du Venezuela d’alors selon l’auteur du Plan de Barranquilla, mais aussi contre la « pénétration économique étrangère » devenue réalité par la présence des compagnies pétrolières et la « tyrannie capitaliste ». La rupture - « tactique » dira Betancourt lui-même - avec les communistes - Miguel Otero Silva et Salvador de la Plaza - est alors consommée, Betancourt revendiquant entre autres divergences, l’antériorité de la « révolution bourgeoise » sur la révolution socialiste, sans compter l’indépendance constamment réaffirmée à l’égard de la IIIème Internationale. Dans Con quién estamos y contra quién estamos (1931), continuité dans l’engagement politique et abandon progressif de positions radicales, coexisteront avec les options fondamentales du futur mandataire. Les années 1929-1932 (volume 4) sont par ailleurs celles de la constitution autour du nouveau leader, d’un noyau dirigeant dont l’un des ciments essentiels sera la fidélité à son inspirateur. Avec la période 1933-1935, Betancourt s’affirme comme le « centre de cette conspiration de modernité »  (Simón Alberto Consalvi) qui aspire à la création d’un pays différent. 1935 marque à cet égard la fin d’une aventure - intellectuelle - et d’une expérience -personnelle et générationnelle - et le début d’un processus politique nouveau dont les protagonistes sont les anciens exilés de la dictature gomeciste.

9Plus d’un demi siècle d’histoire, celle du gouvernant mais aussi d’une génération d’intellectuels et de penseurs, se trouve donc recueilli dans cette édition particulièrement soignée. En soi, cette somme d’enseignements et de témoignages (correspondance, documents proprement dits, publications et autres manifestes), organisés suivant des critères chronologiques, ne constitue cependant pas une surprise, encore moins un défi : Betancourt lui-même n’avait-il pas indiqué, spécifié, souligné avec un soin méticuleux que telle était sa volonté, que derrière chaque facette de son action un document demeure. Ces archives volumineuses parleront en mon nom quand la nécessité s’en fera sentir, disait en substance ce compilateur prudent, ajoutant que ces témoins muets, cartes, lettres, et écrits les plus variés, le dédouaneront en quelque sorte aux yeux de ceux, activistes politiques et hôtes des geôles de la dictature, qui auront payé de leur personne pour que vive la démocratie. Mines de renseignement pour l’historien, ces pages montrent bien, si besoin était, et quatre vingts ans après sa disparition, que Rómulo Betancourt fut en ce sens davantage qu’un guide sur le plan social et politique, davantage qu’un inspirateur programmatique. Sa vision à long terme, sa perspicacité et sa clairvoyance sont présentes en arrière-plan, son engagement pour la démocratie au-delà des frontières de son pays, perceptibles par le regard a posteriori que pose sur cette histoire nationale en contre-jour l’historien de ces événements, s’imposent comme des constantes de son action politique.

10L’irrévérencieuse mise en perspective de la révolution à tout crin et du réformisme prudent, telle que la propose M. Caballero dans son dernier  et - comme à l’accoutumée - polémique - ouvrage, met bien valeur les deux aspects du personnage, sa façade éminemment politique, les responsabilités officielles, assumées dans le cadre de son parti puis des institutions de la République, mais aussi et surtout son parcours personnel2. Les origines de la « cohabitation » des doctrines pendant le gouvernement du personnage y sont manifestement à rechercher. Cette adaptation aux circonstances, le fait d’y céder parfois, ce que M. Caballero désigne comme une forme de « machiavélisme léniniste », détermine en fait la capacité d’action de celui qui devient en 1959 Président du Venezuela. Loin du langage de circonvolutions de l’histoire officielle ou de la prudence de ses acteurs récents, M. Caballero décrit successivement les premières luttes contre la dictature de Gómez (les « années d’utopie »), la période de formation intellectuelle, la fondation du parti Acción Democrática en 1940, la présidence de la Junte Militaire Révolutionnaire qui, en 1945, renverse le Président en exercice (Medina Angarita3 ), et permet à Rómulo Gallegos d’assumer la présidence de la République (1948), l’exil - à nouveau - après le coup d’Etat de Pérez Jiménez, le retour à la chute du dictateur, et, sur le terrain politique, la collaboration avec le Parti Social Chrétien (COPEI) de Rafael Caldera. Pragmatisme et machiavélisme, conscience de l’avènement de l’ère des partis de masse dont AD sera l’une des expressions les plus accomplies, suprême habileté politique de celui qui fit de la démocratie une « idéologie nationale et populaire », se conjuguent selon l’auteur dans plusieurs facettes de l’idéal démocratique et de l’action menée par cet archétype de l’homme d’Etat latino-américain : en témoignent les dispositions prises afin de mener à bien l’indispensable réforme agraire, les relations avec les Etats-unis, la condamnation de la Révolution Cubaine, le rapprochement avec l’Eglise ou encore la répression de la guérilla4  En témoigne plus encore la persistance des références à l’homme d’Etat, et son influence sur la vie politique nationale bien après sa disparition.

