Navigation – Plan du site
Varia | 2007
Romy Sánchez Villar

Colloque CERI (Centre d’études et de Recherches Internationales) organisé avec le soutien de « Asociación Encuentro de la cultura cubana ». Lundi 2 et mardi 3 juillet 2007. La réinvention du politique à Cuba. Mémoire collective, société civile et dissidence.

[07/11/2007]

Entrées d’index

Géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

1Lundi 2 juillet : D’une marginalité gérée à une marginalité subie : évolution de la critique de l’autoritarisme depuis les débuts du castrisme.

2L’introduction du colloque et la présentation des thèmes à aborder et à discuter durant les deux journées d’étude ont été prises en charge par Annabelle Rodríguez, de la revue madrilène Encuentro, et par Philippe Létrillart, correspondant scientifique du CERI-Science Po. Annabelle Rodríguez a commencé par souligner les objectifs communs entre le colloque et la revue de l’association qu’elle dirige, Encuentro, et ses enjeux, qu’il s’agisse de la revue ou de l’association qui l’abrite et de leur rôle d’intermédiaire culturel entre l’île et l’exil « intellectuel ». Ceux-ci se placent en effet au cœur des problématiques proposées par la rencontre : dissidence, dialogue, reconsidération du politique cubain et interprétations du passé historique. Philippe Létrillart a quant à lui insisté sur l’explication des termes choisis pour l’intitulé du colloque : des mots et expressions comme « mémoire » et « société civile » ont à Cuba des acceptions toutes particulières qu’il faut savoir décrypter au préalable. De plus, impossible de contourner les habituels questionnements sur l’avenir politique de l’île à l’heure où les questions de succession et de transition sont au cœur de l’actualité internationale : il a cependant fallu préciser dès cette ouverture, que ces thématiques ne pouvaient être incluses dans le cadre de la rencontre que si elles étaient insérées dans les questionnements proposés : le verbiage journalistique parfois prophétisant qui « colle » au thème de Cuba, a bien entendu été décrété hors propos dans le contexte de cette rencontre.

3L’essayiste Iván de la Nuez a ensuite proposé sa réflexion sur les intellectuels cubains et sur la culture comme issue à l’oppression du régime : il est question selon lui de résistance ingénue, d’indépendance au sens culturel du terme, et finalement du dénominateur commun hautement problématique pour le cas cubain qui serait encore et toujours l’opposition aux Etats-Unis voisins. Le questionnement porte donc sur l’artiste au sens très large du thème, et sur son statut au sein de l’uniformité du système cubain actuel : les marges, l’avant-garde, et le flottement entre le rôle de dissident et celui plus répandu et commun, de concordant. Finalement, c’est aussi une piste de recherche que propose de la Nuez : selon lui, le rôle des arts en général et des artistes en particulier n’a pas encore été traité à sa juste valeur dans le cadre de l’analyse du régime castriste. Il est aussi question de points hautement problématiques qui concernent l’île : le réseau Internet et son accès, et le corollaire des blogs et des revues électroniques ; il ne s’agit pas seulement d’Encuentro, mais aussi de revues créées dans l’île, comme par exemple La Jiribilla, publication littéraire qui se place dans la continuité des initiatives « isolées » de type Encuentro. Iván de la Nuez a esquissé l’hypothèse d’une « communauté intellectuelle éclatée, sans territoire », mais qui ne dépasserait de plus en plus la bipolarité La Havane – Miami.

4L’intervention d’Elizabeth Burgos était quant à elle concrètement axée sur le thème carcéral cubain. Après avoir beaucoup écrit sur les plantados et l’importance du rapport au corps dans l’univers de la prison1, Burgos propose dans le cadre du colloque un aperçu documenté de l’actuelle système pénitencier cubain. Une mise en perspective historique permettait de resituer à la fois l’évolution de la peine de mort mais aussi les différentes phases de la politique carcérale et répressive du régime. Selon Elizabeth Burgos, la question à poser, et a fortiori depuis la succession Fidel-Raúl, demeure : pourquoi le régime dure-t-il ? A partir de cette interrogation, c’est la problématique des stratégies de survivance qui est soulevée.

5Discussion

6Le bilan des interventions et le débat sont menés par Olivier Dabène : il s’agit de recentrer la réflexion sur des thématiques plus larges comme la gouvernabilité, les stratégies de contournement et la violence voire la brutalité politique : autant de termes souvent appliqués au régime cubain, mais jamais véritablement analysés dans ce contexte spécifique à l’île et à ses conditions propres. On met également l’accent sur les distinctions : dissidence politique, dissidence artistique, rapports multiples au corps que ce soit pour exprimer une opposition ou au contraire lorsqu’elle est subie La langue et l’usage des mots revient comme un point crucial des questionnements sur les acceptions culturelles de la dissidence. A propos de son intervention et des réactions qu’elle a pu susciter, Elizabeth Burgos précise qu’il faut s’extraire d’une vision unilatérale et basique de la dictature castriste et « en dire plus » en invoquant certaines bases théoriques des sciences sociales : dénoncer s’avère alors avant tout penser un objet.

