Navegação – Mapa do site
Colóquios | 2005
IIe Journée d'Histoire des Sensibilités EHESS 10 mars 2005 – Coord. Frédérique Langue
Naoko Seriu

Fabriquer des sentiments : l’incitation au « regret » par l’autorité

Armée française et désertion au XVIIIe siècle
[19/03/2005]

Resumo

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’armée française tente de moduler « la sensibilité » des soldats, en cherchant à susciter certains types d’émotions. C’est le cas du « regret » qui apparaît dans le cadre de la lutte contre la désertion. En marge de l’évolution des peines contre les déserteurs - qui sont tour à tour la condamnation à mort, les travaux forcés, les baguettes - se développe en effet cette autre politique qu’est le retour volontaire. Il s’agit de faire de la place au « regret » des déserteurs et d’instituer une dispense de peine pour ceux qui sont revenus de leur propre chef au régiment. Cette mesure a pour but de créer, chez le soldat, un clivage intérieur entre désir de fuite et envie du retour. L’article tente de s’interroger sur ce moment de l’intrusion de l’institution dans l’émergence de l’émotion.

Topo da página

Texto integral

1 Découverte du siècle des Lumières, l’homme en tant qu’être sensible1 figure au rang des préoccupations de l’armée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les projets qu’elle porte sont ambitieux impliquant à la fois la révision et la transformation radicale de l’homme qu’est le soldat. L’institution apparaît par moments comme un laboratoire de l’âme humaine voulant jouer avec la sensibilité, à savoir, la faculté d’un sujet à recevoir et à sentir les « impulsions des objets » extérieurs2. Pour illustrer rapidement ces propos, nous pouvons citer un mémoire écrit par un officier au début des années 1770 : « Le propre d’une discipline dure est d’étouffer la voye des passions, le soldat qui s’y trouve soumis dépouillé de sentiments n’est plus susceptible que d’une organisation purement mécanique ». Les mouvements de l’âme3, ses éruptions et débordements sont considérés comme des facteurs de trouble à réprimer. L’institution va donc tenter de procéder à l’apprentissage du contrôle des émotions. Mais paradoxalement, elle cherche en même temps à susciter certains types d’émotion :  la honte ou le sens de l’honneur mis en oeuvre à travers les jeux de récompense et de châtiment en donnent un exemple flagrant. C’est le cas également du « regret » des soldats déserteurs que l’institution cherche à provoquer dans le cadre de la lutte contre la désertion.

2Ma communication va s’interroger sur la condition de production de ce sentiment qu’on peut définir comme « mécontentement de soi » ou « culpabilité » résultant d’une action inadéquate ou répréhensible4. Pour cela, nous allons analyser des écrits d’officiers qui ont pour dessein de proposer des réformes. A ce titre, les mémoires envoyés au ministre sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils forment un discours réformateur à partir duquel se créèrent les normes5. En même temps, celles-ci sont tout aussi importantes à analyser dans leurs prétentions et dans leur formulation même. Nous allons nous référer, donc, aux textes d’ordonnances6 qui au nom du roi dictent les injonctions à ses sujets. Sources précieuses, le corpus des lois et des réglements doit être étudier dans ce qu’il révèle le mode d’objectivation du sujet7. Mais il convient d’apporter quelques données sur la désertion avant d’aborder les ordonnances la concernant.

I. Désertion, une approche psychologique

3Problème chronique des armées de l’Ancien Régime8, la désertion frappe par son aspect “ordinaire” notre vision habituée à y voir un stigmate, qu’il s’agisse d’une marque de lâcheté ou, au contraire, d’une preuve de courage politique, exceptionnelle. Au XVIIIe siècle, c’est un phénomène massif qui peut concerner, tout au long de l’engagement, selon l’analyse d’André Corvisier, un soldat sur quatre ou cinq9. Quant aux estimations de l’époque, elles se montent à dix mille par an pendant la guerre de Succession d’Autriche, huit à neuf mille vers 1763, encore dix mille au lendemain de la guerre de Sept ans10. Les chiffres ne sont qu’un appui incertain du réel : le phénomène échappe à la mesure et à la quantification, à l’image de ce flux qui échappe au contrôle de l’institution. La peine de mort qu’elle y oppose a peu d’efficacité d’autant qu’elle se conjugue avec cette autre mesure extrême qu’est l’amnistie11. La grande sévérité des punitions, leur application aléatoire, l’impunité de fait, autant de caractéristiques des pratiques punitives de la monarchie absolue se confirment en matière de désertion.

