Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

Chronique de l’imaginaire latino-américain

Comment l’industrie hollywoodienne du cinéma mobilise le réservoir à fantasmes des Amériques latines…
[19/09/2005]

Texte intégral

1On ne demande pas à l’usine à rêves qu’est Hollywood d’observer une précision scientifique dans sa manière de mobiliser certains aspects de l’Amérique latine dans ses productions. L’idole d’or, pour laquelle Indiana Jones manque de se faire écraser par une énorme pierre roulante ou percer par des flèches au curare dans la scène d’ouverture des Aventuriers de l’Arche perdue (Steven Spielberg, 1981), n’est pas vraiment inca ou maya, mais simplement le fantasme du scénariste – cela n’empêche pas d’apprécier le rythme de cette scène emmenée par la musique de John Williams. Cela n’interdit pas non plus de s’interroger sur le statut de cet imaginaire latino-américain, généralement précolonial, tellement souvent mis à contribution par Hollywood.

2L’objet de cette article est de préciser, par deux études de cas, le rapport qu’entretient la riche Amérique du Nord anglo-saxonne avec ses « voisins du dessous » plus pauvres, plus métissés, mais au passé plus profond. La finesse n’y a pas vraiment droit de cité, il existe dans l’imaginaire hollywoodien une sorte d’intemporalité qui met sur le même plan toutes les civilisations qui ont grandi au sud du Rio Grande (l’or, les sacrifices, les constructions mystérieuses…), ainsi que toutes les tribus amazoniennes ou autres (les sarbacanes mortelles, la vie dans les lianes…).

3En 1963 dans son célèbre Shock Corridor, Samuel Fuller (protagoniste d’un documentaire déjà chroniqué par Carmen Bernand dans nos pages, Falkenau) filme un internement psychiatrique, et introduit des images de chutes d’eau et de danses indiennes qu’il a tourné lui-même au Brésil. Il a recours à ces inserts pour figurer la folie. La chute d’eau et son bruit assourdissant jaillissent quand la maladie fait bourdonner le cerveau du personnage principal. Quand celui-ci n’est plus maître de lui-même dans ce nid de coucous, Fuller introduit des images de danses tribales amazoniennes. Le lien est avant tout esthétique (figurer la folie) et non pas logique (les Indiens ne sont pas des fous), mais on voit déjà apparaître l’un des rapports entretenus par les deux Amériques : le Sud peut sembler au Nord être une sorte de primitivité éloignée du rationnel et du civilisé.

4On ajoutera cependant, car le personnage de Fuller est passionnant, que ces images n’ont pas été tournées pour Shock Corridor, mais sont issus des repérages en 1955 d’un film précédent et inabouti. Fuller s’était rendu en Amazonie et avait commencé de tourner, mais le projet a ensuite capoté. Il semble qu’il faille beaucoup d’énergie pour faire surgir un film de la matière amazonienne, à voir également les tribulations de Werner Herzog pour Aguirre. C’est au montage de Shock Corridor que Fuller s’est souvenu de ce matériel, et l’a donc employé comme stock shots – le remploi existe aussi dans le cinéma, et pas seulement dans l’histoire de l’art occidental. C’est bien plus tard encore que Fuller est revenu sur les lieux de ces repérages amazoniens avec Jim Jarmush, projetant ces vieux rushes à la population de ce village du Mato Grosso, prenant la mesure du temps qui a passé. Mika Kaurismakii en a tiré un passionnant mais rare documentaire, Tigrero (1994).

5On postule donc que cet imaginaire tribal peut inspirer à Hollywood une manière d’illustrer ce qui échappe à la rationalité occidentale. « On ne comprend pas bien ces Indiens – ils ont pourtant fait de grandes choses, comme les pyramides mayas cachant de l’or dans les forêts », peut se dire un scénariste employé par un studio. Cela introduit à un autre régime de fonctionnement des rapports imaginaires Nord/Sud : la fascination pour les civilisations précolombiennes. Souvent, c’est le pire, du moins le piètre, qui accouche de ce type. Encore une fois, l’espèce de bouillie civilisationnelle mobilisée par la trilogie Indiana Jones n’est pas forcément critiquable pour son manque de pertinence scientifique. Le personnage est lui-même inspiré d’un archéologue américain aventureux, qui a mis à jour la cité de Kuelap au Pérou, dans le pays chachapoya. Mais il faut essayer de comprendre pourquoi Hollywood introduit si peu de discernement dans son utilisation du vaste matériel précolonial.