7Rafael Rojas présente son intervention sous le titre « Anatomie de l’enthousiasme. La révolution comme spectacle d’idées » ; il s’agit surtout d’un panorama de l’évolution intellectuelle et artistique de l’île pendant la première période révolutionnaire, et d’un retour sur la portée internationale de cet « enthousiasme » cubain qui dépasse largement le cadre américain. En plus d’aborder le thème désormais « classique » de la désillusion que suscite le cas Padilla, la communication insiste sur le reflux de cet enthousiasme et ses significations. A propos de l’île d’aujourd’hui, qui n’a plus rien à voir avec celle des années 1960, Rojas rappelle que celle-ci est bien loin du « réalisme magique » latino-américain, et que la nouvelle génération intellectuelle ne reprend plus du tout à son compte le dogmatisme des grandes figures. Bien au contraire : paradoxalement, La Havane semble même s’imposer depuis ces dernières années comme une « capitale alternative à l’échelle américaine ».

8La présentation de Paulo Paranagua concerne quant à elle le monde du cinéma cubain, le prisme choisi par rapport au thème de la rencontre étant « le cinéma comme lieu de construction d’une mémoire officielle et comme ouverture vers l’altérité politique » ; il est question des « classiques » comme le célèbre « PM », ou plus récemment « Fresa y Chocolate » et dans un genre différent « Guantanamera ». Paranagua se charge de rappeler le poids de l’industrie cinématographique et sa portée au sein du processus révolutionnaire. Paranagua invite à revoir et à nuancer la supposée « exception cubaine » qui fait du cinéma un art majeur et très diffusé, malgré les entraves de la crise économique : l’analyse à l’échelle de toute l’Amérique Latine s’impose pour y voir plus clair et afin d’éviter les lieux communs sur les bienfaits culturels de la révolution. Il souligne également la place de la polémique cinématographique qui fait rage à La Havane dès 1963 et la réorientation plus « réaliste-socialiste » de la politique castriste. C’est aussi le rôle de l’institution officielle, l’ICAIC que s’articule la réflexion proposée : l’importance de la production cinématographique et sa diversité n’impliquent pas directement le reflux de la censure gouvernementale.

9Discussion

10Denis-Constant Martin exhume le cœur des questions soulevées : il s’agit toujours de déceler les rapports entre pouvoir politique et pouvoir culturel, et ce en évitant l’écueil de la simplification. Ce sont aussi les multiples imaginaires de la lutte et la place qu’il convient de leur attribuer, qui se profilent à travers les thématiques proposées par les intervenants. La monstration du pouvoir, sa mise en scène évidente et les dynamiques de codages et décodages qui en sont le prolongement, sont également un point important. Selon Annabelle Rodríguez, la télévision et le cinéma demeurent sans conteste les meilleurs lieux d’observation du manque d’espace et d’autonomie à Cuba. Les commentaires aboutissent également à une mention du problème de l’accès à  Internet à Cuba : la fracture numérique est une autre facette de la restriction du champ de vision des Cubains.

11Mardi 3 juillet : Les modes de réinvention du politique à Cuba : travail de mémoire et formation d’une «société civile de fait » ?

12Vincent Bloch a présenté le thème de La lucha comme perversion de la citoyenneté, et a abordé la question de l’impossible instauration d’un espace public à Cuba, aux frais de l’incessante fluctuation entre des registres mal définis, et bien au-delà de ce qu’implique la dichotomie de la seule doble-moral. En revenant sur la notion de « bon droit » et sur les spécificités d’acteurs qui prétendent maîtriser la finalité de leur conduite sans pour autant bénéficier d’un véritable espace de « confiance » dans leur quotidien, il s’agissait d’identifier la perversion des rouages du régime jusque dans les strates de la famille, voire du couple. Selon Bloch, cette stratification et la constitution d’un imaginaire paranoïaque renvoient tout autant à l’autoritarisme politique qu’à l’évidence d’une identité nationale faible, faussement exacerbée par un mythe essoufflé : l’addition de ces facteurs aboutit donc à une carence évidente de projet politique. Même le célèbre Projet Varela ne serait qu’une ébauche de cercle vertueux.

13Antonio José Ponte s’est intéressé quant à lui à la pensée et à l’action de José Martí et a intitulé sa présentation : « Un enjeu de mémoire à usage politique direct ». Il a été question là aussi du « mythe fatigué » et de l’« autel cubain » consacré au « héros de la Patrie ». L’écrivain revient sur les noms d’institutions, les multiples et abusives représentations et citations de l’homme public et signale le manque problématique de mise en perspective géographique, puisque la vie de Martí dépasse complètement le cadre de l’île. Ponte montre non sans humour que Martí est une denrée d’exportation cubaine qui se vend aujourd’hui bien mieux que le sucre de canne, mais rappelle aussi à juste titre que toute la symbolique « martienne » était déjà en place bien avant 1959. Il rappelle aussi que Martí a été successivement « traduit » au marxisme-léninisme, puis après la chute de l’URSS, nettement renforcé dans son caractère autochtone de penseur lié à la Révolution et à tout l’imaginaire cubain. Finalement, la question que se pose et que propose Ponte, c’est celle du futur de ce penseur, du futur de l’œuvre et du personnage José Martí : y a-t-il des secrets à livrer, des choses à réinterpréter ? Que reste-t-il de Martí sans Castro et sans la révolution ?