4Ce système fondé jusqu’alors sur l’unique peine capitale fait l’objet de vives critiques dans les années 1760. Rappelons deux dates importantes12. L’ordonnance du 12 décembre 1775 supprime la peine de mort, institue la peine des travaux forcés, établissant une proportionnalité entre les circonstances de la désertion et le nombre d’années de condamnation. Puis l’ordonnance du 1er juillet 1786 supprime cette peine des travaux forcés au profit de la peine des baguettes. Il s’agit pour le condamné de défiler au milieu d’une double haie de soldats, qui lui donneront des coups de baguette à son passage. Il faut souligner que le déserteur ainsi puni est réintégré au régiment, avec une prolongation de service.

5 Le premier moment, celui de l’abolition de la peine de mort en 1775 est un événement d’autant plus important qu’il apparaît comme un aboutissement du mouvement de l’opinion éclairée qui s’est concentrée sur le sort tragique des déserteurs13. C’est également une réforme majeure de la pénalité dont Beccaria apparaît comme le théoricien précurseur. Bien connu est l’éloge de Voltaire qui voit dans cette réforme un modèle de justice économe du sang et qui invite les juristes à réformer la législation criminelle en suivant cet exemple14.

6 On ne s’attardera pas pourtant sur cette grande évolution afin de s’intéresser à une autre mesure qui apparaît en marge de ce nouvel arsenal répressif : la politique du retour volontaire. Elle prend corps tout d’abord dans l’article XIX de l’ordonnance du 12 décembre 1775 : « Sa Majesté convaincue que la désertion de ses Troupes est presque toujours l’effet d’une inconstance que suit le plus prompt repentir, accorde trois jours de regrets aux Déserteurs qui auront le bonheur de sentir la honte & l’énormité de leur crime; & s’ils reviennent volontairement à leur régimens (...)  Sa Majesté veut qu’ils ne soient punis que de quinze jours de prison (...)». Ce dispositif se démarque dans la mesure où il promeut une dispense de peine exceptionnelle, et cela en échange du revirement de l’attitude personnelle du déserteur. Il y a là une singulière application de la modalité de la pénitence religieuse : le regret, le repentir et enfin l’aveu constituent les étapes de l’expiation du péché, dans le but d’obtenir l’absolution15. Derrière cette référence religieuse, se dissimulent pourtant les nouveaux intérêts de l’institution.  