11El excremento del diablo. La democracia venezolana y sus protagonistas : Betancourt, Caldera y Pérez : nous ne mentionnons, actualité éditoriale oblige, que cet ouvrage récent de María Sol Pérez Schael.  Auteur de Petróleo, cultura y poder en Venezuela (Monte Avila, 1993), cette sociologue formée en France s’était déjà intéressée à cet « univers irrationnel et symbolique » du pétrole, géant aux pieds d’argile qui a bouleversé les formes traditionnelles de leadership politique, évoquant l’« autisme sociétaire » prévalant alors au profit de l’autonomie du fait économique et de son pendant, la démocratie. L’« excrément du diable », métaphore du père fondateur de l’OPEP, Juan Pablo Pérez Alfonzo, résume bien en effet l’impact moral qu’allait produire sur l’économie nationale la richesse facile dérivée de la « rente pétrolière ». Partant de cette réalité incontournable il est vrai, l’auteur s’attache donc à l’analyse d’un mythe, mais aussi des escamotages idéologiques auxquels il a donné lieu, et de son effondrement, explicite à travers celui d’un système politique fondé sur le pragmatisme (un « pragmatisme inutile » qui couvrirait, toujours selon l’auteur, la période allant du 18 octobre 1945 au 4 février 1992) et une « médiocrité confondue généralement avec le terme égalité ». Mettant en parallèle populisme et pragmatisme, M.S. Pérez Schael propose ainsi une répartition des responsabilités et illusions politiques, depuis le pacte de Punto Fijo, considéré comme fondateur de la démocratie vénézuélienne et du régime des partis (1958). Mentionnons à cet égard, ce qui est tout à l’honneur de cette maison d’édition, la réédition, complémentaire de l’ouvrage de M.S. Pérez Schael, de l’ouvrage considéré désormais comme un « classique » de Diego Bautista Urbaneja, Pueblo y petróleo en la política venezolana del siglo XX (1992, 1ère reed. Monte Avila 1995). Les deux termes de l’équation politique vénézuélienne se trouvent à nouveau et fort justement juxtaposés puis confrontés dans cette nouvelle livraison, qui retrace d’une plume parfois impitoyable les avatars d’une « fable démocratique » réduite à sa plus simple expression par la conjoncture économique, les rebellions militaires de 92 et la symbolique destitution d’un Président dans l’exercice de sa fonction.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons sur ce point à l’étude de Fermín Lárez, El movimiento sindical y la lucha política en Venezuela (1936-1959), Caracas, Monte Avila Editores Latinoamericana/instituto de Altos Estudios Sindicales, 1993.
2 A noter également la parution récente d’un autre ouvrage, de divulgation cette fois et destinée à un public beaucoup plus large, de M. Caballero, De la « Pequeña Venecia » a la « Gran Venezuela », Caracas, Monte Avila/UCV (coll. « Breve »), 1997.
3 A signaler, sur cette période décisive et tout aussi méconnue de l’histoire nationale, la parution récente de l’ouvrage d’Oscar Battaglini, El medinismo. Modernización, crisis política  y golpe de estado, Caracas, Monte Avila Editores Latinoamericana/Dirección de Cultura de la Universidad Central de Venzeuela, 1997.
4 Rappelons l’existence, chez le même éditeur, de la synthèse de Steve Ellner, consacré aux origines d’un mouvement de guérilla devenu parti de gouvernement (MAS°, De la derrota guerillera a la política innovadora (1992).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Machiavel et la démocratie au Venezuela ou l’héritage pragmatique de Rómulo Betancourt », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Bibliothèque des Auteurs du Centre, Langue, Frédérique, mis en ligne le 22 février 2005, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/768

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page