introduction

le jeu des puzzles

links

 

Rennó commence à s’intéresser à la valeur historique de la photographie comme témoignage des présences disparues, qui ont été laissées dans l’anonymat absolu. L'assertion de Mac Luhan selon laquelle « le médium c'est le message »(1) s'applique parfaitement à l'œuvre artistique de Rosângela Rennó. Le « vrai message» selon Mac Luhan se définit en terme d'impact sur la société humaine. La vorace curiosité de Rennó pour l’histoire de la photographie, amène l’artiste à un travail sur les relations difficiles et occultées entre le médium et la société brésilienne. Dans ce sens, la redécouverte de la valeur sociale de la photographie devient plus importante que l’image représentée. C’est l’affirmation de l’existence de la photographie, tant dans la sphère publique que privée, qui surpasse le contenu du médium. Rennó a le double mérite d’avoir dévoilé et fait connaître une histoire photographique proprement brésilienne, pour certains inconnue, et d’être la première artiste a utiliser cette histoire pour construire une Œuvre qui a un grand impact sur la société. Elle emploie des négatifs et des photos anonymes qu’elle obtient dans des studios populaires ou des archives d’Etat. Sa recherche est fondée sur le caractère documentaire et d'archive du médium. C’est un travail ponctuel sur la mémoire de la photographie qui interroge un désir de découverte du rôle culturel et historique proéminent dans la société brésilienne.


Rosângela Rennó, Landscape, 1996
Négatifs Photographiques et Plexiglas, 44 7-8 x 58 11/16 x 9/16 in.

Dans Landscape Rennó donne voix aux sujets absents et disparus de l’histoire du Brésil. Cette œuvre est un grand collage composé de négatifs photographiques de visages anonymes. La vie privée de ces visages s’est transformée en conscience collective et en une réflexion sur l’histoire controversée du Brésil. Rennó explore le thème de la disparition, qui a une signification politique particulière en Amérique latine. Dans ce travail, qui peut être vu comme une nécrologie collective, les identités ont été perdues, effacées par l'histoire. Au lieu d’être une Œuvre d'art séparés de la réalité, celle-ci porte une attention particulière aux formes sociales pour révéler les connections entre pouvoir et occultation de la mémoire.
La mémoire de la photo lui donne la possibilité de réinventer d’autres mémoires qui retracent d’autres histoires. En tant qu’œuvres d’art, les photographies retrouvées par Rennó sont les garantes de la mémoire de l’être humain et la visibilité de la nouvelle mémoire se manifeste dans la perception d’une « profondeur de la superficie de l’image » .(2)
Dans Duas lições de realismo fantástico Rennó a agrandi des portraits anonymes des personnes sans droits civils ou sans droit de vote. Chaque photographie, de 800 cm est placée alternativement sur la cimaise ou devant la fenêtre à la manière d’un voile transparent.

Rosângela Rennó, Duas lições de realismo fantástico [Deux Visions de Réalisme Magique], 1991, 2 lanternes magiques avec negatifs photographiques et 3 photographies (800 cm chacun)

L’ensemble de l’installation donne à voir au spectateur un travelling d’images disposées en séquence continue. À la manière d’un mimétisme réactionnaire, Rennó se servant du pouvoir des photographies d’archive, illustre une "poétique de la disparition"(3) , transcrite en une absence du visage et une mise en exergue de certaines parties du corps.


Rosângela Rennó, Sans titre, ‘America et Cristo’, 1996


Travailler sur l’absence, ou ce que nous appellerons, la présence disparue, dans un processus visuel de reconstruction du visage du sujet oublié, donne aux portraits le pouvoir de se transformer en « un portrait métaphorique d’une société d’exclusion et d’immobilité sociale »(4). Rosângela Rennó accumule, réuni, réorganise, recontextualise photographies et textes. Opérant certaines variations à son matériel, elle crée une nouvelle façon de regarder les mêmes images, ouvrant des nouvelles narratives visuelles.
Parfois elle préfère ajouté à la photo du texte . Le texte, comme l’image, s’inscrit dans le mur comme un enrichissement à l’image et comme une autre possibilité de lecture. Son travail, dans une problématique de rendre l’image visible même des aveugles, en créant un relief à l’écriture, peut être rapproché du travail de Sophie Calle dans son travail sur l’écriture brodée et de la vision des aveugles (5). Le texte, comme l’image devient une mémoire disparue, qui semble à jamais inscrite sur la cimaise, à la manière de textes antiques gravés sur les monuments.