II. Le soldat entre espoir et regret

7Pour éclairer la visée et la signification de cette innovation, nous pouvons en chercher des indices, en amont, dans les mémoires des officiers, qui sont unanimes quant à l’inefficacité de la peine de mort contre les déserteurs. Des motifs relativement marginaux, le « regret » ou le « repentir » des déserteurs apparaissent, tout d’abord, dans une description de l’état d’âme des déserteurs, expatriés, et qui n’osent pas revenir en France justement par crainte de la peine de mort. Voici un officier qui se penche sur les ressentis d’un homme quittant l’armée sur des « réflexions téméraires » :  « C’est lorsqu’arrivé chez l’Etranger, la passion qui les pressait s’est éteinte ;  c’est lorsqu’ils sont forcés de s’avouer que les espérances qu’ils avaient fondées sur leur désertion sont chimériques, la douleur de se voir pour toujours éloignés de leur patries, privés de leurs parents, réduits à la vie errante et souvent à la misère, succède à l’emportement qui les a conduit dans le précipice et les amène au repentir ».  La plume de cet officier est attentive aux différents types d’émotion des hommes de troupe : l’espoir qui motive la démarche de chacun, la passion qui s’évanouit lorsqu’on essaie d’échapper aux poursuites en passant dans un pays étranger, la douleur de l’éloignement. Selon ce raisonnement implacable, le chemin des déserteurs ainsi décomposé mène au « repentir ». C’est non pas tant sur la culpabilité mais sur le sentiment de perte des déserteurs à l’étranger que l’institution est invitée à intervenir, en encourageant au retour, et en supprimant la menace de la mort. Il ne fallait surtout pas, selon les termes de l’officier, « rendre infructueux leur repentir et les forcer de se vouer au service de l’Etranger dont ils augmentent les forces en diminuant les nôtres ». Faire revenir les déserteurs s’inscrit enfin dans cette préoccupation majeure du siècle des Lumières qu’est la conservation de la population. De même, Flavigny prenant la défense de ceux qui désertent d’une manière irréfléchie écrit : « Comme celui qui déserte par ces motifs, est souvent pénétré, une heure après, d’un repentir qui seroit effectif, si la juste crainte de la mort qui l’attend à son retour, ne le forçoit à persister dans son crime ; & que, quand dans l’éloignement, l’espérance d’un sort moins malheureux l’entraîne plus loin, son espoir presque toujours trompé au dénouement, ne retarde jamais d’un mois ce regret qui le fait soupirer après sa patrie16. »  L’image du déserteur, qui éprouve du repentir au bout d’une heure, et du regret au bout d’un mois, suppose qu’il est dans son tort, quelqu’en soit le motif. La culpabilité se situe du côté des déserteurs, et le reconnaître est la condition de cette indulgence partielle. Selon Flavigny, le soldat ainsi retourné devient « un serviteur plus fidèle et plus dévoué à sa patrie ».

8Par ailleurs, le thème du « regret » trouve une articulation subtile avec le mécanisme de la récompense. Cette dernière est un sujet qui a également suscité nombre d’écrits d’officiers, soucieux d’éveiller et d’attiser la volonté des soldats de prolonger le service. Exemplaire, l’ordonnance de 1771  accorde « la haute-paye proportionnée au temps de leur service » - un sou par jour pendant le second engagement, deux sous pendant le troisième – ainsi que les marques d’honneur dont la plaque de vétérance pour ceux qui ont accompli trois termes d’engagement17. En commentant justement ces mesures, un officier écrit en 1772 : « D’après les grâces particulières qui viennent d’être accordées aux soldats, cavaliers ou dragons, selon leur gradation de service, l’on peut donc maintenant apercevoir par un calcul relatif à leurs propres intérêts, que du nombre de ceux qui jouissent de la première récompense dûe à leur ancienneté, il n’en seroit plus déserté, sans devoir du moins être exposé à des regrets qui augmenteroient toujours à proportion du tems où ils se rapprocheroient de la vétérance qui fait pour eux le comble du bonheur ». L’institution fait en sorte que les soldats y trouvent leur propre intérêt ; cela permet à l’officier de raisonner, de calculer, du point de vue des soldats. L’attribution de récompenses selon le principe d’ancienneté fait que la désertion signifie la renonciation : l’objectif est de dissuader ceux qui sont tentés, et de pousser ceux qui sont passés à l’acte au regret. La perspective d’un futur meilleur est donc un frein supplémentaire à l’impulsion commune et répandue de la fuite ; la désertion change dès lors de sens, devient un accident de parcours. L’auteur continue : « Ce ne sera plus cet esprit de désertion qui l’aura dirigé, maintenant le coupable gémira de son crime, ce ne sera plus, je le répète, qu’une brebis égarée qu’il sera bien facile de ramener à son troupeau (...)». Du sentiment de regret à celui de culpabilité, le chemin semble tracé pour les déserteurs, minoritaires, et hésitants. La « brebis égarée » ne demande qu’à être reconduite au troupeau. Ainsi partant du regret de la récompense, l’auteur préconise la politique du retour volontaire.

