Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

Escapade (et fusillades) portugaise en Asie

Exilé, de Johnnie To, Hong Kong, 2006, 01h50.
[15/10/2007]

Texte intégral

1Hong-Kong ne suffit plus à Johnnie To depuis quelques films. On se souvient des débordements continentaux du magistral diptyque Élection, où le délégué du syndicat du crime hongkongais cherchait à investir légalement sa fortune d’origine inavouable dans des placements en Chine continentale juste avant la rétrocession – occasionnant quelques très beaux plans sur ce Far East des investisseurs qu’est la côte de la rivières des Perles au Fleuve Jaune. Le prolifique Johnnie To revient à cette époque incertaine de 1998 pour son quarante-quatrième film en vingt ans, mais change de lieu et fait débarquer sa troupe de gangsters charismatiques (les cinq mêmes que dans le géométrique The Mission, rejoints par deux transfuges d’Élection, le délégué Simon Yam et l’homme à la moto Nick Cheung) à Macao. Il propose alors d’en effacer tous les clichés faciles de l’enfer du jeu, et préfère y filmer des rues et des bâtiments portugais à la typique toponymie lusophone.

2En contraste parfait avec l’empilement systématique des immeubles hongkongais et leur voirie de bitume saturée d’indications routières, les rues de Macao où déambulent ces professionnels de la gâchette, réunis pour un dernier coup avant d’éliminer l’un d’entre eux, paraissent comme un havre de calme avant la tempête, placettes pavées et arborées, rues en pente, bâtiments colorés aux boiseries apparentes et mises en valeur par l’enduit des murs. Deux scènes-clés, attendues avec toutes les ficelles de la mise en tension développées par les westerns crépusculaires façon Leone ou Peckinpah, donnent lieu à des huis-clos dans des maisons coloniales à l’architecture tout sauf asiatique. La première scène joue sur l’étroitesse d’une maison d’habitation méditerranéenne sur deux étages aux volets clos ; la seconde dilate une fusillade de quelques secondes en une dizaine de minutes dans un grand hôtel au vaste hall central entouré d’escaliers à rambarde sculptée.

3Outre une bouffée d’air salvatrice après deux films aussi tendus qu’Élection 1 et 2, cette échappée à Macao permet à Johnnie To d’arrêter de filmer sur la verticalité et la modernité (exceptionnelle scène des escalators dans The Mission), et de relancer ses recherches de cadrage dans une architecture coloniale que les protagonistes du film, tout professionnels qu’ils soient, ne maîtrisent pas non plus. Le vent balaye les rues dehors et les bois craquent à l’intérieur ; les cinq comparses se retrouvent déracinés et pourraient tout aussi bien se trouver au Brésil ou dans le sud de la péninsule ibérique – leur solidarité n’en est que davantage mise à l’épreuve, et l’on sait gré à l’œil du réalisateur d’avoir effectué un aussi beau repérage. Pour un américaniste féru de gunfights asiatiques (moment de grâce des films de John Woo s’achevant par un duel dans une église où s’abritaient des colombes), Exilé est un film dont la rigueur formelle et l’inventivité narrative sont puissamment relayées par un décor étrangement familier, lusitanien, comme un tout petit morceau de Lisbonne ou Salvador de Bahia sur une île asiatique – c’est ça Macao.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Escapade (et fusillades) portugaise en Asie », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2007, mis en ligne le 15 octobre 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/9363

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page