6On peut en tenter une première approche en évoquant un blockbuster de l’automne 2004 Aliens vs Predators (Paul W.S. Anderson, 2004). Ce film est un crossover : il mélange deux franchises bien connues du cinéma d’exploitation, la série Alien (cinq films, dont le dernier par Jean-Pierre Jeunet) mettant Sigourney Weaver face à un extraterrestre au sang de vitriol, et la série Predator (deux films) où Arnold Schwarzenegger se bat contre un extraterrestre chasseur au look rasta. L’intérêt du croisement est que les deux bestioles sont censées être les plus dangereuses de la galaxie, et justement (trouvaille scénaristique) les jeunes aspirants Predators sont envoyés tous les cents ans sur Terre pour un rite initiatique qui les confronte à des Aliens dans un temple caché en Arctique… Comme il n’est pas facile au spectateur de s’identifier à des extraterrestres, on envoie une équipe de chercheurs dans ce temple qui vient d’être découvert par un riche industriel, ils seront les arbitres – et surtout les victimes ! – de cette immémoriale compétition.

7Et l’Amérique dans tout ça ? La scène d’ouverture du film nous emmène à Teotihuacan (la grande pyramide est figurée en images de synthèse : on ne s’est même pas déplacé), où un jeune archéologue croit avoir fait la découverte du siècle, mais doit se raviser en mettant à jour… une capsule de Pepsi – quand son téléphone portable sonne : c’est le riche industriel qui lui propose de rejoindre l’expédition. Car ses compétences scientifiques lui permettent de déchiffrer des langues très anciennes. Car surtout – et c’est là que tous les historiens de la salle de cinéma ont eu une révélation – la découverte de ce temple en Arctique prouve une origine commune à toutes les « civilisations à pyramide », c'est-à-dire les Aztèques, les Égyptiens, et les Khmers [sic]. Les pyramides américaines, africaines et asiatiques, sont en fait des types architecturaux issus de la décomposition en trois de l’architecture classique de la civilisation Predator, importée sur Terre il y a bien longtemps pour la construction de ce temple arctique où sont enfermés des Aliens servant au rite initiatique. Predator = Palenque + Gizeh + Angkor, CQFD. Notre archéologue mexicain se trouve alors tout indiqué pour décrypter les bas-reliefs qui ornent ce temple et en indiquent le mode d’emploi, d’autant plus que comme tout archéologue qui se respecte il lit aussi les hiéroglyphes… Quant aux bas-reliefs évoqués, le décorateur du film les a repiqué de la culture maya, bien que notre déjà ami archéologue soit spécialiste des Aztèques.

8C’est un télescopage occidental fort commun que de mélanger Mayas, Aztèques et Incas. Le dessin animé Les merveilleuses Cités d’Or s’en sortait très bien, réussissant même à caser des Olmèques sous la forme de méchants extraterrestres. Aliens vs Predators va tout de même plus loin dans la remobilisation de la matière précolombienne, puisqu’il la fusionne en un seul bloc pour l’associer à d’autres « grandes civilisations » qu’on ne peut douter être préchrétiennes, préoccidentales, précoloniales. Ce gloubiboulga civilisationnel révèle bien un aspect profondément psychologique du rapport de l’Amérique du Nord au reste du monde, au reste de l’Histoire : privée d’Antiquité et de Moyen-Age voire d’époque moderne, et sortie toute contemporaine de la cuisse de Jupiter, l’Amérique du Nord se cherche un inconscient collectif qu’elle trouve dans l’Amérique du Sud.

9Cet inconscient collectif cherche désormais à s’étendre à une antiquité plus classique et occidentale (Troie, Alexandre, Kingdom of heaven). Notre propos se veut alors polémique : les Etats-Unis cherchent à devenir le sanctuaire inévitable de toute la culture mondiale. Homère est donc sauvé par la Warner, Bill Gates dispose du plus grand fonds photographique mondial, Google se lance dans un vaste programme de numérisation de textes de toutes les bibliothèques du monde. On savait déjà que c’est un historien américain qui parvient à protéger la descendance de Jésus Christ himself en décodant les énigmes des successeurs de Léonard de Vinci – mais saviez-vous que le trésor des Templiers itself se trouve aux Etats-Unis, et que le moyen de le retrouver se trouve inscrit au dos de la déclaration d’indépendance de 1776 ? Vous l’auriez appris en suivant les tribulations de Nicholas Cage dans Benjamin Gates et le trésor des Templiers (National Treasures [!], Jon Turteltaub, 2004), où, signe des temps, cet historien dissident ne se baladent pas aux quatre coins du monde comme son prédécesseur Indiana Jones, mais de Washington à Boston… On le comprend, le reste du monde est si peu fréquentable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Chronique de l’imaginaire latino-américain », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images en mouvement, 2005, mis en ligne le 19 septembre 2005, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/998

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page