9Le « regret » est un terrain propice à l’intervention de l’institution qui discerne chez chacun des formes multiples de désir : espérer ne pas être arrêté, trouver refuge quelque part, éviter le supplice, obtenir des récompenses, avoir la reconnaissance. Toute déception par rapport à ces attentes favorise l’action de l’autorité qui cherche à lui donner un contour moral et un ton de culpabilité. Donner la possibilité du retour, c’est aussi poser, sinon imposer, une vision du soldat comme un être inconstant, mais qui s’adonne aussi à la réflexion - ceci aboutissant nécessairement au regret.  Cette mesure reflète le regard de l’institution sur le mécanisme psychologique des soldats, qui apparaissent en même temps comme une ressource numérique importante à conserver. Pour arrêter l’hémorragie des effectifs, l’armée s’appuie non seulement sur la repentance, mais aussi sur la compréhension de l’intérêt de l’individu, qui accepte de rentrer dans le simulacre du repentir. Dans cette lignée, la mesure fixée en 1775 sera étoffée dès l’année suivante, donnant lieu à l’ordonnance du 25 mars 1776 qui portera de 3 à 6 jours le temps du regret, car, y lit-on, «  il étoit possible que certains déserteurs n’ouvrissent les yeux sur la gravité de leur crime que le dernier desdits trois jours, & qu’alors ce seroit en vain qu’ils desireroient de rejoindre leurs régimens, puisqu’il ne leur resteroit pas assez de temps pour pouvoir y arriver dans le délai qui leur a été fixé ». Qui plus est, les déserteurs arrêtés dans les trois premiers jours seront traités comme s’ils s’étaient rendus volontairement, sous prétexte qu’ils auraient pu se repentir dans le délai de trois jours, et en ce qui concerne les fuyards arrêtés entre le quatrième et le sixième jour, on doit vérifier s’ils auraient pu rejoindre dans le délai total de six jours leur régiment, auquel cas ils bénéficient également du statut du retour volontaire.

10C’est surtout la forme qui importe. Au fond, peu semble compter l’authenticité des remords des soldats, s’ils sont arrêtés dans les délais. L’essentiel est de « faire bonne figure18 », autant pour l’institution que pour l’individu, et de diffuser le message que le regret est possible et bien accueilli. Ce moment de concordance laisse parfois des traces dans les témoignages des soldats. Ainsi, en septembre 1781, Jean-Baptiste Baralon, soldat du régiment de Boulonnais vint « trouver le sieur Dumesnil, sergent fourrier des grenadiers qui y est en recrue, auquel l’interrogé témoigna tous ses regrets de la faute qu’il avait commise et l’engagea de lui donner tous les moyens de pouvoir retourner au régiment étant encore dans son délai de grâce n’ayant que cinq jours qu’il avoit quitté le corps ». On voit que l’individu ayant recours à ce dispositif doit nécessairement passer par l’aveu de sa faute face à l’institution.

III. Vers une nouvelle catégorisation des déserteurs

11Entre les soldats fidèles et les déserteurs arrêtés, émerge une nouvelle catégorie de déserteurs repentants, appelés à reprendre leur place dans l’institution. La dernière ordonnance importante, celle du 1er juillet 1786, qui supprime la peine des travaux forcés au profit des baguettes, accorde d’ailleurs autant de place aux « déserteurs arrêtés » qu’au « retour volontaire des déserteurs ». Sur ce sujet, c’est désormais à partir du troisième jour après le premier appel manqué qu’ils sont considérés comme déserteurs. Au delà de ce laps de temps, la période du retour volontaire est étendue jusqu’à trois mois en temps de paix à la condition d’effectuer une prolongation de service. L’idée de proportion est dominante. Par exemple, si le soldat revient dans l’espace de dix jours, il est tenu de prolonger son service d’un an, et s’il revient sous trois mois, son service sera prolongé de quatre ans.  S’il y des circonstances aggravantes, la prolongation est étendue à huit ou seize ans : huit ans lorsqu’on escalade des remparts ou qu’on emporte ses armes, seize ans lorsqu’on déserte en étant de service.