14Discussion

15David Recondo revient sur la détérioration de la légitimité qui semble être le point nodal des interventions présentées, et souligne la nuance entre dissonance et dissidence. De même, le problème de l’interprétation du régime par le régime est un point à élucider : quelles sont alors les dissonances possibles ? La discussion doit aussi revenir sur la réalité d’un ensemble social pas si cohérent que le prétend l’image véhiculée dans les médias. Il s’agit donc de s’interroger sur les permanences qui iraient au-delà de l’imaginaire national, lui-même vidé par le régime. C’est donc bien d’un imaginaire en panne dont il est question ici, et de la marge de manœuvre du régime qui ne serait finalement pas si large que le prétendent certains observateurs. Les commentaires des participants se centrent surtout sur la question de Martí, et sur le vide absolu que cache sa surreprésentation et sa fonction d’autorité, qui masque totalement sa qualité d’auteur. Le constat est celui d’un Etat monothéiste, qui construit une exégèse déformante, comme c’est aussi le cas pour Bolivar, au Venezuela et ailleurs. C’est finalement Rafael Rojas, qui clôt la discussion en invoquant le mal–être de la culture politique cubaine.

16Philippe Létrillart aborde finalement un thème aussi transversal qu’original, qui touche au cœur de a question de la « société civile de fait » : il s’agit de l’Eglise catholique comme acteur marginal impliqué dans la reconstruction de la mémoire collective et des normes civiles. Il aborde bien entendu le système de concurrence établie entre le folklore, le folklorisme ambiant et le rôle de l’Eglise. Le rôle de cette Eglise est selon lui bien proche du politique, qui questionne bien plus que le gouvernement les termes problématiques de « société civile » et de « citoyenneté ». Il souligne également l’exclusion nette des membres de l’Eglise qui questionnent sans même la contester, la politique castriste. Finalement, il est clair que le messianisme politique et révolutionnaire prend le créneau de cette Eglise qui tout en étant centrale (70% de la population cubain peut être considérée comme catholique), se trouve surtout éclipsée par la charisme du chef politique. Létrillart rappelle que la visite pontificale de 1998 a été le seul discours public alternatif concernant la place de l’Eglise à Cuba. Qu’il s’agisse de la revue Vitral de la paroisse de Pinar del Río, ou des publications menées par le Cardinal Ortega, les occurrences d’une voix de l’Eglise sont trop peu nombreuses ; il est aussi important de rappeler que l’institution ne bénéficie pas à Cuba d’une légitimité populaire et d’un soutien des Cubains en qualité de seul discours public alternatif. Dans une perspective plus historique, Létrillart rappelle aussi que le catholicisme est très lié à une hispanité que le nationalisme révolutionnaire rejette en bloc. Philippe Létrillart conclut sur la réhabilitation l’Eglise comme seul moyen de redessiner les contours d’une citoyenneté : reste à savoir si ces valeurs, celles de liberté responsable dont parlait Jean-Paul II en 1998, sont applicables ou non à Cuba.

17Débat Général : Quel avenir pour ces propositions de « réinvention du politique » ?

18Jacques Rupnik dans sa remise en perspective générale des questions évoquées, revient sur la question des antécédents et des contre-pouvoirs dans le régime communiste. Y en a-t-il un état embryonnaire ? Et quelles sont les conditions d’émergence des résistances possibles ? Les thèmes d’un mouvement solidaire ou d’un mouvement unificateur qui tardent à exister réellement reviennent dans les questions finales : pourquoi une telle dissension ? Les exemples des tentatives de prise de parole des diocèses de Pinar del Rio et Santiago sont emblématiques d’un échec relatif.

19Le débat final s’élargit aussi à des thèmes plus généraux comme les Afro-Cubains et leur rôle au sein de l’Eglise catholique, ou encore sur les poids différenciés de l’Eglise et de la santé et l’éducation. Sur la « culture démocratique », Pablo Paranagua rappelle que la seule mémoire collective a été complètement déclassée et remplacée par une véritable mythologie. Le principal enjeu de la discussion demeure la définition même de ce que pourrait être une « société civile » cubaine réhabilitée.  

Haut de page

Notes

1 Elizabeth Burgos, « Plantados jusqu’à la liberté : le corps comme territoire de résistance et d’affirmation de l’intégrité face au système carcéral à Cuba », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, No. 5 (2005), section Coloquio, en ligne: http://nuevomundo.revues.org/document873.html [Consulté le 19/03/2005]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romy Sánchez Villar, « Colloque CERI (Centre d’études et de Recherches Internationales) organisé avec le soutien de « Asociación Encuentro de la cultura cubana ». Lundi 2 et mardi 3 juillet 2007. La réinvention du politique à Cuba. Mémoire collective, société civile et dissidence. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Varia, 2007, mis en ligne le 07 novembre 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/9653

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page