Rosângela Rennó, Hipocampo, Projet Archive Universel (Arquivo Universal), 1995
Textes sur mur avec teinte fluorescente, dimensions diverses


L’exposition "Hipocampo", présentée pour la première fois à la Galerie Camargo Villaça en 1995, est une installation de fragments de textes sur les murs de la galerie avec de la peinture fluorescente, pour qu'ils ne soient visibles que lumières éteintes. Les textes de l’installation sont extrait de l’Arquivo Universal, qui réuni de nombreux écrits sur l’histoire de la photographie. Le nom Hipocampo rappelle la partie du cerveau Hippocampo-manillo-thalamo-néocortical impartie aux fonctions de la mémoire. L’œuvre insiste donc à travers son titre et sa présentation sur le processus d’amnésie visuelle en empruntant une combinaison de modes de représentations multiples : visuel, tactile, verbal, qui agit comme facilitateur du processus mnésique.
Pour son œuvre Imemorial , elle a fouillé dans les archives de la compagnie Novacap, une compagnie de bâtiments contrôlées par l'Etat, qui a construit la capitale Brasilia au cours des années 1950.


Rosângela Rennó, Imemorial, 1994, 60 x 40 x 2cm


Dans une archive de plus de 10,000 dossiers, Rennó a choisi et agrandi 40 photographies de carte d'identité d'ouvriers, morts pendant la construction de la ville. Installées en ligne sur deux niveaux accroché au mur et à terre, les images semblent érigées à la manière des pierres tombales dans un cimetière militaire. Nous avons l’impression d’être dans un espace muséal en cour d’installation. Les photographies sont disposées à terre comme mortes selon la disposition quelles auront sur le mur. La photographie que l’artiste choisit de placer sur le mur quitte alors leur place initiale à terre pour revivre à notre regard se présentant face alors à nous.
Ces deux dernières œuvres donnent à voir au spectateur la corporalité de la photographie qui devient « présence » dans l’espace d’exposition.

Dans "Cicatriz" , le mot espagnol pour cicatrice, elle continue l'enquête dans les archives du pouvoir administratif. Le travail utilise des images prises entre 1920 et 1940 dans la prison Carandiru à São Paolo en créant une taxinomie de prisonniers selon leurs vêtements, leurs caractéristiques physiques et tatouages. Pour Cicatriz, Rennó a choisi 18 gros plans de tatouages et les a combinés avec 12 textes sculptés sur le mur. Les tatouages étaient le travail des prisonniers eux-mêmes. Les archives médicales qu'elle a découverte dans la prison, rapprochées des photographies des tatouages de prisonniers, font de "Cicatriz" le témoignage objectif d’un désir caché de rébellion contre les régimes dominants du pouvoir.

Rosângela Rennó, Cicatriz [cicatrice], 1996, 12 textes et 18 photographies (dimensions variées)

Le regard se pose sur le corps du prisonnier, le corps maculé de signes, traces qui marquent la différence comme pré-texte sur lequel il inscrit son acte de rébellion.
De plus l’épaisseur des blessures induites par les tatouages redouble la vision du regardant en faisant appel à une double trace : comme une empreinte et comme une blessure encore ouverte. Rennó donne la parole aux gents ordinaires en offrant au spectateur la possibilité d’une réflexion profonde sur une réalité dramatique trop souvent oubliée.

 

(1) Marshall Mac Luhan, Understanding Media, 1964, Mac Graw-Hill Book Company, NY, traduction française Pour comprendre les média, 1977, éditions du Seuil, collection Points, Paris

(2) Simonetta Perischetti, Rennó e a profundidade da superficie,(Entretien), 13.01.2004, www.cosacnaify.com.br

(3) Paul Virilio, Esthétique de la disparition, Paris :Ed. Galilée, 1989

(4) « E esse é um retrato metaforico de uma sociedade de exclusão e da imobilidade social », Rosângela Rennó, Rosângela Rennó, Texte de Paulo Herkenhoff, São Paulo: Editora da Universitade de São Paulo, 1998 (Artistas da Usp, 9)

(5) Sophie Calle dans la série Les aveugles, 1986 ; Douleur exquise, 2003