12 Un mémoire anonyme, daté de 1787, dresse un bilan positif de cette mesure. L’officier qui l’a rédigé recense, régiment par régiment, les « déserteurs revenus volontairement », ainsi que les « déserteurs arrêtés », ces derniers ne bénéficiant donc pas de la grâce attachée au retour volontaire.  La période considérée va de la publication de l’ordonnance jusqu’au mois de juin 1787. Sur cette année pleine, donc, 478 hommes auraient été réintégrés au titre du retour volontaire, alors que 275 déserteurs auraient été arrêtés – et réintégrés eux-aussi19. Ce sont donc presque cinq cents soldats qui ont manifesté leur regret et leur repentir, que cette manifestation soit sincère ou simulée. Chacun est amené à rentrer dans ce jeu intime qui le pousse à la reconnaissance de l’autorité, incarnée par le roi, chef des armées.  

Conclusion

13Pour conclure, nous pouvons évoquer les pratiques des lettres de cachets,  adresses directes faites au roi, dont Arlette Farge et Michel Foucaut relèvent le « singulier statut du repentir20 ». A la différence de la justice ordinaire peu préoccupée de l’attitude personnelle du criminel, la punition émanant du roi ne s’arrête pas, selon leur analyse,  au corps mais implique l’âme qu’il faut guérir ou corriger. « L’acquièscement et la soumission du condamné21 » qui doivent surgir au terme de l’enfermement est également un objectif de la politique du retour volontaire. De même la justice militaire cherche à s’emparer de l’âme des soldats. Cette mesure peut susciter chez l’homme un doute, une hésitation, un clivage intérieur entre retour et non-retour, visant à s’immiscer dans l’intime du soldat. Elle se veut clémente, renonçant à toute forme de contrainte. On peut pourtant y voir un lieu d’exercice de la domination symbolique, forme de pouvoir qui s’exerce sur les corps en dehors de toute contrainte physique, « en s’appuyant sur des dispositions déposées, telles des ressorts, au plus profond des corps22», dans ce cas le dispositif religieux de la pénitence23. Le regret ou le repentir que les soldats sont amenés à éprouver relèvent sans doute de ces « émotions corporelles »<Èmotions_corporelles>, à travers lesquelles l’individu va se soumettre au jugement dominant, soutenant dans ce cas l’institution.

14 Il ne s’agit pas d’en déduire qu’il y aurait une sorte d’écrasement de l’individu par l’institution. La désertion, qui continue de ronger l’armée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, traduit bien la difficulté de l’entreprise et son inachèvement. D’ailleurs les soldats peuvent faire usage de la possibilité du retour volontaire selon les enjeux24. Cependant il est important de prendre en considération un des moments de l’intrusion de l’institution dans l’émergence de l’émotion25 ; à quelques rares moments, il peut arriver que ce soit l’institution qui fasse surgir et même fasse émerger quelque chose de l’émotion. Inciter au « regret » est une ouverture aux sentiments aussi bien qu’une stratégie.

Topo da página

Bibliografia

Jean-Pierre Bois, Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990.

Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1985.

André Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministre de Choiseul. Le soldats, 2 vol., Paris, PUF, 1764.

André Corvisier (éd), Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, Paris, PUF, 1988,

Dictionnaire de l’Académie françoise, 4ème édition, Paris,1762.

Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, Paris, 1998.

Jean Delumeau, L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession (XIIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1972.

Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastilles, Paris, Gallimard/Julliard, 1782.

Arlette Farge, Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997.

Arlette Farge, « Négocier avec les pauvres et les démunis» in A. Farge, J.-F. Laé et al., Sans visages, Paris, Bayard, 2004, pp. 208-262.

Flavigny, Réflexions sur la désertion et sur la peine des déserteurs, s.p., 1768.

Michel Foucault, « Du gouvernement des vivants » (1980), in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, t. IV., pp. 125-129.

Georges Gusdorf, Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumière, Paris, Payot, 1976.

Robert Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, Albin Michel, 1961

Hiroyuki Ninomiya, « Sanshokei toshite no karada to kokoro (Le corporel et le mental en histoire sociale) », in Shakaishikenkyu (Recherches en histoire sociale), 1988, p. 22-51.

Michael Sikora, Disziplin und Desertion, Berlin, Duncker & Humblot, 1994.

Voltaire, Prix de la justice et de l’humanité, Londres, 1777.

Topo da página

Notas

1 Georges Gusdorf, Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1976.
2 Dictionnaire de l’Académie françoise, 4ème édition, Paris,1762, articles « sens », « sensible » et « sensibilité ».
3 « Sentiment, se dit Des affections, des passions, & de tous les mouvemens de l’âme » (Dictionnaire de l’Académie françoise, op. cit., article « sentiment »).
4 Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’ Alain Rey, Paris, 1998, article « regretter ».
5 Nous avons consulté quelques-uns de ces nombreux mémoires, dont le nom de l’auteur s’est souvent perdu, au Service historique de l’armée de Terre (SHAT).
6 Voir la collection Saugeon à la bibliothèque du ministère de la Guerre.      
7 Il convient d’évacuer d’avance les critiques courantes qui soulignent l’écart entre les pratiques et les normes. Travailler sur les ordonnances ne signifie pas qu’on postule l’application de mesures concrètes. L’opposition entre ces deux éléments ne doit pas condamner l’étude des textes normatifs non plus que l’analyse des pouvoirs.
8 Sur la Prusse, Michael Sikora, Disziplin und Desertion, Berlin, Duncker & Humblot, 1994.
9 André Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, 2 vol., Paris, PUF, 1764, t. II, p. 737.
10 Ibid., p. 736.
11Ibid., pp. 714-724.
12 André Corvisier (éd), Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, Paris, PUF, 1988, article « désertion » (rédigé par Jean Chagniot).
13 Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1985, pp. 620-628.
14 Voltaire, Prix de la justice et de l’humanité, Londres, 1777, p. 112.
15 Jean Delumeau, L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession (XIIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1972.
16 Flavigny, Réflexions sur la désertion et sur la peine des déserteurs, s.p., 1768.
17 Jean-Pierre Bois, Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris Economica, 1990, p. 82.
18 Arlette Farge a relevé cette forme particulière de pouvoir administratif, qui tend à assurer « un bonheur momentané » (« Négocier avec les pauvres et les démunis »  in A. Farge, J.-F. Laé et al., Sans visages, Paris, Bayard, 2004, pp. 208-262.)
19 On peut noter que selon ces éléments, 125 soldats sont rentrés sous 10 jours, et ont donc été prolongés d’une année, alors que 353 soldats sont rentrés dans les trois mois, leur service étant alors prolongé de quatre années. En ce qui concerne les déserteurs arrêtés, ils ont eux été prolongés, en moyenne, de 8 ans et 5 mois.
20 Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard/Julliard, 1782, pp. 42-46.
21 Ibid., p. 45.
22 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p.44.
23 Cf. Michel Foucault, « Du gouvernement des vivants » (1980), in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, t. IV., pp. 125-129. Exhaustif, l’aveu, « manifestation verbale de la vérité qui se cache au fond de soi-même » entraîne « l’humilité et la mortification, le détachement à l’égard de soi et la constitution d’un rapport à soi qui tend à la destruction de la forme du soi » (p. 129).
24 Voir notre thèse en cours.
25 Sur la nécessité de travailler sur les affects, voir Arlette Farge, Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997. Sa réflexion prolonge en partie le projet de Robert Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, Albin Michel, 1961 ; Nlle éd. revue et augmentée, 1998, en particulier, Ch. III : « Sens, sensations, émotions, passions ». Précurseur, il note qu’« il n’existe aucune histoire de la sensibilité » (p. 383). Sur sa perspective de « l’homme psychique », voir Hiroyuki Ninomiya, « Sanshokei toshite no karada to kokoro (Le corporel et le mental en histoire sociale) », in Shakaishikenkyu (Recherches en histoire sociale), 1988, pp. 22-51.
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Naoko Seriu, « Fabriquer des sentiments : l’incitation au « regret » par l’autorité », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Colóquios, posto online no dia 19 Março 2005, consultado o 23 Novembro 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/850 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.850

Topo da página

Autor

Naoko Seriu

Doctorante EHESS

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página